La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Synchrotron Fabry-Perot : vers une nouvelle source compacte de rayons X pour la médecine et la recherche Ph. Balcou.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Synchrotron Fabry-Perot : vers une nouvelle source compacte de rayons X pour la médecine et la recherche Ph. Balcou."— Transcription de la présentation:

1 Synchrotron Fabry-Perot : vers une nouvelle source compacte de rayons X pour la médecine et la recherche Ph. Balcou

2 Début de lhistoire des rayons X : 1895 Découverte fortuite par Wilhelm Roentgen dun type inconnu (X) de rayonnements : Dispositif : tube à décharge Pour les « rayons de cathode » Applications médicales immédiates :

3 Panorama non-exhaustif des sources X actuelles : Tubes X, anodes tournantes… Outil dominant dans lindustrie et la médecine, techno très mature, flux important mais saturé Synchrotrons Outil dominant en recherche, grandes installations (G) Sources Plasmas/Laser Voir topo Fabien – pas de prétention au haut flux Autres sources Plasmas (ECR) Sources par diffusion Compton inverse (Thomson)

4 Diffusion Thomson (Compton Inverse) En pratique :

5

6

7

8

9

10 Inconvénients de la diffusion Thomson X : 1- La faible section efficace Thom 2- La corrélation énergie / angle Avantages de la diffusion Thomson X : 1- Relativement simple datteindre les énergies des seuils K de I, Gd, Pt … ou + 2- Se prête bien aux simulations numériques 3- Bénéficie du bond en avant des technologies laser 4- Multiples possibilités de variantes technologiques Interaction « propre » 5- Interaction « propre »

11 Liste de projets de sources X Thomson de D.E. Moncton, MIT

12 Familles de sources Thomson X LINAC chaud + laser intense (type Eclipse+) Courtesy FE Carroll Vanderbilt Univ. MXISystems

13 Familles de sources Thomson X LINAC supraconducteur (ou ERL) + laser intense haute cadence ( type projet SOLSTICE)

14 Machines à recirculation 1- Recyclage des électrons dans un anneau de stockage 2- et des photons dans un résonateur Fabry-Perot de haute finesse Familles de sources Thomson X Idée récurrente : Mourou, Ting, Sprangle, Esarey : 1992, Rochester Ron Ruth, Zhang, R. Loewen, 1998, Stanford Collisions à haute cadence entre électrons et photons Flux X moyen potentiellement très important!! « Synchrotron à onduleur Fabry-Perot »

15 Seulement 2 proto « anneau + FP » en cours de montage : Lyncean Technologies, Stanford Kharkov (Ukraine) et Lyncean Tech. (SLAC), USA

16 Association de plusieurs technologies : Fabry-Perot impulsionnels de très haute finesse (1 à 15 ps, F ~ 10000) Oscillateur laser impulsionnel haute puissance stabilisé Anneau de stockage basse énergie Photo-injecteurs très basse émittance et haute cadence Contraintes techniques additionnelles : synchronisation électrons laser; radio-protection…

17 Performances attendues : Flux spectral ; brillance Flux : jusquà photons / s dans 10% BW Brillance : La source FPS peut fournir une ligne de lumière avec des spécifs réellement proches de celles dun synchrotron moderne (élément de déviation) Comparaison Aimant ESRF

18 Autres avantages anticipés : Coût probable ~ 3 à 5 M Encombrement réduit (entre 50 et 100 m 2 ) installation possible en milieu médical, académique ou industriel (Ex : Le Louvre!) Possibilité datteindre des rayons X très durs (>> MeV) Zone émissive réduite possibilité dimagerie « de contraste de phase » Rupture technologique majeure par rapport au tandem « tubes X / Synchrotron » Variantes possibles : anneau ERL, …

19 Quelques applications médicales espérées : Imagerie : - Imagerie à « contraste de phase » - Imagerie différentielle - Tomographie assistée par imagerie différentielle - Angiographie Thérapie : - thérapie par activation photonique - thérapie par micro-faisceaux

20 Imagerie à contraste de phase Courtesy G. Margaritondo incohérent Ombre lisse basse résolution cohérent Spatialement Franges de diffraction de Fresnel Résolution apparente élevée Phase spatiale aléatoire Image dabsorption pure Image de « Phase »

21 Imagerie différentielle K Imagerie différentielle K Introduction dun agent de contraste de Z élevé : I, Gd, Pt, Xe… Flanc K de lIode à 33.2 keV Courtesy F. Carroll, MXIsystems Différence dimages prises à h = K + et h =K -

22 John Lewin, M.D.- University of Colorado Health Sciences Center: Haute Energie - Basse Energie = Image de liode

23 Angiographie : investigation dynamique de la perfusion sanguine dun cerveau de rat tissue cerebral sain tumeur avancée à droite

24 Thérapie par activation photonique Excitation sélective en présence dun sensibilisateur de Z élevé Probabilité élevée de rupture double-brin

25 Pourquoi des X monochromatiques en radiothérapie? Sensibilisateur Augmentation du dépôt de dose dans la tumeur, à irradiation donnée des tissus sains Pas de durcissement du faisceau X dose plus homogène Faisceau très collimaté délimitations franches des zones traitées Mais : la chaîne dévènements physiques/ chimiques/biologiques/médicaux reste extrêmement complexe et non maitrisée (N. Foray, ESRF/INSERM)

26 Besoins techniques : Flux : réaliste, même pour la thérapie Energie de photon : 50 – 80 keV possibles Divergence : souvent insuffisante Monochromaticité : réglable Compacité : adéquate Radioprotection : difficile en France! Couplage à l IMRT : difficile Coût : reste cher pour des hopitaux français

27 Quelques applications industrielles : Diffraction de protéines Contrôle non destructif Radiographie de métaux lourds Quelques applications scientifiques : Usine à production de positrons polarisés Usine à photoactivation, spectroscopie nucléaire… SAXS

28 Conclusions : Rupture technologique, par le couplage entre techniques laser et accélérateurs compacts Source de rayons X équivalente à un aimant de déviation sur synchrotron (surtout pour h élevé) Cible principale = applications médicales; de nombreuses autres applications scientifiques ou industrielles sont probables Espoir de construction dun prototype en France Etudes préalables en cours au LAL et au CELIA

29 Remerciements : CELIA : M-C Nadeau, S. Montant, S. Petit LAL : F. Zomer, A. Variola, R. Roux, G. Wormser… LOA : N. Artemiev, A. Antonetti Thales : S. Muller, JP Brasile… ESRF-INSERM : H. Elleaume, J. Balosso, N. Foray… IGR : J. Bourhis, A. Bridier, … Vanderbilt : F. Carroll


Télécharger ppt "Synchrotron Fabry-Perot : vers une nouvelle source compacte de rayons X pour la médecine et la recherche Ph. Balcou."

Présentations similaires


Annonces Google