La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX CHEZ LE SUJET AGE INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Yannick POIRIER Pharmacien Hospitalier CHD La Roche S/Yon.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "TRAITEMENT MEDICAMENTEUX CHEZ LE SUJET AGE INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Yannick POIRIER Pharmacien Hospitalier CHD La Roche S/Yon."— Transcription de la présentation:

1 TRAITEMENT MEDICAMENTEUX CHEZ LE SUJET AGE INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Yannick POIRIER Pharmacien Hospitalier CHD La Roche S/Yon

2 PLAN 1.INTRODUCTION 1.CONSEQUENCES DU VIEILLISSEMENT 1.MODIFICATIONS PHARMACOCINETIQUES 1.PRECAUTIONS DE PRESCRIPTIONS 1.MEDICAMENTS DU SUJET AGE 1.EDUCATION DES PATIENTS 1.CONCLUSION

3 1. INTRODUCTION Sujet âgé défini comme une personne de plus de 65 ans. Cependant, la définition dune limite dâge devient de plus en plus difficile en raison de : - laugmentation de lespérance de vie, - lamélioration des conditions sanitaires en France, - la variation interindividuelle. Les notions de personne âgée et de vieillissement sont souvent associées à la notion de maladie. Le vieillissement de la population va aller en samplifiant dans les années futures.

4 1. INTRODUCTION La consommation médicamenteuse est quantitativement très importante et en constante augmentation chez les personnes âgées. Malheureusement, la iatrogénèse (effets indésirables dus aux médicaments) est importante dans cette classe dâge : Le médicament est une chance mais aussi un risque pour le sujet âgé FACTEURS DE IATROGENESE : - Modifications pharmacocinétiques et pharmacodynamiques - Prescription de nombreux médicaments pour une même personne car très souvent plusieurs pathologies (polymédication) - Fréquence ++ des maladies chroniques (Nb de médicaments )

5 1. INTRODUCTION Après 65 ans, les effets indésirables sont : - plus fréquents la cause de 5 à 20 % des hospitalisations - plus graves Donc morbidité ++ (hospitalisation ou prolongation dhospitalisation) or ils sont EVITABLES dans … 30 à 60 % des cas !!!

6 2. VIEILLISSEMENT (1) Responsable de modifications physiologiques indépendantes détats pathologiques éventuels : retentissement sur la pharmacocinétique des médicaments et la sensibilité de lorganisme à leur égard (accumulation du produit, accroissement de la sensibilité aux effets pharmacodynamiques) majoration du risque thérapeutique

7 2. VIEILLISSEMENT (2) MODIFICATIONS FONCTIONNELLES valeur fonctionnelle de lorganisme notamment : - du débit cardiaque provoquant la des flux sanguins hépatique et rénal; - de la filtration glomérulaire (rein) - altérations anatomiques (foie, cœur, rein) - sensibilité et nombre de récepteurs aux médicaments

8 2. VIEILLISSEMENT (3) FRAGILISATION DE LORGANISME Hypoxie des tissus majorant des complications comme les ulcérations gastriques sous AINS, les hypoglycémies médicamenteuses Réduction du fonctionnement hépatique majorant la sensibilité aux anticoagulants (AVK) Perte defficacité des mécanismes de régulation qui assurent à létat normal le contrôle homéostasique en cas daccident notamment fréquence ++ des hypotensions orthostatiques sous anti- hypertenseurs ou psychotropes de lactivité des centres thermorégulateurs favorisant les hypothermies sous neuroleptiques de la sensibilité des centres de la soif majorant les déshydratations sous diurétiques

9 2. VIEILLISSEMENT (4) MODIFICATIONS PSYCHO-SENSORIELLES Troubles mnésiques aboutissant à des confusions de produits, à des erreurs de doses, à des oublis de prise, ou à des prises répétitives par oubli des précédentes; Troubles psychiques à type de bouffées confusionnelles aboutissant aux mêmes erreurs; Baisse de la vision

10 2. VIEILLISSEMENT (5) POLYPATHOLOGIE ET POLYMEDICATION Lassociation détats pathologiques chroniques et aigus est courante : EX dun rhumatisme chronique chez un diabétique traité par un sulfamide hypoglycémiant. La polymédication est fréquente et découle soit dun même prescripteur, soit de prescripteurs multiples soit de lautomédication : Accidents liés aux interactions médicamenteuses Un traitement peut aggraver une pathologie latente : EX dun glaucome aggravé par un antidépresseur tricyclique

11 3. PHARMACOCINETIQUE DEFINITION La pharmacocinétique est létude du devenir dun médicament dans un organisme donné depuis son administration, quelle que soit la voie, jusquà son élimination, quelles quen soient les modalités. Elle comprend létude de labsorption, de la distribution, de la biotransformation (métabolisme) et de lélimination de la molécule. INTERETS Prévoir la concentration du médicament au niveau de son site daction, sa diffusion dans lorganisme, la durée de son effet, sa transformation en métabolites actifs ou inactifs, son mode délimination. Prendre des précautions lors de circonstances pathologiques (IH ou IR).

12 3. PHARMACOCINETIQUE Variabilité selon la voie dadministration choisie Voie orale la plus utilisée (70 % des cas) Voie parentérale (IV, IM et SC) plus directe Voie cutanée Voie transmuqueuse (perlinguale ou sublinguale, rhinopharyngée, oculaire, rectale, vaginale et nasale) Voie pulmonaire Autres Voies : intra-rachidienne, épidurale, intra-sternale, intra-artérielle, infiltrations

13 3. PHARMACOCINETIQUE ABSORPTION Voie veineuse introduit directement le médicament dans le compartiment sanguin Absorption conditionnée par le passage à travers plusieurs barrières pour les autres voies BIODISPONIBILITE (fraction de PA qui atteint la circulation générale et la vitesse à laquelle il latteint) Absorption orale dun médicament fonction des caractéristiques physico-chimiques de la molécule : - hydro ou liposolubilité - forme galénique - caractère acide ou basique (pH estomac et duodénum favorable à labsorption des médicaments acides ; pH jéjunum et iléon favorable à labsorption des médicaments basiques)

14 3. PHARMACOCINETIQUE DISTRIBUTION Liaison aux protéines plasmatiques : exprimée en % Le médicament existe sous une forme liée aux protéines et une forme libre, non fixée, seule capable de diffuser dans les tissus et dêtre éliminée (fraction pharmacologiquement active). La liaison limite lactivité, la toxicité et lélimination du principe actif. RISQUE DINTERACTIONS MEDICAMENTEUSES Volume de distribution : exprimé en litres Diffusion du médicament dans les organes et tissus en fonction de limportance de leur irrigation et de la lipophilie de la substance

15 3. PHARMACOCINETIQUE METABOLISME La majorité des médicaments sont métabolisés pour augmenter leur hydrophilie et favoriser leur élimination. Intervention de phénomènes métaboliques enzymatiques (cytochrome P450) essentiellement hépatiques donnant lieu à des métabolites plus ou moins actifs, plus ou moins toxiques. RISQUE DINTERACTIONS MEDICAMENTEUSES Certains médicaments inactifs au départ nécessitent dêtre métabolisés pour devenir actifs.

16 3. PHARMACOCINETIQUE METABOLISME INDUCTEURS ENZYMATIQUES EthanolPhénylbutazone TabacChlorpromazine BarbituriquesMéprobamate Antidépresseurs tricycliquesCarbamazépine DiphénylhydantoïneRifampicine Ils diminuent les effets de médicaments pris conjointement INHIBITEURS ENZYMATIQUES Ils inhibent la dégradation de médicaments pris conjointement avec augmentation des effets et de la toxicité EX de la cimétidine, des antifongiques azolés, macrolides, antiprotéases comme le ritonavir (NORVIR, KALETRA)

17 3. PHARMACOCINETIQUE ELIMINATION Principalement rénale et biliaire (autres voies potentielles : poumon, salive, larmes, lait, peau). Elimination biliaire (après plusieurs cycles entéro-hépatiques) : ex de la digitaline, de la rifampicine, … Elimination rénale exprimée par la demi-vie dun médicament : elle est définie comme le temps nécessaire à la diminution de moitié de la concentration plasmatique du principe actif. On considère que lélimination est atteinte à 99 % après 7 demi-vies. cela permet de déduire le rythme dadministration.

18 3. PHARMACOCINETIQUE SUJET AGE (1) Toutes les étapes de la pharmacocinétique peuvent être altérées par le vieillissement avec une intensité et des conséquences plus ou moins importantes : ABSORPTION Elle est globalement ralentie mais elle nest pas assez modifiée pour que le prescripteur doive en tenir compte : pH gastrique, motilité gastro-intestinale, biodisponibilité peu modifiée.

19 3. PHARMACOCINETIQUE SUJET AGE (2) DISTRIBUTION Modification de la fixation protéique : - albumine (majorité des fixations) par réduction de synthèse hépatique et dénutrition : AVK, AINS, … - orosomucoïde ( 1 glycoprotéine acide) : médicaments basiques comme les anesthésiques, antidépresseurs, … Volume de distribution affecté en raison de la diminution de leau totale et de la masse musculaire, avec augmentation relative du tissu adipeux : - pour substances hydrosolubles (digoxine) - pour substances liposolubles (psychotropes) avec stockage et relargage.

20 3. PHARMACOCINETIQUE SUJET AGE (3) METABOLISME du débit sanguin hépatique, de la masse hépatique, du nombre dhépatocytes ce qui ralentit lélimination des médicaments ayant un effet de premier passage hépatique (propranolol, antagonistes du calcium, antidépresseurs tricycliques). du métabolisme enzymatique par les cytochromes P450 ce qui augmente les taux circulants de certains médicaments (warfarine, barbituriques, phénytoïne, théophylline). Effets des inducteurs et inhibiteurs enzymatiques diminués mais risque dinteractions toujours présent.

21 3. PHARMACOCINETIQUE SUJET AGE (4) ELIMINATION Réduction du flux sanguin rénal, perte nephronique et réduction de la filtration glomérulaire et de la sécrétion tubulaire excrétion urinaire avec accumulation des médicaments (digoxine, sulfamides hypoglycémiants, aminosides, IEC, …). INTERET du calcul de la clairance de la créatinine (formule de Cockroft) : - Cl (ml/mn) = (140-âge)*poids/créatininémie (µmol/l) - Cl = 1,25*((140-âge)*poids/créatininémie

22 3. PHARMACOCINETIQUE SUJET AGE (5) EN RESUME Toutes ces modifications pharmacocinétiques peuvent tendre à laccumulation et à lélévation des concentrations plasmatiques des médicaments SURDOSAGE Ces modifications imposent une réduction posologique, obtenue : soit par des doses quotidiennes plus faibles mais en gardant le rythme des administrations (médicaments à demi-vie courte) soit en espaçant les prises sans réduire les doses unitaires.

23 4. PRECAUTIONS DE PRESCRIPTION AVANT LA PRESCRIPTION Que doit-on connaître du patient ? (1) La fonction rénale ++ - Si médicament à élimination rénale prédominante adaptation selon la clairance (idem insuffisance rénale) - Si médicament à marge thérapeutique étroite Létat dhydratation car majoration du risque datteinte rénale, dhypotension artérielle, de surdosage (Attention !!! avec les AINS, les IEC, diurétiques, …) Létat nutritionnel : la dénutrition entraîne une des capacités de métabolisation hépatique et une du taux sérique dalbumine Sensibilité aux médicaments métabolisés par le foie, aux AVK et à ceux à forte liaison à lalbumine.

24 4. PRECAUTIONS DE PRESCRIPTION AVANT LA PRESCRIPTION Que doit-on connaître du patient ? (2) Totalité des traitements en cours : - Médicaments dune même classe thérapeutique ? - Principes actifs identiques ??? - Autres consultations ou automédication ? Pathologies associées pouvant augmenter la sensibilité à certains effets indésirables de médicaments Etat mental, sensoriel et moteur : - compréhension de lordonnance - risque derreur Importance de linterrogatoire du patient ou de son ENTOURAGE

25 4. PRECAUTIONS DE PRESCRIPTION AVANT LA PRESCRIPTION Que doit-on connaître du médicament ? (1) Quelle est sa voie délimination prépondérante ? Si rénale toujours adapter la posologie Si hépatique attention si- dénutri - bilan hépatique perturbé - méd inducteur ou inhibiteur Quelle est sa durée daction ? (T ½) Si T ½ longue risque daccumulation adaptation posologique selon T ½

26 4. PRECAUTIONS DE PRESCRIPTION AVANT LA PRESCRIPTION Que doit-on connaître du médicament ? (2) Quelle est sa fixation protéique ? si > 90 % attention si - hypoalbuminémie - dénutri Existe-t-il un potentiel dinteractions médicamenteuses ? Cinétiques- inducteurs et inhibiteurs enzymatiques - fixation protéique Dynamiqueshypokaliémie,... troubles du rythme,...

27 4. PRECAUTIONS DE PRESCRIPTION AVANT LA PRESCRIPTION Que doit-on connaître du médicament ? (3) A-t-il une marge thérapeutique étroite ? EX : digoxine, théophylline, sulfamides hypoglycémiants, anticoagulants oraux, antiépileptiques, anti-inflammatoires, … Appartient-t-il à une classe à risque ? EX : anti-arythmiques, AINS, … Quels sont ses effets pharmacologiques ? Et Indésirables ? EX dun neuroleptique utilisé comme anti-émétique (Primperan) ou dun anticholinergique chez un sujet ayant un glaucome, … Sa forme galénique est-elle adaptée ? - gouttes, petits comprimés, …

28 4. PRECAUTIONS DE PRESCRIPTION ELABORATION DE LA PRESCRIPTION (1) La pathologie nest-elle pas iatrogène ? Certains symptômes (vertiges, nausées, malaises, …) doivent être rapportés à leur juste cause pour ne pas ajouter dautres effets iatrogènes par un traitement symptomatique inadapté. Limiter la polymédication : - évaluer pour chaque pathologie le rapport bénéfice/risque du médicament ; - établir des priorités thérapeutiques car on ne peut tout traiter (dautant plus que la tentation est grande de répondre à la plainte dun patient par un traitement symptomatique) ; - réviser régulièrement le traitement.

29 4. PRECAUTIONS DE PRESCRIPTION ELABORATION DE LA PRESCRIPTION (2) Choisir une classe médicamenteuse et une galénique adaptée (les moins à risque), le médicament ayant la marge thérapeutique la plus large avec la demi-vie la plus courte et nayant pas de métabolite actif. Sauf nécessité, éviter les médicaments récents car les études cliniques portent rarement sur le sujet âgé polymédiqué et les données de pharmacovigilance sont limitées. Attention à la prescription de médicaments ayant les mêmes effets pharmacologiques (recherchés ou non) : EX de leffet anticholinergique présent dans de nombreux médicaments.

30 4. PRECAUTIONS DE PRESCRIPTION ELABORATION DE LA PRESCRIPTION (3) Penser à adapter les posologies (généralement plus basses) Recourir à un schéma simple des prises notamment à un nombre de prises limité Eviter les doses de charge (sauf en situation durgence si cela est justifié) Evaluer la capacité du patient à comprendre son traitement, à lobserver, et à signaler les effets secondaires : schéma thérapeutique simple, ordonnances claires, utilisation de piluliers ou grilles thérapeutiques.

31 4. PRECAUTIONS DE PRESCRIPTION SUIVI DE LA PRESCRIPTION Evaluer si la prescription est bien suivie et a bien été comprise Surveillance clinique (recherche dEI) et biologique (ionogramme, créatininémie) : réevaluer régulièrement la fonction rénale modif posologie Limiter les coprescriptions médicamenteuses Durée de traitement réduite à la durée minimale indispensable, à des exceptions près comme lhypertension artérielle ou le diabète (réevaluer régulièrement les traitements)

32 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE Les études dAMM des médicaments sont menées essentiellement dans les populations adultes et plus rarement chez les sujets âgés. Dans la pratique courante, il faut prendre en compte les adaptations nécessaires. ANTIBIOTIQUES (1) Indications et conditions dutilisation superposables à celles de ladulte Précautions avec les ATB nephrotoxiques : - CI quand toxicité rénale élevée - A éviter si lindication nest pas absolue - les posologies : aminosides, vancomycine, colistine - Corriger une déshydratation lorsquelle existe - Eviter lassociation à dautres médicaments nephrotoxiques

33 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE ANTIBIOTIQUES (2) Précautions avec les ATB ototoxiques : aminosides : - les posologies - Eviter la potentialisation de la toxicité (association avec diurétique comme le furosémide) Eviter autant que possible certains ATB : - Minocyne états vertigineux - Ceux donnant des manifestations fonctionnelles digestives cause de malnutrition ou de pertes délectrolytes Tenir compte de lapport sodé avec la penicilline G lors dinsuffisance cardiaque ou dhypertension.

34 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE ANTI-INFLAMMATOIRES (1) GLUCOCORTICOÏDES : Catabolisme hépatique T1/2 employer des doses à celles des sujets plus jeunes sinon majoration de la rétention hydro- sodée et de lostéoporose cortisonique. AINS : Médicaments souvent employés chez la personne âgée pour traiter les états inflammatoires mais doivent relever dune indication justifiée EX : lors de phénomènes douloureux arthrosiques, les antalgiques peuvent suffire. Risque hemorragique élevé (+ de la moitié des hemorragies digestives du sujet âgé)

35 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE ANTI-INFLAMMATOIRES (2) AINS : Choix en fonction de la classe chimique : - Pyrazolés comme phenylbutazone exclus (gastrotoxicité, rétention hydro-sodée) - Utilisation surtout des dérivés propioniques (ibuprofène, …) mais risque ulcéreux toujours présent. Préférence pour la voie orale (IM et IV en cas dintolérance) ou la forme rectale ; Interactions potentielles avec les sulfamides hypoglycémiants et les AVK ; Durée de traitement la plus brève possible.

36 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE HYPOGLYCEMIANTS (1) Utilisation des biguanides (Glucophage ® ) avec prudence : - si patient équilibré par ce traitement ; - seulement si absence de facteurs de risque (insuffisance respiratoire, cardiaque, hépatique ou rénale). Utilisation des sulfamides hypoglycémiants : - après échec des prescriptions diététiques - préférence pour Diamicron ® et Glutril ® (puissance et demi-vie moyennes) avec adaptation posologie selon biologie et tolérance

37 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE HYPOGLYCEMIANTS (2) Sulfamides hypoglycémiants : importance des interactions : - précaution avec β bloquants (aggravation de lhypoglycémie) - les posologies avec AINS et inhibiteurs enzymatiques ; - les posologies avec les inducteurs enzymatiques ; - renforcer la surveillance car risque dhypoglycémie renforcé par lâge (séquelles neurologiques). Nécessité de repas à heure fixe sans réduire lapport calorique Insuline indiquée sans particularité lorsque le diabète ne relève pas des traitements précédents.

38 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE ANTICOAGULANTS (1) Indication lors de maladie thromboembolique ou risque de thrombose élevé (alitement) Risque hemorragique multiplié chez la personne âgée (chutes conséquences neurologiques) Règles dutilisation : - Indication thérapeutique justifiée, - Bilan pré-thérapeutique à la recherche des facteurs de risque et des contre-indications cliniques, - Bilan biologique

39 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE ANTICOAGULANTS (2) Héparine non fractionnée (IV ou SC) : adaptation posologique et relais précoce par voie SC HBPM : très employées à titre préventif car risque hemorragique moindre ; risque plus grand en curatif (lié à la dose) AVK : prescription à risque notamment pour ceux à demi-vie longue demi-vie la plus courte (Sintrom ®, …) à la dose la plus faible possible pendant le temps le plus court (stricte surveillance) risque TRES important dinteractions (AINS, …)

40 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE ANTIHYPERTENSEURS (1) Ces médicaments associés à linstabilité tensionnelle du sujet âgé lexposent à un fort risque dhypotension orthostatique. Les produits de choix sont les diurétiques, les inhibiteurs des transferts calciques et les inhibiteurs de lenzyme de conversion. Diurétiques : Attention au risque de déshydratation (sensation de soif émoussée), hypotension, malaises, insuffisance rénale. Préférence pour les thiazidiques seuls (Esidrex ® ) ou associés à un diurétique dépargne potassique (Aldactone ®, Aldactazine ® ) Diurétiques de lanse (Lasilix ® )réservés aux situations durgence en raison du risque de déshydratation très important (action puissante)

41 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE ANTIHYPERTENSEURS (2) Inhibiteurs calciques : il est préférable déviter le verapamil (Isoptine) et le diltiazem (Tildiem) qui sont bradycardisants Inhibiteurs de lenzyme de conversion (IEC) : vérifier la fonction rénale, la kaliémie avant linstauration du traitement. EX: Zestril ®, Renitec ®, … Β bloqueurs à utiliser avec précautions car possibilité de décompensation dune insuffisance cardiaque latente et propriétés cardio-dépressives à lorigine de malaises cause dhospitalisations Anti-hypertenseurs centraux (Catapressan®) mal tolérés : sédation, états dépressifs, sécheresse buccale, bradycardie, malaises

42 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE DIGITALIQUES (1) Il sagit de la digoxine et de la digitaline utilisés dans linsuffisance cardiaque. Molécules à index thérapeutique faible et qui ont tendance à saccumuler chez le sujet âgé ( fixation par les muscles, hypoalbuminémie, élimination rénale et métabolisme hépatique). Risque important daccidents thérapeutiques (la toxicité peut provenir dune hypokaliémie sous diurétique, laxatif, corticoïde) Les règles dutilisation doivent être codifiées : - bilan préthérapeutique clinique et biologique (recherche de facteurs de risque comme IR, IH, hypokaliémie)

43 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE DIGITALIQUES (2) - Respecter les contre-indications et précautions demploi - Emploi préférentiel de la digoxine (demi-vie courte) - Dose dattaque modérée et posologie adaptée à létat rénal ou hépatique - Risque derreurs de comptage avec la forme gouttes buvables - Limiter les co-prescriptions favorisant les accidents (diurétiques hypokaliémiants, inhibiteurs enzymatiques, …) - Surveillance du traitement clinique (recherche de signes de surdosage comme anorexie, nausée, malaise, confusion, bradycardie), paraclinique (ECG, créat, ionogramme) et, si nécessaire, dosage plasmatique.

44 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE PSYCHOTROPES (1) Cette classe de médicaments est très consommée par les sujets âgés. Ils ne devraient être utilisés que dans des indications justifiées car potentiellement dangereux (risque de sédation important). ANXIOLYTIQUES Préférence pour les benzodiazépines car index thérapeutique grand et dépriment peu les centres respiratoires aux doses usuelles. Cependant leur utilisation nest pas anodine : - somnolence, confusion, troubles mnésiques - risque de pharmacodépendance (utilisation courte) - myorelaxation (chutes et traumatismes) : Valium ® - attention à lassociation avec inhibiteurs enzymatiques - arrêter le traitement progressivement

45 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE PSYCHOTROPES (2) HYPNOTIQUES Utilisation des benzodiazépines hypnotiques (Rohypnol ®, Mogadon ® ) ou les apparentés (Stilnox ®, Imovane ® ). ANTIDEPRESSEURS Doivent être réservés aux états dépressifs authentifiés. - Grand risque dhypotensions orthostatiques avec les Inhibiteurs de la MonoAmine Oxydase (IMAO); - ATD tricycliques (Anafranil ®, Laroxyl ® ) efficaces mais demi-vie prolongée et risque dhypotension orthostatique + effets anticholinergiques (constipation, tachycardie, rétention urinaire, …) - ATD non tricycliques non IMAO mieux adaptés : inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (Séropram ®, Deroxat®,... )

46 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE PSYCHOTROPES (3) NEUROLEPTIQUES Médicaments prescrits dans les états psychotiques (schizophrénie, délires), les états dagitation, daggressivité, … - Prescrits avec prudence (surtout les phénothiazines comme Largactil ® ) et à doses faibles en raison des nombreux EI parfois sévères (hypotension, syndrômes extrapyramidaux, accidents cardiaques) - Progression lente des doses - Eviter les neuroleptiques retards (Haldol Decanoas ® ) SELS DE LITHIUM Utilisés dans la psychose maniaco-dépressive (Téralithe®), il existe un risque de surdosage en cas dhyponatrémie (lithium réabsorbé)

47 5. MEDICAMENTS DU SUJET AGE MEDICAMENTS ET CANICULE Certains médicaments, sur la base de leurs mécanismes daction et de leurs effets indésirables, sont susceptibles daggraver les symptômes liés au coup de chaleur (sensibilité +++ du sujet âgé). Aggravation de la déshydratation : Diurétiques Altération de la fonction rénale : AINS (dont salicylés), IEC, … Médicaments affectés par la déshydratation : sels de lithium, digoxine, antidiabétiques oraux, … Médicaments perturbant la thermorégulation : Neuroleptiques, anticholinergiques par limitation de la sudation (Antidépresseurs tricycliques, …) Médicaments pouvant induire une hyperthermie : Neuroleptiques (syndrôme malin), Antidépresseurs (syndrôme sérotoninergique) Aggravation indirecte des effets de la chaleur par de la pression artérielle : Anti-hypertenseurs

48 6. EDUCATION DES PATIENTS Préciser la conduite à tenir en cas doubli ou de non-prise de chaque médicament Lister les situations devant conduire à consulter (diarrhée, fièvre) car il existe un risque de déshydratation et de surdosage Expliquer la nécessité dinformer chaque médecin consulté de la totalité des traitements en cours (risque avec le nombre de prescripteurs) Expliquer les dangers de lautomédication Expliquer clairement les modalités de prise de chaque traitement

49 7. CONCLUSION RETENIR QUE : LE MEDICAMENT EST UNE CHANCE POUR LE SUJET AGE -Prescrit à bon escient, il peut accroître la longévité et améliorer la qualité de vie du patient (et de lentourage) -Cest le cas pour lhypertension artérielle, la dépression, la maladie de Parkinson (L-DOPA), la maladie dAlzheimer, la douleur, … LE MEDICAMENT EST AUSSI UN RISQUE -Avec lâge, la pathologie iatrogène devient plus fréquente, plus grave -Tenir compte des modifications physiologique et pharmacocinétique -Identifier les patients à risque, les situations à risque et les médicaments à risque -Limiter la polymédication autant que possible

50 50 GLOSSAIRE DES ABREVIATIONS - Nb : Nombre - AINS : Anti Inflammatoires Non Stéroidiens - AVK : Anti Vitamine K - EX : Exemple - IH : Insuffisance Hépatique - IR : Insuffisance Rénale - IV : IntraVeineuse ; IM : IntraMusculaire ; SC : Sous Cutanée - PA : Principe Actif - pH : potentiel Hydrogène - IEC : Inhibiteur de l'Enzyme de Conversion - T1/2 : Temps de demi-vie - EI : Evènement Indésirable

51 51 GLOSSAIRE DES ABREVIATIONS - AMM : Autorisation de Mise sur le Marché - ATB : Antibiotique - CI : Contre Indication - bloquant : Béta Bloquant - HBPM : Héparine de Bas Poids Moléculaire - ECG : ElectroCardioGramme - IMAO : Inhibiteur de la MonoAmineOxydase - ATD : Antidépresseurs


Télécharger ppt "TRAITEMENT MEDICAMENTEUX CHEZ LE SUJET AGE INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Yannick POIRIER Pharmacien Hospitalier CHD La Roche S/Yon."

Présentations similaires


Annonces Google