La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA RECHERCHE SUR LE DIABETE DE TYPE 1B EN FRANCE ET AU CAMEROUN Siméon Pierre CHOUKEM APHP, Hôpital Saint-Louis de Paris.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA RECHERCHE SUR LE DIABETE DE TYPE 1B EN FRANCE ET AU CAMEROUN Siméon Pierre CHOUKEM APHP, Hôpital Saint-Louis de Paris."— Transcription de la présentation:

1 LA RECHERCHE SUR LE DIABETE DE TYPE 1B EN FRANCE ET AU CAMEROUN Siméon Pierre CHOUKEM APHP, Hôpital Saint-Louis de Paris

2 CAS CLINIQUE Mr E., 47 ans, sénégalais, vit en France depuis 10 ans où il est gardien de nuit pour une entreprise privée Mars 1996 : – Asthénie intense, dun syndrome polyuro-polydipsique (il se lève 4 fois par nuit pour boire et uriner) et dun amaigrissement de 5 kg – 80 kilos pour 1m74 – Glycémie à 43 mmol/l, 4 croix de sucre et 3 croix dacétone dans les urines – Sodium 128 mmol/l, potassium 4,2 mmol/l, bicarbonates 13 mmol/l, urée 14 mmol/l et créatinine 110 µmol/l insulinothérapie à la seringue électrique, associée à une hydratation par voie intra veineuse

3 CAS CLINIQUE Pas de facteur de décompensation retrouvé Après correction complète de lacidocétose, un relais par injections sous cutanées dinsuline est entrepris permettant un contrôle glycémique satisfaisant Le bilan à la recherche de complications diabétiques est normal Le patient bénéficie dun cycle déducation Sortie de lHôpital 9 jours après son admission avec le traitement suivant : –Insuline biphasique : 22 U le matin et 18U le soir –Alimentation équilibrée en 5 repas par jour (3 repas et 2 collations) comprenant 1800 kcal et 220 g dhydrates de carbone

4 CAS CLINIQUE Un mois après la sortie de lHôpital : –84 kg, glycémies capillaires entre 4,2 et 6,8 mmol/l –les doses dinsuline prescrites sont 20 U le matin et 16 U le soir. En Juin 1996 : –Nombreux épisodes hypoglycémiques. Il diminue spontanément ses doses dinsuline progressivement jusquà 6 U le matin et 6 U le soir –glycémies capillaires inférieures à 6 mmol/l, HbA1c à 5,2% – 85,5 kg. Arrêt de linsulinothérapie Metformine (850 mg 3 fois par jour) Le patient est régulièrement suivi dans le Service En Mars 2000 : 85 kg; HbA1c 5.3%

5 CLASSIFICATION DU DIABETE TYPE 1 –TYPE 1 A: auto-immun –TYPE 1 B: idiopathique TYPE 2 AUTRES TYPES PARTICULIERS –Diabètes secondaires … DIABETE GESTATIONNEL

6 DIABETE DE TYPE 1 B Caractères du diabète de type 1 Début bruyant! syndrome polyuro-polydipsique majeur, amaigrissement, cétose, possible acido-cétose… Insulinothérapie indispensable au début!! Caractères du diabète de type 2 Age au diagnostic ~ ans Possibilité dinterruption du traitement par linsuline pendant plusieurs mois voire années!!! Maintien secondaire dun équilibre glycémique satisfaisant sous comprimés et/ou diététique Pas de marqueurs dautoimmunité du diabète de type 1 Fréquent dans les populations africaines subsahariennes et noires américaines

7 LE DIABETE DE TYPE 1B Décrit initialement chez des adolescents noirs américains (Winter et al, 1987) Évoqué par des publications plus anciennes chez des adultes au Ghana, au Nigeria et en Tanzanie (Dodu 1967, Oli 1968, Ahren 1984) Décrit plus récemment chez des adultes Japonais et Chinois (Tan 2000, Nagazaka 1998, Aizawa 1997) QUESTIONS POSEES Quels en sont les mécanismes? –Anomalies sous-jacentes –Facteurs déclenchants De quel type de diabète sagit-il? Quelles implications pour la prise en charge?

8 FINANCEMENTS Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (APHP) Association Française des Diabétiques (AFD) Association de Langue Française pour lÉtude du Diabète et des Maladies Métaboliques (ALFEDIAM)

9 RESULTATS OBTENUS Il est plus un diabète de type 2 que de type 1 (Sobngwi E et Gautier JF, Diabetologia 2002) Facteurs prédictifs de la rémission du diabète atypique (Sobngwi E et al, Diabet Med 2002) Le diabète cétosique atypique chez les Africains (Sobngwi E et al, Diabet Metab 2002) Physiopathologie et histoire naturelle (Mauvais-Jarvis F et al, Diabetes 2004) Le déficit en G6PD contribuerait à sa pathogénie (Sobngwi E et al, JCEM 2005)

10 PROJETS EN COURS A PARIS ET A YAOUNDE Approche multidisciplinaire de la physiopathologie du diabète de type 2 cétosique (patient vs. témoins) Étude de la sécrétion et de la sensibilité à linsuline au cours de la rémission Étude de lexpression des gènes impliqués dans laction de linsuline, au niveaux des tissus adipeux et musculaires Recherche des mutations / polymorphismes des gènes candidats

11 Remerciements Tout le personnel médical et paramédical du Service dEndocrinologie-Diabétologie de lHSL Léquipe médicale et paramédicale du Centre dInvestigations Cliniques (CIC) de lHSL Les responsables et le personnel de lUnité de Biologie Hormonale de lHSL Le personnel du Centre National dObésité, HCY, Cameroun AFD APHP ALFEDIAM

12 APPORTS Appellation provisoire «DIABETE DE TYPE 2 CETOSIQUE» BUT A TERME Apport de preuves irréfutables qui permettront de le classer définitivement comme: «SOUS-TYPE DE DIABETE DE TYPE 2» Ouverture de nouvelles voies thérapeutiques «INDUCTEURS DE LA REMISSION»

13 Soyez en sûr, le bout du tunnel (de sortie) est proche, et on pourra dire enfin: Du courage les amis. Vous en viendrez à bout bientôt

14


Télécharger ppt "LA RECHERCHE SUR LE DIABETE DE TYPE 1B EN FRANCE ET AU CAMEROUN Siméon Pierre CHOUKEM APHP, Hôpital Saint-Louis de Paris."

Présentations similaires


Annonces Google