La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

TROUBLES DES GRANDES FONCTIONS DE LENFANT Dr JEAN CHAMBRY Praticien hospitalier Fondation Vallée Dr Agnès GARRAU (CCA)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "TROUBLES DES GRANDES FONCTIONS DE LENFANT Dr JEAN CHAMBRY Praticien hospitalier Fondation Vallée Dr Agnès GARRAU (CCA)"— Transcription de la présentation:

1 TROUBLES DES GRANDES FONCTIONS DE LENFANT Dr JEAN CHAMBRY Praticien hospitalier Fondation Vallée Dr Agnès GARRAU (CCA)

2 TROUBLES DU SOMMEIL Demande de consultations des médecins libéraux importante: 82% des généralistes 92% des pédiatres Troubles pris en charge par: 58% des généralistes 37% des pédiatres 4% des pédopsychiatres

3 Sommeil de ladulte 4 à 5 cycles de 90 minutes Phase de sommeil lent: subdivisé en 4 stades : - Stade 0: rythme alpha rapide identique au rythme de veille - Stade I: rythme théta peu ample - Stade II: fuseaux et complexes K - Stade III: ondes lentes delta représentant moins de 50% de lactivité cérébrale -Stade IV:ondes lentes delta représentant plus de 50% de lactivité cérébrale Phase de sommeil paradoxal, phase de mouvements oculaires : rêve Lensemble forme un cycle de sommeil

4 Différences adulte-enfant Valeur quantitative: 16/17h nouveau-né 15h 3 mois Disparition de la sieste à 4 ans Diminution progressive chaque année Répartition des phases de sommeil SP 50% chez lenfant; 20% chez ladulte Période initiale de sommeil

5 Sommeil et rêve Fonction du rêve et du SP: Fonction de maturation Fonction de libération et de décharge des tensions Fonction de programmation (mémoire) Permettre le sommeil cest accepter un désinvestissement du monde extérieur et sappuyer sur une bonne image parentale;

6 Clinique du sommeil Nature des troubles, leur rythme ? Lattitude parentale lors du réveil ? Le retentissement sur la vie familiale ? Les erreurs éducatives ? Éliminer une pathologie organique

7 Troubles primaires du sommeil Aucun trouble mental, aucune étiologie organique ou toxique en cause Dyssomnies: Perturbations de linitiation ou du maintien du sommeil ou de la vigilance diurne Perturbations de la quantité, de la qualité ou de lhoraire du sommeil Parasomnies: Ensemble de perturbations associées au déroulement du sommeil

8 PATHOLOGIE DE LENDORMISSEMENT Insomnie de la première année : Insomnie commune : bénigne et transitoire Rechercher : cause somatique (poussée dentaire, infection, RGO), conditions de couchage inadaptées, difficultés dans les interactions mère-bébé (angoisse de séparation) Insomnie précoce sévère : soit agitée, soit calme. Rares, pathologie psychotique ou autistique

9 PATHOLOGIE DE LENDORMISSEMENT Difficultés dendormissement de lenfant Banales entre 2 et 6 ans. Difficulté à mettre en place une aire transitionnelle: Conditions extérieures défectueuses Pression externe inadéquate État anxieux

10 Difficultés dendormissement de lenfant Opposition au coucher Rituels de coucher (3 et 6 ans) Phobie du coucher Insomnie vraie (retard à lendormissement surtout chez les adolescents) Phénomènes hypnagogiques (entre 6 et 15 ans)

11 Hypersomnie primaire Début progressif entre 15 et 30 ans Somnolence diurne excessive non améliorée par la sieste Épisodes de sommeil prolongé et de sommeil diurne presque tous les jours Troubles évoluant depuis plus dun mois Difficultés de réveil sans difficultés dendormissement Polysomnographie nocturne: sommeil normal ou prolongé, courte latence dendormissement, continuité de sommeil normal, distribution normal du sommeil paradoxal et du sommeil lent Polysomnographie diurne: pas de sommeil paradoxal

12 Syndrome de KLEINE LEVIN 3 fois plus hommes que femmes Hypersomnie primaire Désinhibition marquée par une sexualité débridée Hyperphagie compulsive EEG : ralentissement du rythme de fond, bouffées paroxystiques dondes thêta

13 Syndrome de retard de phase 0,1 à 0,4% de la pop générale Début dans ladolescence Retard irréductible au moment de lendormissement et au moment du réveil Sommeil impossible avant 2 ou 3 heures du matin Réveil spontané 7 à 8 heures plus tard Réveil imposé => état de somnolence Durée et qualité du sommeil sont normales

14 Narcolepsie ou syndrome de Gélineau Identique homme femme Début avant 40 ans Maladie rare 0,05% de la population Composante génétique typage HLA Attaques de sommeil réparateur, irrépressibles, pendant au moins trois mois - cataplexie: perte soudaine, bilatérale et réversible du tonus musculaire, de quelques secondes à quelques minutes, suite à émotion intense - Intrusion récurrente déléments du sommeil paradoxal dans les transitions veille/sommeil, hallucinations visuelles hypnopompique (au réveil) ou hypnagogique (à lendormissement) Attaques de sommeil plus fréquentes quand faibles stimulations Amélioration par la sieste Polysomnographie: latence dendormissement, endormissement en sommeil paradoxal Traitement: modafinil, methylphenidate

15 Apnées obstructives du sommeil Épisodes répétés dobstruction des voies aériennes survenant pendant le sommeil Hypertrophie amygdalienne

16 PARASOMNIES Cauchemars - Rêves effrayants provoquant un réveil dans la nuit - Sudation, tachycardie, tachypnée - Eveil brutal et retour à état de vigilance - Entre 3 et 5 ans - Amélioration spontanée

17 PARASOMNIES Terreur nocturne : - Réveils soudains, débutant par un cri de terreur ou des pleurs - Début dans le premier tiers du sommeil - De 1 à 10 minutes - Activité neurovégétative et manifestations comportementales de terreur - Difficultés à rassurer - Réveil partiel, légère confusion - Pas déléments oniriques - Amnésie de lépisode le lendemain - Début entre 4 et 12 ans - Rémission spontanée au cours de ladolescence EEG : activité lente delta

18 Parasommnies Somnambulisme : - Épisodes répétés de comportements moteurs complexes survenant pendant le sommeil et au cours desquels le sujet peut quitter son lit et se mettre à déambuler. - Épisodes pendant le sommeil à ondes lentes (premier tiers de la nuit) - Diminution nette de la vigilance et de la sensibilité - Visage inexpressif - Pas ou très peu de modification de lexpression faciale lors des tentatives de communication - Pas ou peu de souvenir le lendemain - 10à 30%, entre 5 et 12 ans, surtout des garçons - Rémission spontanée au cours de ladolescence - Interruption du SP Polysomnographie stades III et IV

19 PARASOMNIES Durant la transition veille sommeil Somniloquie Automatismes moteurs : rythmies du sommeil - Début entre 5 et 11 mois - Diminue avec âge - Mouvements rythmiques de la tête voire de lensemble du corps au moment de lendormissement - Bénin - Stéréotypies : TED, trisomie 21 Crampes nocturnes Bruxisme

20 Conduite à tenir devant des troubles du sommeil Affirmer la nature pathologique du symptôme Replacer ce trouble dans la dynamique des interactions parents enfants Analyse rigoureuse des conditions éducatives Établissement dun calendrier du sommeil Dépister une étiologie organique Parfois évaluation EEG

21 Traitement du trouble du sommeil Analyse des attitudes familiales Traitements médicamenteux déconseillés, exceptionnellement sur des périodes limitées (BZD, antihistaminique, niaprazine) Thérapeutiques spécifiques: BZD type Urbanyl dans le somnambulisme; modafinil dans la narcolepsie Thérapie comportementale: extinction, exposition progressive, contrôle du stimuli, stratégies dautogestion, de relaxation, hospitalisation pour déconditionnement

22 TROUBLE DE LALIMENTATION DE LA PREMIERE OU DEUXIEME ENFANCE DSM IV A.Difficultés dalimentation qui se manifestent par une incapacité persistante du nourrisson ou de lenfant à manger de façon appropriée, avec absence de prise de poids ou perte de poids significative pendant au moins 1 mois. B.La perturbation nest pas due à une maladie gastro- intestinale ni à une autre affection médicale générale associée (p. ex., reflux oesophagien). C.La perturbation nest pas mieux expliquée par un autre trouble mental (p. ex., Mérycisme) ni par labsence de nourriture disponible. D.Début avant lâge de 6 ans.

23 Troubles banals du comportement alimentaire Fluctuant et transitoire, sans conséquences somatiques préjudiciables. Reflets des interactions mère enfant ou de lenfant avec son environnement Fluctuations de lappétit, refus alimentaires brefs dits dopposition, recherche de limites Éliminer une pathologie somatique

24 Anorexie du nourrisson En lien avec les interactions précoces, notion daccordage Anorexie du second trimestre Entre 5 et 8 mois 2 formes: Anorexie simple (après une attitude de forçage, modifications de lalimentation, affection somatique, séparation avec la mère, modification du mode de vie) Anorexie grave: carences affectives précoces, TED, syndrome dépressif du nourrisson, maltraitance Le traitement est basé sur la prise en charge de la relation mère- enfant

25 Hyperphagie Consommation excessive de nourriture - Conséquences derreurs diététiques - Hyperphagie précoce avec obésité (maltraitance, carences affectives, TED) - Équivalent dépressif

26 Gloutonnerie Importantes quantités de nourritures ingérés rapidement en dehors de toute sensation de faim Équivalent dépressif, carences, maltraitances, conflits familiaux TED

27 Coprophagie Absorption de matières fécales TED, retard mental, carences majeurs ou maltraitance précoce

28 PICA 10à 30% enfants de 1 à 6 ans et <10% enfants de 10 ans Ingestion de substances ou de matières non nutritives voire non comestible Age supérieur à 18 mois Conséquences dune carence martiale déficit en Zinc, saturnisme Carences, retard mental, TED

29 Mérycisme Vers 6 à 8 mois Rumination daliments régurgités et gardés en bouche Enfant seul, carences affectives

30 Troubles sphinctériens A replacer dans laccès au contrôle sphinctérien Maturation du système nerveux Environnement socio-éducatif Maturité de la personnalité Éliminer une pathologie organique Perspective comportementale : difficulté dans lapprentissage développemental (parents, enfants) Fréquence des relations familiales perturbées

31 ENURESIE DSM-IV A.Mictions répétées au lit ou dans les vêtements (quelles soient involontaires ou délibérées). B.Le comportement est cliniquement significatif, comme en témoignent soit une fréquence de deux fois par semaine pendant au moins 3 mois consécutifs, soit la présence dune souffrance cliniquement significative ou dune altération du fonctionnement social, scolaire (professionnel), ou dans dautres domaines importants. C.Lenfant a un âge chronologique dau moins 5 ans (ou un niveau de développement équivalent). D.Le comportement nest pas dû exclusivement aux effets physiologiques directs dune substance (p. ex., diurétiques) ni à une affection médicale générale (p. ex., diabète, spina bifida, épilep­sie). Spécifier le type: Exclusivement nocturne Exclusivement diurne Nocturne et diurne

32 Énurésie Miction normale complète, involontaire, inconsciente sans lésion de lappareil urinaire. Le plus souvent nocturne, après 4 ans Trouble du contrôle mictionnel 10% des enfants Garçons >filles Facteurs familiaux?

33 Énurésie Examen clinique: Caractère primaire ou secondaire Rythme de lénurésie Énurésie diurne associée Antécédents familiaux Symptômes associés Qualité du sommeil Éducation sphinctérienne Potomanie Attitudes de la famille et de lenfant à légard du symptôme

34 Diagnostic différentiel Affections urologiques Affections neurologiques Affections métaboliques Crises comitiales nocturnes Penser à faire une BU (+- ECBU)

35 Aspects psychologiques Dimension régressive Dimension agressive Dimension passive Dimension érotique Recherche des bénéfices secondaires

36 Différents types dénurésie Immaturité vésicale Troubles névrotiques Place du conflit oedipien Formes polyuriques Place des carences

37 Conduite à tenir face à lénurésie Mesures simples : (règles générales dhygiène, mode de vie de lenfant, suppression des liquides après 16h, attitude thérapeutique, utilisation dun carnet) Traitements médicamenteux : DDAVP, Minirin Méthodes de réveil nocturne Méthodes déducation Suivi pédopsychiatrique: entretiens familiaux, psychothérapie

38 Trouble du contrôle sphinctérien anal Phobie de la défécation: Sentiment dangoisse engendré par limminence de la défécation; défécation retardée, contrariée de façon volontaire Mégacolon fonctionnel Complication dune constipation Dysfonctionnement acquis de la défécation caractérisé par une dilatation colique et une accumulation de matières fécales dans lampoule rectale

39 ENCOPRESIE DSM-IV A.Émissions fécales répétées dans les endroits non appropriés (p. ex., dans les vêtements ou sur le sol), quelles soient involontaires ou délibérées. B.Le comportement survient au moins une fois par mois pendant au moins 3 mois C.Lenfant a un âge chronologique dau moins 4 ans (ou un niveau de développement équivalent). D.Le comportement nest pas dû exclusivement aux effets physiologiques directs dune substance (p. ex., laxatifs) ni à une affection médicale générale, si ce nest par un mécanisme entrainant une constipation. Coder comme suit: Avec constipation et incontinence par débordement Sans constipation ni incontinence par débordement

40 ENCOPRESIE Défécation répétée ailleurs quaux toilettes, la plupart du temps involontaire Forme primaire et secondaire Présence ou non dune rétention Association à lénurésie Incidence est de 1,5%, garçons> filles Diurne essentiellement Entre 5 et 8 ans.

41 ENCOPRESIE Chez lenfant carencé. Dans un contexte de psychose infantile (refus de lévacuation des selles) Place des troubles des conduites

42 Conduite à tenir face à lencoprésie Évaluer les interactions parentales Éviter les traitements purement symptomatiques isolés (suppositoires, lavement) Mesures éducatives Consultations spécialisées : entretiens familiaux, psychothérapie


Télécharger ppt "TROUBLES DES GRANDES FONCTIONS DE LENFANT Dr JEAN CHAMBRY Praticien hospitalier Fondation Vallée Dr Agnès GARRAU (CCA)"

Présentations similaires


Annonces Google