La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Alcool & Psychiatrie Dr Aurély Ameller - psychiatre Service psychiatrie & adictologie Pr Dubertret CHU Colombes

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Alcool & Psychiatrie Dr Aurély Ameller - psychiatre Service psychiatrie & adictologie Pr Dubertret CHU Colombes"— Transcription de la présentation:

1 Alcool & Psychiatrie Dr Aurély Ameller - psychiatre Service psychiatrie & adictologie Pr Dubertret CHU Colombes

2 Plan Ivresses (simple et compliquée) Sevrage Différents types de consommation Troubles psychiatriques induits par alcool Comorbidités psychiatrie - alcool

3 Alcool: Aspects cliniques

4 Ivresse simple Phase d'excitation psychomotrice (1 à 2 g) : désinhibition, euphorie alternant avec des périodes de tristesse et d'agressivité, logorrhée, familiarité excessive. L'attention, les capacités de jugement et la mémoire peuvent être altérées à des degrés divers. parfois mortelle.

5 Ivresse simple Phase d'incoordination (> 2 g) : les troubles de la pensée se majorent et conduisent à une incohérence idéïque puis progressivement à une véritable confusion. L'examen clinique retrouve un tremblement, une dysmétrie et parfois un syndrome cérébelleux.

6 Ivresse simple Phase comateuse (> 3 g/l) : le coma, parfois précédé par une baisse progressive de la vigilance et une somnolence, est profond, sans signes de localisation neurologique. Importante hypothermie (chute 5 à 6 degréstempérature centrale), mydriase bilatérale aréactive, hypotonie, abolition des ROT, bradycardie et une hypoTA quelquefois associées. L'hypoTA peut se compliquer d'un collapsus CV à l'évolution parfois mortelle

7 Ivresse compliquée Plus fréquente si trouble de personnalité (psychopathie+++) ou trouble cérébral associé (détérioration débutante, épilepsie) Tableau prolongé plus ou moins dangerosité Excito-motrice, délirante, hallucinatoire, avec troubles de lhumeur

8 Sevrage Inconstant (30% patients AD) Apparaît au réveil, cède en 2 à 5 jours Neurovégétatifs: tremblements, sueur, tachycardie, hypoTA Digestifs: anorexie nausées, vomissements Neuropsy: anxiété, agitation, irritabilité, insomnie, cauchemars

9 Complications du sevrage Dans les 24h après arrêt, mais peuvent survenir de manière retardée Seulement chez 5% des patients : crise convulsive de sevrage, délirium tremens

10 Continuum alcool

11

12 Usage simple Consommation festive, raisonnable, raisonnée, sans lutte <4 verres/ consommation 14/semaine 21/semaine Au moins un jour/ semaine sans alcool

13 Usage à risque Chez les jeunes Grossesse Travail Conduites...

14 Usage nocif (CIM10) Conséquences physiques et psychologiques de lutilisation Conséquences sociales négatives Sans dépendance

15 Abus (DSM IV) Utilisation répétée avec ( au moins 1 parmi): incapacité à remplir ses obligations (travail, famille, école...) Situation physiquement dangereuse (voiture) Problèmes judiciaires Poursuite malgré toute de lutilisation Sans critère de dépendance

16 Dépendance (DSM IV) Tolérance Sevrage Prise plus importante et temps plus long que prévu Contrôle impossible Temps passé pour se procurer la substance Perte dactivités du fait de la consommation Poursuite de conso malgré connaissance

17 DSM V Abus et Dépendance sont regroupés dans les troubles liés à lutilisation de substances Ajout de la notion de craving Disparition des actes illégaux

18 Abstinence Usage à faible risque Usage à risque Problème avec lalcool Abus dalcool Alcoolo dépendance Troubles liés à lalcool Utilisation nocive Consommatio n Usage de lalcool Conséquence s Élevée Aucune Sévère Spectre de lusage de lalcool. Gastfriend et al (adapté de linstitut de Médecine, 1990)

19 Comorbidités

20 Rappel Alcoolisme primaire : AD en dehors dautre trouble Alcoolisme secondaire: AD complication dun autre trouble => Nécessité de traiter la complication ou le trouble préexistant (maintien de labstinence)

21 Alcoolisme primaire: 45 à 50% des alcoolismes masculins Alcoolisme secondaire: 45 à 50% des alcoolismes masculins, 60 à 80% des alcoolismes féminins

22 Facteurs de risque précoces Chez lenfant et ladolescent, 2 situations à risque: Carences affective, socio-éducative précoces Développement de troubles des conduites, dépression à ladolescence Ladolescence en soi est une période à risque (expérimentation)

23 Traits de personnalité à risque Faible estime de soi Auto-dépréciation Timidité Réactions émotionnelles excessives Difficulté à faire face aux événements et à établir des relations stable et satisfaisantes Difficultés à résoudre les problèmes interpersonnels

24 Notion de tempérament à risque Recherche de sensations Recherche de nouveauté Faible évitement du danger Prédictifs de consommation et divresse

25 Troubles de personnalité Antisociale/psychopathie État limite Personnalité dépendante

26 Dépression 3 types: Liés au sevrage précoce (dans les semaines suivant le sevrage) ou tardif Secondaires: suite à une consommation massive Primaires: précédant la consommation Aggravation du pronostic des 2 troubles

27 Dépression En pratique : sevrage, puis réevaluation de lhumeur du patient Interrogatoire pour retrouver la temporalité dinstallation de la dépression et de la dépendance à lalcool.

28 Suicide Risque de passage à lacte impulsif en dehors de dépression par désinhibition Risque majoré de TS lors dépisode dépressif majeur si comorbidité alcoolique

29 Syndromes neuropsychiatriques Gayet-Wernicke: confusion, hallucinations, troubles neuro (ataxie, nystagmus, ophtalmoplégie). Carence en B1 Korsakoff: confusion, hallucinations, trouble de mémoire, confabulation. Souvent après Wernicke Pellagreuse: confusion, hypertonie extrapyramidale, troubles digestifs...

30 Autres addictions Tabac % Chez les fumeurs, alcoolodépendance 10 fois plus fréquente 50% des toxicomanes abus voire dépendance au cours de leur vie 25% sous méthadone

31 Trouble bipolaire 4 fois plus de risque de dépendance à lalcool En phase dépressive En phase maniaque +++ (désinhibition, excitation psychomotrice, à visée anxiolytique)

32 THDA Risque majeur de survenue dune addiction Traitement précoce permet déviter une part des addictions futures

33 Troubles anxieux Prévalence trouble panique: 8,3% patients AD (vs. 1,4% en pop générale) Anxiété généralisée 22,9% (vs. 5,8)

34 Dépression & troubles anxieux Si Dépression+alcool+trouble anxieux: Que ce soit I ou II lintensité des symptômes est corrélée à lintensité de la consommation Aggravation du pronostic pour traitement des troubles+++

35 État de Stress Post Traumatique (ESPT) 7,6% prévalence (atteint 12% si on ajoute les usages à risque ou nocifs). 3/4 des sujets ayant vécus un trauma violent 60 à 80% des vétérans américains du Vietnam inclus dans un traitement pour ESPT ont un problème avec lalcool

36 Schizophrénie Critères dabus et/ou dépendance chez 20 à 25% des patients schizophrènes Manque de contrôle, dinhibition autothérapeutique Risque de dangerosité si alcool +++

37 Paranoïa Classiquement: alcoolique de 40 ans, jaloux pathologique avec violences conjugales

38 Conclusion

39 Dépendance : maladie psychiatrique au milieu des 2 autres grandes classes de maladies Importance des comorbidités psychiatriques à évaluer et à traiter


Télécharger ppt "Alcool & Psychiatrie Dr Aurély Ameller - psychiatre Service psychiatrie & adictologie Pr Dubertret CHU Colombes"

Présentations similaires


Annonces Google