La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

GENERALITES SUR LES FRACTURES DE MEMBRES. Les fractures ont des caractéristiques et des évolutions très différentes en fonction de leur localisation sur.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "GENERALITES SUR LES FRACTURES DE MEMBRES. Les fractures ont des caractéristiques et des évolutions très différentes en fonction de leur localisation sur."— Transcription de la présentation:

1 GENERALITES SUR LES FRACTURES DE MEMBRES

2 Les fractures ont des caractéristiques et des évolutions très différentes en fonction de leur localisation sur le squelette (os plats, os longs, os courts) et en fonction de leur situation au niveau de los lui-même (diaphyse, métaphyse ou épiphyse). Rappel morphologique des différents os du squelette - les os plats : les os plats, comme le crâne et lomoplate, nont pas de fonction locomotrice ; leurs fractures consolident toujours spontanément en raison de leur vascularisation abondante apporté en grande partie par les nombreuses insertions musculaires. - les os courts : les os du carpe, du tarse et les vertèbres sont des os massifs qui ont comme caractéristiques dêtre porteurs de plusieurs surfaces articulaires dont lintégrité est indispensable pour un bon fonctionnement des articulations voisines. Los est spongieux, compact, avec des corticales solides. - les os long : - la diaphyse - lépiphyse (recouvert de cartilage) - la métaphyse (zone de croissance osseuse) - le périoste (=membrane périphérique qui englobe los) ; il diminue avec le temps, entraînant donc une augmentation de la consolidation avec le temps Définition des fractures Une fracture est une rupture de la continuité dun os. On peut trouver une fissure, une fracture ouverte, une fracture fermée, une fracture spiroïde courte, une fracture spiroïde longue.

3 Étiologie : 1. surtout traumatique 2. fracture pathologique : fracture sur grande ostéoporose 3. fracture de fatigue (col des métatarsiens moyens) Mécanisme des fractures traumatiques - traumatisme direct : chute, impact… - traumatisme indirect : se fait en torsion, en traction, en varus ou valgus, en compression (= fracture à distance du point dimpact Les traits de fractures 1. la fracture transversale (est souvent due à un choc direct violent) ; est une fracture stable car, lorsquelle est réduite, on a peu de déplacement secondaire spontané 2. la fracture spiroïde ou oblique = mécanisme de torsion 3. la fracture comminutive ou pluri-fragmentaire : elle a lieu après un traumatisme direct ou complexe très violent + souvent accompagnée de lésions des parties molles, des muscles, des vaisseaux et des nerfs 4. la fracture engrainée = fractures cervicales vraies, fractures de lextrémité supérieures de lhumérus, et parfois fracture du poignet 5. les fissures osseuses 6. la fracture par compression (vertèbres +++) 7. la fracture arrachement des apophyses (biceps, EIAS chez ladolescent,… +++)

4 Déplacement des fractures (nécessite un cliché de face et de profile) - la translation : un contact persiste entre les 2 os - le chevauchement : translation complète, sans contact entre les 2 os - langulation : dans le plan frontal abduction / adduction dans le plan sagittal antérieur / postérieur - le décalage ou rotation Ces déplacements sont souvent combinés. La consolidation des fractures Los se détruit et se reconstruit par les contraintes ; la fracture interrompe les contraintes lobjectif est dassurer la stabilité. Toutes les fractures consolident en traversant 3 phases principales : 1 er stade : lhématome – la réaction inflammatoire = J0 à J20 Tout le foyer de fracture est envahi par un hématome ; du tissu fibreux vascularisé remplace peu à peu lhématome. La prolifération cellulaire est déjà intense 24 heures après laccident. 2 ème stade : la cal conjonctif = J20 à J30 Développement dun cal fibreux qui permet la stabilité mais diminue la mobilité. 3 ème stade : lossification du cal = J30 à J60 Le cal osseux commence à apparaître : on a un cal périosté en périphérie et un cal endosté dans la cavité médullaire 4 ème stade au 9 ème mois = période à risque AMO après la 1 ère année seulement

5 Les facteurs qui influent sur la consolidation Type dos, localisation, lâge du patient, la stabilité du foyer (si le foyer nest pas stable la phase inflammatoire na pas lieu), une interposition dans le foyer de fracture empêche la consolidation, linfection osseuse (fracture ouverte +++) Remarque : un os plat consolide en 30 jours lextrémité proximale de lhumérus consolide en 45 jours lextrémité distale de lhumérus consolide en 60 jours La consolidation des fractures diaphysaires est retardée par les ostéosynthèses par plaques Caractère rigide de lostéosynthèse : Le cal obtenu par ostéosynthèse par plaque est plus fragile que le cal obtenu par traitement orthopédique. Lenclouage (= traitement orthopédique pour foyer fermé) se fait par abord indirect et permet de reprendre un appui rapide. Si la fracture est transversale, on utilise le verrouillage pour stabiliser les fragments ; si le verrouillage se fait à une seule extrémité = dynamique = appui progressif ; si le verrouillage est au niveau des 2 extrémités = statique = pas dappui. La consolidation osseuse, lors de la traction continue des fractures, permet de rétablir la longueur et les axes ; elle peut être faite sur le segment du membre ou à distance. Lappui est un facteur de consolidation osseuse.

6 Les complications des fractures les complications immédiates Louverture cutanée On a une augmentation du temps de consolidation ; si la consolidation na toujours pas lieu au bout de 6 mois = pseudarthrose +++ Ouverture cutanée de type 1 : fracture ouverte de dedans en dehors = plaie franche, sans décollement cutané (correspond à la fracture fermée). Ouverture cutanée de type 2 : fracture ouverte de dehors en dedans = plaie plus large, avec ou sans décollement ; est encore refermable. Ouverture cutanée de type 3 : fracture ouverte de dehors en dedans avec perte de substance cutanée = non refermable greffe de peau. Principes du traitement des fractures en présence douverture cutanée : - lutte contre linfection par antibiotiques - parage chirurgical de la plaie = excision de tous les tissus nécrotiques - suture cutanée (que si elle est réalisable sans tension excessive) - immobilisation de la fracture Indication des ostéosynthèses dans les fractures ouvertes : dépend du type de traumatisme et du type de fracture : - sil ny a pas de déplacement ??? - en cas de fracture par traumatisme indirect - sil y a des dégâts cutanés avec perte de substance et plaie souillée, après choc direct

7 Les lésions musculaires Les lésions vasculo-nerveuses +++ Le syndrome des loges Laugmentation dune pression intra-compartimentale est à lorigine dune pression insuffisante pour une bonne vascularisation dans cette loge ischémie nécrose musculaire ou vasculaire hyperalgie (douleur +++). Traitement durgence : aponévrotomie de décharge et mobilisation pour prévenir les rétractions. les complications secondaires Linfection : est difficile à traiter La nécrose cutanée Les phlébites Les déplacements secondaires sous plâtre (dans les traitements orthopédiques) Les troubles trophiques = lalgo-neuro-dystrophie (= 20 % des fractures du poignet) Il sagit dun dérèglement du SN autonome ; on a 2 phases : - 1 ère phase = rouge, inflammatoire - 2 ème phase = blanche, oedémateuse LAND peut avoir une durée de 3 semaines à 3 ans ; le traitement consiste en un arrêt de la rééducation, maintenir lamplitude articulaire obtenue mais en infra-douloureux, DLM, bains écossais +++, injection de calcitonine intra-musculaire (est douloureux). La forme « épaule – main » dADN est visible sur radio après 1 mois et immédiatement sur scintigraphie ou IRM Lembolie graisseuse On a une augmentation de la pression endo-musculaire entraînant une migration osseuse qui peut être à lorigine de décès.

8 les complications tardives Retard de consolidation au-delà du 6 ème mois = pseudarthrose : il faut réaliser une ostéosynthèse ou stabiliser le clou précédent (quand pseudarthrose hypertrophique). Le traitement des pseudarthrose atrophiques se fait par décortication ostéo-musculaire. Le traitement des pseudarthroses, lorsque les autres traitements sont en échec, se fait par stimulation électromagnétique par ultrasons. Séquelles à long terme : - les cals vicieux : ils sont moins gênant eu niveau du bras ; les fractures articulaires ne supportent aucun déficit de réduction - le raccourcissement - les raideurs articulaires Le traitement des fractures - limmobilisation : ostéosynthèse = stabilité du foyer de fracture rééducation rapide des articulations voisines plâtre (= traitement orthopédique) = réduction raideur - la réduction Quand plâtre : si une douleur persiste au même endroit = problème ; à linverse, si la douleur « se déplace » = normal. Les consignes sont : sur-élévation, mobilisation des articulations distales, entretient des muscles (= drainage) Syndrome de Volkmann = évolution du syndrome de loge : on a une rétraction des fléchisseurs des doigts… Traitement chirurgical = principes généraux des ostéosynthèses + objectif : restaurer la longueur, laxe et la rotation au niveau de la diaphyse.


Télécharger ppt "GENERALITES SUR LES FRACTURES DE MEMBRES. Les fractures ont des caractéristiques et des évolutions très différentes en fonction de leur localisation sur."

Présentations similaires


Annonces Google