La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lalcoolisme et ses complications Dr. F. CHERIKH Psychiatrie de liaison et psychologie médicale Hôpital de lArchet I et II CHU de Nice.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lalcoolisme et ses complications Dr. F. CHERIKH Psychiatrie de liaison et psychologie médicale Hôpital de lArchet I et II CHU de Nice."— Transcription de la présentation:

1 Lalcoolisme et ses complications Dr. F. CHERIKH Psychiatrie de liaison et psychologie médicale Hôpital de lArchet I et II CHU de Nice

2 introduction Lalcool est le dépresseur cérébral le plus utilisé dans la plupart des cultures et la cause dune morbidité et mortalité considérable. Lalcool est le dépresseur cérébral le plus utilisé dans la plupart des cultures et la cause dune morbidité et mortalité considérable. Les troubles liés à lalcool constituent le troisième problème de santé, après les maladies cardiovasculaires et le cancer. Les troubles liés à lalcool constituent le troisième problème de santé, après les maladies cardiovasculaires et le cancer décès chaque année sont directement liés à lalcool décès chaque année sont directement liés à lalcool Les causes habituelles du décès sont le cancer, le suicide, les troubles hépatiques. Les causes habituelles du décès sont le cancer, le suicide, les troubles hépatiques.

3 Introduction (II) Malgré une diminution régulière de la consommation moyenne dalcool pur par an et par habitant Malgré une diminution régulière de la consommation moyenne dalcool pur par an et par habitant depuis 1970, la France se situe au troisième rang européen, avec la morbidité et la mortalité qui en depuis 1970, la France se situe au troisième rang européen, avec la morbidité et la mortalité qui en découlent. Lusage inadapté de lalcool est la cause directe ou indirecte dune consultation sur cinq découlent. Lusage inadapté de lalcool est la cause directe ou indirecte dune consultation sur cinq en médecine générale, de 15 à 25 % des hospitalisations en médecine générale, de 15 à 25 % des hospitalisations

4 Définitions On définit lalcoolisme par le degré de dépendance à lalcool : On définit lalcoolisme par le degré de dépendance à lalcool : –Les buveurs excessifs –Les sujets alcoolo dépendants Le sujet ayant perdu la liberté de sabstenir est le meilleur élément de définition ( Fouquet) OMS : buveur excessif dont la dépendance conduit à une consommation responsable dun trouble mental ou physique affectant son comportement, ses relations sociales et familiales et son statut économique.

5 Facteurs socio-culturels Lalcool est utilisé comme moyen de communication, dinclusion sociale Lalcool est utilisé comme moyen de communication, dinclusion sociale ( fêtes, baptêmes, mariages ) Professions exposées à lalcool Professions exposées à lalcool Rôle du milieu socio-culturel Rôle du milieu socio-culturel Importance économique de lalcool Importance économique de lalcool

6 Facteurs héréditaires Aucun mode de transmission na été démontré Aucun mode de transmission na été démontré Il existe un déterminisme indiscutable Il existe un déterminisme indiscutable Le facteur héréditaire intervient au niveau de la tolérance à lalcool Le facteur héréditaire intervient au niveau de la tolérance à lalcool Les différences individuelles de métabolisme qui expliquent la dépendance à lalcool, rendent compte des inégalités dans les risques de développement de la dépendance Les différences individuelles de métabolisme qui expliquent la dépendance à lalcool, rendent compte des inégalités dans les risques de développement de la dépendance

7 Facteurs psychologiques Inhibition sociale avec angoisse devant les contacts sociaux Inhibition sociale avec angoisse devant les contacts sociaux Immaturité affective : besoin dêtre rassuré Immaturité affective : besoin dêtre rassuré Manque de contrôle pulsionnel, impulsivité Manque de contrôle pulsionnel, impulsivité Masochisme : conduite déchec,insatisfaction, culpabilité Masochisme : conduite déchec,insatisfaction, culpabilité Oralité : avidité affective et revendicative Oralité : avidité affective et revendicative Moyen de satisfaire un plaisir oral, attitude auto- agressive, rôle de renforcement narcissique, moyen de lutte contre la dépression Moyen de satisfaire un plaisir oral, attitude auto- agressive, rôle de renforcement narcissique, moyen de lutte contre la dépression

8 La dépendance Perte de contrôle, caractérise le buveur compulsif, une fois quil a commencé à boire il ne peut plus s arrêter Perte de contrôle, caractérise le buveur compulsif, une fois quil a commencé à boire il ne peut plus s arrêter Impossibilité de sabstenir : le patient peut contrôler sa consommation et boit rarement jusquà livresse. Mais sil cesse de boire un jour des signes de manque apparaissent Impossibilité de sabstenir : le patient peut contrôler sa consommation et boit rarement jusquà livresse. Mais sil cesse de boire un jour des signes de manque apparaissent

9 diagnostic En dehors de lentretien classique (histoire personnelle, antécédents personnels et familiaux), il faut effectuer un examen clinique détaillé, celui-ci pouvant fournir des renseignements précieux. En dehors de lentretien classique (histoire personnelle, antécédents personnels et familiaux), il faut effectuer un examen clinique détaillé, celui-ci pouvant fournir des renseignements précieux. Les troubles du sommeil, les dysfonctionnements familiaux (violence, disputes conjugales et séparations), des troubles de concentration et de la mémoire, des céphalées, des troubles digestifs (soif nocturne et matinale, anorexie et amaigrissement) peuvent orienter vers le diagnostic. Les troubles du sommeil, les dysfonctionnements familiaux (violence, disputes conjugales et séparations), des troubles de concentration et de la mémoire, des céphalées, des troubles digestifs (soif nocturne et matinale, anorexie et amaigrissement) peuvent orienter vers le diagnostic. Les signes cliniques sont cutanés (visage bouffi, rosâtre, congestionné, avec des télangectasies au niveau des pommettes, des ailes du nez, des cicatrices qui témoignent des nombreux traumatismes, actes de violence), aponévrotiques (maladie de Dupuytren – infiltration fibreuse des aponévroses palmaires). Les signes nerveux sont souvent rencontrés (tremblements des extrémités, démarche maladroite et perte de léquilibre) mais aussi les signes endocriniens (gynécomastie bilatérale, hypertrophie parotidienne). Les signes cliniques sont cutanés (visage bouffi, rosâtre, congestionné, avec des télangectasies au niveau des pommettes, des ailes du nez, des cicatrices qui témoignent des nombreux traumatismes, actes de violence), aponévrotiques (maladie de Dupuytren – infiltration fibreuse des aponévroses palmaires). Les signes nerveux sont souvent rencontrés (tremblements des extrémités, démarche maladroite et perte de léquilibre) mais aussi les signes endocriniens (gynécomastie bilatérale, hypertrophie parotidienne). Les marqueurs biologiques (VGM, gamma GT, HDL-c, ASAT, ALAT) oriente le diagnostic, amis renseignent aussi sur lévolution dans le temps. Les marqueurs biologiques (VGM, gamma GT, HDL-c, ASAT, ALAT) oriente le diagnostic, amis renseignent aussi sur lévolution dans le temps.

10 1. Pensez-vous que vous consommez de lalcool en quantité plus que la normale ? Oui=2Non=0 2. Vos proches vous ont-ils déjà fait des reproches au sujet de votre consommation dalcool ? Oui=1Non=0 3. Vous êtes-vous déjà senti coupable au sujet de votre consommation dalcool ? Oui=1Non=0 4. Est-ce que vos amis et vos proches parents pensent que vous êtes un buveur normal ? Oui=0Non=2 5. Arrivez-vous toujours à stopper votre consommation dalcool quand vous le voulez ? Oui=0Non=2 6. Avez-vous assisté à une réunion danciens buveurs (Alcooliques Anonymes) pour un problème dalcool ? Oui=5Non=0 7. Est-ce que lalcool à déjà créé des problèmes entre vous et votre conjoint(e) ? Oui=2Non=0 8. Avez-vous déjà eu des problème professionnels à cause de votre consommation dalcool ? Oui=2Non=0 9. Avez-vous déjà négligé vos obligations, votre famille ou votre travail pendant deux jours de suite ou plus en raison de votre consommation dalcool ? Oui=2Non=0 10. Avez-vous demandé de laide ou des conseils à autrui au sujet de votre consommation ?Oui=5Non=0 11. Avez-vous déjà été hospitalisé en raison de votre consommation dalcool ?Oui=5Non=0 12. Avez-vous déjà été arrêté, ne serait-ce que quelques heures en raison dun état divresse ?Oui=2Non=0 13. Avez-vous déjà été inculpé divresse au volant ?Oui=2Non=0

11 10. Avez-vous demandé de laide ou des conseils à autrui au sujet de votre consommation ? Oui=5Non=0 11. Avez-vous déjà été hospitalisé en raison de votre consommation dalcool ? Oui=5Non=0 12. Avez-vous déjà été arrêté, ne serait-ce que quelques heures en raison dun état divresse ? Oui=2Non=0 13. Avez-vous déjà été inculpé divresse au volant ? Oui=2Non=0 Un total égal ou supérieur à 3 suggère fortement une alcoolodépendance.

12 Le questionnaire CAGE – DETA consiste à poser quatre questions : 2 réponses positives ou plus sont en faveur dun alcoolisme Questionnaire CAGE – DETA 1.Avez-vous déjà ressenti le besoin de DIMINUER votre consommation de boissons alcoolisées ? 2.Votre ENTOURAGE vous a-t-il déjà fait des remarques au sujet de votre consommation ? 3.Avez-vous déjà eu limpression que vous buviez TROP ? 4.Avez-vous déjà eu besoin dALCOOL dès le matin pour vous sentir en forme ?

13 PHARMACOLOGIE DE LALCOOL Léthanol est un liquide incolore, dodeur agréable, de saveur brûlante et il bout à 78,5°C. léthanol est le produit dune fermentation anaérobie des sucres. Il a un pouvoir calorique élevé. Léthanol est un liquide incolore, dodeur agréable, de saveur brûlante et il bout à 78,5°C. léthanol est le produit dune fermentation anaérobie des sucres. Il a un pouvoir calorique élevé. Léthanol est le principe actif de nombreuses boissons alcoolisées (on a identifie dans le vin presque 250 constituants différents). Léthanol est le principe actif de nombreuses boissons alcoolisées (on a identifie dans le vin presque 250 constituants différents). Lalcool administré par voie orale est entièrement absorbé par le tube digestif, dabord au niveau gastrique, mais surtout dans lintestin grêle. Il franchit la barrière intestinale sans subir des modifications notables et passe dans le sang doù il diffuse dans lensemble de lorganisme. La métabolisation et la dégradation se fait essentiellement au niveau hépatique. A lheure actuelle on connaît plusieurs voies métaboliques impliquées dans la métabolisation de lalcool (le système de lalcool déshydrogénase – ADH, le système MEOS et le système catalasique ; le produit de métabolisation est lacétaldéhyde qui sera transformée à son tour en acétate. Par incorporation dans le cycle Krebs, les produits de métabolisation sont dégradés en CO 2, H 2 O et énergie. Lalcool administré par voie orale est entièrement absorbé par le tube digestif, dabord au niveau gastrique, mais surtout dans lintestin grêle. Il franchit la barrière intestinale sans subir des modifications notables et passe dans le sang doù il diffuse dans lensemble de lorganisme. La métabolisation et la dégradation se fait essentiellement au niveau hépatique. A lheure actuelle on connaît plusieurs voies métaboliques impliquées dans la métabolisation de lalcool (le système de lalcool déshydrogénase – ADH, le système MEOS et le système catalasique ; le produit de métabolisation est lacétaldéhyde qui sera transformée à son tour en acétate. Par incorporation dans le cycle Krebs, les produits de métabolisation sont dégradés en CO 2, H 2 O et énergie.

14 Critères du DSM-IV, le syndrome de dépendance se caractérise par une combinaison de plusieurs symptômes : Perte de contrôle, de la quantité et de la durée de lalcoolisme ; Désir puissant et compulsif de boire ; Incapacité à réduire la consommation en dessous dun seuil dalcoolisation ; Temps significatif passé à boire ou à récupérer des effets de lalcoolisation ; La poursuite de la consommation malgré la connaissance des problèmes liés à lalcoolisme ; La tolérance, qui se caractérise par le fait que lindividu a besoin de quantités de plus en plus importantes ; Lexistence dun syndrome de sevrage à larrêt de lalcoolisation ; le syndrome de sevrage se définit par la présence : Dune hyperactivité végétative (sueurs, tachycardie, palpitations) De tremblements Dune insomnie ou sommeil avec des cauchemars De nausées, de vomissements. Agitation psychomotrice Hallucinations transitoires.

15 Alcoolisation aiguë La consommation et lintoxication aiguë alcoolique ou ivresse alcoolique est caractérisée par la succession de trois phases : excitation, ébriété et dépression. La phase dexcitation psychomotrice est caractérisée par une impression de facilité intellectuelle et relationnelle, une hyperexpansivité, une libération et une désinhibition. La phase débriété est caractérisée par une démarche instable, des gestes incoordonnées et dysmétriques, une parole bredouillante, des signes végétatifs – nausées, vomissements, diarrhée. La phase de dépression se caractérise par une grande fatigue avec endormissement fréquent, quelquefois avec une évolution comateuse.

16 Consommation chronique La consommation chronique à risque, représente une consommation régulière, hebdomadaire, supérieure à 28 verres chez lhomme et à 14 verres chez la femme. Le risque relatif de décès augmente. La reconnaissance de ces consommateurs à risque permet denvisager une meilleure politique de prévention secondaire La consommation chronique à risque, représente une consommation régulière, hebdomadaire, supérieure à 28 verres chez lhomme et à 14 verres chez la femme. Le risque relatif de décès augmente. La reconnaissance de ces consommateurs à risque permet denvisager une meilleure politique de prévention secondaire

17 EVALUATION DE LA CONSOMMATION La consommation se mesure en nombre de verres, quil sagisse de vin, de bière, dapéritifs ou de digestifs. Un verre équivaut à une unité internationale dalcool, soit 10 grammes dalcool pur. On parle souvent des degrés alcooliques : pourcentage en volume dalcool dans une boisson alcoolisée : ex : 10°=10% dalcool. La densité de lalcool = 0,8 donc 1 litre dalcool pèse 800 grammes. Ainsi 1 litre de vin à 10° contient 80 grammes dalcool pur. Il semble nécessaire de préciser la rythmicité de lalcoolisation : quotidienne et régulière ou les cuites du week-end.

18 Paraclinique VGM – volume globulaire moyen – une élévation pathologique du VGM sobserve après quelques mois de consommation chronique et régulière dalcool. Cette macrocytose nest pas spécifique de lalcoolisation ; on peut la rencontrer dans différentes pathologies digestives – résection, maladie cœliaque. VGM – volume globulaire moyen – une élévation pathologique du VGM sobserve après quelques mois de consommation chronique et régulière dalcool. Cette macrocytose nest pas spécifique de lalcoolisation ; on peut la rencontrer dans différentes pathologies digestives – résection, maladie cœliaque. Gamma GT – est une enzyme membranaire. Les valeurs sériques normales sont inférieures ou égales à 28 UI/litre chez la femme et 38 UI/litre chez lhomme. Contrairement au VGM, laugmentation du gamma GT survient assez rapidement et sa normalisation lors de labstinence est réalisée dans un délai assez court. Le gamma GT peut varier de manière pathologique lors des hépatites virales ou médicamenteuses, pancréatites, diabète, prise de médicaments (anticonvulsivants, antidépresseurs). Gamma GT – est une enzyme membranaire. Les valeurs sériques normales sont inférieures ou égales à 28 UI/litre chez la femme et 38 UI/litre chez lhomme. Contrairement au VGM, laugmentation du gamma GT survient assez rapidement et sa normalisation lors de labstinence est réalisée dans un délai assez court. Le gamma GT peut varier de manière pathologique lors des hépatites virales ou médicamenteuses, pancréatites, diabète, prise de médicaments (anticonvulsivants, antidépresseurs). Transaminases – ASAT et ALAT – leur élévation étant témoignent dune lyse des hépatocytes. Transaminases – ASAT et ALAT – leur élévation étant témoignent dune lyse des hépatocytes. Bilan lipidique – surtout les triglycérides - pour des taux supérieurs à 10mmol/l, valeur prédictive de risque de pancréatite aiguë. Bilan lipidique – surtout les triglycérides - pour des taux supérieurs à 10mmol/l, valeur prédictive de risque de pancréatite aiguë. CDT – carbohydrate déficient transferrin – est un nouvel indicateur biochimique fiable, sensible et spécifique de la consommation dalcool. son utilité est remarquable dans les cas ou les autres indicateurs – VGM ou gamma GT – ne sont pas modifiés lors de lintoxication alcoolique (25% des patients alcoolodépendants auraient des taux de gamma GT normales). CDT – carbohydrate déficient transferrin – est un nouvel indicateur biochimique fiable, sensible et spécifique de la consommation dalcool. son utilité est remarquable dans les cas ou les autres indicateurs – VGM ou gamma GT – ne sont pas modifiés lors de lintoxication alcoolique (25% des patients alcoolodépendants auraient des taux de gamma GT normales).

19 Comorbidité (I) Anxiété et consommation dalcool Le terme anxiété désigne des pathologies comme la phobie, les troubles obsessionnels compulsif (TOC), les attaques de paniques. Langoisse représente une forte motivation à labus dalcool (on se rappelle que lalcool est un très puissant anxiolytique). Limage de convivialité qui accompagne lalcool, le côté " cool " ou branché, font de lalcool un recours anxiolytique socialement valorisé. Beaucoup de sujets calment leur stress ; le cas des femmes au foyer qui tentent doublier leur ennui dans la bouteille est très bien illustré dans un film comme " Pour lamour dune femme ". Anxiété et consommation dalcool Le terme anxiété désigne des pathologies comme la phobie, les troubles obsessionnels compulsif (TOC), les attaques de paniques. Langoisse représente une forte motivation à labus dalcool (on se rappelle que lalcool est un très puissant anxiolytique). Limage de convivialité qui accompagne lalcool, le côté " cool " ou branché, font de lalcool un recours anxiolytique socialement valorisé. Beaucoup de sujets calment leur stress ; le cas des femmes au foyer qui tentent doublier leur ennui dans la bouteille est très bien illustré dans un film comme " Pour lamour dune femme ".

20 Comorbidité (II) dépression et alcoolisme La relation entre alcoolisme et dépression est très étroite. Létude des similitudes biochimiques (le mécanisme commun est celui de la sérotonine et des récepteurs impliqués dans sa recapture). Il faut souligner quil existe des états dépressifs secondaires à lalcoolisation et des états préexistants à lalcoolisation. La relation entre alcoolisme et dépression est très étroite. Létude des similitudes biochimiques (le mécanisme commun est celui de la sérotonine et des récepteurs impliqués dans sa recapture). Il faut souligner quil existe des états dépressifs secondaires à lalcoolisation et des états préexistants à lalcoolisation. La dépression primaire est celle qui présente une composante psychopathologique très forte, préexistante à la maladie alcoolique. Lalcool renforce toutefois la dépression, et devient même un outil dautomédication. La dépression primaire est celle qui présente une composante psychopathologique très forte, préexistante à la maladie alcoolique. Lalcool renforce toutefois la dépression, et devient même un outil dautomédication. La dépression qui apparaît suite à lalcoolisation ou au sevrage est la dépression secondaire. La dépression secondaire se voit après une longue phase dalcoolisation chronique et régulière. La dépression qui apparaît suite à lalcoolisation ou au sevrage est la dépression secondaire. La dépression secondaire se voit après une longue phase dalcoolisation chronique et régulière. Il faut retenir que lexistence dune dépression chez les alcooliques assombrit le pronostic et la fréquence élevée des suicides chez les alcooliques est un constat inquiétant. Il faut retenir que lexistence dune dépression chez les alcooliques assombrit le pronostic et la fréquence élevée des suicides chez les alcooliques est un constat inquiétant.

21 La consommation prolongée dalcool est la cause des pancréatites aiguës et chroniques. La pancréatite chronique est une pathologie qui est souvent imputable à la consommation dalcool. Les signes cliniques sont : douleurs, amaigrissement, pseudo-kystes, complications gastriques, duodénales, Hémorragies digestives. Les lésions extra-pancréatiques sont relativement fréquentes : lésions hépatiques, lithiase biliaire, ulcère gastrique. Le diagnostic de précision est apporté par léchographie et le scanner abdominal. Alcool et pancréas

22 Alcool et tube digestif Au niveau de la cavité buccale et de loropharynx, le risque de cancer est augmenté du fait dune consommation chronique dalcool ; cette consommation est le plus souvent accompagnée dun tabagisme chronique, facteur daggravation des cancers. Au niveau de la cavité buccale et de loropharynx, le risque de cancer est augmenté du fait dune consommation chronique dalcool ; cette consommation est le plus souvent accompagnée dun tabagisme chronique, facteur daggravation des cancers. Au niveau de lœsophage, le risque du cancer œsophagien est considérablement augmenté par la consommation chronique dalcool. La rupture des varices œsophagiennes cause des hémorragies digestives hautes qui peuvent être fulminante et difficilement contrôlables. Les varices œsophagiennes apparaissent en cas de cirrhose ou de syndrome Mallory-Weiss. Au niveau de lœsophage, le risque du cancer œsophagien est considérablement augmenté par la consommation chronique dalcool. La rupture des varices œsophagiennes cause des hémorragies digestives hautes qui peuvent être fulminante et difficilement contrôlables. Les varices œsophagiennes apparaissent en cas de cirrhose ou de syndrome Mallory-Weiss. Au niveau gastro-duodénale, surviennent des érosions aiguës et la maladie ulcéreuses (Hélicobacter pylori est trouvé fréquemment dans les prélèvements au niveau de la muqueuse gastrique). Au niveau gastro-duodénale, surviennent des érosions aiguës et la maladie ulcéreuses (Hélicobacter pylori est trouvé fréquemment dans les prélèvements au niveau de la muqueuse gastrique). Au niveau de lintestin grêle, colon et rectum, lalcool est la cause des perturbations de la motilité, de labsorption, de la sécrétion. La diarrhée est un signe rencontré souvent chez les alcooliques ; la malnutrition est expliquée en partie par les troubles dabsorption. Au niveau de lintestin grêle, colon et rectum, lalcool est la cause des perturbations de la motilité, de labsorption, de la sécrétion. La diarrhée est un signe rencontré souvent chez les alcooliques ; la malnutrition est expliquée en partie par les troubles dabsorption.

23 Alcool et syst cardio-vasculaire Une consommation régulière et modérée dalcool diminue la mortalité par maladie cardio-vasculaire. Lathérosclérose est réduite du fait dune augmentation du HDL-cholestérol. Une consommation régulière et modérée dalcool diminue la mortalité par maladie cardio-vasculaire. Lathérosclérose est réduite du fait dune augmentation du HDL-cholestérol. Une consommation régulière en grande quantité augmente la mortalité par myocardiopathie, trouble du rythme, hypertension artérielle et accidents vasculaires cérébraux. Une consommation régulière en grande quantité augmente la mortalité par myocardiopathie, trouble du rythme, hypertension artérielle et accidents vasculaires cérébraux. La myocardiopathie alcoolique (palpitations, dyspnée deffort, troubles du rythme, embolies pulmonaires, mort subite) peut être la conséquence dune action directe de lalcool et/ou ses métabolites sur la fibre myocardique. Labstinence apporte la preuve du rôle important joué par la consommation chronique dalcool : une amélioration remarquable est observée souvent après quelques semaines dabstinence. La myocardiopathie alcoolique (palpitations, dyspnée deffort, troubles du rythme, embolies pulmonaires, mort subite) peut être la conséquence dune action directe de lalcool et/ou ses métabolites sur la fibre myocardique. Labstinence apporte la preuve du rôle important joué par la consommation chronique dalcool : une amélioration remarquable est observée souvent après quelques semaines dabstinence. La fibrillation auriculaire, surtout lorsquelle est observée chez des hommes de moins de 45 ans est fréquemment due à une consommation aiguë dalcool. son pronostic est souvent bénigne, conditionné par larrêt de lalcool. La fibrillation auriculaire, surtout lorsquelle est observée chez des hommes de moins de 45 ans est fréquemment due à une consommation aiguë dalcool. son pronostic est souvent bénigne, conditionné par larrêt de lalcool.

24 Alcool et grossesse syndrome dalcoolisation fœtal En cas de consommation importante (plus de 60 grammes par jour) et prolongée pendant toute la grossesse, il existe pour lenfant un risque élevé danomalies réunies sous le terme de syndrome dalcoolisme fœtal. En cas de consommation importante (plus de 60 grammes par jour) et prolongée pendant toute la grossesse, il existe pour lenfant un risque élevé danomalies réunies sous le terme de syndrome dalcoolisme fœtal. Ce syndrome associe une dysmorphie cranio-faciale (réduction du périmètre crânien, hypoplasie mandibulaire, bouche large aux fines lèvres) un retard de croissance, des anomalies du système nerveux central (hyperexcitabilité diffuse, handicaps intellectuels sévères) et des malformations dorganes (communication inter-auriculaire, inter- ventriculaire, tétralogie de Fallot, neuroblastome, hépatoblastome, atrésie des voies biliaires extra-hépatiques, hernie diaphragmatique). Ce syndrome associe une dysmorphie cranio-faciale (réduction du périmètre crânien, hypoplasie mandibulaire, bouche large aux fines lèvres) un retard de croissance, des anomalies du système nerveux central (hyperexcitabilité diffuse, handicaps intellectuels sévères) et des malformations dorganes (communication inter-auriculaire, inter- ventriculaire, tétralogie de Fallot, neuroblastome, hépatoblastome, atrésie des voies biliaires extra-hépatiques, hernie diaphragmatique).

25 Alcool et cancers Pour quatre localisations (oropharynx, larynx, œsophage, foie) le risque de survenu dun cancer est élevé. Pour quatre localisations (oropharynx, larynx, œsophage, foie) le risque de survenu dun cancer est élevé. Pour trois localisations (sein, côlon, rectum) le risque de survenue dun cancer est modeste. Pour trois localisations (sein, côlon, rectum) le risque de survenue dun cancer est modeste. Pour lestomac et le pancréas, lalcool est innocenté. Pour lestomac et le pancréas, lalcool est innocenté. Lalcool nest pas un cancérigène, mais un promoteur du processus néoplasique (il ne détient pas un pouvoir cancérigène intrinsèque, il augmente leffet dune molécule cancérigène par un phénomène de diminution des mécanismes naturels de défense). Lalcool nest pas un cancérigène, mais un promoteur du processus néoplasique (il ne détient pas un pouvoir cancérigène intrinsèque, il augmente leffet dune molécule cancérigène par un phénomène de diminution des mécanismes naturels de défense).

26 Alcool et médicaments Il existe de nombreuses interactions entre lalcool et les médicaments ; la biodisponibilité des médicaments peut être modifiée par des interactions enzymatiques, par une insuffisance hépatocellulaire. Il existe de nombreuses interactions entre lalcool et les médicaments ; la biodisponibilité des médicaments peut être modifiée par des interactions enzymatiques, par une insuffisance hépatocellulaire. Il faut retenir la notion deffet antabuse ; certains médicaments bloquent laction de lacétaladéhydedéhydrogénase entraînant, après absorption dune dose dalcool, une élévation importante de la concentration sanguine en acétaldéhyde, responsable dune série de signes cliniques : flush (très pénible), tachycardie, tachypnée, nausée, vomissement. Leffet de ces médicaments a été utilisé dans des tentatives de traitement aversif vis-à-vis de lalcool : Il faut retenir la notion deffet antabuse ; certains médicaments bloquent laction de lacétaladéhydedéhydrogénase entraînant, après absorption dune dose dalcool, une élévation importante de la concentration sanguine en acétaldéhyde, responsable dune série de signes cliniques : flush (très pénible), tachycardie, tachypnée, nausée, vomissement. Leffet de ces médicaments a été utilisé dans des tentatives de traitement aversif vis-à-vis de lalcool : Daonil, espéral, flagyl, … Daonil, espéral, flagyl, …


Télécharger ppt "Lalcoolisme et ses complications Dr. F. CHERIKH Psychiatrie de liaison et psychologie médicale Hôpital de lArchet I et II CHU de Nice."

Présentations similaires


Annonces Google