La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES TROUBLES DE LA DEGLUTITION. Prévalence La prévalence des troubles de la déglutition dans la population âgée nest pas connue avec précision. Leur fréquence.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES TROUBLES DE LA DEGLUTITION. Prévalence La prévalence des troubles de la déglutition dans la population âgée nest pas connue avec précision. Leur fréquence."— Transcription de la présentation:

1 LES TROUBLES DE LA DEGLUTITION

2 Prévalence La prévalence des troubles de la déglutition dans la population âgée nest pas connue avec précision. Leur fréquence semble élevée et ce, davantage chez les patients souffrant détats polypathologiques et séjournant en maison de repos. FR dans 10% des pneumonies communautaires FR chez 30% des patients âgés en institution dont 72% dentre eux ont une maladie neurologique potentiellement dysphagiante.

3 Prévalence -42 à 67 % des AVC ischémiques sont dysphagiques à J3. -1/3 des dysphagiques développent une Pneumopathie. -35% des décès font suite à une pneumopathie.

4 CONTEXTES A RISQUE Troubles de la vigilance (somnolence, fatigue) Troubles de la posture (hyperextension de la nuque, position allongée…), Maladie neurologique dégénérative (Démence, SEP, Parkinson…), Pathologie vasculaire cérébrale (Démence, post-AVC), Sonde naso-gastrique en place, Mycose oro-pharyngée, Mauvais état bucco-dentaire et troubles masticatoires (prothèses inadaptées, hygiène), Dyspnée sévère Traitements médicamenteux lorsquils modifient la vigilance ( les benzodiazépines, les somnifères), lorsquils favorisent les dyskinésies oro-faciales ( les neuroleptiques) ou encore lorsquils altèrent la salivation ( les anti cholinergiques).

5 La Problématique…. Retentissement psycho social : Qualité de vie, dévalorisation(bavage, lenteur,…) Anxiété, isolement Troubles de lhydratation et de la nutrition Pneumopathie dinhalation Dépistage dans une population à risque Difficultés des soignants pour la Prise en charge

6 Dysphagie oropharyngée Fausses routes Anxiété Pneumopathie Dénutrition Décès

7 Dépistage Surveiller Signes dalertes Vérifier Létat buccal : dents, appareil dentaire, langue, gencives La motricité bucco- faciale : lèvres, joues, langue La sensibilité bucco- faciale : au chaud, au froid, à la consistance Létat cognitif : compréhension, mémoire, attention et concentration Le comportement : agitation, dépression, conscience des troubles Déshydratation Perte de poids Encombrements bronchiques Toux, Bave Peur de passer à table Trop grosses bouchées Stockage des aliments dans les joues Durée du repas : trop court ou trop long Douleur à la déglutition 1/2

8 Dépistage On va commencer par une cuillère à café deau en évaluant le déclenchement de fausses routes (FR) (toux juste après la bouchée ou 1 minute après, voix mouillée ou rauque, bavage, bruits anormaux, gène respiratoire ou autre signe de malaise). Il est nécessaire de bien appuyer sur la langue avec la cuillère pour déclencher le réflexe archaïque de déglutition. 2/2

9 Faire boire 1 cuillère à café (cac) deau: –si FR: épaissir (1cac dépaississant dans 1 verre deau) – Puis nouveau test avec épaississant: Si FR: eau gélifiée seule autorisée. Et pour lalimentation: –Si eau épaissie =>alimentation pâteuse –Si eau gélifiée => alimentation mixée En pratique:

10 Fades, platesStimulantes Conseils pratiques Liquides TièdesLiquides Froides Chaudes Privilégier les boissons pétillantes ou aromatisées, températures franches (froid, chaud). Proscrire Boissons tièdes

11 Conseils pratiques Eviter certains aliments très fibreux (salade) ou en graines (coucous, riz) ou à texture enveloppante/collante (purée compacte, certains fromages). Epaississement des liquides : jus de fruits avec pulpe, compote de fruits, eau gélifiée Si nécessité denrichissement nutritionnel possibilité dintroduire dans la préparation des ingrédients riches (beurre, lait en poudre, fromage râpé...). MélangéesHomogènes Fragmentées Liquides+/- Epaissis

12 Attention !!! Au déroulement du repas Personne bien assise, la table bien positionnée Ambiance calme, sans radio et sans télévision Manger lentement Ne pas parler la bouche pleine Mettre de petites gorgées en bouche Reposer le verre après chaque gorgée Ne jamais avaler la tête en arrière Pencher plutôt le menton sur la poitrine pour avaler Présenter la cuillère par le bas Inciter à mâcher et à avaler Sassurer que la bouche est bien vidée Faire des pauses à chaque bouchée

13 Attention aux Ustensiles Petite cuillère, cuillère à dessert, verre avec encoche nasale ou à grande ouverture, paille coudée favorise une bonne position de la tête, tasse à large ouverture avec anse (type mug), Proscrire lusage des verres canard (qui restent utiles pour faire boire un patient allongé qui ne présente pas de fausses routes), et des verres à petite ouverture. Liquide peu épaissi : jus de fruits avec pulpe, eau mélangée avec un peu de compote de fruits (1 cuillerée à soupe de compote dans un verre standard -150ml-). Liquide épaissi : potage, yaourt, nectars, eau mêlée de compote (3 cuillerées à soupe de compote pour un verre), eau gélifiée standard. Texture molle : fruits cuits, poisson, purée de légumes Haché (=mouliné): seuls les aliments durs à mâcher (viande) sont coupés à la main. Ne concerne pas les troubles de la déglutition. Pâteux : tous les aliments sont passés au mixeur pour lisser les morceaux durs, tout en gardant un peu la texture des aliments. Mixé : tous les aliments sont passés au mixeur pour lisser très finement les morceaux. (essayez de ne pas mélanger les légumes avec les féculents et la viande car il est important de pouvoir différencier les goûts pour conserver du plaisir). Vous avez dit Textures

14 SI FAUSSES ROUTES Débuter par 5 claques dans le dos entre les 2 omoplates. Si échec: Manoeuvre de désobstruction de Heimlich Placez-vous derrière la victime et collez-vous à elle. Passez vos bras sous les siens et entourez-lui la taille. Penchez la victime en avant. Placez un de vos poings fermé (paume orientée vers le sol) dans le creux de son estomac (au dessus du nombril et sous le triangle formé par les côtes). Saisissez votre poing avec votre autre main. Maintenez vos coudes écartés au maximum pour ne pas appuyer sur les côtes de la victime. Si la victime est debout, passez une jambe entre les siennes pour avoir un bon point d'appui. Enfoncez le poing d'un coup sec, vers vous et vers le haut. Répétez jusquà 5 fois Adulte obèse : -Au milieu du sternum -Coudes écartés -Un coup sec

15 Si traitement par voie orale Il faut sassurer auprès de la pharmacie que le comprimé peut être écrasé ou la gélule ouverte Il ne faut pas écraser ou ouvrir les formes orales : - Gastro-résistantes (sauf pour les sondes jéjunales ) - A libération modifiée ( retard, LP, OROS, LM…), les gélules LP peuvent être ouvertes mais sans écraser leur contenu.

16 Dépistage Toux Perte de Poids Pneumopathie d'inhalation Alimentation Entérale Parentérale Réhabilitation Posturale Pulmonaire Modification des textures Diététicienne Rééducation Orthophoniste Traitements spécifiques Chirurgie Trachéotomie, Laryngectomie Bilan Clinique / ORL / Neurologique Orthophoniste Diététicienne-Kiné-Ass. Sociale +/- Fibroscopie de déglutition Avis complémentaire Gastro-entérologie Neurologie Pneumologie Vidéo radioscopie déglutition Plan Thérapeutique Optimiser hydratation et nutrition Réduire risque dinhalation Favoriser alimentation entérale

17 Conclusion prise en charge pluridisciplinaire Un travail déquipe pluridisciplinaire Des évaluations réajustées régulièrement en fonction de létat du malade PATIENT

18 La Pneumopathie dinhalation

19 Généralités Fréquent dans un contexte neurologique (AVC, SEP, PK, Démence…), alitement, OH, sédatifs, SNG Souvent latéralisée à droite Débris alimentaires ou micro-inhalations Germes de la flore bucco-dentaire et digestive: anaérobies, staph, BGN, strepto…

20 SEMIOLOGIE Début aigu: fausse route avec dyspnée, détresse respiratoire Plus souvent torpide: toux, fébricule puis expectoration fétide et abcédation. Radio: PNP souvent à droite

21 TRAITEMENT: ATB: Amox/ac. Clavulanique (Augmentin), ou Tazocilline, ou C3G (Rocéphine) + Flagyl +/- corticoïdes Kinésithérapie de drainage Prévention+++: texture repas, position du patient, Soins bucco-dentaire…..


Télécharger ppt "LES TROUBLES DE LA DEGLUTITION. Prévalence La prévalence des troubles de la déglutition dans la population âgée nest pas connue avec précision. Leur fréquence."

Présentations similaires


Annonces Google