La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La paire de fils torsadés –1 ou plusieurs paires de fils électriques agencés en spirale –Câble téléphonique constitué à l'origine de 2 fils de cuivre isolés.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La paire de fils torsadés –1 ou plusieurs paires de fils électriques agencés en spirale –Câble téléphonique constitué à l'origine de 2 fils de cuivre isolés."— Transcription de la présentation:

1 La paire de fils torsadés –1 ou plusieurs paires de fils électriques agencés en spirale –Câble téléphonique constitué à l'origine de 2 fils de cuivre isolés et enroulés l'un sur l'autre (torsadés environ 35 fois / m) –Jusqu'à 3000 paires par câble … (uniquement applications téléphoniques !) –Connexion facile, Coût faible … –Faible immunité aux bruits … –Qualité = f(matériaux, détails fabricat., …) Les supports physiques

2 La paire de fils torsadés. –Amélioration par "blindage" (STP Shielded Twisted Pairs). Attention à la qualité du blindage ! –Recommandation actuelle : UTP Catégorie 5 = câble à 4 paires torsadées, non blindé (Unshielded Twisted Pairs), impédance de 100 ohm. Toutes applications : téléphonie (RTC jusqu'à 56 Kbps max. ou RNIS), réseau 10 Mbps (10BaseT) ou 100 Mbps (100BaseT), video, …

3 La paire de fils torsadés. –Les classes d application : classe A : applications basses fréquences (voix) jusquà 100 kHz classe B : applications moyen débit jusquà 1 MHz classe C : haut débit (Ethernet, Token Ring) jusquà 16 MHz classe D : très haut débit (FastEthernet, ATM,...) jusquà 100 MHz –Catégorie de câblage : catégorie 3 : 2 km (A), 500 m (B), 100 m (C), impossible en classe D catégorie 4 : 3 km (A), 600 m (B), 150 m (C), déconseillé (D) catégorie 5 : 3 km (A), 700 m (B), 160 m (C), 100 m (D)

4 La paire de fils torsadés. –10 base T (10 Mbps), 100 base T (100 Mbps),… –100 m maximum et 2,5 m minimum entre le nœud central et lordinateur. (Topologie en étoile).

5 La paire de fils torsadés –Connecteur RJ-45: norme de cablâge pour Ethernet brochenomdescription pour 10baseT 1TX+transmission de données + 2TX-transmission de données - 3RX+réception de données + 4n/c100BaseT4 uniquement 5n/c100BaseT4 uniquement 6RX-réception de données - 7n/c100BaseT4 uniquement 8n/c100BaseT4 uniquement Note :sur les hubs, TX et RX sont intervertis

6 La paire de fils torsadés –Liaison PC–concentrateur –PC-PC

7 La paire de fils torsadés On envoie un signal différentiel sur une paire torsadée. Le récepteur mesurera la différence entre les deux signaux. Un parasite externe induira une perturbation de même signe sur les deux conducteurs de la paire, ce qui sera annulé par le récepteur

8 La paire de fils torsadés Si par exemple, sur un fil, 1 est codé 5v et 0 est codé 0v, sur l'autre fil, 1 est codé -5v et 0 est codé 0v, à l'arrivée on fait la différence des signaux; si la différence est 10, on a codé un 1; si la différence est un 0, on a codé un zéro. Si une perturbation électromagnétique dégrade le signal, la différence est constante. Exemple : un courant de 2v est créé dans le câble et on est en train de coder un 1 : le signal va être 7v et -3v; donc la différence est constante.

9 Le câble coaxial. –composé de deux conducteurs concentriques séparés par un isolant. –impédance 50 Ohm. –Connectique : prises BNC (British Naval Connection). [thin coax only]. –Avantages. grande capacité de transmission (500 Mbps), grande largeur de bande dune fréquence de 350 MHz.

10 Le câble coaxial. –coaxial fin (Thin). 10Base2. 30 stations maximum par segment. 5 segments maximum, 185 m maximum et 50 cm minimum.

11 Le câble coaxial. –gros coaxial (Thick): Cest une épine dorsale (backbone) qui nécessite lutilisation de prises vampires. 10Base stations maximum par segment. 5 segments maximum, 500 m maximum et 2,5 m minimum.

12 La fibre optique 1.Aspects physiques 2.Principes généraux 3.Émissions 4.Types de fibres 5.WDM 6.Crédits

13 Aspects physiques Que fait la lumière lorsqu'elle rencontre un obstacle ? Elle le traverse. Elle est réfléchie par cet obstacle. Elle est absorbée par cet obstacle. Elle subit une combinaison de ces trois possibilités.

14 Aspects physiques Imaginons que le bleu soit de l'air et le jaune du verre. Un rayon de lumière qui vient de l'air vers le verre selon un angle d'incidence donné va: Se réfléchir et retourner dans l'air, c'est le rayon réfléchi (sinon, les vitres de vos voisins ne vous éblouiraient jamais en réfléchissant le soleil) Pénétrer dans le verre (sinon vous ne verriez rien à travers vos vitres, ni à travers celles de vos voisins) en subissant une déviation de trajectoire. Perdre un peu d'énergie dans l'aventure (sinon, les vitres ne chaufferaient pas au soleil).

15 Aspects physiques Le bilan énergétique doit être nul, à savoir que l'énergie réfléchie plus l'énergie réfractée (transmise) plus l'énergie absorbée égalent l'énergie incidente. (Loi de la conservation de l'énergie, sans laquelle le monde serait bien plus chaotique que ce qu'il n'est déjà). Le rapport entre l'énergie réfléchie et l'énergie transmise varie en fonction de l'angle d'incidence. Il existe un angle critique. Alors, ça dépend de la façon dont on le mesure. S'il est mesuré comme indiqué sur le schéma, lorsque cet angle devient inférieur à l'angle critique, il n'y a plus de rayon réfracté et, aux pertes par absorption près, la totalité du rayon incident est réfléchie. Ceci va être très important pour la suite. L'angle de déviation entre le rayon incident et le rayon réfracté dépend de plusieurs choses. De la nature du dioptre (séparation entre les milieux); autrement dit, ça dépend des deux milieux considérés. Le plus souvent, ça dépend également de la longueur d'onde de la lumière incidente. Sinon, les arcs-en-ciel n'existeraient pas. Si les milieux ne sont pas dispersifs, alors il n'y a pas d'arc-en-ciel. Mais la plupart des milieux le sont (ça va d'ailleurs nous poser des problèmes)

16 Aspects physiques L'affaiblissement de la lumière dans la fibre est fonction de la longueur d'onde de la source. Elle est constante pour toutes les fréquences du signal utile transmis. l'affaiblissement est plus important dans le rouge (850nM) que dans l'infrarouge ( nM). Affaiblissement de la lumière en fonction de la longueur d'onde de la source

17

18 Fabrication de la fibre La fabrication d'une fibre optique passe par la réalisation d'une préforme cylindrique en barreau de silice. La silice est un composé oxygéné du silicium, de formule SiO2, présent dans un grand nombre de minéraux, tels que le quartz, la calcédoine et l'opale. La fibre est ensuite étirée à partir de ce barreau. Son centre, qui constitue le coeur de la fibre, nécessite une silice très pure avec un minimum d'ions hydroxyles OH-. Les fibres multimodes Les fibres multimodes Le coeur est entouré d'une silice de moindre qualité qui forme la gaine optique. On réalise un écart d'indice entre le coeur et la gaine en incorporant des dopants, tels que : - le germanium et le phosphore qui accroissent l'indice dans le coeur, - le bore et le fluor qui le font décroître dans la gaine. Une préforme de verre d'une longueur de 1 m et d'un diamètre de 10 cm permet d'obtenir par étirement une fibre monomode d'une longueur d'environ 150 Km.

19 3 types démetteurs: Light Emmiting Diode : dans le rouge visible (850nM). Les diodes à infrarouge : dans l'invisible (1300nM ) Les lasers, pour la fibre monomode : longueur donde 1300 ou 1550nM Diode électroluminescente Puissance dune LED +- 1mW Puissance dune diode laser -+ 5mW

20 Ouverture numérique Ouverture numériques (numeric aperture) de la fibre optique: le sinus de l'angle limite Typiquement: 0.33 et 0.56 Le cône dacceptance est lensemble des rayons admis (qui remplissent la condition de réflexion)

21 Trois types de fibres La fibre à saut d'indice 200/380 constituée d'un coeur et d'une gaine optique en verre de différents indices de réfraction. Cette fibre provoque de par l'importante section du coeur, une grande dispersion des signaux la traversant, ce qui génère une déformation du signal reçu. La fibre à gradient d'indice La fibre monomode La fibre autorise lutilisation de sources de faibles puissances; elle admet plusieurs rayons qui se propagent sur des chemins différents ou modes de propagation = MMF = fibre multimode (MultiMode optical Fiber)

22 Trois types de fibres La fibre à saut d'indice le chemin parcouru n'a pas la même longueur pour tous les rayons. C'est ce que l'on appelle la dispersion modale (DMD, Differential Mode Delay). réflexion des signaux lumineux en fonction de leur angle d'émission

23 Trois types de fibres La fibre à saut d'indice La fibre à gradient d'indice dont le coeur est constitué de couches de verre successives ayant un indice de réfraction proche. On s'approche ainsi d'une égalisation des temps de propagation, ce qui veut dire que l'on a réduit la dispersion nodale. Bande passante typique Mhz par km. C'est ce type de fibre qui est utilisé à l'intérieur des bâtiments de l'Université (62.5/125) et entre certains sites desservis par les PTT (50/125). La fibre monomode

24 Trois types de fibres La fibre à gradient d'indice

25 Trois types de fibres La fibre à saut d'indice La fibre à gradient d'indice La fibre monomode dont le coeur est si fin que le chemin de propagation des différents mode est pratiquement direct. La dispersion nodale devient quasiment nulle. La bande passante transmise est presque infinie (> 10Ghz/km). Cette fibre est utilisée essentiellement pour les sites à distance. Le petit diamètre du coeur (10um) nécessite une grande puissance d'émission, donc des diodes au laser qui sont relativement onéreuses.

26 Trois types de fibres La fibre monomode SMF :Single Mode Optical Fiber La fibre est monomode uniquement au-delà dune certaine longueur donde (1200 nm)

27 Trois types de fibres Propagation de la lumière dans les trois types de fibres

28 Trois types de fibres L'atténuation est constante quelle que soit la fréquence Seule la dispersion lumineuse limite la largeur de la bande passante.

29 Les connecteurs Les plus répandus: Connecteur ST Connecteur SC

30 Les connecteurs Les plus répandus: Connecteur ST Connecteur SC Pour les FDDI Connecteur MIC

31 Les connections On réalise bien qu'en montant un réseau de fibres optiques, il faut à un moment ou à un autre connecter des fibres entre elles ; autant en électronique, il est facile de connecter deux fils de cuivre par soudure ou épissure, autant joindre parfaitement deux fibres est une tâche contraignante et minutieuse. Il est essentiel de minimiser les pertes car c'est aux connexions que le signal perd l'essentiel de sa puissance : on voit aux évènements 3, 4 et 5 que l'affaiblissement du signal est non négligeable aux lieux de connexion entre les différentes fibres.

32 Les connections Il faut réunir de nombreuses conditions afin de réaliser une connexion qui minimisera les pertes : - aplanir la face de contact, ou la rendre parfaitement sphérique par polissage, en veillant à ce qu'elle soit perpendiculaire à l'axe optique - aligner les deux fibres (voir la figure suivante) - traiter les faces avec un revêtement antiréflexion - vérifier la soudure si soudure il y a et l'entourer d'une gaine de protection

33 Le multiplexage WDM et DWDM Le Wavelength Division Multiplexing (WDM) et le DenseWDM (DWDM) sont des technologies permettant de transmettre plusieurs signaux simultanément dans une même fibre optique. On cherche dans tous les cas à optimiser l'utilisation de la fenêtre de transmission de la fibre (environ 100nm). (Il existe aussi le CoarseWDM qui est une autre norme ). Le WDM sépare chaque canal de 0.8nm et le DenseWDM de 0.2nm. L'intérêt de la fibre optique est que ces signaux ne peuvent se confondre, à la réception ils seront parfaitement distingués.

34 Le multiplexage WDM et DWDM On réalise le multiplexage principalement dans des fibres monomodes. A partir de plusieurs laser à spectre fin ou d'un seul à spectre large, on réalise un échantillonnage de longueurs d'onde de l'ordre du 1/10 ème de nanomètre. On parvient à l'heure actuelle à réaliser 256 canaux dans une seule fibre. Un système que l'on appelle OADM (Optical Add Drop Multiplexer), permet d'inclure un canal supplémentaire ou d'en retirer un à un lieu précis de la fibre, ceci se réalise à l'aide de filtres (comme des réseaux de Bragg par exemple). En réalisant un échantillonnage de plus en plus fin, on pourra obtenir des fibres à très large bande passante, et ajouté au système OADM (avec le principe d'une autoroute : on peut aller d'un bout à l'autre ou sortir - rentrer en un lieu précis) cela permettra d'obtenir un réseau flexible. Le multiplexage est ainsi une technologie incontournable des télécommunications par fibre optique.

35 Performances Avantages de la fibre optique La fibre optique a de gros avantages par rapport à son concurent direct, le conducteur électrique. L'atténuation du signal dans celle-ci est bien inférieure à celle dans un câble cuivré. De même, les distances de couverture dans necessité d'amplificateur de puissance son bien plus élevées. Pour finir, le débit maximum de la fibre optique est très nettement supérieur à celui qui peut être obtenu dans un simple conducteur électrique. Vitesse de transmission La vitesse de transmission des données dans la fibre optique est bien supérieure aux quelques centaines de mégabits pouvant être transférés dans des câbles cuivrés. La vitesse maximale a été obtenue par Alcatel, et est de 10,2 Tb/s soit Gb/s sur une distance limitée de 100 Km, mais sur une distance plus élevée, 7300 Km, la vitesse atteinte est de l'ordre de 3 Tb/s, soit Gb/s !

36 La fibre optique coûte-t-elle cher ? Non. Par rapport au câble en cuivre, elle aurait même tendance à coûter moins cher. En revanche, la connectique et les convertisseurs d'énergie électrique/lumineuse et réciproquement à placer aux extrémités coûtent cher, très cher même, suivant les technologies mises en oeuvre. Questions - Réponses

37 La fibre optique est-elle bidirectionnelle ? Oui. Cependant, on ne l'utilise souvent que dans un seul sens, pour simplifier les convertisseurs placés aux extrémités. Si l'on souhaite exploiter une fibre optique dans les deux sens, il faudra: Utiliser des longueurs d'onde différentes pour chaque sens. Utiliser des extrémités capables de capter de la lumière pour la convertir en électricité ET émettre de la lumière en fonction d'un signal électrique. C'est réalisable, mais ça a un coût. Questions - Réponses

38 Peut-on passer plusieurs informations différentes dans la même fibre et les récupérer à l'autre bout intactes ? Oui, il y a même deux méthodes pour le faire: Si l'on utilise plusieurs longueurs d'ondes lumineuses. Là aussi, ça a une incidence sur la complexité des équipements aux extrémités. C'est du multiplexage spatial, à rapprocher du "large bande" sur le cuivre ou la HF. On peut également faire du multiplexage temporel. Questions - Réponses

39 Quels sont les principaux avantages de la fibre optique ? La fibre optique est totalement insensible aux rayonnements électromagnétiques dans lesquels nous baignons. L'atténuation du signal est inférieure à celle d'un conducteur électrique et les distances couvertes sans nécessité d'installer des amplificateurs sont bien plus grandes. La bande passante est généralement bien supérieure à celle que l'on peut obtenir avec un câble électrique. Questions - Réponses

40 La fibre optique est-elle fragile ? Pas particulièrement. C'est la connectique qui peut l'être. Le seul problème, c'est le rayon de courbure minimum qui la rend assez peu souple d'emploi pour les installations "volantes". Questions - Réponses

41 Quelles performances peut-on en attendre ? D'une grosse centaine de Méga bits par seconde, comparable à ce que l'on sait faire avec du cuivre, au record actuel (à l'heure où ces lignes sont écrites) détenu par Alcatel:10,2 Tbit/s ( Gbit/s), sur une distance de 100 kilomètres. Un autre record: 3 Tbit/s (3 000 Gbit/s), sur une distance record de kilomètres Questions - Réponses

42 Credits

43 Le réseau téléphonique commuté La parole téléphonique. –Contraintes. temps réel (acheminement parole max 300ms). Signaux remis au destinataire à des moments précis (= application isochrone). Phénomène décho (28 ms). Non détectable si – de 60 ms aller-retour. –Bande passante (3200 Hz). –Théorème d'échantillonnage de Shannon Fréq. échantillonnage >= 2 x Fréq. max du signal analogique à numériser. Dans notre cas: Fe >= 6400 Hz

44 Le réseau téléphonique commuté La parole téléphonique. –La normalisation MIC (modulation par impulsion et codage) sappuie sur échantillons/sec soit 1 échantillon toutes les 125 µs. –Chaque échantillon est ensuite codé, une valeur numérique est donnée à la valeur de fréquence de l'échantillon. codif. 8 bits en Europe (débit de 64 Kbits/sec), 7 bits en Amérique du Nord (débit de 56 Kbits/sec).

45 La parole téléphonique. –Compression par codification différentielle. On transmet seulement la différence avec léchantillon précédent. Pour éviter une trop grande erreur, on envoie à intervalles réguliers, une valeur complète. Le réseau téléphonique commuté

46 Introduction La transmission d'informations La parole téléphonique Codage différentiel de la parole téléphonique

47 Introduction Exercice 1 Quel est le débit minimal exigé pour transmettre une parole de meilleure qualité que la parole téléphonique (codage des échantillons sur 16 bits au lieu de 8) sur un réseau de bande passante de 10 Khz ?

48 Introduction Solution 1 Comme le nombre déchantillons doit être au moins égal au double de la bande passante, soit points par seconde, et que chaque échantillon est codé sur 16 bits, il faut un débit de 320 kbits/sec

49 Introduction Exercice 2 Soit un codeur MIC générant un flot constant de 64 Kbps pour de la parole téléphonique. Quel est le temps de paquetisation nécessaire à un paquet de 48 octets ?

50 Introduction Solution 2 Comme le codeur MIC sappuie sur 8000 échantillons par seconde, le temps entre 2 échantillons est de 125 µs. Le temps de remplissage dun paquet est de 48 x 125 µs, ce qui donne 6 ms. Chaque paquet transporte donc 6ms de parole.

51 Introduction Exercice 3 Si le nombre d'octets transportés dans un paquet standard est de 32, quelle est la distance maximale entre les 2 points les plus éloignés du réseau, sachant que la vitesse moyenne de propagation du signal sur un support métallique est de Km/sec et que ce réseau a une contrainte temporelle d'écho de 28 ms ?

52 Introduction Solution 3 Si on a un octet tous les 125µs, un paquet fait 4 ms (32 x 125µs). Le dernier octet est donc remis au récepteur 4 ms après le premier. Ce temps est à enlevé de notre contrainte décho, ce qui nous donne un temps de traversée maximal de 24 ms (28-4) La distance maximale est donc de 4800 km.

53 Introduction Exercice 4 Supposons qu'un paquet ait une longueur de 128 octets et que sur ces 128 octets, 40 octets soient dédiés à la supervision. On encapsule ce paquet dans un autre paquet avec également 40 octets de supervision. Quel est le pourcentage d'octets consacré à la supervision ? Qu'en penser ?

54 Introduction Solution octets – 40 octets de supervision = 88 octets de données Pour lencapsulation, on ajoute 40 octets de supervision. On a donc pour un total de 168 octets, 80 octets de supervision, soit un pourcentage de 80/168 pour la supervision. => lencapsulation néconomise pas la capacité de transport

55 Le RTC Mettre en relation deux abonnés La signalisation est le protocole qui permet détablir, maintenir et rompre la relation Réseau à « 3 étages » :

56 Le RTC Réseau à « 3 étages » : Commutation: partie centrale du réseau qui mets en relation les abonnés Transmission: La liaison de lensemble des commutateurs (réseau de transmission ou réseau de transport) Distribution: Le réseau reliant les abonnées au commutateur le plus proche (commutateur de rattachement)

57 Pour assurer un bon fonctionnement du réseau en cas de rupture dun support, on duplique les faisceaux de circuits entre les commutateurs même lorsque la charge à écouler ne le justifie pas. Faisceau : ensemble des circuits passant par un même chemin. Le RTC

58 Zone à autonomie dacheminement (ZAA) : les commutateurs (CAA) accueillent les abonnés et établissent les communications locales. A noter aussi les concentrateurs de trafic dans les zones dispersées : quelques dizaines de milliers dabonnés. Les CAA désservent eux-même des commutateurs locaux (CL: concentrateurs de lignes auxquels sont raccordés les abonnés finals) Zone de transit secondaire (ZTS) : contient les commutateurs internes (CTS). Assure le routage si nécessaire (brassage des circuits) :il ny a pas dabonnés reliés directement aux CTS Zone de transit principale (ZTP) : un CTS est relié à un CTP, lui-même éventuellement à un commutateur de transit international (CTI); cette zone assure la communication des liaisons longues distances Organisation du RTC: Architecture traditionnelle

59 En image

60 Le codage… Le codage différentiel (DPCM, ADPCM, ADM) Principe du codage DPCM Principe du codage ADPCM Principe du codage ADM Le codage par synthèse (LPC, CELP, GSM) Le codage LPC Le codage CELP Le codage GSM Codage entropique Codage de Huffman Codage Huffman dans le cas de l'ADPCM

61 Méthode de compressionDébit en KBits/s G.711 PCM64 G.726 AD PCM32 G.728 LD CELP16 G.729 CS ACELP8 G.729 x 2 Encodings8 G.729 x 3 Encodings8 G.729a CS ACELP8 G MPMLQ6,3 G ACELP5,3

62 Loi de quantification A et µ La loi A : Utilisée en Europe. Elle divise lespace de quantification en 8 intervalles A lexception des deux premiers intervalles, chaque intervalle de quantification est le double du précédent… A lintérieur de chaque intervalle, on opère une quantification linéaire sur 16 niveaux… Chaque échantillon est ainsi représenté par 8 bits : Le premier indique la polarité du signal (P) Les trois suivants indiquent le segment de quantification (S) Les quatre derniers représentent la valeur dans le segment (V)


Télécharger ppt "La paire de fils torsadés –1 ou plusieurs paires de fils électriques agencés en spirale –Câble téléphonique constitué à l'origine de 2 fils de cuivre isolés."

Présentations similaires


Annonces Google