La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

IPv4. TCP/IP fait référence à un ensemble de protocoles d'échange de données sur les réseaux informatiques Les protocoles de la couche transport TCP –

Présentations similaires


Présentation au sujet: "IPv4. TCP/IP fait référence à un ensemble de protocoles d'échange de données sur les réseaux informatiques Les protocoles de la couche transport TCP –"— Transcription de la présentation:

1 IPv4

2 TCP/IP fait référence à un ensemble de protocoles d'échange de données sur les réseaux informatiques Les protocoles de la couche transport TCP – Transmission Control Protocol et de la couche réseau IP – Internet Protocol représentent les briques de base de l'Internet Le terme TCP/IP qui nomme les deux protocoles incontournables, a été choisi pour faire référence à la pile de protocoles qui permettra à l'Internet de fonctionner Il est difficile d'établir la liste exhaustive des protocoles de l'Internet car de nouveaux apparaissent régulièrement et tous ne sont pas essentiels à l'implémentation de la pile TCP/IP

3 IPv4 Le protocole IP correspond à un protocole de la couche réseau Il permet l'interconnexion de réseaux physiques hétérogènes et le point d'entrée d'applications « utilisateur »

4 IPv4 Architecture des protocoles TCP/IP : Bien qu'il n'existe pas de convention universelle sur la description de TCP/IP par un modèle en couches, on admet généralement qu'il est composé de moins de niveaux que les sept utilisés par le modèle de l'OSI La plupart des descriptions de TCP/IP définissent de trois à cinq niveaux fonctionnels dans son architecture

5 IPv4

6 De même que pour le modèle OSI, les données sont passées vers le bas de la pile quand elles sont envoyées vers le réseau, et vers le haut quand elles sont reçues Chacune des couches de la pile ajoute des informations de contrôle afin d'assurer une livraison correcte Ces informations de contrôle sont appelées un « en-tête » parce qu'elles sont placées devant les données à transmettre Chaque couche traite toutes les informations qu'elle reçoit des couches supérieures en tant que données et place son propre en-tête devant elles

7 IPv4 L'addition d'informations de distribution à chaque couche est appelée encapsulation Quand les données sont reçues, c'est l'inverse qui se produit Chaque couche enlève son en-tête avant de passer les données à celles du dessus Les informations reçues d'une couche inférieure sont interprétées en tant qu'en-tête et données

8 IPv4

9 Chaque couche possède ses propres structures de données indépendantes Conceptuellement, une couche ne connaît pas les structures de données employées par les couches du dessus et du dessous En réalité, les structures d'une couche sont conçues de façon à être compatibles avec celles des couches supérieures dans le but d'une transmission plus efficace Cependant, chaque couche dispose de sa propre structure de données et de sa propre terminologie pour décrire celle-ci

10 IPv4

11

12 Particularités : IP est un protocole sans connexion car il n'échange pas d'informations de contrôle (handshake) pour établir une connexion de bout en bout avant de transmettre des données A l'inverse, un protocole orienté connexion, échange des informations de contrôle avec le système distant pour vérifier qu'il est prêt à recevoir des données avant de les envoyer Quand le handshake a réussi, on dit qu'une connexion est établie

13 IPv4 IP se fie aux protocoles d'autres couches pour établir la connexion si un service orienté connexion est requis IP se fonde également sur des protocoles des autres couches pour fournir une détection et une correction d'erreurs Le protocole Internet est parfois appelé un protocole non fiable parce qu'il ne contient ni détection, ni correction des erreurs Cela ne veut pas dire que le protocole IP n'est pas sûr Les protocoles des autres couches de l'architecture fournissent cette vérification quand elle est requise

14 IPv4 Dans la version 4, le protocole IP n'apporte pas une solution idéale à certains types d'applications C'est le cas par exemple, pour les applications « temps réel » ou pour les applications de téléphonie et de visioconférence Intrinsèquement, IP n'apporte pas les capacités de sécurisation poussée indispensable aux besoins du commerce électronique et à l'échange de données sensibles

15 IPv4 Cependant, l'adoption généralisée de TCP/IP et l'augmentation constante de la bande passante offerte par les fabricants, les prestataires Internet et les câblo-opérateurs gomment en partie les faiblesses d'IP Enfin, la prochaine version d'IP, nommée IPv6, palliera les défauts de la version actuelle La version dIP est en cours dimplémentation au niveau mondial sur les grands réseaux Les versions 4 et 6 dIP cohabiteront pendant plusieurs années

16 IPv4 Pratiquement tous les systèmes d'exploitation gèrent TCP/IP Son acceptation généralisée l'a conduit à devenir un protocole de fait, en opposition aux protocoles « réseau » décrits dans le standard OSI - Open Systems Interconnection de l'ISO - International Standards Organization A l'heure actuelle TCP/IP représente la meilleure solution à l'unification mondiale des matériels et des logiciels informatiques

17 IPv4 La première spécification officielle décrivant IP est la RFC 791 [Postel 1981a] IP est un protocole non fiable et sans connexion Il semble surprenant que toutes les applications communicantes couramment utilisées aujourd'hui soient basées sur des fondations instables Il s'agit d'une option technique et que les termes « non fiable » et « non connecté » ne sont pas péjoratifs mais correspondent à des choix stratégiques

18 IPv4 Le paquet d'octets transférés au niveau de la couche IP entre un émetteur et un récepteur se nomme un datagramme En règle générale, un datagramme est une unité d'informations de taille variable en octets et contenant les renseignements nécessaires à son cheminement au travers des réseaux, entre une source et une ou plusieurs destinations

19 IPv4 Par « non fiable », il faut comprendre que la livraison d'un datagramme n'est pas garantie Le réseau fournira le meilleur effort possible (best effort) pour acheminer les datagrammes Cependant, si pour une raison ou pour une autre (par exemple la saturation des buffers d'un routeur) un élément du réseau se trouve dans l'incapacité de faire avancer un datagramme, celui-ci sera purement et simplement détruit

20 IPv4 IP essaiera également de faire parvenir un message d'erreur à l'émetteur pour l'informer du problème par l'intermédiaire du protocole ICMP - Internet Control Message Protocol Ce message d'erreur, lui-même transporté dans un datagramme, sera susceptible de ne pas arriver non plus à destination Ce choix technique permet d'optimiser les réseaux en faisant des concessions à la fiabilité des transferts de données

21 IPv4 IP n'intègre pas de système de correction d'erreur et se il se contentera de supprimer un datagramme qui présenterait un problème portant sur les données administratives de son en-tête IP se base sur les couches supérieures (par exemple TCP) pour apporter des réponses aux besoins de fiabilité

22 IPv4 Par « non connecté », il faut entendre qu'aucune route au travers des réseaux n'est établie préalablement au transfert des données Des réseaux tels que X.25 ou SNA fonctionnent en mode connecté Dans le mode non connecté, chaque datagramme chemine indépendamment des autres lors d'un échange Il en résulte tout d'abord que chaque datagramme embarque en son sein les informations nécessaires à son cheminement

23 IPv4 Il en résulte également que les datagrammes peuvent se présenter à la destination en ordre dispersé En effet, le choix du routage des datagrammes est pris en temps réel par chaque nœud du réseau Le chemin entre la source et la destination peut donc être différent d'un datagramme à l'autre Dans les faits, la majorité des datagrammes dun échange donné, utilise le même itinéraire

24 IPv4 Un protocole réseau tel que IP, qui a comme ambition première l'interconnexion de réseaux physiques hétérogènes, doit être capable de prendre en charge les contraintes inhérentes aux différents supports physiques traversés Le problème le plus important est celui de la MTU – Maximum Transmission Unit, c'est-à-dire la taille maximale des données emportées par la trame

25 IPv4 Le datagramme IP est encapsulé dans une trame qui traversera physiquement le réseau sous-jacent Si, sur le coupleur de départ, le datagramme est trop volumineux pour être contenu dans une seule trame, celui-ci devra être découpé en plusieurs morceaux Ceci implique qu'il devra exister un mécanisme de regroupement des parties du datagramme initial Ce mécanisme de découpage et de reconstruction du datagramme se nomme la fragmentation et est géré par le processus IP

26 IPv4 Encapsulation d'un datagramme dans une trame

27 IPv4 Une dernière caractéristique fondamentale de l'Internet Protocol réside dans la possibilité d'adresser de façon unique un coupleur réseau (par exemple une carte Ethernet) dans un maillage de réseaux interconnectés L'identification des coupleurs réseau supportant IP est basée sur les adresses IP Il s'agit d'un postulat de départ puisque pour atteindre une adresse IP particulière, il est nécessaire de mettre en place un système d'adressage sans équivoque basé sur des adresses uniques pour un ensemble de réseaux connectés

28 IPv4 Les réseaux interconnectés autonomes sont souvent appelés des réseaux Intranet Dans le cas de l'Internet, il a fallu gérer au niveau mondial l'attribution des adresses IP pour conserver le caractère unique de l'adressage IP L'organisme régulateur s'occupant de l'attribution des adresses IP est l'ARIN - American Registry of Internet Numbers pour l'Amérique et le RIPE – Réseaux IP Européens pour l'Europe

29 IPv4 Le datagramme : Les protocoles TCP/IP ont été conçus pour transmettre des données sur ARPANET qui était un réseau à commutation de paquets Un paquet est un bloc de données de taille variable qui transporte avec lui les informations nécessaires à sa livraison Un réseau à commutation de paquets utilise les informations d'adressage des paquets pour les commuter d'un réseau à l'autre, jusqu'à leur destination finale

30 IPv4 Chaque paquet transite sur le réseau indépendamment de chaque autre paquet Les cinq ou six premiers mots de 32 bits du datagramme forment l'en-tête et par défaut, il comporte cinq mots longs le sixième étant optionnel La longueur de l'en-tête étant variable, il comprend un champ appelé Internet Header Length (IHL) qui indique sa longueur en nombre de mots L'en-tête contient toutes les informations nécessaires pour transporter le paquet

31 IPv4

32 Version : Champ de 4 bits indiquant la version de IP. La version actuelle est la version 4. Elle sera suivie de la version 6 Longueur de l'en-tête : Champ de 4 bits indiquant la longueur de l'en-tête IP en nombre de mots de 32 bits. La taille minimale des en-têtes IP étant de 20 octets, la plus petite longueur d'en-tête est de 5 Type de service : Champ de 8 bits indiquant la qualité de service attendue par ce datagramme pour une livraison par l'intermédiaire de routeurs sur l'inter-réseau Longueur totale : Champ de 16 bits indiquant la longueur totale du datagramme IP (en-tête IP + données utiles). La longueur totale n'inclut pas le tramage de la couche d'accès au réseau Identification : Identificateur de 16 bits défini de manière distincte pour chaque datagramme. Si le paquet IP est fragmenté, tous les fragments auront la même identification d'origine à utiliser lors du réassemblage par le noeud de destination

33 IPv4 Indicateurs de fragmentation : Champ de 3 bits réservés aux indicateurs de fragmentation. Deux de ces trois bits sont actuellement utilisés pour les indicateurs DF et MF, le premier précisant si la fragmentation du datagramme IP est autorisée, et le second indiquant si d'autres fragments suivent Décalage des fragments : Champ de 13 bits utilisés comme compteur de décalage pour indiquer la position du fragment par rapport aux données utiles d'origine. En l'absence de fragmentation, le décalage est de 0 TTL (Time To Live) : Champ de 8 bits indiquant la durée ou le nombres de tronçons de réseaux qu'un datagramme peut franchir avant d'être supprimé. Il était utilisé à l'origine comme une temporisation (en secondes) d'acheminement du datagramme. Les routeurs actuels acheminent les datagrammes en moins d'une seconde et doivent, pour se conformer à la RFC791, décrémenter le TTL d'au moins une unité. Le TTL est devenu un nombre de saut de réseaux maximum

34 IPv4 Protocole : Champ de 8 bits identifiant le protocole client IP. Il est utilisé pour démultiplexer un datagramme vers un protocole de couche supérieure Total de contrôle d'en-tête : Champ de 16 bits ne servant que pour l'en-tête IP. Les données ne sont pas concernées par ce checksum. Lorsqu'un noeud IP reçoit un datagramme, il effectue une vérification sur le total de contrôle et supprime le paquet IP si celui-ci est incorrect. Le total de contrôle est recalculé à chaque noeud car le TTL évolue et il peut y avoir une fragmentation Adresses : Adresses IP source et destination sur 32 bits Options de remplissage : Champ dont la longueur est un multiple de 32 bits servant à stocker les options IP. Si l'option n'utilise pas les 32 bits, des 0 de remplissage sont utilisés afin que l'en-tête IP soit de taille modulo 32 bits

35 IPv4 Les sous-réseaux IPv4 : La structure standard d'une adresse IP peut être modifiée localement en utilisant des bits d'adresse hôte en tant que bits d'adresse réseau supplémentaires La ligne de démarcation entre les bits d'adresse réseau et hôte est déplacée, créant ainsi des réseaux supplémentaires, mais réduisant de ce fait le nombre maximum d'hôtes pouvant appartenir à un seul réseau Ces bits nouvellement définis déterminent un sous-réseau à l'intérieur d'un plus grand réseau

36 IPv4 Une organisation décide généralement de créer des sous-réseaux afin de résoudre des problèmes topologiques ou organisationnels Cela autorise une gestion décentralisée de l'adressage des hôtes Dans un système standard d'adressage des hôtes, un seul administrateur est responsable de la gestion des adresses hôtes Avec les sous-réseaux, un administrateur peut déléguer les assignations d'adresses à des organisations plus restreintes à l'intérieur de la structure mère

37 IPv4 Masques de sous-réseau par défaut Classe d'adresseBits utilisés pour le masque de sous-réseauNotation décimale pointée Classe A Classe B Classe C

38 IPv4 Un sous-réseau est défini en appliquant un masque de bits, le subnet mask (masque de sous-réseau), à l'adresse IP Si un bit se trouve sur le masque, le bit équivalent dans l'adresse est interprété comme un bit réseau Dans le cas contraire, le bit appartient à la partie hôte de l'adresse Le sous-réseau n'est connu qu'en local Pour le reste de l'Internet, son adresse est toujours interprétée comme une adresse IP standard

39 IPv4 Par exemple, le masque de sous-réseau standard associé aux adresses de classe B est Le masque de sous-réseau le plus courant étend la partie réseau d'une adresse de classe B d'un octet Ce masque de sous-réseau devient Les deux premiers octets définissent le réseau de classe B, le troisième définit l'adresse de sous-réseau et le dernier l'hôte sur ce sous-réseau

40 IPv4 Beaucoup d'administrateurs réseau préfèrent utiliser des masques à octets parce qu'ils sont plus faciles à lire et à comprendre Cependant, la définition de masques de sous-réseau limités aux octets n'est pas obligatoire Le masque de sous-réseau se fonde sur les bits et peut être appliqué à n'importe quelle classe d'adresses

41 IPv4 Par exemple, une petite organisation pourrait subdiviser une adresse de classe C en quatre sous-réseaux avec le masque ( = ) Ce masque, appliqué à une adresse de classe C, définit les deux bits de poids fort du quatrième octet comme partie sous-réseau de l'adresse Avec les 6 bits restants (2 puissance 6), il est possible de définir jusqu'à 64 hôtes par sous-réseau

42 IPv4 Ce même masque, appliqué à une adresse de classe B crée plus de mille sous-réseaux car dix bits (un octet entier et deux bits du quatrième octet) sont employés pour définir les sous-réseaux (2 puissance 10 = 1024) Les sous-réseaux devenant de plus en plus courants, une autre façon d'écrire les masques de sous-réseau se popularise en « /bits » au lieu de la notation sur quatre octets

43 IPv4 Par exemple, « /24 » spécifie un masque de sous-réseau sur 24 bits, équivalent à , mais bien plus facile à écrire La nouvelle nomenclature suppose que les masques sont faits de bits contigus et correspond à une pratique standard On rencontre également des masques à jokers, surtout pour les routeurs Cisco et leurs spécifications de filtrage de paquets

44 IPv4 Les masques à jokers sont essentiellement les masques complémentaires à 1 des masques de sous-réseaux Les masques à jokers utilisent un bit à 1 pour les parties à ignorer Un masque de sous-réseau de équivaut à un masque à joker et un masque de sous-réseau de est équivalent à un masque à joker de

45 IPv4 Le routage IP : Le routage est basé sur ladresse IP de destination contenue dans le datagramme Il est également basé sur les tables de routage des systèmes et des routeurs Les passerelles routent les données entre les réseaux mais tous les éléments d'un réseau, qu'ils soient hôtes ou passerelles, doivent prendre des décisions de routage

46 IPv4 Si l'hôte de destination se trouve sur le réseau local, les données sont délivrées à l'hôte de destination S'il se trouve sur un réseau distant, les données seront transmises à une passerelle locale La passerelle locale fera avancer le datagramme vers le réseau suivant et ainsi de suite

47 IPv4 Le routage étant orienté réseau, IP prend des décisions de routage en se fondant sur la partie réseau de l'adresse Le module IP détermine la partie réseau de l'adresse en examinant les bits de poids fort pour en déduire la classe de l'adresse Celle-ci détermine la partie de l'adresse que IP utilise pour identifier le réseau

48 IPv4 Si le réseau de destination est le réseau local, le masque de sous- réseau local est appliqué à l'adresse de destination Les paquets sont routés vers leur destination comme l'indique la table de routage Les décisions de routage se résument à de simples lectures de tables

49 IPv4 La table de routage : Sur un système UNIX, on peut afficher le contenu de la table de routage par la commande netstat –nr L'option -r affiche la table de routage et l'option -n sous forme numérique

50 IPv4 L'hôte a comme adresse %netstat –nr Routing tables DestinationGatewayFlagsRefcntUseInterface UH1298lo Default UG250360le U le UG41179le UG101113le UG21379le UG41119le0

51 IPv4 La première entrée de la table est la route de loopback pour l'hôte local Chaque système utilisant la route de loopback pour s'envoyer des datagrammes, cette entrée se trouve dans la table de routage de chaque hôte Le flag H est présent car il s'agit d'une route vers un hôte spécifique ( ) et non vers un réseau entier )

52 IPv4 Une autre entrée unique de la table de routage est celle qui comprend le mot « default » dans le champ destination Elle concerne la route par défaut et la passerelle spécifiée est la passerelle par défaut Celle-ci est employée à chaque fois qu'il n'existe pas de route spécifique dans la table pour une adresse destination Par exemple, cette table ne comprend pas d'entrée pour le réseau Si IP reçoit un datagramme adressé à ce réseau, il l'enverra via la passerelle par défaut

53 IPv4 Dans cet exemple, on voit que l'hôte concerné est directement connecté au réseau L'entrée de la table pour ce réseau ne spécifie pas de passerelle externe, c'est-à-dire que l'entrée de la table de routage pour ne comporte pas de flag G Donc l'hôte en question doit être directement connecté à ce réseau

54 IPv4 Toutes les passerelles qui apparaissent dans une table de routage se trouvent sur des réseaux directement raccordés au système local Cela signifie que quelle que soit l'adresse de destination, les adresses des passerelles commencent toutes par Ce réseau est le seul auquel l'hôte soit connecté et donc le seul auquel il puisse transmettre des données Les passerelles qu'il utilise pour accéder au reste de l'Internet doivent se trouver sur son sous-réseau

55 IPv4

56 Une table de routage ne contient pas de route de bout en bout Elle ne pointe que vers la passerelle suivante, appelée next hop (le saut suivant), sur le chemin conduisant au réseau de destination L'hôte compte sur une passerelle locale pour délivrer les données, et cette passerelle, à son tour, compte sur d'autres passerelles


Télécharger ppt "IPv4. TCP/IP fait référence à un ensemble de protocoles d'échange de données sur les réseaux informatiques Les protocoles de la couche transport TCP –"

Présentations similaires


Annonces Google