La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Université Rennes 2 Master Langues, cultures étrangères et régionales Spécialité Les Amériques, 2ème année 2011-2012 « Identifier, évaluer et surveiller.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Université Rennes 2 Master Langues, cultures étrangères et régionales Spécialité Les Amériques, 2ème année 2011-2012 « Identifier, évaluer et surveiller."— Transcription de la présentation:

1 Université Rennes 2 Master Langues, cultures étrangères et régionales Spécialité Les Amériques, 2ème année « Identifier, évaluer et surveiller les ressources sur le web : outils et méthodologies » Alexandre Serres URFIST Octobre 2011

2 A. Serres, URFIST Rennes, URFIST : Unité Régionale de Formation à lInformation Scientifique et Technique Trois missions : Formation : thématiques de lIST, recherche dinformation... Veille : sur les outils, les usages de linformation Recherche : sur les cultures de linformation Publics : bibliothécaires, enseignants, doctorants et Master Services : des stages de formation gratuitsstages de formation des supports en ligne : Formadoct (en partenariat avec les SCD)Formadoct des ressources Un site : Un réseau de 7 URFIST Au service de la communauté universitaire et des professionnels de linformation

3 A. Serres, URFIST Rennes, PLAN 1/ Introduction : contextes, enjeux, défis de lévaluation de linformation 2/ Complexité de lévaluation 3/ Méthodologie didentification des ressources et dévaluation de la crédibilité 4/ Outils et méthodologies pour une veille personnelle

4 A. Serres, URFIST Rennes, Contextes Trois contextes imbriqués : Sociotechnique : La « grande numérisation » Les brouillages du document numérique La confusion des sources sur Internet Les changements du web social Informationnel : La crise du modèle de la validation Sociopolitique : La crise de confiance générale

5 A. Serres, URFIST Rennes, Enjeux : la question de (la) confiance Enjeu majeur sur le web : quelle confiance accorder aux ressources ? Nouvelles modalités de la confiance avec le web 2.0 : Importance du jugement des internautes Rôle de la statistique Confusion popularité/autorité

6 A. Serres, URFIST Rennes, Défis : les info-pollutions Information comme nouvel environnement et nouvelle pollution : notion « dinfo-pollution » Différents types de pollutions informationnelles : La surabondance La contamination La désinformation, les rumeurs La médiocrité Linvasion publicitaire

7 A. Serres, URFIST Rennes, Défis : les info-pollutions. La surabondance Les enjeux : « les travailleurs du savoir passent 15 à 35% de leur temps à la recherche d'information 40% des travailleurs n'arrivent pas à trouver l'information dont ils ont besoin sur l'intranet de leur organisation seulement la moitié de ceux qui recherchent de l'information sur le web parviennent à leurs fins » (enquête IDC 2007)enquête IDC 2007 Quels remèdes ? Remèdes techniques, du côté des outils de recherche : mode dinterrogation avancée Utilisation des outils « web 2.0 » : « pages perso », fils RSS… Importance de lanalyse et de la définition des besoins Nouveaux apprentissages : Gestion de linformation Gestion du courrier

8 A. Serres, URFIST Rennes, Défis : les info-pollutions. La manipulation Image : la « marée noire » Prolifération des informations indésirables sur Internet (révisionnisme, pornographie, sectes…) Effets : problème de la « contamination » des informations « saines » Voir liens vers sectes, sites pornos. Nouvelles formes de manipulation sur les blogs : «lastroturfing », ou usurpation de représentativité"astroturfing Risques : Problèmes de sécurité de linternet : explosion des escroqueries, du spam, de la délinquance... Dangers de manipulation : par les sectes, les sites révisionnistes, les sites complotistes...

9 A. Serres, URFIST Rennes, Défis : les info-pollutions. La manipulation Petit exercice didentification : qui se trouve derrière ces sites ?

10 A. Serres, URFIST Rennes, Défis : les info-pollutions. La manipulation Quels remèdes ? Rôle-clé de lidentification des sites : Savoir reconnaître un site révisionniste, sectaire, etc. Outils politiques, juridiques : Signalement de sites dangereux : Internet-Signalement.gouv.fr Identification des hoax, des virus.. : HoaxBuster Quelques remèdes « socio-techniques » : outils de filtrage Voir Web Of TrustWeb Of Trust Importance de lesprit critique, de la culture générale, de la culture du doute…

11 A. Serres, URFIST Rennes, Défis : les info-pollutions. La désinformation « DESINFORMATION : Utilisation de techniques de linformation, notamment de linformation de masse, pour induire en erreur, cacher ou travestir les faits. [Norme AFNOR XP X ] » « La désinformation est un processus, utilisable à tous les niveaux dans toutes les sphères de la communication, et qui consiste à présenter :désinformationcommunication une information fausse comme vraie, une partie d'information vraie comme une totalité indépendante et vraie pour elle-même, une partie d'information fausse comme une totalité indépendante et vraie pour elle-même, une information vraie comme fausse. » (source TechnoScience.net)TechnoScience.net

12 A. Serres, URFIST Rennes, Défis : les info-pollutions. La désinformation Image : lintoxication alimentaire Ancienneté du problème de la fiabilité Quelles nouveautés avec Internet ? changement déchelle confusion des sources enjeux de la guerre de linformation Effets : méfiance, erreurs, manipulation... Remèdes : rôle-clé de lévaluation de linformation Limites des « solutions techniques » et des recettes

13 A. Serres, URFIST Rennes, Défis : les info-pollutions. La médiocrité de linformation Image : la malbouffe Problème de linformation de mauvaise qualité, non fiable, mal structurée, mal identifiée, etc. Quelles nouveautés avec Internet ? Phénomène de la redondance Simplification des messages Hétérogénéité, indifférenciation des sources Effacement de la source, de lauteur Ravages du plagiat Effets : conformisme, relativisme généralisé, baisse des exigences... Remèdes : formation universitaire, travail sur les sources, évaluation de linformation...

14 A. Serres, URFIST Rennes, Défis : les info-pollutions. Linvasion publicitaire Image : les panneaux publicitaires aux entrées de villes Invasion des sites par la publicité, spamming, spamdexing… Ampleur du phénomène : Cf liens sponsorisés sur les moteursliens sponsorisés Voir la vente de noms de domaines : ex. des parkings de noms de domaines de Sedoparkings de noms de domaines Effets : Problème de reconnaissance de linformation « utile » ; problèmes du positionnement payant... Problème du marketing personnalisé Quels remèdes ? Identification des sites, de la publicité ; choix des outils Remèdes techniques contre le spamming… Formation critique sur léconomie de la recherche dinformation

15 A. Serres, URFIST Rennes, Identifier les liens commerciaux 97 % du CA (5,7 Mrds de $, fin 08) Liens « naturels »Liens commerciaux

16 A. Serres, URFIST Rennes, Enjeux : du côté des pratiques informationnelles des étudiants Confiance trop grande dans les résultats des moteurs de recherche Méconnaissance ou confusion des critères dévaluation Facilité dutilisation dun site considérée comme critère de crédibilité Difficultés à évaluer linformation Négligences dans le référencement Pratiques de plagiat

17 A. Serres, URFIST Rennes, Contextes et enjeux de lévaluation de linformation En résumé, lévaluation de linformation est une opération à la fois : Beaucoup plus cruciale quavant internet Beaucoup plus importante dans les études universitaires Plus difficile Encore sacrifiée et méconnue

18 A. Serres, URFIST Rennes, / Complexités de lévaluation de linformation Ne pas occulter la complexité de lévaluation de linformation : Pas de « recettes » : Mais utilité des grilles dévaluation Pas doutils-miracles : Mais utilisation nécessaire des outils Démarche de questionnement : Nombreuses connaissances nécessaires : Numériques, informationnelles, disciplinaires… Quatre notions essentielles Apprendre à distinguer

19 A. Serres, URFIST Rennes, / Complexités de lévaluation de linformation Double distinction à opérer : Entre les objets de lévaluation : Quest-ce quon évalue dans une ressource ? Source, auteur, information, organisation de linformation, facilité dusage, présentation… ? Entre les critères de lévaluation : Selon quels critères on évalue ? Critères de crédibilité, dautorité, de qualité, de pertinence, dusage ? Imbrication des objets et des critères >> mais double confusion assez fréquente

20 A. Serres, URFIST Rennes, Les objets de lévaluation de linformation La structuration : du document, du site.. Cohérence, qualité, présentation, facilité de repérage… Lusage : Lisibilité, graphisme, « utilisabilité » du site… Confusion fréquente des objets à évaluer : Par ex. entre fiabilité de source et facilité daccès Au moins quatre ensembles dobjets à évaluer : La source, lauteur… Fiabilité, crédibilité, réputation, etc. > connaissance des circuits de l édition... Linformation : Qualité de linformation, validité, fiabilité… > connaissances disciplinaires

21 A. Serres, URFIST Rennes, Complexités… : quatre notions à distinguer Des « allants-de-soi » peu explicités : « Évaluer la qualité et la pertinence de l'information », compétence D4.3 du nouveau B2i Adultes Mais quest-ce que la qualité de linformation ? La crédibilité ? Lautorité dune ressource ? La pertinence ? Importance de bien distinguer ces notions, qui ne se recouvrent pas

22 A. Serres, URFIST Rennes, Quatre notions à distinguer : la crédibilité Crédibilité = « Caractère, qualité rendant quelque chose susceptible d'être cru ou digne de confiance » Synonyme de fiabilité Rôle-clé de la confiance Relations avec autres notions : Crédibilité comme première condition de lautorité La crédibilité nest pas la v éracité, ni la vérité ; Crédibilité liée à la qualité de linformation mais pas de recouvrement Crédibilité très différente de pertinence

23 A. Serres, URFIST Rennes, Quatre notions à distinguer : la crédibilité Deux typologies de la crédibilité : selon les objets de crédibilité : Source, auteur, support, document selon les types de crédibilités : (Fogg et Tseng, 1999)

24 A. Serres, URFIST Rennes, Quatre notions à distinguer : les objets de la crédibilité Quatre objets de crédibilité à mesurer : Crédibilité de la source : Réputation, sérieux, notoriété, fiabilité de léditeur, de lorganisation, du média, de lhébergeur du site… Première crédibilité à évaluer, car conditionne largement les autres ; Crédibilité de lauteur : Degré de confiance dans un auteur, lié à son expertise, sa notoriété ; Crédibilité essentielle sur internet, avec lauto- publication : Ex. des blogs

25 A. Serres, URFIST Rennes, Quatre notions à distinguer : la crédibilité Crédibilité du support : Image de sérieux, de fiabilité… du support, du média, du type de document… : Ex. : crédibilité plus forte dune revue scientifique, par rapport à une revue de vulgarisation, ou un blog… Type de crédibilité difficile à mesurer sur internet Crédibilité du document : Image de sérieux et de fiabilité de la ressource elle- même Liée à la présentation, à la structuration, au type dexpression, au type dinformation… Mais différent de la fiabilité de linformation

26 A. Serres, URFIST Rennes, Quatre notions à distinguer : 4 types de crédibilités Typologie de Fogg et Tseng : Crédibilité présumée : Stéréotypes, représentations, hypothèses… Crédibilité réputée : Affiliation dun auteur, réputation dune institution… Crédibilité de surface, dapparence : Présentation (dune ressource, dune personne…) Crédibilité dexpérience : Expérience antérieure, usage…

27 A. Serres, URFIST Rennes, Quatre notions à distinguer : lautorité cognitive Selon Patrick Wilson : « une relation dinfluence de pensée, impliquant au minimum deux personnes, lune accordant à lautre sa confiance parce quelle maîtrise un domaine spécifique de compétences » Diversité des autorités cognitives : Personnes, livres, organisations, outils… Autorité cognitive fondée sur la crédibilité, la réputation, lexpertise Mais dépasse la crédibilité : Notion dinfluence choisie, de reconnaissance dune expertise Idée de connaissance de « seconde main »

28 A. Serres, URFIST Rennes, Quatre notions à distinguer : la qualité de linformation Ensemble de critères, liés aux caractéristiques formelles du contenu dune ressource Qualité évidemment liée à la crédibilité et à lautorité, mais à distinguer également : Une ressource crédible peut être de plus ou moins bonne qualité Une ressource peut être de bonne qualité, sans avoir une grande crédibilité de réputation Qualité de linformation varie selon le domaine : Information juridique, économique… Sur la qualité de linformation médicale, voir le NetscoringNetscoring Quelques critères « universels », communs à tous les domaines

29 A. Serres, URFIST Rennes, Quatre notions à distinguer : la qualité de linformation Une information identifiée, « sourcée » : Problème de lanonymat sur internet Une information fiable : notion de contrat de confiance ; distinction fiabilité/vérité Une information précise, exacte, complète : Importance de lexactitude Une information apportant du nouveau : définition théorique de linformation fléau de la redondance sur Internet

30 A. Serres, URFIST Rennes, Quatre notions à distinguer : la qualité de linformation Une information fraîche, actualisée Une information accessible : problème de la localisation, de laccessibilité des sites Une information ayant un impact, un effet: notion d information « utile » Une information bien structurée, bien organisée, bien rédigée

31 A. Serres, URFIST Rennes, Quatre notions à distinguer : la pertinence « Qualité de ce qui est adapté exactement à l'objet dont il s'agit. » Notion complexe, nombreux modèles, nombreuses théories Au fondement de la recherche documentaire : "Degré de corrélation entre une question et la réponse apportée » approche précise mais réductrice de la pertinence Nécessité délargir la notion Différentes catégories de pertinences

32 A. Serres, URFIST Rennes, Quatre notions à distinguer : la pertinence Dans lévaluation de linformation, pertinence = adéquation dune ressource à : un besoin précis : De quel type dinformation ai-je besoin ? un contexte précis : Dans quel but se fait la recherche dinformation ? un usage précis : Pour quel type dusage ? Usage facilité ou non ? un individu précis : Quel rapport avec le niveau, le degré de connaissance du sujet, les représentations, les opinions… ? Impossibilité de formaliser lévaluation de la pertinence

33 A. Serres, URFIST Rennes, Complexités… : quatre notions à distinguer Bien distinguer les combinaisons entre les notions. Une ressource peut être : crédible, de qualité, mais non pertinente : Ex. dune thèse en Licence peu crédible, mais de qualité et pertinente : Ex. dun site personnel inconnu, mais de qualité et pertinent crédible, mais de mauvaise qualité et non pertinente: Ex. dun article de revue de mauvaise qualité non crédible et de mauvaise qualité mais pertinente Ex. dun site sectaire pour un dossier sur les secte Pas de superposition entre ces trois ensembles de critères Primauté de la pertinence sur tous les autres

34 A. Serres, URFIST Rennes, / Méthodologie : 6 principes pour une démarche dévaluation de linformation Savoir (se) questionner : identifier l'objet de la recherche Bien définir ses besoins dinformation bien cerner le sujet traduire concepts en mots-clés Bien utiliser les outils de recherche : Mode avancé Utiliser les opérateurs de filtrage Bien identifier les ressources trouvées : Bien décoder les URL Identifier les sources, les auteurs, les documents

35 A. Serres, URFIST Rennes, / Méthodologie : 6 principes pour une démarche dévaluation de linformation Evaluer la pertinence de la ressource : Par rapport aux besoins, au contexte, au niveau Evaluer la crédibilité et lautorité : De la source Du support De lauteur Du contenu Evaluer la qualité de linformation : Fiabilité, exactitude… recouper, critiquer, comparer...

36 A. Serres, URFIST Rennes, Méthodologie : se questionner, identifier les sources Importance du questionnement, de la définition des besoins Phase exploratoire : Du sujet : Bien explorer son sujet, le délimiter, le questionner Utiliser les méthodes de questionnement : 3QOCP, schéma heuristique, etc. Identifier les concepts De l'objet de la recherche : Identifier : Les types de documents : articles, livres, thèses, rapports… ? les types dinformations : textes, images, données, graphiques… ? Les genres : témoignages, essais, réflexions, analyses… ? Du réseau sémantique : Traduire concepts en mots-clés Utiliser encyclopédies, dictionnaires, recherches exploratoires Identifier des sources de référence : Ex. du site Observatoire des AmériquesObservatoire des Amériques

37 A. Serres, URFIST Rennes, Méthodologie : bien utiliser les outils de recherche Diversifier les outils Utiliser le mode avancé et les opérateurs de filtrage Utiliser les dispositifs daffinement des résultats Rebondir Exemples sur les sujets de recherche

38 A. Serres, URFIST Rennes, Méthodologie : bien utiliser les outils de recherche TP : « 1/ Utilisation avancée des outils de recherche »

39 A. Serres, URFIST Rennes, Méthodologie : bien i dentifier les résultats Identifier : Le site web : Savoir décoder les URL Identifier le nom, le statut de lorganisation, de lhébergeur... Lauteur de la ressource : Nom, statut, coordonnées... La nature du document : Vulgarisation, opinion, recherche… Type de document : rapport, article, ouvrage…

40 A. Serres, URFIST Rennes, Savoir décoder les résultats de Google Type de documents Date du document Nationalité du site Origine, type de site Type de ressource Taille du document Nombre de citations Nom de lauteur

41 A. Serres, URFIST Rennes, Méthodologie : bien i dentifier les résultats TP : « 2.1 Décodage des résultats de Google »

42 A. Serres, URFIST Rennes, Méthodologie : juger de la pertinence des ressources La ressource trouvée correspond-elle : Au sujet ? Est-elle pertinente sur le sujet ? Est-elle crédible ? A mes besoins ? Par rapport au type dinformations demandées A la tâche demandée ? La ressource peut-elle être utile pour un dossier, une note de lecture, un mémoire… ? A mon niveau ? A mes connaissances ? Document trop spécialisé ? A une certaine facilité dusage ? Ressource plus ou moins compliquée à utiliser ?

43 A. Serres, URFIST Rennes, Méthodologie : juger de la pertinence des ressources Pour des recherches universitaires, primauté des critères de crédibilité, dautorité et de qualité, qui font partie de la pertinence Voir limportance de la crédibilité de la source Sauf pour les documents « contre-exemples » Pour des recherches « pratiques », primauté des critères dusage

44 A. Serres, URFIST Rennes, Méthodologie : évaluer la crédibilité Crédibilité de la source : Quel est le sérieux de léditeur, de lorganisation, du média, de lhébergeur du site… ? Quelle réputation, quelle notoriété ? Faire des recherches sur la source Crédibilité de lauteur : Quelle expertise, quelles autres publications ? Quelle notoriété, quelles recommandations, quel réseau ? Quelles intentions ? Pourquoi publie-t-il ? Partager ses connaissances, se promouvoir, vendre, défendre un point de vue, divertir... ? Utiliser les moteurs de recherche de personnes, Google...

45 A. Serres, URFIST Rennes, Méthodologie : évaluer la crédibilité Crédibilité du document : La nature du document est-elle précisée, visible ? (article, communication de congrès…) Lauteur est-il clairement indiqué ? Le document comporte-t-il des références, indique- t-il ses sources ? Le document est-il bien structuré, cohérent, clair ? Est-il bien rédigé ? (quelle qualité dexpression ?) Est-il clairement daté ? (date de création, de mise à jour…)

46 A. Serres, URFIST Rennes, Méthodologie : évaluer lautorité de lauteur Observer la notoriété, linfluence : Pour les chercheurs : le nombre de publications, les titres… Le nombre et lorigine des citations Ex. sur Google Scholar, ou avec Publish Or Perish Pour les auteurs de blogs, de ressources : le nombre de liens, de citations Ex. sur WikioWikio Mais rester critique face aux indicateurs de popularité !

47 A. Serres, URFIST Rennes, Méthodologie : évaluer la crédibilité TP : « 3/ Evaluation de la crédibilité dune source »

48 A. Serres, URFIST Rennes, Méthodologie : évaluer la qualité de linformation Point le plus complexe de lévaluation de linformation Pas de recette mais une démarche de questionnement Chercher à évaluer : La fiabilité : Une information fiable = sûre, digne de confiance Lexactitude : Information confirmée par dautres sources ? La fraîcheur : Importance de la date, selon le domaine de linformation La précision, la complétude : Données détaillées ? Lobjectivité, le sérieux : Argumentation ou affirmation ?

49 A. Serres, URFIST Rennes, Evaluer linformation, cest : Apprendre à se questionner et à interroger Apprendre à discerner, à distinguer : entre les notions mises en œuvre : Crédibilité, pertinence… entre les critères entre les composantes dune ressource : source, contenu, présentation, usage Développer son esprit critique Apprendre… à prendre son temps

50 A. Serres, URFIST Rennes, / Outils et méthodologies pour une veille personnelle Connaître et utiliser : Les alertes La syndication de contenus, les fils RSS Les pages personnalisables Les plateformes de partage de signets

51 A. Serres, URFIST Rennes, Faire de la veille : les alertes Quest-ce quune alerte ? Répétition automatique dune requête à chaque mise à jour dune source d'information (base de données, catalogue, revue, moteur de recherche…). Résultats adressés périodiquement à lutilisateur par messagerie ou sous forme de flux RSS. DSI (diffusion sélective de linformation) : alerte mise en place par un service documentaire pour un ou plusieurs usagers. A quoi sert une alerte ? À surveiller : l'évolution d'un thème les travaux d'un auteur ou d'une institution sans avoir à réinterroger une source dinformation.

52 A. Serres, URFIST Rennes, Faire de la veille : les alertes Comment mettre en place une alerte ? Ouvrir un compte, définir un profil Définir la source : revue, site… définir la requête : mots-clés.. Définir la périodicité des alertes Définir le mode de transmission : mel, fils RSS Exemples : Sur les bases de données : voir Services dalertes dans les bases de donnéesServices dalertes dans les bases de données Sur Google : Alertes GoogleAlertes Google Pour approfondir : Guide Formadoct : Les services dalerteLes services dalerte

53 A. Serres, URFIST Rennes, Faire de la veille : La syndication de contenus Syndication de contenus : possibilité de publier automatiquement sur un site web des informations issues d'un autre site web Un fil RSS = un fichier texte au format XML (eXtended Markup Language) RSS peut signifier : Really Simple Syndication Rich Site Summary RDF (Resource Description Framework) Site Summary (plus rare)

54 A. Serres, URFIST Rennes, Faire de la veille : La syndication de contenus Comment reconnaître les fils RSS ? Logos sur les sites, ou bien RSS, ou ATOM Quels outils ? Agrégateurs de fils RSS Plusieurs types d'agrégateurs : Agrégateurs en ligne : MetaRSS, « pages perso »MetaRSS Agrégateurs en local : FeedReader ; voir liste sur RSS et podcasts ;FeedReaderRSS et podcasts Agrégateurs intégrés : Au navigateur : exemple sur Firefox Au logiciel de messagerie : Thunderbird

55 A. Serres, URFIST Rennes, Faire de la veille : La syndication de contenus Omniprésence des fils RSS Plusieurs fonctions des fils RSS : Suivre lactualité dun site : réception de toutes les nouveautés Se tenir informé : Sur lactualité : tous les journaux proposent des fils RSS Sur un domaine : suivi de blogs et de sites spécialisés Outil de veille et de surveillance, technique du push

56 A. Serres, URFIST Rennes, Faire de la veille : Les pages personnalisables Définition : Pages web, personnalisables, privées/publiques Possibilité de gérer et dorganiser soi-même ses flux Pages web organisées en onglets et boîtes Fournies gratuitement Différentes des « pages perso » des hébergeurs (Orange, Free…) Quelques acteurs : Netvibes PagesFlakes Webwag Igoogle

57 A. Serres, URFIST Rennes, Faire de la veille : Les pages personnalisables Fonctions : Pour la gestion et la recherche dinformation, la veille Choix personnel des sources : sites web, blogs, fils RSS … Divers services : calendrier, agenda … Bureau virtuel personnel : concentration de ses applications personnelles en un seul lieu Possibilités de portails publics de flux RSS : Portail Netvibes de Ville de BrestVille de Brest Portail de lUrfist de RennesUrfist de Rennes Pour approfondir : Guide Formadoct : Les agrégateurs de flux…Les agrégateurs de flux

58 A. Serres, URFIST Rennes, Faire de la veille : gérer ses signets en ligne Page daccueil de Diigo

59 A. Serres, URFIST Rennes, Faire de la veille : gérer ses signets en ligne Définition : Adresse dune ressource internet mémorisée pour un accès ultérieur Une page web pour son contenu La page web dentrée sur un site + 2 autres types de signets : Signet dynamique : flux de syndication (marque page dynamique) Signet scripté (bookmarklet) Ce qui constitue un signet : Un nom qui identifie le signet = par défaut, le titre de la page (balise Title) Peut être modifié Une adresse web = url de la page mémorisée

60 A. Serres, URFIST Rennes, Faire de la veille : gérer ses signets en ligne Principes : Externalisation de ses bookmarks Indexation libre par tags Classement des signets par catégories et par tags Indication du nombre de signalements d'un même signet Création de réseaux de partage : « social bookmarking » Exemple sur Diigo : Recherche sur évaluation de linformationévaluation de linformation

61 A. Serres, URFIST Rennes, Faire de la veille : gérer ses signets en ligne Les fonctions de base : Mémorisation et stockage des signets Organisation par catégories (arborescence) Gestion de la liste des signets Mise en édition dun signet pour le modifier, le déplacer, le renommer, le supprimer Import / Export

62 A. Serres, URFIST Rennes, Faire de la veille : gérer ses signets en ligne Avantages : Accessibilité : Accéder de partout à ses signets Simplicité : de collecte et de gestion Plus-value documentaire : Indexation par tags Classement personnalisé Plus-value sociale : Capitalisation du réseau Réseaux de confiance Travail collaboratif Folksonomies Partage et veille collaborative : Exemple des Groupes sur Diigo

63 A. Serres, URFIST Rennes, Faire de la veille : gérer ses signets en ligne Intérêt pour les étudiants : Garder les traces de ses navigations Repérer des sources fiables Gérer ses bibliographies Faire de la veille Se familiariser avec les outils 2.0 Pour approfondir : Guide Formadoct : Les plateformes de partageLes plateformes de partage

64 A. Serres, URFIST Rennes, Gérer ses signets dans le navigateur avec Zotero Zotero

65 A. Serres, URFIST Rennes, Gérer ses signets dans le navigateur avec Zotero Principales fonctionnalités de Zotero Récupération de signets de pages web et de références bibliographiques Références multiples / Référence par référence Liste de sites compatibles > voir sur la page Création déléments zotero à partir de pages web (avec métadonnées), lien au fichier web, capture web Intégration dans les « collections » de la bibliothèque personnelle

66 A. Serres, URFIST Rennes, Gérer ses signets dans le navigateur avec Zotero Saisie manuelle des données Description du signet Gestion de la base personnelle Modification, tri, recherche dans la base Rercherche de mots clés dans le texte intégral des pages capturées et dans les PDF attachés Ajout de notes de lecture, ajout de tags (marqueurs) Export de la bibliothèque de signets Lien de deux signets + fonctionnalités liées davantage à lédition de références Formatage, export, lien avec traitement de texte …

67 A. Serres, URFIST Rennes, Gérer ses signets dans le navigateur avec Zotero Bibliothèque et ses collections Liste des signets / références Un signet / une référence Panneau des tags / marqueurs

68 A. Serres, URFIST Rennes, Gérer ses signets dans le navigateur avec Zotero Créer un nouvel élément à partir de la page courante = à partir de la page ouverte dans le navigateur en utilisant les métadonnées du site; une capture décran est liée au site Enregistrer le lien vers la page courante = juste le lien vers le site sans donnée bibliographique Capturer la page courante = ajouter une capture décran (page du site enregistrée sur lordinateur personnel) Possibilité dajouter une note liée à la référence bibliographique (Onglet Notes) Possibilité de joindre un ou plusieurs fichiers à lélément (Onglet Fichiers joints) Possibilité dapposer des tags sur une référence (Onglet Marqueurs) Possibilité de faire un lien entre deux éléments (Onglet Connexe)

69 A. Serres, URFIST Rennes, Gérer ses signets dans le navigateur avec Zotero Import de pages web Création dun élément à partir de la page web courante Capture décran Lien vers page courante Choisir la collection adéquate

70 A. Serres, URFIST Rennes, Gérer ses signets dans le navigateur avec Zotero Annoter ses collections de signets Ajouter un tag Afficher les tags et rechercher par tag

71 A. Serres, URFIST Rennes, Gérer ses signets dans le navigateur avec Zotero Créer une note indépendante Créer une note liée à un signet

72 A. Serres, URFIST Rennes, Gérer ses signets dans le navigateur avec Zotero Nouvelles fonctions collaboratives : Zotero 2.0 ( version 2.0b7.2) Transition vers des fonctionnalités en ligne Synchronisation de la bibliothèque / serveur Zotero Sauvegarde et consultation en ligne via le site web et compte utilisateur zotero Synchronisation des documents attachés avec un serveur WebDav

73 A. Serres, URFIST Rennes, Gérer ses signets dans le navigateur avec Zotero Création de groupes privés ou publics / interaction avec les bibliothèques propres à des groupes définis Réseaux de personnes Suivi de bibliothèques publiques par flux RSS Ex : collaborative_research/itemshttp://www.zotero.org/groups/non- collaborative_research/items

74 A. Serres, URFIST Rennes, Contacts et activités sur le web Personnels : Adresse mel : uhb.fr uhb.fr Sur DiigoDiigo Sur TwitterTwitter Sur SlideShareSlideShare Sur ZoteroZotero Sur LinkedInLinkedIn URFIST de Rennes : Site web Portail Netvibes Sur SlideShareSlideShare Sur TwitterTwitter Sur LibraryThingLibraryThing Réseau des URFIST : Blog UrfistInfoUrfistInfo


Télécharger ppt "Université Rennes 2 Master Langues, cultures étrangères et régionales Spécialité Les Amériques, 2ème année 2011-2012 « Identifier, évaluer et surveiller."

Présentations similaires


Annonces Google