La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

GISEH 2010 Lévaluation multicritère en pratique Jean-Claude VANSNICK Université de Mons Clermont-Ferrand 2, 3 et 4 septembre 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "GISEH 2010 Lévaluation multicritère en pratique Jean-Claude VANSNICK Université de Mons Clermont-Ferrand 2, 3 et 4 septembre 2010."— Transcription de la présentation:

1 GISEH 2010 Lévaluation multicritère en pratique Jean-Claude VANSNICK Université de Mons Clermont-Ferrand 2, 3 et 4 septembre 2010

2 Dans une situation de décision, on parle dévaluation multicritère lorsquune personne ou un groupe de personnes doit déterminer lattractivité (la désirabilité)) de certains éléments (parmi lesquels il convient souvent de faire un choix) compte tenu de plusieurs aspects (qui représentent les préoccupations des décideurs).

3 Exemple (Hôpital de Ciudad Real, Espagne) Éléments à évaluer : politiques de maintenance pour une salle dopération Aspects à prendre en compte : Disponibilité de la salle Probabilité de suspension dune opération en cours Moment de détection dun défaut Sécurité du personnel Sécurité des patients Coût

4 Autre exemple : achats hospitaliers De manière assez générale, lors dachats hospitaliers, de nombreux aspects doivent souvent être pris en compte pour déterminer lattractivité des différentes possibilités dachat.

5

6 Lobjet de cet exposé est de présenter le type de procédures que lon peut utiliser, en pratique, pour aider une personne ou un groupe de personnes à réaliser une évaluation multicritère. A noter que ces procédures nont rien à voir avec celles quon rencontre dans le cas dune prise de décision monocritère car les préoccupations y sont très différentes.

7 Alors que le monde du « monocritère » privilégie un seul aspect (souvent laspect financier) et est dordre essentiellement technique (détermination dune action optimale), le monde du « multicritère » concerne avant tout lexplicitation des préoccupations des décideurs et lévaluation des actions potentielles en tenant compte de tous les aspects (qualitatifs et/ou quantitatifs) qui représentent ces préoccupations.

8 Les enjeux de lévaluation multicritère sont non pas loptimisation mais laide à la réflexion à lexpression de jugements dappréciation consistants à lutilisation de mathématiques simples mais signifiantes, le but final étant dassurer que le résultat obtenu soit conforme au système de valeurs des décideurs.

9 Plan de lexposé Présentation du cas que nous utiliserons pour illustrer comment aider à réaliser une évaluation multicritère Évaluation multicritère Notion dévaluation Évaluation sur un aspect particulier - Tri - Rangement - Évaluation numérique (procédure MACBETH) Agrégation dévaluations « locales » en une évaluation « globale »

10 I.- Présentation du cas que nous utiliserons pour illustrer comment aider à réaliser une évaluation multicritère

11 En 2008, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Gouvernement du Québec a désigné la Corporation dapprovisionnement Laurentides-Lanaudière pour exécuter un programme dachat en commun visant lacquisition déquipements dimagerie par résonance magnétique pour divers centres hospitaliers du Québec.

12 Suite à un appel doffres lancé par la Corporation dapprovisionnement Laurentides-Lanaudière, quatre équipements susceptibles de répondre aux besoins recensés des établissements participants ont été mis en évidence : nous les noterons ci-dessous W, X, Y et Z.

13 Ces quatre équipements ont ensuite fait lobjet dune évaluation de leurs performances sur le plan clinique, sur le plan technique mais aussi en ce qui concerne les garanties offertes, les programmes de formation et le service après-vente.

14 En ce qui concerne lévaluation clinique, il avait été annoncé quelle porterait sur trois points mais en grande partie sur la qualité des images et que, pour ce point, la détermination de lattractivité des équipements se ferait sur base dimages acquises en usine et relatives à des examens prédéterminés.

15 En ce qui concerne lévaluation clinique, il avait été annoncé quelle porterait sur trois points mais surtout sur la qualité des images et que, pour ce point, la détermination de lattractivité des équipements se ferait sur base dimages acquises en usine et relatives à des examens prédéterminés.

16 En ce qui concerne lévaluation clinique, il avait été annoncé quelle porterait sur trois points mais surtout sur la qualité des images et que, pour ce point, la détermination de lattractivité des équipements se ferait sur base dimages acquises en usine et relatives à des examens prédéterminés.

17 En ce qui concerne lévaluation clinique, il avait été annoncé quelle porterait sur trois points mais surtout sur la qualité des images et que, pour ce point, la détermination de lattractivité des équipements se ferait sur base dimages acquises en usine et relatives à des examens prédéterminés.

18 Ces examens prédéterminés portaient sur 5 régions anatomiques

19 Ces examens prédéterminés portaient sur 5 régions anatomiques

20 Ces examens prédéterminés portaient sur 5 régions anatomiques et comportaient 12 séquences.

21 Lévaluation des équipements quant à la qualité des images devait dont se faire en tenant compte de 12 aspects. Cest cette partie de létude que nous allons prendre comme cas pratique pour illustrer nos propos sur lévaluation multicritère.

22 Dans lappel doffres, il avait été mentionné que : « Des visites en usine dun groupe dévaluateurs devront être organisées par les soumissionnaires pour, entre autre, procéder à lacquisition dimages sur un sujet volontaire selon des protocoles prédéfinis. »

23 Ces visites ont été organisées à la fin de lannée 2008 et des images ont été acquises avec les mêmes protocoles et les mêmes sujets volontaires pour tous les équipements visés par lévaluation.

24 Après avoir subi une procédure danonymisation, chaque séquence acquise sur les 4 équipements W, X, Y et Z a été présentée, sur 4 moniteurs placés côte à côte ( * ), à un comité dévaluation composé de radiologues et de technologues représentant les établissements clients. (*) Pour chaque séquence, lordre dapparition sur les moniteurs était différent.

25

26 Avec, sur le plan méthodologique, laide de Serge Bourgouin et Nathalie Chartier, qui dirigent chacun un centre dapprovisionnement au Québec et qui utilisent lanalyse multicritère pour leurs achats hospitaliers, le comité dévaluation a déterminé lattractivité des équipements (quant à la qualité des images) dans le cas de chaque aspect puis ces attractivités « locales » ont été agrégées afin dobtenir lattractivité « globale » des équipements (quant à la qualité des images).

27 évaluations « locales » Agrégation évaluation « globale »

28 II.- Évaluation multicritère

29 Plan de lexposé Présentation du cas que nous utiliserons pour illustrer comment aider à réaliser une évaluation multicritère Évaluation multicritère Notion dévaluation Évaluation sur un aspect particulier - Tri - Rangement - Évaluation numérique (procédure MACBETH) Agrégation dévaluations « locales » en une évaluation « globale »

30 Plan de lexposé Présentation du cas que nous utiliserons pour illustrer comment aider à réaliser une évaluation multicritère Évaluation multicritère Notion dévaluation Évaluation sur un aspect particulier - Tri - Rangement - Évaluation numérique (procédure MACBETH) Agrégation dévaluations « locales » en une évaluation « globale »

31 Plan de lexposé Présentation du cas que nous utiliserons pour illustrer comment aider à réaliser une évaluation multicritère Évaluation multicritère Notion dévaluation Évaluation sur un aspect particulier - Tri - Rangement - Évaluation numérique (procédure MACBETH) Agrégation dévaluations « locales » en une évaluation « globale »

32 Plan de lexposé Présentation du cas que nous utiliserons pour illustrer comment aider à réaliser une évaluation multicritère Évaluation multicritère Notion dévaluation Évaluation sur un aspect particulier - Tri - Rangement - Évaluation numérique (procédure MACBETH) Agrégation dévaluations « locales » en une évaluation « globale »

33 Plan de lexposé Présentation du cas que nous utiliserons pour illustrer comment aider à réaliser une évaluation multicritère Évaluation multicritère Notion dévaluation Évaluation sur un aspect particulier - Tri - Rangement - Évaluation numérique (procédure MACBETH) Agrégation dévaluations « locales » en une évaluation « globale »

34 Comment aider à déterminer lattractivité des éléments à évaluer sur un aspect particulier ? 2°) Comment agréger les évaluations « locales » en une évaluation « globale » ? Comme on ne peut pas « mesurer » sans disposer dune « unité de mesure », la première question à se poser quand on désire évaluer des éléments est celle de lunité de mesure. II 1.- Notion dévaluation Évaluer des éléments, cest déterminer leur attractivité cest-à-dire associer à chacun deux un nombre « mesurant » son attractivité. Comment construire une unité de mesure ?

35 1°) Spécifier deux éléments dont lun [noté Réf. (+) ] est clairement plus chaud que lautre [noté Réf. ( ) ]. Chaleur croissante Réf. (+) (eau bouillante) Réf. ( ) (glace fondante) 2°) Prendre la différence de chaleur entre Réf. (+) et Réf. ( ) (ou une partie bien spécifiée de cette différence) comme unité de mesure pour la différence de chaleur. Exemple : le degré Celsius est défini comme étant la centième partie de la différence de chaleur entre leau bouillante et la glace fondante. Construction dune unité de mesure Cas de la propriété de chaleur Exemple (Celsius, 1742) : Réf. (+) = eau bouillante Réf. ( ) = glace fondante.

36 1°) Décrire deux éléments dont lun [noté Réf. (+) ] est clairement plus attractif que lautre [noté Réf. ( ) ]. Attractivité croissante Réf. (+) Réf. ( ) 2°) Prendre la différence dattractivité entre Réf. (+) et Réf. ( ) (ou une partie bien spécifiée de cette différence) comme unité de mesure pour la différence dattractivité. Construction dune unité de mesure Cas de la propriété dattractivité

37 Construction dune unité de mesure Cas de la propriété dattractivité des équipements quant à la qualité des images. Réf. (+) est un équipement dont les images non seulement permettent de voir une anomalie dans 100% des cas mais encore sont suffisamment nettes et claires que pour permettre à un clinicien de bien définir lanomalie et détablir un diagnostic précis sans demander dautres examens. Un tel équipement qui correspond aux aspirations des radiologues quant à la qualité des images sera noté ci-dessous « Bon ».

38 Construction dune unité de mesure Cas de la propriété dattractivité des équipements quant à la qualité des images. Réf. ( ) est un équipement dont la qualité des images permet de détecter une anomalie dans 100% des cas mais sans plus. Un tel équipement qui correspond à la qualité minimale recherchée par un radiologue en ce qui concerne les images acquises avec un équipement dIRM sera noté ci-dessous « Neutre ».

39 TROIS ÉTAPES : TRI RANGEMENT ÉVALUATION NUMÉRIQUE II 2.- Évaluation sur un aspect particulier ( * ) Nous illustrerons cette partie de lexposé sur base de la détermination de lattractivité des équipements dIRM (W, X, Y et Z) quant à la qualité des images pour laspect « colonne cervicale, axial T2 » (*)(*)

40 A noter que les éléments sur lesquels on va demander au comité dévaluation de porter des jugements dappréciation ne sont pas les équipements X, Y, Z et W eux-mêmes mais les moniteurs M.1, M.2, M.3, M.4 étant donné que lévaluation se fait « à laveugle »

41 TRI Neutre Bon Zone 2 Zone 3 Zone 4 Zone 5 Zone 1 Exemple M.1 M.2 M.3 M.4

42 TRI M.1 M.2 M.3 M.4 M.1 Neutre Bon Zone 2 Zone 3 Zone 4 Zone 5 Zone 1 Exemple

43 TRI M.1 M.2 M.3 M.4 M.2 Neutre Bon Zone 2 Zone 3 Zone 4 Zone 5 Zone 1 M.1 Exemple

44 TRI M.1 M.2 M.3 M.4 M.3 M.1 M.2 Neutre Bon Zone 2 Zone 3 Zone 4 Zone 1 Zone 5 Exemple

45 TRI M.1 M.2 M.3 M.4 M.3 M.1 M.2 Neutre Bon Zone 2 Zone 3 Zone 4 Zone 1 Zone 5 M.4 Exemple

46 TRI M.1 M.2 M.3 M.4 Neutre Bon Zone 2 Zone 3 Zone 4 Zone 5 Zone 1 Aspect « colonne cervicale, axial T2 »

47 TRI M.1 M.2 M.3 M.4 M.3M.4M.1 Neutre Bon Zone 2 Zone 3 Zone 4 Zone 5 Zone 1 M.2 Aspect « colonne cervicale, axial T2 »

48 RANGEMENT Dans cette situation, la phase de rangement consiste à aider le comité dévaluation à ranger les moniteurs M.1, M.2, M.3 et M.4 par ordre dattractivité décroissante de la qualité des images M.3M.4M.1 Neutre Bon Zone 2 Zone 3 Zone 4 Zone 1 M.2 Zone 5

49 Comparaison des images deux à deux Aide au rangement des moniteurs

50 Comparaison des images deux à deux Aide au rangement des moniteurs

51 Comparaison des images deux à deux Aide au rangement des moniteurs

52 Comparaison des images deux à deux Aide au rangement des moniteurs

53 Comparaison des images deux à deux Aide au rangement des moniteurs

54 Comparaison des images deux à deux Aide au rangement des moniteurs

55 Comparaison des images deux à deux Aide au rangement des moniteurs

56 Comparaison des images deux à deux Aide au rangement des moniteurs

57 Comparaison des images deux à deux Aide au rangement des moniteurs

58 Comparaison des images deux à deux Aide au rangement des moniteurs

59 Comparaison des images deux à deux Aide au rangement des moniteurs

60

61

62

63 M.3 Aide au rangement des moniteurs

64 M.3 M.4 Aide au rangement des moniteurs

65 M.3 M.4 M.1 Aide au rangement des moniteurs

66 M.3 M.4 M.1 M.2 Aide au rangement des moniteurs

67 RANGEMENT Compte tenu de linformation acquise lors de la première étape (TRI) M.3M.4M.1 Neutre Bon Zone 2 Zone 3 Zone 4 Zone 1 M.2 Zone 5

68 RANGEMENT on obtient donc, pour laspect « colonne cervicale, axial T2 », le rangement ci-contre : (rangement par ordre dattractivité décroissante de la qualité des images) Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2

69 RANGEMENT Remarque : Pour chaque aspect, il faut obtenir une information plus riche quun rangement car, sur le plan technique, il est impossible dagréger valablement (sans introduction darbitraire) des rangements locaux en un rangement global (théorème dimpossibilité dArrow).

70

71 Si, pour comparer « globalement » deux équipements A et B, on utilise la règle naturelle suivante : « déclarer que, globalement, A est plus attractif que de B (quant à la qualité des images) lorsque le nombre daspects pour lesquels les image de A sont plus attractives que les images de B est plus grand que le nombre daspects pour lesquels les image de B sont plus attractives que les images de A », alors, le résultat obtenu est le suivant :

72 WXYZ W785 X586 Y447 Z765 WX Y Z

73 WXYZ W785 X586 Y447 Z765 WX Y Z

74 WXYZ W785 X586 Y447 Z765 WX Y Z

75 ÉVALUATION NUMÉRIQUE Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 Il convient daider le comité dévaluation à associer à chaque élément Bon, M.3, M.4, M.1, M.2 et Neutre un nombre de telle sorte que les différences (relatives) entre ces nombres traduisent les différences dattractivité (relatives) quil ressent entre les éléments correspondants. Rangement par ordre dattractivité décroissante de la qualité des images pour laspect « colonne cervicale, axial T2 »

76 ÉVALUATION NUMÉRIQUE Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 Rangement par ordre dattractivité décroissante de la qualité des images pour laspect « colonne cervicale, axial T2 » Exemple Compte tenu des nombres affectés aux éléments, on peut notamment dire que, pour le comité dévaluation : la différence dattractivité entre M.3 et M.4 est deux fois plus grande que la différence dattractivité entre Bon et M.3 la différence dattractivité entre M.4 et M.1 est la même que la différence dattractivité entre M.2 et Neutre

77 ÉVALUATION NUMÉRIQUE Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 Rangement par ordre dattractivité décroissante de la qualité des images pour laspect « colonne cervicale, axial T2 » Exemple Compte tenu des nombres affectés aux éléments, on peut notamment dire que, pour le comité dévaluation : la différence dattractivité entre M.3 et M.4 est deux fois plus grande que la différence dattractivité entre Bon et M.3 la différence dattractivité entre M.4 et M.1 est la même que la différence dattractivité entre M.2 et Neutre N.B. : nombres « équivalents » : ( porteurs de la même information )

78 ÉVALUATION NUMÉRIQUE Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 Rangement par ordre dattractivité décroissante de la qualité des images pour laspect « colonne cervicale, axial T2 » Exemple Compte tenu des nombres affectés aux éléments, on peut notamment dire que, pour le comité dévaluation : la différence dattractivité entre M.3 et M.4 est deux fois plus grande que la différence dattractivité entre Bon et M.3 la différence dattractivité entre M.4 et M.1 est la même que la différence dattractivité entre M.2 et Neutre Le choix des nombres attribués à Bon et Neutre est libre !

79 ÉVALUATION NUMÉRIQUE Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 Rangement par ordre dattractivité décroissante de la qualité des images pour laspect « colonne cervicale, axial T2 » Lévaluation numérique est une activité très difficile et il est particulièrement utile de disposer dune procédure permettant daider des personnes devant réaliser une telle activité.

80 Procédure utilisée pour aider à lévaluation numérique Idée de base : demander une information qualitative concernant les différences dattractivité qui existent entre les éléments à évaluer.

81 Procédure utilisée pour aider à lévaluation numérique Idée de base : demander une information qualitative concernant les différences dattractivité qui existent entre les éléments à évaluer.

82 Ils peuvent choisir une seule catégorie ou, en cas dhésitation (ou de désaccord entre les évaluateurs), plusieurs catégories successives. Pour aider les évaluateurs, on leur propose de choisir parmi six catégories sémantiques de différence dattractivité :

83 Ce recours à des catégories sémantiques est à lorigine du nom de la procédure : MESURE DE LATTRACTIVITÉ PAR UNE TECHNIQUE DÉVALUATION BASÉE SUR DES CATÉGORIES

84 Nom de la procédure MACBETHMACBETH EASURING ce qui, en anglais, donne :

85 Nom de la procédure MACBETHMACBETH EASURING TTRACTIVENESS BY A ce qui, en anglais, donne :

86 Nom de la procédure MACBETHMACBETH EASURING ATEGORICAL TTRACTIVENESS BY A ce qui, en anglais, donne :

87 Nom de la procédure ASED MACBETHMACBETH EASURING ATEGORICAL TTRACTIVENESS BY A ce qui, en anglais, donne :

88 Nom de la procédure ASED VALUATION MACBETHMACBETH EASURING ATEGORICAL TTRACTIVENESS BY A ce qui, en anglais, donne :

89 Nom de la procédure ASED VALUATION EC NIQUE MACBETHMACBETH EASURING ATEGORICAL TTRACTIVENESS BY A ce qui, en anglais, donne :

90 Nom de la procédure ASED VALUATION EC NIQUE MACBETHMACBETH EASURING ATEGORICAL TTRACTIVENESS BY A ce qui, en anglais, donne :

91 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 ? Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

92 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 faible Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

93 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 ? Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

94 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 très faible Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

95 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 ? Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

96 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 très faible Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

97 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 ? Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

98 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 faible Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

99 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 ? Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

100 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 modérée Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

101 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique Il est possible dassocier à chaque élément un nombre de telle sorte que toute linformation fournie soit respectée.

102 N.B. Tant quon ninterroge le comité dévaluation que sur des cases de la première diagonale, il est impossible que les jugements formulés soient inconsistants entre eux. Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

103 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 Ce nest que lorsque la première diagonale est remplie et quon poursuit le questionnement que des inconsistances peuvent apparaître. ? Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

104 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 très faible ! Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique faible

105 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 très faible Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique faible

106 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 très faible Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique faible

107 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 très faible Supposons que la réaction du comité dévaluation est : « nous revoyons notre premier jugement entre Bon et M.3 : la différence dattractivité est très faible ». Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique faible

108 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

109 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 ? Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

110 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 modérée Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

111

112 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 ? Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

113 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 faible tr. faible modérée ! Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique faible

114 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 tr. faible faible modérée ! Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique faible

115 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 tr. faible faible ! modérée Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique faible

116 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 tr. faible faible ! modérée Si le comité dévaluation ne veut changer aucun jugement parmi ceux proposés, on peut demander dautres suggestions. Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique faible

117 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 tr. faible faible ! modérée Supposons que le comité dévaluation se rallie à cette dernière proposition. Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

118 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

119 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 ? Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

120 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 forte Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

121 Neutre Bon M.3 M.4 M.1 M.2 Proposition dévaluation numérique Procédure MACBETH pour aider à lévaluation numérique

122

123

124

125

126

127

128

129

130

131

132

133

134

135

136

137

138

139

140

141

142

143 Tête

144

145

146

147

148 Poignet

149 Tête Poignet

150 Tête Poignet

151 Tête Poignet

152 Tête Poignet

153

154 Attractivité des équipements quant à la qualité des images Abdomen Poignet Tête Colonne cervicale Épaule

155 II 3.- Agrégation des évaluations « locales » en une évaluation « globale »

156 Attractivité des équipements quant à la qualité des images Abdomen Poignet Tête Colonne cervicale Épaule

157 Abdomen PoignetÉpaule Attractivité(W) = p col. x 76,67 + p tête x 81,13 + p poig. x 83,00 + p ép. X 84,50 + p abd. X Tête Colonne cervicale

158 Tête Colonne cervicale Abdomen PoignetÉpaule Attractivité(W) = p col. x 76,67 + p tête x 81,13 + p poig. x 83,00 + p ép. X 84,50 + p abd. X 67.50

159 Abdomen PoignetÉpaule Attractivité(W) = p col. x 76,67 + p tête x 81,13 + p poig. x 83,00 + p ép. X 84,50 + p abd. X où p col., p tête, p poig., p ép. et p abd. sont des paramètres techniques dont la somme vaut 1. Tête Colonne cervicale

160 Attractivité(W) = p col. x 76,67 + p tête x 81,13 + p poig. x 83,00 + p ép. X 84,50 + p abd. X Abdomen PoignetÉpaule où p col., p tête, p poig., p ép. et p abd. sont des paramètres techniques dont la somme vaut 1. Tête Colonne cervicale

161 Attractivité(W) = p col. x 76,67 + p tête x 81,13 + p poig. x 83,00 + p ép. X 84,50 + p abd. X où p col., p tête, p poig., p ép. et p abd. sont des paramètres techniques dont la somme vaut 1. A propos des paramètres p col., p tête, p poig., p ép., p abd. Sur le plan technique, ces paramètres ont pour but d « harmoniser » les unités de différence dattractivité introduites pour chacun des aspects. En labsence dune telle harmonisation, lopération daddition utilisée pour rassembler les différentes attractivités locales naurait pas de sens sur le plan pratique ( on ne peut pas additionner des pommes et des poires ! ). et elle conduirait à un résultat qui ne serait porteur daucune signification en termes du problème étudié.

162 Attractivité(W) = p col. x 76,67 + p tête x 81,13 + p poig. x 83,00 + p ép. X 84,50 + p abd. X où p col., p tête, p poig., p ép. et p abd. sont des paramètres techniques dont la somme vaut 1. A propos des paramètres p col., p tête, p poig., p ép., p abd. Sur le plan opérationnel, on peut démontrer que ces paramètres traduisent limportance relative que le comité dévaluation attribue, au départ de la situation « Neutre sur chaque aspect » aux passages 1°) de Neutre à Bon sur laspect « Colonne cervicale » 2°) de Neutre à Bon sur laspect « Tête » 3°) de Neutre à Bon sur laspect « Poignet » 4°) de Neutre à Bon sur laspect « Épaule » 5°) de Neutre à Bon sur laspect « Abdomen »

163 Colonne cervicale Abdomen PoignetÉpaule Tête

164 Colonne cervicale Abdomen PoignetÉpaule Tête

165 Colonne cervicale Abdomen PoignetÉpaule Tête

166 Colonne cervicale Abdomen PoignetÉpaule Tête

167 Colonne cervicale Abdomen PoignetÉpaule Tête

168 Colonne cervicale Abdomen PoignetÉpaule Tête

169 Attractivité(W) = p col. x 76,67 + p tête x 81,13 + p poig. x 83,00 + p ép. X 84,50 + p abd. X où p col., p tête, p poig., p ép. et p abd. sont des paramètres techniques dont la somme vaut 1. A propos des paramètres p col., p tête, p poig., p ép., p abd. Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, les paramètres p col., p tête, p poig., p ép., p abd ( qui sont souvent appelés poids ) ne caractérisent pas limportance relative des critères ! Its the most common critical mistake in decision making Ralph L. Keeney (Value-Focussed Thinking, page 147)

170 Attractivité(W) = p col. x 76,67 + p tête x 81,13 + p poig. x 83,00 + p ép. X 84,50 + p abd. X où p col., p tête, p poig., p ép. et p abd. sont des paramètres techniques dont la somme vaut 1. A propos des paramètres p col., p tête, p poig., p ép., p abd. Sur le plan pratique, pour aider le comité dévaluation à déterminer les valeurs des paramètres p col., p tête, p poig., p ép., p abd, on peut définir quelques équipements hypothétiques très simples sur base de leurs performances (en termes de qualité dimage) sur chacun des aspects considérés :

171 Col. cerv.TêtePoignetÉpauleAbdomen [ Col. cerv ] [ Tête ] [ Poignet ] [ Épaule ] [ Abdomen ] [ Neutre ] Aspects Équipements

172 Col. cerv.TêtePoignetÉpauleAbdomen [ Col. cerv ]BonNeutre [ Tête ] [ Poignet ] [ Épaule ] [ Abdomen ] [ Neutre ] Aspects Équipements

173 Col. cerv.TêtePoignetÉpauleAbdomen [ Col. cerv ]BonNeutre [ Tête ]NeutreBonNeutre [ Poignet ] [ Épaule ] [ Abdomen ] [ Neutre ] Aspects Équipements

174 Col. cerv.TêtePoignetÉpauleAbdomen [ Col. cerv ]BonNeutre [ Tête ]NeutreBonNeutre [ Poignet ]Neutre BonNeutre [ Épaule ] [ Abdomen ] [ Neutre ] Aspects Équipements

175 Col. cerv.TêtePoignetÉpauleAbdomen [ Col. cerv ]BonNeutre [ Tête ]NeutreBonNeutre [ Poignet ]Neutre BonNeutre [ Épaule ]Neutre BonNeutre [ Abdomen ] [ Neutre ] Aspects Équipements

176 Col. cerv.TêtePoignetÉpauleAbdomen [ Col. cerv ]BonNeutre [ Tête ]NeutreBonNeutre [ Poignet ]Neutre BonNeutre [ Épaule ]Neutre BonNeutre [ Abdomen ]Neutre Bon [ Neutre ] Aspects Équipements

177 Col. cerv.TêtePoignetÉpauleAbdomen [ Col. cerv ]BonNeutre [ Tête ]NeutreBonNeutre [ Poignet ]Neutre BonNeutre [ Épaule ]Neutre BonNeutre [ Abdomen ]Neutre Bon [ Neutre ]Neutre Aspects Équipements

178 Attractivité(W) = p col. x 76,67 + p tête x 81,13 + p poig. x 83,00 + p ép. X 84,50 + p abd. X où p col., p tête, p poig., p ép. et p abd. sont des paramètres techniques dont la somme vaut 1. A propos des paramètres p col., p tête, p poig., p ép., p abd. demander au comité dévaluation de déterminer lattractivité de ces équipements hypothétiques (en utilisant par exemple la procédure MACBETH). Les valeurs des paramètres p col., p tête, p poig., p ép., p abd. sont proportionnelles aux différences dattractivité entre les équipements [ Aspect ] et [ Neutre ] pour chaque aspect considéré.

179 Exemple

180 Rangement de ces équipements hypothétiques

181 Notations relatives aux différences dattractivité

182 Jugements de type « MACBETH »

183 Valeurs des paramètres techniques (en %) Evaluation numérique

184 Attractivité globale (quant à la qualité des images) des équipements W, X, Y et Z

185

186 X Z Y W Points forts Points faibles Points forts Points faibles Points forts Points faibles Points forts Points faibles

187 X Colonne cervicale TêtePoignet Épaule

188 Z Colonne cervicale Tête Poignet Épaule

189 Y Colonne cervicale Tête Poignet Épaule

190 W Colonne cervicale Tête Poignet Épaule

191 Conclusion

192 Lorsque, dans une situation de décision, on ne fait intervenir quun seul aspect pour comparer les actions potentielles, il suffit de disposer dun rangement de ces actions (par ordre dattractivité décroissante relativement à cet aspect) pour pouvoir prendre une décision. Dans un tel cas, on peut parler daction(s) optimale(s) (celle(s) qui est (sont) en tête du rangement) et la seule difficulté qui peut alors se présenter est dordre purement technique : sil y a beaucoup dactions potentielles (à la limite une infinité), il convient de disposer dun outil permettant de mettre en évidence au moins lun des actions optimales. Cest le domaine privilégié de la recherche opérationnelle et des mathématiques de loptimisation.

193 Dès quon désire tenir compte simultanément de plusieurs aspects, il en va tout autrement : lidée daction optimale disparaît il ne suffit pas de disposer dun rangement des actions potentielles sur chaque aspect pour pouvoir prendre une décision (car lagrégation de rangements pose problème) lidée dévaluation multicritère apparaît.

194 On entre alors dans un monde où les enjeux sont non plus loptimisation mais laide à la réflexion lexpression de jugements dappréciation consistants lutilisation de mathématiques simples mais signifiantes, le but étant dassurer que le résultat obtenu soit conforme au système de valeurs au nom duquel la décision doit être prise. Cest dans ce cadre que lapproche MACBETH a été développée.

195 Remerciements Je tiens à remercier très chaleureusement Madame Nathalie Chartier et Monsieur Serge Bourgouin qui ont réalisé le cas pratique qui a servi de base à lillustration de cette présentation. Les nombreuses discussions que jai eues avec eux concernant ce cas et lapproche MACBETH mont grandement aidé dans la préparation de cet exposé.


Télécharger ppt "GISEH 2010 Lévaluation multicritère en pratique Jean-Claude VANSNICK Université de Mons Clermont-Ferrand 2, 3 et 4 septembre 2010."

Présentations similaires


Annonces Google