La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

TICS ET COMPORTEMENTS REPETITIFS Dr Deniau Service de Psychiatrie de lEnfant et de lAdolescent du Pr Cohen.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "TICS ET COMPORTEMENTS REPETITIFS Dr Deniau Service de Psychiatrie de lEnfant et de lAdolescent du Pr Cohen."— Transcription de la présentation:

1 TICS ET COMPORTEMENTS REPETITIFS Dr Deniau Service de Psychiatrie de lEnfant et de lAdolescent du Pr Cohen

2 Les tics Les tics consistent en lexécution soudaine et impérieuse, involontaire et absurde, de mouvement répétés qui représente souvent une « caricature dacte naturel » (Charcot) Leur exécution peut être précéder dun besoin et leur répression causer un malaise Ils peuvent être suspendu par la volonté Ils disparaissent au cours du sommeil

3 Les tics (2) Les tics de la face sont les plus fréquents -Tics du cou, haussement dépaule -Tics phonatoires Début vers 6-7 ans A différencier des mouvements choréiques, gestes conjuratoires, stéréotypies Tics transitoires (les + fréquents) Tics chroniques: maladie des tics ou syndrome de Gilles de la Tourette

4 Syndrome de Gilles de la Tourette Affection neuropsychiatrique Début dans lenfance Persistance des symptômes à lâge adulte Prévalence de 1% des enfants en âge scolaire

5 Historique Première description en 1825 par Itard « La marquise de Dampierre » 1885 Gilles de la Tourette décrit 9 cas de cette pathologie à la demande de Charcot 1970 première théorie de lorigine organique du trouble

6 Epidémiologie Dans la littérature les chiffres de prévalence varient de 1/2000 à 1/100 des enfants en âge scolaire Sex ratio 1 fille pour 3 garçons Symptômes apparaissant dans lenfance Phase daggravation au moment de ladolescence et une amélioration voir une disparition des symptômes à lage adulte

7 Caractéristiques Cliniques Critères du DSM IV-R: -Présence de tics moteurs et vocaux pendant plus dun an avec début des troubles avant lâge de 18 ans En pratique: lâge de début des tics se situe entre 2 et 15 ans

8 Caractéristiques cliniques (2) Tics moteurs: Début le plus précoce ( 7 ans) Mouvement anormaux brefs et rapides généralement irréguliers et stéréotypés de survenue soudaine -Tics moteurs simples: concernent un muscle ou quelques muscles ( clignement des paupières,flexion extension du cou, haussement dépaule, contraction des masséters…) -Tics moteurs complexes: nombreux territoires musculaires ( regarder sa montre, démarche bizarre, accroupissement, saut…) Palipraxie, échopraxies ( immitations gestuels), copropraxie (gestes obscènes)

9 Caractéristiques cliniques (3) Tics vocaux: -Apparition plus tardive (11 ans) -Contractions des muscles pharyngés (ronflement, toux, éructations) -A lextréme: tics vocaux complexes Echolalie (répétition de mots) Palilalie (répétition de phrases) Coprolalie (injures) Comportements sociaux inappropriés

10 Caractéristiques cliniques (4) Les tics peuvent être suspendus par la volonté pour une plus ou moins longue période ( ce qui les différencient des autres mouvements anormaux), cette suppression saccompagne généralement dune augmentation de la tension interne et dun phénomène de rebond. Les tics sont augmentés en situation de stress où dans certaines situations spécifiques ( nécessité de concentration, moment de plaisir…) Les tics peuvent être suggestibles

11 Co-morbidité Seulement 12% de « tiqueur simple » 60% présente des troubles obsessionnels compulsifs: préoccupations obsessionnelles centrées autour de la religion, la sexualité, la violence Rituels de comptages (arythmomanie), de vérification,besoin de symétrie Touching 60% syndrome dhyper activité avec déficit de lattention (THADA) 20% troubles de lhumeur 18% troubles anxieux, 15% troubles des conduites

12 Co-morbidité (2) Les comportements auto-aggressifs: - tentative de suicide - scarifications - coups de poing - agression avec des objets pointus (corps, yeux) Comportement sur un mode très compulsifs Difficulté de prise en charge

13 Les trois subtypes de SGT Le Tourette « pure »: tics moteurs et tics vocaux Le « vrai SGT » associant en plus une coprolalie et des échophénomènes Le « Tourette plus »: associant dautres pathologies ( toc, automutilation, Thada…)

14 Hypothèses étiologiques Génétiques: - Quelques cas de familiaux de SGT - Origine polygénique probable - Polymorphisme des gènes candidats - Vulnérabilité au SGT Immunologiques: - PANDAS ( pédiatric autoimmune neuropsychiatric disorder associated with Streptococcus): réaction auto-immune à une infection à Streptocoque bêta hémolytique (anticorps anti-ganglions de la base) - plus fréquent chez la fille

15 Hypothèses étiologiques (2) Psychopathologie: Au départ: simple conduite motrice réactionnelle à une situation danxiété passagère (maladie, séparation…) = déplacement des affects des conflits et des tensions intrapsychiques dans la motricité ( association fréquente avec linstabilité) Le tic va progressivement devenir une voie de décharge tensionnelle privilégiée

16 Hypothèse étiologiques (3) Association fréquentes avec des traits obsessionnels - contrôle - agressivité réprimée Le tic prend alors une signification soit agressive (symbolisation grossière) soit autopunitive (décharge de la tension pulsionnelle)

17 Attitude thérapeutique Psychothérapie individuelle dinspiration analytique ou comportementale (type immersion ou déconditionnement opérant) Thérapie psychomotrice (relaxation) Information sur le lieu scolaire Nécessité dun traitement médicamenteux à évaluer en fonction de la tolérance des symptômes (neuroleptique essentiellement) Traitement des troubles associés

18 Trichotillomanie-onychophagie Trichotillomanie: besoin +ou- irresistible de se tortiller voire de sarracher le cheveux Geste autoérotique ou autoaggressif Situation de carence, en association avec dautres symptômes Complication: pelade ou trichobezoard Onychophagie: 10 à 30 % des enfants Souvent associée à lanxiété déplacement autoérotique (plaisir de succion) Persitance à lâge adulte

19 Le Begaiement Trouble du débit élocutoire et non du langage en lui- même 1% des enfants en majorité des garçon (1/3) On distingue : - Le bégaiement tonique: impossibilité démettre un son pendant un certain temps -Le bégaiement clonique: répétition involontaire, saccadée et explosive dune syllabe (souvent la première de la phrase) Association fréquente avec les tics, des manifestations démotivité Apparaît souvent entre 3 et 5 ans

20 Le Begaiement (2) Absence danomalie fonctionnelle aux explorations neurophysiologiques Variabilité en fonction du temps, de linterlocuteur, de létat affectif et du contenu du discours (sapaise lors des situations plus facilement contrôlées: « par cœur, chant…) Facteurs héréditaires? (30%) Association à un retard de langage (50%)

21 Le Begaiement (3) Psychopathologie: Distorsion de la communication interindividuelle Association fréquente avec des traits de personnalité anxieux, une introversion,des éléments dimpulsivité et dagressivité. Réaction dévitement où lanxiété bloque la parole, qui par un feed-back négatif se libère: aspect saccadé et répétitif du langage

22 Le Begaiement (4) Evolution et traitements -Atténuation voire disparition avec lâge -Intérêt dun traitement précoce ( 5 à 7ans) -Rééducation orthophonique +/- psychothérapie Privilégiant les techniques où le centrage sur la parole est moins exclusif (relaxation, psychodrame)


Télécharger ppt "TICS ET COMPORTEMENTS REPETITIFS Dr Deniau Service de Psychiatrie de lEnfant et de lAdolescent du Pr Cohen."

Présentations similaires


Annonces Google