La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Troubles anxieux chez lenfant et ladolescent Manifestation Hystériques Phobies TOC Inhibition Dr Sylvie Viaux - Service de Psychiatrie de lenfant et.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Troubles anxieux chez lenfant et ladolescent Manifestation Hystériques Phobies TOC Inhibition Dr Sylvie Viaux - Service de Psychiatrie de lenfant et."— Transcription de la présentation:

1 1 Troubles anxieux chez lenfant et ladolescent Manifestation Hystériques Phobies TOC Inhibition Dr Sylvie Viaux - Service de Psychiatrie de lenfant et de ladolescent du Pr. Cohen Cours Orthophonistes

2 Dr S. VIAUX2 Généralités et psychopathologies Anxiété : entre normal et pathologique Anxiété : entre normal et pathologique Anxiété : Sentiment confus (à la différence de la peur), peur sans objet, crainte dun danger imprécis sans manifestations somatiques Angoisse : sensation de malaise intense, crainte sans objet associée à des manifestations somatiques

3 Dr S. VIAUX3 Caractéristiques pathologiques de langoisse Critères pathologiques : Critères pathologiques : –Intensité –Durée –Fréquence –Vécu de souffrance –Retentissement Anxiété pouvant être «transformée, convertie» en tr névrotique Anxiété pouvant être «transformée, convertie» en tr névrotique

4 Dr S. VIAUX4 Les théories étiopatogéniques (1) Théorie psychanalytique (S. Freund) Théorie psychanalytique (S. Freund) –Aménagement défensif face à langoisse. –Le symptôme est un signe dappel dun conflit inconscient –Le S est le produit dun déplacement inconscient du conflit à rechercher et analyser pour lever la symptomatologie

5 Dr S. VIAUX5 Les théories étiopatogéniques (2) Théorie de lapprentissage (Pavlov) Théorie de lapprentissage (Pavlov) –Le S est la conséquence dun apprentissage déviant –Conditionnement –Travail thérapeutique sur les mécanismes de renforcement des conditionnements

6 Dr S. VIAUX6 Particularités des névroses chez lenfant Complexité de la notion de symptôme chez lenfant Complexité de la notion de symptôme chez lenfant –Consultation sur impulsion des parents ou des enseignants –Lenfant souffre souvent plus du retentissement, que du S lui-même –Persistance du S par présence de bénéfices secondaires –S peut témoigner dun dysfonctionnement familial : le fonctionnement familial sorganise autour du S de lenfant pour éviter de se confronter à ses conflits profonds Aspect développemental Aspect développemental –Expressions cliniques banales à certains âges (anxiété de séparation..) –S peuvent correspondre à des moments adaptatifs –Contexte environnemental à intégrer (pérennisation des S) –Pas de névrose structurée avant lâge de 8-12 ans

7 Dr S. VIAUX7 Manisfestations anxieuses et peurs en fonction de lâge (d apr è s Carr, 1999) ÂgeDéveloppement des compétences liées à lanxiété Principales sources de peur Troubles anxieux correspondants Naissance 0-6 mois Les habilités sensorielles fondent les capacités adaptatives de lenfant Stimuli sensoriels intenses Perte de soutien 6-12 moisSchèmes sensorimoteurs Relation de cause à effet Permanence de lobjet Figures étrangères Séparation Nourrisson 2-4 ans Pensée préopératoire Capacité à imaginer Pas de distinction entre fantasmes et réalité Créatures imaginaires Agresseurs potentiels Le noir Anxiété de Séparation Maternelle 5-7 ans Pensée opératoire Capacité à raisonner dans des termes concrets Catastrophes naturelles Accidents corporels Animaux Peurs induites par les médias Phobies des animaux, du sang Trouble obssessionnel compulsif Plaintes somatiques Primaire 8-11 ans Mestime ses centre sur les réussites athlétique et scolaire Piètres performances académiques ou athlétiques Anxiété avant les contrôles Phobie scolaire Adolescence ans Pensée opératoire formelle Capacité à anticiper les dangers Lestime se centre sur les relations aux pairs Exclusion par les pairsPhobie sociale Agoraphobie Trouble panique

8 8 Troubles anxieux TAG Crise dangoisse aigue Anxiété de séparation

9 Dr S. VIAUX9 TAG 3 à 7 % avec une incidence plus élevée chez les premiers-nés et les enfants uniques. 3 à 7 % avec une incidence plus élevée chez les premiers-nés et les enfants uniques. Anxiété Chronique Anxiété Chronique –Tension quasi permanente –Anxiété danticipation –Présentation : enfant hypersensible, dhumeur labile, nécessité de réassurance permanente –Expression : par le langage, plaintes somatiques, décharges motrices (tics), indirectement dans ses rêves, ses jeux, ses dessins

10 Dr S. VIAUX10 Crise dangoisse Aiguë Plus rare chez lenfant, prévalence < 1 %. Plus rare chez lenfant, prévalence < 1 %. pic dincidence entre 15 et 19 ans pic dincidence entre 15 et 19 ans Début imprévisible et spontané, très rapidement maximale (moins de 10 minutes) Début imprévisible et spontané, très rapidement maximale (moins de 10 minutes) Développemental : évolution de lexpression anxieuse du somatique, au langage, aux pathologies de lagir (fugues, hétéro agressivité) Développemental : évolution de lexpression anxieuse du somatique, au langage, aux pathologies de lagir (fugues, hétéro agressivité) Manifestations subjectives de la crise : impression de malaise interne, de catastrophe imminente, accompagnée de peur (de mourir, de devenir fou, de perdre le contrôle de soi même) Manifestations subjectives de la crise : impression de malaise interne, de catastrophe imminente, accompagnée de peur (de mourir, de devenir fou, de perdre le contrôle de soi même)

11 Dr S. VIAUX11 Crise dangoisse aigue Manifestations somatiques souvent au premier plan chez le très jeune enfant : Manifestations somatiques souvent au premier plan chez le très jeune enfant : –Cardiaques :Tachycardie avec palpitations, douleurs précordiales, une oppression thoracique –Digestifs : nausée, douleurs abdominales, crise diarrhéique ou polyurique à la sédation de la crise –Pulmonaires : Sensation détouffement, striction pharyngée, hyperventilation Neurologiques : paresthésies, céphalées, tremblements, crampes, sensations détourdissement, de vertiges, parfois évanouissement –SNA : hypersudation, bouffées de chaleur, froideur des extrémités

12 Dr S. VIAUX12 Anxiété de séparation (1) 2 à 8 % des enfants pré-pubères 2 à 8 % des enfants pré-pubères dès les premiers mois de vie dès les premiers mois de vie pic vers lâge de 11 ans, à lentrée en 6ème. pic vers lâge de 11 ans, à lentrée en 6ème. Normale dans les premières années de vie, Normale dans les premières années de vie, pathologique : excessive et empêche lépanouissement de lenfant et son ouverture sur le monde extérieur. pathologique : excessive et empêche lépanouissement de lenfant et son ouverture sur le monde extérieur. relation avec des liens anxieux enfant-parents. relation avec des liens anxieux enfant-parents.

13 Dr S. VIAUX13 Anxiété de séparation (2) angoisse excessive lorsque lenfant se sépare des personnes auxquelles il est attaché et/ou lorsquil est éloigné des siens. angoisse excessive lorsque lenfant se sépare des personnes auxquelles il est attaché et/ou lorsquil est éloigné des siens. anticipation de la séparation avec une angoisse se majorant progressivement pour atteindre son paroxysme au moment de la séparation. anticipation de la séparation avec une angoisse se majorant progressivement pour atteindre son paroxysme au moment de la séparation. Cette anxiété excessive se manifeste par : Cette anxiété excessive se manifeste par : –-des pleurs et des crises de colère, –une résistance active à la séparation, –manifestations somatiques (céphalées, nausées, douleurs abdominales…), –ruminations avec perception dun danger, dune menace (mal définie…), Association Association –cauchemars –attitudes de régression : quête permanente et excessive dattention, besoin dêtre toujours en contact avec le parent, demande de dormir dans la chambre parentale…

14 14 Trouble conversif/ névrose hystérique

15 Dr S. VIAUX15 Trouble hystérique Manifestations cliniques dallure somatique et dorigine psychogène. Manifestations cliniques dallure somatique et dorigine psychogène. Plus fréquents chez la fille Plus fréquents chez la fille « Hystéro » : utérus « Hystéro » : utérus

16 Dr S. VIAUX16 Historique depuis lantiquité : depuis lantiquité : –Maladies propres aux femmes, Symptômes rapportés à la migration de lutérus dans le corps Hippocrate : migration due à labsence de rapport sexuel Hippocrate : migration due à labsence de rapport sexuel Galien : après dissection constate que lutérus ne migre pas. Corruption du sang par le liquide séminal féminin qui saccumule en raison de la continence sexuelle Galien : après dissection constate que lutérus ne migre pas. Corruption du sang par le liquide séminal féminin qui saccumule en raison de la continence sexuelle Moyen âge : Nest plus considéré comme un phénomène médical, ni individuel. Phénomène religieux : origine démoniaque Moyen âge : Nest plus considéré comme un phénomène médical, ni individuel. Phénomène religieux : origine démoniaque Charcot : Utilise lhypnose (Mesmer) : technique diagnostique. Sous hypnose le symptôme disparaît. « Tous les hystériques sont hypnotisables » Charcot : Utilise lhypnose (Mesmer) : technique diagnostique. Sous hypnose le symptôme disparaît. « Tous les hystériques sont hypnotisables » Babinski : « simulacre = conversion », invente le pithiatisme : guérit par la suggestion Babinski : « simulacre = conversion », invente le pithiatisme : guérit par la suggestion Freud : apprend et utilise lhypnose ; Cas Anna O, cas princeps Freud : apprend et utilise lhypnose ; Cas Anna O, cas princeps

17 Dr S. VIAUX17 Théorie psychanalytique : Transformation inconsciente du conflit intrapsychique source dangoisse en symptomatologie somatique avec anéantissement de langoisse Transformation inconsciente du conflit intrapsychique source dangoisse en symptomatologie somatique avec anéantissement de langoisse Chez lenfant le conflit concerne svt un des proches et peut avoir valeur communicationnelle et induire des bénéfices secondaires Chez lenfant le conflit concerne svt un des proches et peut avoir valeur communicationnelle et induire des bénéfices secondaires Abord familial important Abord familial important Stress collectifs : « épidémies» de symptômes conversifs dans les écoles Stress collectifs : « épidémies» de symptômes conversifs dans les écoles

18 Dr S. VIAUX18 Manifestations hystériques Critères des symptômes hystériques Critères des symptômes hystériques –Absence de systématisation organique –Absence de simulation, ni pathomimie –La suggestibilité –La labilité, la variabilité dans le temps, réversibilité du symptôme –Existence de facteurs déclenchants, le symptôme nest pas choisi par hasard (en rapport avec le conflit sous-jacent) –Bénéfices primaires –Bénéfices secondaires –La « belle indifférence » par rapport à ces symptômes

19 Dr S. VIAUX19 Manifestations aiguës : crises tétaniformes, pseudo- convulsives, à caractère spectaculaire Manifestations aiguës : crises tétaniformes, pseudo- convulsives, à caractère spectaculaire Manifestations durables : paralysies, contractures, mvts anormaux, tr sensoriels, mutisme, tr mnésiques Manifestations durables : paralysies, contractures, mvts anormaux, tr sensoriels, mutisme, tr mnésiques Troubles de la conscience : états seconds ou crépusculaires, amnésies, fugues Troubles de la conscience : états seconds ou crépusculaires, amnésies, fugues Tjs éliminer une pathologie somatique! Tjs éliminer une pathologie somatique!

20 Dr S. VIAUX20 Traits de personnalité –Fragilité –Suggestibilité –Régressif –Dépendant de lentourage, des évènements et incidents récents –Original, excessif, théâtral –Séducteur, manipulateur Entourage familial : instable, crédule, naïf, sans distance, hyperprotecteur Entourage familial : instable, crédule, naïf, sans distance, hyperprotecteur

21 Dr S. VIAUX21 Evolution Début de lâge adulte voire à ladolescence, pas chez lenfant Début de lâge adulte voire à ladolescence, pas chez lenfant Manifestations variables selon le sexe Manifestations variables selon le sexe Facteurs défavorables : Facteurs défavorables : –Mécanismes de défense du moi –Réponse de lentourage : bénéfices secondaires Evolution spontanément favorable rare, personne utilisant leur personnalité pour réussir Evolution spontanément favorable rare, personne utilisant leur personnalité pour réussir

22 Dr S. VIAUX22 Complications Complications Extension du symptôme de conversion chronicisé Extension du symptôme de conversion chronicisé Handicap chronique sur tout les plans : affectif, familial, professionnel, social Handicap chronique sur tout les plans : affectif, familial, professionnel, social Psy Psy –Apparition dautres symptômes névrotiques (phobiques, obsessionnel, hypochondriaque) –Aggravation des traits de personnalité psychopathologiques, paranoïaques –dépressions graves, TS, –addictions Complications « iatrogène » : médicales ou chirurgicales Complications « iatrogène » : médicales ou chirurgicales

23 Dr S. VIAUX23 Principes thérapeutiques Examen clinique et paraclinique : Examen clinique et paraclinique : –éliminer toute pathologie somatique et psychique avérée –Éviter la surenchère des examens : effets secondaires, confirment le sujet dans sa conversion Abord familial, séparation, voir isolement du sujet par l hospitalisation Abord familial, séparation, voir isolement du sujet par l hospitalisation Abord individuel psychothérapeutique Abord individuel psychothérapeutique chimiothérapie type anxiolytique ou anti- obsessionnel chimiothérapie type anxiolytique ou anti- obsessionnel

24 24 Phobies

25 Dr S. VIAUX25 Manifestations phobiques De « phobos » : crainte soudaine, effroi, peur irréfléchie, irrationnelle dune situation ou dun objet ne présentant pas de caractère objectivement dangereux De « phobos » : crainte soudaine, effroi, peur irréfléchie, irrationnelle dune situation ou dun objet ne présentant pas de caractère objectivement dangereux –Peur disparaissant en dehors de lobjet ou de la situation –Lenfant au développement cognitif suffisant est conscient du caractère excessif et irrationnel de sa peur –Anxiété anticipatoire Stratégies défensives Stratégies défensives –Objet contra-phobiques –évitement

26 Dr S. VIAUX26 Notion développementale : Notion développementale : –Eléments phobiques physiologiques : peur du noir à 2, 3 ans, des gros animaux, des ogres à 3 ans –Angoisses de séparation avec rituels du coucher… –Dysmorphophobie : phobies du corps et de son apparence à ladolescence –Pathologiques si : se prolongent, intensité inhabituelle, souffrance morale, retentissement sur la vie quotidienne

27 Dr S. VIAUX27 Quatre formes cliniques : Quatre formes cliniques : –Phobies simples –Phobies sociales –Agoraphobies –Phobie scolaire

28 Dr S. VIAUX28 Phobies simples ou spécifiques 7-11 ans : 3 à 9% 7-11 ans : 3 à 9% Peur dun objet ou dune situation nayant aucun caractère menaçant. Peur dun objet ou dune situation nayant aucun caractère menaçant. –Phobie danimal –Phobie de phénomènes naturels (orage, eau…) –Phobie situationnelles (transport public, avion, ascenseur –Phobie du sang –Phobies du sang, familiales, troubles vagaux jusquà la syncope Apparition précoce dans lenfance, mais souvent découverte tardivement Apparition précoce dans lenfance, mais souvent découverte tardivement Associations à des troubles paniques Associations à des troubles paniques Patient peu gêné dans sa vie quotidienne grâce aux conduites d évitement et de réassurance Patient peu gêné dans sa vie quotidienne grâce aux conduites d évitement et de réassurance

29 Dr S. VIAUX29 Agoraphobie Femme de 18 – 35 ans Femme de 18 – 35 ans Def : Def : –anxiété liée à des endroits ou des situations doù il est difficile de séchapper ou dans lesquelles on pourrait ne pas trouver de secours en cas d attaque de panique Anxiété anticipatoire ++ Anxiété anticipatoire ++

30 Dr S. VIAUX30 Phobies sociales Homme, début plus précoce que lagoraphobie : adolescence, jeune adulte Homme, début plus précoce que lagoraphobie : adolescence, jeune adulte 7-11 ans : 1% 7-11 ans : 1% Phobies sociales partielles : Phobies sociales partielles : –Liées à des situations particulières (prendre la parole en public, peur de manger en public, peur décrire en public –Phobies sociales généralisées : peur du regard des autres Anxiété anticipatoire Anxiété anticipatoire Conduites dévitement conduisant à une restriction progressive de la vie sociale, retrait massif avec isolement Conduites dévitement conduisant à une restriction progressive de la vie sociale, retrait massif avec isolement Distorsions cognitives : perte de lestime de soi, crainte dêtre critiqué, jugé Distorsions cognitives : perte de lestime de soi, crainte dêtre critiqué, jugé

31 Dr S. VIAUX31 Phobie scolaire Epidémiologie Epidémiologie –A partir de 8-9 ans –3% pop –Sex ratio :1 Difficulté insurmontable daller à lécole pouvant présenter une cause durable et grave dabsentéisme Difficulté insurmontable daller à lécole pouvant présenter une cause durable et grave dabsentéisme Comorbidité : Comorbidité : –angoisse de séparation, –agoraphobie –phobie sociale Complications Complications –dépression (isolement, repli social) –Tr des conduites –Position hystérique

32 Dr S. VIAUX32 Prise en charge Psychothérapies cognitivo-comportementales –Désensibilisation systématique : patient ne pouvant pas éviter la situation phobogène –Désensibilisation « in vitro », « in vivo », « flooding » :Techniques dexposition progressive ou rapide à la situation phobogène : phobies simples, agoraphobies –Restructurations cognitives (correction des systèmes de pensées erronés qui sous-entendent les phobies –Techniques daffirmation de soi et damélioration des compétences sociales + /- thérapie cognitive centrée sur les distorsions cognitives inhérentes au tableau Psychothérapie dinspiration psychanalytique Chimiothérapies –Traitement de fond : antidépresseurs type IRS (déroxat), AD tricycliques (tofranil) bloquant surtout phobies sociales partielles –Traitement aigu : BZD, attention à laddiction

33 33 TOC

34 Dr S. VIAUX34 Epidémiologie Prévalence : 1-2% de la pop (adolescents+ Adultes) Prévalence : 1-2% de la pop (adolescents+ Adultes) 0,25% chez les moins de 15 ans 0,25% chez les moins de 15 ans Sex-ratio : 1 Sex-ratio : 1 Age de début précoce Age de début précoce –10 ans : 10% –<15 ans 20% –<20ans : 40% Âge du Dg : homme, 17 ans ; femme, 21 ans Âge du Dg : homme, 17 ans ; femme, 21 ans Première consultation 8/10 ans après le début des troubles Première consultation 8/10 ans après le début des troubles Pas de catégorie socioprofessionnelle plus touchée, transculturel Pas de catégorie socioprofessionnelle plus touchée, transculturel

35 Dr S. VIAUX35 Trouble Obsessionnel Compulsif (1) Latin, « obsessio » : siège, action dassiéger Latin, « obsessio » : siège, action dassiéger Obsession : pensée assiégée par des idées dont le patient va tenter de se défendre par des actions Obsession : pensée assiégée par des idées dont le patient va tenter de se défendre par des actions 3 types dobsessions : 3 types dobsessions : –Obsessions idéatives –Obsessions phobiques –Obsessions impulsives

36 Dr S. VIAUX36 TOC (2) Obsessions idéatives (folie du doute) : Ruminations obsédantes, incoercibles portant sur une idée, une image, un nom, un chiffre ou une pensée abstraite. Obsessions idéatives (folie du doute) : Ruminations obsédantes, incoercibles portant sur une idée, une image, un nom, un chiffre ou une pensée abstraite. Rituels de vérifications Rituels de vérifications Obsessions phobiques : Craintes obsédantes, assiégeant lesprit et concernant un objet ou une situation (même en dehors de leur présence contrairement à la phobie), Thème ++ : maladies, microbes, saleté (folie du toucher) Obsessions phobiques : Craintes obsédantes, assiégeant lesprit et concernant un objet ou une situation (même en dehors de leur présence contrairement à la phobie), Thème ++ : maladies, microbes, saleté (folie du toucher) Défenses secondaires : compulsions de lavage ou de vérification Défenses secondaires : compulsions de lavage ou de vérification Obsessions impulsives ( phobies dimpulsions) : Crainte angoissante et assiégeante dêtre amené de façon irrésistible et contre sa volonté à réaliser un acte ridicule, répréhensible ou immoral Obsessions impulsives ( phobies dimpulsions) : Crainte angoissante et assiégeante dêtre amené de façon irrésistible et contre sa volonté à réaliser un acte ridicule, répréhensible ou immoral Importante lutte anxieuse, grande culpabilité, mais passage à lacte exceptionnel Importante lutte anxieuse, grande culpabilité, mais passage à lacte exceptionnel

37 Dr S. VIAUX37 TOC (3) Compulsions Compulsions –Actes répétitifs qui simposent au sujet et quil ne peut sempêcher daccomplir –Lutte anxieuse (-) intense en partie soulagée par lacte, mais intense si lacte ne peut pas être effectué Rituels Rituels –Formes plus élaborées, plus complexes dactes compulsifs, valeur quasi magique de lacte (annulation) –Séquences dactes élémentaires, portant sur des actions quotidiennes, que le sujet soblige à effectuer : –Rituels intériorisés ; effectuer des calculs mentaux, arythmomanies –Rituels extériorisés : lavage, habillage, rangements, vérifications

38 Dr S. VIAUX38 Traits de personnalité Régression pulsionnelle au stade sadique- anal (théorie Freudienne) : Régression pulsionnelle au stade sadique- anal (théorie Freudienne) : –Retenir ou offrir des matières traits traits –Soucis déconomie (argent, sentiment) –Parcimonieux, collectionneur, perfectionniste –Soucis de lordre, horreur de la saleté, du gaspillage, de limparfait –Autoritaire, obstiné, perfectionnisme, dévotion pour le travail/loisir –Aspiration à la maîtrise de soi-même et des autres

39 Dr S. VIAUX39 TOC (4) Développement : Développement : –Selon le niveau de dvpt reconnaît le caractère égodystonique des troubles : honte, peut masquer les S. –Lenfant plus jeune : manifestations non spé dagitation, de colère, de repli, difficultés scolaires Rituels physiologiques : Rituels physiologiques : –Faire tomber des objets de manières répétitives, jeux dapparition et disparition –Rituels de lapprentissage sphinctérien –Rituel du coucher Critères pathologiques : Critères pathologiques : –Apparition tardive, angoisse, mal-être si rituel incomplet, retentissement sur la vie de lenfant et de sa famille

40 Dr S. VIAUX40 Prise en Charge Habitus Habitus –Maintien de linsertion sociale –Voyage, changement de cadre, pour éviter la ritualisation de toute la vie active Psychothérapies Psychothérapies Analytique, de soutien Analytique, de soutien Comportementales (rituels prépondérants) Comportementales (rituels prépondérants) –Exposition in vivo –Prévention de la réponse (résister à la nécessité de ritualiser en présence du thérapeute –Flooding Chimiothérapie Chimiothérapie –AD type AD tricycliques, Sérotoninergiques –Traitement adjuvants : Anxiété importante : anxiolytiques BZD Anxiété importante : anxiolytiques BZD Ruminations obsessionnelles très invalidantes : neuroleptiques Ruminations obsessionnelles très invalidantes : neuroleptiques

41 41 Inhibition

42 Dr S. VIAUX42 Inhibition Tr névrotique fréquent chez ladolescent Tr névrotique fréquent chez ladolescent Rarement motif de cs, sauf retentissement scolaire Rarement motif de cs, sauf retentissement scolaire 3 secteurs potentiellement atteints 3 secteurs potentiellement atteints –Inhibition intellectuelle –Inhibition à fantasmer –Inhibition relationnelle

43 Dr S. VIAUX43 Inhibition intellectuelle Inhibition intellectuelle –Activité cognitive, « bêtise névrotique » Inhibition à fantasmer Inhibition à fantasmer –conformisme Inhibition relationnelle Inhibition relationnelle –Timidité Apparition dans lenfance ou préadolescence, avec renforcement à ladolescence. Apparition dans lenfance ou préadolescence, avec renforcement à ladolescence.

44 Dr S. VIAUX44 Inhibition intellectuelle Clinique Difficulté ressentie devant le travail scolaire ou universitaire Difficulté ressentie devant le travail scolaire ou universitaire Difficulté à être en rivalité, en compétition avec lun de ses parents ou dépasser le niveau scolaire quils avaient atteints. Difficulté à être en rivalité, en compétition avec lun de ses parents ou dépasser le niveau scolaire quils avaient atteints. désinvestissement scolaire, désinvestissement scolaire, –désir de poursuivre ses étude –Mais sentiment dincapacité –Peut amener secondairement à un rejet des investissements intellectuels

45 Dr S. VIAUX45 Attention au réorientation scolaire trop hâtives (cf tests psychométriques) Attention au réorientation scolaire trop hâtives (cf tests psychométriques) Possible association avec autres conduites névrotiques Possible association avec autres conduites névrotiques –Type obsessionnel: méticulosité de préparation… –Conduite phobique dévitement…

46 Dr S. VIAUX46 Inhibition à fantasmer Clinique Difficulté à développer au sein de son fonctionnement psychique une aire de rêverie et de fantaisie Difficulté à développer au sein de son fonctionnement psychique une aire de rêverie et de fantaisie A ladolescence cette aire permet lintégration dans le moi de ladolescent des pulsions libidinales et agressives, modulées par le surmoi, constructrices de lidentité. A ladolescence cette aire permet lintégration dans le moi de ladolescent des pulsions libidinales et agressives, modulées par le surmoi, constructrices de lidentité. Ici, ces pulsions sont considérées comme trop dangereuses et destructrices Ici, ces pulsions sont considérées comme trop dangereuses et destructrices –Évacuation sur lextérieur par des passages à lacte; ou –Refoulement massif : comportement conformiste Evolution Evolution –Effondrements subits après longues périodes de normalité superficielles –Maintien de relation de cette attitude conformiste avec maintien de relation de type infantile avec les images parentales

47 Dr S. VIAUX47 Inhibition relationnelle Clinique Inhibition portant sur les modalités relationnelles de ladolescent avec son environnement Inhibition portant sur les modalités relationnelles de ladolescent avec son environnement Timidité fréquente à cet âge, souvent vie fantasmatique riche sous- jacente Timidité fréquente à cet âge, souvent vie fantasmatique riche sous- jacente Lado craint que ses fantaisies/fantasmes soient découverts ou devinés par lautre, stt lAutre, objet des pulsions Lado craint que ses fantaisies/fantasmes soient découverts ou devinés par lautre, stt lAutre, objet des pulsions Culpabilité/ honte associées Culpabilité/ honte associées Culpabilité Culpabilité –Désirs sexuels ou agressifs dirigés vers une personne de lentourage Honte : Honte : –Craintes portant sur la personne même de ladolescent, vécu dysmorphophobiques Retentissement : entrave à linsertion sociale Retentissement : entrave à linsertion sociale

48 Dr S. VIAUX48 Complications des névroses Troubles du comportement (opposition, agitation, instabilité) Troubles du comportement (opposition, agitation, instabilité) Troubles de ladaptation sociale (phobie scolaire) Troubles de ladaptation sociale (phobie scolaire) Troubles de lattention (troubles déficitaires de lattention) Troubles de lattention (troubles déficitaires de lattention) Syndrome dépressif Syndrome dépressif Addictions, troubles des conduites Addictions, troubles des conduites Autres névroses Autres névroses Troubles de la personnalité Troubles de la personnalité

49 Dr S. VIAUX49 Principes thérapeutiques des névroses de lenfant Prévention Prévention –Le repérage précoce interventions chez le nourrisson et le jeune enfant –Laccompagnement des parents : environnement / interactions entre lenfant et ses parents. Principes et moyens thérapeutiques : Pas de traitement purement symptomatique +++ : Aborder exclusivement les symptômes peut être la négation de la souffrance cachée de lenfant et peut compromettre lharmonie de sa personnalité. Pas de traitement purement symptomatique +++ : Aborder exclusivement les symptômes peut être la négation de la souffrance cachée de lenfant et peut compromettre lharmonie de sa personnalité. o Psychothérapies : alliance thérapeutique avec les parents. o Psychothérapies : alliance thérapeutique avec les parents. –individuelle ou familiale, analytique ou cognitivo -comportementale. o Prescriptions médicamenteuses : o Prescriptions médicamenteuses : –jamais isolées. –Réservées aux formes dangoisse intense –durées courtes (ne dépassant pas quelques semaines). o Hospitalisation : après avis spécialisé. o Hospitalisation : après avis spécialisé. –une coupure du milieu habituel, une prise de distance, une évaluation desproblématiques et une réorganisation des relations intra-familiales. o Actions socio-éducatives : parents, famille, école… o Actions socio-éducatives : parents, famille, école…

50 Dr S. VIAUX50 Principales caractéristiques cliniques des troubles anxieux simples chez lenfant PhobiesAnxiété de séparation Tr anxieux généralisé Trouble panique Etat de stress post traumatique Conditions de survenueObjets, situations ou évènements perçues comme effrayants Séparation des figures dattachement Lensemble de lenvironnemen t est perçu comme dangereux Peur de la récidive Stimuli internes Tout ce qui rappelle le trauma Croyances associées de lenfant Craint une catastrophe si contact avec lobjet ou la situation phobogène Craint dêtre agressé ou que le proche le soit si séparés Craint de nombreux petits évènements insignifiants Craint que lattaque de panique nannonce une mort imminente Craint la répétition inéluctable de la situation traumatique AffectPeur intense, colères quand objet phobogène présent ou anticipé Peur intense, colères avant, au moment ou après la séparation Angoisse quasi permanente avec des fluctuations en intensité Peur intense pendant les crises de paniques – Fond anxieux permanent possible entre les crises Peur intense lors dexpériences de reviviscence – Difficultés à accepter la tendresse – Dépression Conduites secondairesEvitement de lobjet Choix dun objet contraphobique Evitement de la séparation – Refus scolaire –Difficultés dendormissem t Difficultés dendormissem t – Diminution des activités sociales Evitement des situations où foules et publics secondaire à une agoraphobie Difficultés dendormissem t – Conduites à risque à ladolescence – Tentatives de suicide Conséquences sur lépanouissem ent personnel Isolement social en cas dagoraphobie Pauvreté des relations aux pairs – Difficultés scolaires Isolement social en cas dagoraphobie Isolement social en cas de trauma vécu seul – Limitation des liens aux seules personnes impliquées dans le trauma quand collectif


Télécharger ppt "1 Troubles anxieux chez lenfant et ladolescent Manifestation Hystériques Phobies TOC Inhibition Dr Sylvie Viaux - Service de Psychiatrie de lenfant et."

Présentations similaires


Annonces Google