La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

TORSION DU CORDON SPERMATIQUE

Présentations similaires


Présentation au sujet: "TORSION DU CORDON SPERMATIQUE"— Transcription de la présentation:

1 TORSION DU CORDON SPERMATIQUE

2 Définition : Ischémie aiguë du testicule par torsion de son cordon spermatique sur lui-même, évoluant vers la nécrose.

3 Généralités : Physiopathologies : C'est une urgence urologique
Survient chez l'homme jeune Physiopathologies : Secondaire à une mobilité anormale du testicule ou à une faiblesse, voir une absence d'attache.

4 Clinique : Douleur aiguë d'apparition brutale
Pas de fièvre ( < 6 h) Pas de signes urinaires d'infection ( brûlures mictionnelles, pollakyurie..) A l'examen : Testicule ascensionné, rétracté à l'anneau Examen difficile par la douleur Pas de signes inflammatoires au début Testicule controlatéral normal

5 Paracliniques : Ne doit pas faire retarder le diagnostic ni la prise en charge Bilan pré-opératoire ( NFS, Groupe, Thorax, autorisation des parents….)

6 Diagnostic différentiel :
Orchi-épididymite Hernie étranglée Tumeur du testicule

7 Traitement  urgence chirurgicale
Abord scrotal pour exploration du testicule Si testicule viable  fixation : orchidopexie Si testicule nécrosé ( > 6H)  orchidectomie ( +/- prothése) Fixation du testicule controlatérale dans le même temps ou secondairement.

8

9 Orchi-épididymite Douleur aiguë d'apparition progressive
Fièvre, frisson Signes d'infection urinaire ( brûlures mictionnelles, pollakyurie..) A l'examen : Testicule non ascensionné Examen difficile par la douleur Signes inflammatoires Traitement : ATB + anti inflammatoire

10 CANCER DU TESTICULE

11 Anatomopathologie : Tumeurs germinales (95%)
Tumeurs séminomateuses (50%) Tumeurs non séminomateuses (50%) ( Carcinome embryonnaire, Choriocarcinome, Teratome) Tumeurs non germinales (5%) ( Tumeur à cellules de Leydig, de Sertoli…)

12 Physiopathologie : Cancer rare (1% des cancers de l’homme) mais incidence en voie d’augmentation Sujets jeunes 20 à 50 ans Cancers très lymphophiles Cancers radio et chimio-sensibles Facteurs favorisants : Ectopie testiculaire même abaissée Atrophie testiculaire ( post infection ou traumatique)

13 Clinique : Asymptomatique
Douleur aiguë (présentation sous forme d'une torsion) Augmentation de la taille testicule Hydrocèle Masse testiculaire dure, séparée du testicule par un sillon Gynécomastie ( chorio-carcinome) Métastases ganglionnaires Altération de l’état général

14 Clinique :

15 Clinique :

16 Diagnostic paraclinique :
L’échographie : origine testiculaire de la masse, état testicule controlatérale Scanner : bilan d’extension ( recherche de ganglions lombo-aortiques, médiastinales, présence de métastases viscérales…) Marqueurs tumoraux : LDH, αFP, ßHCG, ACE

17 Traitement : Orchidectomie, par voie inguinale
Confirme le diagnostic Toute tumeur testiculaire  Cancer jusqu’à preuve du contraire Orchidectomie élargie au cordon spermatique Précise le type histologique CECOS pour autoconservation de sperme

18 Traitement : Traitement complémentaire
Radiothérapie ( Séminomes ) Chimiothérapie ( TGNS ) Curage ganglionnaire Indication des traitements complémentaires Si ganglions Si marqueurs + après orchidectomie

19 Cancer du testicule

20

21 Prothèse testiculaire :
Après avis favorable du patient, une prothèse testiculaire peut être mise en place

22 Complications : Infection Hémorragie Hématome

23 HYDROCÈLE

24 Définition : Epanchement liquidien clair entre 2 feuillets de la séreuse vaginale testiculaire

25 Physiopathologie : Souvent idiopathiques : Hydrocèle simple, par anomalie de la vaginale Secondaire à une pathologie épididymo-testiculaire sous jacente : Post infectieuse Orchite, orchi-épididymite Tumeurs testiculaires Post-traumatique Congénitale par persistance du canal péritonéo-vaginal Persistance du canal  Hydrocèle communicante Obturation secondaire  Hydrocèle simple Obturation suspendue  Kyste du cordon

26

27 Diagnostic : Clinique Paraclinique :
Grosse bourse froide non inflammatoire Plus ou moins volumineuse et donc gênante Trans-illumination positive Paraclinique : Pas nécessaire : diagnostic clinique Si doute : échographie scrotale

28 Traitement : Surveillance
Intervention chirurgicale si gène ou douleur : Abord scrotal Résection de la vaginale

29 Diagnostic différentiel : le kyste du cordon

30 Diagnostic différentiel : Hernie inguino-scrotale

31 Varicocèle

32 Définition : Dilatation variqueuse des veines du cordon spermatique par stase et reflux sanguin

33 Physiopathologie : Incontinence valvulaire surtout à gauche (95% des cas)

34 Clinique : Douleur scrotale à type de gène et de lourdeur en fin de journée et à l’effort Tuméfaction sus testiculaire qui se dilate à la manœuvre de valsava Asymptomatique, fortuit

35 Indication opératoire :
Douleur Infertilité Voie d ’abord : Scrotale Inguinale Iliaque ++++

36 Complications : Récidive Hémorragie Alternative : Embolisation

37 PHIMOSIS

38 Définition : Rétrécissement congénitale ou acquis du prépuce gênant sa rétraction et donc la découverte du gland.

39 Causes : Chez l'enfant : Chez l'adulte : Congénital (rare)
Mauvaise hygiène Posthites ou balano-posthites Chez l'adulte : Secondaire Diabète, lichen scléro-atrophique Oedèmes de la verge ( œdèmes généralisés) Cancer de la verge

40 Traitement : Chez l'enfant : 4 ans et chez adulte : Toilette locale
Libération d'adhérences prépuciales sous anesthésie locale Corticoïdes locaux 4 ans et chez adulte : Plastie du prépuce Posthectomie ou circoncision

41 PARAPHIMOSIS

42 Définition : Impossibilité de rabattre le prépuce sur le gland ( recalottage difficile)

43 Causes : Décalottage forcé
Retard de recalottage après examen, sondage vésicale, endoscopie

44 Conséquences cliniques :
Strangulation du gland par l'anneau prépucial Stase veineuse Œdème Nécrose du prépuce, voir du gland

45 Traitement : Réduction manuelle en s'aidant de gel de xylocaïne
Si échec : incisions de décharge ou fente dorsal de l'anneau Posthectomie secondairement après disparition des phénomènes inflammatoires

46 LE PRIAPISME

47 Définition Érection anormale, prolongée, douloureuse, irréductible et sans désir sexuel C’est une urgence urologique

48 Diagnostic clinique Érection à gland mou (absence de turgescence du corps spongieux) Érection douloureuse le priapisme ne s'accompagne pas de désir sexuel à l'inverse de l'érection normale, Érection > 4 heures

49 Étiologies Idiopathique
Hématologique: leucémie, drépanocytose, polyglobulies. Tumeur maligne: lymphome ou métastases des corps caverneux. Neurologique: sclérose en plaque, paraplégie. Iatrogène: la plus fréquente : Injections intra-caverneuses Toxique: Plomb, alcool, corticoïdes

50 Évolution Risque de fibrose extensive des corps caverneux
impuissance secondaire définitive.

51 Traitement Avant 6 heures : Après 6 heures : exercice physique
nouveau rapport sexuel Après 6 heures : alpha-mimétiques per-os ponction des corps caverneux ponction + injection intra-caverneuse d ’alpha stimulant fistule glandulo caverneuse à l ’aiguille anastomose caverno-spongieuse

52 Fistule glandulo caverneuse à l ’aiguille

53 Anastomose caverno-spongieuse
distale

54 Anastomose caverno-spongieuse
proximale


Télécharger ppt "TORSION DU CORDON SPERMATIQUE"

Présentations similaires


Annonces Google