La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES QUINOLONES. INTRODUCTION Agents antibactériens de synthèse Agents antibactériens de synthèse Bactéricides, bactériostatiques à fortes doses Bactéricides,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES QUINOLONES. INTRODUCTION Agents antibactériens de synthèse Agents antibactériens de synthèse Bactéricides, bactériostatiques à fortes doses Bactéricides,"— Transcription de la présentation:

1 LES QUINOLONES

2 INTRODUCTION Agents antibactériens de synthèse Agents antibactériens de synthèse Bactéricides, bactériostatiques à fortes doses Bactéricides, bactériostatiques à fortes doses Large spectre Large spectre Bonne biodisponibilité Bonne biodisponibilité Bonne diffusion tissulaire (FQ) Bonne diffusion tissulaire (FQ) Effet post antibiotique Effet post antibiotique Effet concentration-dépendant sur les bacilles gram négatif Effet concentration-dépendant sur les bacilles gram négatif

3 QUINOLONES Un peu dhistoire 1962 : Acide nalidixique 1975 : Acide pipémidique 1976 : Fluméquine, 1ère F.Q SystémiqueUrinaires 1985 : Pefloxacine1985 : Norfloxacine 1986 : Ofloxacine1986 : Enoxacine 1987 : Ciprofloxacine1987 : Lomefloxacine 1994 = Nouvelles fluoroquinolones

4 CLASSIFICATION 1ère génération acide nalidixique (dans les années 60) acide oxolinique acide pipédimique acide piromidique rosoxacine miloxacine fluméquine

5 CLASSIFICATION 2ème génération := 6-fluoroquinolones fluméquine (commercialisée en 1978) norfloxacine (1986)Noroxine énoxacine péfloxacinePéflacine ofloxacine (1987)Oflocet ciprofloxacine (1988)Ciflox loméfloxacine lévofloxacineTavanic sparfloxacineZagam témafloxacine moxifloxacineIzilox

6 MECANISMES DACTION (1) Cible des quinolones = sous-unité A de lADN-gyrase Cible des quinolones = sous-unité A de lADN-gyrase Formation dun complexe ADN-gyrase-quinolones Formation dun complexe ADN-gyrase-quinolones pas de fermeture de lADN bloquant la réplication et créant des coupures des 2 brins dADN. pas de fermeture de lADN bloquant la réplication et créant des coupures des 2 brins dADN. => séparation des simples brins qui agissent comme un signal induisant le système SOS réparateur dADN. => séparation des simples brins qui agissent comme un signal induisant le système SOS réparateur dADN. Ce système SOS a diverses actions dont lune est darrêter la réplication et de provoquer la mort cellulaire par la mise en jeu de divers systèmes protéiques spécifiques. Ce système SOS a diverses actions dont lune est darrêter la réplication et de provoquer la mort cellulaire par la mise en jeu de divers systèmes protéiques spécifiques. Effet bactéricide Effet bactéricide

7 Doses élevées de quinolones inhibent la synthèse de lARNm bactérien par inhibition de lARN-polymérase Doses élevées de quinolones inhibent la synthèse de lARNm bactérien par inhibition de lARN-polymérase inhibition de la synthèse protéique inhibition de la synthèse protéique Cela explique pourquoi lorsque des doses élevées de quinolones sont utilisées, leffet bactéricide décroît Cela explique pourquoi lorsque des doses élevées de quinolones sont utilisées, leffet bactéricide décroît effet bactériostatique paradoxal à fortes doses effet bactériostatique paradoxal à fortes doses MECANISMES DACTION (2)

8 Mécanismes daction particularités des nouvelles fluoroquinolones (1) Double action équivalente et simultanée sur les topoisomérases II et IV Double action équivalente et simultanée sur les topoisomérases II et IV II = ADN gyrase cible préférentielle des BGN II = ADN gyrase cible préférentielle des BGN IV = cible préférentielle des Gram + IV = cible préférentielle des Gram +

9 Inhibition des topo-isomérases * DNA gyrase (Gyr A, Gyr B) -> Essentielle pour la réplication de l ADN -> Maintien du sur-enroulement de l ADN * Topo-isomérase IV (Par C, Par E, ou GrlA, GrlB) -> Détache les structures de l ADN nouvelle- ment synthétisée Mécanismes daction particularités des nouvelles fluoroquinolones (2)

10 Mécanismes d action des F.Q. Les sites daction préférentiels

11 PHARMACOCINETIQUE (I) Quinolones de 1ère génération : Quinolones de 1ère génération : diffusion tissulaire médiocre diffusion tissulaire médiocre Elimination urinaire rapide après une métabolisation plus ou moins importante Elimination urinaire rapide après une métabolisation plus ou moins importante Quinolones 2ème génération : Quinolones 2ème génération : grande innovation diffusion systémique importante avec cycle pypérazine en 7, amélioration de lactivité intrinsèque, élargissement du spectre. grande innovation diffusion systémique importante avec cycle pypérazine en 7, amélioration de lactivité intrinsèque, élargissement du spectre.

12 Très bonne biodisponibilité par voie orale et IV Très bonne biodisponibilité par voie orale et IV Absorption rapide Absorption rapide Fixation aux protéines faible Fixation aux protéines faible Métabolisation plus ou moins importante selon les molécules Métabolisation plus ou moins importante selon les molécules (< 10% à 85%) Bonne diffusion tissulaire : os, prostate, végétations Bonne diffusion tissulaire : os, prostate, végétations PHARMACOCINETIQUE (II)

13 PHARMACOCINETIQUE (III) Effet post antibiotique : inhibition continue de la recroissance bactérienne in vitro, après exposition courte (1 à 2h) à un AB et correspond donc à la persistance dun effet inhibiteur en labsence dAB. Effet post antibiotique : inhibition continue de la recroissance bactérienne in vitro, après exposition courte (1 à 2h) à un AB et correspond donc à la persistance dun effet inhibiteur en labsence dAB. Estimation : Estimation : ciprofloxacine = 4 h environ sur S. aureus = 7 h sur S. epidermidis avec concentration à 0,5 à 1 fois la CMI ciprofloxacine = 4 h environ sur S. aureus = 7 h sur S. epidermidis avec concentration à 0,5 à 1 fois la CMI Moxifloxacine > 1h, augmente avec la concentration dantibiotique Moxifloxacine > 1h, augmente avec la concentration dantibiotique

14 PHARMACOCINETIQUE (IV) Biodisp. (%) Taux sériques (µg/ml) ½ vie (h) Liaison protéique (%) Excrétion urinaire (%) Métabolisation (%) Norfloxacine Pefloxacine , Ciprofloxacine ,64, Ofloxacine , <10 Levofloxacine , Sparfloxacine -1, moxifloxacine 913,112406O-65-

15 PHARMACOCINETIQUE (V) Insuffisance rénale : Insuffisance rénale : Ex : ½ vie de ofloxacine est de 8h, elle passe à 35h+/-15h en cas dinsuffisance rénale sévère. Ex : ½ vie de ofloxacine est de 8h, elle passe à 35h+/-15h en cas dinsuffisance rénale sévère. Insuffisance hépatique : Insuffisance hépatique : Ex :½ vie de la péfloxacine multipliée par 3 chez le cirrhotique Ex :½ vie de la péfloxacine multipliée par 3 chez le cirrhotique sujet âgé : sujet âgé : diminution de la vitesse délimination diminution de la vitesse délimination diminution du volume de distribution diminution du volume de distribution augmentation des concentrations plasmatiques augmentation des concentrations plasmatiques Attention : péfloxacine : diminution du volume de distribution +++ Attention : péfloxacine : diminution du volume de distribution +++ diminution de la posologie diminution de la posologie

16 PHARMACOCINETIQUE (VI) Pénétration intracellulaire: Pénétration intracellulaire: Bonne pénétration dans les cellules phagocytaires par diffusion passive (antibiotique lipophile) pas daction sur lactivité phagocytaire. Bonne pénétration dans les cellules phagocytaires par diffusion passive (antibiotique lipophile) pas daction sur lactivité phagocytaire. Rapport concentration intra/extracellulaire : 2 à 11 avec facteur temps dépendant accumulation intracellulaire cytoplasmique (75%), lysosomiale (25%) Rapport concentration intra/extracellulaire : 2 à 11 avec facteur temps dépendant accumulation intracellulaire cytoplasmique (75%), lysosomiale (25%) Passage non saturable, qui augmente quand le pH diminue Passage non saturable, qui augmente quand le pH diminue

17 SPECTRE DACTIVITE (I) 1ÈRE GÉNÉRATION Bactéries gram négatif (entérobactéries) pas P. aeruginosa 2ÈME GÉNÉRATION Bactéries gram négatif (entérobactéries) P. aeruginosa Autres bactéries à gram négatif : Neisseria, Acinetobacter, Haemophilus Certaines bactéries à gram positif (staphylocoque) Campylobacter jejuni Germes intracellulaires (attention Legionella) Pasteurella, Eikenella

18 « nouvelles » quinolones Bactéries gram négatif (entérobactéries) Pas P. aeruginosa ni P. fluorescens (moxifloxacine) Autres bactéries à gram négatif : Neisseria, Acinetobacter, Haemophilus, moraxella Certaines bactéries à gram positif (staphylocoque) Campylobacter jejuni Germes intracellulaires (attention Legionella) Pasteurella, Eikenella Steptocoques Enterocoques Anaérobies…(fusobacterium, peptosteptococcus, Prevotella) SPECTRE DACTIVITE (II)

19 Spectre daction des FQ Quelques spécificités

20 Spectre d activité des Fluoroquinolones Quelques exemples de CMI Ureaplasma: 0.06 à 1 E. coli: à 0.5 S. aureus: (CMI 90) Salmonella: à 0.25 Campylobacter : à 16 Shigella : à 0.25 Yersinia: à 0.03

21 Inactivation enzymatique Baisse de la perméabilité membranaire pour les germes Gram (–) Modification de la cible Efflux actif MECANISMES DE RESISTANCE

22 MECANISMES DE RESISTANCE (I) Acquise due à des mutations chromosomiques modifie lADN-gyrase bactérienne (topo II) mutation peut être ponctuelle (sérine en position 84) 2 gènes de la ADN-gyrase peuvent être porteurs de la mutation gyr A sur la sous-unité A = résistance nal A (résistance aux quinolones +/- fluoroquinolones) gyr B = résistance aux FQ et à lacide nalidixique pour nal D, résistance à lacide nalidixique pour nal C.

23 Modification de la cible des FQ Modification de la cible des FQ certaines bactéries ont dautres topoisomérases certaines bactéries ont dautres topoisomérases ex : topoisomérase IV principal mécanisme de résistance pour les cocci gram+ et pour certains E. coli. ex : topoisomérase IV principal mécanisme de résistance pour les cocci gram+ et pour certains E. coli. Diminution de la perméabilité membranaire par diminution des porines OmpF (possibilités de résistances croisées avec dautres antibiotiques) ex : P. aeruginosa, modification des protéines membranaires ou des LPS Diminution de la perméabilité membranaire par diminution des porines OmpF (possibilités de résistances croisées avec dautres antibiotiques) ex : P. aeruginosa, modification des protéines membranaires ou des LPS MECANISMES DE RESISTANCE (II)

24 Modification de lefflux physiologique Modification de lefflux physiologique protéine nor A pour le sptaphylocoque protéine nor A pour le sptaphylocoque surexpression des protéines Opr M, Opr J/K, Opr N pour P. aeruginosa surexpression des protéines Opr M, Opr J/K, Opr N pour P. aeruginosa Ce mécanisme provoque souvent des résistances à plusieurs antibiotiques Ce mécanisme provoque souvent des résistances à plusieurs antibiotiques MECANISMES DE RESISTANCE (III)

25 SYSTÈMES DEFFLUX Transporteurs ABC (ATP Binding Casette) qui utilise lénergie libérée par lhydrolyse de lATP Transporteurs ABC (ATP Binding Casette) qui utilise lénergie libérée par lhydrolyse de lATP Efflux Gram positif = pompe cytoplasmique formée dune protéine présentant 12 à 14 segments trans-membranaire. Efflux Gram positif = pompe cytoplasmique formée dune protéine présentant 12 à 14 segments trans-membranaire. Ex : Staphylocoque et résistance aux fluoroquinolones Ex : Staphylocoque et résistance aux fluoroquinolones

26 SYSTÈMES DEFFLUX Major facilitator qui tire son énergie du gradient de protons de la membrane cytoplasmique. Efflux Gram négatif Ex: E. coli, P. vulgaris, P. aeruginosa

27 Les différents mécanismes de résistances peuvent sassocier pour une même souche bactérienne. Chez E. coli, limportance de la résistance dépend du nombre de mutations. Les différents mécanismes de résistances peuvent sassocier pour une même souche bactérienne. Chez E. coli, limportance de la résistance dépend du nombre de mutations. Actuellement, pas de résistance par acquisition dun plasmide porteur dun gène de résistance. Actuellement, pas de résistance par acquisition dun plasmide porteur dun gène de résistance. MECANISMES DE RESISTANCE (IV)

28 Circonstance de survenue : Dépend du rapport Cmax/CMI Pour un rapport > 8 très peu de mutants résistants Chez lhomme, cest surtout le rapport AUC/CMI i.e. qui semble corrélé à lefficacité clinique. MECANISMES DE RESISTANCE (V)

29 Fréquence des résistances et de leur acquisition Fréquence des mutations : Staphylococcus FQ à moxifloxacine à Fréquence des résistances : P. aeruginosa R et I = 70% A. baumanii R = 80% Staphylococcus aureus méti-R R = 100% méti-S R = 10% Pas dévolution des résistances en médecine de ville pour Staphylocoques, Entérobactéries, Pseudomonas Ex : Pseudomonas ofloxacine S : 50 à 80% Ex : Entérobactéries ofloxacine S : > 95% Ex : Staphylocoques ofloxacine S : > 90% avec une légère dégradation annuelle MECANISMES DE RESISTANCE (VI)

30 INDICATIONS (I) Infections urinaires Basses : Q 1ère génération, Norfloxacine Hautes : FQ Traitement minute de la cystite aiguë de la femme jeune Traitement prophylactique des cystites récidivantes Infections génitales Equivalent aux cyclines pour traiter Chlamydia H. ducreyi, gonocoques Prostatite Infections abdominales Gastro-entérites et fièvre typhoïde Infections broncho-pulmonaires et ORL En deuxième intention Otites à pyocyanique

31 Infections nosocomiales Sur antibiogramme si possible Infections ostéo-articulaires Bonne diffusion, traitement long et possibilité per os Endocardites Bonne diffusion dans les végétations Mais réservées à certaines étiologies Infections ophtalmologiques Bonne diffusion intra-oculaire Autres Bartonelloses, Rickettsioses… INDICATIONS (II)

32 TAVANIC TAVANIC Sinusites aiguës (500mg/j) Sinusites aiguës (500mg/j) Exacerbation de BPCO (500mg/j) Exacerbation de BPCO (500mg/j) Pneumonies communautaires non sévères (1000mg/j) Pneumonies communautaires non sévères (1000mg/j) prostatite, pyelonéphrite aigue prostatite, pyelonéphrite aigue infections biliaires, infections intestinales infections biliaires, infections intestinales MOXIFLOXACINE MOXIFLOXACINE Exacerbation de BPCO Exacerbation de BPCO Pneumonies communautaires non sévères Pneumonies communautaires non sévères Sinusites aiguës Sinusites aiguës SPARFLOXACINE SPARFLOXACINE Pneumonies à pneumocoques résistant Pneumonies à pneumocoques résistant INDICATIONS (III) nouvelles fluoroquinolones

33 EFFETS SECONDAIRES (I) 8,4% deffets secondaires au total pour les FQ classiques Intolérance digestive : 3 à 10% Troubles neurologiques : 0,9 à 4,4% par effet dose-dépendant avec inhibition des récepteurs GABA-ergiques, modification du turn-over de la sérotonine céphalées, vertiges, agitation, insomnie, hallucinations, psychose, convulsions Allergie Atteintes cutanéo-muqueuses : 0,5 à 2,2% rash, prurit, photosensibilisation péfloxacine > ciprofloxacine > norfloxacine

34 Arthropathies réversibles à larrêt du traitement, myalgies, tendinites, rupture tendineuse (péfloxacine++) Néphropathies aiguës avec cristallurie : ciprofloxacine Troubles hématologiques et hépatiques (rare) Élévation des transaminases Thrombopénie, neutropénie, hyperéosinophilie EFFETS SECONDAIRES (II)

35 Allongement du QT, troubles du rythme Allongement du QT, troubles du rythme moxifloxacine, sparfloxacine, lévofloxacine moxifloxacine, sparfloxacine, lévofloxacine Photosensibilité +++ avec brûlures au 2ème degré, pas dexposition à la lumière vive Photosensibilité +++ avec brûlures au 2ème degré, pas dexposition à la lumière vive sparfloxacine sparfloxacine EFFETS SECONDAIRES (III) nouvelles fluoroquinolones

36 Interactions médicamenteuses (I) Anti-acides et sucralfate Anti-acides et sucralfate diminution de la biodisponibilité de 4 à 10 diminution de la biodisponibilité de 4 à 10 Cimétidine Cimétidine diminue la métabolisation hépatique de la péfloxacine (pas la ranitidine) diminue la métabolisation hépatique de la péfloxacine (pas la ranitidine) Théophylline Théophylline pas dassociation avec Enoxacine pas dassociation avec Enoxacine augmentation de 30% de théophylinémie avec ciprofloxacine et péfloxacine augmentation de 30% de théophylinémie avec ciprofloxacine et péfloxacine AINS AINS toxicité neurologique accrue toxicité neurologique accrue

37 Interactions médicamenteuses (II) Ciclosporine Ciclosporine toxicité rénale accrue toxicité rénale accrue Rifampicine Rifampicine risque dinteraction avec péfloxacine avec diminution du taux de péfloxacine par induction du métabolisme hépatique risque dinteraction avec péfloxacine avec diminution du taux de péfloxacine par induction du métabolisme hépatique Médicaments allongeant le QT Médicaments allongeant le QT anti-arythmique classe III, neuroleptique, antidépresseurs tricycliques, érythromycine IV, halofantrine, certains anti-histaminiques anti-arythmique classe III, neuroleptique, antidépresseurs tricycliques, érythromycine IV, halofantrine, certains anti-histaminiques

38 CONTRE INDICATIONS Allergie Allergie Déficit en G-6-PD Déficit en G-6-PD Grossesse, allaitement Grossesse, allaitement Enfant de moins de 15 ans, relatif pour mucoviscidose Enfant de moins de 15 ans, relatif pour mucoviscidose ATCD de pathologie tendineuse (péfloxacine) ATCD de pathologie tendineuse (péfloxacine) Allongement du QT acquise ou congénital, bradycardie, insuffisance cardiaque par réduction de FEVG, ATCD troubles du rythme (moxifloxacine, sparfloxacine) Allongement du QT acquise ou congénital, bradycardie, insuffisance cardiaque par réduction de FEVG, ATCD troubles du rythme (moxifloxacine, sparfloxacine) Insuffisance rénale sévère, dialyse, insuffisance hépatique (Child Plugh C ou ASAT, ALAT 5x normale) (moxifloxacine) Insuffisance rénale sévère, dialyse, insuffisance hépatique (Child Plugh C ou ASAT, ALAT 5x normale) (moxifloxacine)

39 POSOLOGIES Acide nalidixique Négram Négram 1000mg x 2 /j (PO) Acide pipémidique Pipram Pipram 400mg x 2/j (PO) Norfloxacine Noroxine Noroxine 400mg x 2/j (PO) Péfloxacine Péflacine Péflacine 400mg x 2/j (PO ou IV) Ofloxacine Oflocet Oflocet 200mg x 2/j (PO ou IV) Ciprofloxacine Ciflox Ciflox mg x 2/j (PO) 200mg x 2/j (IV) Sparfloxacine Zagam Zagam J1 500mg/j puis 200mg Lévofloxacine Tavanic Tavanic 500 à 1000mg/j Moxifloxacine Izilox Izilox 400mg/j

40 ET LE FUTUR ?

41 De nouvelles molécules ?… Les desfluoroquinolones Avantages espèces : * Moindre toxicité, liée à la structure * Spectre étendu (données in vitro) Bacilles à gram négatif Mycobactéries S. pneumoniae Cocci résistants aux autres FQ Anaérobies gram négatif

42 UTILISATION DES FLUOROQUINOLONES ET SI ON GACHAIT TOUT…

43 Epidémiologie de la résistance aux Fluoroquinolones La problématique Quelque soit linfection visée, l impact Quelque soit linfection visée, l impact écologique d une FQ concerne les flores écologique d une FQ concerne les flores respiratoires, digestives et cutanées respiratoires, digestives et cutanées Comment gérer l augmentation justifiée Comment gérer l augmentation justifiée de la prescription des FQ ? de la prescription des FQ ? Comment limiter les conséquences Comment limiter les conséquences écologiques de la prescription ? écologiques de la prescription ?

44 Epidémiologie de la résistance aux Fluoroquinolones Les streptocoques Janoir C. J.I.D, 1999 Possibilités d échanges inter espèces in vitro de gènes de R. aux fluoroquinolones de S. viridans et S. pneumoniae -> 1 niveau de R (mutant Par C) de S. oralis, mitis ou sanguis -> 2 nivaux de R. (mutant Par C et Gyr 1) de S. mitis

45 Epidémiologie de la résistance aux Fluoroquinolones Le pneumocoque Chen D.K. et al. NEJM souches entre 1988 et 1998 R. passe de 1.5 à 2.9 % chez l adulte Prescription des FQ passe de 0.8 à 5.5/100 patients/an

46 Fréquence de sélection des S. pneumoniae résistants Multiple de CMI 248 Ciprofloxacine > 2 x x < Levofloxacine > 2 x < 1 x < 10 -9

47 Epidémiologie de la résistance aux Fluoroquinolones Blumberg J.I.D > Introduction des fluoroquinolones en 1988 (Atlanta) -> Prévalence de FQ-R : SARM : 0 % % %juin-juillet 1989 SASM :0 % %juin-juillet 1989

48 Epidémiologie de la résistance aux Fluoroquinolones Les bacilles à Gram négatif Blumberg J.I.D * Prophylaxie en hématologie par Ofloxacine instaurée en 1988 (Ulm) * Incidence FQ - R : 0.5 % en % en

49 Epidémiologie de la résistance aux Fluoroquinolones Rôle de l antibiothérapie vétérinaire Mc Ewen S.A - CID, 2002 * Fluoroquinolones autorisées pour élevage de - bétail - volaille * Proportion des fluoroquinolones dans l utilisation antibiotique : environ 30 % * Antibiotiques : 4.5 millions de livres/an pour les hommes U.S.A.: 30 millions de livres/an pour les animaux

50 Utilisation des antibiotiques Médecine humaine Communauté Hôpital Médecine vétérinaire Agriculture

51 0,23,3Fluoroquinolones 1,521,2Quinolones 2,737,3Triméthoprime 569Polymyxines 5,677,2Macrolides 8,9121Bêta-lactamines 18,9258Sulfonamides 48,5661,4Tétracyclines 1364Total 0,57,2Céphalosporines 6,385,7Aminosides %tonnesantibiotiques Ventes dantibiotiques vétérinaires G. Moulin – Afssa-ANMV

52 Les indications avec débat (1) Recommandations AFSSAPS 1999 et 2001 Pneumonie aiguë communautaire Incontestable sur Legionella et intracellulaire Efficace (nouvelle FQ) sur pneumocoque (y compris PSDP) La recommandation : En cas d échec d une première intention En cas de PSDP documenté

53 Les indications avec débat (2) Sinusite aiguë de l adulte Sévérité clinique Complications graves redoutées Echec de première antibiothérapie après documentation microbiologique Surinfection de BPCO Indication en 2ème et 3ème ligne

54 Le débat : La prescription de «masse » est-elle justifiée par le bénéfice attendu, compte-tenu : * des possibles effets secondaires * de l impact écologique Les indications avec débat (3)

55 Profil des prescriptions en ville médecins généralistes - adultes D après P. Choutet 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% macrolidesAACCipro/OfloLévoflo pneumonie bronchite sinusite ORL autres Px Thalès juil 01-juin

56 JTE Quinolones - hôpital D après P. Choutet Q orales Q inj Q total GERS – unités converties en JTE

57 Ventes dantibiotiques - Pays européens D après P. Choutet O. Cars Lancet 2001 ; 357 : France Espagne Portugal Belgique Luxembourg Italie Grèce Finlande Irelande Royaume-Uni Autriche Allemagne Suède Danemark Pays-Bas DDD / journée / 1000 Hab. Autres Macrolides Quinolones Céphalosporines Pénicillines F : 1,72 DDD/j/1000 h

58 consommation des quinolones dans le monde 2000 (D après P. Choutet) Suède Allemagne France France 01 Canada USA FQAP FQ Q urinaires Px/1000 h IMS MIDAS 2000 – IMS EPPM

59 CONCLUSION Marché jusquà présent contenu en ville RMO, pharmacovigilance, recommandations Quinolones urinaires 55 % FQ35 % FQAP : stabilité 2001 – 2002 < 10 % Augmentation de lutilisation hospitalière 24 % JTE Utilisation vétérinaire en France non négligeable vétérinairehumaine 24,5 tonnes / an15 tonnes /an

60 EN CONCLUSION... La FQ est un bon antibiotique La FQ est un bon antibiotique MAIS il ne doit pas être considéré comme l ANTIBIOTIQUE UNIVERSEL MAIS il ne doit pas être considéré comme l ANTIBIOTIQUE UNIVERSEL Toujours un côté obscure de LA FORCE il y a RISQUE DE RESISTANCE


Télécharger ppt "LES QUINOLONES. INTRODUCTION Agents antibactériens de synthèse Agents antibactériens de synthèse Bactéricides, bactériostatiques à fortes doses Bactéricides,"

Présentations similaires


Annonces Google