La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Droit des affaires THÈME : LES DROITS SUBJECTIFS – LA PREUVE (Première partie) Fabrice BIEN.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Droit des affaires THÈME : LES DROITS SUBJECTIFS – LA PREUVE (Première partie) Fabrice BIEN."— Transcription de la présentation:

1 Droit des affaires THÈME : LES DROITS SUBJECTIFS – LA PREUVE (Première partie) Fabrice BIEN

2 Plan de la séance I. Qui est titulaire des droits subjectifs ? II. Quel est le contenu des droits subjectifs ? III. Quel est lobjet des droits subjectifs ? IV. Quelles sont les sources des droits subjectifs ? V. Quels sont les modes de preuve des droits subjectifs ?

3 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS A. Les personnes physiques 1. Lexistence de la personnalité de la personne juridique 2. Les degrés de la personnalité juridique B. Les personnes morales 1. La reconnaissance de la personne morale 2. Le régime juridique de la personne morale

4 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS A. Les personnes physiques 1. Lexistence de la personnalité de la personne juridique a. Le début de la personnalité 1) La naissance - Il nacquiert la personnalité juridique quà compter de la coupure du cordon ombilical. Mais ce phénomène nest pas suffisant : il faut encore que lenfant naisse vivant et viable. - La première condition abouti à lexclusion de la personnalité juridique de lenfant mort-né, que le décès se soit produit dans le sein de la mère ou pendant laccouchement. - La seconde condition, la viabilité, suppose que lenfant soit pourvu de tous les organes nécessaires à la vie et quils soient suffisamment développés pour donner la capacité naturelle de vivre.

5 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS A. Les personnes physiques 1. Lexistence de la personnalité de la personne juridique a. Le début de la personnalité 2) La conception - Par dérogation, la naissance nest pas toujours la condition nécessaire de la personnalité : pour être capable de recevoir entre vifs ou par testament, il suffit dêtre conçu au moment de la donation ou du décès du testateur (art. 725 et 906 du Code civil). -La question essentielle qui se pose en lespèce est de savoir sil faut faire remonter à la conception lapparition de la personnalité juridique. Exemple : homicide involontaire sur lenfant à naître.

6 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS A. Les personnes physiques 1. Lexistence de la personnalité de la personne juridique b. La fin de la personnalité 1) La mort Le décès frappe danéantissement la personnalité juridique. Ceci étant, le cadavre nest pas traité comme une chose ordinaire. Par ailleurs, le prélèvement dorganes sur une personne décédée ne peut être effectué quà des fins thérapeutiques et à condition que le défunt nait pas fait connaître de son vivant dopposition à un tel prélèvement…

7 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS A. Les personnes physiques 1. Lexistence de la personnalité de la personne juridique b. La fin de la personnalité 2) Labsence ou la disparition - La différenciation de ces deux institutions repose sur le fait que dans labsence aucune circonstance particulière ne vient éclairer le défaut de nouvelle, tandis que dans la disparition on sait que lindividu sest trouvé exposé à un péril mettant sa vie en danger et provoquant normalement le décès.

8 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS A. Les personnes physiques 2. Les degrés de la personnalité juridique a. Létat des personnes - Létat des personne cest leur statut politique, familial, socioprofessionnel,et depuis quelques décennies le statut professionnel. - On reconnaît trois caractéristiques à létat des personnes : * lindivisibilité : cela signifie quune personne ne peut avoir deux états différents et que la modification de lun a des conséquences sur les autres. * lindisponibilité : cest la loi qui fixe les modes de constitution (mariage) et les modes dextinction de létat (divorce….), définit les devoirs qui dérivent pour un individu de son état ; létat ne pouvant faire lobjet dune convention. La sanction dune telle convention serait la nullité de celle-ci, nullité absolue. * limprescriptibilité.

9 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS A. Les personnes physiques 2. Les degrés de la personnalité juridique b. La capacité des personnes 1) Capacité de jouissance Cest laptitude à acquérir certains droits mais aussi à assumer certaines obligations.

10 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS A. Les personnes physiques 2. Les degrés de la personnalité juridique b. La capacité des personnes 2) Capacité dexercice - Cest la capacité à exercer seul les droits que la loi reconnaît aux individus. - Sont frappés dune incapacité dexercice les mineurs et les majeurs frappés dun régime de protection (sauvegarde de justice, curatelle ou tutelle).

11 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS B. Les personnes morales 1. La reconnaissance de la personne morale a. Les groupements reconnus 1) Groupements de droit public Ce sont : - lÉtat, - les régions, départements, communes, - établissements publics (hôpitaux, universités, CCI, EDF- GDF…).

12 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS B. Les personnes morales 1. La reconnaissance de la personne morale a. Les groupements reconnus 2) Groupements de droit privé Ce sont : - Les associations ; - Les sociétés : Il existe des sociétés commerciales et des sociétés civiles ; - Les syndicats ; - Les groupements dintérêts économiques : ils permettent à des personnes physiques ou morales de mettre en œuvre tout moyen propre à développer leur activité économique ; - Les fondations : cest lacte par lequel une ou plusieurs personnes physiques ou morales décident laffectation irrévocable de biens, droits ou ressources à la réalisation dune œuvre dintérêt général et à but non lucratif. A côté existe la fondation dentreprise.

13 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS B. Les personnes morales 1. La reconnaissance de la personne morale a. Les groupements reconnus 3) Groupements de droit mixte Il en va ainsi : - des sociétés déconomie mixte ; - des entreprises nationalisées ; - des ordres professionnels (droit privé offrant de notables caractère de droit public).

14 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS B. Les personnes morales 1. La reconnaissance de la personne morale b. Les groupements non reconnus Cela oppose deux analyses doctrinales : la loi fiction (pas de personnalité morale sans texte) et la thèse de la réalité (la personne morale est une réalité vivante, qui préexiste au droit qui lenregistre comme un phénomène).

15 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS B. Les personnes morales 2. Le régime juridique de la personne morale a. Autonomie juridique et capacité de la personne morale 1) Lautonomie juridique a) Autonomie du patrimoine Il est composé par chacun des éléments apportés par les membres du groupement à la personne morale qui en devient ainsi titulaire. En contrepartie, les associés reçoivent un autre droit dune nature spéciale sur le patrimoine nouveau. Le patrimoine de la personne morale est le droit de gage exclusif des créanciers sociaux. Cette séparation des patrimoines connaît cependant des limites : dans les sociétés en nom collectif, les sociétés civiles, et hypothèses de fraude, de faute de gestion, dimmixtion dans la gestion.

16 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS B. Les personnes morales 2. Le régime juridique de la personne morale a. Autonomie juridique et capacité de la personne morale 1) Lautonomie juridique b) Autonomie du droit daction en justice Même si ce droit daction est réduit par le principe de la spécialité, le droit daction reste un droit essentiel : il lui appartient dagir en propre en justice représentée par un mandataire. Toutefois, le droit dester en justice est loin davoir toujours la même consistance : ainsi certaines associations peuvent agir sans conditions de préjudice pour la défense, tandis que dautres doivent faire la preuve de lexistence dun préjudice.

17 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS B. Les personnes morales 2. Le régime juridique de la personne morale a. Autonomie juridique et capacité de la personne morale 2) La capacité de la personne morale a) La capacité dexercice - La capacité dexercice suppose lintervention de personnes physiques agissant au nom de la personne morale (dirigeants).

18 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS B. Les personnes morales 2. Le régime juridique de la personne morale a. Autonomie juridique et capacité de la personne morale 2) La capacité de la personne morale b) La capacité de jouissance Lattribution de la capacité de jouissance est plus ou moins complète selon la nature du groupement. Les sociétés et les syndicats ont la pleine capacité de jouissance qui nest limitée que par le principe de spécialité.

19 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS B. Les personnes morales 2. Le régime juridique de la personne morale b. Constitution, individualisation et disparition de la personne morale 1) Constitution de la personne morale Elle exige un certain nombre de formalités et nécessite un certain temps : - il faut une manifestation de la volonté ; - il y aura généralement intervention de lÉtat ; - il y a des mesures de publicité.

20 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS B. Les personnes morales 2. Le régime juridique de la personne morale b. Constitution, individualisation et disparition de la personne morale 2) Individualisation de la personne morale Elles sont identifiées par un nom, un siège social et une nationalité.

21 I. LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS B. Les personnes morales 2. Le régime juridique de la personne morale b. Constitution, individualisation et disparition de la personne morale 3) Disparition de la personne morale - Elle peut cesser dexister de plusieurs manières : - par une manifestation de volonté : des associés, du gouvernement, du législateur ; - par une décision judiciaire : décision de dissolution anticipée, décision dannulation du contrat, décision ordonnant la liquidation judiciaire ou la cession totale des actifs. La personnalité juridique est maintenue pendant la période de la liquidation.

22 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS A. Typologie des droits extrapatrimoniaux 1. Les domaines de lêtre 2. Les domaines de lavoir B. Typologie des droits patrimoniaux 1. Les droits personnels 2. Les droits réels a. Droits réels principaux b. Droits réels accessoires 3. Les droits intellectuels C. Le rassemblement des droits patrimoniaux 1. Le patrimoine 2. Les quasi-patrimoines 3. Un patrimoine sui generis : lentreprise ?

23 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS A. Typologie des droits extrapatrimoniaux 1. Les domaines de lêtre a. Le droit à la vie La CEDH dans son article 2 § 1 pose le principe selon lequel « le droit de toute personne à la vie est protégé par la loi » et larticle 16 du Code civil dispose que « la loi garantit le respect de lêtre dès le commencement de sa vie ». Tout le problème est de savoir quand commence la vie : dès linstant créateur ? Au stade de lembryon ? Au stade du fœtus ? Une des applications de ces questions est celle de lhomicide involontaire. La cour de cassation refuse dappliquer la qualification dhomicide involontaire au tiers (médecin, automobiliste…) qui, par son imprudence, à donné la mort à un enfant conçu.

24 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS A. Typologie des droits extrapatrimoniaux 1. Les domaines de lêtre b. Le droit sur le corps Le corps humain est traditionnellement hors commerce. La matière a aujourdhui son siège dans le Code civil (art. 16 à 16-8), le Code pénal (art. (511-1 à ) et le Code de la santé publique (art. L et s.). Le corps humain présente plusieurs caractéristiques : - Il est sacré ; - Le respect du corps interdit les tortures, coups et violences diverses ; - Le prélèvement dorganes, de tissus, cellules et produits du corps pour le service dautrui est précisément réglementé ; - La recherche biomédicale ne peut être entreprise que dans le but daccroître la connaissance scientifique de lêtre humain et les moyens susceptibles daméliorer sa condition, quelle ne doit donner lieu à aucune contrepartie financière, quelle exige un consentement libre et éclairé après exposition par le médecin de lobjectif de la recherche, de sa durée, des bénéfices attendus, des risques prévisibles.

25 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS A. Typologie des droits extrapatrimoniaux 1. Les domaines de lêtre c. Léventuel droit à la mort Existe-t-il un droit à mourir ? La CEDH le 28 avril 2002 a énoncé que larticle 2 de la Convention garantissant le droit à la vie ne peut sinterpréter comme conférant le droit opposé, le droit à mourir. Au plan pénal, leuthanasie constitue un meurtre tombant sous le coup de larticle du Code pénal.

26 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS A. Typologie des droits extrapatrimoniaux 2. Les domaines de lavoir a. Les droits anciens Ces droits anciens sont : - le droit au nom ; - le droit à lhonneur ; - le droit de lauteur sur son œuvre.

27 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS A. Typologie des droits extrapatrimoniaux 2. Les domaines de lavoir b. Le droit à la dignité Il a été accueilli par la loi du 29 juillet 1994 (art. 16 du Code civil) ; art du Code pénal (discrimination, proxénétisme, conditions indignes de travail et dhébergement, bizutage…) ; Décision CC du 27 juillet 1994 ; loi du 17 juin 2002 de modernisation sociale (elle condamne le harcèlement moral du travailleur consistant dans des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation de conditions de travail susceptible de porter atteinte à la dignité du travailleur (art. L Code du travail ; art du CP).

28 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS A. Typologie des droits extrapatrimoniaux 2. Les domaines de lavoir c. Le droit à la présomption dinnocence Apparition dans la Déclaration de art. 9-1 alinéa 1er du Code civil. La loi du 15 juin 2000 est venue renforcer la protection de la présomption dinnocence, loi qui a été remise en cause par la loi du 4 mars 2002.

29 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS A. Typologie des droits extrapatrimoniaux 2. Les domaines de lavoir d. Le droit au respect de la vie privée Le texte consiste en linterdiction de la révélation par voie de presse ou autres daspects de la vie privé dautrui dès lors quil na pas donné son consentement. En relèvent, la vie sentimentale, les mœurs, le domicile, la pratique religieuse, létat de santé, lécoute des conversations téléphoniques, les méthodes éducatives…

30 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS B. Typologie des droits patrimoniaux 1. Les droits personnels Le droit personnel est celui qui repose sur un lien noué entre deux personnes en vue de la réalisation dune quelconque prestation. La personne qui reçoit est le créancier, la personne qui doit est le débiteur. Les droits personnels tirent leur nom de ce quils unissent deux ou plusieurs personnes, un créancier et un débiteur. Il y a deux types de créanciers : le créancier sans garantie qui font confiance à leur débiteur et que lon appelle chirographaire ; et le créancier qui leur sont préférés parce quils munis dune sûreté, soit dun privilège que la loi leur octroie à raison de la créance, soit en raison dune hypothèque quils détiennent légalement ou contractuellement sur les immeubles de leur débiteur. Le créancier dispose dun droit de gage général sur le patrimoine de son débiteur (art Code civil).

31 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS B. Typologie des droits patrimoniaux 2. Les droits réels a. Droits réels principaux 1) La propriété La propriété est définie par larticle 544 du Code civil : « le droit de jouir et de disposer des choses de la manière la plus absolue pourvu quon nen fasse pas un usage prohibé par les lois ou par le règlements ».

32 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS B. Typologie des droits patrimoniaux 2. Les droits réels a. Droits réels principaux 2) Le démembrement de la propriété a) Les servitudes Selon larticle 637 du Code civil, la servitude est « une charge imposée sur un héritage pour lusage et lutilité dun héritage appartenant à un autre propriétaire ». Leur création est le fait de la loi ou des particuliers. Exemple : servitude de ne pas bâtir, servitudes de vue A côté de ces servitudes privées il existe des servitudes établies pour lutilité publique ou communale. Exemple ; dans un POS, coefficient limitant la densité doccupation ; servitudes de voierie (visibilité, balisage pour la navigation aérienne…), les servitudes de transmission (téléphone, télévision)…

33 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS B. Typologie des droits patrimoniaux 2. Les droits réels a. Droits réels principaux 2) Le démembrement de la propriété b) le droit de superficie La superficie est le droit réel qui porte sur la surface du sol et sur les plantations et constructions qui y sont attachées.

34 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS B. Typologie des droits patrimoniaux 2. Les droits réels a. Droits réels principaux 3) Les baux qui confèrent un droit réel Il sagit pour lessentiel du : - bail à construction : cest le bail par lequel le preneur sengage à titre principal à édifier des constructions sur le terrain du bailleur et à les conserver en bon état dentretien pendant la durée du bail ». La durée du bail est comprise entre 18 et 99 ans. Cest la variante urbaine de lemphytéose. - bail à réhabilitation : cest un contrat par lequel une personne morale de droit public ou parapublic (collectivité territoriale, HLM, SEM) sengage à réaliser des travaux damélioration sur limmeuble du bailleur, dans la perspective de le louer à usage dhabitation pendant la durée du bail. Sa durée minimale est de 12 ans.

35 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS B. Typologie des droits patrimoniaux 2. Les droits réels a. Droits réels principaux 4) Les droits amphibies a) Usufruit Il confère à une personne jusquà sa mort un droit sur lusage et la jouissance de la chose. Lusufruitier recueille lusus et le fructus, tandis que le nu- propriétaire conserve labusus (droit de disposer librement dun bien par un acte juridique).

36 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS B. Typologie des droits patrimoniaux 2. Les droits réels a. Droits réels principaux 4) Les droits amphibies b) Droits dusage et dhabitation La loi du 3 décembre 2001 qui accorde ce droit au conjoint survivant.

37 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS B. Typologie des droits patrimoniaux 2. Les droits réels a. Droits réels principaux 4) Les droits amphibies c) Droits indivis Lindivision résulte de situation variée (dissolution dune société, dun mariage…) dont la plus fréquente est la succession. Chacun étant copropriétaire, les décisions doivent être prises à lunanimité pour les actes dadministration et de disposition.

38 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS B. Typologie des droits patrimoniaux 2. Les droits réels a. Droits réels principaux 5) Les droits hybrides On y trouve : - la location dimmeubles : - et lobligation propter rem : elle établit un lien entre deux personnes pour que la première, le créancier, obtienne de la seconde, le débiteur, la prestation convenue. Exemple : la mitoyenneté.

39 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS B. Typologie des droits patrimoniaux 2. Les droits réels b. Droits réels accessoires 1) Hypothèque Elle désigne la sûreté portant sur un immeuble déterminé ou sur plusieurs immeubles déterminés du débiteur. Elle est indivisible et subsiste en entier sur tous les immeubles.

40 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS B. Typologie des droits patrimoniaux 2. Les droits réels b. Droits réels accessoires 2) Gage Larticle 2072 du Code civil énonce que le nantissement dune chose mobilière sappelle gage. Cette sûreté réelle peut porter sur tout bien meuble, corporel ou incorporel. Le gage nécessite la remise de la chose, cest donc une sûreté avec dépossession. Exemples : le gage sur véhicule automobile ; le nantissement du fonds de commerce ; le nantissement de loutillage et du matériel.

41 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS B. Typologie des droits patrimoniaux 3. Les droits intellectuels a. Diversité des droits intellectuels On rencontre les droits intellectuels dans les domaines les plus variés de la vie économique. - Dans le domine littéraire et artistique : peinture, musique, architecture, littérature. - Dans le domaine scientifique ou technique : linventeur peut exploiter son invention et prendre un brevet. - Dans le domaine des créations de lart appliqué à lindustrie : droit exclusif pour lexploitation des dessins et modèles. -Dans le domaine commercial : le législateur accorde une protection analogue pour des signes distinctifs. Ainsi en va-t-il pour la marque de fabrique, de commerce ou de service. Il en va de même pour les appellations dorigine. - Les droits de clientèle : le titulaire de la clientèle doit pouvoir tirer profit en la cédant lorsquil cesse son exploitation.

42 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS B. Typologie des droits patrimoniaux 3. Les droits intellectuels b. Spécificité des droits intellectuels Chacun de ses différentes propriétés intellectuelles est régie par un régime juridique ad hoc (= qui lui est propre).

43 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS C. Le rassemblement des droits patrimoniaux 1. Le patrimoine Cest lensemble des droits et obligations dune personne qui ont une valeur économique. Il forme une universalité avec un passif et un actif. Toute personne na quun patrimoine et un seul. Il est donc indivisible et incessible. Afin de limiter le danger de cette conception du patrimoine, deux solutions étaient possibles, il a été crée lEURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) et la loi du 1er août 2003 sur linitiative économique est venue séparer le bien immobilier de lentrepreneur individuel.

44 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS C. Le rassemblement des droits patrimoniaux 2. Les quasi-patrimoines Sont visés les biens successoraux ; la fortune de mer ; le fonds de commerce (élément corporel tels que les marchandises, le local et les éléments incorporels tels que le droit au bail, le nom commercial, les marques les brevets et surtout la clientèle). Le fonds de commerce est lobjet dune propriété incorporelle susceptible dopérations juridiques (vente, nantissement…).

45 II. LE CONTENU DES DROITS SUBJECTIFS C. Le rassemblement des droits patrimoniaux 3. Un patrimoine sui generis : lentreprise ? Il existe deux conceptions de lentreprise : - la conception personnaliste : lentreprise était cachée sous la propriété et le pouvoir patronal. - la conception institutionnelle : sur le plan juridique se glisse dans le cadre de la société et le mouvement sinscrit dans le sens de la dissociation entre lentreprise et lentrepreneur. Une des idées essentielles est de vouloir conférer la personnalité morale à lentreprise.


Télécharger ppt "Droit des affaires THÈME : LES DROITS SUBJECTIFS – LA PREUVE (Première partie) Fabrice BIEN."

Présentations similaires


Annonces Google