La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ASTHME ÉDUCATION POUR LA SANTÉ. DEFINITION Cest un désordre inflammatoire chronique des voies respiratoires entraînant une hyper réactivité bronchique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ASTHME ÉDUCATION POUR LA SANTÉ. DEFINITION Cest un désordre inflammatoire chronique des voies respiratoires entraînant une hyper réactivité bronchique."— Transcription de la présentation:

1 ASTHME ÉDUCATION POUR LA SANTÉ

2 DEFINITION Cest un désordre inflammatoire chronique des voies respiratoires entraînant une hyper réactivité bronchique (HRB) dyspnée sifflante expiratoire Cest un désordre inflammatoire chronique des voies respiratoires entraînant une hyper réactivité bronchique (HRB) dyspnée sifflante expiratoire Bronchoconstriction ou bronchospasme Bronchoconstriction ou bronchospasme Hypersécrétions bronchiques Hypersécrétions bronchiques Œdème de la muqueuse (inflammation) Œdème de la muqueuse (inflammation)

3 EPIDEMIOLOGIE 2 millions de personnes en France 2 millions de personnes en France 1500 décès par an en France (dont la moitié < 65 ans) 1500 décès par an en France (dont la moitié < 65 ans)

4 CLINIQUE Dyspnée expiratoire sifflante (sibilants) Dyspnée expiratoire sifflante (sibilants) Survenant souvent la nuit, imposant la position assise Survenant souvent la nuit, imposant la position assise Signes de gravité : Dyspnée majeure avec impossibilité de parler, orthopnée Dyspnée majeure avec impossibilité de parler, orthopnée FR : 30/mn, tirage, sueurs, cyanose, silence auscultatoire FR : 30/mn, tirage, sueurs, cyanose, silence auscultatoire Tachycardie Tachycardie Anxiété Anxiété DEP ou peak flow : 150 l/mn DEP ou peak flow : 150 l/mn

5 I : léger intermittent (crise 1 x/semaine, asthme nocturne < 2 x/mois) I : léger intermittent (crise 1 x/semaine, asthme nocturne < 2 x/mois) II : léger persistant ( crise >2x/semaine, asthme nocturne > 2x/mois) II : léger persistant ( crise >2x/semaine, asthme nocturne > 2x/mois) III : persistant modéré (symptômes quotidiens, asthme nocturne : 1 x/semaine) III : persistant modéré (symptômes quotidiens, asthme nocturne : 1 x/semaine) IV : persistant sévère (symptômes permanents) IV : persistant sévère (symptômes permanents) SCORE DE SEVERITE = 4 STADES

6 Asthme deffort lors dun exercice musculaire, au cours dinhalation dair froid et sec Asthme deffort lors dun exercice musculaire, au cours dinhalation dair froid et sec Asthme du nourrisson – bronchiolite Asthme du nourrisson – bronchiolite Asthme aigu grave ou état de mal asthmatique Asthme aigu grave ou état de mal asthmatique EQUIVALENTS DASTHME

7 ETIOLOGIES Allergènes : pollens, parasites Allergènes : pollens, parasites Infectieux : virus, bactéries (ORL, bronches, poumons) Infectieux : virus, bactéries (ORL, bronches, poumons) Facteurs physiques air froid, agents chimiques, aspirine Facteurs physiques air froid, agents chimiques, aspirine Tabac ++++ (actif et passif) Tabac ++++ (actif et passif)

8 EXAMENS COMPLEMENTAIRES GDS : hypoxie, +/- hypercapnie GDS : hypoxie, +/- hypercapnie EFR : EFR : Syndrome obstructif : baisse du VEMS et VEMS/CV Syndrome obstructif : baisse du VEMS et VEMS/CV Test de bronchodilatation au Béta2 mimétique positif = amélioration du VEMS : 20 % Test de bronchodilatation au Béta2 mimétique positif = amélioration du VEMS : 20 % NFS : hyperéosinophilie NFS : hyperéosinophilie IgE et tests épicutanés : allergie IgE et tests épicutanés : allergie Radio Pulmonaire Radio Pulmonaire Le volume dair déplacé à chaque respiration normale est appelé « volume courant. » Le volume qui reste dans les poumons à la fin d'une expiration est appelé « volume résiduel ». La différence entre "gonflé à fond" et "vidé à fond" est la capacité vitale (CV). VEMS= Volume Expiré Maximal en une seconde

9 TRAITEMENT Anti-inflammatoires Anti-inflammatoires Corticoïdes Corticoïdes Inhalés : Bécotide®, Pulmicort®, Prolair®, Nexxair®, Flixotide® Inhalés : Bécotide®, Pulmicort®, Prolair®, Nexxair®, Flixotide® Per os : Cortancyl®, Solupred®, Médrol® Per os : Cortancyl®, Solupred®, Médrol® IV IV Bronchodilatateurs Bronchodilatateurs Béta2 mimétiques daction rapide : Ventoline®, Bricanyl®, Maxair® Béta2 mimétiques daction rapide : Ventoline®, Bricanyl®, Maxair® Et daction prolongée : Foradil®, Serevent® Et daction prolongée : Foradil®, Serevent® Les anti-cholinergiques : Atrovent® Les anti-cholinergiques : Atrovent® Théophylline : abandonnée Théophylline : abandonnée Cromones Lomudual®, Tilades® Lomudual®, Tilades®

10 LES PRINCIPES FONDAMENTAUX DU TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX Inflammation permanente Hyper réactivité bronchique Inflammation permanente Hyper réactivité bronchique ANTI INFLAMMATOIRES Obstruction : - variable dans le temps - réversible Obstruction : - variable dans le temps - réversible ß2 MIMÉTIQUES Agir sur les 2 composantes de lasthme

11 Niveau 1 Niveau 1 Béta2 mimétique à la demande Béta2 mimétique à la demande Pas de traitement de fond Pas de traitement de fond Niveau 2 Niveau 2 Corticoïdes inhalés à faible dose (800 ug/jr) Corticoïdes inhalés à faible dose (800 ug/jr) Ou cromones Ou cromones Niveau 3 Niveau 3 Corticoïdes inhalés forte dose jusquà 2000 ug/jr Corticoïdes inhalés forte dose jusquà 2000 ug/jr Bronchodilatateurs à longue durée daction ou anticholinergiques Bronchodilatateurs à longue durée daction ou anticholinergiques Niveau 4 Niveau 4 Idem niveau 3 Idem niveau 3 Corticothérapie orale à dose minimale efficience Corticothérapie orale à dose minimale efficience Autres traitements Autres traitements Éviction des allergènes : animaux, tabac, poussières, acariens, moquettes… Éviction des allergènes : animaux, tabac, poussières, acariens, moquettes… Désensibilisation pour lasthme allergique Désensibilisation pour lasthme allergique Antihistaminiques : zyrtec, clarytine Antihistaminiques : zyrtec, clarytine Éducation du malade : aérosols Éducation du malade : aérosols

12 TURBUHALER

13 CHAMBRE DINHALATION

14 SPINHALERDISKUS

15 Les sprays Technique de prise

16 Définition de lOrganisation Mondiale de la Santé Former le malade pour qu'il puisse acquérir un savoir- faire adéquat, afin d'arriver à un équilibre entre sa vie et le contrôle optimal de la maladie Former le malade pour qu'il puisse acquérir un savoir- faire adéquat, afin d'arriver à un équilibre entre sa vie et le contrôle optimal de la maladie L'éducation thérapeutique du malade comprend la sensibilisation, l'information, l'apprentissage, le support psychosocial, tous liés à la maladie et au traitement L'éducation thérapeutique du malade comprend la sensibilisation, l'information, l'apprentissage, le support psychosocial, tous liés à la maladie et au traitement La formation doit aussi permettre au malade et à sa famille de mieux collaborer avec les soignants La formation doit aussi permettre au malade et à sa famille de mieux collaborer avec les soignants

17 La prise en charge de lasthme Trois points essentiels Comprendre sa maladie Comprendre sa maladie Comprendre le traitement Comprendre le traitement Agir sur son environnement Agir sur son environnement

18 L'éducation du patient à sa maladie Vise à aider le patient atteint de maladies chroniques et son entourage Vise à aider le patient atteint de maladies chroniques et son entourage à comprendre la maladie et le traitement à comprendre la maladie et le traitement à mieux coopérer avec les soignants à mieux coopérer avec les soignants à vivre le plus sainement possible à vivre le plus sainement possible à maintenir ou améliorer la qualité de sa vie à maintenir ou améliorer la qualité de sa vie Sintéresse notamment à limpact que la maladie peut avoir sur dautres aspects de la vie Sintéresse notamment à limpact que la maladie peut avoir sur dautres aspects de la vie Nécessite des rencontres avec dautres patients, les groupes d'entraide, laide déducateurs Nécessite des rencontres avec dautres patients, les groupes d'entraide, laide déducateurs

19 POURQUOI UNE EDUCATION THÉRAPEUTIQUE DANS LASTHME ? L'éducation thérapeutique structurée est plus efficace que l'information seule L'éducation thérapeutique structurée est plus efficace que l'information seule Elle comporte au minimum un apprentissage à l'autogestion du traitement par le patient Elle comporte au minimum un apprentissage à l'autogestion du traitement par le patient Elle nécessite un suivi régulier Elle nécessite un suivi régulier

20 POUR QUEL PATIENT ASTHMATIQUE UNE ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DOIT ÊTRE PROPOSÉE ? à tous les patients asthmatiques à tous les patients asthmatiques Une attention particulière doit être portée aux patients porteurs dun asthme sévère ou mal contrôlé et aux patients à risque dasthme aigu grave Une attention particulière doit être portée aux patients porteurs dun asthme sévère ou mal contrôlé et aux patients à risque dasthme aigu grave

21 QUELS SONT LES ACTEURS IMPLIQUÉS DANS LÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ASTHMATIQUE ? les médecins généralistes et les spécialistes les médecins généralistes et les spécialistes les infirmiers les infirmiers les kinésithérapeutes les kinésithérapeutes les pharmaciens les pharmaciens Les psychologues Les psychologues les assistantes sociales les assistantes sociales les conseillers ou techniciens denvironnement les conseillers ou techniciens denvironnement Le rôle de soutien des familles et des proches est important en particulier chez ladolescent Le rôle de soutien des familles et des proches est important en particulier chez ladolescent

22 LES ÉTAPES DUNE DÉMARCHE ÉDUCATIVE Adapter léducation thérapeutique à chaque personne asthmatique grâce au diagnostic éducatif. Adapter léducation thérapeutique à chaque personne asthmatique grâce au diagnostic éducatif. Le but est déviter lapparition de crise et de stabiliser lasthme Le but est déviter lapparition de crise et de stabiliser lasthme Accompagnement de longue durée Accompagnement de longue durée Le patient est lacteur de ses propres soins Le patient est lacteur de ses propres soins Cinq questions pour cerner le patient, ses besoins et ses attentes: Cinq questions pour cerner le patient, ses besoins et ses attentes: quest-ce quil (elle) a ? quest-ce quil (elle) a ? Quest-ce quil (elle) fait ? Quest-ce quil (elle) fait ? Quest-ce quil (elle) sait ? Quest-ce quil (elle) sait ? Qui est-il (elle) ? Qui est-il (elle) ? Quel est son projet ? Quel est son projet ?

23 LES ÉTAPES DUNE DÉMARCHE ÉDUCATIVE Accord avec le patient Accord avec le patient Proposer au patient des activités éducatives construites dans le temps de manière programmée: Proposer au patient des activités éducatives construites dans le temps de manière programmée: Information écrite et orale Information écrite et orale Application pratique ( démonstration, réalisation du patient avec linfirmière, évaluation) Application pratique ( démonstration, réalisation du patient avec linfirmière, évaluation) Aide psychosociale Aide psychosociale Évaluer les réussites, les difficultés de mise en œuvre par le patient dans sa vie quotidienne Évaluer les réussites, les difficultés de mise en œuvre par le patient dans sa vie quotidienne Le patient doit pouvoir bénéficier dune synthèse des données le concernant Le patient doit pouvoir bénéficier dune synthèse des données le concernant

24 COMPÉTENCES À DÉVELOPPER PAR LE PATIENT POUR COMPRENDRE SA MALADIE Percevoir la présence de symptômes Percevoir la présence de symptômes Reconnaître les signes annonciateurs dune aggravation de lasthme : toux, fatigue, nez qui coule, éternuement, mal de tête, chute du DEP Reconnaître les signes annonciateurs dune aggravation de lasthme : toux, fatigue, nez qui coule, éternuement, mal de tête, chute du DEP Selon la gravité, prise de broncho-dilatateur et surveillance du DEP Selon la gravité, prise de broncho-dilatateur et surveillance du DEP Interpréter une gêne respiratoire Interpréter une gêne respiratoire Mesurer correctement son DEP Mesurer correctement son DEP Exprimer ses représentations et son vécu sur la maladie et son traitement Exprimer ses représentations et son vécu sur la maladie et son traitement Réagir en décidant de faire appel à un médecin Réagir en décidant de faire appel à un médecin

25 COMPÉTENCES À DÉVELOPPER PAR LE PATIENT POUR SON TRAITEMENT Expliquer laction des médicaments Expliquer laction des médicaments Différencier laction du traitement de fond et du traitement de la crise Différencier laction du traitement de fond et du traitement de la crise Utiliser correctement un aérosol doseur standard ou auto déclenché ou un dispositif à poudre Utiliser correctement un aérosol doseur standard ou auto déclenché ou un dispositif à poudre Interpréter la valeur observée du DEP et des symptômes ressentis pour se situer dans lune des trois zones dautogestion du traitement (verte, orange, rouge) Interpréter la valeur observée du DEP et des symptômes ressentis pour se situer dans lune des trois zones dautogestion du traitement (verte, orange, rouge)

26 COMPÉTENCES À DÉVELOPPER PAR LE PATIENT POUR SON TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE Noter sur son carnet de suivi les résultats de son DEP et les événements Noter sur son carnet de suivi les résultats de son DEP et les événements Adapter son traitement en tenant compte du plan de traitement écrit Adapter son traitement en tenant compte du plan de traitement écrit Adapter son traitement en fonction des risques présents dans son environnement personnel, social et lors dun changement de contexte Adapter son traitement en fonction des risques présents dans son environnement personnel, social et lors dun changement de contexte Expliquer à lentourage la maladie et la conduite à tenir lors dune crise dasthme Expliquer à lentourage la maladie et la conduite à tenir lors dune crise dasthme

27 COMPÉTENCES À DÉVELOPPER PAR LE PATIENT POUR SON ENVIRONNEMENT Agir sur la présence de facteurs asthmogènes dans son environnement domestique, sa vie sociale et professionnelle Agir sur la présence de facteurs asthmogènes dans son environnement domestique, sa vie sociale et professionnelle Identifier la présence dallergènes dans son environnement Identifier la présence dallergènes dans son environnement Identifier les situations asthmogènes afin dadopter une attitude de prévention Identifier les situations asthmogènes afin dadopter une attitude de prévention Adapter ses activités quotidiennes et de loisirs en fonction de la pollution atmosphérique Adapter ses activités quotidiennes et de loisirs en fonction de la pollution atmosphérique Programmer avec laide du médecin un arrêt du tabac Programmer avec laide du médecin un arrêt du tabac Reconnaître les méfaits du tabac sur son état respiratoire Reconnaître les méfaits du tabac sur son état respiratoire Limiter la quantité de cigarettes consommées et les occasions de fumer Limiter la quantité de cigarettes consommées et les occasions de fumer Agir sur son environnement pour réduire le risque lié à lexposition tabagique passive Agir sur son environnement pour réduire le risque lié à lexposition tabagique passive

28 ENVIRONNEMENT :LES ACARIENS Lutter contre les acariens cest : Aménager sa maison : éviter lhumidité et aérer Aménager sa maison : éviter lhumidité et aérer Sol et revêtement lavable Sol et revêtement lavable Murs : pas de tissu Murs : pas de tissu Pas de teintures Pas de teintures Convecteurs électriques adaptés Convecteurs électriques adaptés Jouets lavables Jouets lavables T° de la chambre à 18° T° de la chambre à 18°

29 LE SPORT En fonction des goûts : seule la plongée est interdite En fonction des goûts : seule la plongée est interdite Séchauffer avant lexercice Séchauffer avant lexercice Tenir compte des conditions climatiques Tenir compte des conditions climatiques Mesurer son souffle avant et après Mesurer son souffle avant et après Inhaler un médicament protecteur avant leffort Inhaler un médicament protecteur avant leffort Broncho-dilatateur dans sa poche Broncho-dilatateur dans sa poche

30 ÉDUCATION POUR LA SANTÉ Selon la Santé Publique Éducation pour la santé du patient Éducation pour la santé du patient Éducation du patient à sa maladie Éducation du patient à sa maladie Éducation thérapeutique du patient. Éducation thérapeutique du patient.

31 RÉFLEXIONS ET INTERROGATIONS DU SOIGNANT Que comprend le patient lorsqu'on lui parle de santé ? Que comprend le patient lorsqu'on lui parle de santé ? Quelle idée se fait-il de sa vulnérabilité ? Quelle idée se fait-il de sa vulnérabilité ? Croit-il aux possibilités de la médecine dans son cas ? Croit-il aux possibilités de la médecine dans son cas ? Est-il prêt à observer les prescriptions ? Est-il prêt à observer les prescriptions ? Quelle idée a-t-il sur sa propre maladie ? Quelle idée a-t-il sur sa propre maladie ? Peut-il guérir ? Peut-il guérir ? Quelles sont les conséquences familiales et professionnelles de son état ? Quelles sont les conséquences familiales et professionnelles de son état ? A-t-il une idée du coût et du bénéfice-risque du traitement ? A-t-il une idée du coût et du bénéfice-risque du traitement ?

32 RÉFLEXIONS ET INTERROGATIONS DU SOIGNANT Que savez-vous de votre maladie ? Que savez-vous de votre maladie ? Comment l'expliquez-vous ? Comment l'expliquez-vous ? Qu'est-ce qu'on vous a dit ? Qu'est-ce qu'on vous a dit ? Que pensez-vous des traitements qui vous ont été prescrits ? Que pensez-vous des traitements qui vous ont été prescrits ? Comment vivez-vous votre maladie ? Comment vivez-vous votre maladie ? Qu'attendez-vous des soignants ? Qu'attendez-vous des soignants ?

33 LES QUESTIONS À POSER AU PATIENT Que savez-vous de votre affection ? Que savez-vous de votre affection ? Avez-vous sur vous vos médicaments à inhaler? Avez-vous sur vous vos médicaments à inhaler? Pouvez-vous les citer ? Pouvez-vous les citer ? Pouvez-vous les utiliser devant moi à l'instant ? Pouvez-vous les utiliser devant moi à l'instant ? Savez-vous la différence entre ceux du traitement de fond et ceux à utiliser en cas d'urgence ? Savez-vous la différence entre ceux du traitement de fond et ceux à utiliser en cas d'urgence ? A quel moment avez-vous l'impression que votre asthme s'aggraver ? A quel moment avez-vous l'impression que votre asthme s'aggraver ? Comment évaluez-vous l'importance de votre gêne respiratoire ? Comment évaluez-vous l'importance de votre gêne respiratoire ? Avez-vous des signes qui vous laissent présager l'arrivée d'une crise ? Avez-vous des signes qui vous laissent présager l'arrivée d'une crise ? Comment vous rendez-vous compte qu'il peut s'agir d'une crise grave ? Comment vous rendez-vous compte qu'il peut s'agir d'une crise grave ? Savez-vous quand il faut faire appel à votre médecin ? Savez-vous quand il faut faire appel à votre médecin ? Savez-vous utiliser le " peak-flow " ? Savez-vous utiliser le " peak-flow " ? Quels chiffres sont alarmants ? Quels sont ceux qui indiquent la crise ?, Quels chiffres sont alarmants ? Quels sont ceux qui indiquent la crise ?, Que faites-vous lorsque le chiffre tombe au-dessous de 150 l/mn. ? Que faites-vous lorsque le chiffre tombe au-dessous de 150 l/mn. ?

34 TOUT CE QUE VOUS VOUDRIEZ SAVOIR SUR ASTHME ET ALLERGIE sans oser le demander

35 Asthme et allergie Prévalence : environ la moitié des asthmes ont une origine allergique Prévalence : environ la moitié des asthmes ont une origine allergique Les autres causes sont : le RGO, le stress, leffort et peut être les infections, les irritants (pollutions, tabac) Les autres causes sont : le RGO, le stress, leffort et peut être les infections, les irritants (pollutions, tabac) En fait il vaudrait mieux parler dhyperréactivité bronchique (génétique ?) avec des facteurs déclenchants externes variés En fait il vaudrait mieux parler dhyperréactivité bronchique (génétique ?) avec des facteurs déclenchants externes variés

36 ALLERGIE Manifestations cliniques déclenchées par linteraction dun allergène avec une immunoglobuline E, qui se fixe sur les basophiles (sang) ou sur les mastocytes (tissus) Manifestations cliniques déclenchées par linteraction dun allergène avec une immunoglobuline E, qui se fixe sur les basophiles (sang) ou sur les mastocytes (tissus) Cela entraîne la libération de médiateurs Cela entraîne la libération de médiateurs Lasthme fait partie de lhypersensibilité immédiate (type I) contrairement à la dermite de contact (type IV) Lasthme fait partie de lhypersensibilité immédiate (type I) contrairement à la dermite de contact (type IV)

37 ALLERGÈNES Théoriquement, il sagit de pneumallergènes, protéines présentes dans lair Théoriquement, il sagit de pneumallergènes, protéines présentes dans lair Il sagit surtout : Il sagit surtout : des déjections dacariens dans la poussières de maison, et la literie. (75% des cas) des déjections dacariens dans la poussières de maison, et la literie. (75% des cas) des pollens des pollens des poils danimaux (salive) des poils danimaux (salive) Très rarement, lasthme peut être déclenché par un trophallergène (par exemple laspirine) Très rarement, lasthme peut être déclenché par un trophallergène (par exemple laspirine)

38 CLINIQUE CLINIQUE Elle donne des éléments dorientation : atopie personnelle : rhinite allergique, urticaire, eczéma, œdème de Quincke.. atopie personnelle : rhinite allergique, urticaire, eczéma, œdème de Quincke.. atopie familiale : peu discriminante étant donné la fréquence… atopie familiale : peu discriminante étant donné la fréquence… et surtout unité de temps ( période dans lannée) et unité de lieu du phénomène allergique. et surtout unité de temps ( période dans lannée) et unité de lieu du phénomène allergique.

39 DIAGNOSTIC Prick test : Test par injection intradermique (type Monotest ® ) dune faible dose quantifié des allergènes les plus fréquents et ceux auxquels sont exposé le patient (par médecins formés) Test par injection intradermique (type Monotest ® ) dune faible dose quantifié des allergènes les plus fréquents et ceux auxquels sont exposé le patient (par médecins formés) Fiable et sans danger Fiable et sans danger IgE totales : aucune spécificité IgE totales : aucune spécificité IgE spécifiques : positifs si lallergie nest plus localisé. Donc risque de faux négatifs si allergie purement pulmonaire. Cher et inutile IgE spécifiques : positifs si lallergie nest plus localisé. Donc risque de faux négatifs si allergie purement pulmonaire. Cher et inutile Phadiatop : pool de plusieurs allergènes, liste non connue. Risque de faux négatifs. Moins cher que IgE, aucun intérêt pour la prise en charge Phadiatop : pool de plusieurs allergènes, liste non connue. Risque de faux négatifs. Moins cher que IgE, aucun intérêt pour la prise en charge

40 INTÉRÊT DU DIAGNOSTIC Rassure le patient sur lorigine de son asthme, lui donne un « ennemi à combattre » Rassure le patient sur lorigine de son asthme, lui donne un « ennemi à combattre » Permet d'éventuelles mesures thérapeutiques Permet d'éventuelles mesures thérapeutiques Limites : la découverte d'allergène s Limites : la découverte d'allergène s Ne sous entend pas que ce soient le s seul s facteurs en cause Ne sous entend pas que ce soient le s seul s facteurs en cause

41 LE TRAITEMENT SPÉCIFIQUE 1 : la fuite (poliment dit léviction !) Pas simple pour un effet le plus souvent modeste Egorger le chat ou chien : radical, mais problème affectif et puis… Egorger le chat ou chien : radical, mais problème affectif et puis… Pollen darbres: plus facile de déplacer un homme quun arbre. Le vent apporte du sable du Sahara jusquà Paris, alors … Pollen darbres: plus facile de déplacer un homme quun arbre. Le vent apporte du sable du Sahara jusquà Paris, alors … Acariens: limiter lhumidité de la pièce (ventiler, déshumidifier) Acariens: limiter lhumidité de la pièce (ventiler, déshumidifier) Les housses de matelas et oreillers anti-acariens sont d'efficacité douteuse pour un coût important Les housses de matelas et oreillers anti-acariens sont d'efficacité douteuse pour un coût important Aspirateur, y compris literie :40 minutes = 20 % dacariens en moins… Aspirateur, y compris literie :40 minutes = 20 % dacariens en moins… Laver les couettes sans plume, les peluches et oreillers une fois par semaine Laver les couettes sans plume, les peluches et oreillers une fois par semaine Eviter moquettes, tapis pour sol en dur Eviter moquettes, tapis pour sol en dur Acaricides totalement inefficaces et potentiellement dangereux Acaricides totalement inefficaces et potentiellement dangereux

42 LE TRAITEMENT SPÉCIFIQUE 2 : la cohabitation La désensibilisation Technique de Mithridatisation La désensibilisation Technique de Mithridatisation Injecter une dose croissante dallergène sans déclencher la maladie afin de favoriser la fabrication danticorps bloquants. Injecter une dose croissante dallergène sans déclencher la maladie afin de favoriser la fabrication danticorps bloquants. Très contraignant : seulement en injection sous cutané, une fois par semaine, pendant plusieurs mois Très contraignant : seulement en injection sous cutané, une fois par semaine, pendant plusieurs mois Dangereux : obligation d'une surveillance dune demie heure après l'injection par un médecin ayant de loxygène et de ladrénaline à porter de mains en cas de choc. Dangereux : obligation d'une surveillance dune demie heure après l'injection par un médecin ayant de loxygène et de ladrénaline à porter de mains en cas de choc. Efficacité modeste : seulement pour certains allergènes (pollen) et uniquement pour les rares patients mono allergiques. Efficacité à long terme non connue. Efficacité modeste : seulement pour certains allergènes (pollen) et uniquement pour les rares patients mono allergiques. Efficacité à long terme non connue. Abandonnée dans les pays Anglo-saxons. Abandonnée dans les pays Anglo-saxons.

43 LASTHME PROFESSIONNEL (1) LASTHME PROFESSIONNEL (1) Si un asthme se développe dans le cadre du travail, lidentification de la cause est impérative : Si un asthme se développe dans le cadre du travail, lidentification de la cause est impérative : aménagement du poste de travail si possible aménagement du poste de travail si possible déclaration de maladie professionnelle déclaration de maladie professionnelle Elle suppose une collaboration entre médecin du travail, médecin traitant et pneumologue Elle suppose une collaboration entre médecin du travail, médecin traitant et pneumologue

44 LASTHME PROFESSIONNEL (2) LASTHME PROFESSIONNEL (2) Pour le médecin traitant, il faut faire une déclaration de maladie professionnelle (même document que pour les accidents de travail) Pour le médecin traitant, il faut faire une déclaration de maladie professionnelle (même document que pour les accidents de travail) Il ny a pas nécessité pour le médecin traitant de démontrer un lien de causalité mais il faut signaler et décrire le cas aussi précisément que possible Il ny a pas nécessité pour le médecin traitant de démontrer un lien de causalité mais il faut signaler et décrire le cas aussi précisément que possible Pour certaines professions lasthme est reconnu comme maladie professionnelle par la S.S. (par exemple les boulangers avec les blattes de la farine). Si la situation nest répertoriée par la S.S., alors bon courage ! Pour certaines professions lasthme est reconnu comme maladie professionnelle par la S.S. (par exemple les boulangers avec les blattes de la farine). Si la situation nest répertoriée par la S.S., alors bon courage !


Télécharger ppt "ASTHME ÉDUCATION POUR LA SANTÉ. DEFINITION Cest un désordre inflammatoire chronique des voies respiratoires entraînant une hyper réactivité bronchique."

Présentations similaires


Annonces Google