La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le dépistage auditif I Ruzza Service otologie otoneurologie Chu Lille.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le dépistage auditif I Ruzza Service otologie otoneurologie Chu Lille."— Transcription de la présentation:

1 Le dépistage auditif I Ruzza Service otologie otoneurologie Chu Lille

2 Intérêt dun dépistage Définition : –sélectionner à un moindre coût une population où les praticiens ont de fortes chances didentifier des malades à un stade précoce ou bien des personnes avec un facteur de risque lié à une maladie sur laquelle on peut intervenir. Il doit améliorer le pronostic dune maladie Il doit être: –acceptable –peu coûteux –reproductible –valide et efficace (sen > spe, sen >90 %, spe > 85 %).

3 Dépistage précoce dans la surdité de lenfant Fréquence : 1,4 enfant à la naissance et 2 à 1 an (pour mémoire, hypothyroïdie 0,07, phénylcétonurie 0,25 ) Conséquences de la surdité de lenfant: gravité incidences langagières, mais également motrices et psychologiques nette amélioration des performances langagières et intellectuelles lors dune prise en charge précoce.

4 Dépistage précoce dans la surdité de lenfant Stade latent reconnaissable et évolution correctement comprise (période critique) Traitement efficace Tests efficaces pour le dépistage Bénéfice en terme de santé publique

5 Moyens de dépistage Les tests subjectifs Les tests objectifs Les oto-émissions acoustiques provoquées (OEAP) Les potentiels évoqués auditifs automatisés (automated auditory brainstem response ou AABR) Les tests génétiques

6 Les OEAP

7 Les AABR Même principe que les PEAP Mode automatisé Recueil simultané des deux oreilles 35 dB (70 dB) Signal lumineux en fin de test RAPIDE, FACILE, ETUDE DE L AUDITION JUSQU AUX VOIES SOUS CORTICALES

8 AABR

9 Programme National de Dépistage Auditif Néonatal Principe: –1 er test: J1 J3 –Si test +: retest avant la sortie –Si contrôle positif: rendez vous prévu au CDOS Rôle du CDOS –PEAP –Prise en charge des patients et orientation –Information de lAFDPHE

10 Programme National de Dépistage Auditif Néonatal Dans tous les cas information des parents et accompagnement parental A terme: –Prise en charge précoce de la surdité –Handicap langagier minimisé voire aboli –Intégration sociale et professionnelle des patients

11 Dépistage dans lenfance Tout au long de la petite enfance (otite séreuse) Tests subjectifs Boites de Moatti TCA Voix

12 Aspect audio phonologique des surdités de l enfant I Ruzza Service otologie otoneurologie Chu Lille

13 Trois grands types de surdité Surdité de transmission par atteinte de l oreille moyenne ou externe. Surdité de perception par atteinte de l oreille interne ou du nerf auditif. Surdité centrale avec trouble de l intégration du message verbal appelée aussi audimutité.

14

15 Surdité de transmission Très fréquente, 10% de la population, traitement médical possible voire chirurgical. La perte auditive est < 60 dB. « petits malentendants » passent inaperçus. source de difficultés scolaires, de retard de parole. très peu de confusions phonétiques. Conséquences différentes des surdités de perception.

16 Surdité de perception À la naissance –1,4/1000 nouveaux-nés. –1/100 nouveaux nés à risque. A 1 an –2/1000 (la moitié des surdités de l enfant apparaissent dans la première année de vie).

17 Conséquences de la surdité chez l enfant Variables et variées Effets sur le développement du langage Obstacle scolaire Retentissement sur la voix et la parole Incidences psychomotrices Incidences psychologiques

18 Retentissement Variable selon –la surdité type importance date d apparition –la présence de handicap associé –l environnement familial.

19 La surdité de lenfant: principales étiologies Surdités de perception: acquises (1/3 des cas) –prénatales –néonatales (facteurs de risque proposée par JCH en 1991) –post natales génétiques (1/3 des cas) –non syndromiques –syndromiques –mitochondriales –liées à lX détiologie inconnue (1/3 des cas)

20 Étape diagnostique Les signes dappel Lexamen clinique Les tests auditifs –subjectifs –objectifs

21 Les tests subjectifs Variables selon lâge, à confronter avec les tests objectifs: –0-6 mois: test de Veit Bizaguet jouets sonores –6 mois -3 ans: test comportemental auditif (TCA) réflexe dorientation conditionné (ROC) –3 à 5 ans: audiométrie tonale conditionnée (Peep Show Box) –A partir de 5 ans: audiométrie conventionnelle –Audiométrie vocale

22 Le T.C.A.

23 Audiométrie tonale conditionnée

24 Tests auditifs objectifs Impédancemétrie Oeap Peap

25 P.E.A.P

26 Surdité profonde

27 Surdité moyenne

28 Classification BIAP Surdité légère 20 à 40 dB (30 dB: chuchotement, 40 dB: bruit des vagues) les éléments de la parole ne sont pas tous identifiés. difficultés scolaires. Surdité moyenne 40 à 70 dB (60 dB: conversation) les sons les plus éclatants sont perçus dans le calme peut faire illusion. retard de parole nécessité de la lecture labiale

29 Surdité sévère 70 à 90 dB (80 dB: klaxon,aspirateur;90 dB: marteau piqueur) seule la parole de forte intensité est perçue pas de langage spontané Surdité profonde 90 à 120 dB (100 dB: camion, 12O dB: réacteur davion) aucune structure acoustique n est perçue absence totale de langage

30 Classification des surdités (BIAP) Audition normale Surdité légère Surdité moyenne Surdité sévère Surdité profonde

31 Rôle du médecin audio phonologiste Pose et annonce le diagnostic de surdité Initie un bilan étiologique (morphologique, génétique, ophtalmologique, neurologique ….. Présente les différents modes éducatifs ( choix parental) Initie la prise en charge (orthophonique, appareillage) Propose l appareillage le mieux adapté au type de surdité Suivi régulier avec guidance parentale

32 Otite séreuse et surdité de perception Fréquence +++ Difficulté dappareillage Otite ou dysfonctionnement tubaire Indication de DTT souvent discutée

33 PEC administrative: INDISPENSABLE Elaboration du protocole ETM Présentation de lAEEH Prescriptions diverses

34 Indications dappareillage Elle doit être posée le plus rapidement possible Nécessite un bilan complet audiophonologique (objectif et subjectif) Audiométrie sur toutes les fréquences oreille séparées ou en champ libre indispensable Adaptée à la surdité

35 Surdités légères et moyennes Diagnostic facile Acceptation parentale difficile Test fiables et reproductibles Evaluer les conséquences langagières (aide de lorthophoniste) Appareillage auditif conventionnel le plus rapidement possible avec des réglages optima tout de suite Suivi de lévolution langagière ++++

36 Surdités profondes Test subjectifs indispensables Acceptation plus facile Appareillage précoce Implant cochléaire sera lappareillage le plus adapté: information des parents dès le diagnostic ACA non systématique Suivi++++ notamment discrimination auditive

37 Surdités sévères Diagnostic idem ACA en premier Surveillance +++ discrimination auditive Nécessité dimplantation cochléaire dans surdités sévères deuxième groupe

38 Suivi A vie Evaluations auditives avec et sans appareillage tonales et vocales Renouvellements dappareillage (utile ou pas?) Suivi administratif (renouvellement protocoles, tiers temps supplémentaires, langues vivantes…) Passage à ladulte

39 Quest ce quun implant cochléaire? Prothèse doreille interne Implantable Différence avec aides auditives

40 Limplant cochléaire Partie interne Récepteur – Stimulateur (implant proprement dit) Porte électrode Électrodes Partie externe Microphone Processeur Antenne émettrice

41

42 Indications Surdité de perception sévère à profonde bilatérale Peu ou pas damélioration avec les prothèses auditives Critères audiologiques: discrimination de la parole < 50 % à 60 dB en champ libre sans LL Peu de limite dâge !!


Télécharger ppt "Le dépistage auditif I Ruzza Service otologie otoneurologie Chu Lille."

Présentations similaires


Annonces Google