La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT CANCEREUX PAULINCharlène Diététicienne CHU Grenoble.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT CANCEREUX PAULINCharlène Diététicienne CHU Grenoble."— Transcription de la présentation:

1 LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT CANCEREUX PAULINCharlène Diététicienne CHU Grenoble

2 DENUTRITION

3 Quest-ce que la DENUTRITION? Déficit en énergie, protéines, vitamines et minéraux, entrainant un modification de la composition corporelle et une altération de certaines fonctions.

4 Métabolisme déséquilibré + Hypercatabolisme tumorale Anorexie + Effets secondaires Augmentation des dépenses énergétiques Diminution des ingesta Déséquilibre entre apports et besoins Perte de poids Causes de la dénutrition chez le patient cancéreux

5 Réduction des apports liée à la maladie - Douleur - Fatigue - Anxiété : maladies, hospitalisations… - Troubles digestifs - Obstruction digestive (tumeur ORL ou digestive) Réduction des apports liée aux traitements - Chimiothérapie : troubles digestifs, complications infectieuses… - Radiothérapie : troubles digestifs, lésions muqueuses… - Chirurgie : augmentation des besoins (cicatrisation…) Perturbations métaboliques - Production de médiateurs cachectiques et hormones cataboliques - Augmentation des besoins énergétiques - Inefficacité de lapport nutritionnel

6 Les conséquences de la dénutrition -Altération de la qualité de vie, altération de limage de soi -Retard de cicatrisation -Augmentation des complications infectieuses -Augmentation de la mortalité péri opératoire en chirurgie -Altération de la réponse positive au traitement -Augmentation des effets secondaires -Augmentation de la durée dhospitalisation

7 Dépistage de la dénutrition On retient 3 critères principaux au niveau européen : - Albuminémie >35g/L - Vitesse de perte de poids : - 2% en 1 semaine - 5% en 1 mois - 10% en 6 mois - Protéine C réactive <20 mg/L

8 ATTENTION! Un obèse peut être dénutri: perte de masse maigre +++ perte de masse maigre +++ La dénutrition existe à tous les âges de la vie

9 Objectifs de la prise en charge - phase de traitement curatif : guérison - phase de traitement palliatif : soulagement des symptômes.

10 La prise en charge nutritionnelle doit donc être PRECOCE et ADAPTEE au patient Objectifs : - Maintenir le patient en état de suivre ses traitements anticancéreux - Réduire les complications de ces traitements - Maintenir sa qualité de vie

11 La prise en charge diététique

12 Il existe 2 niveaux de prise en charge : - Prise en charge de la prestation alimentaire - Prise en charge nutritionnelle

13 La prise en charge de la prestation alimentaire = Adapter les plateaux aux goûts des patients Le soin alimentaire est un soin partagé La diététicienne nintervient pas directement

14 Projet en cours… Stimuler lappétit et améliorer la qualité de vie du patient durant lhospitalisation : - Environnement du repas plus agréable - Repas choisis au moment du service : pas de plateau nominatif - Choix plus varié - Augmentation de la fréquence des repas

15 Prise en charge nutritionnelle Sur prescription médicale : -Patient à risque de dénutrition : prévention -Patient déjà dénutri

16 Etapes de la prise en charge diététique Rechercher les habitudes de vie du patient, ses goûts alimentaires, ses attitudes face à la nourriture. Apprécier létat nutritionnel : la perte de poids, sa rapidité, son importance. Evaluer létat buccal. Proposer des conseils diététiques pratiques.

17 Effets secondaires les plus fréquents -Nausées, vomissements -Modifications sensorielles, troubles du goût -Diarrhées, constipation -Mucites -Dysphagies PERTE DAPPETIT

18 En cas de nausées, vomissements FRACTIONNEMENT DES REPAS - Fractionner l'alimentation en 4 à 5 repas dans la journée, sous forme de collations à 10h et 16h (apport protéique ++) - Repas froid, sans odeur Le fait de grignoter permet souvent denrayer les nausées

19 En cas de troubles du goût Adapter les plateaux aux goûts des patients. Corriger le mauvais goût par un rinçage de bouche avant le repas. Pour enrayer le goût métallique : jus de fruits ou pamplemousse. En cas de langue « chargée » : ananas.

20 En cas de diarrhées ou irritation des intestins Suivre un régime sans résidu (sur prescription médicale) Supprimer les aliments riches en fibres : fruits, légumes, produits complets, parfois le lait… Choisir des aliments plus constipants : féculents, compotes ou gelée de coing, bananes, coca cola… Boire régulièrement pour lutter contre la déshydratation

21 En cas de constipation Choisir des aliments riches en fibres et laxatifs : fruits, légumes, céréales complètes. Boire abondamment Boire un verre de jus de fruit à jeun (raisin, pomme, pruneau…) Attention : en hémato, certaines chimio (oncovins) bloquent la motricité intestinale et entrainent une constipation : RISQUE DOCCLUSION INTESTINALE - régime sans résidu : 3 jours avant le traitement et 10 jours après.

22 En cas de douleurs buccales, difficultés à la déglutition, mucites -Faciliter la déglutition en adaptant la texture (mixée, hachée, liquide..) -Eviter certains assaisonnements ( vinaigre, citron, épices, poivre, aliments acides…) -Eviter les aliments trop salés ou trop sucrés

23 EFFETS SECONDAIRES PERTE DAPPETIT PERTE DE POIDS DENUTRITION ENRICHIR LALIMENTATION

24 Enrichir lalimentation Chaque repas et collations doivent apporter une source de protéines : produits laitiers, fromages, viandes, poissons, œufs. Chaque repas et collations doivent apporter une source dénergie : matières grasses, produits sucrés, produits laitiers au lait entier.

25 Alimentation en hématologie Traitement entrainant une neutropénie : (polynucléaires neutrophiles <0,5 G/L) -Alimentation stérile -Alimentation protégée : -Stricte -Simple Accréditation JACIE

26 Alimentation stérile (seulement à lhôpital) Patients en cours dallogreffe Cette alimentation est basée sur des denrées se conservant à température ambiante dont la DLUO – Date Limite dUtilisation Optimale – est respectée.

27 Alimentation protégée stricte Régime proposé : - aux patients hospitalisés en aplasie - patients allogreffés, à leur retour au domicile Le principe est de proposer des aliments cuits, en emballage individuel, dexclure les crustacés, la crème fraiche, les charcuteries, les fromages au lait cru, les aliments peu cuits, les crudités (seuls les fruits à grosse peau sont autorisés).

28 Alimentation protégée simple Patients autogreffés, à leur retour au domicile Le principe est délargir le régime évoqué : Les aliments autorisés en plus sont : le pain dans des conditions bien particulières, certains autres fruits et légumes dans certaines situations

29 Alimentation en phase palliative Phase « active » : -Gérer les symptômes -Assurer les ingesta suffisants afin de maintenir une qualité de vie Fin de vie : Symbolique de lalimentation Plaisir, convivialité

30 La complémentation orale Définition : Préparations utilisées en complément dun régime par voie orale insuffisant, caractérisées par leur facilité dutilisation et leur diversité. Sur prescription médicale Classification : - suppléments énergétiques - suppléments protéiques - spécifiques : diabète, insuffisance rénale, etc.…

31 Boissons sucrées (lactées ou jus de fruits) Crèmes sucrées Compotes enrichies Céréales petit déjeuner Potages et plats mixés enrichis Poudre de protéines ou maltodextrines La complémentation orale

32 Modalités de remboursement Arrêté du 06 août 2001, JO du 02/10/2001 Produits et prestations remboursables (LPPR), en cas de tumeur ou hémopathie maligne, sida, mucoviscidose, maladies neuromusculaires, épidermolyse bulleuse. La complémentation orale

33 Nutrition artificielle Nutrition entérale : - Rare - Mauvaise acceptation de la SNG Nutrition parentérale : - + utilisée - Momentanée, non exclusive Stimuler le maintien de la prise alimentaire orale

34 Les outils actuels de la prise en charge Profil des régimes utilisés : - régime confort - régime froid - régime à texture adaptée Logiciel informatique à disposition des soignants Livrets- conseils remis aux patients par la diététicienne

35 Difficultés rencontrées actuellement lors de la prise en charge des patients Organisation du service : horaires des repas, choix des aliments Présentation du plateau-repas Durée du repas Préparations apportées par la famille

36 La prise en charge nutritionnelle en oncologie Permettre au patient de suivre ses traitements Améliorer le confort et la qualité de vie des patients Repas = plaisir

37 Bénéfices à attendre dune prise en charge nutritionnelle -Prévenir les conséquences des traitements -Prévenir et stopper lamaigrissement -Réduire la fréquence des survenues des effets secondaires -Augmenter la réponse de lorganisme aux traitements -Eviter les répercussions psychologiques de la dénutrition -Améliorer la qualité de vie

38 Conclusion La prise en charge diététique est un soin quil convient dintégrer aux traitements des patients cancéreux. Ce soin participe à la prise en charge globale du patients en équipe pluridisciplinaire. Un même discours relayé par tous les acteurs de soin renforce notre action curative et éducative auprès des patients, en prévenant ou traitant les conséquences nutritionnelles des traitements, à court ou long terme. Il est primordial que cette prise en charge nutritionnelle soit continuée à domicile avec les mêmes objectifs qua lhôpital.


Télécharger ppt "LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT CANCEREUX PAULINCharlène Diététicienne CHU Grenoble."

Présentations similaires


Annonces Google