La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN Sarah GRANGE Diététicienne – AGDUC.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN Sarah GRANGE Diététicienne – AGDUC."— Transcription de la présentation:

1 INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN Sarah GRANGE Diététicienne – AGDUC

2 En France, à ce jour : patients environ, dont dialysés et transplantés (58% dhommes et 42% de femmes) Soit 513 personnes par million dhabitants Age moyen : 63 ans Lestimation du nombre de nouveaux patients atteints dIRCT est en croissance (+ 5 % / an) Registre REIN Rhône Alpes Sur le Bassin Grenoblois : patients IRC avant traitement de suppléance. Age moyen de prise en dialyse : 67 ans LIRC constitue un facteur de risque de morbidité et de surmortalité cardio- vasculaire. LIRC est définie par une diminution permanente du débit de filtration glomérulaire (DFG) secondaire à une maladie rénale, se distinguant ainsi de lIRA, majoritairement temporaire et réversible HAS Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

3 LINSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE - Facteurs non-modifiables : Maladies rénales héréditaires, sujets ayant une histoire familiale caractérisée par des maladies rénales (polykystose…), lâge… - Facteurs modifiables de la progression de lIRC : LHTA, la protéinurie, le contrôle glycémique du diabète, lobésité, le tabagisme, les lithiases urinaires… Correction de ces facteurs : ralentir la progression de lIRC Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

4 BUTS de la diététique : Ne pas dénutrir… … tout en ralentissant la dégradation de la fonction rénale Prévenir ou diminuer lHTA Contrôle glycémique des patients diabétiques Protéger le système cardio-vasculaire Surveiller la kaliémie et lacidose INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

5 Ralentir la dégradation de la fonction rénale : Alimentation HYPOPROTIDIQUE Ne pas dénutrir : Hypercalorique 35 kcal / kg PI / jour Si lénergie est insuffisante, léquilibre du bilan protéique nest pas assuré. La pesée : Veiller à ce que le patient ne perde pas de poids : Perte de poids = 1 er marqueur de la dénutrition INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE Létat nutritionnel (albuminémie…) définit le pronostic à long terme des patients dialysés ou transplantés Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

6 Alimentation Hypoprotidique : 0,8 g de protéines / kg PI / jour De Haute Valeur Biologique PROTEINES VEGETALES Céréales et dérivés: Blé, avoine, pâtes, riz, pain. Légumineuses, légumes secs : Lentilles, pois chiches, haricots, fèves… Fruits oléagineux : Noix, noisettes, arachides, pistaches, amandes… Nouvelles sources: Protéines texturées, Soja, algues PROTEINES ANIMALES Viandes : rouges, blanches Volailles Gibiers Charcuteries Abats Poissons : mer, eau douce Œufs Lait, produits laitiers, Fromages INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

7 PETIT-DEJEUNERDEJEUNERDINER Café 150ml Lait ½ écrémé 50 ml Beurre 15g Confiture 30g Pain 80g Orange 200g Salade de tomates 100g Huile de colza 10g Rôti de boeuf 50g Ratatouille 200g Huile dolive ou arachide 10g Faisselle 100g Compote de pêche 100g Pain 60g Betteraves 100g Huile de colza 10g Pâtes au basilic 300g Huile dolive 10g Légumes cuits 200g Huile dolive 10g Fromage sec 30g Pomme 200g Pain 40g Exemple dune ration pour une femme de 60 kg 35 kcal/kg/j, soit 2100 Kcal 0,8g de protéine/kg/j, soit 48g Photos SU.VI.MAX. Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

8 Prévenir ou diminuer lHTA : Alimentation normosodée, voire légèrement hyposodée ( 6g NaCl / j ) Attention au sel caché dans les aliments… Une alimentation sans sel est ANOREXIGENE ! INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE Boissons : Adapter à la diurèse Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

9 ALIMENTATION NORMOSODEE : 6g de NaCl Sans SEL + Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

10 Contrôle glycémique des patients diabétiques : Privilégier lIndex Glycémique (IG) (Jenkin et al, 1981) : Capacité qua un aliment de faire monter le taux de glucose dans le sang. Il est dautant plus élevé que lhyperglycémie induite par le glucide testé est forte. LIG dépend : de la nature des glucides (saccharose, fructose, amidon…) de la présence de fibres du mode de cuisson des aliments (durée, T°) la texture de laliment (solide ou liquide) le mode de consommation (aliment pris isolément ou au cours dun repas) INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

11 Contrôle glycémique des patients diabétiques (suite) : Lorsque la disponibilité des fibres alimentaires est élevée dans le gros intestin, lélimination intestinale dazote est significativement augmentée par rapport à une alimentation pauvre en fibres alimentaires. INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

12 1 bol de Café Noir (200 ml) 1 morceau de Sucre (5g) 2 tranches de Pain Blanc (40g) 1 carré de beurre (15g) 1 c. à soupe de Confiture (30g) Salade verte (50g) 1 c. de vinaigrette à lhuile de Colza (15g) 1 part de Quiche (150g) 1 Faisselle à 40% MG sans crème (100g) 1 part de tartelette aux pommes (150g) Salade de tomate (100g) 1 c. de vinaigrette à lhuile dolive (15g) ½ filet de Cabillaud en papillote (50g) 1 assiette de Gratin Dauphinois (200g) 1 tranche de Comté (30g) 1 orange (150g) 1 bol de Café Noir (200 ml) 1 morceau de Sucre (5g) 4 tranches de Pain Blanc (80g) 1 carré de beurre (15g) 1 c. à soupe de Confiture (30g) 1 orange (150g) Salade dendives (200g) 1 c. de vinaigrette à lhuile de Noix (15g) ½ portion de Bifteck grillé (50g) 1 assiette de spaghettis (200g) Tomates Provençales (150g) Huile dolive-Basilic (10g) 1 portion de parmesan (30g) 1 poire (150g) Carottes râpées (110g) 1 c. de vinaigrette à lhuile de colza (15g) Crique (p. de terre/courgettes/oignons) (350g) Huile dolive pour cuisson (20g) 1 yaourt arômatisé (125g) 1 compote (100g) Protection du système cardio-vasculaire : INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

13 Éviter lacidose : Mg/litre VICHY S T YORRE VICHY CELESTIN ARVIEQUEZAC HCo Na Ca K+K ,7 INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

14 Surveiller la Kaliémie : 5 mmol/l En réduisant les aliments riches en K + Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

15 DIALYSE PERITONEALE ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN

16 Quelques règles sont à respecter pour combattre : LA DENUTRITION LA DENUTRITION LA PRISE DE POIDS (masse grasse) LA PRISE DE POIDS (masse grasse) LA CONSTIPATION LA CONSTIPATION LES OEDEMES (apport hydrique) LES OEDEMES (apport hydrique) DIALYSE PERITONEALE ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

17 LA DENUTRITION SES CAUSES : Fuite des protéines sanguines Protéinurie car diurèse conservée Alimentaires : - Suite à un régime hypoprotidique - Dégoût pour la viande - Préjugés Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

18 LES CAUSES : LES EFFETS NUTRITIONNELS DU DIALYSAT LES EFFETS NUTRITIONNELS DU DIALYSAT La sensation de satiété ou « l effet glucose » La sensation de satiété ou « l effet glucose » PRESSION ABDOMINALE PRESSION ABDOMINALE Hernie hiatale Hernie hiatale Digestion difficile Digestion difficile Perte dappétit LA DENUTRITION Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

19 ETUDE MOYENNE SUR 30 PATIENTS EN DP PERTES PROTIDIQUES GRAMMES/24 H Dans le dialysat 6,76 Dans les urines 0,58 PERTES TOTALES 7,64 Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

20 APPORTS GLUCIDIQUES MOYENNE GRAMME / 24H Glucose apporté dans le dialysat 100,97g/24h Glucose réabsorbé dans le péritoine 52,96g/24h = % Glucose réabsorbé Glucose apporté 52,45 % 11 morceaux de sucre ETUDE MOYENNE SUR 30 PATIENTS EN DP Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

21 BUT : COMPENSATION DES PERTES PROTIDIQUES : Alimentation HYPERPROTIDIQUE 1,4 g de protéines / kg / jour De Haute Valeur Biologique, 50 % dorigine animale PROTEINES VEGETALES Céréales et dérivés: Blé, avoine, pâtes, riz, pain. Légumineuses, légumes secs : Lentilles, pois chiches, haricots, fèves… Fruits oléagineux : Noix, noisettes, arachides, pistaches, amandes… Nouvelles sources: Protéines texturées, Soja, algues PROTEINES ANIMALES Viandes : rouges, blanches Volailles Gibiers Charcuteries Abats Poissons : mer, eau douce Œufs Lait, produits laitiers, Fromages LA DENUTRITION Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

22 PROTEINES ANIMALES - DP* = PERTE DE PROTIDES INDISPENSABLES VIANDE ou POISSON ou OEUFS A CHAQUE REPAS FROMAGE ou LAITAGE (yaourt, fromage blanc…) AU MOINS 3 FOIS PAR JOUR Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

23 LES MOYENS : LUTTER CONTRE LA GENE GASTRIQUE Fractionner l alimentation (Pour manger suffisamment, Pour le confort digestif) Petits volumes concentrés Petits volumes concentrés (Pour enrichir) Séparer liquides et solides Séparer liquides et solides LA DENUTRITION Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

24 AU QUOTIDIEN AJOUTEZ DES COLLATIONS DANS LA JOURNEE En version salée pain et fromage ou jambon croissant au jambon pizza, quiche, tarte aux légumes cake au jambon En version sucrée lait ou dessert lacté crêpe, gaufre pain perdu Clafoutis, gâteau quatre-quarts Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

25 COMMENT ENRICHIR les PLATS ? Flans ou gratins de légumes. gratins de pâtes Purée Potages épais (mixé riche en légumes) Sauces Omelette RAJOUTER Flans ou gratins de légumes. gratins de pâtes Sauces Omelette Purée Potages épais (mixé riche en légumes) RAJOUTER Flans ou gratins de légumes. gratins de pâtes Sauces Omelette Purée Potages épais (mixé riche en légumes) Flans ou gratins de légumes. gratins de pâtes Sauces Omelette Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

26 LES MOYENS : INTERET DES COMPLEMENTS NUTRITIONNELS EN DIALYSE PERITONEALE EN DIALYSE PERITONEALE Enrichir lalimentation (poudre de protéines) Enrichir lalimentation (poudre de protéines) Petits volumes Petits volumes Remplacement dun aliment (ex : si dégoût viande) Remplacement dun aliment (ex : si dégoût viande) Fractionnement Fractionnement Substitut du repas ou du plat : Potage, Plat complet, Dessert Substitut du repas ou du plat : Potage, Plat complet, Dessert LA DENUTRITION Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

27 Enrichir LA DENUTRITION Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

28 Fractionner Corriger Fractionner Corriger LA DENUTRITION Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

29 Substitut de repas LA DENUTRITION Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

30 Quelques règles sont à respecter pour combattre : LA DENUTRITION LA DENUTRITION LA PRISE DE POIDS (masse grasse) LA PRISE DE POIDS (masse grasse) LA CONSTIPATION LA CONSTIPATION LES OEDEMES (apport hydrique) LES OEDEMES (apport hydrique) DIALYSE PERITONEALE ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

31 LA PRISE DE POIDS = « masse grasse » SES CAUSES : Absorption importante de glucose par le péritoine SES CONSEQUENCES: Hyper insulinisme à long terme Surcharge pondérale Décompensation de diabète latent Perturbation du métabolisme des triglycérides Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

32 LES MOYENS : Alimentation hypoglucidique Tenir compte des glucides apportés par le dialysat dans le calcul de la ration alimentaire LA PRISE DE POIDS = « masse grasse » Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

33 Diminuer les « aliments au goût sucré » : moins intéressants Utiliser les sucres de substitution (Aspartam) Privilégier les Glucides satiétogènes et intéressants nutritionnellement : Céréales, féculents… 1 fois / jour Fruits : 2 par jour LES MOYENS : Réduire les apports en Glucides En faisant un choix dans les glucides LA PRISE DE POIDS = « masse grasse » Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

34 Quelques règles sont à respecter pour combattre : LA DENUTRITION LA DENUTRITION LA PRISE DE POIDS (masse grasse) LA PRISE DE POIDS (masse grasse) LA CONSTIPATION LA CONSTIPATION LES OEDEMES (apport hydrique) LES OEDEMES (apport hydrique) DIALYSE PERITONEALE ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

35 LA CONSTIPATION SES CAUSES : Restriction hydrique Restriction hydrique Apport de glucose Apport de glucose Sédentarité Sédentarité Pression abdominale Pression abdominale Alimentaire (alimentation raffinée) Alimentaire (alimentation raffinée) Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

36 LES MOYENS : ALIMENTATION RICHE EN FIBRES Hémicellulose, cellulose SOURCES : ALIMENTAIRE (1 à 2 plats de légumes verts/j, 2 fruits/j, son des céréales) COMPLEMENTS NUTRITIONNELS LA CONSTIPATION Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

37 Quelques règles sont à respecter pour combattre : LA DENUTRITION LA DENUTRITION LA PRISE DE POIDS (masse grasse) LA PRISE DE POIDS (masse grasse) LA CONSTIPATION LA CONSTIPATION LES OEDEMES (apport hydrique) LES OEDEMES (apport hydrique) DIALYSE PERITONEALE ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

38 LES OEDEMES LES MOYENS : RESTRICTION HYDRIQUE « Je bois ce que jélimine » NORMO-SODEE « Jévite les boissons sodées » (Par exemple : Vichy, bouillon-cube) REGIME SANS SEL => ANOREXIGENE Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

39 Équilibre PHOSPHO-CALCIQUE CALCIUM : Supplémentation médicamenteuse PHOSPHORE : Relativisé en fonction de la dénutrition POTASSIUM Dialyse quotidienne : Rare problème de kaliémie (sauf pour péritoine hypoperméable) Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

40 Exemple dune ration pour un homme de 75 kg : 2200 Kcal kcal (dialysat) soit 32kcal/kg/j 85g – 7,5 g (perte dialysat + urinaire) soit 1 g de protéine/kg/j Fibres 32 g PETIT- DEJEUNER DEJEUNERCOLLATION DINER Café 100ml Lait ½ écr. 100ml Beurre 10g Confiture 30g Pain complet 80g Orange 150g Salade de riz 200g Huile de colza 10g Rôti de boeuf 100g Ratatouille 200g Huile dolive 10g Faisselle 100g Pomme 150g Pain complet 40g Flan 150g Sucre du dialysat : 11 morceaux Protéines perdues lors de la dialyse : 7,5g Jambon 50g Pâtes au basilic 200g Huile dolive 10g Brocoli 200g Huile de noix 10g Camembert 30g Compote de pêche 100g Pain complet 40g Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

41 HEMODIALYSE ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN S. Grange – F. Rey Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

42 Quelques règles sont à respecter pour combattre : L HYPERKALIEMIE LA PRISE DE POIDS (apport hydrique) LA DENUTRITION LE DESEQUILIBRE PHOSPHO-CALCIQUE HEMODIALYSE ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN S. Grange – F. Rey Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

43 LE TAUX DE POTASSIUM EST CONTRÔLE PAR LES REINS HYPERKALIEMIE NEUROMUSCULAIRES LES SIGNES DE LHYPERKALIEMIE : NEUROMUSCULAIRES Aggravés par lacidose et lhypocalcémie ALIMENTAIRE AUGMENTATION DU CATABOLISME ANURIE POTASSIUM (K + ) S. Grange – F. Rey Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

44 Pour ne pas dépasser 5,5 mmol de kaliémie, il est nécessaire d avoir une alimentation réduite en potassium qui apportera 2 à 2,5 g/j (au lieu de 4 à 8 g/jour dans une alimentation courante) POTASSIUM (K + ) Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

45 TENEUR EN K DES ALIMENTS : - Cerner les aliments à risque - Quantité mangée CONNAÎTRE LES EQUIVALENCES CUISSON ADEQUATE PLACER DANS LE TEMPS LISTE DES ALIMENTS IMPORTANTS ET INDISPENSABLES POTASSIUM (K + ) Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

46 LE SEL DE REGIME L ACESULFAME DE POTASSIUM (Remplacer par laspartam) POTASSIUM (K + ) Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

47

48 EQUIVALENCE POTASSIQUE DES FRUITS EQUIVALENCE POTASSIQUE DES FRUITS (200mg de K + ) 150 g de pomme 60 g Abricots, Prunes 50 g 50 g Figues, Kaki, Kiwi, Cassis,Groseilles 200 g Pastèque, Myrtilles 150 g Poire, Fraises, Citron 100 g Raisin, Pamplemousse, Orange, Pêche, Framboises, Mangue, Ananas, Litchis, Mandarine 80 g Brugnon, Cerises, Melon, Papaye Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

49 MODES DE CUISSON : Le potassium ne sévapore pas… Les aliments cuits au four, à la vapeur, sans eau, saisis dans lhuile, avec consommation deau de cuisson… Nont pas perdu de POTASSIUM et doivent être considérés comme des aliments crus POTASSIUM (K + ) Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

50 MODE DE CUISSON : Peler, couper les aliments Peler, couper les aliments Les cuire dans un grand volume deau Les cuire dans un grand volume deau Départ à froid Départ à froid Jeter leau et cuisiner Jeter leau et cuisiner Perte : 50% de potassium Perte : 50% de potassium POTASSIUM (K + ) Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

51 Jour 1 Jour 2 Jour 3 Jour 4 Jour 5 Jour 6 Jour 7 Petit- Déjeuner Collation Déjeuner Collation Dîner Collation DialyseDialyseDialyse ENQUETE ALIMENTAIRE SUR 7 JOURS Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

52 EXEMPLE DUNE RATION pauvre en K + (< 2,5g/j) : MATIN :Boisson (thé, café…), Tartines (pain, beurre, confiture) courgettes persillées MIDI : Taboulé, Poulet rôti, courgettes persillées, fromage blanc, fraises, pain SOIR : Carottes râpées, poisson court bouillon, pomme cuite pâtes, camembert, pomme cuite POTASSIUM (K + ) Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

53 Quelques règles sont à respecter pour combattre : L HYPERKALIEMIE LA PRISE DE POIDS (apport hydrique) LA DENUTRITION LE DESEQUILIBRE PHOSPHO-CALCIQUE HEMODIALYSE ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN S. Grange – F. Rey Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

54 Maximum 5 % du poids du corps Au-delà de 10 % Risque OAP CAUSES : Anurie Anurie Apport hydrique non maîtrisé Apport hydrique non maîtrisé Alimentation trop salée et trop sucrée : soif Alimentation trop salée et trop sucrée : soif LA PRISE DE POIDS (= apport hydrique) S. Grange – F. Rey Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

55 Moyens : Alimentation normo sodée S. Grange – F. Rey LA PRISE DE POIDS (= apport hydrique) Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

56 EVITER : Eaux minérales sodées (Vichy, Badoit, Vals…) Condiments salés (Bouillon cube, viandox…) APPRENDRE A MAITRISER : Plats cuisinés du commerce, conserves Aliments saumurés, fumés Charcuteries Fromages S. Grange – F. Rey LA PRISE DE POIDS (= apport hydrique) Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

57 BUT : RESTRICTION HYDRIQUE RESTRICTION HYDRIQUE 500ml + équivalent de la diurèse S. Grange – F. Rey LA PRISE DE POIDS (= apport hydrique) Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

58 Répartition quotidienne des liquides si anurie : Petit déjeuner : 200 ml Déjeuner : 100 ml Dîner : 100 ml Eau pour Médicaments : 100 ml Total = 500 ml Total = 500 ml S. Grange – F. Rey LA PRISE DE POIDS (= apport hydrique) Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

59 CAUSES : ESSENTIELLEMENT DES LIQUIDES : ESSENTIELLEMENT DES LIQUIDES : Thé, café, jus de fruits, sodas, apéritif, vin, bière, eau des médicaments, du robinet, gazeuse… Thé, café, jus de fruits, sodas, apéritif, vin, bière, eau des médicaments, du robinet, gazeuse… SEULEMENT 2 ALIMENTS : SEULEMENT 2 ALIMENTS : le lait, le potage S. Grange – F. Rey LA PRISE DE POIDS (= apport hydrique) Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

60 Quelques règles sont à respecter pour combattre : L HYPERKALIEMIE L HYPERKALIEMIE LA PRISE DE POIDS (apport hydrique) LA PRISE DE POIDS (apport hydrique) LA DENUTRITION LA DENUTRITION LE DESEQUILIBRE PHOSPHO-CALCIQUE LE DESEQUILIBRE PHOSPHO-CALCIQUE HEMODIALYSE ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

61 CAUSES : Dialyse : Dialyse : Hémodialyse conventionnelle de 4 heures déperdition protéique : Hémodialyse conventionnelle de 4 heures déperdition protéique : 1 à 6 g par séance Perte urinaire (si protéinurie) Perte urinaire (si protéinurie) LA DENUTRITION Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

62 LES MOYENS : ALIMENTATION HYPERPROTIDIQUE 1,2 g de protéines/Kg de poids idéal/jour Haute valeur biologique 50 % dorigine animale LA DENUTRITION Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

63 SI INSUFFISANTE : Anémie Anémie Fonte musculaire Fonte musculaire Fatigue Fatigue Dénutrition Dénutrition MORT MORT SI TROP IMPORTANTE : Acidose Acidose Hyperkaliémie Hyperkaliémie Hyperphosphorémie Hyperphosphorémie RATION CORRECTE LA DENUTRITION Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

64 Quelques règles sont à respecter pour combattre : L HYPERKALIEMIE L HYPERKALIEMIE LA PRISE DE POIDS (apport hydrique) LA PRISE DE POIDS (apport hydrique) LA DENUTRITION LA DENUTRITION LE DESEQUILIBRE PHOSPHO-CALCIQUE LE DESEQUILIBRE PHOSPHO-CALCIQUE HEMODIALYSE ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN

65 CAUSES : Diminution de lélimination rénale de phosphore Diminution de lélimination rénale de phosphore Déficit de la vitamine D3 Déficit de la vitamine D3 Lhyperparathyroïdie secondaire de lIRC Lhyperparathyroïdie secondaire de lIRC DESEQUILIBRE PHOSPHO-CALCIQUE Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

66 Norme : 1,13 à 1,78 mmol/l Éviter la formation de dépôts phosphocalciques qui peuvent engendrer : Des prurits Des prurits Des douleurs articulaires Des douleurs articulaires Une calcification vasculaire Une calcification vasculaire POURQUOI SURVEILLER LE TAUX DE PHOSPHORE ? Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

67 Alimentation adaptée Alimentation adaptée (phosphore : 800 à 1000 mg/jour) (phosphore : 800 à 1000 mg/jour) Médicaments Médicaments Dialyses Dialyses COMMENT DIMINUER LE TAUX DE PHOSPHORE ? Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

68 Ne pas dénutrir Ne pas dénutrir Limiter le phosphore Limiter le phosphore BUTS Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

69 LE PHOSPHORE EST SOUVENT ASSOCIE AUX PROTEINES Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

70 Les protéines animales Les polyphosphates (E 338, E 339, E 340, E 341,E450) Les poissons gras (hareng, dorade, sardine, saumon…) Coquillages et crustacés La Charcuterie (jambon ordinaire, pâtés, salami…) Les abats Les abats (ris de veau, foie, cervelle, rognon, langue, cœur…) Le lait concentré, certains fromages ALIMENTS RICHES EN PHOSPHORE Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

71 CONNAÎTRE LES ALIMENTS ET LEURS EQUIVALENCES AFIN DE « BIEN CHOISIR » Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

72 1 er OUTIL : LAFFICHE Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

73 1 er OUTIL : LAFFICHE Comment est-elle construite ? Les aliments sont classés par famille… … avec les couleurs correspondantes : Rouge = Viande-Poisson-Œufs-Charcuterie Bleu = Fromage et Produits Laitiers Marron = Féculents, etc. Par portion habituellement consommée : Viande= 100g Poisson = 120g Œufs = 2 Fromage = 30g Huîtres n°3 = 6 unités Féculents = 100g (idem diabétiques) ou 40g de pain Glaces = 2 boules Apéritif = 30g Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

74

75 LENQUÊTE ALIMENTAIRE Françoise REY – Diététicienne – AGDUC 29 ème sessions Nationales AFIDTN Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

76 2 ème OUTIL : LOUTIL PEDAGOGIQUE LE SOIN INFIRMIER : prise du médicament (observance, adhésion) ADAPTATION DIETETIQUE LA PRESCRIPTION MEDICALE LOUTILPEDAGOGIQUE Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

77 Journée avec collation prise en dialyse Mr X 13/06/ Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

78 Petit-déjeunerPoidsBillesDéjeunerPoidsBillesDînerPoidsBilles Tasse de café noir 100 ml Salade de tomates 100g Salade verte 40g 1 sucre blanc5gHuile de colza10gHuile de noix10g Pain (baguette)100g Bifteck haché 130g Beurre15gPâtes cuites200gRiz cuit200g Brocolis cuits 100gRatatouille Confiture30gHuile type isio 410gHuile dolive10g Camembert30g Fromage blanc (20%) 100g Sucre blanc10g Pain (baguette)40gPain (baguette)40g 1 pomme 150gAnanas100g Total petit-déjeuner :Total déjeuner :Total dîner : TOTAL DE LA JOURNEE : JOURNEE DE MENU n°1 = 875 mg de phosphore Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

79 Petit-déjeunerPoidsBillesDéjeunerPoidsBillesDînerPoidsBilles Tasse de chicorée 100 mlSalade de Maïs100gSalade verte40g 1 sucre blanc5gHuile de colza10gHuile de noix10g Pain Complet100gFoie de Veau130g Beurre15gEbly200gRiz complet200g Brocolis cuits100gRatatouille100g Confiture30gHuile type isio 410gHuile dolive10g Beaufort30g1 yaourt nature125g Sucre blanc10g Pain 6 céréales40gPain complet40g 1 pomme150gAnanas100g Total petit-déjeuner : Total déjeuner : Total dîner : TOTAL DE LA JOURNEE : JOURNEE DE MENU n°2 = 2025 mg de phosphore Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

80 TRANSPLANTATION ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN Rein du receveur Rein du donneur Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

81 Ménager le greffon : Ménager le greffon : Limiter les protéines Ne pas grossir : Ne pas grossir : Eviter le grignotage Limiter les matières grasses Limiter les sucreries TRANSPLANTATION Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

82 Varier son alimentation Varier son alimentation Boire 1,5 à 2 litres par jour Boire 1,5 à 2 litres par jour Faire du sport et éviter le tabac Faire du sport et éviter le tabac TRANSPLANTATION Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC

83 PRE-DIALYSEDPHDGREFFE RENALE PROTEINES HYPO- PROTIDIQUE HYPER- PROTIDIQUE HYPER- PROTIDIQUE* HYPO- PROTIDIQUE 0,8 g / kg / jour1,4 g / kg / jour1,2 g / kg / jour1,4 g / kg / jour0,8 g / kg / jour ENERGIE30 à 35 Kcal/kg/j RATION HYDRIQUE Adaptée à la diurèse Diurèse conservéeSouvent anuriqueBoire à volonté 1,5 à 2 litres de liquide / jour 1 litre de liquide / jour 0,5 litre de liquide / jour 1,5 à 2 litres de liquide / jour * 3 premiers mois PARCOURS NUTRITIONNEL DE LIRC Sarah GRANGE - Françoise REY – DiététiciennesAGDUC


Télécharger ppt "INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE ET DIETETIQUE AU QUOTIDIEN Sarah GRANGE Diététicienne – AGDUC."

Présentations similaires


Annonces Google