La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES TRAUMATISMES DE LEPAULE ET DU BRAS Cours IFSI 2010 Dr G. Strouk.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES TRAUMATISMES DE LEPAULE ET DU BRAS Cours IFSI 2010 Dr G. Strouk."— Transcription de la présentation:

1 LES TRAUMATISMES DE LEPAULE ET DU BRAS Cours IFSI 2010 Dr G. Strouk

2 Généralités Prise en charge en urgence dune fracture: –Ouverture ou menace cutanée (sepsis) –Grand déplacement –Compression ou plaie vasculaire (ischémie) –Compression nerveuse –Luxation associée Toujours immobiliser à larrivée aux urgences (écharpe, attelle…)

3 Généralités Traitement orthopédique: –Fractures non déplacées –Immobilisation simple (plâtre, écharpe attelle…) –6 semaines en moyenne Traitement chirurgical: –Réduction de la fracture (scopie) –Ostéosynthèse (plaque, vis, clou…) –Immobilisation complémentaire

4 Conduite à tenir pratique Prise des constantes; pouls, TA, T° Déshabiller le membre, couper les vêtements Rechercher un signe de gravité: –Hémorragie, pansement antiseptique –Ischémie: pouls comparatif, chaleur et mobilité des doigts Immobilisation, coude à 90° et main surélevée

5 Anatomie de lépaule Ceinture scapulaire composée de 3 os: –Clavicule –Humérus –omoplate Trois articulations: –Gléno-humérale –Acromio-claviculaire –Scapulo-thoracique

6 Anatomie de lépaule Articulation la plus mobile de lorganisme Mais aussi la plus instable 2 groupes musculaires synergiques: –Deltoïde –Coiffe des rotateurs qui permet la coaptation Sus-épineux Sous-épineux Sous-scapulaire

7 Anatomie de lépaule

8

9 Mécanismes

10 Fractures: solution de continuité Lésions ligamentaires: –Entorses: distension ou rupture complète –Luxations: perte de la congruence articulaire Lésions tendineuses Dans tous les cas il faut: –Immobiliser –Rechercher une complication: pouls, sensibilité

11 Fractures de la clavicule Souvent bénignes Choc direct sur le moignon de lépaule ou chute sur la main en hyper-extension, accidents sportifs… Douleur et déformation Diagnostic à la radio

12 Fractures de la clavicule Souvent peu déplacées Pas dhospitalisation Consolidation en 6 semaines Traitement orthopédique par anneaux de Delbet Cal vicieux hypertrophique

13 Luxations acromio-claviculaires Mêmes mécanismes Atteinte des ligaments acromio-claviculaires et coraco-claviculaires Saillie de lextrémité externe de la clavicule Mobilité en touche de piano et en tiroir saggital

14 Luxations acromio-claviculaires Traitement par écharpe simple pendant 15 jours Traitement chirurgical dans les formes très déplacées –Brochage percutané pendant 6 à 8 semaines –Suture ou laçage

15 Luxations gléno-humérales Antérieure, inférieure ou postérieure Récidives fréquentes Glène plate, concavité donnée par le labrum Stabilité par le complexe capsulo- labral et la coiffe

16 Luxations antérieures Chute sur la main lépaule en ABD et RE Accident sportif Fréquente chez ladulte jeune et personnes âgées Lésion capsulo- ligamentaire ant = lésion de BANKART Rupture de la coiffe (sujets âgés)

17 Luxations antérieures

18 Clinique Epaule très douloureuse « coup de hache externe » Signe de lépaulette Vide sous-acromial Toujours rechercher une complication vasculo- nerveuse (nerf circonflexe) Urgence Pas de réduction sauvage

19 Luxations antérieures Radios –Avant toute réduction –Face et profil –Recherche de fractures associées: encoche postérieure, grosse tubérosité glène

20

21 Luxations antérieures

22 Traitement En urgence avec ou sans anesthésie En douceur Radio de contrôle obligatoire Immobilisation par un Dujarrier 3 à 6 semaines

23 Luxations antérieures Durée dimmobilisation: –6 semaines pour un premier épisode du sujet jeune ou si fracture associée –3 semaines si âge supérieur à 30 ans –Quelques jours si récidives multiples

24 Luxations postérieures Plus rares Après une crise dépilepsie, électrocution, chute sur le bras en RI, choc direct antérieur Clinique: –moins évidente, creux antérieur –Perte de la RI

25 Luxations postérieures Diagnostic sur la radio de profil Traitement: –Réduction –immobilisation

26 Luxations récidivantes Facteurs de risque: –Premier épisode avant 20 ans –Hyperlaxité constitutionnelle –Rupture de coiffe associée –Sports en armé- contré: volley, hand… –Fracture de glène ou grosse encoche lors du 1er épisode

27 Luxations récidivantes Clinique: –Appréhension = sensation dinstabilité –Parfois subluxations –Peu de douleurs –La répétition des luxations aggrave linstabilité –Négliger une instabilité aboutit à une arthrose précoce

28 Luxations récidivantes Lésions anatomiques: –Poche de décollement antérieure –Encoche postérieure –Lésion antérieure de la glène

29 Luxations récidivantes Traitement –Toujours chirurgical –2 techniques: Stabilisation arthroscopique (Bankart)

30 Bankart arthroscopique Premiers agrafages arthroscopiques par Johnson en 1982 BIS ou KT interscalénique et AG Beach chair et traction à 2 Kg

31 Bankart arthroscopique Voie optique postérieure au niveau du soft-point Voie antérieure en dehors de la coracoïde

32 Instabilité chronique: aspect arthroscopique

33 Mise en place des ancres

34 Luxations récidivantes Butée osseuse antérieure (Latarget)

35 Lésions de la coiffe des rotateurs Traumatiques ou dégénératives Sus-épineux, sous-épineux, sous-scapulaire 1 ou plusieurs tendons

36 Lésions de la coiffe des rotateurs Clinique: –Douleur +++ mécanique et nocturne –Impotence fonctionnelle voire épaule pseudo-paralytique –Enraidissement progressif sans kiné –Nombreux tests cliniques non spécifiques

37 Lésions de la coiffe des rotateurs

38

39 –Diagnostic à larthroscanner (référence) –Toujours commencer par la kiné –Evolution progressive vers larthrose

40 Lésions de la coiffe des rotateurs Traitement –Rééducation et infiltrations –Réparation arthroscopique si tendons peu rétractés –Ténotomie simple du biceps –Prothèse dépaule si arthrose

41 Lésions de la coiffe des rotateurs

42 Réparation de la coiffe

43 Fractures de lextrémité supérieure de lhumérus Fracture du col la plus fréquente Fractures parfois complexes si articulaires Fréquente chez lenfant et le sujet âgé

44 Fractures de lextrémité supérieure de lhumérus Clinique: –Traumatisme direct ou indirect –Douleur, déformation et impotence fonctionnelle –Ecchymose brachio- thoracique –Rechercher une complication vasculo- nerveuse

45 Fractures de lextrémité supérieure de lhumérus Radios et scanner –Font le diagnostic –Orientent le TTT

46 Fractures de lextrémité supérieure de lhumérus Traitement orthopédique: –Pour les fractures peu déplacées –Dujarrier 6 semaines –Puis rééducation douce mais longue

47 Fractures de lextrémité supérieure de lhumérus Traitement chirurgical: –Pour les fractures déplacées –Embrochage ou enclouage –Prothèse humérale si fracture comminutive ou à grand déplacement

48 Fractures de lextrémité supérieure de lhumérus

49

50

51

52 Fractures de la diaphyse humérale Accident de la voie publique, chute sur la main en hyperextension Douleur et déformation, impotence fonctionnelle complète

53 Fractures de la diaphyse humérale Toujours rechercher une atteinte du nerf radial: –Perte de lextension active des doigts –Hypoesthésie de la face dorsale de la 1ere commissure

54 Fractures de la diaphyse humérale Traitement: –Souvent chirurgical –Broches, clous, plaques vissées –Libération du nerf si nécessaire

55 Fractures de la diaphyse humérale

56 Surveillance dun plâtre Prévention dune compression –Membre surélevé 24 à 48 heures –Surveillance régulière –Être à lécoute dune douleur sous plâtre –Coloration, sensibilité et mobilité des doigts –Œdème des doigts –Plâtre serré Dans le doute, bivalver le plâtre

57 Surveillance dun plâtre Syndrome de Volkmann Compression par le plâtre ou secondaire au traumatisme (haute énergie) Sujets jeunes +++ Engorgement veineux de la loge musculaire Évolution rapide et gravissime: urgence

58 Surveillance dun plâtre Clinique du syndrome de Volkmann: –Douleurs intenses et insomniantes –Doigts en crochet avec extension passive très douloureuse –Masses musculaires tendues à la palpation –Œdème des doigts –Cyanose, diminution de la recoloration pulpaire –Disparition du pouls tardive, signe lischémie aigue

59 Syndrome des loges

60

61

62

63

64

65

66


Télécharger ppt "LES TRAUMATISMES DE LEPAULE ET DU BRAS Cours IFSI 2010 Dr G. Strouk."

Présentations similaires


Annonces Google