La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pr Charles-Hugo Marquette L’imagerie thoracique pour l’ECN Leçon 5: syndromes alvéolaires et interstitiels.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pr Charles-Hugo Marquette L’imagerie thoracique pour l’ECN Leçon 5: syndromes alvéolaires et interstitiels."— Transcription de la présentation:

1 Pr Charles-Hugo Marquette L’imagerie thoracique pour l’ECN Leçon 5: syndromes alvéolaires et interstitiels

2 Syndrome alvéolaire séméiologie

3 Pr Marquette 2011 Étiologie - nosologie  Comblement des alvéoles par du liquide  Œdème, pus par des cellules  Polynucléaires  cellules cancéreuses)  synonymes :  Condensation pulmonaire (lung consolidation *)  Comblement alvéolaire  Opacité parenchymateuse  Infiltrat (infiltrate *)  Pneumonie, bronchopneumonie  Œdème pulmonaire * Terminologie anglo-saxone

4 Pr Marquette 2011 Caractéristiques sémiologiques  Hyperdensité(s) du parenchyme pulmonaire dont la densité est suffisante pour effacer  les scissures  les contours des vaisseaux  les parois bronchiques contenant un bronchogramme aérien (inconstant)  mieux visible sur le scanner

5 Pr Marquette 2011 Caractéristiques sémiologiques  Hyperdensité(s) dont la topographie est soit bien limitée,  à un poumon, à un lobe ou à un segment  en général uni-latérale (au début) soit mal limitée en général bilatérales d’emblée  soit à disposition péri-hilaire synonyme = en aile de papillon / hilifuge  soit disséminées  Évolution en général rapide (aggravation ou régression) = systématisée (appui scissural)

6 Pr Marquette 2011 la densité est suffisante pour effacer la scissure (  ) les contours des vaisseaux les parois bronchiques Condensation (systématisée au segment postérieur du lobe supérieur droit)

7 Bronchogramme aérien (ou aérique)  image en négatif de la lumière bronchique claire (air) au sein de la condensation pulmonaire * En anglais: air bronchogram

8 Condensation  Systématisée (lobe inférieur gauche)  effaçant les vaisseaux et les parois bronchiques  limité par la grande scissure (flèche)  contenant un bronchogramme aérien (*) Bronchogramme aérien * * * * * * * * *

9 Attention:quand on voit les parois bronchiques ailleurs qu’au sein d’une opacité on ne parle pas de bronchogramme aérien Ceci n’est pas un bronchogramme

10 Pr Marquette 2011 Systématisé vs non systématisé Même radio avec  opacité  systématisée du lobe supérieur droit  limité par la petite scissure (  )  non rétractile  effaçant les vaisseaux  contenant un bronchogramme aérien (    ) Radio de thorax normale

11 Pr Marquette 2011 Radio de thorax normaleMême radio avec  opacités bilatérales,  mal limitées  à contours flous  confluentes (flèches)  synonymes: infiltrats bilatéraux non systématisés ou opacités infiltratives non systématisées bilatérales Systématisé vs non systématisé

12 Pr Marquette 2011 Même radio avec  opacités bilatérales, mal limitées,  à contours flous (flou péri-hilaire)  à disposition péri-hilaire  effaçant les vaisseaux  synonymes: infiltrats bilatéraux non systématisés en « ailes de papillon » ou hilifuges Radio de thorax normale Systématisé vs non systématisé

13 Pr Marquette 2011 Systématisé vs non systématisé Aile du papillon Opacités en «ailes de papillon» = caractéristiques des oedèmes pulmonaires hémodynamiques (cardiogéniques). Séquence évolutive: les opacités sont à point de départ hilaire (hilifuges), respectant la périphérie du poumon puis s’étendent vers le bas et le dehors, en respectant les sommets, puis concernent la totalité des champs pulmonaires.

14 Syndrome alvéolaire exemples

15 Pr Marquette 2011 Pneumonie franche lobaire aigue n°1 Opacité  systématisée  effaçant les vaisseaux  du lobe supérieur droit  limité par les scissures petite scissure (petite flèche rouge) grande scissure (grande flèche rouge)  contenant un bronchogramme aérien (flèches noires)

16 Syndrome alvéolaire systématisée de la quasi- totalité du lobe supérieur droit Pneumonie franche lobaire aigue n°2 Pr Marquette 2011

17 Bronchogramme mieux visualisé  sur le cliché agrandi  sur le scanner Pneumonie franche lobaire aigue n°2

18 Syndrome alvéolaire systématisée de la quasi-totalité du lobe supérieur droit Pneumonie franche lobaire aigue n° 3

19 Bronchogramme aérique visualisé sur le cliché agrandi Pneumonie franche lobaire aigue n° 4 associé à un épanchement pleural dans la petite scissure

20 Pr Marquette 2011 Opacité systématisée du lobe inférieur droit limité par la grande scissure droite (flèche) non rétractile effaçant les vaisseaux contenant un bronchogramme aérien Opacité partielle du lobe inférieur gauche non rétractile n’effaçant pas les vaisseaux flèches  Nb : la grande scissure gauche est signalée (flèches) Hémorragie alvéolaire

21 Pr Marquette 2011 Pneumonie aigue virale Opacités non systématisées bilatérales effaçant plus ou moins les vaisseaux contenant pour certaines un bronchogramme aérien  Nb : grande scissure gauche est signalée (double flèche) synonymes:  infiltrats bilatéraux non systématisés ou opacités infiltratives non systématisées bilatérales

22 Carcinome bronchiolo-alvéolaire* Opacité systématisée, effaçant les vaisseaux et les parois bronchiques bronchogramme aérien grande scissure gauche Condensation partielle lobaire supérieur gauche (lingula) * Forme particulière de cancer pulmonaire caractérisée par le comblement des alvéoles par des cellules tumorales avec respect de l’architecture pulmonaire

23  Opacités bilatérales mal limitées à contours flous hilifuges  synonyme: infiltrats bilatéraux non systématisés en « ailes de papillon » avec flou péri-hilaire Œdème pulmonaire aigu cardiogénique Ceci est un drain pleural qui n’a rien à voir avec l’affaire …

24 Syndrome interstitiel séméiologie

25 Pr Marquette 2011  Ensemble des signes radiologiques qui témoignent de l'atteinte de l'un ou de plusieurs des 3 compartiments du tissu interstitiel pulmonaire (voir leçon 2, dias 11 à 14). tissu conjonctif de soutien des axes broncho-vasculaires, cloisons interlobulaires et intra-lobulaires tissu sous-pleural ATTENTION : à l’état normal on ne voit pas le tissus interstitiel  La présence d’un syndrome interstitiel témoigne de l'augmentation d'épaisseur des structures interstitielles consécutif à une infiltration liquidienne par stase veineuse (ex: oedème interstitiel) un engorgement (ex: lymphangite carcinomateuse métastatique) une prolifération cellulaire ou de tissu anormal (ex: granulomes, fibrose interstitielle diffuse, …). Étiologie - nosologie

26 Pr Marquette 2011  Les syndromes interstitiels (SI) ont initialement été décrits à partir de la radio de thorax sur laquelle on peut voir des opacités  nodules  lignes  réticulations : quand les lignes se croisent et donnent un aspect de filet (réseau) à mailles plus ou moins larges diffuses, non systématisées bilatérales Symétriques  Évolution Lente (en général) Séméiologie sur la Radiographie de thorax

27 Pr Marquette 2011  Limites de la radio de thorax Comparé au scanner, elle inadaptée pour le diagnostic et la surveillance des SI en raison :  d’une mauvaise résolution spatiale  d’un effet de sommation qui ne permet pas une analyse sémiologique fine (l’ensemble des opacités du poumon est projeté sur un seul plan)  Nombreux jeunes médecins voient des SI sur toutes les radios car les vaisseaux pulmonaires à l’état normal donnent un aspect de nodules et de lignes …  Comment reconnaitre un SI sur une radio de thorax ? 1.Bien se mettre dans l’œil l’aspect d’une radio de thorax normale 2.Penser au SI, chaque fois qu’on a l’impression de voir trop d’opacités, mal définies, réparties symétriquement à droite et à gauche (voir dia suivante) Séméiologie sur la Radiographie de thorax

28 Radio normale Pr Marquette 2011

29 Ceci est une autre radio de thorax normale Pr Marquette 2011

30 syndrome interstitiel réticulo-nodulaire prédominant dans les champs pulmonaires supérieurs et moyens Pr Marquette 2011

31 syndrome interstitiel réticulo-nodulaire prédominant dans les champs pulmonaires supérieurs et moyens Pr Marquette 2011

32 Si ça ne vous saute pas aux yeux mettez les deux radios l’une à côté de l’autre normale Pr Marquette 2011

33 Ceci est un autre syndrome interstitiel réticulo-nodulaire Pr Marquette 2011

34 Si ça ne vous saute pas aux yeux mettez une radios à côté pour comparaison normale

35 Pr Marquette 2011 Les syndrome interstitiel se caractérisent par 5 types d’opacités 1.des hyperdensités condensations images en « verre dépoli » 2.des nodules 3.des lignes et des réticulations 4.des épaississements péribronchovasculaires 5.des images en « rayon de miel » 6.Et par des images indirectes: les bronchectasies par traction Séméiologie sur le scanner

36 Avant de commencer remettez-vous dans l’œil l’aspect d’un scanner normal

37 Pr Marquette 2011 Ce sont exactement les mêmes que celles qui ont été vues dans le syndrome alvéolaire : opacités denses effaçant les scissures, les contours des vaisseaux et les parois bronchiques ± bronchogramme aérique En effet, le compartiment alvéolaire peut aussi être concerné dans les syndromes interstitiels, notamment dans les étiologies de syndromes interstitiels aigus (œdème pulmonaire aigu, pneumonies infectieuses …) 1- Hyperdensités - Condensations Pneumonie organisée cryptogénique (POC) se traduisant par des condensations bilatérales, de densité variables, à limites floues ou nettes, de localisation périphérique, certains contenant un bronchogramme aérique

38 Pr Marquette 2011  Opacités peu dense,  n’effaçant pas les contours des vaisseaux ni les parois bronchiques  Répartition et intensité très variables verre dépoli 1- Hyperdensités – verre dépoli

39 Pr Marquette 2011 Définition  Miliaire (grain de mil)< 3 mm Micronodules< 6 mm Nodules6 – 10 mm Macronodules10 – 30 mm Masse> 3 cm 2- Nodules

40 Pr Marquette 2011 miliaire tuberculeuse : micronodules à contours nets, < 3 mm, de distribution diffuse dans le parenchyme pulmonaire. De gauche à droite et de haut en bas : radiographie de thorax, même cliché, zoom sur le lobe inf droit, scanner thoracique, coupe en fenêtre parenchymateuse ; comparaison au même niveau de coupe d’un poumon droit normal (A) avec et l’aspect de la miliaire de ce patient (B)

41 A gauche:Parenchyme pulmonaire normal. A droite:Sarcoïdose avec micronodules à distribués en sous pleural (plèvre pariétale et le long des scissures) et le long des parois bronchiques et des vaisseaux. Il résulte de cette distribution une irrégularité et un épaississement des parois bronchiques. La grande scissure est marquée par les flèches.

42 Poumon normal Micronodules à contours flous (dans le cadre d’une bronchiolite infectieuse)

43 Pr Marquette 2011 Nodules et macronodules (métastases d’un cancer du colon) dont certains sont confluents (double flèche)

44 Pr Marquette Lignes et réticulations linéaires  Les opacités linéaires traduisent  le plus souvent atteinte des cloisons interlobulaires et intra-lobulaires  plus rarement des bandes de fibrose cicatricielle ou atélectasie en bandes très périphériques réticulaires*On parle d’opacités réticulaires* filet  quand les opacités linéaires s'entrecroisent et donne un aspect en filet (réseau) dont les mailles sont plus ou moins larges * du latin rete, le filet (en anglais network)

45 Pr Marquette Lignes et réticulations 1- réticulations inter-lobulaires  Lignes nettes dessinant un filet à larges mailles polyédriques Correspondant aux cloisons inter- lobulaires (voir leçon 2, dias 11 à 14).  Elles peuvent avoir 2 aspects 1.Lisses et régulières:  œdème pulmonaire, obstruction lymphatique ou veineuse pulmonaire 1.Nodulaires ou irrégulières:  lymphangite, sarcoidose, fibrose pulmonaire idiopathique….

46 Lignes nettes dessinant un filet à larges mailles polyédriques, au sein duquel on distingue souvent un point dense (correspondant à l’artère centro-lobulaire)

47 Artère centrolobulaire Septa inter-lobulaires Image de réseau à larges mailles de forme polyédrique (flèches fines), lisses au centre de chaque polyèdre on distingue l’artère centrolobulaire (flèches épaisses) Il ne s’agit pas de kystes car dans les polyèdre il y a du parenchyme pulmonaire

48 Pr Marquette 2011 Kerley B Sur le cliché de thorax  les septa inter-lobulaires épaissis correspondent aux les lignes de Kerley situées au niveau des bases perpendiculaires à la plèvre reliées à celle-ci courtes ( 2 à 3 cm de longueur)

49 3- Lignes et réticulations suite 2- réticulations intra-lobulaires  Épaississement de l’interstitium intra-lobulaire  Opacités linéaires entrecroisées agencées en réseau « à petites mailles »

50 Réticulations intra lobulaires

51 4- Epaississements péri-bronchovasculaires  Réguliers : impossible à différencier d’un épaississement des parois bronchiques, non spécifiques  Irréguliers (spiculé ou nodulaire): plus spécifique de quelques affections (lymphangite, sarcoïdose) Epaississements péri-broncho vasculaires irréguliers Scanner normal, à peu près au même niveau de coupe

52 A gauche:Parenchyme pulmonaire normal. A droite:Sarcoïdose avec micronodules à distribués en sous pleural et le long des parois bronchiques et des vaisseaux. Il résulte de cette distribution une irrégularité et un épaississement des parois bronchiques (  ) et une irrégularité des parois des vaisseaux (  ).

53 Pr Marquette 2011 Kystes à parois épaisses = RAYON DE MIEL (nid d’abeille)  espaces kystiques aériques limités par des parois épaissies faites d’un tissu dense et fibreux  jointifs  Disposés en couches dans les territoires périphériques sous- pleuraux 5- images en « rayon de miel »

54 kystes aériques limités par des parois épaisses

55 Pr Marquette Bronchectasies « par traction »  il ne s’agit pas à proprement de bronchectasies car la paroi bronchique est normale  elles résultent de la traction exercée sur les parois bronchiques quand l’élasticité du parenchyme diminue qu’elle qu’en soit la cause de la fibrose pulmonaire  elles ne partagent pas les conséquences habituelles des bronchectasies (infection, hémoptysie)

56 Bronchectasies « par traction » au cours d’une fibrose pulmonaire idiopathique

57 Syndrome interstitiel exemples

58 multiples plages de verre dépoli (poumon médicamenteux au méthotrexate)

59 Pr Marquette 2011 Métastases pulmonaires d’un cancer thyroïdien : nodules et macronodules à contours nets (on note aussi l’existence d’un épanchement pleural droit)

60 Scanner du patient correspondant à la radio de la dia 30: lésions nodulaires diffuses à disposition péri-bronchovasculaire et sous-pleurale (sarcoïdose)

61 Pr Marquette 2011 Radio et scanner du patient correspondant la dia 30 et 60: l’effet de sommation de la radio rend compte de l’aspect de cette sarcoïdose sur la radio de thorax

62 Pr Marquette 2011 H 45 ans. Ancien toxicomane. Syndrome interstitiel aigu (dyspnée + infiltrats bilatéraux) fébrile correspondant à une pneumocystose révélatrice d’un SIDA

63 images en rayons de miel + probables bronchectasies par traction au cours de l’évolution fibrosante d’une pneumopathie interstitielle compliquant une polyarthrite rhumatoïde

64 Pr Marquette 2011 Miliaire tuberculeuse


Télécharger ppt "Pr Charles-Hugo Marquette L’imagerie thoracique pour l’ECN Leçon 5: syndromes alvéolaires et interstitiels."

Présentations similaires


Annonces Google