La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

COLLEGE AU CINEMA LE CAMERAMAN Edward Sedgwick 1928.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "COLLEGE AU CINEMA LE CAMERAMAN Edward Sedgwick 1928."— Transcription de la présentation:

1 COLLEGE AU CINEMA

2 LE CAMERAMAN Edward Sedgwick 1928

3

4 1895 : Naissance de Joseph Frank Keaton 1899 : Débuts sur les planches 1909 : Tournée à Londres 1917 : Rencontre de « Fatty » Arbuckle 1918 : En France sous les drapeaux : 19 courts-métrages 1921 : Mariage. Scandale Arbuckle 1922 : Buster Keaton Productions : Huit longs-métrages 1928 : Contrat avec la MGM. Le Cameraman

5 : Neuf films sonores à la MGM 1932 : Divorce. Alcoolisme 1933 : Rupture du contrat MGM. Mariage : Deux films en Europe. 16 courts-métrages éducatifs. Divorce en : Cures de désintoxication : Nouveaux contrats MGM 1949 : The Buster Keaton Comedy Show 1957 : The Buster Keaton Story 1962 : Hommage de la Cinémathèque 1966 : Mort de Buster Keaton

6 Documentation wwww wwww wwww.... llll eeee ---- cccc aaaa mmmm eeee rrrr aaaa mmmm aaaa nnnn.... cccc oooo mmmm

7 Préparation Histoire du cinéma : le muet, le premier cinéma, le slapstick Le dispositif cinématographique Le rire Le gag Chaplin, Laurel et Hardy, Keaton, Harold Lloyd, Mack Sennett, Roscoe Arbuckle (Fatty), Harry Langdon, etc.

8 Le premier cinéma

9 1895 Invention du cinématographe par Auguste et Louis Lumière 1896 Colorisation au pochoir 1897 Georges Méliès construit le premier studio de prises de vues Premières actualités cinématographiques (guerre hispano-américaine) 1905 Création des usines Pathé Premiers dessins animés d'Emile Cohl 1908 ``L'assassinat du Duc de Guise'' de Le Bargy et Calmettes, produit par la société Les Films d'Art Construction de studios en Californie (Hollywood)

10 Lâge dor du muet

11 1913 Cabiria, première superproduction 1914 Débuts de Charlie Chaplin 1915 Naissance dune Nation - Forfaiture Mise au point du Technicolor 1920 Le Cabinet du Docteur Cagliari 1921 Le Kid - Nosferatu - LEtroit Mousquetaire 1922 Docteur Mabuse 1924 Navigator 1925 Mise au point du Cinémascope - Le Cuirassée Potemkine 1926 Métropolis - Ben Hur - Le Mécano de la Générale 1927 LAurore - Octobre - Le Vent - Napoléon 1927 ``Le Chanteur de jazz'' de Crosland 1928 Jeanne dArc 1929 Loulou

12 Axes de lecture Les scènes Les personnages (rôles et fonctions) Un héros maladroit ? Les chutes Les expressions du visage du héros Le cinéma

13 Limage rémanente Les séquences Quel but poursuit le héros ? Quels obstacles ? Quelles aides ? Les cartons Se souvenir du film

14 Thèmes de réflexion et prolongements Linformation Limage, son pouvoir, ses limites Quel rôle pour le son au cinéma ? Imaginez les dialogues vus mais inouïs Imaginez la suite du film (le mariage ? un reportage ? La vengeance du rival ? des poursuites policières ? etc.)

15 Scénario La rencontre (4 min.) Buster retrouve Sally à la MGM (5 min.) Il devient reporter (9 min.) Un dimanche mouvementé (22 min.) Lundi la guerre des Tong (12 min.) Mardi la régate (4 min.) Mercredi : happy-end (3 min.)

16 Le cinéma selon Keaton Textes extraits de « Slapstick » (1964)

17 Buster A lâge de six mois, je dégringolai lescalier et éclatai en sanglots. Houdini, qui se trouvait là, me ramassa et sexclama : « Regardez-moi ce Buster ! » (gros malin) Si je ne me suis jamais rien cassé en scène, cest parce que jévitais de me recevoir sur la nuque, la colonne vertébrale, le coude ou le genou. Il faut aussi savoir quels muscles durcir et quels muscles relâcher. Cest tout bête.

18 Le cinéma dans les années 20 Pour moi, la grande révélation du cinéma, cest quil pouvait aller infiniment plus loin que le théâtre. (…) La caméra ne connaissait aucune limite. Sa scène cétait le monde entier. A Hollywood, cétait lopulence sous le soleil. (…) Car cétait ce que nous étions devenus : une industrie qui envahissait le monde. (…) On construisait partout des salles magnifiques, où les amateurs de cinéma se trouvaient comme des rois. Lâge dor du comique ne faisait que commencer. Les temps étaient proches où les comédies de Chaplin, Lloyd ou moi-même dépassaient en succès les films des stars romantiques

19 La liberté du créateur Comparativement à notre façon de travailler,je suis atterré par le je-men-foutisme des comiques daujourdhui. Cest probablement une des raisons de la degénerescence du comique depuis lavènement du parlant. Ce nest pas la seule. Au temps du muet, tout nous était permis, et nous osions tout. Aucun financier sans humour ne nous contrôlait. Nous seuls décidions de ce quil fallait mettre dans un film pour arracher les rires du public. Tout ce que nos employeurs demandaient, cétait que nos films rapportent des fortunes, et cétait le cas.

20 Buster acrobate En ma qualité de vieil expert ès chutes, cest moi qui ai appris à St John à utiliser des rembourrages, ce qui ne lui était jamais venu à lesprit. Il amortissait ses chutes avec les mains et les épaules, ce qui lui valu pas mal de fractures. Je ne me prends pas pour un acrobate, seulement la moitié dun. Je savais tomber, ça oui, mais cétait de naissance ! Plus tard, jai appris quelques trucs comme le saut périlleux arrière et les papillons, enchaînements de soleils sans toucher le sol des mains.

21 Plaies et bosses Les scènes casse-gueule, nous les répétions rarement, tant nous risquions de nous faire très mal et de ne pas pouvoir recommencer. La première prise devait être la bonne. Quelques années plus tard, je me fracturais la nuque en tournant Sherlock Junior. Mais je ne men aperçus que longtemps après. Cest au cours dun examen de routine que mon docteur me demanda comment je métais fait cette fracture qui, évidemment, sétait ressoudé depusi belle lurette.

22 Charlot et Buster Je suis toujours étonné quand les gens parlent des resemblances entre les personnages que Charlie et moi avons interprétés à lécran. Pour moi, il y a une différence fondamentale ; le vagabond Charlot est un marginal, avec une mentalité de marginal. Sympathique, mais prêt à voler à la moindre occasion. Mon petit personnage était travailleur mais honnête. (…) Si mon petit héros passait devant une boutique mais navait pas de quoi acheter, il essaierait aussitôt de trouver un emploi afin de gagner de largent.

23 Images du film

24 Le personnage Buster

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35 Lart de la chute

36

37

38

39

40

41

42

43

44

45

46


Télécharger ppt "COLLEGE AU CINEMA LE CAMERAMAN Edward Sedgwick 1928."

Présentations similaires


Annonces Google