La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Conférence de lAssociation des juristes dexpression française du Manitoba Récents développements dans le domaine des droits linguistiques Rétrospective.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Conférence de lAssociation des juristes dexpression française du Manitoba Récents développements dans le domaine des droits linguistiques Rétrospective."— Transcription de la présentation:

1 1 Conférence de lAssociation des juristes dexpression française du Manitoba Récents développements dans le domaine des droits linguistiques Rétrospective sur lévolution des droits linguistiques au Manitoba Le samedi 28 novembre 2009 GUY JOURDAIN Secrétariat aux affaires francophones

2 2 Garanties constitutionnelles et législatives en matière de bilinguisme législatif et judiciaire au Manitoba Thème principal 2

3 3 Plan de la présentation 1) Les débuts du Manitoba : Le rêve brisé 2) Essor national du bilinguisme depuis 40 ans 3) La saga des droits linguistiques au Manitoba – Années 1970 et )La mise en œuvre des garanties de bilinguisme législatif et judiciaire depuis leur rétablissement 5)La réalité daujourdhui et perspectives davenir 6)Coordonnées 3

4 4 Partie 1 Les débuts du Manitoba : Le rêve brisé 4

5 5 Composition linguistique de la population : Garanties constitutionnelles visant à assurer que la dualité linguistique se perpétue – Loi de 1870 sur le Manitoba Article 22 : Protection des écoles confessionnelles (protection du français tenue pour acquise) Article 23 : Statut officiel du français et de langlais dans les institutions législatives et judiciaires Entrée du Manitoba dans la fédération canadienne en 1870 – Garanties de bilinguisme visant les principales institutions publiques 5

6 6 Abolition des droits des francophones en 1890 Abolition des écoles confessionnelles subventionnées par lÉtat et création dun réseau scolaire unique et non confessionnel dans lequel langlais est la seule langue denseignement permise. The Official Language Act – Abolition du statut officiel du français au sein des institutions législatives et judiciaires. 6

7 7 La loi de 1890 intitulée The Official Language Act était manifestement inconstitutionnelle. Dailleurs, au cours des quelques années qui ont suivi, les tribunaux inférieurs nont pas hésité à rendre des jugements la déclarant invalide. Toutefois, la province na pas interjeté appel de ces jugements et elle sest contentée de les balayer sous le tapis. Jurisprudence Pellant c. Hébert, Cour de comté du Manitoba, mars 1892, (1981) 12 R.G.D. 242 Bertrand c. Dussault, Cour de comté du Manitoba, 30 janvier 1909, (1977) 77 D.L.R. (3d) – 1910

8 8 Compromis Laurier-Greenway en Sous le premier ministre Wilfrid Laurier, le gouvernement fédéral négocie avec le gouvernement provincial un accord appelé le compromis Laurier-Greenway qui autorise : - lenseignement bilingue (anglais-français, anglais- allemand, anglais-polonais, anglais-ukrainien, etc.); - lenseignement de la religion en dehors des heures normales de classe. Sursis de 20 ans

9 9 Abolition définitive des écoles françaises en 1916 Abolition du compromis Laurier-Greenway. À nouveau, langlais devient la seule langue denseignement permise dans les écoles publiques. Lenseignement en français se fait dans la clandestinité. Cest le début dune période de grande noirceur. Développement graduel dune mentalité de minoritaire et dun réflexe selon lequel tout ce qui se rattache au gouvernement ou à lécole se passe en anglais.

10 10 Comme le fait valoir Frances Russell dans son ouvrage intitulé Manitoba's Role in Canada's Great Divide – The Canadian Crucible, le Manitoba se trouve, dun point de vue historique, à la ligne de démarcation entre deux grandes conceptions diamétralement opposées du Canada, cest-à-dire : Dune part, une vision bidimensionnelle selon laquelle notre pays constitue une fédération dont les assises sont ancrées dans le pacte solennel conclu entre les deux peuples fondateurs; Dautre part, une vision unidimensionnelle selon laquelle nous vivons dans un pays où une seule nation, une seule langue et une seule culture sont reconnues officiellement et où les francophones sont considérés comme étant essentiellement sur le même pied que les autres groupes ethnolinguistiques. 10 Origine des tensions linguistiques au Manitoba

11 11 Partie 2 Essor national du bilinguisme depuis 40 ans 11

12 12 Commission Laurendeau-Dunton sur le bilinguisme et le biculturalisme Adoption de la Loi sur les langues officielles (Canada et Nouveau-Brunswick) Appui fédéral aux minorités francophones à lextérieur du Québec Fin des années 1960 – Début dun renouveau 12

13 Entrée en vigueur de la Charte canadienne des droits et libertés Articles 16 à 22 – Garantie de bilinguisme au sein des institutions législatives, judiciaires et administratives (Canada et Nouveau-Brunswick) Article 23 – Protection constitutionnelle du droit à léducation en français Article 14 – Le droit à lassistance dun interprète est accordé aux personnes ne comprenant pas la langue de linstance. Il est donc dun effet pratique limité dans notre milieu francophone minoritaire.

14 Adoption de la nouvelle Loi sur les langues officielles du Canada Nouveau cadre législatif énonçant les modalités de mise en œuvre des garanties prévues aux articles 16 à 22 de la Charte canadienne des droits et libertés Bonification de la partie XVII du Code criminel – Les articles 530 et suivants du Code criminel garantissent aux justiciables le droit à une enquête préliminaire et à un procès pénal tenus dans la langue officielle de leur choix.

15 15 Autres indicateurs de progrès Le taux dacceptation du bilinguisme officiel est maintenant très élevé au sein de la population canadienne. Nombre important délèves inscrits dans les écoles dimmersion française. Adoption de lois ou de politiques sur les services en français ou sur les langues officielles, dans bon nombre de provinces et territoires. Création de la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne. 15

16 16 Partie 3 La saga des droits linguistiques au Manitoba – Années 1970 et

17 Affaire Forest – La Cour suprême du Canada déclare inconstitutionnelle la loi de 1890 qui abolissait le statut officiel du français au sein des institutions législatives et judiciaires Le français redevient donc langue officielle à lAssemblée législative et devant les tribunaux 17

18 18 Dans larrêt Forest, la Cour suprême ne sest toutefois pas prononcée pas sur les conséquences de linvalidité de The Official Language Act et elle a donc laissé beaucoup de questions sans réponse. En 1980, Roger Bilodeau, alors étudiant en droit, conteste devant la Cour provinciale la validité de deux lois unilingues anglaises, à savoir : The Highway Traffic Act (Code de la route); The Summary Convictions Act (Loi sur les poursuites sommaires). En 1981, M. Bilodeau porte sa cause devant la Cour dappel et la majorité rend une décision étonnante selon laquelle le mot « shall » employé dans la version anglaise de larticle 23 ne possède pas de connotation impérative ou obligatoire et laisse donc la province libre dadopter ou non ses lois dans les deux langues. Roger Bilodeau sapprête alors à interjeter appel auprès de la Cour suprême du Canada – 1983

19 – 1983 (suite) Étant donné la possibilité réelle que la Cour suprême déclare invalides les lois unilingues anglaises, le gouvernement du Manitoba, le gouvernement du Canada et la Société franco- manitobaine négocient une entente. En 1983, le gouvernement provincial dépose un projet de résolution à lAssemblée législative pour donner effet à cette entente.

20 – 1984 Crise linguistique Projet de résolution visant à modifier la Constitution pour : éliminer la nécessité de traduire un nombre considérable de lois désuètes; en échange, accorder aux francophones du Manitoba le droit constitutionnel à recevoir les services du gouvernement provincial dans leur langue; ce projet déclenche un tollé de protestations et nest jamais adopté. 20

21 Renvoi sur les droits linguistiques au Manitoba La Cour suprême déclare que toutes les lois unilingues anglaises du Manitoba sont invalides et que, pour éviter le chaos juridique, elles seront réputées valides pendant la période minimale de temps nécessaire afin quelles soient traduites en français et réadoptées dans les deux langues.

22 (suite) Elle indique que : L'objet de l'article 23 de la Loi de 1870 sur le Manitoba [...] est d'assurer aux francophones et aux anglophones l'accès égal aux corps législatifs, aux lois et aux tribunaux. Elle précise en outre que : Larticle 23 de la Loi de 1870 sur le Manitoba est une manifestation spécifique du droit général quont les Franco- Manitobains de sexprimer dans leur propre langue.

23 Renvoi de 1992 sur les droits linguistiques au Manitoba. La Cour suprême du Canada statue que les décrets « de nature législative » sont assujettis à lobligation de bilinguisme prévue à larticle 23 de la Loi de 1870 sur le Manitoba.

24 24 Partie 4 La mise en œuvre des garanties de bilinguisme législatif et judiciaire depuis leur rétablissement

25 25 Bilinguisme législatif En novembre 1995, la Cour suprême du Canada a établi léchéancier de traduction des lois et règlements du Manitoba. La province devait traduire en français et réadopter dans les deux langues : ses lois dintérêt public, ses règlements et les règles de procédure des tribunaux – avant le 31 décembre 1988; ses autres lois (principalement des lois dintérêt privé et des lois municipales) – avant le 31 décembre On peut affirmer de manière générale que cet échéancier a été respecté. Lensemble des lois et règlements du Manitoba sont donc maintenant bilingues.

26 26 Bilinguisme judiciaire De manière générale, les gouvernements fédéral et provincial nomment aux divers tribunaux judiciaires un nombre suffisant de juges capables dentendre des causes directement en français et en anglais, sans laide dinterprètes. Le gouvernement provincial a mis sur pied un tribunal itinérant composé dune équipe entièrement bilingue (juges, procureurs de la Couronne, avocats de lAide juridique, greffiers, shérifs, etc.) qui siège mensuellement au palais de justice à Saint-Boniface et au Centre de services bilingues à Saint-Pierre-Jolys. Le gouvernement provincial a aussi adopté un ensemble de mesures visant à favoriser la nomination aux tribunaux quasi- judiciaires dun plus grand nombre de personnes capables de sexprimer couramment en français et en anglais. 26

27 27 Partie 5 La réalité daujourdhui et perspectives davenir

28 28 Changements démographiques Francophonie plurielle : Identité éclatée ou à géométrie variable (principalement en raison des mariages exogames et de limmigration). Hausse de la demande de services attribuable à la présence dun plus grand nombre dunilingues francophones. 28

29 29 Éléments nécessitant des mesures proactives pour améliorer laccès à la justice en français le droit de la famille; le droit pénal; le droit de limmigration. Formation et recrutement dun plus grand nombre dauxiliaires de la justice bilingues. Changement de vieux réflexes au sein de la population francophone. Augmentation du nombre davocats bilingues du secteur privé qui exercent dans les domaines du droit où la demande est la plus forte, notamment : 29

30 30 Programme dappui aux droits linguistiques –Remplace le Programme de contestation judiciaire –Axé sur les droits linguistiques exclusivement –Budget initial de 4,5 millions de dollars, échelonné sur trois ans –Administré par l'Université d'Ottawa depuis le 9 septembre 2009 –Doté d'un comité d'experts dont les membres ont été nommés le 29 octobre 2009 –Personnel en voie d'embauche –Catégories d'activités financées recours judiciaires conciliation, médiation et autres modes amiables de règlement des litiges vulgarisation et sensibilisation du grand public relativement aux droits linguistiques Site de l'Université d'Ottawa : Site de Patrimoine canadien :

31 31 Partie 6 Coordonnées

32 32 Coordonnées Secrétariat aux affaires francophones Palais législatif, bureau 46 Winnipeg (Manitoba) R3C 0V8 Téléphone : Sans frais : Télécopieur : C. élec. :


Télécharger ppt "1 Conférence de lAssociation des juristes dexpression française du Manitoba Récents développements dans le domaine des droits linguistiques Rétrospective."

Présentations similaires


Annonces Google