La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Présenté à la 5 ème Session ordinaire de lAG du CNSA Ouagadougou, 7 décembre 2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Présenté à la 5 ème Session ordinaire de lAG du CNSA Ouagadougou, 7 décembre 2012."— Transcription de la présentation:

1 Présenté à la 5 ème Session ordinaire de lAG du CNSA Ouagadougou, 7 décembre 2012

2 PLAN DE LEXPOSE 1.Rappel du contexte 2.Plan opérationnel de soutien aux populations vulnérables 3.Analyse de la réponse dans le domaine alimentaire 4.Analyse de la réponse dans le domaine nutritionnel 5.Analyse de la réponse dans le domaine non alimentaire

3 1. Rappel du Contexte Des résultats prévisionnels de la campagne alarmants

4 La nécessité dengager une stratégie de réponse Etude HEA du Burkina Evaluer la situation des populations vulnérables Engager des réponsesElaborer un Plan

5 Le plan opérationnel a été conduit par étape et de façon consensuelle de sorte à : (i)Établir les priorités selon lévolution et la sévérité de la vulnérabilité, (ii)Cibler les ménages vulnérables, (iii)Evaluer les besoins dassistance pour une planification plus efficace des opérations sur le terrain. 2. Le plan opérationnel de soutien

6 Evaluation des populations vulnérables et des besoins par phase 99 Communes à Risque Population ciblée : 994 939 185 Communes à Risque Population ciblée : 2 065 738 198 Communes à Risque Population ciblée : 2 850 280 Soutien en quatre (4) phases et dans trois (3) domaines

7 Organisation de la réponse Etat : SE-CNSA, DGPER, SONAGESS, SP/CONASUR, DN Partenaires : Secteur Assistance alimentaire (PAM), Secteur nutritionnel (UNICEF), Secteur non alimentaire (FAO).

8 Les réalités du terrain ont conduit à retenir deux (2) périodes pour lanalyse : i.Mitigation (phases 1 et 2 du plan de soutien) ; ii.Soudure (phase 3 du plan de soutien). Les actions de la phase 4 si elles sont exécutées seront comptabilisées en mitigation. Avec : + 2 065 738 personnes ciblées vulnérables en période de mitigation et + 2 850 280 personnes en phase de soudure. 3. Analyse de la réponse alimentaire

9 Population assistée en période de mitigation En période de mitigation : 1 480 721 Dont : Etat 1 002 972 et Partenaires 477 749 Considérant leffectif ciblé de 2 065 738, La population touchée atteint 71,68 % Etat : 48,55 % Partenaires : 23,13 %

10

11 Population assistée en période de soudure En période de soudure : 2 683 589 Dont : Etat 1 077 023 et Partenaires 1 606 566 Considérant leffectif ciblé de 2 850 289, la population touchée est de 94,15 % Etat : 37,79 % Partenaires : 56,37 %

12

13 Quantités de vivres déployées Au total : 105 000 tonnes Etat : 80 560 tonnes Partenaires : 24 577 tonnes

14

15

16 Modalités de réponse Au niveau de lEtat, les interventions en faveur des populations vulnérables ont été conduites sous deux modalités à savoir les ventes à prix social (85,46 %) et la distribution gratuite des vivres (14,54 %). Au niveau des partenaires, les modalités de réponse se répartissent globalement en : (i) transfert dargent (environ 50 % de lassistance alimentaire) ; (ii) transfert dargent et de vivres (environ 30 % de lassistance alimentaire) ; (iii) transfert de vivres (environ 20 % de lassistance alimentaire).

17 Modalités de réponse

18

19

20 Acteurs de mise en œuvre de la réponse Au niveau des interventions de lEtat, la mise en œuvre de lassistance a été assurée à travers : - les structures déconcentrées du CONASUR; - les boutiques communales et les boutiques de la LCB; - les CODESUR et les Mairies (distributions gratuites); - les boutiques de la SONAGESS (riz essentiellement).

21 Mise en œuvre de la réponse

22 Au niveau des partenaires, le transfert des vivres aux populations se fait le plus souvent par lintermédiaire des ONGs actifs sur le terrain. On assiste à une utilisation peu soutenue des Institutions de finances et des Commerçants locaux.

23 3. Analyse de la réponse nutritionnelle Actions du domaine nutritionnel : -PEC des MAS; -PEC des MAM; -Rations de protection (Blanket feeding) en période de soudure dans certaines régions.

24 Bilan PEC MAS Phase 1Phase 2Phase 3 AttenduPEC%AttenduPEC%AttenduPEC% 14 97623 602157,6024 96032 909131,8524 96031 710127,04

25 PEC DES MAS

26 Bilan PEC MAM Phase 1Phase 2Phase 3 AttenduPEC%AttenduPEC%AttenduPEC% 63 648107 349168,66106 080140 530132,48106 080140 224132,19

27 PEC DES MAM

28 Résultats Blanket feeding RégionsNombre denfants de 6 à 23 mois ayant bénéficié Sahel53 307 Nord104 945 Est134 441 Centre Est26 063 Centre Nord33 007 Centre Ouest20 759 Boucle du Mouhoun42 496 Total415 018

29 3. Analyse de la réponse non alimentaire Actions conduites : (i)Collecte de céréales dans les zones excédentaires et déploiement dans les zones déficitaires (ii)Conduite de lopération de production de maïs à haut rendement (Bondofa) (iii)Appui aux ressources animales (iv)Appui en intrants aux producteurs céréaliers (v)Préservation de la faune (vi)Communication et suivi-évaluation

30 Collecte de céréales dans les zones excédentaires et déploiement dans les zones déficitaires Les réalisations conduites par lEtat de manière anticipée ont permis la collecte de stocks de céréales dans les zones excédentaires par la SONAGESS avec limplication des administrations locales. Une enveloppe financière de 6,250 milliards de FCFA a été débloquée pour la collecte de 18 000 tonnes de céréales. Au cours de la première phase du plan de soutien, 12 211,79 tonnes de céréales ont pu être collectées.

31 Conduite de lopération de production de maïs à haut rendement (Bondofa) Lobjectif fixé était demblaver 9 000 ha pour une production totale attendue de 50 000 tonnes qui devraient bénéficier aux stocks de la SONAGESS. En terme de bilan, la superficie totale emblavée a atteint 6 784 ha. En matière de mobilisation du maïs produit par la SONAGESS, autour de 5 000 tonnes seulement. Les partenaires ont accompagné lEtat avec une contribution de 1,1 milliard FCFA pour la réalisation de cette opération.

32 Appui aux ressources animales Les interventions du gouvernement dans le domaine pastoral portaient sur : -lappui des ménages vulnérables en sous produits agro- industriels (SPAI) pour la protection des noyaux de reproduction ; -lappui des producteurs en semences fourragères pour la production de fourrage ; -la réparation des points deau dabreuvement du bétail pour atténuer le déficit hydrique sur les longs parcours des transhumants.

33 Réalisations Les quantités totales ventilées sont évaluées à 21 753 tonnes de SPAI. Les semences fourragères et le Burkina phosphate ont été distribués gratuitement et les quantités distribuées sont reparties comme suit : maïs : 115 tonnes ; sorgho : 10,110 tonnes ; soja : 26 tonnes ; mucuna : 7 tonnes ; Burkina Phosphate : 180 tonnes. En matière dhydraulique pastorale, les réalisations ont été entièrement financées par le budget national. Elles concernent 124 forages et 16 boulis toujours en cours de réalisation au profit des populations vulnérables. Le coût est évalué à 4 745 745 455 de francs CFA.

34

35 Appui en intrants aux producteurs céréaliers Intrants déployés pour la campagne agricole 2012-2013 et la campagne de saison sèche. Concernant la campagne agricole 2012-2013, lEtat a acquis et déployé en faveur des producteurs 12 611,88 tonnes dintrants dont 5 589 tonnes de semences et 7 022,88 tonnes dengrais. Lensemble de ces intrants a coûté 6,03 milliards FCFA. A ce niveau, lEtat a bénéficié de laccompagnement des partenaires. La capitalisation des interventions de tous les partenaires nétant pas encore disponible, nous consignons ci-après les interventions réalisées par la FAO.

36 Communication et suivi-évaluation Un plan de communication élaboré mais non financé Un plan de suivi-évaluation élaboré mais très peu exécuté : 3 missions réalisées.

37 Exécution financière Etat : Budget révisé pour prendre en compte les besoins de résolution de la crise alimentaire. 17 milliards CFA en faveur du secteur Partenaires : Appel consolidé lancé, Projets en cours dexécution, notamment ceux financés par la Banque Mondiale. CAP financé à hauteur de : 80 % au niveau assistance alimentaire; 100 % au niveau nutritionnel Moins de 30 % au niveau non alimentaire.

38 En conclusion : Succès dans la mise en œuvre du premier plan de soutien élaboré au Burkina Faso.

39 Quelques perspectives Affiner les missions de suivi de la SAN pour prévenir à temps les catastrophes et déficits céréaliers et alimentaires Affiner les méthodes de ciblage des populations vulnérables pour déterminer, identifier les populations vulnérables Le circuit des maires et structures décentralisées est un canal defficacité quil faut améliorer en structuration et fonctionnement Les structures déconcentrées du CNSA (CRSA, CPSA,…) doivent être dynamisées et financées sur le budget de lEtat.

40 Les infrastructures de stockage à améliorer La synergie des acteurs (Etat/PTF/OSC) doit être améliorée La Politique nationale de sécurité alimentaire doit être élaborée de manière participative et en prenant en compte les leçons tirées de la crise 2012 Nécessité de travailler dans le sens de la Résilience des populations Elaboration/Actualisation du POSPV quelque soit la situation de la campagne.


Télécharger ppt "Présenté à la 5 ème Session ordinaire de lAG du CNSA Ouagadougou, 7 décembre 2012."

Présentations similaires


Annonces Google