La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Brigitte Lipskind plus de 11 millions d’exemplaires en France traduit en 253 langues et dialectes environ 80 millions d’exemplaires dans le monde.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Brigitte Lipskind plus de 11 millions d’exemplaires en France traduit en 253 langues et dialectes environ 80 millions d’exemplaires dans le monde."— Transcription de la présentation:

1

2 Brigitte Lipskind

3 plus de 11 millions d’exemplaires en France traduit en 253 langues et dialectes environ 80 millions d’exemplaires dans le monde

4 Avant de lire 1.Comment avez-vous rencontré votre meilleur ami ? 2.Comment votre amitié s’est développée ? 3.Qu’est-ce que vous aimez faire ensemble ? 4.Quels sont vos rites (Les choses que vous faites toutes les semaines au même moment) ? 5.Pourquoi les faites-vous ?

5 Chapitre 21 C'est alors qu'apparut le renard: - Bonjour, dit le renard. - Bonjour, répondit poliment le petit prince, qui se retourna mais ne vit rien. - Je suis là, dit la voix, sous le pommier. - Qui es-tu ? dit le petit prince. Tu es bien joli... - Je suis un renard, dit le renard. - Viens jouer avec moi, lui proposa le petit prince. Je suis tellement triste...

6 - Je ne puis pas jouer avec toi, dit le renard. Je ne suis pas apprivoisé. Mais, après réflexion, il ajouta: - Ah! pardon, fit le petit prince. - Qu'est-ce que signifie "apprivoiser" ? - Tu n'es pas d'ici, dit le renard, que cherches-tu ? - Je cherche les hommes, dit le petit prince. Qu'est-ce que signifie "apprivoiser" ? -Les hommes, dit le renard, ils ont des fusils et ils chassent. C'est bien gênant ! - Je cherche les hommes, dit le petit prince. Qu'est-ce que signifie "apprivoiser" ? - C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie "créer des liens..." Ils élèvent aussi des poules. C'est leur seul intérêt. Tu cherches des poules ?

7 - Créer des liens ? - Bien sûr, dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde...

8 -Je commence à comprendre, dit le petit prince. Il y a une fleur... je crois qu'elle m'a apprivoisé... - C'est possible, dit le renard. On voit sur la Terre toutes sortes de choses... - Oh! ce n'est pas sur la Terre, dit le petit prince. Le renard parut très intrigué : - Sur une autre planète ? - Oui. - Il y a des chasseurs, sur cette planète-là ? - Non. - Ça, c'est intéressant ! Et des poules ? - Non. - Rien n'est parfait, soupira le renard.

9 Mais le renard revint à son idée: -Ma vie est monotone. Je chasse les poules, les hommes me chassent. Toutes les poules se ressemblent, et tous les hommes se ressemblent. Je m'ennuie donc un peu. Mais, si tu m'apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Je connaîtrai un bruit de pas qui sera différent de tous les autres. Les autres pas me font rentrer sous terre. Le tien m'appellera hors du terrier, comme une musique.

10 Et puis regarde ! Tu vois, là-bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c'est triste ! Mais tu as des cheveux couleur d'or. Alors ce sera merveilleux quand tu m'auras apprivoisé ! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j'aimerai le bruit du vent dans le blé...

11 Le renard se tut et regarda longtemps le petit prince: - S'il te plaît... apprivoise-moi ! dit-il. -Je veux bien, répondit le petit prince, mais je n'ai pas beaucoup de temps. J'ai des amis à découvrir et beaucoup de choses à connaître. -On ne connaît que les choses que l'on apprivoise, dit le renard. Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi !

12 - Que faut-il faire? dit le petit prince. -Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près...

13 Le lendemain revint le petit prince. -Il eût mieux valu revenir à la même heure, dit le renard. Si tu viens, par exemple, à quatre heures de l'après-midi, dès trois heures je commencerai d'être heureux. Plus l'heure avancera, plus je me sentirai heureux. A quatre heures, déjà, je m'agiterai et m'inquiéterai; je découvrirai le prix du bonheur ! Mais si tu viens n'importe quand, je ne saurai jamais à quelle heure m'habiller le cœur... Il faut des rites.

14 - Qu'est-ce qu'un rite ? dit le petit prince. -C'est aussi quelque chose de trop oublié, dit le renard. C'est ce qui fait qu'un jour est différent des autres jours, une heure, des autres heures. Il y a un rite, par exemple, chez mes chasseurs. Ils dansent le jeudi avec les filles du village. Alors le jeudi est jour merveilleux ! Je vais me promener jusqu'à la vigne. Si les chasseurs dansaient n'importe quand, les jours se ressembleraient tous, et je n'aurais point de vacances.

15 Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l'heure du départ fut proche: - Ah! dit le renard... Je pleurerai. - C'est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t'apprivoise... - Bien sûr, dit le renard. - Mais tu vas pleurer ! dit le petit prince. - Bien sûr, dit le renard. - Alors tu n'y gagnes rien ! - J'y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé.

16 Puis il ajouta: -Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je te ferai cadeau d'un secret. Le petit prince s'en fut revoir les roses: -Vous n'êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n'êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisé et vous n'avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n'était qu'un renard semblable à cent mille autres. Mais j'en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.

17 Et les roses étaient bien gênées. -Vous êtes belles, mais vous êtes vides, leur dit-il encore. On ne peut pas mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu'elle vous ressemble. Mais à elle seule elle est plus importante que vous toutes, puisque c'est elle que j'ai arrosée. Puisque c'est elle que j'ai mise sous globe. Puisque c'est elle que j'ai abritée par le paravent. Puisque c'est elle dont j'ai tué les chenilles (sauf les deux ou trois pour les papillons). Puisque c'est elle que j'ai écoutée se plaindre, ou se vanter, ou même quelquefois se taire. Puisque c'est ma rose.

18 Et il revint vers le renard: - Adieu, dit-il... -Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple: on ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux. - L'essentiel est invisible pour les yeux, répéta le petit prince, afin de se souvenir.

19 - C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante. - C'est le temps que j'ai perdu pour ma rose... fit le petit prince, afin de se souvenir. -Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l'oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose... - Je suis responsable de ma rose... répéta le petit prince, afin de se souvenir.

20

21 « Vrai » ou « Faux » 1. Le petit prince a vu un renard devant lui sur la route. 2. Le renard a refusé de jouer avec le petit prince. 3. Le renard n’aime pas les hommes parce qu’ils essaient de le tuer. 4. Le renard a expliqué au petit prince comment on apprivoise. 5. Le petit prince pense que sa fleur l’a apprivoisé. 6. Le petit prince a demandé que le renard l’apprivoise. 7. Selon le renard les cheveux du petit prince ressemblent au blé. 8. D’après le renard les conversations intimes sont importantes pour créer l’amitié. 9. Le renard a expliqué au petit prince l’importance des rites. 10. Les chasseurs n’ont pas de rites. 11. Le renard a regretté d’être apprivoisé par le petit prince. 12. Le petit prince était triste quand il a revu les roses. 13. Le petit prince avait peur d’oublier la leçon du renard. 1. Faux 2. Vrai 3. Vrai 4. Vrai 5. Vrai 6. Vrai 7. Vrai 8. Faux ;;;;; 9. Vrai 10. Faux 11. Faux 12. Faux 13. Vrai

22 Questions générales sur ce chapitre

23 Que se passe-t-il lorsque le petit prince arrive sur la Terre? Le petit prince rencontre un renard en arrivant sur la Terre. Le petit prince veut jouer avec le renard mais il lui dit qu’il n’est pas apprivoisé.

24 Comment le renard décrit-il les hommes? Il dit que les hommes ont des fusils et qu’ils le chassent. Il dit que les hommes élèvent des poules. Il dit que les hommes n’ont pas d’amis parce qu’ils n’ont plus le temps de s’en faire.

25 Comment le renard définit-il l’amitié? Il dit que les amis ne s’achètent pas avec de l’argent. Il dit que c’est avec le temps qu’on peut apprivoiser les choses et les gens. C’est ainsi qu’on a besoin d’eux et qu’ils ont besoin de nous.

26 Le renard croit-il que le petit prince pourra l’aider s’il l’apprivoise? Oui. Il dit que sa vie est monotone (ennuyante). Il dit que l’amitié qu’il développera avec le petit prince rendra sa vie plus heureuse.

27

28 Sommaire des chapitres Chapitre 1: Le pilote (l’auteur) décrit son enfance. Le pilote (l’auteur) décrit son enfance. Il nous montre une image qu’il a vue dans un livre, Il nous montre une image qu’il a vue dans un livre, celle d’un serpent boa qui avalait un fauve. celle d’un serpent boa qui avalait un fauve. Il nous montre les deux dessins qu’il a faits: Il nous montre les deux dessins qu’il a faits: 1) un boa fermé 1) un boa fermé 2) un boa ouvert 2) un boa ouvert Il nous explique que les adultes n’ont pas compris son premier dessin Il nous explique que les adultes n’ont pas compris son premier dessin (ils pensaient que c’était un chapeau), donc il a eu besoin de dessiner (ils pensaient que c’était un chapeau), donc il a eu besoin de dessiner l’intérieur du boa pour qu’ils puissent comprendre le dessin. l’intérieur du boa pour qu’ils puissent comprendre le dessin.

29 Chapitre 2: L’avion de l’auteur tombe en panne dans le désert du Sahara. L’auteur rencontre le petit prince qui lui demande un dessin. Le petit prince voudrait que l’auteur dessine un mouton pour lui. L’auteur dessine 3 moutons pour lui: Mais le petit prince ne les aime pas. L’auteur dessine un dernier mouton, mais ce mouton est invisible, parce qu’il est dans une caisse. Le petit prince aime ce dessin. Voici la caisse:

30 Chapitre 3: Le petit prince pose beaucoup de questions mais ne répond pas à celles de l’auteur. Le petit prince rit du fait que l’auteur est “tombé du ciel.” Ça irrite l’auteur car il est “une grande personne” (un adulte). L’auteur propose de dessiner une corde pour le petit prince pour attacher le mouton et le petit prince rit car sa planète est vraiment petite. Chapitre 4: On apprend que la planète du petit prince est à peine plus grande qu’une maison. Sa planète est l’astéroïde B612, découverte par un astronome turc.

31 Suite du Chapitre 4: Personne ne croyaient l’astronome turc car il s’habillait d’une façon différente. Quand il a mis un complet (comme un adulte) tout le monde l’a cru. On apprend que: “Les grandes personnes aiment les chiffres” et que “les enfants savent imaginer, c’est ce qui les distingue des adultes.” Chapitre 5: Le petit prince veut que son mouton mange des arbustes et des baobabs mais l’auteur dit qu’un mouton est trop petit pour les manger. Les baobabs sont très dangereux car si on les laisse grandir, ils détruiront la planète (ils la feront éclater). Le petit prince les arrache de sa planète chaque matin après sa toilette du matin.

32 Chapitre 6: Le petit prince aime regarder les couchers de soleil. Un jour il a vu 44 couchers de soleil (car sa planète est si petite). Chapitre 7: Problème: un mouton peut manger des fleurs aussi bien que des arbustes (le petit prince s’inquiète de sa fleur. Il ne veut pas que le mouton mange sa rose). Le petit prince demande si les épines de sa fleur peuvent la protéger contre le mouton. L’auteur répond “Les épines, ça ne sert à rien, c’est de la pure méchanceté de la part des fleurs.”

33 Suite du Chapitre 7: L’auteur est irrité avec les questions du petit prince car il s’inquiète de son moteur et du fait qu’il n’a presque rien à boire. L’auteur dit: “Je m’occupe, moi, de choses sérieuses.” Le petit prince compare l’auteur à M. cramoisi, un homme “qui n’a jamais respiré une fleur, n’a jamais regardé une étoile, n’a jamais aimé personne, n’a jamais rien fait d’autre que des additions.” Ce monsieur répète toujours “Je suis un homme sérieux.” Autrement dit, le petit prince est triste car l’auteur commence à se comporter comme un adulte. Chapitre 8: Le petit prince fait la connaissance de sa fleur pour la première fois. Elle n’est pas comme les autres fleurs. Elle est coquette et belle et pas modeste. Elle est courageuse, “Ils peuvent venir, les tigres avec leurs griffes.”

34 Suite du Chapitre 8: Elle a horreur des courants d’air. Elle voudrait que le petit prince la mette sous globe le soir. Chapitre 9: Le travail du petit prince sur sa planète: ramoner ses 3 volcans, arracher les baobabs, arroser sa fleur et la mettre sous globe. Le petit prince pleure car il va bientôt partir de sa planète. Il se sent coupable. La fleur du petit prince lui dit “tâche d’être heureux.” Elle rejette son globe et essaie d’être courageuse. Elle ne veut pas que le petit prince la voie pleurer car elle est orgueilleuse. Le petit prince part.

35 Chapitre 10: La première planète visitée par le petit prince Un roi habite cette planète. Il pense qu’il règne sur tout. Le roi aime donner des ordres mais tous ses ordres sont raisonnables. Il ne tolère pas la désobéissance. Première leçon qu’il apprend au petit prince: “Il faut exiger de chacun ce que chacun peut donner. L’autorité repose d’abord sur la raison.” Deuxième leçon: “Il est bien plus difficile de se juger soi-même que de juger autrui.” Chapitre 11: La deuxième planète Cette planète est habitée par un vaniteux. Le vaniteux pense que tout le monde est un admirateur. Il salue ses admirateurs avec son chapeau quand ils l’applaudissent.

36 Chapitre 12: La troisième planète Cette planète est habitée par un buveur. Le buveur dit au petit prince “Je bois…pour oublier que j’ai honte…de boire.” Chapitre 13: La quatrième planète Cette planète est habitée par un businessman. Il compte les étoiles car il pense qu’il les possède. Pour le businessman, être riche veut dire posséder quelque chose. Pour le petit prince, posséder quelque chose est important seulement si on peut être utile à ce qu’on possède. Le businessman n’aime pas être interrompu car il fait des erreurs quand on l’interrompt.

37 Suite du Chapitre 13: Le businessman dit au petit prince: “Hein? Tu es toujours là? Cinq cent millions de…je ne sais plus…J’ai tellement de travail! Je suis sérieux, moi, je ne m’amuse pas à des balivernes! Deux et cinq sept…” Le businessman ressemble beaucoup à un adulte car il est sérieux, il aime compter des choses et il n’aime pas être interrompu par les petits. Chapitre 14: La cinquième planète Cette planète est la plus petite de toutes les planètes. Elle est habitée par un allumeur de réverbères. L’allumeur fait son travail (allumer et éteindre son réverbère) car c’est la consigne. Il pense qu’il faut la faire même s’il n’est plus raisonnable de la faire. Il dit au petit prince: “Il n’y a rien à comprendre. La consigne c’est la consigne.”

38 Suite du Chapitre 14: L’allumeur est le seul qui ne paraisse pas ridicule au petit prince car il s’occupe d’autre chose que de soi-même. Chapitre 15: La sixième planète Cette planète est habitée par un vieux monsieur qui écrivait d’énormes livres. C’est un géographe. Le géographe pense que le petit prince est explorateur. Il dit au petit prince, “Je ne suis pas explorateur. (Je suis) un savant qui connaît où se trouvent les mers, les fleuves, les villes, les montagnes et les déserts.” Comme un adulte, il attend que ses explorateurs fournissent des preuves avant de noter leur information dans son livre. Il suggère au petit prince de visiter la Terre.

39 Chapitre 16: La septième planète = la Terre Le petit prince compare l’usage d’électricité sur la Terre à une danse des allumeurs de réverbères. Chapitre 17: Le petit prince est surpris de ne voir personne quand il arrive. Il rencontre le serpent pour la première fois. Le petit prince dit du serpent “Tu es une drôle de bête,…mince comme un doigt.” Il pense que le serpent n’est pas puissant car il n’a pas de pattes et ne peut même pas voyager. Le serpent dit au petit prince “Je puis t’emporter plus loin qu’un navire. Je puis t’aider un jour si tu regrettes trop ta planète.” Le serpent parle par des énigmes.

40 Chapitre 18: Le petit prince rencontre une fleur dans le désert et lui demande “Où sont les hommes?” La fleur lui répond: “Les hommes? Il en existe, je crois, six ou sept. Je les ai aperçus il y a des années…Ils manquent de racines, ça les gêne beaucoup.” Chapitre 19: Le petit prince monte une montagne et rencontre l’écho. Le petit prince trouve que la Terre est drôle car les hommes qui y habitent manquent d’imagination. Ils répètent ce qu’on leur dit. Il compare les hommes sur Terre à sa fleur qui parle toujours la première.

41 Chapitre 20: Le petit prince rencontre le jardin des roses. Le petit prince est confus car ces fleurs sont exactement comme sa fleur qu’il croyait spéciale. Le petit prince dit “Je me croyais riche d’une fleur unique, et je ne possède qu’une rose ordinaire…et mes trois volcans…ça ne fait pas de moi un bien grand prince.” Le petit prince pleure car il pense qu’il n’est pas vraiment important. Chapitre 21: Le petit prince rencontre le renard. Il voudrait jouer avec le renard mais le renard ne peut pas car il n’est pas apprivoisé. Pour le renard, être apprivoisé veut dire avoir besoin l’un de l’autre. Si le petit prince l’apprivoise, sa vie sera différente car il sera important à quelqu’un d’autre (au petit prince).

42 Suite du Chapitre 21: Il dit au petit prince “S’il te plaît…apprivoise-moi!” Il explique au petit prince que sa fleur est unique au monde car il est responsable pour sa fleur (il l’a apprivoisée). Il révèle un secret au petit prince “Voici mon secret. Il est très simple: on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux.” Il dit aussi “Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose.” Le petit prince pense à rentrer à sa planète à cause de leur discussion. Chapitre 22: Le petit prince rencontre l’aiguilleur. L’aiguilleur lui dit “Je trie les voyageurs par paquets de mille… J’expédie les trains qui les emportent, tantôt vers la droite, tantôt vers la gauche.”

43 Suite du Chapitre 22: Le petit prince remarque que les voyageurs sont bien pressés (comme des adultes). L’aiguilleur dit au petit prince qu’ “On n’est jamais content là où l’on est.” Le petit prince répond “Les enfants seuls savent ce qu’ils cherchent.” Chapitre 23: Le petit prince rencontre le marchand. Le marchand vend des pillules qui apaisent la soif. Il dit au petit prince qu’il les vend car “C’est une grosse économie de temps…Les experts ont fait des calculs. On épargne cinquante-trois minutes par semaine.” Le petit prince répond “…si j’avais cinquante-trois minutes à dépenser, je marcherais tout doucement vers une fontaine.” :+)

44 Chapitre 24: C’est le huitième jour de la panne de l’auteur dans le désert. L’auteur s’inquiète car il vient de boire ce qui reste de son eau. L’auteur et le petit prince commence à marcher pour chercher un puits. Le petit prince trouve que le désert est belle car elle cache un puits quelque part (c’est-à-dire, ce qui embellit le désert est “invisible aux yeux”). Ils découvrent un puits au lever du jour. Chapitre 25: Le petit prince rappelle l’auteur de sa promesse, de dessiner une muselière pour son mouton. Le petit prince dit à l’auteur qu’il va rester près du puits et que l’auteur doit repartir vers son avion pour le réparer.

45 Suite du Chapitre 25: Le petit prince raconte à l’auteur ce qu’il a appris de son ami le renard. Il lui dit, “Les hommes de chez toi…cultivent cinq mille roses dans un seul jardin…et ils n’y trouvent pas ce qu’ils cherchent…Et cependant ce qu’ils cherchent pourraient être trouvé dans une seule rose ou un peu d’eau…Mais les yeux sont aveugles. Il faut chercher avec le cœur.” Chapitre 26: L’auteur a enfin réparé son avion. Il revient au puits le lendemain soir et il voit le petit prince assis sur un mur parlant avec le serpent. La conversation lui fait peur. Le petit prince demande au serpent “Tu as de bon venin? Tu es sûr de ne pas me faire souffrir longtemps?” Le petit prince ne voudrait pas mourir mais c’est le seul moyen de rejoindre sa fleur, “Tu sais…ma fleur…j’en suis responsable! Et elle est tellement faible! Et tellement naïve. Elle a quatre épines de rien du tout pour la protéger contre le monde.”

46 Suite du Chapitre 26: L’auteur ne voudrait pas que le petit prince meure car son rire va lui manquer. Le petit prince essaie de consoler l’auteur en lui disant “Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j’habiterai dans l’une d’elles, puisque je rirai dans l’une d’elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire!” Le serpent mord le petit prince à la fin de ce chapitre et il rentre à sa planète. :+(

47 Chapitre 27: L’auteur se console peu à peu de la perte du petit prince Il se rend compte qu’il n’a pas fini la muselière pour le mouton du petit prince et qu’il est donc possible que le mouton aille manger la fleur du petit prince. C’est la possibilité que la fleur aille être mangée qui rend la vie intéressante car on ne la sait jamais. ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?


Télécharger ppt "Brigitte Lipskind plus de 11 millions d’exemplaires en France traduit en 253 langues et dialectes environ 80 millions d’exemplaires dans le monde."

Présentations similaires


Annonces Google