La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Rapport de recherche Évaluation des effets du programme de ”Prévention de la violence et philosophie pour enfants” sur le raisonnement moral et la prévention.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Rapport de recherche Évaluation des effets du programme de ”Prévention de la violence et philosophie pour enfants” sur le raisonnement moral et la prévention."— Transcription de la présentation:

1 Rapport de recherche Évaluation des effets du programme de ”Prévention de la violence et philosophie pour enfants” sur le raisonnement moral et la prévention de la violence Réalisé pour La Traversée (Rive-Sud) Par Serge Robert, Daniel Roussin, Martin Ratte et Thierno Guèye Équipe Compétence logique, inférence et cognition CLIC Laboratoire d’analyse cognitive de l’information LANCI Université du Québec à Montréal Novembre 2009

2 Le contexte La Traversée s’est donné un mandat de prévention de la violence La Traversée a implanté à la Commission scolaire Marie-Victorin un programme expérimental de philosophie pour enfants centré sur la prévention de la violence Après quelques années de mise en œuvre : une évaluation des effets du Programme sur le raisonnement moral des enfants

3 La population étudiée Des élèves de 6e année, à la fin du primaire (11-12 ans) Ils sont normalement capables de raisonnement moral : Attribution d’un esprit à l’autre Croyances sur les croyances des autres Attribution de responsabilités Début d’accès à la pensée abstraite

4 Les variables étudiées
La fréquentation du Programme : 1 période/semaine pendant 2 à 3 ans 1 période/2 semaines pendant 2 à 3 ans 1 période/2 semaines pendant 4 à 6 ans Groupes témoins Le milieu socio-économique : L’indice de seuil de faible revenu L’indice socio-économique Milieux: très favorisés (indices 1 ou 2), défavorisés (indices 7 ou 8), très défavorisés (indices 9 ou 10)

5 Nombre d’ans de pratique Fréquence de la pratique
Les groupes étudiés Milieu socio-écon. Nombre d’ans de pratique Fréquence de la pratique Nb de sujets Abbrév. du nom Très favorisé 2 à 3 ans 1 fois/2 sem. 30 F23P 0 an 43 F00 Défavorisé D00 1 fois/sem. 18 D23R Très défav. 36 T23P 4 à 6 ans 19 T46P 29 T00 Total : 205 sujets : 103 dans le Programme; 102 témoins Genre : 101 filles; 104 garçons

6 La définition de la moralité
Des normes internes pour gérer nos décisions Des normes qui font que nous tenons compte de l’intérêt de l’autre Émotion savante d’empathie (qui s’appuie sur une compétence en cognition sociale) Principe de réciprocité (saisie des avantages de l’altruisme)

7 L’outil de l’évaluation
Questions à choix multiples 12 questions lues et formulaire de choix de réponses (25 minutes) + quelques questions à commentaires 12 composantes de la moralité (selon la définition précédente)

8 Question 1: norme interne ou externe
1. Un homme apprend que sa femme est très malade. Il existe un médicament pour soigner cette maladie, mais il coûte très cher. L’homme aime beaucoup sa femme, il n’a pas assez d’argent pour acheter le médicament et il sait que si sa femme n’a pas le médicament, elle va continuer à être très malade. L’homme décide donc de voler le médicament. Qu’est-ce que tu penses de ce que l’homme a fait? Tu choisis une seule réponse, celle qui t’apparaît la meilleure des trois. Il a mal fait, parce qu’il va aller en prison. Il a bien fait, parce qu’il voulait guérir sa femme. Il a mal fait, parce qu’il a volé et que tout le monde peut se trouver une bonne raison pour voler.

9 Résultats et interprétation Q.1
F23P F00 D00 D23R T23P T46P T00 % a) 17 19 30 11 31 21 38 % b)+c) 83 81 70 89 69 79 62 b) et c) sont les réponses morales vs a) prémorale b) et c) sont plus fréquentes chez les D23R, suivis par l’ensemble des très favorisés et les T46P La fréquentation du Programme et la condition de favorisés contribuent au raisonnement moral (au sens de l’adoption d’une norme interne)

10 Question 2: l’accommodement raisonnable
2. Dans ma classe, il y a un élève très gentil, mais très bizarre. Il vient d’un autre pays. Quand je joue avec mes amis dans la cour d’école, nous nous tapons dans la main, en disant « Yé! ». Cet élève bizarre vient d’un pays où les gens trouvent sale, dégueulasse, de se toucher les mains. Ils préfèrent se frotter le nez sur le nez de l’autre personne. Qu’est-ce que nous allons faire avec cet élève bizarre?

11 Question 2 (suite): l’accommodement raisonnable
a) Se frotter le nez, c’est sale, c’est dégueulasse, ça peut transmettre des maladies. On n’a pas à faire des règles spéciales juste pour un enfant bizarre, donc je propose qu’on ne joue pas avec lui. b) Cet élève est gentil et ce n’est pas sa faute s’il vient d’un pays qui nous apparaît bizarre. Donc, je propose d’accepter de jouer avec lui et de nous frotter le nez avec lui, à la condition qu’il n’ait pas de maladie. c) Je propose que l’on joue avec cet élève, mais avec des règles différentes pour lui : nous nous tapons dans la main en disant « Yé! », mais, avec lui, même si ça complique les choses un peu, nous ne lui tapons pas dans la main, il ne nous frotte pas le nez et, à la place, nous claquons des doigts.

12 Résultats et interprétation Q.2
F23P F00 D00 D23R T23P T46P T00 % de a) 00 05 06 % de b) 07 02 17 11 % de c) 93 100 94 83 84 a) pas d’accommodement; b) accommodement déraisonnable; c) accommodement raisonnable L’accommodement raisonnable est fortement majoritaire partout, indépendamment de la fréquentation du Programme On retrouve un certain % d’accommodement déraisonnable chez les très défavorisés où il existe beaucoup d’immigration récente

13 Question 3: la valeur accordée aux règles sociales
3. Vous êtes un groupe d’amis. Vous décidez de jouer au ballon. Vous n’êtes pas habitués de jouer à ce jeu-là. Tout le monde a bien hâte de jouer. Mais l’un d’entre vous vous arrête et vous dit qu’avant de jouer, il faut prendre le temps de se mettre d’accord sur les règlements pour votre jeu. a) Il vaut mieux l’écouter et prendre le temps de s’entendre sur les règlements. b) Il vaut mieux jouer tout de suite et laisser faire les règlements. Pourquoi? Donne une raison, la principale.

14 Résultats et interprétation Q.3
F23P F00 D00 D23R T23P T46P T00 % a) 100 84 93 94 95 97 % b) 00 16 07 06 05 03 L’acceptation de l’importance des règles est fortement majoritaire Il s’agit d’un effet de l’apprentissage de la socialité Les raisons (voir les commentaires) : éviter le désordre (64 sujets) ou les conflits (55 sujets) Il y a une exception chez les très favorisés témoins : une socialisation plus lente (enfants plus protégés?) Une hypothèse pour les témoins défavorisés et très défavorisés : l’importance des règles est naturellement imposée par le milieu habituellement plus violent

15 Question 4: l’étendue du cercle moral
4. Est-ce que je suis prêt à aider une personne qui en a besoin? Tu réponds oui ou non en encerclant le oui ou le non. C’est seulement si tu ne sais vraiment pas que tu ne réponds pas. a) Est-ce que je suis prêt à aider ma mère? b) Est-ce que je suis prêt à aider ma sœur? c) Est-ce que je suis prêt à aider un élève de ma classe? d) Est-ce que je suis prêt à aider un enfant d’un autre pays qui a faim? e) Est-ce que je suis prêt à aider un petit chien?

16 Question 4 (suite): l’étendue du cercle moral
f) Est-ce que je suis prêt à aider quelqu’un que je ne comprends pas parce qu’il ne sait pas parler ma langue? g) Est-ce que je suis prêt à aider un adulte d’un autre pays et que je ne verrai jamais de ma vie? h) Est-ce que je suis prêt à aider une mouche (par exemple, lui donner un morceau de sucre)? i) Est-ce que je suis prêt à aider quelqu’un qui m’a fait mal? Tu as probablement dit oui parfois et non parfois : j) Quand tu as dit oui, pourquoi as-tu dit oui? Donne une raison, la principale. k) Quand tu as dit non, pourquoi as-tu dit non? Donne une raison, la principale.

17 Résultats et interprétation Q.4
b) c) d) e) f) g) h) i) F23P 93 100 97 83 50 30 37 F00 81 88 98 95 84 09 19 D00 90 63 33 13 10 D23R 94 44 39 28 T23P 86 92 14 31 T46P 89 79 26 05 T00 34 21 Le tableau indique où le cercle moral tend à se fermer Le milieu socio-économique est plus déterminant sur la taille du cercle moral que la fréquentation du Programme Q.4f) Le milieu F est très bilingue vs l’unilinguisme des milieux D et T Mais la fréquentation du Programme a aussi un effet - Différences notables entre les deux groupes F - Différences notables chez les D et les T : D23R; T46P pour 4f) Les commentaires confirment la théorie du cercle moral : - L’aide va de pair avec l’empathie et la réciprocité - Le refus d’aide va de pair avec la crainte, le dédain, l’anticipation d’absence de réciprocité

18 Questions 5 et 6: l’abstraction et le raisonnement logique
5. J’ai trois chiens et trois chats, ça fait donc six animaux. Les questions sont posées pendant que les enfants peuvent regarder les photos des animaux en question. On peut appeler ceux qui ne sont pas des chats, les non-chats et ceux qui ne sont pas des chiens, les non-chiens. Je mets ensemble les non-chiens (ceux qui ne sont pas des chiens) et les non-chats (ceux qui ne sont pas des chats). Qu’est-ce que ça donne ? 4 choix : a) les 3 chiens, b) les 3 chats, c) les 3 chiens et les 3 chats, d) aucun animal. 6. Même situation. Mais cette fois, je mets ensemble ceux qui ne sont pas des non-chiens. Qu’est-ce que ça donne ?

19 Résultats et interprétation Q.5 et Q.6
F23P F00 D00 D23R T23P T46P T00 % de 5c) 93 81 73 89 75 63 62 % de 6a) 60 47 72 56 41 % 5c) & 6a) 53 37 67 39 28 5c) et 6a) sont les réponses valides La compétence en raisonnement logique est plus grande en moyenne chez les F Mais le Programme a un effet important : les deux groupes les plus performants sont les D23R et les F23P Donc, les enfants de milieu défavorisé qui ont le plus fréquenté le Programme sont les plus performants à cette rubrique!

20 Question 7: l’évaluation de l’empathie
7. Je vais au cinéma à Montréal avec des amis. J’ai de l’argent pour payer mon film, pour payer mes deux billets de métro, pour me payer du maïs soufflé et pour me payer un jus. J’ai en plus 25 cents de surplus. Devant le cinéma, une adolescente punk, sans-abri me tend la main. Elle ne sent pas bon et ça me donne l’impression qu’elle ne se lave pas souvent. Est-ce que je lui donne mes 25 cents de surplus? a) Oui. b) Non. Pourquoi? Donne une raison, la principale.

21 Résultats et interprétation Q.7
F23P F00 D00 D23R T23P T46P T00 % de a) 73 77 67 78 64 37(?) 79 % de b) 27 23 33 22 36 63(?) 21 L’empathie est importante chez une majorité de sujets, indépendamment de la fréquentation du Programme Les commentaires traitent effectivement de raisons pour être empathique ou ne pas l’être L’effet Gilligan se manifeste : la réponse a) chez 76% des filles vs 62% des garçons

22 Question 8: l’aptitude à négocier dans les conflits
8. J’avais un beau ballon. Personne dans l’école n’en avait un pareil. Je ne le retrouve plus, je ne sais plus où il est. C’est l’heure d’aller à nos cases et je vois que, dans la case d’un élève, il y a un ballon exactement comme le mien. Je me dis qu’il a dû me le voler. Qu’est-ce que je vais faire? a) Reprendre mon ballon et lui dire que c’est un voleur. b) Attendre un peu et quand il ne me verra pas je vais reprendre le ballon qu’il m’a volé. c) Lui demander où il a pris ce ballon et agir seulement après avoir entendu sa réponse. _____________________________

23 Question 8 (suite): l’aptitude à négocier dans les conflits
Supposons que je lui demande où il a pris le ballon. Il répond : « Je l’ai trouvé dans la cour, donc il est à moi ». Qu’est-ce que je fais? d) Je lui enlève le ballon, parce qu’il doit être un menteur qui m’a volé. e) Je lui explique que c’est mon ballon que j’avais oublié dans la cour et lui demande de me le remettre, parce que c’est le mien. ________________________________

24 Question 8 (suite): l’aptitude à négocier dans les conflits
Supposons que je choisis de lui expliquer que j’avais oublié mon ballon dans la cour et qu’il me dit : «Tu inventes ça pour m’enlever mon ballon ». Qu’est-ce que je fais? f) Je me dis qu’il n’est pas possible de discuter avec lui et je décide de reprendre le ballon quand il ne me verra pas. g) Je vais rencontrer mes amis qui ont joué avec moi avant que j’oublie mon ballon et qui savent que ce ballon est à moi, pour qu’ils puissent dire que ce ballon est bien le mien. h) J’ai une autre idée. Laquelle?

25 Résultats et interprétation Q.8
F23P F00 D00 D23R T23P T46P T00 % de a) 03 07 00 17 % de b) 09 10 11 % de c) 87 84 83 81 89 100 % de d) 06 % de e) 93 86 92 % de f) 30 13 28 14 31 % de g) 60 73 56 78 68 Question où il y a des neutres et des sans réponse Une tendance à la négociation dans les conflits chez tous les groupes Une tendance à la poursuite de la négociation chez les F23P et les T00: pour des raisons différentes : le Programme pour les F23P vs la nécessité pour les T00 39% de réponses h) chez les D23R : une tendance à produire une décision personnelle en cas de conflit Un brouillage possible des résultats à cette question par la fréquentation occasionnelle du programme « Vers le Pacifique »

26 Question 9: la pertinence de l’autorité
9. Dans une école, il y a un directeur ou une directrice. Je suis plus d‘accord avec la phrase a) ou avec la phrase b). a) Les élèves et les enseignants pourraient s’organiser seuls, sans directeur, parce qu’un directeur, ça nous empêche de faire des choses que nous aimons. b) Le directeur est nécessaire, parce qu’il fait respecter les règlements et que ça prend des règlements dans l’école. Il (ou elle) ne saura pas ce que vous avez répondu.

27 Résultats et interprétation Q.9
F23P F00 D00 D23R T23P T46P T00 % de a) 17 44 23 41 42 28 % de b) 80 56 77 83 58 53 72 Le Programme a un effet marqué à ce niveau Les F23P et les D23R sont les plus sensibles à la pertinence d’une autorité Les D00 et les T00 sont assez sensibles à cette pertinence, probablement à cause de la violence de leur milieu

28 Questions 10 et 11: la prudence épistémologique
10. Si on contredit Albert, il se met en colère. Lundi, il n’a pas été en colère. Qu’est-ce que je peux logiquement conclure? a) Je suis certain que personne n’a contredit Albert lundi. b) Je ne suis pas certain que personne n’a contredit Albert lundi. 11. Si on contredit Albert, il se met en colère. Mardi, personne n’a contredit Albert. a) Je suis certain que mardi Albert ne s’est pas mis en colère. b) Je ne suis pas certain que mardi Albert ne s’est pas mis en colère.

29 Résultats et interprétation Q.10 et Q.11
F23P F00 D00 D23R T23P T46P T00 % de a)-a) 53 60 67 61 58 47 41 % de b)-a) 03 14 00 06 16 21 % de a)-b) 17 20 22 11 % de b)-b) 27 09 10 25 Réponses valides: 10 a) et 11 b) Mais, ce sont des questions trop difficiles; mêmes les adultes tendent à faire des erreurs Ce qui est plutôt testé, c’est l’aptitude à avoir un jugement critique, nuancé, non dogmatique b)-b) : - Il y a un effet positif du Programme - Les F23P et les T23P sont les plus performants - 2 groupes témoins sont plus faibles F00 et D00 (il y a probablement un effet du milieu violent en T00)

30 Question 12: la détection de la violence psychologique ou symbolique
12. Est-ce que l’on est violent avec moi? Tu réponds oui ou non, en encerclant le oui ou le non. C’est seulement si tu ne sais vraiment pas que tu ne réponds pas. a) Quand quelqu’un me donne un coup de poing pour me faire mal, est-ce qu’il est violent avec moi? b) Quand quelqu’un est gentil avec moi, est-ce qu’il est violent avec moi? c) Quand quelqu’un me donne un petit coup de poing sur l’épaule en me disant « lâche pas », est-ce qu’il est violent avec moi?

31 Question 12 (suite): la détection de la violence psychologique ou symbolique
d) Quand les adultes disent aux enfants que les enfants sont moins intelligents que les adultes, est-ce qu’ils sont violents avec moi? e) Quand le professeur m’explique que j’ai fait une faute dans mon devoir, est-ce qu’il est violent avec moi? f) Quand je suis de mauvaise humeur et que quelqu’un me dit bonjour quand même, est-ce qu’il est violent avec moi? g) Si quelqu’un me dit que je ne ferai jamais rien de bon dans la vie, est-ce qu’il est violent avec moi? h) Quand j’ai besoin d’aide et qu’aucun adulte n’accepte de m’aider, est-ce que c’est violent avec moi?

32 Résultats et interprétation Q.12
Les réponses attendues, compte tenu du sens du mot «violent» : oui à a) et non b), c), e) et f) Ce qui fut presque toujours le cas Quelques cas de violence psychologique ou symbolique se glissent dans la liste (à d) g) et h)) F23P F00 D00 D23R T23P T46P T00 % de oui à d) g) h) 61 33 36 65 47 60 54 C’est ici que le Programme a le plus d’impact : il permet de beaucoup mieux détecter la violence psychologique ou symbolique Détection dans le Programme vs les témoins : 59% vs 40% Détection dans le Programme (sans les T23P) : 62% Le Programme a insisté sur ce thème

33 Rappel des prémisses de la recherche
Notre monde est marqué par un manque de valeurs morales La prévention de la violence doit être pensée dans cette perspective La moralité s’acquiert: nos prédispositions innées ne suffisent pas Le raisonnement moral est une condition nécessaire (et non suffisante) de l’action morale Le raisonnement moral applique des normes internes qui tiennent compte de l’intérêt de l’autre : Par empathie et/ou par principe de réciprocité

34 Conclusions 1 Les résultats de l’expérimentation :
Le Programme a eu un impact notable sur : La moralité (comme norme interne) (voir 1) La taille du cercle moral (voir 4) La saisie de la pertinence de l’autorité (voir 9) La détection de la violence psychologique ou symbolique (voir 12) L’aptitude au raisonnement logique (voir 5,6) La prudence épistémologique (voir 10, 11) La fréquentation du Programme distingue peu ou pas des groupes témoins pour : L’aptitude à l’accommodement raisonnable (voir 2) La saisie de l’importance des règles sociales (voir 3) L’empathie (voir 7) L’aptitude à négocier en situation de conflit (voir 8)

35 Conclusions 2 Les effets du Programme se manifestent chez :
Les très favorisés : dès une pratique de 1 période/2 semaines (2 à 3 ans) Les défavorisés et les très défavorisés : après une pratique de 1 période/semaine (2 à 3 ans) (ou 1 période/2 semaines, 4 à 6 ans) Chez les défavorisés et les très défavorisés : Le milieu plus violent impose par la force une certaine conscience des contraintes sociales Le Programme est néanmoins un outil pour aider l’enfant à sortir du cercle de la violence (plus l’amélioration des compétences logiques et cognitives) Chez les très favorisés : Le Programme est un outil important pour la socialisation et la moralisation de l’enfant

36 Les compétences transversales du MELSQ et le Programme
Le Programme contribue directement à la réalisation de presque toutes les compétences transversales prévues par le MELSQ

37 RECOMMANDATION Offrir le Programme à raison d’une période/semaine à tous les niveaux du primaire dans tous les milieux socio-économiques Note : Le Programme est différent du cours « Éthique et culture religieuse »

38 La Traversée Les membres du conseil d’administration de
souhaitent remercier le professeur Serge Robert et ses assistants, messieurs Daniel Roussin, Martin Ratte et Thierno Guèye, ainsi que ses précieux partenaires :

39 À suivre


Télécharger ppt "Rapport de recherche Évaluation des effets du programme de ”Prévention de la violence et philosophie pour enfants” sur le raisonnement moral et la prévention."

Présentations similaires


Annonces Google