La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010."— Transcription de la présentation:

1

2 Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010

3 La production africaine représenterait approximativement… lépaisseur du trait de base ! Beaucoup connaissent déjà ce graphique (Tractebel) montrant la croissance rapide de la production de spiruline dans le monde, en Amérique, en Inde, en Chine… Elle se situerait aujourdhui entre 4 et 10 mille tonnes/an Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010

4 Après 30 années… quelques 20 t/an : une quantité i n f i m e par rapport aux besoins de lAfrique… Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010

5 Ceci, malgré … le fait que lAfrique fut le berceau de la (re)découverte de la spiruline dans les années 50. des conditions climatiques presque parfaites laide humanitaire des ONG depuis plus de 30 ans pour limplantation de cultures. La malnutrition intense Alors… la Spiruline et lAfrique : un échec ? Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010

6 Deux questions : Pourquoi ce piétinement de la spiruline africaine ? Peut-on y remédier? Si oui, comment ? Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010

7 Examinons les 6 pôles suivants : B1 - Reconnaissance officielle de la spiruline en Afrique B2 - Maîtrise du procédé de production B3 - Organisation des fermes africaines B4 - Commercialisation de la spiruline en Afrique B5 - Commercialisation de la spiruline vers lEurope B6 - Distribution de la part humanitaire Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010

8 B1 - Reconnaissance officielle de la spiruline en Afrique la spiruline est souvent reconnue sur le terrain comme très efficace acceptation officieuse Arrivée du Projet Nayalgué en 2005 : un véritable changement dans les mentalités Refus ou « trainage de pied » de la part des organismes de santé internationaux (OMS, PAM, Unicef, ACF, GRET, nutritionnistes, etc.) pour accepter la spiruline. DONC pas dacceptation officielle par les organismes de santé africains publics et privés, malgré certains efforts (Burkina, Bénin, Sénégal) Produit peu utilisé dans les protocoles de lutte contre la malnutrition, au profit de farines enrichies dimportation (Plempynut). Eradication progressive de la spiruline dans les centres de santé africains. Turn-over important des responsables des services de santé Pas de transmission de linformation. Etude MAP : conclusions bien négatives car sous influence. Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010

9 B2 – Maîtrise du procédé de production Appropriation progressive (en 10 ans) par les exploitants du procédé de production, de lensemencement au conditionnement - Procédures dexploitation (BPP) - Accès libre au Burkina Faso grâce au système dassurance qualité mis en place par le Ministère de la Santé. Depuis lors les principaux problèmes observés il y a dix ans (nourriture, pressage, séchage, conditionnement…) ont pratiquement disparu. La qualité de la spiruline africaine a considérablement augmenté (qualité, goût, odeur). Elle permet aujourdhui lexportation. Encore certains points noirs : -Ignorance des protocoles dassurance qualité par certaines fermes, -Analyses microbiologiques insuffisantes et trop lentes -Peu de contrôles sur le terrain -Productivités très insuffisantes (<6g/j/m2) -Bâches plastiques à supprimer -Séchoirs solaires inopérant en période de pluie. -Technique de nourriture au pH-mètre encore trop peu répandue gaspillage et pb qualité -Technique délimination des éphédras peu appliquée -Difficulté à trouver les intrants Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010

10 B3 – Organisation des fermes Bonne coopération entre les producteurs africains - création de lAPSB - colloques panafricains biannuels Mise en place en 2005 dun centre de formation pour la culture de spiruline au CFPPA de Hyères (Var). Chaque année cession de 3 mois est consacrée à la spiruline humanitaire. Problèmes Inhérents aux partenaires locaux : limitation des projets aux petites fermes. Partenaires non adaptés pour gérer des fermes « entreprises » (structure, compétence, vocation, motivation). Problèmes de recrutement, de gestion humaine, de comptabilité. Mesures correctives très lentes. Maîtrise difficile des 4 pôles dune ferme « entreprise » : Technique, Humain, Gestion, Commercial. Dilution et flou dans les responsabilités. Sentiment disolement du chef dexploitation dans sa structure. Problèmes Inhérents à la tradition, à la pauvreté, au manque déducation : faible communication dans les équipes, non-dits, peurs, manque de curiosité, dinitiative et de créativité. Difficultés dans le travail déquipe, le commandement et la confiance. Difficultés dans lécrit. Ponctualité insuffisante. Prévisions faibles. Réactivité faible, décisions douloureuses et applications lentes ou absentes.. Pb de détournements. Pb inhérents aux ONG européennes : prise de conscience difficile de la complexité de tels projets: coûts dinvestissement et dexploitation sous- estimés, parfois ignorance du contexte africain, de la nécessité de lentreprise, des aspects commerciaux. Carence en responsables de projet « spiruline » maîtrisant les 4 pôles précités. Isolement des fermes malgré les efforts. Au sein de lAPSB, quelques difficultés dues aux distances, aux communications, au manque de moyens financiers. Difficultés pour la formation dafricains au CFPPA : obtention des visas presque impossible, coûts du séjour en France prohibitif.

11 Un marché en principe important : si 5% de la population consomme 1 sachet de spiruline par an au Burkina, cela représente une consommation de 16t/an. (production actuelle Burkina : environ 5t) Différentes techniques de vente progressivement développées : porte à porte, radio, télévision, associations de femmes o Prix de Vente trop élevé (550 FCFA les 25g soit 22000F/kg) par rapport au pouvoir dachat local. A lorigine un Prix de Revient élevé : 1.Surfaces de culture insuffisantes (cf. graphique « Prix de revient » vs « surface » com. Embiez 2004) 2.Coût des matériaux, de lénergie et des intrants prohibitifs (vs lInde ou la Chine et … la France !). 3.Salaires souvent supérieurs à lInde ou à la Chine La spiruline consommée par les plus aisés dans les villes ; faible pénétration en brousse (90% de la population) o Publicité et information faibles. Budgets « medias » insuffisants o Difficulté pour le chef dexploitation à maîtriser (en +) le volet commercial. Difficulté à trouver de bons agents commerciaux o Goût de la spiruline pas toujours accepté. Peu ou pas de dérivés alimentaires avec spiruline o Produit encore nouveau. Pas de tradition de consommation. o Spiruline encore souvent associée à lidée du Sida. o Compétition naissante avec les productions chinoise et indienne (cf. communication en 2004 aux Embiez: « production de spiruline en PVD, penser au lendemain» B4 – Commercialisation de la spiruline africaine en Afrique

12 Prix de Revient et surface dexploitation

13 B5 – Commercialisation de la spiruline africaine vers lEurope Possibilité déquilibrer les budgets dexploitation des fermes et de financer les parts humanitaires Une demande en Europe en constante progression ( marché diététique). Des producteurs de spiruline de qualité dans le midi de la France (>50 ) avec dexcellents circuits commerciaux. Ces producteurs sont en pénurie de spiruline pendant la période hivernale Bonne qualité de la spiruline africaine : croissance en plein air, séchage doux, composition satisfaisante, goût et odeur aujourdhui sans reproche Conditions de culture qui obéissent parfaitement aux certifications « équitable » Publicité et information en Europe sur la spiruline africaine presque inexistantes. Pas de représentation des fermes africaines en Europe. De + en + de demande pour une spiruline « bio » en Europe. Ce qui nest pas dans les objectifs des ONG des fermes actuelles encore tournées exclusivement vers lAfrique. Risque de diminution rapide de la demande européenne. Quelques problèmes de qualité sporadiques Transport de marchandises depuis lAfrique médiocrement fiable Idée reçue et sentiment de culpabilité de certains européens qui pensent que la spiruline africaine doit rester en Afrique. Craintes de certains producteurs face à limportation Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010

14 B6 – distribution humanitaire Des besoins et une demande immenses, malgré le blocus des organismes internationaux : - Centres de réhabilitation nutritionnelle pour les enfants, -organismes de prise en charge des PVVIH, - Dispensaires de ville et de brousse, hôpitaux, - écoles primaires, etc. Suite problèmes financiers et de gestion des fermes, tendance naturelle au cours des années à la réduction en peau de chagrin de la part humanitaire Circuits de distribution humanitaire lourds et coûteux à mettre en place, non budgétés à lorigine Prix de vente de la part sociale jugé souvent élevé par les organismes de santé qui bénéficient de médicaments subventionnés peu onéreux ou gratuits (ARV, CMV, Plempynut) Refus des organismes internationaux (OMS, Unicef, nutritionnistes, etc.). Parfois, véritable contre-publicité de leur part. Disparition de la spiruline dans les CREN suite protocole OMS, au profit de farines enrichies et laits dimportation. Turn-over important au niveau des responsables des services de nutrition accompagné dun manque de transmission de linformation, qui demeure officieuse et non écrite. Lorsque lon revient dans un CREN que lon croyait « acquis » à la spiruline, on constate souvent que celle-ci a disparu. Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010 BOF !

15 Résumons nous… Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010

16 Conclusion Si certains aspects liés au contexte et à lenvironnement ne peuvent être modifiés à court terme : ventes en Afrique difficiles liées à la pauvreté reconnaissance officielle très lente beaucoup de choses peuvent changer néanmoins en améliorant lorganisation des fermes par : La modernisation des fermes, La gestion : professionnalisation La réduction du prix de revient Lorientation vers lexport pour GARANTIR : Léquilibre financier La distribution humanitaire.

17 Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010

18 …Qui sommes-nous ? Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010 Notre équipe : une vingtaine dafricains et européens détient les compétences nécessaires pour la réussite des projets spiruline en Afrique, compte tenu de nos professions, de notre engagement et de notre grande expérience de la spiruline et de lAfrique. Notre association est à la fois jeune (JO décembre 2009) et expérimentée (par ses membres) Notre site : Africaspi

19 Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010 Développer la spiruline africaine dans un esprit à la fois Humanitaire et Economique

20 Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010

21

22

23

24

25

26 Et en plus, elle est bio

27 Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010

28

29

30 avec les Fermes Africaines existantes ou en gestation, volontaires pour lexpérience « africaspi » avec les Fermes Africaines existantes ou en gestation, volontaires pour lexpérience « africaspi » avec les distributeurs et les producteurs français volontaires avec les distributeurs et les producteurs français volontaires Nous souhaitons poursuivre…

31 Merci pour votre attention… Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010 Un grand Bravo à léquipe organisatrice du Colloque !!!


Télécharger ppt "Communication Africa'Spi - Colloque spiruline Koudougou 2010."

Présentations similaires


Annonces Google