La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SAF Les Petits Loups Isabelle Facoltoso 01/06/2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SAF Les Petits Loups Isabelle Facoltoso 01/06/2012."— Transcription de la présentation:

1

2 SAF Les Petits Loups Isabelle Facoltoso 01/06/2012

3 Lors dune visite de cette exposition, je me suis dit que ces tableaux-là devaient être vus par les enfants. Ainsi, avec laide dIngrid Valette, à partir déléments de visite construits et proposés aux classes maternelles par Marion Bouteiller (Pas que des pinceaux), jai pu construire une visite adaptée aux enfants de 30 mois à 3 ans et plus. Hans Hartung, E12

4 Peinture mélangée au sable

5 1.Découvrir : Offrir à lenfant la possibilité de découvrir un autre style de peinture. Depuis 4 ans, grâce aux valisettes de visite fabriquées en collaboration avec les plasticiens et médiatrices du musée, les enfants ont pu découvrir la peinture figurative, les natures mortes, les statues….et quelques tableaux « abstraits ». Cette exposition Gandur, permet aux enfants et aux adultes accompagnants de souvrir vers un autre style, dautres matières, des couleurs. 1.Lintérêt de lenfant La couleur, la matière, le mouvement sont des notions visuelles, sensorielles et motrices qui sont la base, lessence même du développement de lenfant. Michel Ragon dit : « Jappelle art abstrait tout art qui ne contient aucun rappel, aucune évocation de la réalité observée, que cette réalité soit, ou ne soit pas le point de départ de lartiste. » Ce « flou » artistique permet à lenfant dimaginer, de rêver. Cette « livraison » visuelle libre de lartiste permet à lenfant dexprimer, de projeter ses propres visions, dexprimer son imaginaire et ses désirs « intérieurs ».

6 Durant une visite Naël me dit : Naël (3 ans) : Je vois Bob Marley moi : Bob Marley, mais où ça ? Naël : Et bien les couleurs ! Moi, ah oui effectivement ce sont les couleurs de la Jamaïque et donc de Bob Marley Naël : Oui, jaune, vert, rouge

7 Victor (35 mois) voyant des traits noirs sur un tableau me dit : Victor : Là, cest un chat Moi : Tu crois ? Victor : Oui, cest un chat Lenfant, en fonction de ses préoccupations « intérieures » actuelles et ce quil voit, peut « prendre ses désirs pour la réalité, sa réalité ». Cest dans cette phase intermédiaire entre « le dedans » (son moi) et « le dehors » (le tableau) que limaginaire, la liberté « de penser», de « sexprimer» trouvent leurs origines, où lenfant mêle son savoir, son point de vu à celui de lartiste. Nest ce pas ce que lenfant fait lorsquil peint, colle du tissu ? Nest-ce pas une projection de son état intérieur, de ses pulsions motrices, de ses gouts (plutôt bleu que rouge…), de ses choix ? Peindre en mouvement est un état de fait pour lenfant.

8 a / Préparer lévènement en : valorisant les peintures faites par les enfants en les accrochant au mur comme au musée pour que les enfants puissent les montrer à leurs parents et aux autres enfants, présentant des images des tableaux de peinture exposés, présentant les éléments à trouver sur les tableaux exposés (jeu dassociation), préparant un support peinture afin de dessiner devant un tableau au musée, proposant aux enfants de faire comme lartiste : Collage, Déchirage…

9 b/ Les travaux réalisés par les enfants Les travaux des enfants se sont réalisés de trois façons différentes : 1 : les deux groupes denfants qui ont suivi lexposition ont peint lors des animations, une feuille en rouge de manière à pouvoir reproduire, assis devant le tableau au musée un élément (spirale) du tableau de Picabia Francis (le cercle infernal).

10 2: Avant daller au musée, en animation, un des deux groupes a pu réaliser des collages de papiers déchirés, cf. photos (ci-dessous). Pour cette activité, je leur ai présenté lélément du tableau de Villeglé Jacques (Boulevard St Martin).

11 Jai apporté leurs travaux au musée et nous avons pu mettre côte à côte leurs collages et celui de lartiste. Ainsi, après avoir commenté le tableau de lartiste, les enfants ont pu décrire leur propre tableau aux copains. Ils devenaient en un instant nos guides…

12 3 : Un des deux groupes a fait les collages après avoir vu le tableau au musée. Jai montré lélément du tableau aux enfants et ils ont pu œuvrer à leur tour. Par contre, ce groupe na pas pu faire le lien par la suite avec le tableau de Villeglé car lexposition Gandur était terminée. Cest regrettable car les enfants nont pas eu cet effet de surprise et la possibilité de commenter le tableau devant lœuvre de lartiste. « Un petit gout dinachevé ». Est-ce que lenfant a vraiment fait le lien ?

13 Dans un premier temps, je rappelle les règles de visite du musée. Tous ces enfants sont déjà venus entre 2 et 4 fois au musée en 1 an. Ils connaissent donc les règles. a/ Tableau de Magnelli Alberto, Ardoise Je présente au groupe les deux éléments identiques. Puis, deux enfants en particulier se portent volontaires avec leur assistante maternelle pour chercher ces éléments sur les tableaux.

14 Devant ce tableau, les enfants vont sinstaller pour reproduire sur feuille peinte en rouge, lélément spirale, rond, escargot…Les enfants le nomment comme ils le souhaitent. Les enfants étaient calmes et concentrés. Seuls les surveillants étaient sur le pied de guerre. Nous entourant, prêts à surgir au cas où un enfant venait à écrire sur le sol ou sur les murs. b/ Tableau de PICABIA Francis, Le cercle infernal

15 Mais pour les deux groupes, tout se passe dans le calme, les assistantes maternelles, assises à coté, accompagnant lenfant tout en le laissant libre face au tableau et à sa feuille. Je pense que cétait une première pour le musée permettre à des enfants aussi petits, de crayonner face à une œuvre dartiste. Ceci dit, la première fois, je nétais pas tranquille non plus, mais jai fait confiance aux enfants et aux assistantes maternelles. Javoue que les visiteurs sarrêtaient pour regarder, émerveillés ces enfants dessiner.

16 c/ Tableau de Barre Martin, sans titre Arrivée devant le tableau, comme à chaque fois, je questionne les enfants sur ce quils peuvent voir, imaginer ? Après les avoir écoutés, je leur suggère une idée. Là, cétait lidée dun circuit de voitures. Alors je sors du sac des voitures que je fais rouler à distance du tableau. Anecdote : Le soir, en rentrant, Victor dira à sa maman : « Jai vu le circuit au musée. » Ainsi, la conversation sengagea entre le parent, lenfant et lassistante maternelle sur la visite au musée.

17 d/ Tableau de Mathieu Georges, sans titre Les enfants énumèrent les couleurs présentes sur le tableau. Lorsquils énoncent une couleur, je sors du sac le tube de peinture correspondant. Lénumération terminée, je montre la façon dont lartiste a fait ce tableau. Je mets ainsi laccent sur le mouvement. En effet, je projette par la suite de proposer un espace sur feuille ou autre, suffisant grand, pour quà leur tour, ils puissent peindre dans le mouvement « comme Georges Mathieu » et pourquoi pas en musique ? Malheureusement, nous navons pas pu visionner le petit film prévu à cet effet car les enfants devaient attendre mais peut-être aurais-je loccasion de leur montrer sur un écran dordinateur avant lactivité.

18 Ce tableau a servi de support à latelier collage. Devant cette œuvre, les enfants ont joué à reconnaitre les couleurs, à repérer les graphismes. Par la suite, ils en ont fait de même pour leurs travaux. Le but étant de faire le lien entre ce quils avaient fait ou ce quils allaient produire. e/ Tableau de Villeglé Jacques, Boulevard Saint Martin

19 f/ Tableau de Burri Alberto, Sacci Une fois le tableau trouvé par les enfants, nous discutons sur la matière de ce tableau, notamment le jute. Dans un prochain atelier, japporterai du jute aux enfants pour faire le lien entre ce quils ont vu, limage et la matière. Ce tableau représente de la toile de jute et tissus vestimentaires. Ces morceaux de tissu sont en noir et blanc. Les enfants et les assistantes maternelles se sont arrêtés un instant sur cette toile, les enfants étaient intrigués par le fait que ce ne soit pas de la peinture et que ce soit noir. Une assistante maternelle me dit : « Cela pourrait être intéressant de coller du tissu de différentes matières. Cela changerait de la peinture…

20 Anecdote : Lorsque nous avons voulu sortir de lexposition, nous nous sommes perdus dans les étages du musée. Le hasard a voulu que nous passions devant les tableaux de Soulages. Nous navons pas eu le temps de nous y attarder mais les enfants marchaient tout en regardant les tableaux et certains peut-être surpris, ne décrochaient pas leur regard de ces tableaux. Et là, je me suis dit : « Mais bien sûr, la matière, la peinture, la lumière, voilà, la prochaine visite : Les œuvres de Soulages ! ».

21 Cette exposition ma permis détablir un véritable lien entre la visite de lexposition et les ateliers proposés en animation. En effet, labstraction avec ses couleurs, ses matières, ses gribouillis, ses collages, est dans la conception de base adapté et à la portée » du faire » chez lenfant. Contrairement au figuratif où lenfant ne peut que regarder, décrire ou ajouter sa petite touche (couleurs sur les formes pré-faites). Le « non défini » de la peinture abstraite permet à lenfant dexprimer son imaginaire son point de vu, son interprétation. Le figuratif permet à lenfant de se raconter une histoire ou que ladulte lui raconte une histoire mais la partie imaginaire peut-être bloquée par laspect de la figuration réaliste du tableau. Pour les enfants, ces deux aspects se complètent et permettent à lenfant de découvrir plusieurs formes de peinture, de leur laisser trace … Pour ma part, cette ouverture sur le monde de lart, quel quil soit (livres, musique, danse…) ainsi que la diversité offerte à lenfant, sont primordiales dans ma démarche pédagogique.

22 Lannée prochaine (2012/2013) je souhaiterais organiser une exposition au musée des travaux effectués par les enfants. Cette exposition serait loccasion détablir une relation entre les parents, les enfants, les assistantes maternelles, le personnel de la crèche familiale et le personnel du musée. Je terminerai par une phrase de Winnicott : « La créativité, cest ce qui donne à lhomme le sentiment que la vie vaut la peine dêtre vécue ». Eveiller les enfants sur le monde, leur permettre de rêver, de créer, de penser, davoir un regard critique, en les soutenant dun regard bienveillant jespère les accompagner dans leur élan vers la vie.


Télécharger ppt "SAF Les Petits Loups Isabelle Facoltoso 01/06/2012."

Présentations similaires


Annonces Google