La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

FORMATION SUR : EXPLOSION DE LINFORMATION ÉTAPES DUNE RECHERCHE RÉUSSIE STRATÉGIE DE LA RECHERCHE Préparé par Diane Sauvé, B. Sc., M. Bibl. Novembre 2013.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "FORMATION SUR : EXPLOSION DE LINFORMATION ÉTAPES DUNE RECHERCHE RÉUSSIE STRATÉGIE DE LA RECHERCHE Préparé par Diane Sauvé, B. Sc., M. Bibl. Novembre 2013."— Transcription de la présentation:

1 FORMATION SUR : EXPLOSION DE LINFORMATION ÉTAPES DUNE RECHERCHE RÉUSSIE STRATÉGIE DE LA RECHERCHE Préparé par Diane Sauvé, B. Sc., M. Bibl. Novembre 2013

2 1. OBJECTIFS 2. EXPLOSION DE LINFORMATION 3. ÉTAPES DUNE RECHERCHE RÉUSSIE 4. STRATÉGIE DE LA RECHERCHE 5. WEB OF SCIENCE 6. SCOPUS 7. URL DE LA PRÉSENTATION 8. CONTACT POUR LA FORMATION ENDNOTE

3 1. GOALS 1.Apprendre à structurer une stratégie de recherche 2.Obtenir une bonne connaissance de Scopus et WOS 3.Utiliser efficacement Scopus et WOS

4 1. OBJECTIFS 2. EXPLOSION DE LINFORMATION 3. ÉTAPES DUNE RECHERCHE RÉUSSIE 4. STRATÉGIE DE LA RECHERCHE 5. WEB OF SCIENCE 6. SCOPUS 7. ADRESSE WEB DE LA PRÉSENTATION 8. CONTACT POUR LA FORMATION ENDNOTE

5 Traduction de : Besoin dinformation

6 Traduction de : Où la trouver ?

7 Traduction de : Vous pouvez chercher sur le WEB

8

9

10 Traduction de : Etes-vous vraiment chanceux ?

11 Traduction de : Très propablement, vous allez trouver BEAUCOUP dinformations…

12 Traduction de : …Mais avez-vous trouvé toutes les informations PERTINENTES ?

13 ANNÉELIVRES PUBLIÉS/ ANLIVRES/MILLION DE PERSONNES , ,000, ,013, Nombre de livres publiés dans le monde ** * * * * Traduction de : ** Basé sur les données de :http://www.worldometers.infoBasé sur les données de :http://www.worldometers.info

14 NOUVEAUX TITRES DE LIVRES ET DÉDITIONS,

15 Traduction de : AVALANCHE DINFORMATIONS Information double: : 150 ans : 50 ans : 10 ans : 5 ans Dici 2020, linformation va doubler à tous les 73 jours Source: 1992 Conference Teach America, cité par Gary Starkweather

16

17 Number of Interner users by language LES 10 LANGUES LES PLUS UTILISÉES DANS LE WEB

18 Hour+Customer,+ 2010&hl=fr&sa=X&ei=snKRUJXoD6rfyQGcloCwBg&ved=0CDcQ6AEwAA#v=onepage&q=The% 2024-Hour%20Customer%2C%202010&f=false

19 En 2011 La quantité dinformations créées et répliquées va surpasser 1,8 zettaoctets (1,8 milliard de gigaoctets) Croissance dun facteur de 9 en seulement 5 ans Traduction de :

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40 Octobre 2013 Les modes de communications au Québec à travers les générations

41 Octobre 2013 Les modes de communications au Québec à travers les générations

42 Octobre 2013 Les modes de communications au Québec à travers les générations

43 Octobre 2013 Les modes de communications au Québec à travers les générations

44

45 Période : Internautes : 3 millions en 1990 Les producteurs Web diffusent des contenus vers les usagers. Ils créent des contenus basés sur ce qu'ils pensent que les gens veulent. Il s'agit principalement de pages composées de textes et d'images reliées entre elles à l'aide d'hyperliens.

46 Période: Internautes: 1,45 milliard en 2008 La mise en place de nouvelles plateformes permet aux usagers de créer et de partager des contenus Web riches. L'interactivité est à la mode, l'usager est à la fois consommateur et producteur de contenu. On voit alors apparaître les blogues; la baladodiffusion; le partage de vidéos, de photos et de musique; le système de « tags »; les fils RSS; ainsi que la prolifération des réseaux sociaux.

47 Période: Internautes: 2,2 milliards en 2013 Dans les 10 prochaines années, nous connaîtrons le Web en temps réel, l'interopérationnalité des systèmes, l'intégration accrue des jeux en ligne, des mondes virtuels et des portails 3D dans l'éducation, les entreprises et nos vies. La présence d'agents intelligents et de widgets permettra aux usagers de personnaliser Internet selon leurs intérêts et leurs groupes d'amis ou de relations. L'usager devient consommateur, producteur et diffuseur.

48

49 1

50

51

52

53

54

55 HIV-1

56 CACHÉCACHÉ PROFONDPROFOND

57 Web

58 900% par an de croissance estimée 95 % de linformation est gratuite 70% du contenu est : bases de données de sujets précis et en majorité scientifiques bibliothèques en ligne publications diverses profondeurs-du-web Web

59 Source: Web visible et invisible: 2 approches pour une veille efficace.ASSELIN C. (2006). DIGIMIND.

60 fa=632293&N-p= &N-play=0&N- s=1_ &N-u=1_ s=1_ &N-u=1_206023&N- p= &N-f=1_ &N- fa= WEB INVISIBLE

61 Sur les 519 questionnaires complétés (taux de réponse: 23.4%): 67,5 % des doctorants nont pas reçu de formation à la recherche documentaire au cours de lensemble de leur cursus universitaire ENQUÊTE MENÉE EN AUPRÈS DE 2218 DOCTORANTS EN BRETAGNE SUR LES BESOINS EN MATIÈRE DE MAÎTRISE DE LINFORMATION SCIENTIFIQUE

62 Ressources documentaires les plus utilisées : 96 % : moteurs de recherche 65 % : catalogue de la bibliothèque 55 % : documentation du laboratoire ENQUÊTE MENÉE EN AUPRÈS DE 2218 DOCTORANTS EN BRETAGNE SUR LES BESOINS EN MATIÈRE DE MAÎTRISE DE LINFORMATION SCIENTIFIQUE

63 Ressources documentaires rarement ou jamais utilisées : 88 % : bases de données brevets 74 % : catalogues étrangers 62 % : bases de données : Medline, Francis, Pascal… ENQUÊTE MENÉE EN AUPRÈS DE 2218 DOCTORANTS EN BRETAGNE SUR LES BESOINS EN MATIÈRE DE MAÎTRISE DE LINFORMATION SCIENTIFIQUE

64 Utilisation des moteurs de recherche : 85 % : Google 37 % : Google Scholar 46 % : ne connaissent pas les moteurs de recherche spécialisés dans leur discipline et 20 % seulement les utilisent ENQUÊTE MENÉE EN AUPRÈS DE 2218 DOCTORANTS EN BRETAGNE SUR LES BESOINS EN MATIÈRE DE MAÎTRISE DE LINFORMATION SCIENTIFIQUE

65 65 % : nutilisent pas les logiciels de gestion de références bibliographiques 53 % : connaissent la notion de facteur dimpact ENQUÊTE MENÉE EN AUPRÈS DE 2218 DOCTORANTS EN BRETAGNE SUR LES BESOINS EN MATIÈRE DE MAÎTRISE DE LINFORMATION SCIENTIFIQUE

66 Staphylococcus aureus

67 1. OBJECTIFS 2. EXPLOSION DE LINFORMATION 3. ÉTAPES DUNE RECHERCHE RÉUSSIE 4. STRATÉGIE DE LA RECHERCHE 5. WEB OF SCIENCE 6. SCOPUS 7. ADRESSE WEB DE LA PRÉSENTATION 8. CONTACT POUR LA FORMATION ENDNOTE

68 1. Définir le sujet de recherche - Remue-méninges - Qui - Quoi - Quand - Où - Pourquoi - Comment Questionner le (s) spécialiste(s)

69 1. Définir le sujet de recherche 2. Choisir les termes (concepts) - Termes génériques - Termes spécifiques

70 urce#55 CHOISIR LES TERMES (CONCEPTS)

71 1. Définir le sujet de recherche 2. Choisir les termes (concepts) 3. Ajouter le vocabulaire libre/contrôlé + limites - Thésaurus - Dictionnaires - Manuels - Wikipédia - Banques de données - Articles de périodiques - Auteur(s) - Temps - Langue(s) - Type de document(s) - Lieu

72 1. Définir le sujet de recherche 2. Choisir les termes (concepts) 3.. Ajouter le vocabulaire libre/contrôlé + limites 4. Structurer la stratégie de recherche - Opérateurs booléens - Opérateurs de proximité - Troncature

73 1. Définir le sujet de recherche 2. Choisir les termes (concepts) 3. Ajouter le vocabulaire libre/contrôlé 4. Structurer la stratégie de recherche 5. Choisir la banque de données - Types de documents - Types de recherche

74 1. Définir le sujet de recherche 2. Choisir les termes (concepts) 3. Ajouter le vocabulaire libre/contrôlé + limites 4. Structurer la stratégie de recherche 5. Choisir la banque de données 6. Analyser - Pertinence - Bruit / Silence

75 1. Définir le sujet de recherche 2. Choisir les termes (concepts) 3. Ajouter le vocabulaire libre/contrôlé + limites 4. Structurer la stratégie de recherche 5. Choisir la banque de données 6. Analyser 7. Affiner, ajuster

76 1. Définir le sujet de recherche 2. Choisir les termes (concepts) 3. Ajouter le vocabulaire libre/contrôlé + limites 4. Structurer la stratégie de recherche 5. Choisir la banque de données 6. Analyser 7. Affiner, ajuster 8. Veille - Alertes

77 1. Définir son sujet de recherche 2. Choisir les termes (concepts) 3. Ajouter le vocabulaire libre/contrôlé + limites 4. Structurer la stratégie de recherche 5. Choisir la banque de données 6. Analyser 7. Affiner, ajuster 8. Veille -Logiciels de gestion de références bibliographiques 9. Gestion de linformation

78

79 1. Définir son sujet de recherche 2. Choisir les termes (concepts) 3. Ajouter le vocabulaire libre/contrôlé + limites 4. Structurer la stratégie de recherche 5. Choisir la banque de données 6. Analyser 7. Affiner, ajuster 8. Veille - Remue-méninges - Qui - Quoi - Quand - Où - Pourquoi - Comment Questionner la (les) spécialiste(s) - Termes génériques - Termes spécifiques -Thésaurus - Dictionnaires - Manuels - Wikipédia - Banques de données - Articles de périodiques - Opérateurs booléens - Opérateurs de proximité - Troncature - Types de documents - Types de recherche - Pertinence - Bruit / Silence -Logiciels de gestion de références bibliographiques 9. Gestion de linformation - Alertes - Auteur(s) - Temps - Langue(s) - Type de document(s) - Lieu

80 Les synonymes variante orthographique : britannique, américain ( TUMOUR = TUMOR ) évolution du langage ( BIODEGRADATION = BIOLOGICAL DEGRADATION) synonymie sémantique ( VITAMINE C = ASCORBIC ACID ) synonymie d'usage ( THIOCOL = THIOALCOOL ) jargon ou langage populaire ( FLU = INFLUENZA ) Les quasi synonymes (significations différentes mais notions voisines) variantes d'un même concept ( FLUIDITE = VISCOSITE )

81 VIRUS DE LA ROUGEOLE

82 1. OBJECTIFS 2. EXPLOSION DE LINFORMATION 3. ÉTAPES DUNE RECHERCHE RÉUSSIE 4. STRATÉGIE DE LA RECHERCHE 5. WEB OF SCIENCE 6. SCOPUS 7. ADRESSE WEB DE LA PRÉSENTATION 8. CONTACT POUR LA FORMATION ENDNOTE

83 J. Virol. 2012, 86 (8) :

84 The latent membrane protein 1 (LMP1) oncogene of Epstein-Barr virus can simultaneously induce and inhibit apoptosis in B cells

85

86 OPÉRATEURS BOOLÉENS

87 SIGNE DU DOLLAR $ représente 0 ou 1 caractère Colo$r color colour N.B. Seulement pour WOS TRONCATURE

88 ASTÉRISQUE * représente 0 et + caractères *Degrad* degrade, degrading, degradation, degraded, degradative, biodegrade, biodegrading, biodegraded, biodegradation, biodegradative, degradable, biodegradable, degradomics, degrades, biodegrades, degradome, degrability, biodegradability TRONCATURE

89 POINT DINTERROGATION ? représente 1 caractère Wom?n woman, women TRONCATURE

90 GUILLEMETS Les guillemets sont utilisés pour trouver une expression exacte. Stem cell stem cell OPÉRATEURS DE PROXIMITÉ

91 NEAR/n Références trouvées avec les termes placés dans lordre écrit et pouvant contenir des mots entre les 2 termes n représente 0 ou + chiffres Human NEAR/0 Herpesvirus NEAR/1 4 Human Herpesvirus 4 Human Herpesvirus type 4 N.B Seulement pour WOS OPÉRATEURS DE PROXIMITÉ

92 SAME Références trouvées avec les termes cherchés dans la même phrase au niveau de ladresse : Inst Armand-Frappier SAME Canada Cest comme un AND si utilisé dans la plupart des autres champs N.B. Seulement pour WOS OPÉRATEURS DE PROXIMITÉ

93 EXPRESSION drug resistance drug AND resistance drug resistance drug resistance OPÉRATEURS DE PROXIMITÉ

94 Références trouvées avec les termes placés dans lordre écrit et pouvant contenir des mots entre les 2 termes n représente 0 à 250 chiffres PRE/0 PRE/3 PRE/4 PRE/5 trouve les termes dans la même locution PRE/15 trouve les termes dans la même phrase PRE/50 trouve les termes dans le même paragraphe N.B. Seulement pour Scopus OPÉRATEURS DE PROXIMITÉ PRE/N

95 W/n Références trouvées avec les termes en ordre ou en désordre et pouvant contenir des mots entre les 2 termes n représente 0 à 250 chiffres B W/0 lymphocyte B lymphocyte Lymphocyte B N.B. Seulement pour Scopus OPÉRATEURS DE PROXIMITÉ

96 TRAIT DUNION drug-resistance drug resistance immuno-compromised immunocompromised OPÉRATEURS DE PROXIMITÉ

97 A B Latent membrane protein 1 Latent membrane protein-1 LMP1 LMP-1 Epstein-Barr virus* Epstein Barr virus EBV E-B virus* E B virus* Human herpesvirus 4 Human herpesvirus type 4 HHV-4 HHV 4 Burkitt lymphoma virus* Burkitt's lymphoma virus* Burkitts lymphoma virus* Burkitt herpesvirus* Infectious mononucleosis virus* B cell$ B lymphocyte$ Apostosis D c

98 Références pertinentes AB STRATÉGIE DE RECHERCHE : SITUATION IDÉALE C D

99 Voir Aide-mémoire (PDF)

100 Références pertinentes STRATÉGIE DE LA RECHERCHE : OPTIMAL Synonyme s TroncatureAbréviations Opérateurs de logique booléenne et de proximité Structure de la stratégie Formulation de la requête

101

102

103 STRATÉGIE DE RECHERCHE : TROP DE SILENCE Ajouter des termes + génériques Ajouter des synonymes Ajouter des abréviations existantes Utiliser correctement la troncature Utiliser les bons opérateurs Utiliser les termes anglais et britanniques Oter un groupe de termes Fautes de frappe (usager, banque de données) Vérifier la combinaison des termes Choix de la banque de données Banque de données SILENCE Références pertinentes trouvées Références pertinentes non trouvées Références non pertinentes trouvées BRUIT

104

105 Changer pour des termes plus spécifiques Ajouter les groupes de termes progressivement Utiliser correctement la troncature Utiliser les bons opérateurs Choix de la banque de données STRATÉGIE DE RECHERCHE : TROP DE BRUIT Banque de données SILENCE Références pertinentes trouvées Références pertinentes non trouvées Références non pertinentes trouvées BRUIT Limiter par des champs Utiliser lexpression exacte :

106 A CHAQUE TYPE DINFORMATION SON OUTIL DE RECHERCHE Avec ce tutoriel vous apprendrez comment choisir le bon outil de recherche pour trouver l'information souhaitée : base de données, catalogue de bibliothèque, moteur de recherche.

107 TYPOLOGIE DES DOCUMENTS TYPE DE DOCUMENTS

108 CARACTÉRISTIQUES DES TYPES DE REVUES

109 REVUE SCIENTIFIQUE

110 REVUE SCIENTIFIQUE Environ 5,000-10,000 éditeurs de revues Environ 28,100 journaux actifs revus par des pairs en août 2012 publiant environ 1.7–1.8 million articles chaque année (Royal Society, 1995; NSF, 2012; Björk, Roos, & Lauri, 2009) Croissance constante depuis 1665 : Nombre d'articles publiés chaque année : environ 3% par an Nombre de journaux revisés par des pairs : environ 3,5% par an (Mabe, 2003)

111 REVUE SCIENTIFIQUE Production mondiale d'articles scientifiques : États-unis : 21% Chine : 10% Royaume-Uni : 7% Japon : 6% Allemagne : 6% France : 4% 54%

112 REVUE SCIENTIFIQUE Les chercheurs universitaires lisent entre articles par an (King & Tenopir, 2004) Le temps moyen passé à lire un article de journal : Environ minutes entre 1977 et 1995 Depuis il a chuté à un peu plus de 30 minutes (Renear & Palmer 2009) Longueur moyenne des articles est passé de 7.4 à 12.4 pages entre 1975 et 2001

113 REVUE SCIENTIFIQUE Nombre de noms dauteurs par article aux États-Unis a passé de 2.2 en 1990 à 5.6 en 2010 (NSF, 2012) Un article scientifique prend heures en moyenne à ses auteurs pour le rédiger (King & Tenopir 2004). Les 2 ou 3 vérificateurs vont prendre 3–6 heures en moyenne pour réviser larticle (Tenopir, 2000; Ware & Monkman 2008)

114 REVUE EN ACCÈS LIBRE Traduction de : SCIENCE 4 OCTOBRE 2013 VOL 342, pp John Bohannon Whos Afraid of Peer Review? Un document attrape qui a été concocté par la revue Science révèle quil y a peu ou aucun contrôle pour plusieurs revues en accès libre.

115 REVUE EN ACCÈS LIBRE Traduction de : Faux noms de chercheurs Faux noms dinstitutions Sujet: Propriétés anticancéreuses dun produit chimique extrait dun lichen Période: 10 mois Nombre de versions de papier envoyé aux revues: 304 Nombreux drapeaux rouges : graphiques, matériel et méthodes Vérifié par des pairs examinateurs: chercheurs en biologie moléculaire de luniversité dHarvard

116 REVUE EN ACCÈS LIBRE Traduction de : Près de 52% des revues ont accepté larticle Accepté par Sage, Elsevier et Wolters Kluwer Accepté par des revues publiées par des institutions académiques prestigieuses et des revues de sociétés savantes Accepté par des revues dont le domaine nétait pas approprié Environ 60% des décisions finales: aucun signe dexamen par les pairs La plupart des commentaires ont porté uniquement sur la mise en page, le formatage et la langue de larticle Près de 12% des papiers ont été reconnus pour avoir des problèmes scientifiques Environ 1/3 des revues sont situées en Inde

117 REVUE EN ACCÈS LIBRE 255 papiers

118

119

120 DOMAINEMédical BASES DE DONNÉES PubMed: SciFinder: https://scifinder.cas.org/https://scifinder.cas.org/ Biological Abstracts($) : EMBASE($) : VIRUS EPSTEIN-BARR

121 TYPE DE DOCUMENTS Brevets BASES DE DONNÉES SciFinder : https://scifinder.cas.org/https://scifinder.cas.org/ Google scholar Scopus : Scirus: Espacenet : Par pays: VIRUS EPSTEIN-BARR

122 TYPE DE DOCUMENTS Thèses BASES DE DONNÉES ProQuest : WorldCat : Scopus : INRS : &vid=INRS&tab=eprint_inrs& &vid=INRS&tab=eprint_inrs& OATD : Thèses par pays: catalogues-des-theses/index.html#c3338 France: DART-Europe: VIRUS EPSTEIN-BARR

123 TYPE DE DOCUMENTS Épidémiologie (statistiques) SITES WEB OMS : Canada : University du Delaware: BASES DE DONNÉES LIVRES PubMed : VIRUS EPSTEIN-BARR

124 1. OBJECTIFS 2. EXPLOSION DE LINFORMATION 3. ÉTAPES DUNE RECHERCHE RÉUSSIE 4. STRATÉGIE DE LA RECHERCHE 5. WEB OF SCIENCE 6. SCOPUS 7. ADRESSE WEB DE LA PRÉSENTATION 8. CONTACT POUR LA FORMATION ENDNOTE

125 Adresse Web pour revoir cette présentation : Sous les rubriques: Sciverse Scopus et Web of science

126 Pour commentaires : Diane Sauvé # 4340


Télécharger ppt "FORMATION SUR : EXPLOSION DE LINFORMATION ÉTAPES DUNE RECHERCHE RÉUSSIE STRATÉGIE DE LA RECHERCHE Préparé par Diane Sauvé, B. Sc., M. Bibl. Novembre 2013."

Présentations similaires


Annonces Google