La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Vorlesung: Romantik Friedrich-Schiller-Universität Jena Wintersemester 2010/11 Dr. Olaf Müller.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Vorlesung: Romantik Friedrich-Schiller-Universität Jena Wintersemester 2010/11 Dr. Olaf Müller."— Transcription de la présentation:

1 Vorlesung: Romantik Friedrich-Schiller-Universität Jena Wintersemester 2010/11 Dr. Olaf Müller

2 Romantik vor der Romantik Die Erfindung des Préromantisme Rousseau und die Rousseaurezeption Sensibilité Vorlesung Romantik, Dr. Olaf Müller,

3 Jean-Jacques Rousseau ( ) Vorlesung Romantik, Dr. Olaf Müller,

4 Zusammenfassung der letzten Woche Epochengrenzen: Anfänge Mögliche Daten: Alphonse de Lamartine: Méditations poétiques (1820) Victor Hugo: Hernani (1830)

5 Anfänge, Definitionen und noch 1846 Baudelaire im Salon de 1846: Pour moi, le romantisme est lexpression la plus récente, la plus actuelle du beau

6 Um 1800 Germaine de Staël: De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales (1800) François de Chateaubriand: Génie du Christianisme (1802) Historisierung literarischer Produktion, die nun nicht mehr an einem absoluten, aus der Antike abgeleiteten Ideal des Schönen gemessen wird

7 Begriffsentwicklung romantique / romantisme Adjektiv romantique existiert lange vor dem Substantiv romantisme (vgl. Hans Eichner: Romantic and its Cognates. The European History of a Word. Toronto 1972)

8 Drei Stationen der Begriffsentwicklung 1) als Adjektiv für zum Roman oder zur Romanze gehörig (17. Jahrhundert) 2) Ausdruck in visuellen Medien und Praktiken wie Landschaftsmalerei und Landschaftsarchitektur (ab dem 18.Jh. Ausgehend von England) 3) literarhistorischer Ausdruck ab der Mitte des 18.Jahrhunderts

9 Zu 1) Im MA enromancier, romancar oder romanzare für die Übersetzung populärer lateinischer Erzähltexte in die romanischen Volkssprachen Daher romanz, romant oder romanzo als Gattungsbezeichnung für die so entstandenen Texte Vor allem Ritterromane des Spätmittelalters

10 Noch zu 1) Adjektiv romanesque im Sinne von romanhaft, erfunden oder unwahr

11 Zu 2) Ausgehend von den in den Ritterromanen evozierten Landschaften, wird zunächst im Englischen romantick zu einem Landschaftsbegriff Shaftesbury 1709: romantick wayals Synonym für Enthusiasmus, Schwärmerei, Melancholie oder poetische Ekstase, wie sie besonders bei Liebenden, Künstlern oder Dichtern zu beobachten seien

12 Noch zu 2) Besonders für englische Landschaftsgärten im Gegensatz zu den symmetrischen französischen Gartenanlagen In diesem Sinn 1777 bei René-Louis de Girardin: De la composition des paysages, in dem es dann auch Rousseau kennenlernt und 1778 in den

13 Rêveries Rêveries du promeneur solitaire (1782 veröffentlicht) verwendet: Les rives du lac de Bienne sont plus sauvages et romantiques que celles du lac de Genève, parce que les rochers et les bois y bordent leau de plus près; mais elles ne sont pas moins riantes.

14 Transfer bei Schlegel August Wilhelm Schlegel: Vorlesungen über dramatische Kunst und Literatur (1808) überträgt die Gartenmetapher auf den Gegensatz zwischen der klassischen französischen Tragödie und den als romantisch bezeichneten Dramen Shakespeares oder Calderóns

15 Zu 3) Mitte des 18. Jh. Unterscheidung zwischen romantischer, regelfreier Literatur (Tasso, Ariosto, Shakespeare, Milton) und antikisierender Literatur der französischen Klassik (so bei Herder: Vom gotischen Geschmack, 1766)

16 Romantik und Liberalismus in Frankreich Mme de Staël: De lAllemagne (1813/14) Stendhal: Racine et Shakespeare (1823/25) Hugo: Vorwort zu Hernani (1830): Le romantisme, tant de fois mal défini, nest, à tout prendre, et cest là sa définition réelle, si lon ne lenvisage que sous son côté militant, que le libéralisme en littérature

17 Das 18. Jahrhundert aus der Sicht des 19. Lorsque je relis la plupart des écrivains du dix-huitième siècle, je suis confondu, et du bruit quils ont fait et de mes anciennes admirations. Soit que la langue ait avancé, soit quelle ait rétrogradé, soit que nous ayons marché vers la civilisation, ou battu en retraite vers la barbarie, il est certain que je trouve quelque chose dusé, de passé, de grisaille, dinanimé, de froid

18 Chateaubriand: MOT dans les auteurs qui firent les délices de ma jeunesse. Je trouve même dans les plus grands écrivains de lâge voltairien des choses pauvres de sentiment, de pensée, de style. À qui men prendre de mon mécompte ? Jai peur davoir été le premier coupable ; novateur né, jaurai peut-être communiqué aux générations nouvelles la maladie dont jétais atteint.

19 Mémoires doutre-tombe, Forts. La littérature du dix-huitième siècle, à part quelques beaux génies qui la dominent, cette littérature, placée entre la littérature classique du dix-septième siècle et la littérature romantique du dix-neuvième, sans manquer de naturel, manque de nature ; nouée à des arrangements de mots, elle nest ni assez originale comme école nouvelle, ni assez pure comme école antique.

20 Victor Hugo: Sur Lord Byron Des esprits faux, habiles à déplacer toutes les questions, cherchent à accréditer parmi nous une erreur bien singulière. […] Ils continuent chaque jour de traiter la littérature quils nomment classique comme si elle vivait encore, et celle quils appellent romantique comme si elle allait périr. Ces doctes rhéteurs, qui vont proposant sans cesse de changer ce qui existe contre ce qui a existé, nous rappellent involontairement le Roland fou de lArioste qui

21 Sur Lord Byron (1824), 2 prie gravement un passant daccepter une jument morte en échange dun cheval vivant. Roland, il est vrai, convient que sa jument est morte, tout en ajoutant que cest là son seul défaut. Mais les Rolands du prétendu genre classique ne sont pas encore à cette hauteur, en fait de jugement ou de bonne foi. Ils faut donc leur arracher ce quils ne veulent pas accorder, et leur déclarer quil nexiste aujourdhui quune

22 Sur Lord Byron, 3 littérature comme il nexiste quune société ; que les littératures antérieures, tout en laissant des monuments immortels, ont dû disparaître et ont disparu avec les générations dont elles ont exprimé les habitudes sociales et les émotions politiques.

23 Sur Lord Byron, 4 Quon ne sy trompe pas: cest en vain surtout quun petit nombre de petits esprits essaient de ramener les idées générales vers le désolant système littéraire du dernier siècle. Ce terrain, naturellement aride, est depuis long-temps desséché. Dailleurs on ne recommence pas les madrigaux de Dorat après les guillotines de Robespierre, et ce nest pas au siècle de Bonaparte quon peut continuer Voltaire. La littérature réelle de notre âge […] est défendue

24 Sur Lord Byron, 5 par ceux qui pensent avec leur âme, jugent avec leur esprit et sentent avec le cœur ; cette littérature na point lallure molle et effrontée de la muse qui chanta le cardinal Dubois, flatta la Pompadour et outragea notre Jeanne dArc. […] Étrangère à tout ce qui nest pas son but véritable, elle puise la poésie aux sources de la vérité. Son imagination se féconde par la croyance. Elle suit les progrès du temps, mais dun pas grave et mesuré. Son caractère est

25 Sur Lord Byron, 6 sérieux, sa voix est mélodieuse et sonore. Elle est, en un mot, ce que doit être la commune pensée dune grande nation après de grandes calamités : triste, fière et religieuse.

26 Übergang Lumières-Romantisme Paul Bénichou: Le sacre de lécrivain (1973) sacerdoce poétique

27 Literatur Catherine Thomas: Le mythe du XVIII e siècle au XIX e siècle (1830–1860) (2003) Georges Gusdorf: Naissance de la conscience romantique au siècle des Lumières (1976) Michel Delon: LIdée dénergie au tournant des Lumières (1770–1820) (1988)

28 Rousseau: Rêveries 1. Promenade, Anfang: Me voici donc seul sur la terre, nayant plus de frère, de prochain, dami, de société que moi- même. Le plus sociable et le plus aimant des humains en a été proscrit par un accord unanime. Ils ont cherché dans les rafinemens de leur haine quel tourment pouvoit être le plus cruel à mon âme sensible, et ils ont brisé violemment tous les liens qui mattachoient à eux. Jaurois aimé les hommes en dépit

29 1. Promenade, Anfang deux-mêmes. Ils nont pu quen cessant de lêtre se dérober à mon affection. Les voilà donc étrangers, inconnus, nuls enfin pour moi puis quils lont voulu. Mais moi, détaché deux et de tout, que suis-je moi- même ? Voilà ce qui me reste à chercher.

30 Nächste Woche: De la littérature und Génie Zur Vorbereitung: Kapitel Du vague des passions aus Chateaubriands Génie du Christianisme

31 La littérature du dix-huitième siècle, à part quelques beaux génies qui la dominent, cette littérature, placée entre la littérature classique du dix-septième siècle et la littérature romantique du dix-neuvième, sans manquer de naturel, manque de nature ; nouée à des arrangements de mots, elle nest ni assez originale comme école nouvelle, ni assez pure comme école antique. FDC: MOT I, Buch 11, Kap. 2.

32 Hugo, Nachruf auf Lord Byron (1824) Étrangère à tout ce qui nest pas son but véritable, elle puise la poésie aux sources de la vérité. Son imagination se féconde par la croyance. Elle suit les progrès du temps, mais dun pas grave et mesuré. Son caractère et sérieux, sa voix est mélodieuse et sonore. Elle est, en un mot, ce que doit être la commune pensée dune grande nation après de grandes calamités : triste, fière et religieuse.

33 Wdh.: Blicke der Romantiker auf das 18. Jahrhundert Jai peur davoir été le premier coupable ; novateur né, jaurai peut-être communiqué aux générations nouvelles la maladie dont jétais atteint ». FDC: MOT Teil 1, Buch 4, Kap. 12

34 Germaine de Staël ( ) 1788 Lettres sur les ouvrages et le caractère de Jean-Jacques Rousseau 1795 Essai sur les fictions 1800 De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales

35 Louis de Fontanes ( ) Ab 1800 Chefredakteur des regierungsnahen Mercure de France Juni 1800: lange Rezension zu De la littérature November 1800: 2. Ausgabe von De la littérature (mit Reaktionen auf Fontanes) Dez. 1800: Chateaubriands Rezension der 2. Ausgabe, wiederum im Mercure de France, als Lettre à M. de Fontanes

36 perfectibilité Das système de perfectibilité sei vor allem anzuwenden auf die progrès des idées, et non aux merveilles de limagination. On peut marquer un terme aux progrès des arts; il nen est point aux dévouvertes de la pensée. (De la littérature)

37 De la littérature, Lateinische Literatur unter Augustus Ce qui manque aux anciens dans la peinture de lamour, est précisément ce qui leur manque en idées morales et philosophiques. Lorsque je parlerai de la littérature des modernes, et en particulier de celle du dix-huitième siècle, où lamour a été peint dans Tancrède, la nouvelle Héloïse, Werther et les poètes anglais, &c, je montrerai comment le talent exprime avec dautant plus de force et de chaleur les affections sensibles, que la réflexion et la philosophie ont élevé plus haut la pensée.

38 De la littérature, Hauptteile 1) De la littérature chez les anciens et chez les modernes 2) De létat actuel des lumières en France, et de leurs progrès futurs

39 De la littérature, Teil 2 (Kap. 2) Du goût, de lurbanité des mœurs, et de leur influence littéraire et politique. (Kap. 4) Des Femmes qui cultivent les Lettres (Kap. 7) Du style des Ecrivains et de celui des Magistrats oder (Kap. 8) De lEloquence

40 De linvasion des Peuples du Nord, de létablissement de la Religion Chrétienne et de la renaissance des Lettres Linvasion des barbares fut sans doute un grand malheur pour les nations contemporaines de cette révolution; mais les lumières se propagèrent par cette événement même. Les habitans énervés du midi, se mêlant avec les hommes du nord, empruntèrent deux une sorte dénergie, et leur donnèrent une sort de souplesse, qui devoit servir à compléter les facultés intellectuelles.

41 De linvasion des Peuples du Nord, de létablissement de la Religion Chrétienne et de la renaissance des Lettres (II) La religion chrétienne dominoit les peuples du nord, en se saisissant de leur disposition à la mélancholie, de leur penchant pour les images sombres, de leur occupation continuelle et profonde du souvenir et de la destinée des morts. […] Les dogmes de la religion chrétienne, lesprit exalté de ses premiers sectaires, favorisoient et dirigeoient la tristesse passionnée des habitans dun climat nébuleux […]

42 De linvasion des Peuples du Nord, de létablissement de la Religion Chrétienne et de la renaissance des Lettres (III) Des ces têtes ardentes, aisément crédules, aisément fanatiques, germèrent toutes les superstitions et tous les crimes dont la raison a gémi. La religion leur fut moins utile quaux peuples du nord, parce quils étoient beaucoup plus corrompus, et quil est plus facile de civiliser un peuple ignorant, que de relever de sa dégradation un peuple dépravé.

43 De linvasion des Peuples du Nord, de létablissement de la Religion Chrétienne et de la renaissance des Lettres (IV) La religion chrétienne a été le lien des peuples du nord et du midi; ella a fondu, pour ainsi dire, dans une opinion commune des mœurs opposées; et rapprochant des ennemis, elle en a fait des nations, dans lesquelles les hommes énergiques fortifioient le caractère des hommes éclairés, et les hommes éclairés développoient lesprit des hommes énergiques.

44 La littérature du Nord (I) La poésie mélancolique est la poésie plus daccord avec la philosophie. La tristesse fait pénétrer bien plus avant dans le caractère et la destinée de lhomme, que toute autre disposition de lame. Les poètes anglais qui ont succédé aux Bardes Ecossais, ont ajouté à leurs tableaux les réflexions et les idées que ces tableaux même devoient faire naître; mais ils ont conservé limagination du nord, celle qui se plaît au bord de la mer, au bruit des vents, dans les

45 La littérature du Nord (II) bruyères sauvages; celle enfin qui porte vers lavenir, vers un autre monde, lame fatiguée de sa destinée. Limagination des hommes du nord sélance au-delà de cette terre dont ils habitoient les confins; elle sélance à travers les nuages qui bordent leur horizon, et semblent représenter lobscur passage de la vie à léternité.

46 La littérature du Nord (III) Toutes mes impressions, toutes mes idées me portent de préférence vers la littérature du nord. La poésie du nord convient beaucoup plus que celle du midi à lesprit dun peuple libre. […] Lindépendance étoit le premier et lunique bonheur des peuples septentrionaux. Une certaine fierté dame, un détachement de la vie, que font naître, et lâpreté du sol, et la tristesse du ciel, devoient rendre la servitude insupportable.

47 La littérature du Nord (IV) Les émotions causées par les poésies ossianiques peuvent se reproduire dans toutes les nations, parce que leurs moyens démouvoir sont tous pris dans la nature; mais il faut un talent prodigieux pour introduire, sans affectation, la mythologie grecque dans la poésie française. Rien ne doit être, en général, si froid et si recherché que des dogmes religieux transportés dans un pays où ils ne sont reçus que comme des métaphores ingénieuses. La poésie du nord est rarement allégorique; aucun de ses effets na besoin de superstitions locales pour frapper limagination.

48 Fontanes, Rezension zu De la littérature (Juni 1800) Jusquici, tous ceux qui aiment [les beaux-arts] avaient tourné leurs regards vers la Grèce comme vers leur patrie naturelle. Limagination des poëtes, ainsi que celle des artistes, aimait à parcourir les ruines dAthènes, et cherchait linspiration autour des tombeaux dHomère et de Sophocle. On nous apprend aujourdhui que ce nest point dans le climat le plus favorisé de la nature, che le peuple le plus sensible, dans la plus belle de toutes les languesm que lesprit humain a créé le plus de prodiges.

49 Fontanes, Rez. (Forts.) Cest dans les montagnes de lancienne Calédonie, cest dans les forêts habitées par les descendants dArminius, que se trouvera désormais le modèle du beau, et de je ne sais quel nouveau genre supérieur à tous les autres, quon appelle mélancolique et sombre.

50 Fontanes, Rez. (Forts. II) Ossian mattendrit sans doute, quand il me conduit au tombeau de ses pères; mais il faut quune divinité veille autour des tombeaux pour leur donner plus dintérêt et les rendre sacrés. […] Ainsi, lidée dun Dieu peut seule féconder les arts, comme elle anime le spectacle de la nature. Cest une grande erreur de croire, avec madame de Staël, que les peuples du Nord sont plus sensibles et plus mélancoliques que les peuples du Midi. […] Les poésies les plus mélancoliques ont été composées, il y a plus de trois mille ans, par lArabe Job, qui

51 Fontanes, Rez. (Schluss) vivait sous un climat brûlant: les plaintes quil faisait entendre sous le palmier du désert, accompagnent encore les funérailles des peuples chrétiens, et retentissent sur leurs tombeaux.

52 Nachtrag Perfektibilität Ernst Behler: Unendliche Perfektibilität. Europäische Romantik und Französische Revolution. Paderborn: Schöningh 1989.

53 Chateaubriands Selbststilisierung zum Begründer der französischen Romantik (I) Si quelque chose au monde devait être antipathique à M. de Fontanes, cétait ma manière décrire. En moi commençait, avec lécole dite romantique, une révolution dans la littérature française: toutefois, mon ami, au lieu de se révolter contre ma barbarie, se passionna pour elle. Je voyais bien de lébahissement sur son visage quand je lui lisais des fragments des Natchez, dAtala, de René; il ne pouvait ramener ces productions aux règles communes de la critique, mais il sentait quil entrait dans un monde nouveau; il voyait une nature nouvelle; il comprenait une langue quil ne parlait pas

54 Chateaubriands Selbststilisierung zum Begründer der französischen Romantik (II). Je reçus de lui dexcellents conseils; je lui dois ce quil y a de correct dans mon style; il mapprit à respecter loreille; il mempêcha de tomber dans lextravagance dinvention et le rocailleux dexécution de mes disciples. FDC: MOT XI, 3, Éd. Berchet S. 545.

55 Baudelaires Blick auf FDC (1859) Tout écrivain français, ardent pour la gloire de son pays, ne peut pas, sans fierté et sans regrets, reporter ses regards vers cette époque de crise féconde où la littérature romantique sépanouissait avec tant de vigueur. Chateaubriand, toujours plein de force, semblait un Athos, qui contemple nonchalamment le mouvement de la plaine; Victor Hugo, Sainte-Beuve, Alfred de Vigny, avaient rajeuni, plus encore, avaient ressuscité la poésie française, morte depuis Corneille. Baudelaire: OC 2, S. 110.

56 Reaktionen auf den Génie 1802 Quelques épreuves du premier volume, quon venait de livrer à limprimerie, me tombèrent entre les mains. Je crus lauteur fou – et Fontanes aussi. Jamais je navais trouvé réunis autant de talent, de mauvais goût et dextravagance. Je men ouvris à Fontanes, qui me dit quil sétait jeté aux genoux de Chateaubriand pour quil brulât son livre et se mît à le réécrire, mais que le besoin dargent lobligeait à hâter cette malheureuse publication. Mathieu Molé: Souvenirs de jeunesse 1793–1803. Paris: Mercure de France 1991, S. 155–156.

57 Chateaubriand als neuer Typus des romantischen Selbstvermarkters Personne ne sait comme lui travailler à sa renommée Il fallait le voir au milieu de tous ces amours-propres en présence, de ces vanités sous les armes, manœuvrer et sinsinuer dans le cœur et la confiance de chacun. (Mathieu Molé, ebd.)

58 Reaktionen auf Génie (Forts.) Tout ce que lauteur voit dans le Christianisme, est-il bien dans le Christianisme ou dans lesprit de lauteur? (Journal de Paris, Mai 1802, FDC: Essai/Génie-Pléiade, S )

59 De la nature du mystère (Génie, 1. Teil, 1. Buch, 1. Kapitel) Il nest rien de beau, de doux, de grand dans la vie, que les choses mystérieuses. Les sentiments les plus merveilleux sont ceux qui nous agitent un peu confusément. Ebd., S. 472.

60 Désir de bonheur dans lhomme (I, VI, Kap.1) Il est certain que notre âme demande éternellement; à peine a-t-elle obtenu lobjet de sa convoitise, quelle demande encore: lunivers entier ne la satisfait point. Linfini est le seul champ qui lui convienne […]. Enfin gonflée et non rassasiée de ce quelle a dévoré, elle se précipite dans le sein de Dieu […]; mais elle ne se plonge dans la Divinité, que parce que cette Divinité est pleine de ténèbres, Deus absconditus. Si elle en obtenait une vue distincte, elle la dédaignerait, comme tous les objets quelle mesure. Ebd., Ière partie, Livre VI, ch. I, S. 602–603.

61 Nachrevolutionäre Enttäuschung La Révolution a chassé mon esprit du monde réel en me le rendant trop horrible (Joseph Joubert 1802) Tel était létat des esprits à la fin du XVIII e siècle et au moment où parut René. Lhomme avait beaucoup espéré, et il avait été grandement déçu. (Saint-Marc Girardin: Cours de littérature dramatique. Bd. IV (1860), S. 93.)

62 Chateaubriand: Lettre à M. de Fontanes: Christliche Melancholie De toutes parts sélevèrent des couvents, où se retirèrent des malheureux trompés par le monde, et des âmes qui aimaient mieux ignorer certains sentiments de lexistence, que de seposer à les voir cruellement trahis. Une prodigieuse mélancolie dut être le fruit de cette vie monastique; car la mélancolie sengendre du vague des passions, lorsque ces passions, sans objet, se consument delles-mêmes dans un cœur solitaire. (FDC: Lettre à M. de Fontanes (Pléiade Essai/Génie, S. 1272)).

63 Chateaubriand: Lettre à M. de Fontanes: Christliche Melancholie (II) Toutes ces diverses puissances du malheur, de la religion, des souvenirs, des mœurs, des scènes de la nature se réunirent pour faire, du génie chrétien, le génie même de la mélancolie. Il me paraît donc inutile davoir recours aux Barbares du Nord, pour expliquer ce caractère de tristesse que Mme de Staël trouve particulièrement dans la littérature anglaise et germanique, et qui pourtant nest pas moins remarquable chez les mâitres de lécole française. Ni lAngleterre, ni lAllemagne na produit Pascal et Bossuet, ces deux grands modèles de la mélancolie en sentiments et en pensées. (Ebd.)

64 Le vague des passions Plus le peuples avancent en civilisation, plus cet état du vague des passions augmente; car il arrive alors une chose fort triste: le grand nombre dexemples quon a sous les yeux, la multitude de livres qui traitent de lhomme et de ses sentiments, rendent habile sans expérience. On est détrompé sans avoir joui; il reste encore des désirs, et lon na plus dillusions. Limagination est riche, abondante et merveilleuse; lexistence pauvre, sèche et désenchantée. On habite, avec un cœur plein, un monde vide; et, sans avoir usé de rien, on est désabusé de tout. FDC, Vague des passions, Ebd., S. 714.

65 Vague des passions (II) 1) désirs, aber keine illusions mehr (man kann hier bereits an den Titel von Balzacs Illusions perdues denken) 2) imagination riche, abondante, merveilleuse // existence pauvre, sèche, désenchanté 3) cœur plein // monde vide

66 George Sand 1855 über ihre erste René-Lektüre Il me sembla que René cétait moi. […] je me sentis écrasée par ce dégoût de la vie qui me paraissait puiser bien assez de motifs dans le néant de toutes les choses humaines. […] Je pris, par limagination, tous les maux de lâme décrits dans ce poème désolé. George Sand: Histoire de ma vie (Pléiade, Bd. 1, S. 1092).

67 Vague des passions in René […] comment exprimer cette foule de sensations fugitives que jéprouvais dans mes promenades? Les sons que rendent les passions dans le vide dun cœur solitaire, ressemblent au murmure que les vents et les eaux font entendre dans le silence dun désert: on en jouit, mais on ne peut les peindre. […] Le jour, je mégarais sur de grandes bruyères terminées par des forêts. Quil fallait peu de choses à ma rêverie! FDC: Atala. René. Paris: Pocket 1999, S. 112.

68 René, Schluss [René] périt peu de temps après avec Chactas et le père Souël, dans le massacre des Français et des Natchez à la Louisiane. On montre encore le rocher où il allait sasseoir au soleil couchant. FDC: Atala. René. Paris: Pocket 1999, S. 130.

69 De lAllemagne und die Entdeckung der deutschen Romantik Die romantische Poesie ist eine progressive Universalpoesie. […] Andere Dichtarten sind fertig und können nun vollständig zergliedert werden. Die romantische Dichtart ist noch im Werden; ja das ist ihr eigentliches Wesen, daß sie ewig nur werden, nie vollendet sein kann. Friedrich Schlegel: Athenäumsfragment Nr. 116, KFSA Abt. 1, Bd. 2, S

70 réflexion inquiète der Romantik Les Anciens avaient pour ainsi dire une âme corporelle, dont tous les mouvements étaient forts, directs et conséquents, il nen est pas de même du cœur humain développé par le christianisme : les modernes ont puisé, dans le repentir chrétien, lhabitude de se replier continuellement sur eux-mêmes. De lAllemagne II, 11 (GF-Ausgabe Bd. 1, S. 212).

71 Les nuances infinies de ce qui se passe dans lâme Lhonneur et lamour, la bravoure et la pitié sont les sentiments qui signalent le christianisme chevaleresque ; et ces dispositions de lâme ne peuvent se faire voir que par les dangers, les exploits, les amours, les malheurs, lintérêt romantique enfin, qui varie sans cesse les tableaux. Ebd., S. 213.

72 Romantik und Nation […] la question pour nous nest pas entre la poésie classique et la poésie romantique, mais entre limitation de lune et linspiration de lautre. La littérature des Anciens est chez les modernes une littérature transplantée : la littérature romantique ou chevaleresque est chez nous indigène, et cest notre religion et nos institutions qui lont fait éclore.

73 Romantique = indigène, national […] ces poésies daprès lantique, quelque parfaites quelles soient, sont rarement populaires, parce quelles ne tiennent, dans le temps actuel, à rien de national. » Ebd., S. 213.

74 Romantik als Resultat der Reflexion, nicht Ausdruck der Naivität Quelques critiques français ont prétendu que la littérature des peuples germaniques était encore dans lenfance de lart ; cette opinion est tout à fait fausse : les hommes les plus instruits dans la connaissance des langues et des ouvrages des Anciens nignorent certainement pas les inconvénients et les avantages du genre

75 Romantik und Reflexion (II) quils adoptent ou de celui quils rejettent ; mais leur caractère, leurs habitudes et leur raisonnement les ont conduits à préférer la littérature fondée sur les souvenirs de la chevalerie, sur le merveilleux du Moyen Age, à celle dont la mythologie des Grecs est la base.

76 Romantik und Reflexion (III) La littérature romantique est la seule qui soit susceptible encore dêtre perfectionnée, parce quayant ses racines dans notre sol, elles est la seule qui puisse croître et se vivifier de nouveau ; elle exprime notre religion ; elle rappelle notre histoire : son origine est ancienne, mais non antique. Ebd.

77 Du goût in Frankreich und Deutschland Die Vorschriften des bon goût seien verantwortlich für die klassizistische cessation des progrès de lart (II. Buch, Kap. 14: Du goût) Le bon goût en littérature est, à quelques égards, comme lordre sous le despotisme, il importe dexaminer à quel prix on lachète. Ebd.

78 Shakespeare und der gute Geschmack (I) On pourrait proposer un traité de paix entre les façons de juger […] des Allemands et des Français. Les Français devraient sabstenir de condamner, même une faute de convenance, si elle avait pour excuse une pensée forte ou un sentiment vrai. Les Allemands devraient sinterdire tous ce qui offense le goût

79 Shakespeare und der gute Geschmack (II) naturel, tout ce qui retrace des images que les sensations repoussent: aucune théorie philosophique, quelque ingénieuse quelle soit, ne peut aller contre les répugnances des sensations, comme aucune poétique des convenances ne saurait empêcher les émotions involontaires. Ebd., S. 248–249.

80 Schwarze Romantik in den Athenäumsfragmenten (I) Wenn man einmal aus Psychologie Romane schreibt oder Romane liest, so ist es sehr inkonsequent, und klein, auch die langsamste und ausführlichste Zergliederung unnatürlicher Lüste, gräßlicher Marter, empörender Infamie, ekelhafter sinnlicher oder geistiger Impotenz scheuen zu wollen. […]

81 Schwarze Romantik in den Athenäumsfragmenten (II) Auch die Darstellung absoluter Marter (Diderots Religieuse) gehört wesentlich zur modernen Poesie und zu den Prolegomena des Romans. Friedrich Schlegel: Athenäumsfragment Nr. 124, KFSA Abt. 1, Bd. 2, S. 185.

82 Goethe 1823 über De lAllemagne Was man jedoch von solchen Verhältnissen hinterher denken und sagen mag, so ist immer zu bekennen, daß sie von großer Bedeutung und Einfluß auf die Folge gewesen. Jenes Werk über Deutschland, welches seinen Ursprung dergleichen geselligen Unterhaltungen verdankte, ist als ein mächtiges Rüstzeug anzusehen, das in die chinesische Mauer.

83 Goethe 1823 über De lAllemagne antiquirter Vorurteile, die uns von Frankreich trennte, sogleich eine breite Lücke durchbrach, so daß man über dem Rhein und, in Gefolg dessen, über dem Canal, endlich von uns nähere Kenntniß nahm, wodurch wir nicht anders als lebendigen Einfluß auf den ferneren Westen zu gewinnen hatten. Segnen

84 Goethe 1823 über De lAllemagne wollen wir also jenes Unbequeme und den Conflict nationeller Eigenthümlichkeiten, die uns damals ungelegen kamen und keineswegs förderlich erscheinen wollten. Tag- und Jahreshefte. Hrsg. von Irmtraut Schmid. FA, 1. Abteilung. Bd. 17. Frankfurt am Main 1994, S. 129–130

85 Jean Paul über Nationalcharaktere so wie die Franzosen die Herren des Landes sind, die Engländer die des größern Meeres, wir – also die Deutschen – die der beide und alles umfassenden Luft sind Jean Paul: Friedens-Predigt an Deutschland. In: Sämtliche Werke. Abt. I, Bd. 5, S. 889.

86 Mme de Staëls Version Cest limagination, plus que lesprit, qui caractérise les Allemands. J.-P. Richter, lun de leurs écrivains les plus distingués, a dit que lempire de la mer était aux Anglais, celui de la terre aux Français, et celui de lair aux Allemands. GF-Ausgabe, Bd. 1, S. 57.

87 Rede des toten Christus vom Kreuz herab, daß kein Gott sei (Jean Paul: Siebenkäs, zuerst 1796) Ich ging durch die Welten, ich stieg in die Sonnen und flog mit den Milchstraßen durch die Wüsten des Himmels; aber es ist kein Gott. Ich stieg herab, soweit das Sein seine Schatten wirft, und schaute in den Abgrund und rief: Vater, wo bist du? aber ich hörte nur den ewigen Sturm, den niemand regiert, und der schimmernde Regenbogen aus Wesen stand ohne eine Sonne, die ihn schuf, über dem Abgrunde und tropfte hinunter. Ebd., S. 273.

88 Rede des toten Christus, Ende Wenn einmal mein Herz so unglücklich und ausgestorben wäre, daß in ihm alle Gefühle, die das Dasein Gottes bejahen, zerstöret wären: so würd ich mich mit diesem meinem Aufsatz erschüttern und – er würde mich heilen und mir meine Gefühle wiedergeben.

89 Ende von Un songe in De lAllemagne Nous sommes tous orphelins, moi et vous nous navons point de père. A ces mots, le temple et les enfants sabîmèrent, et tout lédifice du monde sécroula devant moi dans son immensité. De lAllemagne, GF-Ausgabe, Bd. II, S. 55.

90 Charles Nodier 1818 über Un songe cette monstrueuse production de limagination en délire [qui est] lidée la plus hardie du génie romantique Journal des Débats, , hier nach Charles Nodier: Mélanges de littérature et de critique. Paris 1820, Bd. 2, S. 351–352.

91 Literatur Claude Pichois: Limage de Jean-Paul Richter dans les lettres françaises. Paris: José Corti Béatrice Jasinski in: Le groupe de Coppet. Actes et documents du deuxième colloque de Coppet. Genève / Paris: Slatkine 1977, S. 461–492.

92 Für nächste Woche: Chateaubriand: René und / oder Benjamin Constant: Adolphe

93 : Fiktionen des romantischen Ich (Benjamin Constant: Adolphe) écrit à Charlotte. commencé un Roman qui sera notre histoire. tout autre travail me serait impossible. Soirée ennuyeuse. Scènes. Constant: Journaux intimes ( ). Hg. von Paul Delbouille u. Kurt Kloocke. Tübingen: Niemeyer 2002, S avancé beaucoup ce Roman qui me retrace de doux souvenirs. La crise doit avancer. heureusement que le travail me distrait.

94 Stendhal 1824 über Adolphe […] marivaudage tragique, où la difficulté nest point, comme chez Marivaux, de faire une déclaration damour mais une déclaration de haine. Dès quon y parvient, lhistoire est terminée. Stendhal: Rez. im New monthly Magazine 1824.

95 Zum roman personnel Adolphe. Anecdote trouvée dans les papiers dun inconnu par Benjamin Constant (1816) Je parcourais lItalie, il y a bien des années. Je fus arrêté dans une auberge de Cerenza, petit village de la Calabre, par un débordement du Neto; il y avait dans la même auberge un étranger qui se trouvait forcé dy séjourner pour la même cause. Il était fort silencieux et paraissait triste. ( Benjamin Constant. Adolphe. Éd. Daniel Leuwers. GF 1989, S. 44).

96 Adolphe als Melancholiker […] il ne voyageait point par curiosité, car il ne visitait ni les ruines, ni les sites, ni les monuments, ni les hommes. Il lisait beaucoup, mais jamais dune manière suivie; il se promenait le soir, et souvent il passait les journées entières assis, immobile, la tête appuyée sur les deux mains. (45) beaucoup de lettres fort anciennes sans adresses, ou dont les adresses et les signatures étaient effacées, un portrait de femme et un cahier contenant lanecdote ou lhistoire quon va lire (ebd.)

97 Sprache und Natur in Adolphe […] il y a dans la simple habitude demprunter le langage de lamour, et de se donner ou de faire naître en dautres des émotions de cœur passagères, un danger qui na pas été suffisamment apprécié jusquici. (35) Ils pensent pouvoir rompre avec facilité le lien quils contractent avec insouciance. Dans le lointain, limage de la douleur paraît vague et confuse, telle quun nuage quils traverseront sans peine. […] Mais lorsque les larmes coulent, la nature revient en eux […]. (37)

98 sentiment dincertitude und rêverie vague als Reaktionen auf jugendliche Desillusionierung […] nous avions envisagé la vie sous toutes ses faces, et la mort toujours pour terme de tout ; et après avoir tant causé de la mort avec elle, javais vu la mort la frapper à mes yeux. Cet événement mavait rempli dun sentiment dincertitude sur la destinée, et dune rêverie vague qui ne mabandonnait pas. Je lisais de préférence dans les poètes ce qui rappelait la brièveté de la vie humaine. Je trouvais quaucun but ne valait la peine daucun effort. (51)

99 Diskrepanz zwischen Gefühl und sprachlichem Ausdruck Les sentiments de lhomme sont confus et mélangés; ils se composent dune multitude dimpressions variées qui échappent à lobservation; et la parole, toujours trop grossière et trop générale, peut bien servir à les désigner, mais ne sert jamais à les définir. (57)

100 Selbstbetrug im Schreibakt Les combats que javais livrés longtemps à mon propre caractère, limpatience que jéprouvais de navoir pu le surmonter, mon incertitude sur le succès de ma tentative, jetèrent dans ma lettre une agitation qui ressemblait fort à lamour. Echauffé dailleurs que jétais par mon propre style, je ressentais, en finissant décrire, un peu de la passion que javais cherché à exprimer avec toute la force possible.(65)

101 Strategischer Einsatz des romantischen Herz- Diskurses Vous connaissez ma situation, ce caractère quon dit bizarre et sauvage, ce cœur étranger à tous les intérêts du monde, solitaire au milieu des hommes, et qui souffre pourtant de lisolement auquel il est condamné.

102 Cœur solitaire, cœur souffrant […] si je vous avais rencontrée plus tôt, vous auriez pu être à moi! Jaurais serré dans mes bras la seule créature que la nature ait formée pour mon cœur, pour ce cœur qui a tant souffert parce quil vous cherchait et quil ne vous a trouvée que trop tard! (78).

103 Das Ende der libertinen Tradition Jaimai, je respectai mille fois plus Ellénore après quelle se fut donnée. Je marchais avec orgueil au milieu des hommes ; je promenais sur eux un regard dominateur. Lair que je respirais était à lui seul une jouissance. Je mélançais au-devant de la nature, pour la remercier du bienfait inespéré quelle avait daigné maccorder. (82)

104 Nature und naturel Il métait quelquefois incommode davoir tous mes pas marqués davance et tous mes moments ainsi comptés. […] Je ne savais que répondre à mes connaissances lorsquon me proposait quelque partie que, dans une situation naturelle, je naurais point eu de motif pour refuser. (84) Ellénore était sans doute un vif plaisir dans mon existence, mais elle nétait plus un but : elle était devenue un lien. (85)

105 Selbstanalyse und Selbstbetrug […] vous vous trompez sur vous-même ; […] vous croyez avoir de lamour, et vous navez que de la pitié – Pourquoi prononça-t-elle ces mots funestes ? Pourquoi me révéla-t-elle un secret que je voulais ignorer ? (108)

106 Die unerreichbare gloire La lettre de mon père me perça de mille coups de poignard. Je métais dit cent fois ce quil me disait: javais eu cent fois honte de ma vie sécoulant dans lobscurité et dans linaction. Jaurais mieux aimé des reproches, des menaces; jaurais mis quelque gloire à résister, et jaurais senti la nécessité de rassembler mes forces pour défendre Ellénore des périls qui lauraient assaillie. Mais il ny avait point de périls; on me laissait parfaitement libre; et cette liberté ne me servait quà porter plus impatiemment le joug que javais lair de choisir. (110)

107 emprunter le langage de lamour Les deux années de notre liaison ne seffaceront pas de ma mémoire; elles seront à jamais lépoque la plus belle de ma vie. Mais lamour, ce transport des sens, cette ivresse involontaire, cet oubli de tous les intérêts, de tous les devoirs, Ellénore, je ne lai plus.(113) Crédulités du cœur, vous êtes inexplicables! Ces simples paroles, démenties par tant de paroles précédentes, rendirent Ellénore à la vie et à la confiance. (114)

108 Les maladies morales du siècle Jai voulu peindre dans Adolphe une des principales maladies morales de notre siècle, cette fatigue, cette incertitude, cette absence de force, cette analyse perpétuelle, qui place une arrière-pensée à côté de tous les sentiments, et qui par là les flétrit dès leur naissance. […] Cette maladie de lâme est plus commune quon ne le croit – beaucoup de jeunes gens nous en offrent les symptômes. (Constant: OC. Bd. III,1, S. 196).

109 Nächste Woche Ende von Adolphe (Zusammenhang von Herausgeberfiktion und Polyperspektivismus) Alfred de Musset: Confession dun enfant du siècle und die weitere Entwicklung des roman personnel

110 Fiktionen des romantischen Ich (II) Jai voulu peindre dans Adolphe une des principales maladies morales de notre siècle, cette fatigue, cette incertitude, cette absence de force, cette analyse perpétuelle, qui place une arrière-pensée à côté de tous les sentiments, et qui par là les flétrit dès leur naissance. […] Cette maladie de lâme est plus commune quon ne le croit – beaucoup de jeunes gens nous en offrent les symptômes.

111 Schema Adolphe Préfaces (2ème éd ème éd. 1824) Avis de léditeur Anecdote trouvée dans les papiers dun inconnu (Kap. 1– 10) Lettre à léditeur Réponse Paratext / Schwellentext Diegese

112 Adolphe in der Polyperspektivik Jétais libre, en effet, je nétais plus aimé : jétais étranger pour tout le monde. (Adolphe in der Anecdote) Lexemple dAdolphe ne sera pas moins instructif, si vous ajoutez quaprès avoir repoussé lêtre qui laimait, il na pas été moins inquiet, moins mécontent ; quil na fait aucun usage dune liberté reconquise au prix de tant de douleurs et de tant de larmes ; et quen se rendant bien digne de blâme, il sest rendu aussi digne de pitié. (169) (der unbekannte Leser im Brief an den Herausgeber)

113 Lettre à léditeur […] vous le verrez dans bien des circonstances diverses, et toujours victime de ce mélange dégoïsme et de sensibilité qui se combinait en lui pour son malheur et celui des autres.

114 Réponse de léditeur La grande question dans la vie, cest la douleur que lon cause, et la métaphysique la plus ingénieuse ne justifie pas lhomme qui a déchiré le cœur qui laimait. Je hais dailleurs cette fatuité dun esprit qui croit excuser ce quil explique; je hais cette vanité qui soccupe delle- même en racontant le mal quelle a fait, qui a la prétention de se faire plaindre en se décrivant, et qui, planant indestructible au milieu des ruines, sanalyse au lieu de se repentir.

115 Préface de 1816 Une doctrine de fatuité, tradition funeste, que lègue à la vanité de la génération qui sélève la corruption de la génération qui a vieilli, une ironie devenue triviale, mais qui séduit lesprit par des rédactions piquantes, […] et tout ce quils disent, semble les armer contre les larmes qui ne coulent pas encore.

116 Baron de T*** über Adolphe und Ellénore […] il ny a pas dhomme qui ne se soit, une fois dans sa vie, trouvé tiraillé par le désir de rompre une liaison inconvenable et la crainte daffliger une femme quil avait aimée […].Il ny a pas une de ces femmes passionnées dont le monde est plein qui nait protesté quon la ferait mourir en labandonnant ; il ny en a pas une qui ne soit encore en vie et qui ne soit consolée. (122)

117 Adolphes Selbsttäuschung in der Naturbetrachtung Je métais rapetissé, pour ainsi dire, dans un nouveau genre dégoïsme, dans un égoïsme sans courage, mécontent et humilié; je me sus bon gré de renaître à des pensées dun autre ordre, et de me retrouver la faculté de moublier moi-même, pour me livrer à des méditations désintéressées; mon âme semblait se relever dune dégradation longue et honteuse.

118 Schreiben statt Handeln Ellénore avait lu, tracées de ma main, mes promesses de labandonner, promesses qui navaient été dictées que par le désir de rester plus longtemps près delle, et que la vivacité de ce désir mavait porté à répéter, à développer de mille manières.

119 Alfred de Musset ( ): La Confession dun enfant du siècle Ayant été atteint, jeune encore, dune maladie morale abominable, je raconte ce qui mest arrivé pendant trois ans. Si jétais seul malade, je nen dirais rien; mais, comme il y en a beaucoup dautres que moi qui souffrent du même mal, jécris pour ceux-là, sans trop savoir sils y feront attention. Alle Zitate nach der Ausgabe der Confession in: Alfred de Musset: Œuvres complètes. 2 Bde. Paris: Seuil 1963, hier Bd. 2, S. 312.

120 Die Generation der maladie Pendant les guerres de lEmpire, tandis que les maris et les frères étaient en Allemagne, les mères inquiètes avaient mis au monde une génération ardente, pâle, nerveuse. […]

121 rêve vs. monde vide Ils avaient rêvé pendant quinze ans des neiges de Moscou et du soleil des Pyramides. Ils nétaient pas sortis de leurs villes, mais on leur avait dit que, par chaque barrière de ces villes, on allait à une capitale dEurope. Ils avaient dans la tête tout un monde; ils regardaient la terre, le ciel, les rues et les chemins; tout cela était vide, et les cloches de leurs paroisses résonnaient seules dans le lointain. (313)

122 Perspektivlosigkeit der Restaurationsgesellschaft Les enfants regardaient tout cela, pensant toujours que lombre de César allait débarquer à Cannes et souffler sur ces larves ; mais le silence continuait toujours, et lon ne voyait flotter dans le ciel que la pâleur des lis. Quand les enfants parlaient de gloire, on leur disait : Faites-vous prêtres, quand ils parlaient dambition : Faites-vous prêtres ; despérance, damour, de force, de vie : Faites-vous prêtres. (313)

123 hypocrisie morale En même temps que la vie au-dehors était si pâle et si mesquine, la vie intérieure de la société prenait un aspect sombre et silencieux ; lhypocrisie la plus sévère régnait dans les mœurs. […] sétaient jetés dans le vin et dans les courtisanes. Les étudiants et les artistes sy jetèrent aussi : lamour était traité comme la gloire et la religion : cétait une illusion ancienne. (315)

124 Literarische Perspektivlosigkeit Or, vers ce temps-là, deux poètes, les deux plus beaux génies du siècle après Napoléon, venaient de consacrer leur vie à rassembler tous les éléments dangoisse et de douleur épars dans lunivers. Goethe, le patriarche dune littérature nouvelle, après avoir peint dans Werther la passion qui mène au suicide, avait tracé dans son Faust la plus sombre figure humaine qui eût jamais représenté le mal et le malheur. Ses écrits commencèrent alors à passer dAllemagne en France. […] Byron lui répondit par un cri de douleur […]. (315)

125 Folgen der idées anglaises et allemandes Quand les idées anglaises et allemandes passèrent ainsi sur nos têtes, ce fut comme un dégoût morne et silencieux, suivi dune convulsion terrible. […] Ce fut comme une dénégation de toutes choses du ciel et de la terre, quon peut nommer désenchantement, ou, si lon veut, désespérance, comme si lhumanité en léthargie avait été crue morte par ceux qui lui tâtaient le pouls. (316)

126 Zur Kritik der Confession illustration insupportable de toute le mussétisme (Pierre Laforgue: La confession dun enfant du siècle, ou Histoire, fiction, Œdipe. In: ders.: LŒdipe romantique. Grenoble: Ellug 2002, S. 161)

127 gloire durch Libertinage Tandis que le libertinage honteux et secret avilit lhomme le plus noble, dans le désordre franc et hardi, dans ce quon peut nommer la débauche en plein air, il y a quelque grandeur, même pour le plus dépravé. (335)

128 Nächste Woche: Musset: Lettres de Dupuis et Cotonet Zur Autobiographie: Stendhals Vie de Henry Brulard und Chateaubriands Mémoires doutre-tombe

129 : Kritik der Romantik in der Confession / Romantische Autobiographie Nachtrag Musset Maladie du siècle und ihre Symptome: Toute la maladie du siècle présent vient de deux causes ; le peuple qui a passé par 93 et 1814 porte au cœur deux blessures. Tout ce qui était nest plus ; tout ce qui sera nest pas encore. Ne cherchez pas ailleurs le secret de nos maux. (317)

130 Zur Confession Pierre Barbéris: Le Prince et le Marchand. Paris: Fayard 1980.

131 Chateaubriand und die Folgen aus Mussets / Octaves Sicht von 1836 Pareille à la peste asiatique exhalée des vapeurs du Gange, laffreuse désespérance marchait à grands pas sur la terre. Déjà Chateaubriand, prince de la poésie, enveloppant lhorrible idole de son manteau de pèlerin, lavait placée sur un autel de marbre, au milieu des parfums des encensoirs sacrés. […] Une littérature cadavéreuse et infecte, qui navait que la forme, mais une forme hideuse, commença darroser dun sang fétide tous les monstres de la nature. (316)

132 Die Confession im Rahmen des roman personnel (nach Véronique Dufief-Sanchez: Philosophie du roman personnel de Chateaubriand à Fromentin 1802–1863. Genève: Droz 2010) Chateaubriands René (1802) Senancours Obermann (1804) Constants Adolphe (1816) Émile de Girardin: Émile, fragments (1827) Astolphe de Custine: Aloys ou le religieux du Mont Saint- Bernard (1829) Mussets Confession (1836) Balzacs Le Lys dans la Vallée (1836) Flauberts Mémoires dun fou (1838) Flauberts Novembre (1842) und als Endpunkt der Gattung Eugène Fromentin: Dominique (1863)

133 Das je méprisé Je suis jeune; jarrive. A moitié de ma route, Déjà las de marcher, je me suis retourné. La science de lhomme est le mépris sans doute; Cest un droit de vieillard qui ne mest pas donné. Mais quen dois-je penser? Il nexiste quun être Que je puisse en entier et constamment connaître, Sur qui mon jugement puisse au moins faire foi, Un seul!… Je le méprise. – Et cet être, cest moi. (Les vœux stériles; Revue de Paris, Okt. 1830)

134 Das Ich zwischen Libertinage und Romantik « Octave, […] je vois que vous croyez à lamour tel que les romanciers et les poètes le représentent; vous croyez, en un mot, à ce qui se dit ici-bas et non à ce qui sy fait. » (323)

135 Die Bücher der frommen Tante Cétaient pour la plupart des romans du siècle de Louis XV; ma tante, fort dévote, en avait probablement hérité elle-même, et les avait conservés sans les lire; car cétaient pour ainsi dire autant de catéchismes de libertinage. (327)

136 Wirkungen der libertinen Lektüre Dussé-je paraître puéril en ceci, larrivée de ces livres me frappa, dans la circonstance où je me trouvais. Je les dévorai avec une amertume et une tristesse sans bornes, le cœur brisé et le sourire aux lèvres. Oui, vous avez raison, leur disais-je, vous seuls savez les secrets de la vie; vous seuls osez dire que rien nest vrai que la débauche, lhypocrisie et la corruption. (327)

137 Antiromantischer Affekt Pendant que je menfonçais ainsi dans les ténèbres, mes poètes favoris et mes livres détudes restaient épars dans la poussière. Je les foulais aux pieds dans mes accès de colère: Et vous, leur disais-je, rêveurs insensés qui napprenez quà souffrir, misérables arrangeurs de paroles, charlatans, si vous saviez la vérité, niais si vous étiez de bonne foi, menteurs dans les deux cas, qui faites des contes de fées avec le genre humain, je vous brûlerai tous jusquau dernier!

138 Kein Trost in der Bibel Wie es dem Guten geht, so gehts auch dem Sünder. Wie es dem geht, der schwört, so gehts auch dem, der den Eid scheut. Das ist das Unglück bei allem, was unter der Sonne geschieht, daß es dem einen geht wie dem andern. Und dazu ist das Herz der Menschen voll Bosheit, und Torheit ist in ihrem Herzen, solange sie leben; danach müssen sie sterben. (Kohelet 9,2–3)

139 Romantische Libertins Nous passions quelquefois ensemble des soirées délicieuses sous prétexte de faire les libertins. […] Que de fois lun de nous […] tenait à la main un volume de Lamartine et lisait dune voix émue! Il fallait voir alors comment toute autre pensée disparaissait! (339)

140 Brigitte als Madonna im hortus conclusus Lespace renfermé entre les quatre murs de votre jardin est le seul lieu au monde où je vive; vous êtes le seul être humain qui me fasse aimer Dieu. (354)

141 Persönlichkeitsspaltung vor dem Spiegel Mon pauvre visage, que japercevais dans la glace, me regardait avec étonnement. Quétait-ce donc que cette créature qui mapparaissait sous mes traits? quétait-ce donc que cet homme sans pitié qui blasphémait avec ma bouche et torturait avec mes mains? (392)

142 Christlich-romantische Bekehrung oder unterschätzte Spätfolgen der Lektüre? Que ceux qui ne croient pas au Christ lisent cette page; je ny croyais pas non plus. […] Empoisonné, dès ladolescence, de tous les écrits du dernier siècle, jy avais sucé de bonne heure le lait stérile de limpiété. (395)

143 nous navons jamais pu comprendre, ni mon ami Cotonet ni moi, ce que cétait que le romantisme Mais on nous apprend tout à coup (cétait, je crois, en 1828) quil y avait poésie romantique et poésie classique, roman romantique et roman classique, ode romantique et ode classique; que di-je, mon cher monsieur, un seul et unique vers pouvait être romantique ou cassique, selon que lenvie lui en prenait. Quand nous reçûmes cette nouvelle, nous ne pûmes fermer lœil de la nuit. Deux ans de paisible conviction venaient de sévanouir comme un songe. Toutes nos idées étaient bouleversées […]. Par quel moyen, en lisant un ouvrage, savoir à quelle école il appartenait ?

144 Romantik in der Provinz […] il faut vous dire, monsieur, quen province, le mot romantique a, en général, une signification facile à retenir, il est synonyme dabsurde et on ne sen inquiète pas autrement.

145 Chronik der Romantik nach Dupuis und Cotonet (I) De 1830 à 1831, nous crûmes que le romantisme était le genre historique, ou, si vous voulez, cette manie, qui depuis peu, a pris nos auteurs dappeler des personnages de romans et de mélodrames Charlemagne, François Ier ou Henri IV, au lieu dAmadis, dOronte ou de Saint-Albin. […] De 1831 à lannée suivante, voyant le genre historique discrédité, et le romantisme toujours en vie, nous pensâmes que cétait le genre intime, dont on parlait fort. […]

146 Chronik (II) De 1832 à 1833, il nous vint à lesprit que le romantisme pouvait être un système de philosophie et déconomie politique. […] De 1833 à 1834 nous crûmes que le romantisme consistait à ne pas se raser, et à porter des gilets à larges revers, très empesés.

147 Romantische Adjektive Il ny a guère de romans maintenant où lont nait rencontré autant dépithètes au bout de trois pages, et plus violentes, quil ny en a dans tout Montesquieu. Pour en finir, nous croyons que le romantisme consiste à employer tous ces adjectifs, et non en autre chose.

148 Stendhal: Souvenirs dégotisme (1832) Quel homme suis-je? Ai-je du bon sens, ai-je du bon sens avec profondeur? Ai-je un esprit remarquable? En vérité, je nen sais rien. Ému par ce qui marrive au jour le jour, je pense rarement à ces questions fondamentales, et alors mes jugements varient comme mon humeur. Mes jugements ne sont que des aperçus. […] Le génie poétique est mort, mais le génie du soupçon est venu au monde. Je suis profondément convaincu que le seul antidote qui puisse faire oublier au lecteur les éternel Je que lauteur va écrire, cest une parfaite sincérité. Stendhal: Souvenirs. In: Œuvres intimes. Pléiade-Del Litto, Bd. 2, S. 430.

149 Stendhal: Vie de Henry Brulard (1835/36) […] cette effroyable quantité de Je et de Moi! Il y a de quoi donner de lhumeur au lecteur le plus bénévole. Je et Moi, ce serait, au talent près, comme M. de Chateaubriand, ce roi des égotistes. Stendhal: Vie de Henry Brulard. In: Ebd., S. 533.

150 Eine erholsame Weihnachtspause und einen guten Start ins neue Jahr!

151 Romantische Autobiographie, Mode der Mémoires Ausblick auf die romantische Reiseliteratur als Form der romantischen Autobiographie

152 Modelle autobiographischen Schreibens Mémoires, Erinnerungen bedeutender Persönlichkeiten Confessiones (ca. 397/398, von Aurelius Augustinus, )

153 Confessions Rousseau: Les Confessions (zuerst 1782) Thomas de Quincey: Confessions of an English Opium Eater (frz. Übers. von Musset 1828, engl. Original 1822) Pierre-Joseph Proudhon: Confessions dun révolutionnaire (1849) Alphonse de Lamartine: Confidences (1849)

154 Culte du moi und culte de lhistoire Mémoires relatifs à la Révolution française, eine Reihe des Verlags Baudouin, von 1820 bis 1828 sechzig Bände

155 Stendhal als Leser von Mémoires Mme Roland (Jeanne Marie Phlipon, ) Benvenuto Cellini ( , Vita zuerst 1728 publiziert, 1803 in deutscher Fassung von Goethe)

156 Balzac: Introduction aux Mémoires de Sanson (1829) Ces papiers […] contiennent des observations et des documents qui ne doivent être appréciés que par une personne dhonneur et de probité, et qui nappartienne pas à ma famille. […] en vous les confiant, je crois les remettre à la seule personne que je connaisse en état dapprécier ces écrits à leur juste valeur. Jaurais pu les brûler; mais quel est lhomme, si bas que lait placé le sort, qui ne prétende à lestime de ses semblables? Je vous en constitue donc le seul maître.

157 Balzac und die Mémoires de Sanson Introduction aux Mémoires pour servir à lHistoire de la Révolution française, par Sanson, exécuteur des arrêts criminels de la Révolution (1830) Un épisode sous la Terreur (1846 in die Scènes de la vie politique der Comédie humaine aufgenommen)

158 Mode der Mémoires historiques Pierre-François Lacenaire ( ): Mémoires, révélations et poésies [Lacenaire wurde 1836 von Sansons Enkel Henri- Clément S. guillotiniert, der 1862/63 seinerseits seine Mémoires, Sept générations dexécuteurs, Mémoires de Sanson veröffentlichte] Eugène-François Vidocq ( ): Mémoires de Vidocq, chef de la police de Sûreté, jusquen 1827.

159 Mémoires oder Roman, Geschichte oder Literatur? Étienne Pivert de Senancour (1770–1846): Ces lettres ne sont pas un roman. Il ny a point de mouvement dramatique, dévénemens préparés et conduits, point de dénouement; rien de ce quon appelle lintérêt dun ouvrage (Obermann, 1804)

160 Flaubert: Mémoires dun fou (1838) Je ne sais pas plus que vous ce que vous allez lire. Car ce nest point un roman ni un drame avec un plan fixe, ou une seule idée préméditée, avec jalons pour faire serpenter la pensée dans des allées tirées au cordeau. Seulement je vais mettre sur le papier tout ce qui me viendra à la tête, mes idées avec mes souvenirs, mes impressions mes rêves mes caprices, tout ce qui passe dans la pensée et dans lâme […].

161 George Sand: Histoire de ma vie (1847) Jéprouvais, je lavoue, un dégoût mortel à occuper le public de ma personnalité, qui na rien de saillant, lorsque je me sentais le cœur et la tête remplis de personnalités plus fortes, plus logiques, plus complètes, plus idéales, de types supérieurs à moi-même, de personnages de roman en un mot. Je sentais quil ne faut parler de soi au public quune fois en sa vie, très- sérieusement, et ny plus revenir.

162 Sand: Histoire, Kap.1 La plupart de ces fragments – sie hatte schon ab etwa 1820 Material für eine Autobiographie gesammelt – nont jamais éte publiés, et me serviront de jalons à lexamen que je vais faire de ma vie. Quelques-uns seulement ont pris une forme à demi confidentielle, à demi littéraire, dans des lettres publiées à certains intervalles et datées de divers lieux. Elles ont été réunies sous le titre de Lettres dun voyageur. À lépoque où jécrivis ces lettres, je ne me sentis trop effrayée de parler de moi-même, parce que ce nétait pas ouvertement et littéralement de moi-même que je parlais alors. Ce voyageur était une sorte de fiction, un personnage convenu, masculin

163 Sand: Histoire comme mon pseudonyme, vieux quoique je fusse encore jeune ; et dans la bouche de ce triste pèlerin, qui en somme était une sorte de héros de roman,, je mettais de impressions et des réflexions plus personnelles que je ne les aurais risquées dans un roman, où les conditions de lart sont plus sévères. Je ne fais point ici un ouvrage dart, je men défends même, car ces choses ne valent que par la spontanéité et labandon, et je ne voudrais pas raconter ma vie comme un roman. La forme emporterait le fond.

164 Chateaubriand: Préface testamentaire (1834) Quand la mort baissera la toile entre moi et le monde, on trouvera que mon drame se divise en trois actes.

165 Romantische Reiseliteratur Friedrich Wolfzettel: Ce désir de vagabondage cosmopolite. Wege und Entwicklung des französischen Reiseberichts im 19. Jahrhundert. Tübingen: Niemeyer Frank Estelmann:Sphinx aus Papier. Ägypten im französischen Reisebericht von der Aufklärung bis zum Symbolismus. Heidelberg: Winter 2006.

166 Nächste Woche Stendhal: Racine et Shakespeare Hernani-Streit

167 Klassiker und Romantiker in Frankreich, sich heftig bekämpfend Romantisches Theater: Stendhal: Racine et Shakespeare (1823 und 1825) Shakespeare in Frankreich (Guizot, Stendhal, Vigny, Hugo) Hugo: Préface de Cromwell (1827) Marion Delorme, Hernani und die Zensur 1829

168 Stendhal: Racine et Shakespeare (1823) Je madresse sans crainte à cette jeunesse égarée, qui a cru faire du patriotisme et de lhonneur national en sifflant Shakespeare parce quil fut Anglais. Comme je suis rempli destime pour des jeunes gens laborieux, lespoir de la France, je leur parlerai le langage sévère de la vérité.

169 Mme de Staël, Stendhal und der Mailänder Romantikstreit ab 1816 Mme de Staël: De lutilité des traductions (1816 in der Biblioteca italiana erschienen) Goethe: Klassiker und Romantiker in Italien, sich heftig bekämpfend (1820) Ermes Visconti : Dialogo sulle unità drammatiche di luogo e di tempo (1819) Grundlage für den Anfang von Stendhals Racine+Shakespeare von 1823 ël

170 Stendhal: Prosadramen statt Regeltragödien Rien ne ressemble moins que nous aux marquis couverts dhabits brodés et de grandes perruques noires, coûtant mille écus, qui jugèrent, vers 1670, les pièces de Racine et de Molière. Ces grands hommes cherchèrent à flatter le goût de ces marquis, et travaillèrent pour eux. Je prétends quil faut désormais faire des tragédies pour nous, jeunes gens raisonneurs, sérieux et un peu envieux, de lan de grâce Ces tragédies-là doivent être en prose. De nos jours, le vers alexandrin nest le plus souvent quun cache-sottise.

171 Jacques-Louis David: Le serment des Horaces (1784)

172 Stendhal: Vergleich Malerei um 1780, Theater um 1820 La poésie dramatique en est en France au point où le célèbre David trouva la peinture vers […] M. David apprit à la peinture à déserter les traces des Lebrun et des Mignard, et à oser montrer Brutus et les Horaces. En continuant à suivre les errements du siècle de Louis XIV, nous neussions été, à tout jamais, que de pâles imitateurs. Tout porte à croire que nous sommes à la veille dune révolution semblable en poésie. Jusquau jour du succès, nous autres défenseurs du genre romantique, nous serons accablés dinjures. Enfin ce grand jour arrivera, la jeunesse française se réveillera; elle sera étonnée, cette noble jeunesse, davoir applaudi si longtemps, et avec tant de sérieux, à de si grandes niaiseries.

173 bienséance der Sprache als Hindernis bei der Realitätsdarstellung auf der Bühne Les règnes de Charles VI, de Charles VII, du noble François I er, doivent être féconds pour nous en tragédies nationales dun intérêt profond et durable. Mais comment peindre avec quelque vérité les catastrophes sanglantes narrées par Philippe de Commynes, et la Chronique scandaleuse de Jean de Troyes si le mot pistolet ne peut absolument pas entrer dans un vers tragique? (Racine et Shakespeare 1823)

174 Das Sonntagshuhn im Topf des Bauern Ce quil y a dantiromantique, cest M. Legouvé, dans sa tragédie de Henri IV, ne pouvant pas reproduire le plus beau mot de ce roi patriote: Je voudrais que le plus pauvre paysan de mon royaume pût du moins avoir la poule au pot le dimanche: Ce mot raiment français eût fourni une scène touchante au plus mince élève de Shakespeare. La tragédie racinienne dit bien plus noblement:

175 Gabriel-Marie Legouvé: La mort dHenri IV (1806) Je veux enfin quau jour marqué pour le repos, Lhôte laborieux des modestes hameaux Sur sa table moins humble ait, par ma bienfaisance, Quelques-uns de ces mets réservés à laisance.

176 genre historique nach Dupuis und Cotonet De 1830 à 1831, nous crûmes que le romantisme était le genre historique, ou, si vous voulez, cette manie, qui depuis peu, a pris nos auteurs dappeler des personnages de romans et de mélodrames Charlemagne, François I er ou Henri IV, au lieu dAmadis, dOronte ou de Saint-Albin. […]

177 Stendhal: tragédie romantique Une tragédie romantique est écrite en prose, la succession des événements quelle présente aux yeux des spectateurs dure plusieurs mois, et ils se passent dans des lieux différents. Que le ciel nous envoie bientôt un homme à talent pour faire une telle tragédie. (Racine et Shakespeare II, 1825)

178 Guizots Shakespeare-Ausgabe (1821) und Hugos Cromwell (1827) Le système classique est né de la vie de son temps; ce temps est passé: son image subsiste brillante dans ses œuvres, mais ne peut plus se reproduire. (François Guizot : Vie de Shakespeare. In : Shakespeare : Œuvres complètes. Paris : Ladvocat 1821, S. CLI)

179 Guizot über Shakespeare Ce terrain nest pas celui de Corneille et de Racine; ce nest pas celui de Shakespeare, cest le nôtre; mais le système de Shakespeare peut seul fournir, ce me semble, les plans daprès lesquels le génie doit travailler.

180 Ästhetik des tableau historique Témoins depuis trente ans des plus grandes révolutions de la société, nous ne reserrerons pas volontiers le mouvement de notre esprit dans lespace étroit de quelque événement de famille, ou dans les agitations dune passion purement individuelle. […] Il nous faut de tableaux où se renouvelle ce spectacle, où lhomme tout entier se montre et provoque toute notre sympathie. (Guizot, ebd.)

181 Hugo: Préface de Cromwell: Shakespeare, cest le drame Nous voici parvenus à la sommité des temps modernes. Shakespeare, cest le drame; et le drame, qui fond sous un même souffle le grotesque et le sublime, le terrible et le bouffon, la tragédie et la comédie, le drame est le caractère propre de la troisième époque de poésie, de la littérature actuelle.

182 Ode, Epos, Drama 1) Les temps primitifs sont lyriques 2) les temps antiques sont épiques 3) les temps modernes sont dramatiques.

183 Neue Aufführungspraktiken für das neue Drama On conçoit quun pareil tableau serait gigantesque. Au lieu dune individualité, comme celle dont le drame abstrait de la vieille école se contente, on en aura vingt, quarante, cinquante, que sais-je? de tout relief et de toute proportion. Il y aura foule dans le drame. Ne serait-il pas mesquin de lui mesurer deux heures de durée pour donner le reste de la représentation à lopéra-comique ou à la farce? (Hugo: Préface de Cromwell)

184 Hugos Marion Delorme und die Zensur (1829) ce nest pas lheure dexposer aux rires et aux insultes la personne royale (Minister Martignac zu Hugo im Sommer 1829)

185 Hernani (1829) Hernani Don Carlos Don Ruy Gomez de Silva Doña Sol Le roi de Bohème Le duc de Bavière Le duc de Gotha Le baron de Hohenbourg Le duc de Lutzelbourg Iaquez Don Sancho Don Matias und etwa 20 weitere Personen

186 Hernani und die Zensur Cette pièce abonde en inconvenances de toute nature. Le roi sexprime souvent comme un bandit, le bandit traite le roi comme un brigand. La fille dun grand dEspagne nest quune dévergondée, sans dignité ni pudeur, etc. Toutefois, malgré tant de vices capitaux, nous sommes davis […] quil est dune sage politique de nen pas retrancher un seul mot. Il est bon que le public voie jusquà quel point dégarement peut aller lesprit humain affranchi de toute règle et de toute bienséance. (aus dem Urteil des Zensors Charles Brifaut)

187 Ausblick Prosper Mérimée: Théâtre de Clara Gazul (1825) nächste Woche: romantischer Geschichtsbegriff in Roman, Drama und Literaturgeschichtsschreibung (Walter Scott und die Folgen…)

188 Walter Scott und die Folgen 1) Scott in Frankreich 2) Romane nach Scott (Vigny, Hugo, Dumas) 3) Dramen nach Scott 4) historisches oder aktuelles Drama? 5) Balzac: Comédie humaine

189 Romantische (Literatur)Geschichtsschreibung Friedrich Wolfzettel: Einführung in die französische Literaturgeschichts- schreibung. Darmstadt Philosophie des sciences historiques. Le moment romantique. Textes réunis et présentés par Marcel Gauchet. Paris 2002 (Augustin Thierry, Prosper de Barante, François Mignet, François Guizot, Victor Cousin, Jules Michelet)

190 Scott als Argument bei Stendhal Si le pauvre romanticisme avait une réclamation à faire entendre, tous les journaux de toutes les couleurs lui seraient également fermés. Mais cette apparente défaveur ne nous effraie nullement, parce que cest une affaire de parti. Nous y répondons par un seul fait: Quel est louvrage littéraire qui a le plus réussi en France depuis dix ans? Les romans de Walter Scott. Quest-ce que les romans de Walter Scott? De la tragédie romantique, entremêlée de longues descriptions. Racine et Shakespeare 1823

191 Scott in Frankreich 1813 Lady of the Lake 1814 erster Waverley-Roman (insgesamt 26 bis 1827) 1826 James Fenimore Cooper: The Last of the Mohicans Sainte-Beuve, 1828: une époque où limitation de Walter Scott est presque une contagion nécessaire, même pour de très hauts talents 1829 Balzac: Les Chouans

192 Historischer Roman Alfred de Vigny: Cinq-Mars, ou une conjuration sous Louis XIII (1826) Victor Hugo: Notre-Dame de Paris (1831) Alexandre Dumas: Les Trois Mousquetaires (1844)

193 Literatur zum Thema: Richard Maxwell: Scott in France. In: The Reception of Walter Scott in Europe. Hg. von Murray Pittock. London: continuum 2006, S. 11–30.

194 Historisches Drama Alexandre Dumas: Henri III et sa cour (1828) Victor Hugo: Amy Robsart (1828) Victor Hugo: Marion Delorme (1829/1831) Ders.: Hernani (1830) Ders.: Le roi samuse (1832) Ders.: Lucrèce Borgia (1832) Ders.: Marie Tudor (1833) Ders.: Angelo, tyran de Padoue (1835)

195 Théophile Gautier: Histoire du Romantisme (1871) De ceux qui, répondant au cor dHernani, sengagèrent à sa suite dans lâpre montagne du Romantisme et en défendirent si vaillamment les défilés contre les attaques des classiques, il ne survit quun petit nombre de vétérans […].

196 Romantiker in Gautiers Histoire Victor Hugo ( ) Théophile Gautier ( ) Gérard de Nerval ( ) Hector Berlioz (1803–1870) Alfred de Vigny (1799–1863) Eugène Devéria (1805–1865) Marie Dorval ( )

197 Scott und Hugo Walter Scott: Kenilworth (1821) Victor Hugo: Amy Robsart (1828) [Graf Leicester, Flibbertigibbet] Hugo: Marion Delorme (1829/1831) Hugo: Le roi samuse (Comédie française, Premiere ) Giuseppe Verdi: Rigoletto (1851)

198 Premiere von Le Roi samuse Premierengäste u.a. Nerval, Musset, Sainte-Beuve, George Sand, Balzac, Gautier, Stendhal, Ingres, Delacroix, Franz Liszt

199 Das Grotesk-Hässliche und der Fluch des Vaters Triboulet wird von Diane de Poitiers Vater verflucht: Qui que tu sois, valet à langue de vipère; Qui fais risée ainsi de la douleur dun père, Sois maudit! (I, 5, v. 385–387)

200 … donna è mobile Souvent femme varie Bien fol est qui sy fie. Une femme souvent Nest quune plume au vent. (bei Hugo François I, bei Verdi entschärft zum Duca di Mantova)

201 Adèle Hugo über die Premiere des Roi La marée montante des rires, des huées et des sifflets couvrait les sanglots paternels; lorage de la scène nétait quun doux murmure près de lorage de la salle.

202 Ästhetische und politische Freiheit Le ministre lui avait pris sa pièce, lui avait pris son droit, lui avait pris sa chose. Il ne restait plus quà le mettre, lui poète, à la Bastille. […] Mille questions se pressent dans votre esprit. – Où est la loi? Où est le droit? Est-ce que cela peut se passer ainsi? Est-ce quil y a eu en effet quelque chose quon appelle la révolution de juillet? (Hugo in der « Préface » zum Roi)

203 Historische oder aktuelle Stoffe Parlez-nous plus bas, parlez-nous de nous- mêmes […]; descendez dans notre vie de tous les jours, foulez aux pieds les chroniques, les manteaux des rois. (Entracte, Dezember 1833) Où voit-on un peintre, un poète préoccupé de ce qui se passe non à Venise ou à Cadix, mais à Paris, à droite et à gauche ? Que dit-on de nous dans les théâtres ? de nous dans les livres ? (Alfred de Musset in der Revue universelle)

204 Flaubert über Hugo und Dumas [Flaubert] éprouvait le regret […] de nêtre pas acteur pour jouer le rôle de Triboulet du Roi samuse. Le théâtre lappelait; nous y allions souvent ensemble. Il sétait pris de passion pour Antony, qui est une des œuvres les plus puissantes de lécole romantique et qui eut une importance que les générations actuelles ne peuvent se figurer. (Maxime du Camp: Souvenirs littéraires, 1880)

205 Dumas: Antony (Schluss) Antony: Eh! je ne veux pas fuir, moi… Écoute… Tu disais tout à lheure que tu ne craignais pas la mort? Adèle: Non, non… Oh! tue-moi, par pitié! Antony: Une mort qui sauverait ta réputation, celle de ta fille? Adèle: Je la demanderais à genoux. Une voix, en dehors: Ouvrez!… ouvrez!… Enfoncez cette porte… Antony: Et, à ton dernier soupir, tu ne haïrais pas ton assassin? Adèle: Je le bénirais… Mais hâte toi!… Cette porte…

206 Antonys berühmte Replik Le Colonel: Infâme!… Que vois-je?… Adèle!… morte!… Antony: Oui! morte! Elle me résistait, je lai assassinée!… Il jette son poignard aux pieds du Colonel.

207 Die Idee zu Antony Un jour, je me promenais sur le boulevard, je marrêtai tout à coup, me disant à moi-même: Un homme qui, surpris par le mari de sa maîtresse, la tuerait en lui disant quelle lui résistait, et qui mourrait sur léchafaud à la suite de ce meurtre, sauverait lhonneur de cette femme, et expierait son crime. Lidée dAntony était trouvée. (Dumas, Mémoires)

208 Aktualitätsdebatte im Stück Adèle: Et vous achevez sans doute quelque chose, monsieur. Eugène: Oui, madame. Madame de Camps: Toujours du Moyen Âge? Eugène: Toujours. Adèle: Mais pouquoi ne pas attaquer un sujet au milieu de notre société moderne ? La Vicomtesse : Cest ce qui je lui répète à chaque instant : Faites de lactualité. Nest-ce pas quon sintéresse bien plus à des personnages de notre époque, habillés comme nous, parlant la même langue ? (Antony, IV, Sc. 6)

209 Balzac: Comédie humaine 1. Études de mœurs 2. Études philosophiques 3. Études analytiques.

210 Unterabteilungen der Études de mœurs Scènes de la vie privée Scènes de la vie de province Scènes de la vie parisienne Scènes de la vie politique Scènes de la vie militaire Scènes de la vie de campagne

211 Nächste Woche Balzac: Avant-propos zur Comédie (u.a. Wikiquote) Alphonse de Lamartine: Méditations poétiques

212 Balzac: Avant-propos zur Comédie humaine (1842) Erweiterung und Überwindung des Gattungssystems im Roman Romantische Lyrik I: Alphonse de Lamartine

213 Balzac 1829: Le dernier des Chouans ou la Bretagne en : Mémoires de Sanson 1831: La Peau de Chagrin 1833: Ankündigung einer Reihe von Études de mœurs au XIX e siècle 1833: Louis Lambert, Le Médecin de campagne; Eugénie Grandet

214 Balzac, Brief an Eva Hanska von 1834 über die Études de mœurs Les Études de mœurs représenteront tous les effets sociaux sans que ni une situation de la vie, ni une physionomie, ni un caractère dhomme ou de femme, ni un manière de vivre, ni une profession, ni une zone sociale, ni un pays français, ni quoi que ce soit de lenfance, de la vieillesse, de lâge mûr, de la politique, de la justice, de la guerre ait été oublié. Cela posé, lhistoire du cœur humain tracée fil à fil, lhistoire sociale faite dans toutes ses parties, voilà la base. Ce ne seront pas des faits imaginaires; ce sera ce qui se passe partout.

215 Vorwort zu den Études de mœurs (1835) Il ne suffit pas dêtre un homme, il faut être un système […]. Le génie nest complet que quand il joint à la faculté de créer la puissance de coordonner ses créations. Il sagit donc dêtre, dans un autre ordre didées, Walter Scott plus un architecte.

216 Balzac 1833 zu seiner Schwester Saluez-moi, car je suis tout bonnement en train de devenir un génie

217 Avant-propos (1842) Mon ouvrage a sa géographie comme il a sa généalogie et ses familles, ses lieux et ses choses, ses personnes et ses faits; comma il a son armorial, ses nobles et ses bourgeois, ses artisans et ses paysans, ses politiques et ses dandies, son armée, tout son monde enfin!

218 Buffon und Geoffroy de Saint-Hilaire als Vorbilder Lanimal est un principe qui prend […] les différences de sa forme, dans les milieux où il est appelé à se développer. Les Espèces Zoologiques résultent de ces différences.

219 Société et zoologie Pénétré de ce système […] je vis que, sous ce rapport, la Société ressemblait à la Nature. La Société ne fait-elle pas de lhomme, suivant les milieux où son action se déploie, autant dhommes différents quil y a de variétés en zoologie?

220 Balzac als Buffon des 19. Jahrhunderts Si Buffon a fait un magnifique ouvrage en essayant de représenter dans un livre lensemble de la zoologie, ny avait il pas une œuvre de ce genre à faire pour la Société? LÉtat Social a des hasards que ne se permet pas la Nature, car il est la Nature plus la Société.

221 Würdigung von Scotts Leistung im Avant-propos Walter Scott élevait donc à la valeur philosophique de lhistoire le roman […]. Il y mettait lesprit des anciens temps, il y réunissait à la fois le drame, le dialogue, le portrait, le paysage, la description; il y faisait entrer le merveilleux et le vrai, ces éléments de lépopée, il y faisait coudoyer la poésie par la familiarité des plus humbles langages.

222 Überbietung von Scott in der Comédie En apercevant ce défaut de liaison, […] je vis à la fois le système favorable à lexécution de mon ouvrage et la possibilité de lexécuter.

223 Überbietung der traditionellen Geschichtsschreibung in der Comédie En saisissant bien le sens de cette composition, on reconnaîtra que jaccorde aux faits constants, quotidiens, secrets ou patents, aux actes de la vie individuelle, à leurs causes et à leurs principes autant dimportance que jusqualors les historiens en ont attaché aux événements de la vie publique des nations.

224 Jules Michelets paralleles Projekt einer Histoire de France Cette œuvre laborieuse denviron quarante ans fut conçue dun moment, de léclair de juillet. Dans ces jours mémorables, une grande lumière se fit, et japerçus la France. Elle avait des annales, et non point une histoire Des hommes éminents lavaient étudiée surtout au point de vue politique. Nul navait pénétré dans linfini détail des développements divers de son activité (religieuse, économique, artistique, etc.). Nul ne lavait encore embrassée du regard dans lunité vivante des éléments naturels et géographiques qui lont constituée. Le premier je la vis comme une âme et une personne.

225 aus Victor Hugos Grabrede auf Balzac, Père Lachaise, M. de Balzac faisait partie de cette puissante génération des écrivains du dix-neuvième siècle qui est venue après Napoléon […]. Tous ces livres ne forment quun livre, livre vivant, lumineux, profond, où lon voit aller et marcher et se mouvoir, avec je ne sais quoi deffaré et de terrible mêlé au réel, toute notre civilisation contemporaine; livre merveilleux que le poëte a intitulé comédie et quil aurait pu intituler histoire, qui prend toute les formes et tous les styles, qui dépasse Tacite et qui va jusquà Suétone, qui traverse Beaumarchais et qui va jusquà Rabelais; livre qui est lobservation et qui est limagination; qui prodigue le vrai, lintime, le bourgeois, le trivial, le matériel, et qui par moments, à travers toute les réalités brusquement et largement déchirées, laisse tout à coup entrevoir le plus sombre et le plus tragique idéal.

226 Neue Qualitäten des Romans […] comment rendre intéressant le drame à trois ou quatre mille personnages que présente une société? comment plaire à la fois au poète, au philosophe et aux masses qui veulent la poésie et la philosophie sous de saisissantes images?

227 Keine zweitrangige Gattung Ce fut avec cette idée que je lus les œuvres de Walter Scott. Walter Scott, ce trouveur (trouvère) moderne, imprimait alors une allure gigantesque à un genre de composition injustement appelé secondaire.

228 Überblicksliteratur Hans-Ulrich Gumbrecht u. a. (Hg.): Balzac. München: Fink Stendhal, Balzac, Dumas. Un récit romantique? Sous la direction de Lice Dumays, Chantal Massol, Marie-Rose Corredor. Toulouse: Presses universitaires du Mirail 2006.

229 Alphonse de Lamartine ( ) 1820: Méditations poétiques 1830 Harmonies poétiques et religieuses 1835 Voyage en Orient (indiziert) 1836 Jocelyn (indiziert) 1847 Histoire des Girondins 1848 Graziella

230 LHomme, à Lord Byron (aus den Méditations) Toi, dont le monde encore ignore le vrai nom, Esprit mystérieux, mortel, ange, ou démon, Qui que tu sois, Byron, bon ou fatal génie, Jaime de tes concerts la sauvage harmonie, Comme jaime le bruit de la foudre et des vents Se mêlant dans lorage à la voix des torrents! La nuit est ton séjour, lhorreur est ton domaine: Laigle, roi des déserts, dédaigne ainsi la plaine; Il ne veut, comme toi, que des rocs escarpés Que lhiver a blanchis, que la foudre a frappés; Des rivages couverts des débris du naufrage, Ou des champs tout noircis des restes du carnage […]

231 Einige Titel aus den Méditations Lisolement, LHomme Le Soir Limmortalité Le vallon Le désespoir La providence à lhomme Souvenir La retraite Le Lac La prière Invocation Adieu Le chrétien mourant Lautomne

232 Vorwort zu den Méditations (1830) Il fallait avoir un dictionnaire mythologique sous son chevet, si lon voulait rêver des vers. Je suis le premier qui ai fait descendre la poésie du Parnasse, et qui ai donné à ce quon nommait la muse, au lieu dune lyre à sept cordes de convention, les fibres mêmes du cœur de lhomme, touchées et émues par les innombrables frissons de lâme et de la nature.

233 Le Lac und der Trost der Natur Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, Dans la nuit éternelle emportés sans retour, Ne pourrons-nous jamais sur locéan des âges Jeter lancre un seul jour? Ô lac! lannée à peine a fini sa carrière, Et près des flots chéris quelle devait revoir, Regarde! je viens seul masseoir sur cette pierre Où tu la vis sasseoir! […] Un soir, ten souvient-il? nous voguions en silence; On nentendait au loin, sur londe et sous les cieux, Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence Tes flots harmonieux.

234 Le Lac, Forts. Tout à coup des accents inconnus à la terre Du rivage charmé frappèrent les échos: Le flot fut attentif, et la voix qui mest chère Laissa tomber ces mots: Ô temps! suspends ton vol, et vous, heures propices! Suspendez votre cours: Laissez-nous savourer les rapides délices Des plus beaux de nos jours!

235 Le Lac, Schluss Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire, Que les parfums légers de to air embaumé, Que tout ce quon entend, lon voit ou lon respire, Tout dise: Ils ont aimé!

236 Nächste Woche Hugo, Nerval, Baudelaire Bitte lesen: Baudelaire: Le Coucher du Soleil romantique

237 Lamartine: Poesie, Natur und Religion Hugo: Odes, Odes et Ballades und Hugos politische Entwicklung anhand der Préfaces der Oden-Sammlung Formale und sprachliche Neuerungen auf dem Weg zu einer modernen Sprache der Dichtung: Hugo, Aloysius Bertrand, Baudelaire

238 Gattungsverschiebung bei Lamartine: Zum Titel Méditations Méditations poétiques (1820) Nouvelles Méditations poétiques (1823) Harmonies poétiques et religieuses (1830)

239 Lamartine: La Prière Le roi brillant du jour, se couchant dans sa gloire, Descend avec lenteur de son char de victoire. Le nuage éclatant qui le cache à nos yeux Conserve en sillons dor sa trace dans les cieux, Et dun reflet de pourpre inonde létendue. Comme une lampe dor, dans lazur suspendue, La lune se balance aux bords de lhorizon; Ses rayons affaiblis dorment sur le gazon, Et le voile des nuits sur les monts se déplie: Cest lheure où la nature, un moment recueillie, Entre la nuit qui tombe et le jour qui senfuit,

240 La Prière, Forts. Sélève au Créateur du jour et de la nuit, Et semble offrir à Dieu, dans son brillant langage, De la création le magnifique hommage. Voilà le sacrifice immense, universel! Lunivers est le temple, et la terre est lautel.

241 La Prière, Forts. Seul, invoquant ici son regard paternel, Je remplis le désert du nom de lÉternel; Et celui qui du sein de sa gloire infinie, Des sphères quil ordonne écoute lharmonie, Écoute aussi la voix de mon humble raison, Qui contemple sa gloire et murmure son nom.

242 Lamartine: Le Temple Thomas Gray : Elegy Written in a Country Churchyard (1753) und die europäische Friedhofslyrik in dessen Nachfolge

243 Le Temple, Anfang Quil est doux, quand du soir létoile solitaire, Précédant de la nuit le char silencieux, Sélève lentement dans la voûte des cieux, Et que lombre et le jour se disputent la terre, Quil est doux de porter ses pas religieux Dans le fond du vallon, vers ce temple rustique Dont la mousse a couvert le modeste portique, Mais où le ciel encor parle à des cœurs pieux!

244 Komplementarität von La Prière und Le Temple char de victoire --> char silencieux heure […] / Entre la nuit qui tombe et le jour qui senfuit --> quand […] / lombre et le jour se disputent la terre

245 Hugos erste Oden von 1819 La Vendée La mort du duc de Berry La naissance du duc de Bordeaux Le baptême du duc de Bordeaux

246 Préface zu Hugos Odes von 1822 Il y a deux intentions dans la publication de ce livre, lintention littéraire et lintention politique ; mais, dans la pensée de lauteur, la dernière est la conséquence de la première, car lhistoire des hommes ne présente de poésie que jugée du haut des idées monarchiques et de croyances religieuses.

247 Préface von 1824 deux partis dans la littérature comme dans létat; et la guerre poétique ne paraît pas devoir être moins acharnée que la guerre sociale nest furieuse Des conciliateurs se sont présentés avec de sages paroles entre les deux fronts dattaque. […] Cest dans leur rang que lauteur de ce livre veut être placé

248 Titel ab 1826: Odes et Ballades (klassische) Odenform: Pindar, Horaz, Ronsard etc. (romantische) Balladenform: Wordsworth, Coleridge, Schiller, Bürger

249 Aber schon die Motti der Oden sind bunt gemischt: Charles Maturin (Autor des Horrorromans Melmoth the Wanderer), Shakespeare Calderón Alfred de Vigny etc.

250 3. Buch der Oden (1824/25) Oden auf Lamartine und Chateaubriand, Les funérailles de Louis XVIII Le sacre de Charles X

251 La chasse du Burggrave Daigne protéger notre chasse, Châsse De Monseigneur saint-Godefroi, Roi! Si tu fais ce que je désire, Sire, Nous tédifîrons un tombeau, Beau; Puis je te donne un cor divoire, Voire Un dais neuf à pans de velours, Lourds,

252 Chasse du Burggrave, Forts. Avec six chandelles de cire, Sire! Donc te prions à deux genoux, Nous, Nous qui, né de bons gentilhommes, Sommes Le seigneur burgrave Alexis Six!

253 Le pas darmes du roi Jean ababcccb Ça, quon selle, Écuyer, Mon fidèle Destrier. Mon cœur ploie Sous la joie, Quand je broie Létrier. 2. Strophe (von 32!!) Par Saint-Gille, Viens nous-en, Mon agile Alezan; Viens, écoute, Par la route, Voir la joute Du roi Jean.

254 Les Orientales (1829) A voir les choses dun peu haut, il ny a, en poésie, ni bons ni mauvais sujets, mais de bons et de mauvais poètes. Dailleurs, tout est sujet; tout relève de lart; tout a droit de cité en poésie. […] Que le poète donc aille où il veut, en faisant ce qui lui plaît; cest la loi. Quil croie en Dieu ou aux dieux, à Pluton ou à Satan, […] ou à rien. […] Cest à merveille. Le poète est libre. Mettons-nous à son point de vue, et voyons.

255 Orient und Mittelalter (aus der Préface der Orientales) [Lauteur] avait toujours eu une vive sympathie de poète […] pour le monde oriental. Il lui semblait y voir briller de loin une haute poésie. […] Là, en effet, tout est grand, riche, fécond, comme dans le moyen-âge, cette autre mer de poésie.

256 Artistischer Formgebrauch: Les Djinns XX XXX XXXX XXXXX XXXXXX XXXXXXX XXXXXXXX XXXXXXXXXX XXXXXXXX XXXXXXX XXXXXX XXXXX XXXX XXX XX

257 Politische Lyrik und politisches Lied Heinz Thoma: PATRIE – NATION – RÉPUBLIQUE – HUMANITÉ. Themen und Formen politischer Dichtung (1789–1888). In: Ders. (Hg.): 19. Jahrhundert. Lyrik. Tübingen: Stauffenburg 2009 (Französische Literatur. Stauffenburg Interpretation), S. 131–174.

258 Aloysius Bertrand: Gaspard de la Nuit (postum 1842) Gaspard de la Nuit. Fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot E.T.A. Hoffmanns Fantasiestücke in Callots Manier (1814)

259 A. Bertrand: Harlem Harlem, cette admirable bambochade qui résume lécole flamande, Harlem peint par Jean-Breughel, Peeter-Neef, David-Téniers et Paul Rembrandt. Et le canal où leau bleue tremble, et léglise où le vitrage dor flamboie, et le stoël où sèche le linge au soleil, et les toits verts de houblon. Et les cigognes qui battent des ailes autour de lhorloge de la ville, tendant le col du haut des airs et recevant dans leur bec les gouttes de pluie. […]

260 Baudelaire und die von Bertrand begründete Gattung Ab 1855 Prosagedichte, zwischen 1857 und 1861 unter dem Arbeitstitel Poésie nocturnes (1861 als essais de poésie lyrique en prose dans le genre de Gaspard de la Nuit bezeichnet); 1862 Petits poëmes en prose 1864 Le Spleen de Paris. Poèmes en prose

261 Baudelaire: Le coucher du soleil romantique Zuerst 1862 erschienen, als Epilog zu Charles Assoulines Mélanges tirés dune petite bibliothèque romantique geplant

262 Coucher du soleil romantique Que le soleil est beau quand tout frais il se lève, Comme une explosion nous lançant son bonjour! – Bienheureux celui-là qui peut avec amour Saluer son coucher plus glorieux quun rêve! Je me souviens!… Jai vu tout, fleur, source, sillon, Se pâmer sous son œil comme un cœur qui palpite… – Courons vers lhorizon, il est tard, courons vite, Pour attraper au moins un oblique rayon! Mais je poursuis en vain le Dieu qui se retire; Lirrésistible Nuit établit son empire, Noire, humide, funeste et pleine de frissons; Une odeur de tombeau dans les ténèbres nage, Et mon pied peureux froisse, au bord du marécage, Des crapauds imprévus et de froids limaçons.

263 Zur Aufhebung der romantischen Lyrik bei Baudelaire und Rimbaud Hartmut Stenzel: Das Ende der romantischen Utopien und die Revolution der Dichtungssprache: Baudelaire und Rimbaud. In: Heinz Thoma (Hg.): 19. Jahrhundert. Lyrik. Tübingen: Stauffenburg 2009 (Französische Literatur. Stauffenburg Interpretation), S. 227– 302.


Télécharger ppt "Vorlesung: Romantik Friedrich-Schiller-Universität Jena Wintersemester 2010/11 Dr. Olaf Müller."

Présentations similaires


Annonces Google