La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Where is my mind? Monde humain et mondes humains Alphapsy 1er Juin 2005.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Where is my mind? Monde humain et mondes humains Alphapsy 1er Juin 2005."— Transcription de la présentation:

1

2 Where is my mind? Monde humain et mondes humains Alphapsy 1er Juin 2005

3 « Trop souvent nous nous imaginons que les relations quun sujet dun autre milieu entretient avec les choses de son milieu prennent place dans le même espace et dans le même temps que ceux qui nous relient aux choses de notre monde. Cette illusion repose sur la croyance en un monde unique dans lequel semboîteraient tous les êtres vivants. » Jacob Von Uexküll, Un voyage dans les mondes des animaux et des humains

4 « Human beings do not live in the objective world alone, nor alone in the world of social activity as ordinarily understood, but are very much at the mercy of the particular language which has become the medium of expression; the real world is to a large extent unconsciously built up on the language habits of the group » Edward Sapir cité par Li and Gleitman

5 I.Les 3 types de cadres de référence II.Lespace par rapport à soi: les cadres de référence relatifs égocentrés sont-ils universels? III.Soi par rapport à lespace: navigation et orientation

6 Relatif, absolu, intrinsèque

7 Exercice! Hugo joue devant la maison Hugo joue à droite de la maison (par rapport à toi) Hugo joue à gauche de la maison (par rapport à moi) Hugo deale du crack au nord de la maison On peut le trouver en marchant dans la direction de lusine desaffectée Hugo deale du crack entre la maison et lusine désaffectée Hugo deale du crack devant la facade ouest de lusine desaffectée Entre Hugo et la maison, il y a une clinique de chirurgie esthétique clandestine Hugo joue à côté de la clinique

8 Egocentrique/Allocentrique Les morts siègent à la droite du Père (la place du mort) Juste derrière toi Juste derrière moi Juste derrière nous La première à droite, et tout droit jusquau parking A babord / à tribord Sans un regard en arrière En allant vers les 40emes rugissants A lEst dEden Du côté de chez Swann

9 Mérites du système de Levinson Prétend rendre compte des différents types de « points de vue » évoqués dans divers champs des sciences cognitives –Les images 2 D 1/2 et 3 D de Marr et du débat sur limagerie, viewer-centered vs. object-centered, la distinction déïctique/intrinsèque en linguistique, orientation bound et orientation free en imagerie, et plein dautres distinctions byzantines ou vagues. –Ces problèmes ont lair très simples, mais il suffit dêtre un peu négligent pour sy paumer complètement (cf. par exemple Berthoz, LEmpathie, chap. 4) Permet notamment de ne pas confondre relatif, égocentré et orientation-bound, et de ne pas sexclamer, quand les gens adoptent un cadre intrinsèque ou allocentré, quils sortent de leur corps pour occuper « the view from nowhere » (Berthoz, Nagel, passim).

10 Propriétés du système Les cadres de référence sont intraduisibles lun dans lautre. Quand une langue nutilise quun cadre de référence, cest le cadre de référence intrinsèque ou le cadre de référence absolu. Quand une langue utilise le cadre de référence relatif, elle utilise toujours aussi le cadre de référence intrinsèque. il est souvent possible de définir un cadre de référence préféré.

11 Largument de Levinson: whos afraid of the bad bad Whorf? Les cadres de référence sont indispensables à la cognition spatiale On ne traduit pas un cadre de référence dans un autre Pourtant, nous pouvons faire passer linformation spatiale dune modalité à une autre Il est donc nécessaire que toute linformation spatiale saligne sur un seul cadre de référence Ce sera le cadre de référence préféré de la langue maternelle. Les limites de notre langage sont les limites de notre monde

12 Arguments des anti-whorfiens Est-on forcé de voir à lintérieur de cadres de référence explicites et rigides? Lesprit (animal et humain) peut utiliser simultanément de nombreux cadres de référence (Gallistel) La langue maternelle reflète les conditions de vie; ce sont elles qui influent sur la cognition (e.g. artefacts et énantiomorphes). Lesprit ne reproduit pas jusquaux tous premiers étages de la cognition des formes linguistiques compliquées qui nont aucun sens à certains stades (e.g. en V1). Les cadres de référence sont indispensables à la cognition spatiale On ne traduit pas un cadre de référence dans un autre Pourtant, nous pouvons faire passer linformation spatiale dune modalité à une autre Il est donc nécessaire que toute linformation spatiale saligne sur un seul cadre de référence Ce sera le cadre de référence préféré de la langue maternelle Les limites de notre langage sont les limites de notre monde

13 Comment faire un bon titre de slide en y mettant le mot « énantiomorphe »? Les modèles imaginés en cognition visuelle (e.g. Marr ou Bidermann) ne permettent pas de repérer les énantiomorphes! Dailleurs on se demande bien à quoi ça nous servirait (intéret évolutionnaire nul; objets rares) Kant, 1768: les énantiomorphes ne se concoivent pas hors dun espace quon appellerait aujourdhui orientation bound ou viewer- dependent.

14 Effets whorfiens sur la cognition spatiale La maîtrise dun cadre de référence relatif influe sur la reconnaissance des énantiomorphes Les peuples comme les Tenejapans (Chiapas) ou les Hopevale (Bush australien), dont la langue ne connaît pas de cadre relatif, quand on leur demande de reproduire la position dun mannequin, une succession de fugures, ou de mimer une scène dun film, le feront dans lespace absolu. Les rêves et les mythes de ces peuples semblent se dérouler dans ce même espace.

15 Le pays des sans-côtés Les locuteurs Tenejapans du Tzeltal arrêtent leur usage des termes droite et gauche à leurs mains et à leurs pieds. Vivant sur la pente dune chaîne montagneuse, ils connaissent une multitude de cadres intrinsèque et un seul cadre absolu qui sépare lespace en trois directions: vers les sommets, vers la vallée, et en travers. Dans des tâches (par exemple, donner une série dinstructions pour mettre le couvert de façon à ce que la fourchette soit à droite, le couteau à gauche) où le cadre relatif savèrerait précieux, leur cadre absolu est systématiquement employé: la fourchette de lextrême-nord doit être placée au sud-ouest du verre, celle du sud au nord-est, et le couteau à 180° de cela, etc. Les portes sont à deux battants, souvrant par le milieu; le sens des aiguilles dune montre na aucun sens rituel, pratique ou cognitif. Même les gestes et la vaisselle sont symétriques. Pas de reconnaissance des énantiomorphes, dailleurs pas du tout employés dans lart Tenejapan.

16

17 La chambre en miroir

18

19 Autres expériences Mimer un film Reproduire la position dun mannequin de bois Inférences transitives: A est plus petit que B et B est plus petit que C, donc A est plus petit que C. Deux conditions: rotations à 180° et chambres en miroir. Mémoire visuelle: liste ditems, orientation dans un labyrinthe, etc. Pedersen 1995: confronte deux dialectes du Tamil, lun qui comporte un cadre de référence relatif, lautre non. Seul ce dernier produit les effets attendus lors des xp de turning tables.

20 La tentative de démolition de Li and Gleitman Retiennent un seul protocole, celui qui fait le plus appel aux cadres de référence intrinsèques: la tâche animals in a row. Attaque Levinson et Brown sur le cadre de leurs expériences, laissant entendre que les Tenejapans étaient biaisés par la présence de leur environnement familier. En fait, les expériences contestées étaient menées dans des sortes de véranda entourées darbres. Et Li and Gleitman ne mentionnent pas les chambres en miroir.

21 Un canard ne fait pas le printemps Li and Gleitman montrent quil y a un effet de la présence du paysage sur la tâche animals in a row. Mais cet effet néquivaut pas à une réplication des résultats de Levinson; donc ils nont rien prouvé contre lui. Pour faire reproduire à leurs sujets (ricains) les perfs des Tenejapans, ils ont recours à un couple de canards en polystyrène qui sembrassent. On constate que les sujets arrangent leurs animaux par rapport aux canards. Mais le cadre de référence adopté ici est un cadre intrinsèque, et non pas absolu. On le montre en faisant pivoter les sujets de 90° au lieu de 180: mêmes résultats.

22

23 La fin dun dogme « la seule différence fondamentale, elle est entre la droite et la gauche » Laurent Fabius Emmanuel Kant Edmund Husserl Jean Piaget Maurice Merleau-Ponty Robert Hertz

24 se mettre à sa place Lhistoire philosophique officielle de la cognition spatiale reprend dans ses grandes lignes le conte du Petit Poucet: dabord lespace égocentrique relatif, puis un espace allocentrique absolu. Cest tout linverse! Par exemple aux débuts de limitation, laction est codée dans un espace intrinsèque et non pas relatif. La présence dartefacts énantiomorphes, la perte de paysages de référence stables, lalphabétisation, sont autant de facteurs qui ont pu imposer le cadre de référence relatif, qui nest ni une forme a priori de la sensibilité, ni même le système le plus efficace.

25 Le petit Poucet sans cailloux Les Tenejapans continuent à utiliser leur cadre de référence hors de leur montagne, de façon à peu près exacte. Les Hopevale ou les San pratiquent un dead reckoning époustouflant de précision (plus ou moins 14° en moyenne). Dautres peuples, comme les Navigateurs des îles Caroline, sont connus pour leurs performances computationnelles hors du commun: remonter au vent en tirant des bords dune île A vers une île B en gardant constamment à lesprit la direction de lîle B ( sous quelle constellation elle se trouve). Ces exploits ont nourri mimaginaire colonial (Dersu Uzala…); certains auteurs y voient une sensibilité humaine au magnétisme terrestre, que rien ne confirme par aillleurs (xp de Baker contestées..). Mais alors comment font-ils?

26 Le dead reckoning sans peine Lanthropolgie cognitive (Gladwin, Lewis, etc.) montre quon peut se passer de lhypothèse du 6e sens. Alfred Gell, How to read a map: tout le problème consiste pour nous à traduire des coordonnées absolues allocentriques (ie des cartes) en images égocentriques relatives (je tourne à droite au feu rouge). Mais si linformation est immédiatement codée dans un cadre de référence absolu- égocentrique, ce problème de traduction ne se pose plus. Ceci rend bien moins mystérieuses les performances des Tenejapans ou des Bushmen.

27 « With regard to the question of the means by which animals find their way home from a long distance, a striking account, in relation to man, will be found in the English translation of the Expedition to North Siberia, by Von Wrangell. He there describes the wonderful manner in which the natives kept a true course towards a particular spot, whilst passing for a long distance through hummocky ice, with incessant changes of direction, and with no guide in the heavens or on the frozen sea. He states (but I quote only from memory of many years standing) that he, an experienced surveyor, and using a compass, failed to do that which these savages easily effected. Yet no one will suppose that they possessed any special sense which is quite absent in us. We must bear in mind that neither a compass, nor the north star, nor any other such sign, suffices to guide a man to a particular spot through an intricate country, or through hummocky ice, when many deviations from a straight course are inevitable, unless the deviations are allowed for, or a sort of "dead reckoning" is kept.

28 All men are able to do this in a greater or less degree, and the natives of Siberia apparently to a wonderful extent, though probably in an unconscious manner. This is effected chiefly, no doubt, by eyesight, but partly, perhaps, by the sense of muscular movement, in the same manner as a man with his eyes blinded can proceed (and some men much better than others) for a short distance in a nearly straight line, or turn at right angles, or back again. The manner in which the sense of direction is sometimes suddenly disarranged in very old and feeble persons, and the feeling of strong distress which, as I know, has been experienced by persons when they have suddenly found out that they have been proceeding in a wholly unexpected and wrong direction, leads to the suspicion that some part of the brain is specialised for the function of direction leads to the suspicion that some part of the brain is specialised for the function of direction » Charles Darwin, « On the origin of certain instincts », Nature, 1873

29 With your feet in the air, your head on the ground… Try this trick, and spin it, yeah! Your head will explode, if theres nothing in it, Then youll ask yourself: « Where is my mind? Where is my mind? Where is my mind? » The Pixies


Télécharger ppt "Where is my mind? Monde humain et mondes humains Alphapsy 1er Juin 2005."

Présentations similaires


Annonces Google