La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Maria Berger - Maîtrise d'AES 2003-2004 1 Le langage SQL Histoire – langages pour les BD relationnelless incluant toutes les possibilités de l'algèbre.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Maria Berger - Maîtrise d'AES 2003-2004 1 Le langage SQL Histoire – langages pour les BD relationnelless incluant toutes les possibilités de l'algèbre."— Transcription de la présentation:

1 Maria Berger - Maîtrise d'AES Le langage SQL Histoire – langages pour les BD relationnelless incluant toutes les possibilités de l'algèbre relationnelle : QUEL, SEQUEL, SQL (79, sur Oracle) – Normalisation en 87 par ANSI de SQL – plus d'une centaine de produits supportant SQL aujourd'hui SQL n'est pas un langage de programmation – 2 douzaines d'instructions environ – peut trouver sa place dans un langage de programmation

2 Maria Berger - Maîtrise d'AES Caractéristiques SQL assure l'indépendance des données SQL est un langage déclaratif (par opposition à procédural) Mode interactif ou programmé – interactif : instruction SQL tapée directement, instantanément traitée – à l'intérieur d'un pgm : appel de SQL dans un pgm en C,... instruction SQL = requête résultat d'une requête = table

3 Maria Berger - Maîtrise d'AES Caractéristiques SQL est un langage à dimension triple : – le DDL (Data Definition Language) : commandes de SQL permettant de créer, modifier ou effacer la définition (schéma) d'une BD ou d'une table. – le DML (Data Manipulation Language) : interrogation et modification de l'information contenue dans les tables – le DCL (Data Control Language) : sécurité et confidentialité de la BD.

4 Maria Berger - Maîtrise d'AES SQL LANGAGE DE DEFINITIONS DE DONNEES – CREATE TABLE – CREATE VIEW LANGAGE DE MANIPULATION DE DONNEES – SELECT OPEN – INSERT FETCH – UPDATE CLOSE – DELETE LANGAGE DE CONTROLE DE DONNEES – GRANT et REVOKE – BEGIN et END TRANSACTION – COMMIT et ROLLBACK

5 Maria Berger - Maîtrise d'AES Le Language de Manipulation des Données : la consultation de données Instruction SELECT : 3 parties principales : – clause (obligatoire) Select : précise les valeurs qui constituent chaque ligne du résultat – clause (obligatoire) from : indique les tables desquelles le résultat tire ses valeurs – clause where : donne la condition de sélection que doivent satisfaire les lignes qui fournissent le résultat SELECT schéma FROM table WHERE condition ;

6 Maria Berger - Maîtrise d'AES Interrogation en SQL SELECT FROM [WHERE AND ] [GROUP BY ] [HAVING ] Exemple : SELECT NomCoureur FROM Coureurs WHERE CodePays = SUI;

7 Maria Berger - Maîtrise d'AES CRU(Nom_Cru,Commune,Région,Coul) VINS(Région,Coul,Millésime,Qualité) CEPAGE_REGION(Cepage,R_PROD,Coul) OU EMP(Num,Nom,Fonction,N_Sup,Embauche, Salaire,Comm,N_Dep) DEPT(N_Dept,Nom,Lieu) Interrogation dune seule table

8 Maria Berger - Maîtrise d'AES PROJECTION Extraction simple : afficher une table entièrement SELECT * FROM Nom_table; Exemple : – Tous les crus ? – Expression algébrique : cru – SQL : SELECT * FROM CRU;

9 Maria Berger - Maîtrise d'AES PROJECTION SELECT Nom_Col1,..., Nom_ColN FROM Nom_table; Exemple : Requête : Liste des noms de crus Algèbre : Nom_Cru (CRU) SQL : SELECT Nom_Cru FROM CRU La clause DISTINCT permet d'éliminer les doublons.

10 Maria Berger - Maîtrise d'AES SELECTION SELECT Nom_Colonne FROM Nom_Table WHERE critère ; Exemple : – Requête : La liste des noms de crus rouges – Algèbre : Nom_Cru ( Coul = rouge (CRU)) – SQL : SELECT Nom_Cru FROM CRU WHERE Coul=Rouge

11 Maria Berger - Maîtrise d'AES Opérateurs de comparaison =,>, =, (ou != ou ^=) In et not in – Requête : quels sont les bons millésimes de Bordeaux ? – SQL : SELECT Millésime FROM VINS WHERE Région = Bordeaux AND Qualité =Bonne OR Qualité =Très Bonne OR Qualité =Excellente OU SELECT Millésime FROM VINS WHERE Région = Bordeaux AND Qualité IN (Bonne, Très bonne, Excellente )

12 Maria Berger - Maîtrise d'AES Opérateurs de comparaison LIKE : appartenance à une chaîne de caractères – _ remplace n'importe quel caractère – % remplace n'importe quelle chaîne de caractères Exemple : – Requête : Quels sont les noms de cru qui commencent par Ch ? – SQL : SELECT Nom_Cru FROM CRU WHERE Nom_Cru like Ch% – Requête : Quels sont les noms de cru possédant un a en seconde position ? – SQL : SELECT Nom_Cru FROM CRU WHERE Nom_Cru like _a%

13 Maria Berger - Maîtrise d'AES Opérateurs de comparaison BETWEEN : appartenance à un intervalle Exemple : – Requête : Quels sont les salariés gagnant entre et ? – SQL : SELECT Nom, Salaire FROM EMP WHERE Salaire BETWEEN AND 25000

14 Maria Berger - Maîtrise d'AES Nom de colonne Les colonnes constituant le résultat dun SELECT peuvent être renommées dans le SELECT – Requête : salaire de chaque employé – SQL : SELECT Nom,Salaire « SALAIRE MENSUEL » FROM EMP;

15 Maria Berger - Maîtrise d'AES Opérateurs de comparaison IS NULL et IS NOT NULL Exemple : – Requête : le nom des crus dont la commune na pas été renseignée – SQL : SELECT Nom_Cru FROM CRU WHERE Commune IS NULL

16 Maria Berger - Maîtrise d'AES Tri des résultats ORDER BY SELECT attribut1, attribut2,... FROM Nom_table ORDER BY attribut1 [ASC], attribut2 [DESC],... ; Exemple : – Requête : Les bordeaux classés par millésimes et par couleur – SQL : SELECT * FROM VINS WHERE Région = Bordeaux ORDER BY Millésime, Coul

17 Maria Berger - Maîtrise d'AES Fonctions La relation résultat – ne comportera qu'une ligne – ou pourra simplement être considérée comme un nombre Fonctions numériques : – AVG : moyenne – Exemple : Age moyen des professeurs – SQL : SELECT AVG(Date_Naissance) FROM PROFESSEUR; – SUM : somme – Exemple : CA généré par les vendeurs de PACA: – SQL : SELECT SUM(CA) FROM Vendeur WHERE Region = 'PACA';

18 Maria Berger - Maîtrise d'AES Fonctions COUNT : nombre d'éléments sélectionnés – Requête : Nombre de cépages bordelais ? – SQL : SELECT COUNT ( *) FROM CEPAGE_REGION WHERE R_Prod = Bordeaux; MIN, MAX,... Expressions et Fonctions sur les chaînes de caractères – || : seul opérateur sur les chaînes de caractères : la concaténation. Résultat : chaîne de caractères obtenue en écrivant d'abord la chaîne à gauche de || puis celle à droite de ||. – LOWER(chaîne) : Renvoie chaîne en ayant mis toutes ses lettres en minuscules....

19 Maria Berger - Maîtrise d'AES Fonctions Expressions et fonctions sur les dates – Opérateurs sur les dates : + et - date +/- nombre : le resultat est une date obtenue en ajoutant le nombre de jours nombre à la date date. date2 - date1 : le resultat est le nombre de jours entre les deux dates.

20 Maria Berger - Maîtrise d'AES Regroupements Il est possible de subdiviser la table en groupes Permet dappliquer les fonctions daggrégation à des sous-groupes – Requête : Combien de crus rouges et de crus blancs sont produits dans chaque commune ? – SQL : SELECT Commune, Count(*) FROM CRU GROUP BY Commune, Coul;

21 Maria Berger - Maîtrise d'AES Résultat CommuneCoulCount(*) Aloxe-CortonRouge1 BarsacBlanc1 MargauxRouge2 MeursaultBlanc3 MeursaultRouge1 PauillacRouge2

22 Maria Berger - Maîtrise d'AES Selection des groupes HAVING : conditions imposées aux groupes (de lignes) à sélectionner – pour éviter la confusion avec la clause WHERE (qui ne s'applique qu'à des lignes seules) Exemple : – Requête : Donner les communes où au moins 2 crus rouges ou crus blancs sont produits? – SQL : SELECT Commune, Count(*) FROM CRU GROUP BY Commune, Coul HAVING Count(*) >2;

23 Maria Berger - Maîtrise d'AES Quantificateurs ALL + opérateur de comparaison : teste si une expression est vérifiée dans tous les cas de figure – Requête : Tous les salariés ont-ils été recrutés avant le 1er janvier 2001 ? – SQL : > ALL (SELECT Embauche FROM EMP) SOME ou ANY : expression vraie si la comparaison est vérifiée pour au moins une valeur – Requête : vérifiez si au moins un salarié a été recruté depuis un an – SQL : > ANY (SELECT Embauche FROM EMP)

24 Maria Berger - Maîtrise d'AES Quantificateurs EXISTS, NOT EXISTS

25 Maria Berger - Maîtrise d'AES Comment interpréter une requête complexe monotable ? on considère la table spécifiée dans la clause FROM on sélectionne les lignes sur la base de la clause WHERE on classe ces lignes en groupes comme spécifié dans la clause GROUP BY on ne retient que les groupes qui vérifient la clause HAVING de chacun de ces groupes, on extrait les valeurs demandées dans la clause SELECT les valeurs demandées sont ordonnées selon la clause ORDER BY éventuelle.

26 Maria Berger - Maîtrise d'AES Interrogations sur plusieurs tables : SQL permet la liaison de plusieurs tables via 3 possibilités : – Les opérations de jointure entre 2 tables en se basant sur l'égalité entre l'un des attributs de chaque table – Le principe des requêtes imbriquées qui repose sur le fait que le résultat d'une requête est une table – L'utilisation d'opérations ensemblistes pour combiner le résultat de plusieurs requêtes.

27 Maria Berger - Maîtrise d'AES Jointures SELECT... FROM nom_table1, nom_table2... WHERE critère; – pas de condition de sélection : résultat obtenu = produit cartésien des tables présentes derrière le FROM. – Requête : à partir de quel cépage principal est produit le Meursault ? – SQL : SELECT Cépage FROM CEPAGE_REGION, CRU WHERE région = R_Prod AND Commune = Meursault Si lattribut Région avait le même nom dans CRU que dans CEPAGE_REGION on aurait écrit : CRU.Région = CEPAGE_REGION.Région

28 Maria Berger - Maîtrise d'AES Auto-jointure : Requête : Donner pour chaque employé le nom de son supérieur hiérarchique. SQL : SELECT EMP.Nom, chef.Mom FROM EMP, EMP chef WHERE EMP.N_sup= chef.Num;

29 Maria Berger - Maîtrise d'AES Autres jointures Le critère d'égalité est le critère de jointure le plus naturel. Mais on peut utiliser d'autres types de comparaisons comme critères de jointures. – Requête : Quels sont les employés gagnant plus que SIMON ? – SQL :SELECT EMP.nom, EMP.salaire, EMP.fonction FROM EMP, EMP empbis WHERE EMP.salaire > empbis.salaire AND empbis.nom = 'SIMON';

30 Maria Berger - Maîtrise d'AES Requêtes imbriquées une clause WHERE est elle-même le résultat d'un SELECT renvoient une ou plusieurs valeurs

31 Maria Berger - Maîtrise d'AES Requêtes imbriquées Sous-interrogation ramenant une seule valeur – Requête : Quels sont les vins qui sont produits dans la même commune que La Grappe dOr ? – SQL : SELECT Nom_Cru FROM VINS WHERE Commune = (SELECT Commune FROM VINS WHERE Nom_Cru = La Grappe dOr) – Remarque : auto-jointure possible pour répondre à cette question

32 Maria Berger - Maîtrise d'AES Requêtes imbriquées une sous-interrogation qui ne ramène aucune ligne se termine avec un code d'erreur. une sous-interrogation ramenant plusieurs lignes provoquera aussi, dans ce cas, une erreur

33 Maria Berger - Maîtrise d'AES Requêtes imbriquées Sous-interrogation ramenant plusieurs lignes Avec des opérateurs de comparaison admettant à leur droite un ensemble de valeurs comme : – l'opérateur IN – les opérateurs obtenus en ajoutant ANY ou ALL à la suite d'un opérateur de comparaison classique (=, <>, >, >=, <, <=)

34 Maria Berger - Maîtrise d'AES Requêtes imbriquées Requête : Quels sont les employés gagnant plus que tous les employés du département 30 ? SQL : SELECT Nom, Salaire FROM Emp WHERE salaire > ALL(SELECT Salaire FROM Emp WHERE N_Dep=30);

35 Maria Berger - Maîtrise d'AES Requêtes imbriquées Sous-interrogation ramenant plusieurs colonnes – Exemple : Quels sont les employés ayant la même fonction et le même supérieur que CODD ? – SQL : SELECT Nom, Fonction, N_Sup FROM Emp WHERE (Fonction,N_Sup) = (SELECT Fonction,N_Sup FROM Emp WHERE Nom = 'CODD');

36 Maria Berger - Maîtrise d'AES Requêtes imbriquées Sous-interrogation ramenant au moins une ligne L'opérateur EXISTS permet de construire un prédicat vrai si la sous-interrogation qui suit ramène au moins une ligne. – Requête : Quels sont les employés travaillant dans un département qui a procédé à des embauches depuis le début de l'année 2001 ? – SQL : SELECT * FROM Emp Empbis WHERE EXISTS (SELECT * FROM EMP WHERE Embauche >= '01-jan-01' AND N_Dept = Empbis.N_Dept);

37 Maria Berger - Maîtrise d'AES Les opérateurs ensemblistes permettent de "joindre" des tables verticalement c'est-à- dire de combiner dans un résultat unique des lignes provenant de deux interrogations. Les opérateurs ensemblistes sont les suivants : – l'union : UNION – l'intersection : INTERSECT – la différence relationnelle : MINUS La syntaxe d'utilisation est la même pour ces trois opérateurs : SELECT... {UNION | INTERSECT | MINUS } SELECT...

38 Maria Berger - Maîtrise d'AES Les opérateurs ensemblistes Dans une requête utilisant des opérateurs ensemblistes : – Tous les SELECT doivent avoir le même nombre de colonnes sélectionnées, et leur types doivent être un à un identiques. – Les doubles sont éliminés (DISTINCT implicite). – Les noms de colonnes sont ceux du premier SELECT. On peut combiner le résultat de plus de deux SELECT au moyen des opérateurs UNION, INTERSECT, MINUS. SELECT... UNION SELECT... MINUS SELECT... – Expresion évaluée de gauche à droite. Modification de l'ordre d'évaluation par des parenthèses. SELECT... UNION (SELECT... MINUS SELECT...)

39 Maria Berger - Maîtrise d'AES Les opérateurs ensemblistes Exemple : Lister tous les enseignants SELECT Nom, Prénom FROM MdC UNION SELECT Nom, Prénom FROM Professeur ;

40 Maria Berger - Maîtrise d'AES Coment interpréter une requête complexe multitable ? on considère les tables spécifiées dans la clause FROM on effectue la jointure de ces tables selon le critère de jointure de la clause WHERE on sélectionne les lignes de la jointure sur la base des autres conditions de la clause WHERE on classe ces lignes en groupes comme spécifié dans la clause GROUP BY on ne retient que les groupes qui vérifient la clause HAVING de chacun de ces groupes, on extrait les valeurs demandées dans la clause SELECT les valeurs demandées sont ordonnées selon la clause ORDER BY éventuelle.

41 Maria Berger - Maîtrise d'AES Coment interpréter une requête complexe multitable ? Exemple : SELECT N°Client, COUNT(*), SUM(QtéCom) FROM Commande C, LigneCom L WHERE C.N°Com = L.N°Com AND N°Pro = PA 60 GROUP BY N°Client HAVING COUNT(*) >= 2 ORDER BY N°Client

42 Maria Berger - Maîtrise d'AES Le Language de Manipulation des Données : la modification de données Insertion de nouveaux n-uplets INSERT INTO nom_table(nom_col1, nom_col2,...) VALUES (val1, val2...) Exemple : INSERT INTO Etudiant (n°Et, Nom, Prénom) VALUES(96035, Diego, Berger)

43 Maria Berger - Maîtrise d'AES La modification de données Il est possible d'insérer dans une table des lignes provenant d'une autre table. La syntaxe est la suivante : INSERT INTO nom_table(nom_col1, nom_col2,...) SELECT... Exemple : Insérer dans la table Bonus les noms et salaires des directeurs. INSERT INTO bonus SELECT nom, salaire FROM emp WHERE fonction = 'directeur';

44 Maria Berger - Maîtrise d'AES La modification de données Modification de lignes – La commande UPDATE permet de modifier les valeurs d'une ou plusieurs colonnes, dans une ou plusieurs lignes existantes d'une table. La syntaxe est la suivante : UPDATE nom_table SET nom_col1 = {expression1 | ( SELECT...) }, nom_col2 = {expression2 | ( SELECT...) } [WHERE critère]; Exemple : Augmenter de 10% les salaires [des ingénieurs]. UPDATE emp SET salaire = salaire * 1.1 [WHERE fonction = 'ingenieur' ];

45 Maria Berger - Maîtrise d'AES La modification de données Suppression de lignes – La commande DELETE permet de supprimer des lignes d'une table. La syntaxe est la suivante : DELETE FROM nom_table WHERE critère; – Toutes les lignes pour lesquelles le critère est évalué à vrai sont supprimées. En l'absence de clause WHERE, toutes les lignes de la table sont supprimées. – Exemple : DELETE FROM emp WHERE fonction = retraité;

46 Maria Berger - Maîtrise d'AES Le language de définition de données Création d'une table CREATE TABLE nom_table (nom_col1 TYPE1,[NOTNULL/ PRIMARY KEY/FOREIGN KEY] nom_col2 TYPE2,[.../.../...]...); – Types acceptés : – CHAR(longueur), VARCHAR(longueur) – SMALLINT, INTEGER, DECIMAL(m,n), FLOAT, SERIAL(n) – DATE

47 Maria Berger - Maîtrise d'AES Création d'une table CREATE TABLE Departement (NDep SERIAL(20),NOTNULL,PRIMARY KEY, NomDep CHAR(20), Directeur CHAR(20), Budget DECIMAL(6,0)); CREATE TABLE Etudiant (NEtud SERIAL(20),NOTNULL,PRIMARY KEY, Nom CHAR(20), Prénom CHAR(20), DateNaissance DATE, Rue CHAR(80), CodePostal DECIMAL(5,0), Ville CHAR(20),DEFAULT PARIS, NDep SERIAL(20),NOTNULL,FOREIGN KEY);

48 Maria Berger - Maîtrise d'AES Suppresion et modification d'une table DROP TABLE nom_table ; – Exemple : DROP TABLE Etudiant ; Modification d'une table – Ajoût d'une ou plusieurs colonnes : ALTER TABLE nom_table ADD(nom_col1 TYPE1, nom_col2 TYPE2,...); – option : [BEFORE nom_col_before] – Exemple : On aimerait connaître le téléphone des étudiants ALTER TABLE Etudiant ADD(Téléphone DECIMAL(10,0) BEFORE NDep);

49 Maria Berger - Maîtrise d'AES Modification d'une table Suppression d'une colonne : ALTER TABLE nom_table DROP nom_col; – Attention aux problèmes d'intégrité ! Modification dune table : ALTER TABLE nom_table MODIFY(nom_col1 TYPE1,nom_col2 TYPE2,...); – Exemple : Un nom peut dépasser 20 caractères ALTER TABLE Etudiant MODIFY(Nom Char(25));

50 Maria Berger - Maîtrise d'AES Modification d'une table Changement de nom de tables ou de colonnes : RENAME TABLE ancien_nom TO nouveau_nom ; RENAME COLUMN nom_relation.ancien_nom_col TO nouveau_nom_col ; – Exemple : RENAME COLUMN Etudiant.DateNaissance TO BirthDay;

51 Maria Berger - Maîtrise d'AES Les vues Les vues permettent d'assurer l'objectif d'indépendance logique. Grace à elles, chaque utilisateur pourra avoir sa vision propre des données. Créer une vue – La commande CREATE VIEW permet de créer une vue en spécifiant le SELECT constituant la définition de la vue : CREATE VIEW nom_vue [(nom_col1,...)] AS SELECT... WITH CHECK OPTION ;

52 Maria Berger - Maîtrise d'AES Les vues Exemple : Création d'une vue constituant une restriction de la table emp aux employés du departement 10. CREATE VIEW emp10 AS SELECT * FROM emp WHERE n_dept = 10 ; Le CHECK OPTION permet de vérifier que la mise à jour ou l'insertion faite à travers la vue ne produisent que des lignes qui font partie de la sélection de la vue. Supprimer une vue DROP VIEW nom_vue;

53 Maria Berger - Maîtrise d'AES Les index Considérons le SELECT suivant : SELECT * FROM Etudiant WHERE nom = 'MARTIN' – moyen de recherche des lignes avec nom = 'MARTIN' : balayer toute la table – prohibitif dès que nb lignes > qq centaines Solution offerte par tous les SGBD : création d'index Les index sont des structures permettant de retrouver une ligne dans une table à partir de la valeur d'une colonne ou d'un ensemble de colonnes.

54 Maria Berger - Maîtrise d'AES Choix des index Indexer en priorité : – les clés primaires – les colonnes servant de critère de jointure – les colonnes servant souvent de critère de recherche Ne pas indexer : – les colonnes contenant peu de valeurs distinctes (index alors peu efficace) – les colonnes fréquemment modifiées

55 Maria Berger - Maîtrise d'AES Créer un index Un index peut être créé par la commande suivante : CREATE [UNIQUE] INDEX nom_index ON nom_table (nom_col1, nom_col2,...) Option UNIQUE : interdiction que deux lignes aient la même valeur dans la colonne indexée. Les requêtes SQL sont transparentes au fait qu'il existe un index ou non. Effacement d'un index : DROP INDEX Nom_de_lindex

56 Maria Berger - Maîtrise d'AES Les contraintes d'intégrité Sur les colonnes : – NOT NULL : force la saisie de la colonne – DEFAULT : précise une valeur par défaut – UNIQUE : vérifie que toutes les valeurs sont différentes – CHECK : vérifie la condition précisée – CONSTRAINT : permet de nommer une contrainte Sur la table globalement : – CONSTRAINT – PRIMARY KEY : clé primaire – FOREIGN KEY (liste_col1) REFERENCES table(liste_col2): clé étrangère => intégrité référentielle

57 Maria Berger - Maîtrise d'AES Les contraintes d'intégrité Clé étrangère : – Attribut ou groupe dattribut dans une table T1 dont les valeurs doivent exister comme valets de la clé candidate dans la table T2. – T1 : table qui référence : table secondaire du lien (contient la clé étrangère) – T2 : table référencée : table primaire du lien Du point de vue de la table qui référence (T1) : – FOREIGN KEY (T1) REFERENCES table(T2): clé étrangère => intégrité référentielle Du point de vue de la table référencée (T2) : – Modification de la clé primaire => effets sur les autres tables utilisant cette clé comme clé étrangère ? – REFERENCES complétée par ON UPDATE ou ON DELETE

58 Maria Berger - Maîtrise d'AES Les contraintes d'intégrité RESTRICT : échec de la modification ou suppression de la clé primaire CASCADE : modification ou suppression des lignes correspondantes en cascade SET NULL : mettre NULL SET DEFAULT : mettre la valeur par défaut

59 Maria Berger - Maîtrise d'AES Gestion des transactions Plusieurs utilisateurs peuvent accéder à la base de données de façon concurrente, "en même temps". – Exemple : un même système de réservations de billets d'avions est utilisé en concurrence par des centaines d'employés d'agences de voyage. Ce concept pose des problèmes quant à la cohérence et l'intégrité de la base de données. Le SGBD devra donc gérer les utilisations concurrentes sur les données avec le plus d'efficacité possible.

60 Maria Berger - Maîtrise d'AES Gestion des transactions Une transaction est un ensemble de requêtes élémentaires sur les données d'une base. – Exemple : vente de produit à un client = 2 parties mise à jour de l'inventaire en soustrayant la quantité vendue du produit, et mise à jour de la table des encaissements à réaliser pour facturer le client. Fin de transaction : – COMMIT : Validation. – ROLLBACK : suite à un echec, le SGBD doit revenir à l'état précédant le début de laction. Ceci est fait automatiquement par la commande ROLLBACK.

61 Maria Berger - Maîtrise d'AES Administration d'une Base de Données GESTION DES DROITS – protéger les données de la base contre les accès non autorisés enregistrer et authentifier les utilisateurs définir des autorisations de manipulation des objets de la base par les utilisateurs (relation, vue, contrainte d'intégrité, index) LES DIFFERENTS UTILISATEURS – ADMINISTRATEUR BD possède tous les droits – UTILISATEURS PRIVILEGIES peuvent créer des relations – UTILISATEURS FINAUX peuvent manipuler des relations

62 Maria Berger - Maîtrise d'AES Les différents droits sur une relation DROIT D'INTERROGATION DROIT DE MISE A JOUR (insertion, modification, suppression de tuples) DROIT D'ADMINISTRATION (déclaration de clés, définition d'index, modif. / suppression du schéma, transmission des droits) DROIT DE CREATION (création schéma relation)

63 Maria Berger - Maîtrise d'AES Droits sur une relation EXPRESSION DES DROITS EN SQL – DROITS GERES PAR SQL -> droits de manipulation des relations de base et des vues – ATTRIBUTION DE DROITS grant on to – grant SELECT on VINS to Grobuveur – REVOCATION DES DROITS (SQL2) revoke on to – revoke SELECT on VINS to grobuveur

64 Maria Berger - Maîtrise d'AES Le mode Client-Serveur Serveur : serveur de ressources communes Client : logiciel qui accède au serveur Besoin de permettre la connexion de nimporte quel type de client avec nimporte quel type de serveur Naissance de protocoles comme ODBC (Open DataBase Connectivity) ou JDBC (Java DataBase Connectivity) Logiciel Client Machine A Utilisateur Logiciel Serveur Machine B requête réponse

65 Maria Berger - Maîtrise d'AES Le mode Client-Serveur permettent de traduire les requêtes du logiciel client en ordres exploitables par le serveur puis à traduire le format des données renvoyées par le serveur en données manipulables par le client Problème : le choix du bon constructeur. Que mettre dans le client et que mettre sans le serveur ?

66 Maria Berger - Maîtrise d'AES ODBC : accès aux bases de données dans le monde de Microsoft Le mode Client- Serveur


Télécharger ppt "Maria Berger - Maîtrise d'AES 2003-2004 1 Le langage SQL Histoire – langages pour les BD relationnelless incluant toutes les possibilités de l'algèbre."

Présentations similaires


Annonces Google