La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Extraits du livre « Dire son nom » de Francisco Goldman 1ère partie In mémoriam AURA ESTRADA 1977-2007 Musique: Keren Ann “Lay Your Head Down“ “You know.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Extraits du livre « Dire son nom » de Francisco Goldman 1ère partie In mémoriam AURA ESTRADA 1977-2007 Musique: Keren Ann “Lay Your Head Down“ “You know."— Transcription de la présentation:

1

2 Extraits du livre « Dire son nom » de Francisco Goldman 1ère partie In mémoriam AURA ESTRADA Musique: Keren Ann “Lay Your Head Down“ “You know my love this was no dream of mine But the way you ride those waves makes me wanna follow you blind “ “ Tu sais que mon amour, N'était pas qu'un de mes rêves Mais la manière avec laquelle tu diriges ces vagues Me donne envie de te suivre aveuglement “

3 « Si l'on pensait connaître quelque chose des brûlures de l'amour, du feu ardent de la perte, lire ce livre c'est se retrouver face à un chalumeau. L...1 Dire son nom est violent, drôle, puissant et magnifique. » Annie Proulx « L'écriture de ce livre est pleine de beauté. Et, Dieu soit loué, il en est ainsi, car seule la beauté pouvait sauver une histoire aussi triste. » Richard Ford « Dire son nom tient le lecteur en haleine en le faisant voyager de Brooklyn à Mexico, et parvient à rendre l'essence de deux mondes, deux êtres assez chanceux pour tomber amoureux. » Colm Tôibfn « Bien loin de nous écraser par la perte et le désespoir, Goldman a forgé un chef-d'œuvre rayonnant et transcendant. » Booklist Traduit de l'anglais (États-Unis) par Guillemette de Saint-Aubin

4 Concernant les références musicales de son roman, « Dire son nom », Francisco Goldman écrit: « Dire son nom est un roman autobiographique qui est évidemment dédié à ma femme Aura Estrada - sur sa vie, notre vie ensemble, et sa mort en 2007 à 30 ans, à la suite d’un accident de bodysurf, et sur ma vie après, sans elle. Il y a beaucoup de références musicales dans le livre, tout comme il y avait beaucoup de musique dans nos vies. » Le diaporama reprend une partie de la playlist de chansons et de musiques qu’il énumère. Dans le diaporama le changement de musique est donc signalé et vous ne devez pas cliquer pour passer à la diapositive suivante si vous voulez écouter jusqu’à la fin l’extrait musical en cours. Diapositive 1: Keren Ann, “Lay Your Head Down“ Diapositive 37: José José, “ Gavilán o Paloma “ Diapositive 77: The Velvet Underground, “Stephanie Says“

5 Extraits du Chapitre 1

6 Aura est morte le 25 juillet Je suis revenu au Mexique pour le premier anniversaire parce que je voulais être là où c'est arrivé, sur cette plage de la côte du Pacifique. Maintenant, pour la deuxième fois en un an, je suis retourné à Brooklyn sans elle. Deux mois avant sa mort, le 24 avril, Aura avait eu trente ans. Nous étions mariés depuis deux ans moins trente-six jours…

7 Les axolotls sont une espèce de salamandre qui ne quitte jamais l'état larvaire, un peu comme des têtards qui ne deviendraient jamais grenouilles. Il y en avait beaucoup dans les lacs autour de l'ancienne ville de Mexico, et c'était un des mets préférés des Aztèques. Jusqu'à récemment, on disait qu'il en vivait encore dans les canaux saumâtres de Xochimilco alors qu'en fait même là ils ont pratiquement disparu. Ils survivent dans les aquariums, les laboratoires et les zoos. Aura adorait la nouvelle de Julio Cortàzar dont le héros est tellement fasciné par les axolotls du Jardin des Plantes à Paris qu'il se transforme en axolotl…. La première fois qu'Aura et moi vînmes à Paris, environ cinq mois après qu'elle se fut installée avec moi, elle tint plus que tout à aller au Jardin des Plantes voir les axolotls de Cortàzar…

8 Mais ils avaient été transférés dans le laboratoire d'une université quelques années auparavant. Aura portait son manteau en laine gris anthracite, une écharpe blanchâtre autour du cou, des mèches de ses cheveux noirs et raides étaient égarées autour de ses joues rondes et lisses qui étaient rougies comme par le froid, bien qu'il ne fît pas particulièrement froid. Les larmes, juste quelques-unes, pas un flot, des larmes chaudes et salées, débordèrent des yeux d'Aura et coulèrent sur ses joues. Qui pleure pour une chose pareille? je me rappelle avoir pensé. J'embrassai les larmes, respirant cette chaleur salée d'Aura.

9 Ce qui pouvait bien bouleverser Aura à ce point dans la disparition des axolotls semblait faire partie du même mystère que celui dont l'axolotl, à la fin de la nouvelle de Cortàzar, espère que l'homme le révélera en écrivant son histoire. J'ai toujours voulu savoir ce que c'était que d'être Aura. Où sont les axolotls?, écrivit-elle dans son carnet. Où sont-ils ?

10 Aura s'installa avec moi à Brooklyn environ six semaines après être arrivée de Mexico avec ses multiples bourses, dont une Fulbright et une autre de l'État mexicain, pour faire un doctorat en littérature espagnole à Columbia. Nous avons vécu ensemble presque quatre ans….

11 Là-haut, sur Amsterdam Avenue et la 119e Rue, Aura habitait à la limite du campus. À Brooklyn, elle était obligée de faire au moins une heure de métro pour aller à Columbia, généralement pendant l'heure de pointe, et elle s'y rendait presque tous les jours…

12 En hiver le trajet pouvait être terriblement froid, surtout avec les légers manteaux de laine qu'elle portait jusqu'à ce que je la convainque de me laisser lui offrir un de ces duvets North Face qui l'emmitouflait de nylon bleu gonflé de duvet d'oie de la tête à mi-jambes. Non, mi amor, ça ne te grossit pas, pas toi en particulier, là-dedans tout le monde ressemble à un sac de couchage, et quelle importance de toute façon ? Ne vaut-il pas mieux être bien au chaud ?

13 Quand elle portait le capuchon relevé et le col fermé sous le menton, avec ses yeux noirs brillants, elle ressemblait à une petite Iroquoise dans son porte- bébé, et elle ne sortait presque jamais sans quand il faisait froid.

14 Une autre complication de ce long trajet était qu'elle s'égarait régulièrement. Elle ratait l'arrêt ou se trompait de direction et, perdue dans son livre, ses pensées, son iPod, ne s'en apercevait pas avant d'être loin dans Brooklyn. Alors elle m'appelait de la cabine d'une station dont je n'avais jamais entendu parler, Hola, mi amor, eh bien, je suis à Beverly Road, je me suis encore trompée de sens – l'air volontairement dégagé, pas bien grave, rien qu'une New-Yorkaise débordée réglant un de ces problèmes routiniers que pose l'existence citadine, mais quand même avec une petite touche de défaite dans la voix.

15 Elle n'aimait pas que je la taquine quand elle se perdait dans le métro ou même dans notre quartier, mais parfois je ne pouvais pas m'en empêcher.

16 Du premier jour jusqu'au dernier, je l'ai accompagnée tous les matins au métro– sauf quand elle allait en bicyclette jusqu'à Borough Hall où elle l'attachait, solution qui fut vite abandonnée du fait que les SDF alcooliques et les drogués lui volaient sa selle, ou quand il pleuvait ou qu'elle était tellement en retard qu'elle prenait un taxi jusqu'à Borough Hall, ou encore dans les rares occasions où elle partait comme une petite tornade furieuse parce qu'il se faisait tard et que j'étais encore aux toilettes en train de lui crier de m'attendre, et les deux ou trois fois où elle était tellement fâchée contre moi pour une raison ou une autre qu'elle n'avait absolument pas voulu que je l'accompagne…

17 Les jours où elle ne m'avait pas persuadé de l'accompagner à Columbia, parfois elle me téléphonait pour me demander de venir juste pour déjeuner avec elle, et le plus souvent, j'y allais. Aura disait: « Francisco, je ne me suis pas mariée pour déjeuner toute seule. Je ne me suis pas mariée pour rester toute seule ».

18 Les matins où nous allions à pied jusqu'au métro, c'est Aura qui faisait la plus grande partie sinon l'intégralité de la conversation… Mais j'aimais particulièrement quand elle était d'humeur à s'arrêter à chaque pas pour m'embrasser ou donner de petits coups de dents à mes lèvres comme un bébé tigre et qu'elle mimait un rire muet après mon aïe, et la façon dont elle se plaignait ¿Ya no me quieres, verdad? si je ne lui tenais pas la main ou la taille à l'instant qu'elle voulait.

19 J'adorais ce rituel sauf quand je ne l'adorais pas du tout, quand je m'inquiétais : Comment est-ce que je vais jamais écrire un foutu livre avec cette femme qui m'oblige à l'accompagner au métro tous les matins et me persuade de me rendre jusqu'à Columbia pour déjeuner avec elle?

20 Je continue à imaginer régulièrement qu'Aura marche à côté de moi sur le trottoir. Parfois j'imagine que je lui tiens la main et je marche avec le bras un peu dégagé du corps. Plus personne n'est surpris de voir les gens parler tout seuls dans la rue, pensant qu'ils sont au téléphone. Mais les gens vous regardent quand ils remarquent que vous avez les yeux rouges et humides et que vos lèvres sont déformées par un rictus de sanglot. Je me demande ce qu'ils croient voir et ce qu'ils imaginent être la cause de ces pleurs. À la surface, une fenêtre s'est brièvement ouverte de façon alarmante.

21 L'appartement que je louais depuis huit ans, était l'étage de réception d'une brownstone. À l'époque où les Rizzitano, qui la possédaient encore, occupaient le rez-de-chaussée et les trois étages, le salon était leur living. Mais il était notre chambre. Son plafond était si haut que pour changer une ampoule au plafonnier il fallait que je grimpe sur un escabeau qui mesurait un mètre quatre-vingts de haut, me dresse sur la pointe des pieds au sommet de ce pinacle branlant et tende le bras au maximum, même si je finissais par me retrouver plié en deux, battant des bras à la recherche de mon équilibre. — Aura, qui me regardait assise au bureau dans le coin, disait : On croirait un oiseau amateur.

22 Une corniche en plâtre courait sous le plafond, chaulée comme les murs, rangée néoclassique de rosettes au-dessus d'une autre rangée plus large de palmettes. Deux longues fenêtres, aux rebords profonds, garnies de rideaux, faisaient face à la rue et entre elles, s'élevant du sol au plafond comme une cheminée, se trouvait l'élément le plus clinquant de l'appartement: un immense miroir dans un cadre tarabiscoté en bois doré.

23 La robe de mariée d'Aura le recouvrait partiellement, suspendue à un cintre que j'avais accroché avec de la ficelle aux fioritures dorées qui ornaient les deux côtés de son sommet.

24 Sur la tablette en marbre au pied du miroir se trouvait un autel composé d'un certain nombre d'affaires ayant appartenu à Aura… le chapeau cloche en jean avec une fleur en tissu qu'Aura avait achetée pendant notre séjour à Hong Kong,

25 la sacoche en toile verte qu'elle avait apportée à la plage ce dernier jour, avec son contenu intact,

26 son portefeuille, ses lunettes de soleil et les deux minces volumes qu'elle était en train de lire (Bruno Schulz et Silvina Ocampo), sa brosse avec de longs cheveux pris dans les soies, le tube en carton contenant le jeu de mikado qu'elle avait acheté dans le centre commercial près de notre appartement de Mexico et avait emporté au TGI Friday's où deux jours avant sa mort nous avions joué en buvant de la tequila,

27 un exemplaire de la Boston Review dans laquelle était paru son dernier essai publié l'été précédent, sa paire préférée et unique de chaussures Marc Jacobs, sa petite flasque turquoise, quelques autres babioles, souvenirs, parures, des photos, des bougies, et, vides au pied de l'autel, ses bottes en caoutchouc rayées noir et blanc à semelles rose shocking…

28 C'était exactement le genre de chose dont nous nous moquions, Aura et moi : un autel mexicain folklorique dans l'appartement d'un étudiant, manifestation de choix politique de mauvais goût. Mais pour moi c'était exactement la chose à faire et pendant toute cette première année de la mort d'Aura et ensuite, la robe de mariée resta là. J'achetais régulièrement des fleurs pour le vase qui était posé par terre, allumais des bougies et en achetais d'autres pour remplacer celles qui étaient consumées.

29 La robe de mariage avait été faite par une styliste mexicaine, Zoila, originaire de Mexicali, qui avait une boutique dans Smith Street et avec laquelle nous étions devenus amis… Elle fut d'abord déçue par le résultat final, trouvant la robe plus simple qu'elle avait cru, et pas très différente de certaines des robes normales que Zoila vendait en boutique pour le quart du prix. C'était une version presque minimaliste d'une robe de paysanne mexicaine, en beau coton blanc, avec des broderies en soie et en dentelle, qui s'évasait en volants dans le bas. Mais Aura finit par décider qu'elle aimait la robe.

30 Peut-être qu'elle avait juste besoin d'être dans son cadre adéquat, le décor quasi désertique du village d'Atotonilco, avec la vieille église de la mission, les cactus, les buissons d'épineux et le jardin d'un vert d'oasis de l'hacienda restaurée que nous avions louée pour le mariage, sous le bleu vif puis l'immensité jaune gris du ciel mexicain et les troupeaux turbulents de nuages qui le traversaient de part en part. Peut-être que c'était là le génie de la robe de Zoila. Une sorte de robe lyophilisée, qu'on aurait dite en papier, que l'air fin et électrique des hauts plateaux désertiques du centre du Mexique avait animée d'une vie chatoyante.

31 Une robe parfaite pour un mariage à la campagne au mois d'août, une robe de mariage comme en rêvent les petites filles, après tout.

32 Maintenant elle avait légèrement jauni, avec les bretelles foncées par la sueur salée, l'une des bandes de dentelle qui entourait le bas, au-dessus de l'évasement, était en partie arrachée, une déchirure pareille à un impact de balle, et l'ourlet était décoloré d'avoir été traîné dans la boue et piétiné au cours de la longue nuit de la fête qui avait duré jusqu'à l'aube, quand Aura avait enlevé ses chaussures de mariée pour mettre celles que nous avions achetées dans une boutique de mariage à Mexico, qui étaient comme un croisement entre des chaussures d'infirmière et des compensées années soixante-dix.

33 Une délicate relique, cette robe de mariée. La nuit, sur le fond miroitant qui crée l'illusion de la profondeur, à la lueur réfléchie des bougies et des lampes, sertie d'une couronne d'or par le cadre baroque, elle semble flotter…

34 Sur la plage nous – moi et quelques-uns des nageurs qui l'avaient vue ou l'avaient entendue crier au secours – sortîmes Aura de l'eau et l'allongeâmes sur la déclivité que les vagues avaient creusée au point d'en faire une sorte de fosse avant de la transporter plus haut là où le sol était plan et de la déposer sur le sable brûlant. Tandis qu'elle s'efforçait de respirer, fermant et ouvrant la bouche, murmurant juste le mot «aire» quand elle avait besoin que je presse de nouveau mes lèvres contre les siennes, Aura dit quelque chose que je ne me rappelle pas vraiment avoir entendu, tout comme je me rappelle si peu de ce qui est arrivé, mais sa cousine Fabiola, avant de partir à la recherche d'une ambulance, l'avait entendu et me le rapporta ensuite. Ce qu'Aura avait dit, une des dernières choses qu'elle m'ait dites était:

35 Quiéreme mucho, mi amor. Aime-moi beaucoup, mon amour.

36 No quiero morir. Je ne veux pas mourir. C'est peut-être la dernière phrase complète qu'elle ait jamais prononcée, peut-être ses dernières paroles.

37 A la prochaine diapositive, changement de musique… donc ne cliquez pas si vous voulez terminer d’écouter Keren Ann dans “Lay Your Head Down“

38 Extraits du Chapitre 2 « José José, « Gavilán o Paloma », où il chante qu'il a été attiré vers elle comme par une vague, une ola, et il s'approcha d'elle et lui dit: hola, c'est comme ça que ça s'est passé. »

39 Est-ce que c'est pour de vrai, mi amor? Est-ce que je suis vraiment de retour à Brooklyn de nouveau sans toi? Durant toute ta première année de mort et maintenant, dans la rue la nuit, à battre le pavé, faisant le tour du pâté de maison, m'arrêtant devant les vitres embuées pour regarder les menus que je connais par cœur, me demandant ce que je devrais prendre à emporter, dans quel restaurant bon marché devrais-je dîner ce soir, dans quel bar m'arrêterai-je pour boire un verre ou deux ou trois ou cinq où je ne me sentirai pas si atrocement seul — mais où est-ce que je ne me sens pas atrocement seul ?

40 Pendant les cinq années et quelques qui ont précédé la rencontre d'Aura, je me suis senti plus seul que je ne l'avais jamais été; mais dans l'année et les quelques mois après sa mort, j'ai été beaucoup plus seul. Mais qu'en est- il des quatre années qui les séparent? Étais-je un autre homme que celui que j'étais avant ces quatre ans, un homme meilleur, grâce à l'amour et au bonheur que j'ai vécus ? Grâce à ce qu'Aura m'a donné?

41 Où étais-je le même vieux moi qui, pendant quatre ans, a été inexplicablement chanceux? Quatre ans — est-ce que ces années trop peu nombreuses doivent tant compter dans la vie d'un homme mûr ? Ou est-ce que quatre années peuvent tant signifier qu'elles l'emporteront à jamais sur toutes les autres mises ensemble ?...

42 Degraw Street, où nous habitions, est censée marquer la frontière entre Carroll Gardens et Cobble Hill... A quelques rues de là, juste en face de la station de la ligne BQE se trouvent Red Hook et le port; la nuit on entend la corne de brume des bateaux, ce qu'adorait Aura. D'un petit tortillement de nageuse elle se serrait plus près dans le lit et demeurait immobile, comme si les longs appels tristes allaient nous frôler telles des raies mania dans l'obscurité.

43 Voici le studio de yoga d'Aura; ici le spa où elle allait se faire masser quand elle était tendue; là se trouvait sa boutique de vêtements préférée, et là-bas, la préférée après celle-là; notre poissonnerie; c'est ici qu'elle avait acheté ces lunettes branchées aux verres jaunes; l'endroit où nous allions manger un hamburger et boire tard la nuit; celui où nous prenions notre brunch; « le restaurant où on se dispute toujours » – voilà ce qu'est devenu pour moi le fait de parcourir ces rues : silencieuse psalmodie des stations d'un chemin de croix.

44 Le quartier possède de nombreuses pizzerias et des restaurants qui font de la cuisine au feu de bois, et une unique Domino's Pizza… Un soir, comme nous rentrions tard après avoir bu des verres avec des amis, sans un mot, Aura franchit précipitamment les portes vitrées du Domino's et ne passa pas plus d'une minute au comptoir avant de ressortir en portant une boîte géante de pizza, arborant un grand sourire genre regarde ce que je viens de gagner… Aujourd'hui je ne passe jamais devant ce Domino's sans la voir en sortir avec cette pizza et ce sourire…

45 Juste après l'angle se trouve l'Internes café crasseux mais très fréquenté où Aura aimait souvent aller étudier et travailler quand elle n'était pas à Columbia. Elle avait plus de facilité à s'y concentrer qu'à la maison. Je n'étais pas là pour quémander son attention ou du sexe ni taper bruyamment sur ma machine à écrire dans la pièce d'à côté et sa mère ne pouvait pas l'appeler au téléphone du Mexique.

46 En entrant je la voyais assise à l'une des tables contre le mur de brique, un bagel entamé sur son papier sulfurisé, mug de café, les cheveux retenus par une barrette ou un bandeau rouge ou attachés pour les empêcher de lui tomber sur la figure tandis qu'elle était penchée sur son ordinateur, écouteurs sur les oreilles, avec cet air résolu et fermé, se mordant légèrement la lèvre inférieure, et je restais debout à la regarder ou à faire comme si je ne la connaissais pas et à attendre qu'elle lève les yeux et me voie. Moi aussi je venais travailler dans ce café. Cela ne la dérangeait pas. Nous nous asseyions à une table, déjeunions ou partagions un bagel ou un cookie. Maintenant je viens acheter un café à emporter. Tout en faisant l'inévitable queue je regarde la rangée des tables, le long banc bleu contre le mur, des inconnus assis là avec leurs ordinateurs.

47 Je n'avais jeté ni déménagé aucune des affaires d'Aura, elles étaient toujours dans sa commode et dans le dressing. Ses manteaux et vestes d'hiver, y compris celui en duvet, étaient accrochés à une patère près de la porte d'entrée; au moins une fois par jour j'ouvrais un tiroir et portais une pile de ses vêtements à mes narines, frustré qu'ils sentent plus le bois du tiroir qu'Aura, et parfois je vidais un tiroir sur le lit et m'allongeais à plat ventre sur ses vêtements.

48 Je savais que pour finir il me faudrait donner ces affaires –au moins ses vêtements –, qu'il y avait quelqu'un quelque part qui ne pouvait pas se payer un manteau en duvet et dont la vie serait rendue plus supportable, peut-être même sauvée, par sa possession.

49 Je m'imaginais quelque femme ou fille immigrée dans un endroit particulièrement froid, une usine de conditionnement de viande dans le Wisconsin; un taudis sans chauffage de Chicago. Mais je n'étais pas prêt à lâcher quoi que ce soit. Je ne me posais même pas la question – même si j'en parlais avec des amies d'Aura. Au début elles avaient paru obnubilées par l'idée que, pour mon bien, il fallait que je me débarrasse de tout. Pourquoi ne pas le faire peu à peu, donner une partie de ses manteaux à une institution charitable, pour commencer ? À la fin, bien sûr, je devais garder quelques affaires spécifiques, comme sa robe de mariée, « pour me la rappeler »…

50 À l'exception de la table où j'écrivais dans le coin de la pièce du milieu – celle qui se trouve entre la cuisine et le salon où nous dormions – et une partie des anciennes bibliothèques, Aura et moi nous étions progressivement débarrassés de tous les meubles de mes années de célibataire débraillé. Aura était frustrée que nous n'ayons pas emménagé dans un nouvel appartement, libre des traces et souvenirs de mon passé sans elle, un endroit qu'elle aurait pu faire totalement nôtre, même si elle avait complètement transformé l'appartement que nous avions.

51 Il m'arrivait en rentrant de la trouver occupée à déplacer même le plus lourd des meubles pour changer la disposition de la pièce encombrée d'une manière à laquelle je n'avais jamais pensé ou qui ne me semblait pas même possible, comme si l'appartement était une sorte d'énigme compliquée qui l'obsédait et qui ne pouvait être résolue qu'en changeant le mobilier de place, et même s'il n'était pas possible qu'elle soit élucidée, elle améliorait toujours notre cadre de vie.

52 Le dernier meuble que nous achetâmes, dans une boutique d'occasion à cinq rues de là, était une table de cuisine style années cinquante dont le plateau en formica était orné d'un motif bleu céruléen et blanc nacré, gai comme un ciel ensoleillé et des nuages dans une peinture d'enfant. Dans la cuisine se trouvait également un vaisselier vert sombre que j'avais acheté chez l'antiquaire d'un petit village des Catskills au cours d'un week-end passé dans la maison de campagne de Valentina et Jim. Environ deux mois après notre achat, l'antiquaire exaspérée avait téléphoné — ce n'était pas la première fois — pour nous dire que si nous ne venions pas bientôt prendre le vaisselier elle le remettrait en vente, sans nous rembourser.

53 Il n'était pas donné. On en trouvait du même genre exactement pour le même prix chez les antiquaires de notre quartier et sur Atlantic Avenue. Mais nous louâmes un 4 x 4 à Brooklyn pour aller chercher le nôtre et passâmes le week-end dans une sorte de pavillon de chasse italo-américain, avec un jacuzzi en plexiglas doté de poignées en cuivre étincelantes et une fausse cheminée alimentée au gaz dans notre chalet, où nous nous terrâmes avec des livres, du vin, un match de foot sans le son à la télé, pris de fou rire quand nous essayâmes de baiser dans ce jacuzzi ridicule, et quand nous avions faim nous allions au restaurant qui était décoré des photos dédicacées de plusieurs générations de joueurs des New York Yankees, pour piocher dans les spaghettis aux boulettes de viande géantes, les lasagnes à la saucisse et autres du buffet à volonté permanent. Ce vaisselier finit par nous coûter environ cinq fois ce que nous l'aurions payé à Brooklyn.

54

55 Dans notre cuisine, avec le vaisselier, se trouvaient tous nos autres ustensiles pour la plupart intouchés depuis qu'ils l'avaient été pour la dernière fois par Aura. Notre toaster Hello Kitty qui marquait les toasts du logo Hello Kitty— je l'utilisais toujours, souriant de l'infantilité d'Aura chaque fois que j'étalais du beurre sur le visage de Kitty. La sorbetière qu'Aura avait achetée juste pour pouvoir faire des glaces au dulce de leche à l'occasion de la fête de son trentième anniversaire, avec le cylindre métallique givrant toujours dans le freezer. La longue table d'ABC Carpes and Home achetée avec l'argent des cadeaux de mariage dont les rallonges aux deux bouts nous avaient permis de caser tant bien que mal les vingt et quelques amis qui étaient venus à cette fête.

56 Nous avions fait du cochinita pibil, du porc dégoulinant de jus au citron vert et au roucou dans son enveloppe de feuilles de bananes parcheminées par la cuisson, des rajas con crema, et de l'arroz vende, et Valentina était venue plus tôt faire ses boulettes de viande à la sauce au piment séché, et il y avait un magnifique gâteau d'anniversaire d'un mauvais goût somptueux qui venait d'une pâtisserie mexicaine de Sunset Park — avec un glaçage blanc, orange et rose semé de fruits confits — servi avec la glace d'Aura. Son cadeau d'anniversaire cette année-là consistait en deux longs bancs rustiques pour s'asseoir à la table. Elle voulait que nous donnions beaucoup de dîners.

57

58 Il n'est pas vrai qu'il faille être riche pour être heureux à New York. Je ne dis pas que vingt, trente, cinquante mille dollars de plus par an n'auraient pas amélioré notre train de vie et ne nous auraient peut-être pas rendus plus heureux. Mais peu de personnes qui avaient connu Aura ou moi avant que nous ne vivions ensemble auraient deviné que nous étions doués pour la vie en couple…

59 Les plantes qu'Aura gardait sur le palier de l'escalier de secours étaient mortes depuis l'hiver passé et n'étaient plus maintenant que des pots en plastique et en argile pleins de terre et de décombres de plantes, de tiges grises et de feuilles racornies. Mais son fauteuil pliant en plastique était toujours là, strié par les intempéries du climat urbain mais sinon intouché depuis la dernière fois qu'elle s'y était assise, de même que le cendrier en verre à son pied, décoloré par une année de pluie.

60 Parfois des écureuils sautaient sur le siège depuis la rampe de l'escalier pour boire l'eau ou la neige fondue retenue dans sa légère concavité. Par beau temps Aura aimait s'asseoir sur le palier, dans cette petite cage rouillée, les pieds posés sur les marches menant à l'étage supérieur, entourée de ses plantes pour lire ou écrire sur son ordinateur en fumant un peu.

61 Ce n'était pas une grande fumeuse. Certains jours elle fumait quelques cigarettes, certains autres, pas du tout. De temps à autre elle fumait de l'herbe, généralement quand quelqu'un lui en donnait à l'université. J'avais toujours son dernier sac d'herbe, presque vide, dans le tiroir du vaisselier. Pour Aura le palier de l'escalier de secours n'était pas moins un jardin que celui de nos voisins du rez-de-chaussée au-dessus duquel elle se perchait.

62 Je la taquinais en la comparant au personnage de Kramer, de la série Seinfeld, qui faisait des choses de ce genre, quand il célébrait le 4 juillet en s'asseyant avec un cigare, une bière et un hot-dog dans un transat à la porte de son appartement, transformant le couloir en un jardinet de banlieue.

63 Un matin, je me retrouvai à regarder par la fenêtre de la cuisine le fauteuil sur le palier de l'escalier de secours comme si je ne l'avais jamais vu. C'est alors que je pensai à le nommer le Fauteuil du Voyage d'Aura. Je l'imaginai descendant lentement, assise sur un rayon de lumière d'un jeune rose translucide, un livre ouvert à la main, atterrissant en douceur sur le fauteuil, de retour de son long et mystérieux voyage. Elle lève les yeux de son livre, me voit la regarder derrière la vitre et dit, comme toujours, de sa voix enjouée et enrouée, Hola, mi amor.

64 Hola, mi amor. Mais où étais-tu passée ? Pourquoi as-tu été si longtemps absente ? Je sais que tu ne t'es pas mariée juste pour t'en aller comme ça de ton côté et me laisser tout seul ici!

65 Le week-end précédant notre départ pour le Mexique à la fin du mois de juin, Valentina et Jim nous avaient de nouveau invités à la campagne. Nous retournions en ville à la fin de l'après- midi du dimanche quand Aura et Valentina voulurent s'arrêter dans une boutique du village où elles étaient allées la veille. Jim, moi et leur chienne puante, Daisy, attendîmes dans la voiture et quelques minutes plus tard je vis Aura sortir de la boutique en serrant contre elle son nouvel achat, un couvre-lit multicolore comme la tunique de Joseph, dans une housse en plastique transparent, dont elle m'apprit qu'il n'avait coûté que 150 dollars. Un bon prix, reconnus-je, pour un aussi beau couvre-lit, et tout neuf, en plus, pas une relique de grand-mère moisie. Le petit livret qui y était attaché expliquait que l'artiste américain qui concevait ces couvre-lits cousus à la main en Inde avait passé des années à l'étranger à étudier les textiles.

66 Quelques jours plus tard, tandis que nous faisions nos valises, Aura sortit du dressing, les deux bras occupés par le couvre-lit plié qu'elle posa sur la valise ouverte par terre. Elle voulait donc emporter le couvre-lit à Mexico. Et ensuite elle voulait le rapporter à Brooklyn à l'automne? Asi es, mi querido Francisco, répondit-elle, en ce style formel légèrement sarcastique qui indiquait qu'elle anticipait mon scepticisme. Je m'opposais rarement aux désirs d'Aura, à l'exception, je dois avouer, de celui qu'elle avait de prendre un appartement plus grand, ou un avec un jardin où elle pourrait avoir un chien, parce que nous n'avions vraiment pas encore les moyens de nous le permettre. Mais cette fois-ci je lui tins tête. Ça n'avait pas de sens, d'emporter le couvre-lit au Mexique pour le remporter en septembre. Regarde, il prend presque toute la valise à lui seul. Et est-ce qu'on n'a pas déjà un beau duvet sur le lit au Mexique ? Mais le couvre-lit est si beau, insista Aura. Et on vient juste de l'acheter. Pourquoi est-ce que le sous-locataire devrait en profiter avant nous ?

67 Peut-être qu'on devrait juste le garder au Mexique, dit-elle, au moins cet appartement est à nous. (Il était à sa mère en réalité, qui l'avait acheté pour Aura avant qu'elle m'eût rencontré, même si nous nous étions maintenant chargés des mensualités.) Nous ne sommes pas obligés de laisser le couvre-lit à notre sous-locataire, rétorquai-je. Tu peux le ranger dans le dressing et on peut l'inaugurer à notre retour en automne. Imagine comme le couvre-lit nous manquera en hiver si nous le laissons au Mexique. Sans ajouter un mot, Aura sortit le couvre-lit de notre valise et l'emporta dans le dressing. Elle revint faire la valise dans un silence de mort. Pendant les minutes qui suivirent, elle me détesta. J'étais le pire ennemi qu'elle avait jamais eu. Je dus me mordre l'intérieur de la joue pour m'empêcher de rire.

68

69 Après la mort d'Aura, Valentine me dit qu'en fait le couvre-lit ne coûtait pas 150 mais 600 dollars. Aura avait eu peur de me le dire. Mais ce n'était pas seulement à cause de l'argent, je savais. C'était qu'elle ne voulait pas que je pense qu'elle était le genre de femme qui claque une telle somme pour un couvre-lit — même si je le savais — de la même façon qu'elle n'aimait pas que je voie qu'elle consultait des sites people ou fashion sur son ordinateur quand nous lisions ou travaillions au lit avant de nous endormir. Elle tapait sur les touches par saccades, le portable en équilibre sur les genoux, l'écran détourné de moi, sautant d'une fenêtre à l'autre. Il m'était indifférent qu'elle aime les sites people ou fashion. Bien que ce soit exactement ce qui l'aurait énervée, de voir dans mon regard cet aspect d'elle, et que je sois censé aimer que ma jeune épouse super intello puisse avoir les mêmes plaisirs que n'importe quelle fille frivole qui ne lit jamais autre chose de plus profond que People.

70 Que je puisse aimer ça, que je puisse trouver cela mignon et sexy, qu'elle puisse satisfaire ce voyeurisme cursi et macho — comme c'était gênant ! À la fin d'une longue journée, elle aimait se perdre dans ces sites; ¿y qué? Cela n'avait aucune importance. Même le simple fait que je le remarque constituait déjà une distorsion ou une exagération de ce qu'elle était réellement. Pourquoi est-ce que je ne pouvais pas garder les yeux sur mon livre ou mon ordinateur?

71 Pour ma défense je dois dire que j'étais subjugué par presque tout ce qu'elle faisait et que je pouvais à peine la quitter un instant des yeux. En fait, j'attendais juste qu'elle range son ordinateur pour tomber dans mes bras sous les draps. Cela, elle le savait aussi.

72 Quand je suis revenu du Mexique à Brooklyn, seul, cette première fois après la mort d'Aura on était à la mi- septembre et il faisait chaud et humide. Il semblait, cet automne 2007, que l'été refusait de finir, suspendu telle une punition sur la ville. je faisais marcher l'air conditionné nuit et jour. Mais enfin, avec la première baisse de température, j'allai dans le dressing et, comme je l'avais promis à Aura, je sortis le couvre- lit de sa housse en plastique et le posai sur le lit. Il était composé de minces bandes horizontales de divers tissus – toutes les nuances de couleurs vives semblaient être représentées avec une légère prédominance de rouge –disposées en rangées parallèles qui couraient tout du long. Il avait vraiment l'air de vibrer devant mes yeux. Le couvre-lit ajoutait à l'aspect extrêmement féminin de ce qui était maintenant ma chambre de veuf.

73 Des animaux en peluche et des robots; une pantoufle miniature couleur de rubis accrochée à un abat-jour; un grand cœur en chocolat de la Saint-Valentin datant de quelques années dans son enveloppe en cellophane fermée par un ruban. Un petit canapé à deux places en peluche dans un coin plein de coussins de couleur à côté de la télévision. Robe de mariée sur le miroir. L'ange ailé en bois sculpté de Taxco avec son visage aux lèvres cramoisies de chérubin adolescent et lubrique suspendu à la lampe halogène au-dessus du lit, animé d'une lente et perpétuelle rotation au bout de son fil de nylon, me fixant de son regard vide, moi tout seul dans le lit, tout comme il nous fixait Aura et moi, et se détournant lentement.

74 Souvent le matin, quand Aura venait juste de se réveiller, elle se tournait vers moi pour me déclarer : Ay, mi amor, que feo eres. é Por qué me casé contigo ? d'une voix douce et malicieuse. Oh mon amour, comme tu es laid. Pourquoi est-ce que je t'ai épousé? ¿ Soy feo ? demandais-je avec tristesse. C'était l'un de nos numéros habituels. Si, mi amor, disait-elle, eres feo, pobrecito. Et elle m'embrassait, et nous riions.

75 Un rire qui prenait sa source tout au fond de mon ventre et remontait en grondant, étalant sur mon visage ce sourire idiot qu'on voit sur les photos de moi prises ces années-là, cette grimace niaise de contentement qui ne quittait pas mon visage même tandis que je récitais mes vœux de mariage – l'expression d'Aura, cependant, émue et solennelle comme il se doit, bien qu'un peu sonnée – qui fait que nos photos de mariage sont un peu gênantes à regarder.

76 Aura rangea le couvre-lit dans le dressing et revint préparer les bagages pour la mort qui l'attendait trois semaines et un jour plus tard.

77 A la prochaine diapositive, changement de musique… donc ne cliquez pas si vous voulez terminer d’écouter José José dans « Gavilán o Paloma »

78 Extraits du Chapitre 3 Musique: "Stephanie Says" - The Velvet Underground Si « dire son nom » a une chanson emblématique, c’est celle là. Lorsque Aura répète pour son audition avec le groupe d'un ami, les paroles «Il fait si froid en Alaska" sont citées plusieurs fois

79 Ce premier jour dans l'appartement avec Valentine et Adele Ramirez, c'était comme entrer dans un vide absolu, hors du temps – après que j'eus monté les valises et que nous eûmes accroché la robe de mariée et édifié l'autel, je dis: Je me demande où Aura a rangé sa bague de fiançailles. (Ou est-ce que j'ai dit: Je me demande où elle range sa bague de fiançailles ?)

80 Elle ne l'avait pas emportée au Mexique, ne voulant pas prendre le risque de se la faire voler. De toute façon elle ne la portait pas de façon régulière. Elle avait décidé qu'elle était trop voyante pour qu'elle la mette à l'université. Elle craignait que les autres étudiantes la prennent pour une grande bourgeoise mexicaine qui jouait à l'étudiante fauchée pour pouvoir retourner chez elle munie de son doctorat comme d'une luxueuse babiole de plus. Aura croyait, ou plutôt avait découvert avec tristesse, qu'elle donnait souvent aux autres, et particulièrement aux universitaires américains, cette impression totalement fausse…

81 Mais je savais à quel point elle tenait à cette bague à cause de la seule fois où elle faillit vraiment la perdre, quand nous étions à Austin, pour une foire du livre… A la fin du week-end, Irina vint nous chercher à notre hôtel pour nous conduire à l'aéroport et nous y étions presque arrivés quand Aura réalisa qu'elle ne portait pas sa bague. Elle était sûre de l'avoir laissée à l'hôtel. Il fallait aller la chercher.

82 On nous donna une nouvelle carte-clé à la réception. Apparemment personne n'était entré depuis notre départ. Le plateau de nos petits déjeuners était toujours par terre près du lit défait. Nous cherchâmes partout. Aura commençait à ressembler à un mime médiocre sous barbituriques à mesure que s'épuisait son répertoire de gestes exploratoires. Je suggérai que nous retournions à l'aéroport afin au moins de ne pas rater notre vol. Ça ne fait rien, mi amor, dis-je, je t'en offrirai une autre…

83

84 La bague était perdue : l'expression désolée d'Aura me l'apprit. Elle s'assit par terre en tailleur, penchée en avant, la tête dans les mains, et se mit à sangloter. Bien qu'il y eût beaucoup de choses qui pouvaient faire pleurer Aura, ces pleurs étaient les sanglots affligés qui ne faisaient éruption qu'aux moments de grande tristesse ou de terreur ou de douleur ou d'humiliation extrême ou quelque combinaison des précédents, et qui, à mesure que passaient les minutes, au lieu de se calmer ne semblaient que monter en hystérie et en chagrin, vous faisant craindre pour elle ou sa santé mentale. Comment une émotion aussi puissante et tant de larmes pouvaient-elles tenir dans ce petit corps, pensais-je, la considérant avec un regard d'impuissance, éberlué, ou me penchant pour la prendre dans mes bras — moi qui ne pleurais pratiquement jamais, qui me croyais favorisé par la révélation poétique du sentiment romantique quand mes yeux s'humectaient vaguement au cinéma et qui essayais d'attirer l'attention d'Aura, comme un chat dépose une souris déchiquetée aux pieds de son maître pour preuve de ses talents de chasseur, clignant exagérément des yeux, lui prenant les doigts pour lui faire tâter la douteuse humidité lacrymale sous mes cils, mira mi amor, je pleure!...

85 Aura était assise par terre à côté du plateau du petit déjeuner, pleurant la perte de sa bague de fiançailles. Irina était agenouillée devant elle, lui tenant une main dans les deux siennes et la portant à ses lèvres, et j'étais penché sur elle de l'autre côté, et nous l'appelions tous deux mon coeur, lui disant tous deux des choses telles que : Oh chère et douce Aura, oh mon bébé, tout va bien, ce n'est pas la fin du monde, ce n'est qu'une bague, oublie tout ça, allons-y, allons à l'aéroport. Puis Aura tendit la main vers le plateau du petit déjeuner et heurta juste une assiette et elle était là, Scintillante, elle était cachée sous le rebord de cette assiette tachée de jaune. Hurlements de surprise et de joie!...

86 Je portai le diamant autour de mon cou pendant quelques jours. Pourquoi pensais-je que je me sentirais mieux en faisant cela, ou que mon talisman de deuil possédait maintenant une nouvelle signification, un nouveau pouvoir magique du fait que j'y avais ajouté la bague? Je ne me sentais pas mieux, je me réveillais chaque matin avec la même tristesse et la même sinistre stupeur d'incrédulité à laquelle s'ajoutait maintenant l'anxiété que cette bague semblait éveiller en moi. Que se passerait-il si on volait la chaîne et que je perdais la bague avec les anneaux? Ce n'était pas la valeur de la bague qui m'inquiétait, bien que j'aurais pu me payer une Subaru avec si j'avais voulu. Je pensai : Alors il ne me resterait plus rien. Il ne me resterait plus rien ?

87 Ce ne sont que des choses! Mais j'enlevai le diamant de la chaîne et le remis là où Aura le gardait.

88 J'avais encore le shampoing qu'Aura avait emporté à la plage. Un shampoing à la menthe poivrée dans un petit sac Sanborns. Chaque fois que je me trouvais confronté à quelque événement ou besoin qui me semblait particulièrement éprouvant, j'emportais le flacon bleu dans la douche et utilisais juste une petite noix du shampooing d'Aura. Je craignais le jour où le flacon serait vide, comme si alors j'avais épuisé tout ce qui restait du pouvoir protecteur de l'amour d'Aura, ce qui provoquait d'intenses débats intérieurs – en attendant que l'eau de la douche chauffe ou en prenant mon café matinal – pour décider si telle ou telle occasion méritait vraiment que j'utilise le shampooing.

89 Elle avait aussi laissé deux pots d'exfoliant pour le visage dans la douche. La première fois que j'ouvris le pot rosé, le plus grand des deux, je trouvai l'empreinte des doigts d'Aura comme des fossiles sur la surface molle couleur noix de coco de l'exfoliant. Je revissai le couvercle et rangeai le pot sur le niveau supérieur du serviteur de douche – parfois, bien que rarement, et seulement quand je ne faisais pas couler l'eau, je l'ouvrais pour regarder la marque de ses doigts. Et parfois, sous la douche, je faisais pénétrer de l'exfoliant du plus petit pot dans ma peau, la pâte astringente ramenant l'odeur matinale de savon et de citron vert de ces joues sur lesquelles je pressais mes lèvres.

90 Je sais maintenant ce que dirait un psy: que j'étais à la recherche d'un substitut extérieur à l'Objet perdu interne, et de cette partie de moi perdue avec l'Objet perdu autonome. Que par la magie du shampooing et de l'exfoliant, j'essayais de retrouver l'amour d'Aura et pour Aura avec tout le reste qui, à sa mort, avait été perdu et ne pouvait plus faire partie de moi.

91 Telle est la vie à l'ombre de l'Objet perdu. Mais je ne dirais jamais qu'il aurait mieux valu laisser le shampooing au Mexique. Quand il n'y aurait plus de shampooing, la vie en serait d'autant plus triste, voilà tout – et pourquoi ne deviendrais-je pas plus triste avec chaque jour qui m'éloignait d'Aura?

92 Fin de la 1ère partie

93 In Memoriam ~ AURA ESTRADA ~ FRANCISCO GOLDMAN

94 PRIX AURA ESTRADA Fondé par l'écrivain primé Francisco Goldman, le Prix Aura Estrada, qui a été annoncé officiellement lors de la Foire du livre Guadaljara en Novembre 2008, récompense tous les deux ans un écrivain femme, de 35 ans ou moins, vivant au Mexique ou aux États-Unis, qui écrit de façon créative en prose espagnol. La Fondation Ucross, avec Ledig House dans l'État de New York et Santa Maddalena en Toscane, en Italie, fournira des résidences pour le lauréat du prix.. Comme Francisco dit, «Tous ceux qui connaissaient Aura croyait qu'elle serait une des principales voix de sa génération.... Si, en son nom, d'autres femmes écrivains en herbe peuvent bénéficier d'un soutien crucial dans leurs efforts pour réaliser leurs talents, le travail acharné de Aura et son dévouement pour être un écrivain vivra. " Pour plus d'informations sur le prix, visitez le sitedu prix:

95 J’espère que ce diaporama ( parties 1 et 2) donnera envie, à certains, de se procurer le livre de Francisco Goldman pour le lire en entier. Il est disponible dans de nombreuses langues dont, entre autres, en version originale en anglais et bien sur en espagnol…

96 Daniel, La Roche-Posay le 19/07/2013 Ce diaporama « Diaporama littéraire N°86 – Extraits du livre - Dire son nom - de Francisco Goldman -1ère partie » est strictement privé (je n’ai pas de site, donc si vous souhaitez recevoir un de mes précédents diaporamas littéraires envoyez moi Tous mes diaporamas sont à usage non commercial.


Télécharger ppt "Extraits du livre « Dire son nom » de Francisco Goldman 1ère partie In mémoriam AURA ESTRADA 1977-2007 Musique: Keren Ann “Lay Your Head Down“ “You know."

Présentations similaires


Annonces Google