La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ISESCO Atelier régional sur : « La création de réseautage et son application pour des fins scientifiques en Afrique » Lieu : Lomé, Togo Période : 21 au.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ISESCO Atelier régional sur : « La création de réseautage et son application pour des fins scientifiques en Afrique » Lieu : Lomé, Togo Période : 21 au."— Transcription de la présentation:

1 ISESCO Atelier régional sur : « La création de réseautage et son application pour des fins scientifiques en Afrique » Lieu : Lomé, Togo Période : 21 au 24 juin 2010

2 Communication sur: « Le changement climatique : quelles opportunités pour les pays africains en matière datténuation et dadaptation après la Conférence de Copenhague ?» Préparée par Dr Ismaïla DIALLO

3 1.Contexte Le changement climatique comme une variation significative de l'état moyen du climat ou de sa variabilité pendant période longue le changement climatique et ses corollaires peuvent compromettre sérieusement latteinte des objectifs de développement durable

4 Doù lintérêt que doivent accorder : les organisations internationales ( à travers la Convention-cadre sur les changements climatiques) les gouvernements les partenaires au développement le secteur privé les chercheurs et la société

5 Cet intérêt se justifie encore plus pour les pays africains qui sont les plus exposés aux contre coups du changement climatique

6 La rencontre de Paris entre négociateurs africains et représentants de différentes organisations internationales et de bailleurs de fonds But : réfléchir et échanger sur méthodologie dapproche concrète pour mise en place de projets dadaptation et/ou datténuation par les pays africains

7 Atténuation c-a-d diminuer ampleur changement climatique, en réduisant émissions GES ou en augmentant leur séquestration Adaptation c-a-d améliorer capacité à faire face ou à éviter effets nuisibles du changement climatique ou en profitant de conditions nouvelles favorables.

8 En réalité, pays africains ont besoin de mesures d'adaptation de manière plus urgente : enjeux environnementaux grande importance sociale eu égard impacts bouleversements climatiques sur populations surtout rurales

9 Ainsi, Accord de Copenhague prévoit : financement pour le démarrage rapide des actions dadaptation mise en place de mécanismes financiers à long terme un cadre pour les transferts de technologies et le mécanisme de REDD

10 Ceci implique de la part des pays africains lélaboration de projets et/ou programmes en matière datténuation, mais surtout dadaptation pour saisir les opportunités financières existantes ou à créer

11 2. Principaux enseignements de la rencontre de Paris

12 a.Année 2010 = année charnière pour pays africains pour enclencher dynamique de montage de projets, régionaux et/ou sous régionaux, pour mobiliser les crédits dès la phase fast start (principe de financement précoce)

13 b. Pour cela : partenaires au développement organisations internationales (PNUD, PNUE, UNITAR, ISESCO) Organismes techniques compétents (CILSS, …) et partenaires bancaires (BNP, BOAD) ont marqué volonté daccompagner les pays dans efforts délaboration et de contribuer à la mobilisation des ressources financières nécessaires

14 c. Approche filière pour impulser un développement durable dans nos pays C-a-d regrouper projets « en grappe » pour avoir effets de masse pour les financements

15 d. Nécessité de structurer des groupes de travail de façon pérenne pour chacun des grands secteurs e. Projets présentés à Paris souffrent dune immaturité technique et financière ; doù urgence de renforcer les capacités en élaboration de projets bancables

16 3. Points de vue des partenaires présents à la réunion de Paris

17 AFD Lécologie partie intégrante du développement durable Préservation de lenvironnement, non pas comme opposition aux stratégies traditionnelles de lAide Publique au Développement, mais comme opportunité de les revisiter Donc mettre accent sur synergie secteur privé et secteur public

18 AFD (suite et fin) Rechercher complémentarité entre acteurs financiers Réductions des émissions de CO 2 de ses projets en faisant des bilans carbone AFD a mis en place 2 milliards de financements climat lannée dernière, dont la moitié vers lAfrique

19 ISESCO Agi principalement dans : (i)recherche dune meilleure connaissance des vulnérabilités des pays et (ii) recherche des impacts des changements climatiques et des besoins dadaptation qui en découlent

20 ISESCO (suite) Œuvre dans renforcement des efforts de coopération internationale en matière de (i)dégradation de l'environnement (ii) changements climatiques (iii) gestion de ressources naturelles (iv) la prévention et la gestion de catastrophes naturelles

21 ISESCO (suite et fin) Combler lacunes dans les connaissances pour mieux évaluer les risques et les avantages des changements climatiques afin de prendre des décisions éclairées au sujet des mesures d'adaptation Evaluer le rôle savoir écologique local dans l'adaptation aux changements qui affectent les ressources naturelles

22 OIF /IEPF La lutte contre le changement climatique par: (i)accompagnement pays vulnérables et renforcement de capacités (ii) intégration de la donne climatique dans les politiques sectorielles Elaborer rapidement des projets dadaptation et ou datténuation

23 OIF/IEPF (suite et fin) Aide à la mise en place de programmes opérationnels dadaptation et datténuation pour être éligibles aux financements internationaux Projets pilotes à réaliser entre Développer partenariat et appuyer pays pour mise en place de politique sectorielle de développement durable.

24 PNUE Existence programme sur changement climatique centré sur les conséquences de ce phénomène pour les pays Ce programme implique sur renforcement des capacités et restauration des écosystèmes

25 UNITAR Développe programme sur le changement climatique basé sur renforcement capacités Œuvre pour le développement des ACCA (Advancing capacity to support Climate Change Adaptation) et la mise en place effective des huit premières étapes des PANAs

26 PNB Paris Bas Pour accroître accès aux financements, il faut connaître la vision dun investisseur privé comme BNP sur la mise en place de financements carbone les mécanismes de financements doivent être adaptés à linvestissement privé, notamment parce que la plus grande partie des 100 milliards de dollars viendront du secteur privé

27 ADEME la mise en place de concepts sinscrivant dans la durée (10/15 ans) la mise en place de programmes de renforcement de capacités la mise en place de réseaux Nord/Sud pour les échanges de bonnes pratiques.

28 4. Quelques conclusions

29 Les pays africains ne sont pas souvent au courant des opportunités de financement existantes Il faut améliorer laccès des pays africains aux fonds existants Le partenariat entre les différents acteurs souffre souvent dun manque déquité qui compromet le respect des engagements

30 Les pays africains ont un besoin réel de renforcement des capacités en élaboration de projets de recherche bancables La dimension adaptation est plus cruciale pour les pays africains car sinscrivant dans une approche locale et intégrée Le marché du carbone ne profite pas assez aux pays africains malgré les efforts déployés

31 Les PANAs doivent adopter une approche filière globalisante pour être plus efficaces et avoir plus dimpacts Les banques de développement au niveau national et international doivent simpliquer dans le financement des projets et/ou programmes prioritaires

32 Il y a lieu dintégrer plus fortement les aspects relatifs à la gestion de leau, à lassainissement, à lénergie et à lurbanisation (notamment les constructions) dans les projets/programmes dadaptation Mise en place dune commission de suivi et de polissage des projets par secteur dans lequel tous les pays seront représentés

33 5. Exemple de critères de bancabilité dun projet définis par lAFD

34 Importance des problématiques concernées, voire du caractère novateur des approches Caractère pluridisciplinaire des projets Pérennité financière

35 Identification claire dun « emprunteur », à qui lAFD va pouvoir prêter de largent, par exemple une banque qui rétrocèdera ensuite les prêts bonifiés à des PME Caractère concret du projet.

36 MERCI DE VOTRE AIMABLE ATTENTION


Télécharger ppt "ISESCO Atelier régional sur : « La création de réseautage et son application pour des fins scientifiques en Afrique » Lieu : Lomé, Togo Période : 21 au."

Présentations similaires


Annonces Google