La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Rencontre avec André Comte-Sponville aumônerie EPFL 17 mai 2011 Une spiritualité sans Dieu ? 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Rencontre avec André Comte-Sponville aumônerie EPFL 17 mai 2011 Une spiritualité sans Dieu ? 1."— Transcription de la présentation:

1 Rencontre avec André Comte-Sponville aumônerie EPFL 17 mai 2011 Une spiritualité sans Dieu ? 1

2 Préliminaires 1.Quel exercice périlleux : 15 minutes ! 2.Je ne connaissais pas votre présentation. – À partir de votre livre avec Philippe Capelle Dieu existe-t-il encore ? (Cerf, Paris, 2005). 3.Une disputatio (débat) dans la commune quête de la vérité (Vatican II, «Déclaration sur la liberté religieuse»). – Contrairement à Michel Onfray (Traité dAthéologie), pas danimosité à légard du christianisme. 2

3 Respect pour votre «athéisme fidèle» – (de fides, la foi !); pour votre honnêteté intellectuelle : – «Si je suis athée, cest aussi parce que je préférerais, pour tout vous dire, que Dieu existe» (Dieu existe-t-il encore ?, p. 56). 3

4 Votre hommage émouvant à Jésus-Christ : – «Disons que je me suis forgé une espèce de Christ intérieur "doux et humble de cœur", mais purement humain, qui maccompagne ou me guide» (Lesprit de lathéisme, p. 76). Les valeurs de la morale judéo-chrétienne et de lÉvangile : lune des bases de votre maison philosophique : – «Tout my paraît bon, sauf le Bon Dieu» (Lesprit de lathéisme, p. 75). 4

5 4.Vous exprimez ce que beaucoup de non-croyants pensent : – lexistence sans Dieu peut être vécue de manière authentique, sensée et joyeuse. 5.Accords avec vous : – le réel comme mystère; – la priorité de lamour; – limpossibilité de prouver lexistence ou linexistence de Dieu; – le respect mutuel entre croyants et non-croyants; – la défense dune saine laïcité politique; – la lutte contre les obscurantismes. 5

6 6.Avec Jean-Claude Guillebaud (Comment je suis redevenu chrétien, Albin Michel, Paris, 2007) et André Fossion (Dieu désirable, Lumen Vitae, Bruxelles, 2010), quelques lignes de divergence. Buts : – Montrer en quoi la proposition chrétienne rejoint la plupart de vos intuitions en leur donnant une coloration différente; – Établir que la foi biblique reste compréhensible, plausible et désirable, y compris rationnellement. 7.Trois dimensions : une spiritualité comme – mystique, – éthique – et raison. Et des questions critiques. 6

7 I. Une mystique du Tout anonyme ou de la relation interpersonnelle ? 1.Le christianisme, une spiritualité mystique et prophétique Le christianisme : – pas dabord un corps de doctrine ni un ensemble dinterdits moraux, – mais une voie de sagesse, de bonheur et de liberté, prophétique et novatrice. – Au cœur de la spiritualité chrétienne : la rencontre interpersonnelle avec le frère et avec le Christ. La foi chrétienne : – Aucun monopole de la spiritualité. Spiritus : se laisser traverser par un souffle venu dailleurs qui donne sens à notre existence. 7

8 2.Une rencontre interpersonnelle À la source de votre mystique, un «sentiment océanique», fusion dans le grand Tout du réel immanent : expérience muette déternité et dabsolu. Nest-ce pas la disparition de la notion de personne humaine, irréductible au monde et à la nature ? 8

9 UNE ALTÉRITÉ CONSTITUTIVE : La mystique chrétienne (Thérèse dAvila, Ignace de Loyola) respecte laltérité constitutive de lêtre humain face au cosmos. Elle est aussi une expérience dabsolu, déternité, de plénitude, de présence et de joie, – non par fusion dans un grand Tout indistinct, – mais par lunion intime avec Dieu et les frères. Une communion sans confusion, comme les trois Personnes de la Trinité. 9

10 UN FACE À FACE AMOUREUX : Une mystique selon lamour de communion, unifiant, différenciant et personnalisant. Une relation interpersonnelle sans dissolution ni domination. Une expérience de face à face amoureux entre le «Je» de lhomme et le «Tu» de Dieu – Dans le silence de la méditation, de loraison et de la contemplation. Expérience du prophète Élie, entré «dans le silence dune brise légère» (1 Rois 19, 12) : il y rencontre personnellement le Seigneur. 10

11 3.Une spiritualité simple et incarnée Pas dexpériences «planantes dextases» en dehors de notre condition charnelle. – Jésus ninitie pas les disciples à des «extases océaniques», – il les introduit à la prière tournée vers le Père et à laccueil du cadeau du salut. DESTINÉE À TOUS : Une mystique pas réservée à une élite, mais destinée à tous : – Simple et incarnée, par la mise en œuvre des trois vertus théologales (foi, espérance, charité) dans le quotidien. 11

12 II. Une éthique de fraternité qui butte sur le désespoir ou qui donne despérer ? 1.Amour et vérité Vous placez lamour au cœur de léthique, lamour des autres et de la vérité. Mais pour vous la vérité nest pas lamour, le réel nest pas une puissance damour (Lesprit de lathéisme, p. 216). 12

13 2.Le «gai désespoir» Daprès vous, assumer le désespoir de la condition humaine, le «gai désespoir». Lespérance chrétienne détourne-t-elle de lengagement et du bonheur présents pour nous tourner exclusivement vers un ailleurs ? Lhistoire de Jésus sarrête-t-elle au Calvaire ? Pour vous, lexpérience spirituelle du réel : une expérience du tragique et de la solitude. 13

14 3.Une espérance pour le présent Lespérance des béatitudes : «Heureux les pauvres de cœur, le Royaume des cieux est à eux», déjà maintenant. Espérer en la résurrection, ce nest pas vider le présent de la joie. Ce que nous espérons de surcroît nenlève rien à la richesse du présent. Lespérance donne toute sa densité au présent. – Le don de Dieu nest pas achevé : – ce qui nous est promis sera plus beau encore ! 14

15 4.Une perle rare Une spiritualité avec Dieu, précieuse pour lexistence : – le Christ assume le tragique et le traverse; – il ne nous laisse pas à notre solitude angoissée; – il nous appelle ses amis. Une fois que nous avons éprouvé quelles raisons de vivre la foi offre, comme par surcroît, nous ne pouvons vivre «sans». – La prunelle de nos yeux ! 15

16 III. Des raisons de croire ou de ne pas croire ? 1.Dieu séprouve Dieu existe-t-il ? Le débat reste ouvert. Dieu nest pas un objet de connaissance parmi dautres, mais le sujet dune rencontre possible. Dieu ne se prouve pas, il séprouve. Comme lamour humain… 16

17 2.Dans les frères «Les expériences de Dieu sont faibles, elles ne conduisent quà aimer les humains» (Lesprit de lathéisme, p. 106). Nest-ce pas ce que dit Jean ? – «Dieu, personne ne la jamais vu. Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, en nous son amour est accompli» (1 Jean 4, 12.16). Beaucoup de personnes font une expérience forte de Dieu qui bouleverse leur vie. – Or lamour de Dieu implique toujours lamour des frères. 17

18 3.Lexcès du mal Pour vous, le mystère du mal, encore plus scandaleux si un Dieu tout-puissant existe. Parler de la création en termes non de causalité, mais de don. Tout don est risqué, il ouvre un espace de liberté. Dieu crée en se retirant, il confie le monde à lhomme. – La création et lhistoire sont risqués, le mal peut sy insinuer. 18

19 UN EXCÈS DE BIEN Dieu nous accompagne de sa présence. – Il conduit discrètement lhumanité et le cosmos vers laccomplissement. Il répond par un excès damour en Jésus sur la croix. – «là où le péché abonde, la grâce surabonde» (Romains 5, 20). 19

20 IV. Des questions 1.Au plan mystique Comment concevoir que lhomme, fini et mortel, puisse faire une expérience de linfini, de labsolu et de léternité, sans faire appel à une Transcendance du réel, à un au-delà de la nature ? 20

21 2.Au plan éthique En labsence de certitude sur la vie après la mort, vaut-il mieux se laisser tomber dans labîme du désespoir ou dans celui du mystère dun Amour infini ? Pourquoi ne pas rattacher votre «gai désespoir» à la «nuit lumineuse» de Jean de la Croix, où la nuit du désespoir est le lieu même dun bonheur annoncé ? 21

22 3.Au plan rationnel Quelle est la plus grande illusion ? – Décréter que Dieu ne serait que la projection des désirs que pourtant nous expérimentons ? – Ou vivre autant quil est possible dans le sens des désirs les plus profonds que nous portons en nous ? – Jésus crucifié est-il vraiment la projection de nos rêves ? Nest-il pas plutôt «scandale et folie» (1 Corinthiens 1, 22-25) ? 22


Télécharger ppt "Rencontre avec André Comte-Sponville aumônerie EPFL 17 mai 2011 Une spiritualité sans Dieu ? 1."

Présentations similaires


Annonces Google