La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Leçon 7 pour le sabbat 15 février 2014. La réponse des marginaux à l'Evangile. Les prostituées. Les mentalement dérangés. Les gens sans morale : La Samaritaine.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Leçon 7 pour le sabbat 15 février 2014. La réponse des marginaux à l'Evangile. Les prostituées. Les mentalement dérangés. Les gens sans morale : La Samaritaine."— Transcription de la présentation:

1 Leçon 7 pour le sabbat 15 février 2014

2 La réponse des marginaux à l'Evangile. Les prostituées. Les mentalement dérangés. Les gens sans morale : La Samaritaine. Les publicains et les pécheurs. Cette semaine, nous allons étudier comment Jésus a traité les personnes marginalisées de son temps, pour apprendre comment faire face à la marginalisation de notre temps.

3 « Amen, je vous le dis, les collecteurs des taxes et les prostituées vous devancent dans le royaume de Dieu. Car Jean est venu à vous par la voie de la justice, et vous ne lavez pas cru. Ce sont les collecteurs des taxes et les prostituées qui lont cru, et vous qui avez vu cela, vous navez pas eu de remords par la suite : vous ne lavez pas cru davantage. » (Matthieu ) Pourquoi les exclus de la société répondent-ils mieux à l'appel de l'Evangile que les scribes ou les pharisiens ? Les scribes et les pharisiens se considèrent dignes d'être des enfants de Dieu et ne perçoivent pas la nécessité de la repentance. Les exclus se considèrent indignes et, lors de l'appel fait avec amour, ils reconnaissent leurs péchés et se repentent.

4 « Dieu a pourvu pour que tous ceux qui sont perdus puissent devenir ses enfants. Les êtres humains les plus méprisables peuvent être élevés, anoblis, affinés et sanctifiés par la grâce de Dieu. Donc, Dieu les considère comme précieux. Et ceux qui sont ouvriers avec Dieu, ceux qui sont remplis de compassion, les considéreront tous de la même façon. Peu importe la nationalité, la couleur ou le statut social, le missionnaire verra dans chacun d'eux un être acheté à un prix infini avec le sang du Christ ; il ne montrera pas de l'indifférence, et ne considérera pas lun plus important quun autre. » E.G.W. (Review and Herald, 3 décembre, 1895)

5 « Cest pourquoi je te le dis, ses nombreux péchés ont été pardonnés, puisquelle a beaucoup aimé. Mais celui à qui lon pardonne peu aime peu. » (Luc 7.47) Par définition, une prostituée est une pécheresse. Quand Jésus a été confronté à ce cas-là, les pharisiens lui ont demandé de rendre un jugement. Lui a fait trois choses (Jean ) : 1.Il a gardé le silence pendant quil écrivait sur le sol. Certains commentateurs pensent quil écrivait les péchés des accusateurs. (Voir en particulier E.G.WHITE, Jésus-Christ, ch. 50, Parmi les pièges, p. 456.) 2.Il a invité les accusateurs à sexaminer eux- mêmes et, sils étaient irréprochables, dexécuter la sentence. 3.Au lieu de condamner la femme pécheresse, Jésus lui a offert le pardon.

6 « Ce fut, pour elle, le commencement dune vie nouvelle, dune vie pure et paisible, consacrée au service de Dieu. En relevant cette âme tombée, Jésus accomplit un plus grand miracle quen guérissant la plus grave maladie physique; il la délivrait dune maladie spirituelle qui conduit à la mort éternelle. Cette femme repentante devint lun de ses plus fermes disciples. En retour du pardon miséricordieux quelle avait reçu de lui, elle lui témoigna un amour fait de sacrifice et de dévouement » E.G.W. (Jésus-Christ, ch. 50, Parmi les pièges, p. 457)

7 Les perturbations mentales peuvent avoir des causes diverses, telles que la possession démoniaque, lusage de drogues, les déséquilibres métaboliques, etc. Quelle que soit la cause, ces personnes ne peuvent pas être ignorées. En fait, ce sont elles qui ont le plus besoin daide, puisque-elles ne peuvent pas demander du secours. Dans le cas de lhomme possédé de Gadara (Marc ), le passage biblique raconte qu «Il vit Jésus de loin, accourut, se prosterna devant lui » pour demander miséricorde, car les démons parlent par sa bouche. (Jésus- Christ, ch. 35, Silence, apaise-toi !) Nous sommes des instruments dans les mains de Dieu pour aider ceux que ne peuvent pas saider eux-mêmes, et leur montrer ainsi lamour de Dieu.

8 Qu'est-ce que Jésus a rompu dans les conventions sociales de lépoque et pourquoi ? « La haine qui régnait entre les Juifs et les Samaritains avait empêché la femme doffrir à Jésus de quoi se désaltérer; mais le Sauveur cherchait la clé de son cœur, et, avec le tact quengendre lamour divin, il sollicita une faveur, au lieu de loffrir. » (E.G.W. Jésus-Christ, ch 19, p. 166, Près du puits de Jacob) Comment Jésus a-t-il confronté cette femme à sa vie de péché ? « Jésus change brusquement de conversation. Avant dêtre à même de recevoir le don quil est impatient de lui communiquer, cette âme a besoin de reconnaître son péché et son Sauveur… La femme est saisie dun tremblement. Une main mystérieuse tourne les pages de sa vie, mettant au jour ce quelle a cru pouvoir garder caché. Qui est celui-ci qui lit ainsi les secrets de sa vie? Elle songe à léternité, au jugement à venir, qui manifestera tout ce qui est scellé. A cette lumière, sa conscience séveille » (Id. p. 168) Que révèle cette histoire sur les préjugés des disciples ? « Un Juif neût rien voulu emprunter à un Samaritain, ni recevoir de lui un présent, fût- ce un morceau de pain ou un verre deau. Les disciples, en leur achetant des aliments, agissaient selon la coutume de leur nation. Mais ils nallaient pas plus loin. Demander une faveur à des Samaritains, ou chercher dune manière quelconque à leur faire du bien, cette idée ne pouvait entrer dans lesprit dun Juif, même sil était disciple du Christ » (Id. pg. 165)

9 « Heureuse femme de Samarie! Au cours du dialogue elle sétait sentie en présence de la Divinité, et maintenant, joyeusement, elle reconnaissait son Seigneur … Cette pauvre femme avait faim et soif de la justice, elle était prête à accepter le Sauveur quand il sest révélé. Christ, qui n'a pas révélé son caractère aux pharisiens et les chefs fiers et sceptiques, s'est révélé à cette humble femme qui était prête à croire en lui » E.G.W. (Prospectus "Rédemption : ou les enseignements du Christ, l'Oint", p Traduction libre)

10 « Allez apprendre ce que signifie : Je désire la bonté, et non les sacrifices. En effet, je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs, à changer dattitude. » (Matthieu 9.13) Les publicains étaient responsables de la collecte des impôts que Rome imposait aux Juifs (et, en général, ils gardaient plus que ce qu'ils avaient droit), mais Jésus était courtois et amical avec eux. Matthieu a reçu son appel pendant quil exerçait ce travail (Matthieu 9.9), mais il a tout abandonné pour suivre Jésus. Peu de temps après, il a invité ses anciens collègues pour partager la présence de Jésus avec eux. Non seulement Jésus appelle les pécheurs, mais il les utilise aussi pour atteindre ceux qui leur ressemblent.

11 « Que celui qui est tenté ne sarrête donc pas aux circonstances, à ses faiblesses, ou à la puissance de la tentation, mais à celle de la Parole de Dieu. Toute la force de cette Parole est à notre disposition. Je serre ta parole dans mon cœur, dit le Psalmiste, afin de ne pas pécher contre toi. Je me tiens en garde contre la voie des violents. Psaumes ; 17.4 […] Rien nest apparemment plus faible, et cependant plus invincible, que lâme qui comprend son néant et se repose entièrement sur les mérites du Christ. Par la prière, létude de sa Parole, par la foi en sa présence, le plus faible des hommes peut sapprocher du Sauveur et saisir sa main qui ne labandonnera jamais » E.G.W. (Le ministère de la guérison, p )


Télécharger ppt "Leçon 7 pour le sabbat 15 février 2014. La réponse des marginaux à l'Evangile. Les prostituées. Les mentalement dérangés. Les gens sans morale : La Samaritaine."

Présentations similaires


Annonces Google