La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La maîtrise de lénergie ressources problèmes efficacité économies technologies adaptées ressources problèmes efficacité économies technologies adaptées.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La maîtrise de lénergie ressources problèmes efficacité économies technologies adaptées ressources problèmes efficacité économies technologies adaptées."— Transcription de la présentation:

1 La maîtrise de lénergie ressources problèmes efficacité économies technologies adaptées ressources problèmes efficacité économies technologies adaptées

2 Les Nécessités de la vie LÉnergie LEau $ Le Marché $ Le Marché La solidarité

3 LÉnergie une nécessité vitale : au quotidien Une semaine dans la vie dun étudiant

4 Abondance de loffre des énergies exogènes, Impacts polluants de leur utilisation, tant au niveau des écosystèmes (forêts, eaux, sols) que des espèces Besoins de confort thermique, de lumière, de mobilité, de cuisson des aliments, de bureautique.. Est-ce une relation nécessaire ? LÉnergie une nécessité vitale

5 Un facteur de qualité de vie ? combustion lente (2, cal/j) Métabolisme Basal Relations interpersonnelles Relations interpersonnelles Espace de créativité Espace de créativité combustion rapide (1, cal/j) Activités industrielles et commerciales Activités industrielles et commerciales Loisirs Communications et transports Communications et transports Confort thermique et sanitaire Confort thermique et sanitaire Un facteur 100 pour le Nord-américain Un facteur 100 pour le Nord-américain

6 Le Canadien, champion énergivore Létat du monde 2001, La Découverte, Boréal Régions du MondeTep/hab Afrique0,36 Amérique latine0,98 Amérique du Nord7,66 Asie0,73 Europe3,65 PaysTep/hab États- Unis8,08 Canada7,93 Japon4,08 Allemagne4,23 France4,22 PIB/hab ($)* 29,3 19,2 32,3 26,6 24,2 * Méthode de clacul de la Banqye mondiale tenant compte du taux de change Changer ? pourquoi comment

7 ÉNERGIE : les problèmes ! La dépendance du pétrole Lépuisement des ressources non renouvelables La pollution La dégradation des relations humaines: du global (géopolitique) au local

8 Ressources non renouvelables Ressources non renouvelables Ressources renouvelables Ressources renouvelables Le bilan des ressources énergétiques

9 Vers lépuisement des ressources énergétiques non renouvelables Une année de consommation = Réserves estimées de la ressource Consommation mondiale annuelle de toutes les énergies commerciales ( tec/an) Année 2000: consommation de 3, Joules tec/an, 2 t.e.c./hab/an Années 2000

10 Usages Émissions dans l air, les eaux et sur les sols: Gaz à effets de serre (GES), Pluies acides (charbon), Produits organiques persistants (POP) comme les BPC, diminution de la couche d ozone (fluide frigorigène des échangeurs de chaleur), smog, Les impacts environnementaux de l énergie Production Déplétion des stocks, santé et hygiène industrielle, catastrophes industrielles, émissions de contaminants, gestion des résidus (combustible nucléaire «usé») Transports Accidents, déversements, contamination, introduction d espèces exogènes Des vecteurs de propagation des impacts: les cycles de l eau (mers et atmosphère) les régimes des vents Un facteur de synergie des effets la bioaccumulation Dégradation des stocks et flux (déforestation) des ressources Dégradation des stocks et flux (déforestation) des ressources Dégradation des écosystèmes naturels et atteintes à la santé humaine Dégradation des écosystèmes naturels et atteintes à la santé humaine

11 La pollution Émissions kg/10³Joules d énergie Pluies acides smog GES Émission annuelle de CO 2 / hab. En tonnes Émission annuelle de CO 2 : kg/ 1000 $ de PIB États-Unis5,2170 Royaume- Uni3,0147 Allemagne3,2144 Japon2,190 France1,885 KYOTO Canada: 5

12 Les problèmes de l énergie, au global Les ressources: accès sans entrave : respect des us et coutumes locales, corruption des pouvoirs politiques, zones d influences (facteurs géopolitiques) en quantité suffisante au coût les plus bas : spoliation des ressources, risques environnementaux et pression sur les écosystèmes (zones d exploitations pétrolières frontières fragiles) filières énergétiques : les pays producteurs pauvres sont à la merci des pays industrialisés pour assurer la production et la valorisation des ressources Les usages: pollution : gaz à effet de serre (GES) et risques de changements climatiques et d évènements climatiques extrêmes, pluies acides, smog urbain, déversements d hydrocarbures transport : introduction d espèces exogènes, importance du secteur des transports Problèmes socio-politiques: Difficultés du dialogue Nord-Sud, laminage des cultures locales par la mondialisation du marché des ressources énergétiques qui se traduit par un flux des ressources des pays pauvres vers les pays riches, une distorsion des économies et des enjeux politiques nationaux

13 Les problèmes de l énergie, au local comment améliorer lefficacité des différentes filières énergétiques comment accroître les économies dénergie (combattre les comportemnts de gaspillage) comment valoriser les ressources locales et les «alternatives» aux énergies fossiles comment favoriser la conservation de lenvironnement, la santé et la sécurité des approvisionnements Les usages domestiques: chauffage et cuisson des aliments confort thermique transport communications

14 Les flux annuels des ressources énergétiques renouvelables Une année de consommation = Productions estimées de la ressource Consommation mondiale annuelle de toutes les énergies commerciales 3, Joules faible densité énergétique faible densité énergétique Stocker l énergie?

15 Québec: un bilan énergétique

16 La consommation d énergie au Québec x 10 6 tep Données: mrn.qc.ca 1 tep =1,4 tec

17 La consommation d énergie au Québec Tendance à la croissance Tendance à la décroissance

18 La consommation dénergie par secteur

19 Lélectricité au Québec (2001) 3,7% exportée capacité de 5,8% additionnelle

20 Lélectricité au Québec Au 1 er janvier 2000, le Québec disposait dune puissance installée de MW: ¾ provient de 80 centrales dHydro-Québec 10% entreprises privées 0,1% municipalités 12,6% chutes Churchill Le potentiel hydroélectrique susceptible dêtre aménagé est évalué à MW ,6 TWh produits 169,5 TWh consommés

21 La consommation délectricité par secteur (2000) Total: 174, kWh tep

22 AQCIE (asssociation québécoise des consommateurs industriels délectricité) veut être assurée dun accès garanti à des quotas délectricité à prix réduit Consommation continue équivalente a 42% de la consommation québécoise (consommation totale domestique 92% de la production totale délectricité) 161 usines, emplois directs (salaire moyen de $), indirectes, 1,9 milliards dimpôts avec en plus les impôts fonciers municipaux 40% des usines sont vieilles de 50 ans et plus Question: Quel est le plus avantageux pour le Québec ? Lélectricité est un outil de développement économique et doit permettre le support et le développement dindustries énergivores (AQCIE) en électricité à un prix réduit (brut 4,3 cts/kwh, valeur ajoutée équivalente à 10 cts) Lélectricité est au Québec ce quest le pétrole en Alberta, lhydro-Québec peut être une «machine à dividendes» grâce à lexportation en particulier la fraction utilisée par lAQCIE (spot market 7,97 cts/kwh) Tarif au consommateur domestique: 5,22 cts les 30 premiers kwh/jour, 0,683 les suivants (Le Devoir -24/02/07)

23 La consommation de gaz naturel par secteur (2000) Total: 234, pieds cubes 5, tep

24 La consommation de produits pétroliers par formes (2000) Total: 106, barils tep

25 Québec: un bilan des consommations modulé par des facteurs sociologiques?

26 L D S V J Hiver Consommation d électricité Au cours: de la semaine, de la journée, et de l année La petite histoire «comportementale» de la consommation énergétique des Québécois Énergie primaire Énergie intermédiaire Énergie de pointe 0% 100% 11h½ 17h

27 Congés de la construction Une première proposition ? (Montréal) réponse:plus de jours fériés! Comment réduire la consommation dénergie ?

28 Les nouveaux «gisements» énergétiques 1. Énergies renouvelables solaire (dont hydroélectricité) éolienne géothermique de la mer (chaleur, vague, marée, etc.) biomasse (plantations marines et terrestres) 2. Valorisation des énergies «résiduelles» (eaux usées, résidus solides et de biomasse) 3. Réduction des besoins par les économies d énergie Hydrogène

29 Puissance solaire (W/m²) Heure du jour À Montréal Janvier Juillet Décembre Juillet Puissance à midi Limite du Confort thermique L énergie solaire: un faux ami ?

30 L énergie éolienne: l énergie «québécoise» Vitesse du vent (m/s) Nombre d heures Cas des îles de la Madeleine, puissance annuelle pour une vitesse du vent donnée (total de près de 8400 heures de vent) Puissance (W/m²) Zone optimale d une éolienne Mois de l année juillet décembre janvier Stockage?

31 L énergie géothermique: l énergie «oubliée» 9°C 8°C 7°C 5°C 4°C 7°C Gradient naturel sous 20 m de sol: 1°C/30m Il faudrait donc forer jusqu à 4,5 km pour atteindre des températures de l ordre de 150°C, ce qui est irréaliste. De plus, Il faut utiliser la technique du doublet géothermique de façon à retourner les eaux souvent corrosives Le coût des forages serait prohibitif, voilà pourquoi il faut profiter des affleurements «géothermiques» Les plus grands «gisements» de calories sont ceux de «basses» températures: nappes phréatiques, lacs et des rivières eaux usées des usines d épuration fluide de capteurs solaires etc. Ces sources de chaleur ne peuvent être utilisées que par une technologie de valorisation adaptée aux conditions locales. Les isothermes des eaux souterraines au Québec Pas de problème de stockage !

32 L Hydroélectricité Ça se discute ! Une concertation dans le cadre de l approche du «bassin versant» une vision continentale? exportation dénergie électrique valorisation par la production dhydrogène amélioration de la qualité de lair revenus des mini aux méga-centrales ?

33 Le nucléaire la valorisation de grandes réserves duranium (Australie, Kasakhstan, Canada) lamélioration de la qualité de lair le bouclier canadien, un «cimetière» mondial des résidus nucléaires des régions de sous développement économique offrant des sites propices pour les centrales: Abitibi, Gaspésie et Côte Nord le savoir faire (expertise) une nation pacifique La production dhydrogène Pour la terre entière Ça se discute !

34 L Hydrogène, fioul «fuel» du futur Une ressource «renouvelable» H2OH2O H2OH2O H2H2 ½O 2 NO x Une ressource énergétique dappoint abondante, nécessaire à la production d hydrogène Des contraintes Des modes de distribution et de stockage La sécurité (le syndrome du zeppelin -grand ballon dirigeable) Lautomobiliste : autonomie (km, km/h) entre deux «pleins» Le coût Une production de m³ en 2003, 95% par les raffineurs (désulfuration)

35 Québec: Il faut que ça change !

36 Répondre aux besoins ? deux approches mondialisation des ressources énergétiques valorisation de la densité (puissance) énergétique loi du marché: privilégie le court terme subventions daide au développement fuite en avant dans la nécessité du court terme adoption de politiques de réduction de la consommation: responsailisation, contraintes éducation du consommateur: «économies» subventions à linnovation de technologies «efficaces» subventions à la recherche scientifique Gestion de loffre Gestion de la demande: la maîtrise de lénergie Une nécessité

37 Le changement : opportunité damélioration, dabord perçue comme un danger Accessibilité Autonomie Sécurité Coût global Conservation de lenvironnement Réductions de la consommation Choix des formes énergétiques Changements des attitudes et des comportements, des individus des collectivités, entreprises et des sociétés

38 Changer les comportements ?

39 ?

40 Les «mamelles» du changement Incitation Éducation: ERE & FRE Coercition Les élus Les militants environnementaux Tous information motivation conseils soutien à linnovation incitations financières (programmes daide) éducation des jeunes formation professionnelle recherche, innovation technologique conventions(sectorielle, régionale, etc.) lois, réglements

41 La boîte à outils des actions environnementales La démarche des (5)R V E(2) Réduire RéparerRéemployer Récupérer RecyclerValoriser Éliminer les risques Techniques (Innovation): efficacité, adaptabilité, valorisation de particularités locales Sciences études des processus, interrelations impacts Sociétés changements de comportements dattitudes de valeurs en aval: la pollution en amont: les ressources Éduquer

42 Maîtrise des besoins RVE + Une démarche de maîtrise des besoins énergétiques Gestion de la demande EfficacitéÉconomies Technologies appropriées au milieu et valorisation d alternatives Autonomie Changements d attitudes Sciences et Innovations technologiques Éducation: mieux (et moins) consommer pour une satisfaction optimale Formation: faire plus avec moins Concertation: ensemble

43 Intégrer les préoccupations environnementales au quotidien et à la source Activités humaines industrielle, minière, artisanales, commerciale, domestique contamination des milieux de vie approvisionnement en ressources Choix des individus rétroaction Avantages production de richesse collective et individuelle Désavantages atteintes au patrimoine biophysique et socioculturel

44 La Gestion des ressources énergétiques Énergies fossiles Hydroélectricité Solaire Éolien, etc.. Biomasse forestière Adoption dalternatives, effort soutenu surtout par la recherche et l innovation technologique (sciences et techniques), changements de comportements individuels et de choix collectifs

45 BILAN: inconvénients avantages Ressources non- renouvelables: charbon, pétrole, gaz, nucléaire (fission lente) Ressources alternatives: solaire, éolien, géothermique, hydroélectrique, nucléaire (fission rapide et fusion) Maîtrise de lénergie (5RV2E) Prouvées quantité duré accès «équitable» impacts environnementaux (- -) identification du potentiel technologie dextraction impacts environnementaux (-) analyse coûts- avantages économies efficacité impacts environementaux (+) Probables identification du potentiel technologie dextraction impacts environnementaux (-) technologie de lhydrogène innovations technologiques impacts environnementaux (-) analyse coûts – avantages économies efficacité impacts environementaux (+) Impacts sociétaux court terme ( ) long terme (- -) court terme ( ) long terme (+) court terme ( + ) long terme (++)

46 La responsabilité individuelle

47 Le problème : la quête de la satisfaction du consommateur Disponibilité des ressources et des services là où est le besoin concordance de lieu instantanément concordance de temps sous la forme désirée concordance à lusage en quantité suffisante concordance aux besoins Facilité dutilisation simple, fiable, encombrement minimum facilité de stockage pour de grandes durées Coût modique Inoffensif pour la santé du consommateur le syndrome du «Pas dans ma cour» Facteurs des impacts environnementaux de l énergie

48 LÉducation Parce quun autre monde est possible

49 La responsabilité individuelle Québec Hydro contact, nov. Déc. 2003

50 Répartition de la consommation énergétique domestique Chauffage53,2% Eau chaude19,3% Réfrigérateur7,7% Congélateur6,2% Éclairage5,2% Lave-linge et sèche-linge 2,6% Cuisinière1,6% Téléviseur1,1% Chauffe-moteur1,0% autres appareils2,1% Évaluation moyenne de la consommation dun bâtiment: 240kWh/m².an Institut de lénergie et de lenvironnement de la francophonie (IEPF)

51 La répartition de la consommation des équipements en état de veille Type dappareil % de consommation (du total de lutilisation de lappareil) bureautique44 audio19 VCR/DVD12 TV10 téléphone8 circuits divers7

52 Durée de vie moyenne des appareils de chauffage dans des conditions normales dutilisation et dentretien (source: Union gaz)

53 La responsabilité individuelle

54 La maison du futur

55 De nouvelles exigences techniques quant aux normes disolation Hydro-Contact n 0 56, nov.-déc. 2006

56 Au domestique

57 New York: une île de chaleur de +3 o C Un projet de la NASA propose de végétaliser la ville: «forêts urbaines» et «toits vivants» Au collectif

58 Lintégration des activités industrielles Atmosphère, hydrosphère rejets de chaleur rejets polluants : troposphère GES, pluies acides, COV (dioxydes et furanes), etc.. combustion métallurgie C raffinage C déshydratation C chaleur sanitaire 80 0 C C Température décroissante Recyclage des chaleurs résiduelles

59 Sensibiliser les municipalités abaisser la consommation dénergie en même temps que les coûts dexploitation accroître la qualité et la sûreté de lapprovisionnement en eau, et de la gestion des effluents et des déchets solides déterminer et exploiter systématiquement les mesures énergétiques «rentables» : transports publics, aménagements (règlements de zonages), code du bâtiment, etc.. appliquer intelligemment des technologies énergétiquement efficaces augmenter la production renouvelable délectricité (éco- courant) et de chaleur encourager lurtilisation de ces énergies renouvelables

60 Les caractéristiques de la «jungle» urbaine Adaptation au contexte de climatologie urbaine plantes résistantes aux grandes variations de conditions bioclimatiques (sel, insolation brève, etc..) et ayant une bonne capacité de dispersion animaux pouvant saccomoder de la présence de lHomme et vivant de ses résidus

61 La responsabilité municipale Le cas de la Suisse 53% de la consommation énergétique est affectée aux réseaux de leau potable, des eaux usées et du traitement des rejets solides. Un gisement déconomies appréciables

62 Les eaux usées: les PAC et le chauffage et climatisation des bâtiments à partir de leau dans les canalisations le biogaz des stations dépuration et la production de chaleur et délectricité (éco-courant) si le relief si prête, exploitation du dénivellement pour le turbinage de leau consommée (éco-courant) ( potentiel de 100 GWh en Suisse) les PAC et le confort thermique des bâtiments Leau potable: Les rejets solides: production de chaleur et délectricité (éco-courant) Ces projets sont facilités par la présence de réseaux urbains de chaleur (distribution de vapeur) Sensibiliser les municipalités SUISSE

63 Pour un développement communautaire de lénergie Propositions de 3 MRC : Maria-Chapdelaine et Domaine du Roy au Saguenay- Lac-Saint-Jean et des Sept-Rivières, sur la Côte-Nord Le Devoir, 27/03/2005 «Développement de petites centrales et de parcs éoliens aux services des corps publics qui devraient profiter directement aux régions, aux autochtones et aux non autochtones, et à lenvironnement» Actuellement le système de société en commandite impose aux bailleurs de fonds publics dêtre minoritaires dans une association avec le privé

64 Des exemples dactions de conservation

65 Le cas du chauffage ne chauffer à la température désirée que dans lintrevalle de 1 h avant le lever et 1heure avant le coucher (en autant que vous restez à la maison) contrôler le chauffage pour chaque pièce: C suffisent pour la chambre à coucher, pour les pièces nont occupées (chambre daccueil) diminuer la consommation pendant les vacances ou les départs de fin de semaine dans le cas dune maison individuelle, évaluer lusage dun échangeur de chaleur passif ( air extétieur air intérieur) Chaque degré Celsisus en moins diminue la consommation dénergie de 2% par tranche de 8 h Voir section habitationwww.aee.gouv.qc.ca

66 Le cas de la bureautique imprimantes limpression ne correspond qu à 8% de la consommation, 49% étant dus au stand-by et 43% au mode hors service écrans les écrans plats à matrice active (TFT) économisent 20% dénergie fax consommation de 2 à 40 W, selon le type dappareil négligeable? (en Suisse) ordinateurs: 0,3 TWh.a téléviseurs: 0,3 TWh.a téléphones cellulaires: 0,05 Liste des bons appareils:

67 L efficacité énergétique Les appareils électriques consomment trop de courant! Cas de la Suisse meilleure isolation des réfrigérateurs et congélateurs lampes fluorescentes plutôt quincandescentes moteurs électriques mieux conçus et construits instruments électroniques de commutation et de réglage mieux adaptés aux modes de fonctionnement requis Technologie de l efficacité Au Canada, létiquette EnergyStar garantit une économie dénergie de 20 à 50%

68 L efficacité énergétique Données: énergie extra: février 2002 Les appareils électriques consomment trop de courant! Pendant leur durée de vie les appareils coûtent en électricité de 20% à 50% de leur prix d achat. Les appareils d une bonne efficacité sont du tiers à la moitié moins coûteux à l usage. Le deuxième coût! Appareils énergivores Appareils économes Consommation relative

69 Exiger la conformité des appareils électriques aux normes Appareils électroménagers, outils à main, éclairage, appareils de bureau et informatique, accessoires dinstallations et composants électroniques conformité au modèle défauts de sécurité (isolement, contact, commutateurs défectueux, mauvaise mise à la terre) déclarations erronées ou trompeuses risques à la santé (compatibilité électromagnétique-CEM) Cas de la Suisse (2000) 18% des contrôles montrent des défaillances 37 modèles ont fait l objet d interdiction de vente Données: énergie extra: juin 2002 Suisse

70 Létiquette énergétique des électroménagers

71 Létiquette énergétique de lampoule les appareils de classe A : tubes fluorescents (nouvelle génération, lampe économe (culot E27) : tubes fluorescents compacts, coudes multiples; lampes économes piriformes; lampes halogènes basse tension IRC : lampes halogènes haute tension IRC; lampes halogènes basse tension standards : lampes halogènes haute tension standards; ampoules à incandescence standards : Lampes à incandescence standards : ampoules à incandescences sphériques (jusquà 8 cm de diamètre) ; ampoules à incandescence piriformes : ampoules à incandescence sphérique (plus de 8cm de diamèttee); tube à incandescence A A F F B B C C D D E E G G

72 Des économies d énergie Débrancher pour cela, connecter une série dappareils à une prise multiple avec indication lumineuse certaines multiprises viennent avec une souris ce qui facilite l usage connaître la consommation de vos divers appareils électriques mieux, mesurez- la! Exiger à l achat de tout appareil électrique, la fiche énergétique ( consommation électrique annuelle pour un usage normal) Prendre lhabitude d arrêter la pompe de circulation du chauffage l été de changer les vielles lampes et les halogènes par des lampes fluorescentes de fermer la lumière dans la cave de fermer l ordinateur a midi et le soir en partant dactiver les fonctions de veille ou d économie d énergie des appareils électriques et électroniques de ne pas laisser le téléviseur toujours en veille (débrancher) etc.. Voir RVE

73 Transport: gérer sa mobilité Gérer «environnementalement» sa mobilité cest intégrer les recours: au rail au bus, tram… au vélo à la marche à la voiture être libre être mobile respecter lenvironnement modeler lavenir Gestion environnementale de sa mobilité 1/3 de la consommation dénergie

74 Lapproche de «mobilité combinée» Cest dès le début quìl faut apprendre à conduire intelligemment nous devons donc habituer les élèves conducteurs à se familiariser avec toutes les formes de mobilié.. En faire des «maîtres es mobilité» 1 Formation Moyens Mobilité et partenariat communautaire: approche coopérative: «communauto» ou CarSharing 2 mise en commun: covoiturage (distance moyenne), véloscommunautaire (quartier) transport en commun collectif efficace (horaire, proximité) promotion de la santé: marche à pied, vélo personnel

75 Vélo a assistance électrique : 22kg avec batterie de 1 kg pour une autonomie de 25 km, et de1,6 km pour une autonomie de 50 km Vitesse de 25km/h Toyota Pyrus: premièere voiture hybride de série 5litres/100km, Smart au gaz, une réduction de: 25% de moins de CO² 60% de No x 98% dozone autonmie de 180 km

76 Létiquette énergétique des véhicules automobiles

77 Le concept du «courant vert» Le courant vert? une électricité provenant dagents énergétiques respectueux de lenvironnement 1 : Soleil, biomasse, chaleur du vent, sol et eau, etc..(énergies renouvelables) Énergie extra, octobre 2001 Une démarche à trois partenaires 1 : les consommateurs sengagent à acheter une part de leur consommation électrique au prix de production dun courant vert les distributeurs sengagent à faire produire et à distribuer la part du courant vert souscrite par les consommateurs. De plus, ils sengagent à des contrats à long terme avec des producteurs (10 à 20 ans) les producteurs de courants verts (qui peuvent être des particuliers) assurent la production souscrite (contrat avec les distributeurs) Suisse

78 L écolabel (volet énergétique) Pour une entreprise fixation d objectifs énergétiques mise hors tension systématique des systèmes et appareils inutilisés constructions à l aide de matériaux recyclables recours à des énergies renouvelables Le processus le conseil l audit préalable l audit de certification le contrôle de succès et Re-audut, etc.. Suisse

79 Une étiquette énergétique pour les logements À compter du 1 er novembre 2007, la vente ou la location dun bien immobilier existant devra être accompagnée dun «certificat de performance énergétique». Une étiquette énergétique classera les locaux en 7 catégories (de A à G), du plus économe au plus énergivore. Un «diagnostiqueur», technicien qualifié et indépendant établit cet outil dinformation à partir dun bilan; des améliorations seront indiquées en donnant une indication du coût et des économies attendues. Le niveau démission de GES sera aussi fourni France application dune directive UE Le Monde, 26 oct.2006, p transactions et 1,5 millions de locations/an La transaction est facturée entre 150 et 300 Euros

80 LÉducation Parce quun autre monde est possible

81 Les éléments d une stratégie québécoise du virage aux énergies «renouvelables» Réduction de la consommation individuelle, commerciale et industrielle Décentralisation du processus délaboration des choix énergétiques interdépendance des réseaux de production et de distribution réduction des impacts environnementaux aux échelles nationale et continentale valorisation des ressources renouvelables locales vers lautonomie régionale économies efficacité énergétique Recherches et innovation technologiques

82 Les éléments d une stratégie québécoise du virage aux énergies «renouvelables» Décentralisation du processus délaboration des choix énergétiques valorisation des ressources renouvelables locales vers lautonomie régionale Risques Champs déoliennes régionalisés et non optimisés Petites centrales hydroélectriques sans études dimpacts quant à la valeur récréotouristique à préserver des sites Petites centrales à bois ou biomasse locales avec peu de contrôle des impacts environnementaux à long terme


Télécharger ppt "La maîtrise de lénergie ressources problèmes efficacité économies technologies adaptées ressources problèmes efficacité économies technologies adaptées."

Présentations similaires


Annonces Google