La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

France Politique énergétique : de nouveaux défis à lhorizon 2020 Jean-François Renucci, mars 2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "France Politique énergétique : de nouveaux défis à lhorizon 2020 Jean-François Renucci, mars 2009."— Transcription de la présentation:

1 France Politique énergétique : de nouveaux défis à lhorizon 2020 Jean-François Renucci, mars 2009

2 Les objectifs fixés en axes – Garantir lindépendance énergétique nationale et la sécurité dapprovisionnement. – Préserver lenvironnement et renforcer la lutte contre leffet de serre. – Garantir un prix compétitif de lénergie. – Garantir la cohésion sociale et territoriale en assurant laccès de tous à lénergie.

3 Les objectifs fixés en 2005 Les engagements de lEtat – Porter le rythme annuel de baisse de lintensité énergétique finale à 2% d ici 2015 – Réduire de 3% par an les émissions de gaz à effet de serre pour atteindre une division par 4 de ces émissions dici à – Diversifier les sources de production énergétique et promouvoir les énergies renouvelables (la production intérieure délectricité dorigine renouvelable devrait atteindre, avant le 31 décembre 2010, un seuil de 21%)

4 Les hypothèses génériques pour tracer de nouvelles perspectives Environnement international (PIB, population, réserves, etc..) Activité économique nationale dans un contexte européen PIB France: +2,1% par an sur la période Croissance démographique et emplois: - 67,2 millions dhabitants en 2030, soit + 0,4% - 31,6 millions de ménages en 2030, soit +0,9% 24,3 millions demplois dans le tertiaire, déclin de lemploi industriel Taux de change de leuro et du dollar US: 1,25$/euro sur Prix des énergies et du CO2 (en dollar et euro constant 2006) : - prix du Brent : 70$/BL sur gaz indexé sur le prix du Brent : 7$/Mbtu sur charbon : 80 $/t -quota CO2 (UE27) : 22euro/T CO2 en 2020 et 24 euro en 2030, avec attribution gratuite.

5 Des hypothèses sectorielles étudiées sur la demande dénergie Lindustrie. Le tertiaire. Lhabitat. Les transports. Les énergies renouvelables. Modélisation de la production et consommation délectricité.(accroissement de la saisonnalité, évolution de lamplitude journalière,..).

6 Les scénarios Un scénario énergétique de référence à caractère tendanciel à lhorizon Il est produit tous les quatre ans à la demande de lAIE pour permettre lactualisation des scénarios mondiaux. Les programmations pluriannuelles des investissements en matière délectricité, de gaz et de chaleur déclinent les objectifs de la politique énergétique française. - des rapports parlementaires sont actuellement en préparation pour actualiser les objectifs après ladoption du Paquet énergie/climat, et du Grenelle 1 de lenvironnement.

7 A lhorizon 2020 des incertitudes: - Sur loffre Incertitude sur le durée de vie des installations nucléaires. Rythme datteinte des objectifs en terme de développement des énergies renouvelables. -Sur la demande développement de nouveaux usages de lélectricité. rythme datteinte des objectifs en matière déconomie dénergie. Une nécessité de disposer de marges de manœuvre (constitués de moyens de production non carbonés) dans léquilibre entre loffre et la demande pour garantir la sécurité des approvisionnements, la lutte contre les émissions de CO2 et la compétitivité. En matière délectricité: primauté de la maîtrise de la demande en énergie.

8 Lélectricité Le développement massif des énergies renouvelables: MW éolien en 2020 répartis entre MW en terre et 6000 MW en mer MW de solaire photovoltaïque MW de biomasse. - 7 TWh/an MW de capacité de pointe pour lhydraulique. Le nucléaire: - Prolongation au-delà de 40 ans du parc actuel. - Mise en service de deux EPR, (Flamanville, Penly). - Optimisation du parc actuel et de son niveau de disponibilité.

9 Lélectricité Le parc thermique: maintien dun parc thermique minimal. - Le charbon Il garde un intérêt pour la France au regard de la nécessité de diversification des moyens de production thermique. La technologie du captage, transport et stockage du CO2 conditionnera des investissements dans cette filière. - Le gaz Les nombreux projets de CCG permettent de compenser le déclassement des plus anciennes centrales à charbon et de réduire les émissions de CO2 associées. le parc de CCG constituera la variable dajustement du parc de production. - Le fioul Les centrales au fioul sont les alternatives à lhydraulique pour la production de pointe. - La cogénération Le recours à la biomasse sera privilégié pour la cogénération délectricité et de chaleur.

10 Lélectricité Deux zones territoriales de fragilité en France: - La région PACA, face à linsuffisance des infrastructures de réseaux. - La région Bretagne, face à linsuffisance des infrastructures de production. Des zones territoriales à développer: - Toutes les îles non interconnectées, (Guyane, Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin, Saint Barthélémy, Mayotte, la Réunion, Saint Pierre et Miquelon). - La Corse.

11 En matière de gaz : un marché en pleine mutation. La France à la croisée des chemins Intégration et libéralisation des marchés gaziers européens: lUE en concurrence croissante pour accéder à de nouvelles ressources gazières, au regard de leur mondialisation. Des efforts indispensables en matière defficacité énergétique et de développement des énergies alternatives qui pourraient permettre une stabilisation des importations européennes de gaz naturel à lhorizon La consommation française de gaz naturel est de 530 TWh en la consommation du secteur résidentiel tertiaire à lhorizon 2020 peut augmenter de +10TWh (si on poursuit les tendances passées) ou diminuer de -55TWh à -85TWh (avec la mise en application des dispositions du Grenelle de lenvironnement, rénovations, ENR,..) Des infrastructures doivent être développées en matière de sécurisation et fluidification du réseau de transport, terminaux GNL, du potentiel de stockage souterrain.

12 Le gaz Le développement dinfrastructure de production: - Quatre projets de terminaux méthaniers en cours (27 Gm3). - Des possibilités dextension sur les sites existants (14,75 Gm3) + prolongation de FOS Tonkin. Le développement du réseau de transport: - De nombreux projets envisagés pour développer les capacités de transport et de fluidité (interconnexion et cœur de réseau). Potentiellement plus de 5000Meuros dinvestissements dici à Le développement des stockages: ,2 TWh en volume (+18%) GWh/j en débit ( +32%) - La plupart des projets sont encore à létude au regard des risques économiques et techniques, de la règlementation qui limite laccès des tiers au stockage, du renouvellement des concessions dexploitations. Le développement des réseaux de distribution : communes raccordées soit 77%. - Densification des réseaux existants, développement des réseaux propanés pour les communes isolées.

13 En matière de chaleur: des objectifs ambitieux mais atteignables Le potentiel de toutes les filières devra être exploité (bois individuel, biomasse, géothermie, pompe à chaleur, solaire, biogaz) Mtep au 31/12/ , 1 Mtep à lhorizon 2020 Mise en place dun plan ENR en novembre 2008: fonds chaleur renouvelable, éco-prêt à taux zéro, mesures en faveur des réseaux de chaleur, biomasse, etc.. - Rénovation des bâtiments. - Développement de leau chaude solaire. - Extension des réseaux de chaleur. - Mobilisation de la ressource biomasse, en respectant les priorités alimentaires et environnementales.

14 Le point de vue de la FCE-CFDT LEurope de lénergie et la maitrise de sa politique, par une régulation forte et démocratique, constitue un enjeu majeur pour relever les défis posés par lévolution de la démographie et la progression de la demande énergétique. Dans la lutte contre le changement climatique, la FCE-CFDT soutient lobjectif de la France de rester sur lobjectif de diviser par quatre ses émissions de gaz à effets de serre (GES) à lhorizon 2050 et de contribuer de façon significative à lobjectif européen dune réduction de 20% des consommations énergétiques, daccroissement de 20% des énergies renouvelables, et de la réduction dici à 2020 de 20% de ces GES.

15 Le point de vue de la FCE-CFDT La FCE-CFDT adhère aux engagements européens de la France qui visent à faire augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix électrique. Cela vise alors, aussi, à faire baisser concrètement la part du nucléaire dans le mix électrique. (80% à 60%). La FCE-CFDT est favorable à lénergie nucléaire et sest dailleurs prononcée pour lallongement de la durée de vie des centrales, sous le contrôle de lASN. A lhorizon 2020, nous estimons que la construction dun deuxième EPR en France ne répond pas au besoin énergétique de notre pays sauf à faire de la France lilot nucléaire européen..

16 Le point de vue de la FCE-CFDT Pour la FCE-CFDT, il est de la responsabilité de la politique publique de veiller aux bons équilibres en matière de base, semi-base et pointe pour ne pas se retrouver dans une situation excédentaire sur certains créneaux et déficitaires sur dautres, amenant ainsi une nouvelle fois à un mix énergétique insatisfaisant. Au niveau européen, les échanges délectricité par les interconnexions permettent de participer au lissage de la demande par la mutualisation des pointes de consommation souvent différées entre pays. La gestion des interconnexions doit pleinement sinscrire dans la réflexion par lavantage quelles procurent au moment des pointes.

17 Le point de vue de la FCE-CFDT La FCE-CFDT demande que les réseaux électriques transeuropéens dinterconnexion soient rapidement développés, ce qui répondra également au ralentissement économique actuel. La FCE-CFDT souhaite enfin insister sur limportance en matière énergétique, dune part de sinscrire dans la dynamique du Grenelle de lenvironnement et par conséquent, dans celles des objectifs européens du paquet climat et, dautre part dimpulser une véritable politique de Recherche et Développement en matière de charbon propre au travers de la captation, du transport et de la séquestration du CO 2.

18 Le point de vue de la FCE-CFDT Pour la FCE-CFDT, les perspectives de la demande de gaz confirme que plusieurs paramètres jouent un rôle prépondérant dans lévolution de la consommation: la mise en œuvre du Grenelle de lenvironnement et du paquet énergie/climat. La production ou non délectricité avec du gaz en substitution du charbon et pour de nouvelles installations. Enfin le paramètre du prix joue également un rôle primordial de même que la relance de la production nucléaire. Limpact des efforts en matière defficacité énergétique envisagé par le Grenelle doit conduire à un tassement de la demande, ce dont la CFDT se félicite. Si le Grenelle sapplique pleinement, il devrait y avoir une régression de la consommation dans le résidentiel et le tertiaire (entre - 1,5% et -2,5%).

19 Le point de vue de la FCE-CFDT Au regard des hypothèses présentées, il apparaît que le développement du gaz se fera essentiellement via la production délectricité par CCG. Pour la FCE-CFDT, il serait préférable dutiliser directement le gaz pour le chauffage. La pointe électrique en progression constante en serait assurément atténuée. Pour la FCE-CFDT, louverture des marchés génère des investissements de fluidifications et des investissements pour la pointe liés aux CCG. Il serait nécessaire davoir un pilotage européen renforcé pour éviter les surinvestissements ou des investissements non-optimisés ce qui conduirait à être contre-productif pour la mise en œuvre des orientations à poursuivre en matière énergétique. Il convient donc dexaminer et de maîtriser les investissements à laune des intérêts collectifs et non pour servir les opérateurs du secteur.

20 Le point de vue de la FCE-CFDT Pour la FCE-CFDT, le défi climatique qui pèse sur la planète et le caractère insoutenable du mode de développement actuel plaident pour une mutation forte et rapide des modes de production et de consommation, pour une prise en compte de lépuisement prévisible des hydrocarbures et dautres matières premières. Il nous faut désormais repenser tant nos modes de production que nos modes de consommation, optimiser lensemble des sources de production économe en carbone, développer de nouvelles technologies.

21 Le point de vue de la FCE-CFDT La FCE-CFDT soutient la création dun fonds européen dajustement à une économie bas carbone afin daccompagner les transitions subies par les travailleurs déplacés, du fait des mesures liées au changement climatique. Pour la FCE-CFDT, il faut redonner du sens au tarif régulé de lélectricité. Lobjectif est dutiliser lénergie intelligemment et plus efficacement en faveur de la collectivité sans pour autant réduire le confort des Français. Cest un enjeu de cohésion sociale pour le pays.

22 Le point de vue de la FCE-CFDT Pour la FCE-CFDT, le traitement particulier de la précarité énergétique est une condition de justice sociale dans notre pays. En France comme en Europe, la précarité énergétique progresse dangereusement. Aujourdhui cest le cas pour près de 3 millions de foyers français. Déjà en 2006, la part des dépenses énergétiques des 20 % de ménages les plus modestes est 2,5 fois plus élevée que celle des 20 % de ménages les plus riches.

23 Le point de vue de la FCE-CFDT Pour répondre efficacement aux enjeux, la FCE-CFDT considère quil faut instituer le Lissage de la demande par une tarification incitative: une gestion efficace des signaux tarifaires permettrait de valoriser lefficience énergétique sur les coûts marginaux (coût du dernier KWh produit). Ainsi, nous proposons que le système électrique français devienne un véritable « Smart Grid » (réseau intelligent) au service du développement durable.

24 Le point de vue de la FCE-CFDT En conclusion, la FCE-CFDT considère que : - Les nouveaux défis à relever dune politique énergétique ambitieuse offre au dialogue social européen des opportunités déchanges dans lintérêt des salariés des secteurs concernés et des citoyens européens. - La politique énergétique doit contribuer au développement de nouvelles dynamiques industrielles favorable à la croissance et à lemploi. - La stratégie de Lisbonne doit trouver de nouveaux développements au travers des objectifs à atteindre en matière économique, sociale, environnementale et industrielle.


Télécharger ppt "France Politique énergétique : de nouveaux défis à lhorizon 2020 Jean-François Renucci, mars 2009."

Présentations similaires


Annonces Google