La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE DESSOUS DES CARTES. OBJECTIFS MÉTHODOLOGIQUES.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE DESSOUS DES CARTES. OBJECTIFS MÉTHODOLOGIQUES."— Transcription de la présentation:

1 LE DESSOUS DES CARTES

2 OBJECTIFS MÉTHODOLOGIQUES

3 I. LES PROJECTIONS CARTOGRAPHIQUES - Depuis toujours, les cartographes sont confrontés à un problème majeur dans l'élaboration de leurs cartes (représentation dune réalité en 3 dimensions, sur un plan en 2 dimensions, de la répartition de phénomènes géographiques, géologiques ou autres). - Le fait de projeter une chose courbe sur un plan, entraîne des déformations. - Aucune représentation en plan n'est donc conforme à la réalité. Raisons : - La forme de la Terre approche plus ou moins la sphère. Mais par convention pratique, les cartographes, considère la planète comme une sphère parfaite. - A cela sajoute des préoccupations politiques et représentationnelles. Ainsi, il existe 2 types de déformations : * celle des longueurs, qui entraine une variation de l'échelle de la carte d'un point à un autre * celle des angles, le passage de la sphère au plan entraînant une déformation des angles, des formes, des surfaces et des directions

4

5

6 Les planisphères équatoriaux * 1 - Projection cylindrique équivalente de Mollweide. On notera la déformation inadmissible des longueurs du Pôle Sud. * 2 - Projection cylindrique de Gall. On notera que le Pôle Sud est déformé dans ses surfaces malgré la tentative de leur conservation en le divisant en trois, et l'on notera aussi la double présence du continent Américain s'expliquant par la volonté de fermer les océans. * 3 - Projection IV d'Eckert. * 4 - Projection équivalente conique de Sanson-Flamsteed. * 5 - Projection conforme de Gougenheim. Noter la disproportion de surface du continent Antarctique par rapport au reste du monde conservé lui de manière satisfaisante. * 6 - Projection compensée de Guillaume Postel. * 7 - Projection en écorce d'orange de E. Raisz fait s'interrompre la continuité de l'océan Pacifique et introduit la notion de volume. * 8 - Projection en écorce d'orange étendue et donnant un océan Pacifique fermé mais deux Détroits de Béring * 9 - Projection équivalente discontinue de Goode s'obtient par juxtaposition de secteurs de la projection de Mollweide. Noter les positions du Groenland...

7 Les planisphères polaires et étoilés * 10 - Projection équidistante circulaire "polaire" faisant apparaître un cercle extérieur correspondant au Pôle Sud. Privilégiée par le logo de lONU * 11 - Projection étoilée à 4 branches faisant apparaître un Pôle Sud éclaté et une majorité des déformations absorbée par les océans. * 12 - Projection étoilée à 5 branches. * 13 - Projection étoilée à 8 branches coupant en deux l'Australie. Les planisphère azimutaux * 20 - Projection azimutale de Werner centrée sur le pôle Nord et ouvrant en deux le Pacifique. * 21 - Projection azimutale circulaire polaire.

8 Les planisphères obliques. * 14 - Projection compensée de Guillaume POSTEL. C'est la projection n°6 (Postel) mais axée sur l'Océan Pacifique. On remarque, que l'Afrique est éclatée en 2 parties. * 15 - Projection "Atlantis", équivalente de Mollweide, dont le grand axe correspond au méridien 30° W. * 16 - Projection à compensation régionale dans laquelle la compensation n'est plus homogène mais recherchée dans une plus grande déformation des océans, au bénéfice d'une moindre déformation des continents. * 17 - Projection équidistante circulaire centrée sur Khartoum; c'est la projection n°10 centrée de manière à regrouper l'ensemble des continents, y compris le pôle Sud, dans la zone de moindre déformation. * 18 - Projection à compensation régionale fendue par juxtaposition d'azimutales. Le principe de la compensation régionale permet de proposer ce planisphère dans lequel la quasi totalité des déformations se trouve reportée dans les océans. C'est une juxtaposition de projections azimutales compensées, une par grande masse continentale, (à l'exclusion du pôle Sud) et chaque continent peut être considéré à peu de choses près comme équivalent et conforme. * 19 - Projection à compensation régionale de Brisemeister.

9 Projections de géographes célèbres Comment les reconnaître? Dans la réalité, le Groenland est plus petit que lInde

10 Ci-contre, voici les 2 projections utilisées dans vos manuels: 1) quelles sont les différences? 2) Quelles sont les régions qui vous semblent « mal représentées »?

11 Mercator :Les longitudes sont dilatées, il est nécessaire d'amplifier les latitudes dans des proportions identiques. Les latitudes augmentant, espacent de plus en plus les parallèles, et les régions les plus éloignées de l'équateur sont exagérées de façon inadmissible ; le pôle étant lui-même rejeté à l'infini. La zone de moindre déformation est étroite.

12 Miller : La projection présente à la fois des déformations d'angle et de surface dès que l'on s'éloigne de l'équateur. La zone "acceptable" est cependant plus large que dans Mercator, mais aussi mal centrée.

13 Van den Grinten : méridiens divisent de manière égale l'équateur et se rejoignent aux pôles et dans laquelle les parallèles sont des courbes transcendantes définies par points. On ne conserve que la partie centrale que l'on coupe souvent par deux lignes droites parallèles à l'équateur. Utilisée dans de nombreux atlas.

14 Mollweide-Babinet, de Sanson-Flamsted, de Goode : la couverture des terres est la plus exacte, au dépend des océans : c'est le principe des projections interrompues et recentrées. L'équateur rectiligne marque seul la continuité, avec ou sans rupture de l'Atlantique. Cette projection de Goode s'obtient par juxtaposition de secteurs de la projection de Mollweide. Noter les positions du Groenland...

15 Dautres projections moins connues

16 II. LES TYPES DE CARTES

17 La carte par anamorphose Elle consiste à représenter la taille du pays en fonction de différentes données chiffrées Ici le nombre de musulmans par pays (en millions)

18 La carte ultra-politique/ Imaginaire: lexemple de la Palestine

19 La carte- croquis: Petite échelle: le planisphère

20 A moyenne échelle: Le cas de la France

21 A grande échelle: le cas de Marseille

22 La carte caricature

23 La carte humoristique

24 Munster 1554

25 LAfrique vu par les Grecs Lagides, au II siècle avant notre ère

26 III. Réaliser une carte-croquis

27 A. Les grands types de figurés Le langage cartographique: figurés de surface (régions colorés), figurés ponctuels (villes), figurés linéaires (flèches de mvts et de flux), les lignes continues et discontinues (frontières)

28

29

30 B. Habillage de la carte ou nomenclature

31 III) Réaliser un croquis ou un schéma de synthèse. 1)Les étapes de la croissance dune commune périurbaine. le noyau villageois initial. la première extension périurbaine : un phénomène limité, des motivations individuelles. la deuxième extension périurbaine : laccueil des nouveaux citadins, un symbole de la croissance urbaine. 2) Les causes de cette croissance périurbaine. la présence dune voie de communication à léchelle locale ou régionale. linfluence territoriale dun pôle urbain dynamique et attractif. une réserve foncière rendant abordable la construction de nouveaux logements 3) Les impacts de ce développement périurbain. le développement de pôles dactivités et de services. la mise en place dun nouveau réseau dinfrastructures. la saturation des axes de circulation antérieurs. le mitage urbain des terres agricoles. des espaces et une activité agricoles de plus en plus menacés par la croissance urbaine.

32 Schéma : le développement dune commune périurbaine et ses conséquences sur lespace local 1)Les étapes de la croissance dune commune périurbaine. le noyau villageois initial. la première extension périurbaine : un phénomène limité, des motivations individuelles. la deuxième extension périurbaine : laccueil des nouveaux citadins, un symbole de la croissance urbaine. 2) Les causes de cette croissance périurbaine. la présence dune voie de communication à léchelle locale ou régionale. linfluence territoriale dun pôle urbain dynamique et attractif. une réserve foncière rendant abordable la construction de nouveaux logements. 3) Les impacts de ce développement périurbain. le développement de pôles dactivités et de services. la mise en place dun nouveau réseau dinfrastructures. la saturation des axes de circulation antérieurs. le mitage urbain des terres agricoles. des espaces et une activité agricoles de plus en plus menacés par la croissance urbaine.

33 La Camargue, un territoire à ménager et à valoriser: I)Un territoire périphérique et faiblement anthropisé. : des espaces urbains peu nombreux. : une position périphérique par rapport aux grands axes de communication régionaux. : un territoire placé entre 2 grands pôles urbains. II) Un territoire aux contraintes importantes. : un territoire façonné par un fleuve : le delta du Rhône. : une présence importante de leau, les lagunes et les étangs. : les risques dinondation, un risque naturel majeur de lespace camarguais. : la fragilité du littoral face à lérosion marine. III)Des ressources à mettre en valeur. : la présence deau douce dans un climat méditerranéen. : la présence deau salée : un élément essentiel pour le développement de lindustrie salicole. : un potentiel naturel majeur, un atout touristique majeur. IV)Le développement économique et la protection du territoire camarguais lenjeu du développement durable. : la Camargue à lexploitation agricole dominante. : la Camargue à lexploitation salicole dominante. : un conflit dintérêt entre utilisateurs deau douce et utilisateurs deau salée. : la pression touristique extérieure, une chance de développement mais une menace pour lenvironnement. : la constitution dun PNR. : une zone de protection intégrale de la Camargue.

34 Mer Méditerranée

35

36

37 Montpellier Arles Saintes-Maries-de-la-Mer Etang de Vaccarès Marseille

38 C. Le TOLE Règle de base: appliquer le TOLE (Titre, orientation, légende, échelle) 1) Le Titre indique: le sujet, la date, -il aide à construire la PB. -Formulez-le: il doit reprendre ce que représente la carte. -Une carte explique un phénomène. Le titre reprend ce phénomène 2) LOrientation: -Indiquez le nord par une flèche en bas à droite, -sauf sur un planisphère où elle est facultative. -Au pire, indiquez le tropique du cancer, léquateur et le tropique du capricorne 3) La légende comprend: le plan, largumentation. -Elle doit se situer en bas de la carte et jamais au dos. A la rigueur, sur une page en face de la carte. -Elle est ordonnée en 2 ou 3 parties avec des titres simples et cours -Chaque partie est numérotée 4) Léchelle -Elle nest pas indispensable pour le croquis, car ne représentant pas la réalité -1/25000 ème, etc…

39 D. Le « dessin » - Après ces 3 étapes, il vous faut, sur le fond de carte, appliquer les figurés. - Commencer par les aplats de couleur (figurés de surface) - Puis par les figurés linéaires - Ensuite les figurés ponctuels (villes): pour tracer les figurés géométriques, utilisez le normographe - Enfin les figurés continues et discontinues (limites) Si vous intervertissez les étapes, en cas de gommage, des figurés de surface, vous risquez deffacez tous les autres figurés Si vous travaillez au crayon à papier, ne repassez jamais votre carte au stylo, même si vous jugez votre travail définitif En cas de travail à domicile, faites des copies du fond de carte avant de commencer Sinon, prévoir du papier calque pour recopier la carte

40 Derniers conseils: Noms écrits horizontalement sauf pour les fleuves Fleuves et mers écrits en bleu, les mers en majuscules Les abréviations sont autorisées Pour les endroits difficiles à nommer en raison de leur petite taille, indiquer un nombre puis reporter-le sur une légende à part Les noms de pays sont en majuscules, noirs et encadrés Les noms de villes en noir et en minuscules


Télécharger ppt "LE DESSOUS DES CARTES. OBJECTIFS MÉTHODOLOGIQUES."

Présentations similaires


Annonces Google