La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La Nuit me parle de Toi. La nuit me parle de toi Elle ne me donne pas de rêves Pleins de femmes transparentes Mais elle mapporte ton image Afin que ton.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La Nuit me parle de Toi. La nuit me parle de toi Elle ne me donne pas de rêves Pleins de femmes transparentes Mais elle mapporte ton image Afin que ton."— Transcription de la présentation:

1

2 La Nuit me parle de Toi.

3 La nuit me parle de toi Elle ne me donne pas de rêves Pleins de femmes transparentes Mais elle mapporte ton image Afin que ton absence Ne métrangle pas tout à fait Elle voit avec scandale Que je nai pas ton corps dans mes bras Et elle allonge près de moi Le fantôme de ta peau Elle me dit Quà force de taimer tu maimeras Et quainsi cessera ma longue insomnie Sur ta présence réelle Et sur ton vrai sang. La nuit me parle de toi Elle ne me donne pas de rêves Pleins de femmes transparentes Mais elle mapporte ton image Afin que ton absence Ne métrangle pas tout à fait Elle voit avec scandale Que je nai pas ton corps dans mes bras Et elle allonge près de moi Le fantôme de ta peau Elle me dit Quà force de taimer tu maimeras Et quainsi cessera ma longue insomnie Sur ta présence réelle Et sur ton vrai sang.

4 Je vais tenter de dormir Doublier en même temps Mon corps et le tien Je serai sans taimer Seulement les quelques heures Où je ne serai plus Puis dans laube de mon amour Se lèvera le soleil de ton corps Je retrouverai laventure Au point où je laurai laissée Et mon désir en marche vers ta cime Je vais tenter de dormir Doublier en même temps Mon corps et le tien Je serai sans taimer Seulement les quelques heures Où je ne serai plus Puis dans laube de mon amour Se lèvera le soleil de ton corps Je retrouverai laventure Au point où je laurai laissée Et mon désir en marche vers ta cime Je vais tenter de dormir

5 La nuit me parle de toi Il le faut Il le faudra un jour Nous saurons inventer Tout sera pur comme lhiver Personne naura su avant nous Nos mains seront plus douces Quune ombre blanche Ce sera comme si nous avions invité Dinvisibles colombes A voler entre nous Ce sera comme si nous habitions Le feu de leurs ailes Avant de ne plus savoir Qui nous sommes lune de lautre Il le faut Il le faudra un jour Nous saurons inventer Tout sera pur comme lhiver Personne naura su avant nous Nos mains seront plus douces Quune ombre blanche Ce sera comme si nous avions invité Dinvisibles colombes A voler entre nous Ce sera comme si nous habitions Le feu de leurs ailes Avant de ne plus savoir Qui nous sommes lune de lautre Il le faut

6 Me voici près de toi Allons nous devenir des corps du troupeau Chercher un lit et être nues Roulant lune et lautre ? Je meurs déjà De ton visage et de tes mains Le souvenir de tes épaules Fait exploser mon sang loin de ma peau Laisse moi dabord Serrer tes jambes contre mes tempes Afin dapprivoiser les louves enragées Du début des caresses Me voici près de toi Allons nous devenir des corps du troupeau Chercher un lit et être nues Roulant lune et lautre ? Je meurs déjà De ton visage et de tes mains Le souvenir de tes épaules Fait exploser mon sang loin de ma peau Laisse moi dabord Serrer tes jambes contre mes tempes Afin dapprivoiser les louves enragées Du début des caresses Me voici près de toi

7 Je voudrais être douce près de toi Présente comme absente Mes lèvres parfois sur ton visage Papillon voué à une seule fleur Et je nirais aux grandes orgues De ton corps Quamoureusement invitée Touchant tes cheveux et tes mains Tes genoux et tes lèvres Que de la main la plus légère Que je puisse obtenir de mon désir : Une ombre fraîche de mon sang O mes seins mes hanches mes cuisses O mon entière ma plénière Je ne serai vivante que toi contre moi Je voudrais être douce près de toi Présente comme absente Mes lèvres parfois sur ton visage Papillon voué à une seule fleur Et je nirais aux grandes orgues De ton corps Quamoureusement invitée Touchant tes cheveux et tes mains Tes genoux et tes lèvres Que de la main la plus légère Que je puisse obtenir de mon désir : Une ombre fraîche de mon sang O mes seins mes hanches mes cuisses O mon entière ma plénière Je ne serai vivante que toi contre moi Je voudrais être douce près de toi

8 Pas un brin de ta peau À ne donner honte aux fleurs Je regardais le soleil Avant et après ta venue On aurait dit Une poignée dor dans une cave Puis sur la neige Cest toi qui léclaire Et tu me foudroies Je nai le devoir Ni le droit de taimer Je suis ta brûlure Sans pouvoir encore la nommer. Pas un brin de ta peau À ne donner honte aux fleurs Je regardais le soleil Avant et après ta venue On aurait dit Une poignée dor dans une cave Puis sur la neige Cest toi qui léclaire Et tu me foudroies Je nai le devoir Ni le droit de taimer Je suis ta brûlure Sans pouvoir encore la nommer Pas un brin

9 Ici sarrête le poème Ici finit son parfum de rose amère Je me suis approchée de toi De vertige en vertige Au dessus de labîme ouvert Je tai prise avec le gant des mots De la plus douce soie Afin que tu ne discernes pas Le poids de lombre de ma main La première fois quelle ta touchée Ici commence la peau Nous ne sommes quà laube de lorage.. Ici sarrête le poème Ici finit son parfum de rose amère Je me suis approchée de toi De vertige en vertige Au dessus de labîme ouvert Je tai prise avec le gant des mots De la plus douce soie Afin que tu ne discernes pas Le poids de lombre de ma main La première fois quelle ta touchée Ici commence la peau Nous ne sommes quà laube de lorage

10 Tu étais belle ce soir dans le soleil Plus que de lui vêtue On aurait dit que tout entier Il se donnait pour te faire Tu me brûlais de loin Tantôt tu étais dor Tantôt de miel tantôt de lait Tu étais la rosée Doublant de transparence laubépine Je te savais brûlante Je te savais fraîcheur même Tu étais laube Mystérieusement couchée Sur un million de lis. Tu étais belle Tu étais belle ce soir dans le soleil Plus que de lui vêtue On aurait dit que tout entier Il se donnait pour te faire Tu me brûlais de loin Tantôt tu étais dor Tantôt de miel tantôt de lait Tu étais la rosée Doublant de transparence laubépine Je te savais brûlante Je te savais fraîcheur même Tu étais laube Mystérieusement couchée Sur un million de lis.

11 Mon corps, cette chaleur et cet éclat qui par tes yeux me traverse, ce tout qui tembrase et te devient. Regarde donc ces formes de vie et ces courbes qui dansent sur une pauvre histoire. Je te réputerais digne delles si tu nétais brûlante et vêtue dattente, vivante au moins linstant de mon désir…………

12 eve anne Photographiée par Kiss Textes dAlain Borne: Nuits Partagées Kiss


Télécharger ppt "La Nuit me parle de Toi. La nuit me parle de toi Elle ne me donne pas de rêves Pleins de femmes transparentes Mais elle mapporte ton image Afin que ton."

Présentations similaires


Annonces Google