La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Chapitre 1 Les humanistes face à lAntiquité classique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Chapitre 1 Les humanistes face à lAntiquité classique."— Transcription de la présentation:

1 Chapitre 1 Les humanistes face à lAntiquité classique

2 Chapitre 1 Nature de lhéritage antique Transmission de lhéritage classique de lAntiquité à laube de la Renaissance Lapport spécifique des humanistes à la connaissance de lAntiquité Progrès et résistances engendrés par le retour de lAntiquité Bibliographie utilisée

3 Papyrus

4 Palimpseste

5 Transmission de lhéritage classique au Moyen Age Durant le Moyen Age oriental Durant le Moyen Age occidental

6 Grégoire de Nazianze

7 Quatrième croisade Eugène Delacroix: prise de Constantinople

8 Lettre de Coluccio Salutati à Iacopo dAngelo della Scarperia « Fais en sorte que ne manque aucun des historiens qui puisse être repéré, aucun poète ou auteur qui aurait traité des fables des poètes. Fais aussi que nous ayons des traités de métrique. Je voudrais aussi que tu apportes avec toi un Platon complet et autant dauteurs de vocabulaires quil peut sen trouver, desquels dépend toute la difficulté de compréhension. Trouve-moi un Plutarque que tu pourras. Achète aussi un Homère en parchemin en grosses lettres, et si tu trouves un traité de mythologie, achète-le ».

9 Alcuin

10 La Mesquita-Catedral de Cordoue

11

12 La scolastique Thomas dAquin par Crivelli (1494)

13 La scolastique Abélard et Héloïse par Jean Vignaud (1819)

14 Apport spécifique des humanistes Les éditions Les traductions Les commentaires Les langues anciennes

15 Eschyle: édition aldine (1518)

16 Adrien Turnèbe ( )

17 Préface de Turnèbe «Ayant entrepris d'éditer Eschyle, nous avons mesuré la difficulté de notre tâche en cours de travail et nous avons compris que nous nous étions lancés dans une entreprise trop grande et trop difficile pour que le texte puisse être établi convenablement, ainsi que nous l'avions projeté. Car l'ayant trouvé rempli d'erreurs innombrables et criblé de blessures malignes et gangréneuses, nous fûmes frappés de stupeur et ne savions comment le rendre compréhensible dans l'état où il se trouvait. Voilà pourquoi nous fut imposée, à nous qui nous étions juré de lui rendre la santé, la tâche de bons médecins, à savoir ne rien bouger inconsidérément, ne pas agir à la légère sur les plaies purulentes et les tumeurs molles. Nous pensions, en effet, que les gens sensés nous sauraient gré des erreurs corrigées et ne nous reprocheraient pas les fautes qui subsisteraient. Nous n'hésiterions pas à proclamer que ce n'est pas n'importe comment que nous avons amendé trois tragédies. Ayant reçu du très illustre président Aymar de Ranconet une copie tout à fait ancienne, nous y avons trouvé un excellent moyen de corriger l'édition de ces trois tragédies. En revanche, en ce qui concerne les autres drames, nous boitons un peu, car nous n'avons pu réduire la foulure de la même façon, faute de copies. Toutefois, ce n'est pas un petit nombre d'erreurs qui a été guéri, tantôt grâce aux scolies qui étaient à notre disposition, tantôt grâce à la compréhension du passage ».

18 Pier Vettori ( )

19 Préface de Pier Vettori «Sur un point nous fûmes assurément plus heureux, en ce sens que nous avons découvert un Agamemnon complet, dont une partie, au demeurant fort petite, avait été imprimée auparavant. En effet, cette fable, en vertu d'une erreur antérieure non sans importance, avait été confondue avec les Choéphores: j'indiquerai la cause de cet inconvénient, sauf erreur de ma part. Ces deux tragédies se trouvent dans un très ancien et très noble manuscrit, lequel contient toutes les tragédies d'Eschyle et de Sophocle qui ont échappé aux dégâts du temps ainsi que les Argonautiques; ce manuscrit se trouve chez nous. Les deux tragédies s'y trouvent copiées dans l'ordre dans lequel se déroule l'action: l'Agamemnon précède et est suivi des Choéphores. Mais quelques feuillets du manuscrit ont été perdus ou découpés par un individu malhonnête, feuillets qui contenaient la majeure partie de l'Agamemnon et le début des Choéphores; il ne nous manque toutefois pas une grande partie en ce qui concerne le début des Choéphores ».

20 Préface de Pier Vettori (suite) « Nous avions trouvé un autre manuscrit, dans lequel l'Agamemnon était complet, mais nous n'avons pu trouver ni ici ni ailleurs les Choéphores dans leur intégralité: c'est pourquoi j'ose affirmer que la partie conservée des Choéphores dérive de notre manuscrit à partir duquel elle a été transcrite après que soit survenue la perte sus-mentionnée; elle est venue entre nos mains, privée de son début. En ce qui concerne l'Agamemnon, pour n'omettre aucune possibilité de le restituer, comme nous avions appris qu'un manuscrit contenant cette tragédie se trouvait dans la bibliothèque d'Alexandre Farnèse, évêque remarquable et extrêmement bien informé de tout ce qui est digne d'un homme noble et illustre, nous avons veillé à comparer une copie de notre manuscrit avec cet exemplaire. Guillaume Sirlet nous prêta son concours fidèle et érudit pour noter avec diligence toutes les variantes de l'autre manuscrit. Nous-mêmes, après avoir pesé toutes ces variantes, sommes venus à cette opinion que notre manuscrit n'était pas inférieur à l'autre et qu'une grande partie des variantes qui avaient été introduites dans l'autre manuscrit avaient été proposées par un homme qui avait voulu restituer les rythmes du chœur dans certains vers; car nous avons relevé des ajouts et des suppressions qui répondaient à ce but ».

21 Manuscrit dAgamemnon: traduction interlinéaire

22 Comparaison entre deux traductions « Le héraut a signifié, dit-on, aux citoyens, de ne pas le couvrir de terre et de ne pas le pleurer » (vv.26-27). « Citoyens, les dieux, qui avaient ébranlé notre cité d'un grand trouble, l'ont fermement redressée à présent » (vv ). « Mais à l'abri dans sa demeure, elle s'en va auprès de ses servantes pleurer son deuil intime (vv ) ». « Et par Édit exprés à tous a defandu / Et de ne l'enterrer, et de ne le pleurer... » « Mes amis, les bons Dieux en fin ont arresté / Du Royaume l'état, qu'ils avoyent tempesté... » « Pour mieux se lamenter elle s'est retirée / À crier et pleurer entre ses Damoyselles... ».

23 Eschyle: édition de Vettori (1557) avec annotations de F. Portus

24 Thomas Platter, Autobiographie « Lorsque nous arrivâmes dans la ville, et que nous eûmes trouvé gîte chez un vieux couple (le mari était complètement aveugle), nous allâmes chez feu mon cher praeceptor Messire Johannes Sapidus et nous le priâmes de nous accepter. Il nous demanda doù nous étions. Quand nous lui dîmes : De Suisse, du Valais, il dit : Il y a là de sacrés méchants paysans, ils chassent tous leurs évêques du pays. Si vous voulez vraiment étudier, vous naurez rien à me donner. Sinon, vous devrez me payer ou je vous dépouillerai jusquà la chemise. Cétait la première école où jeus limpression que cela marchait droit. Les studia et les linguae commençaient à ce moment-là ; cétait lannée de la Diète de Worms (1521). Sapidus a eu une fois jusquà neuf cents discipuli, beaucoup de compagnons joliment savants ; à cette époque étaient là le Doctor Jérôme Gemusaeus, le Doctor Johannes Huberus et encore bien dautres qui sont devenus plus tard des doctores et des hommes célèbres ».

25 Thomas Platter, Autobiographie (suite) « Quand jentrai alors à lécole, je ne savais rien, pas même lire le Donat (et javais déjà dix-huit ans). Je massis parmi les petits enfants et jétais comme une poule couveuse au milieu des poussins. Un jour, Sapidus lut la liste de ses discipuli et déclara : Jai beaucoup de nomina barbara, il faut que je les latinise un peu. Et il en redonna lecture. Il mavait dabord inscrit sous le nom de Thomas Platter et mon compagnon Antonius Venetz. Il les avait traduits en Thomas Platterus et en Antonius Venetus, puis il demanda : Qui sont ces deux-là ? Quand nous nous levâmes, il sécria : Quelle horreur ! Ce sont ces deux galeux décoliers qui ont de si jolis noms ! Et cétait vrai en partie, surtout de mon compagnon qui était si galeux que souvent le matin, je devais lui arracher le drap du corps comme la peau dune chèvre ; moi, jétais plus habitué à lair et au manger étranger que lui ».

26 Progrès et résistances La langue Les lettres La pensée et la science La musique Lart

27 Jacques Peletier, Art poétique (1555) « Les traductions, quand elles sont bien faites, peuvent beaucoup enrichir une langue. Car le traducteur pourra faire française une belle locution latine ou grecque, et apporter en sa cité, avec le poids des sentences, la majesté des clauses et élégances de la langue étrangère ».

28 Mots composés à partir du grec Adjectifs ou substantifs apposés: aigre- doux, pied-vite, chèvre-pied, homme- chien. Adverbe + adjectif (ou participe): mal- rassis. Verbe + complément direct: l'été donne- vin; l'air porte-nue; mouton porte-laine.

29 Manière de parler grecque ou latine linfinitif à la place du nom: l'aller, le chanter, le vivre, le mourir. ladjectif substantivé: le liquide des eaux, le vide de l'air, le frais des ombres. ladjectif pour l'adverbe: ils combattent obstinés; il vole léger. des verbes construits librement avec l'infinitif: volant d'y aller

30 Ronsard, Epitaphe dHugues Salel « Ainsi toy, bien-heureux, si poëte heureux se treuve, Plus dispos et plus gay tu traversas le fleuve Qui n'est point repassable, et t'en allas joyeux Rencontrer ton Homere és champs delicieux, Où sur les bancs herbus ces vieux peres s'assisent, Et, sans soin, de l'amour parmy les fleurs devisent Au giron de leur Dame: un se couche à l'envers, Sous un myrte esgaré, l'autre chante des vers, L'un luitte sur le sable, et l'autre à l'escart saute Et fait bondir la bale, où l'herbe est la moins haute. Là Orphé, habillé d'un long surpelis blanc, Contre quelque laurier se reposant le flanc, Tient sa lyre cornüe et, d'une douce aubade, En rond parmy les prez fait dancer la brigade.

31 Claudio Monteverdi ( ) Bernardi Strozzi (1640) et Federico Cervelli (XVIIe siècle

32 Florence : Eglise San Lorenzo

33 Pise: le baptistère, le Dôme et la tour

34 Bologne : Palais Bevilacqua

35 Canal du Brenta: La villa rotonda

36 Lisbonne: cloître du monastère de Belem

37 Lisbonne: Cloître du monastère de Belem (la Sphynx)

38 Dessin de porte par Sebastiano Serlio

39 Fontainebleau: Hôtel Hippolyte dEste (porte de Sebastiano Serlio)

40 Barneville-Carteret : Manoir de Graffard

41 Barneville-Carteret: Manoir de Graffart (détail)

42 Moscou: le palais à facettes du Kremlin

43 Chapelle Sixtine: La Sybille de Lybie

44 Tivoli: La villa dHadrien

45 Tivoli: La villa dEste

46

47 Château de Villandry: le potager

48 Château du Rivou (Indre-et-Loire): le potager de Gargantua


Télécharger ppt "Chapitre 1 Les humanistes face à lAntiquité classique."

Présentations similaires


Annonces Google