La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Kariera, Aranda et Orokaiva Guy Lanoue, Université de Montréal, 2011.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Kariera, Aranda et Orokaiva Guy Lanoue, Université de Montréal, 2011."— Transcription de la présentation:

1 Kariera, Aranda et Orokaiva Guy Lanoue, Université de Montréal, 2011

2 Où et comment se manifeste la parenté Définit une structure de l'imaginaire; agit didéologie; la parenté nest pas un miroir du comportement Définit des structures affectives du vécu; sattache à des valeurs individuelles; crée une représentation censée miroiter le vécu Processus 1: individuation (les forces qui fragmentent la communauté) Kwakiutl (égocentrique) États-Unis; Europe occidentale (égocentrique) Processus 2: agrégation (les forces qui favorisent la solidarité) Tsimshian; Aborigènes dAustralie (sociocentrique) Sekani (sociocentrique) «Égocentrique» se réfère à un phénomène qui touche surtout lindividu; «sociocentrique» à un phénomène qui touche surtout le social.

3 Régions linguistiques et tribales de lAustralie

4 Aranda (centre) et Kariera (nord-ouest) db/draw_map.php?x_coord=115.5&y_coord=70.5&name=Aranda map.php?x_coord=27.5&y_coord=51.7&name=Kariera «The Kariera originally occupied the coastal and neighbouring inland regions in the vicinity of Port Hedland and part of the Yule and Turner rivers. The tribe was composed of about 20 to 25 local groups, each with its own territory of 100–200 square miles (260–320 square km); there was an average of about 30 persons per group.» «Aboriginal tribe that originally occupied a region of 25,000 square miles (65,000 square km) in central Australia, along the upper Finke River and its tributaries. The Aranda were divided into five subtribes, which were marked by differences in dialect.»

5 Aborigènes dAustralie - système de représentations basées sur des clans/totems - en principe, règle normative de mariage (mariage obligatoire avec un membre dun clan prédéterminé) - gérontocraties - règles de la vie sociale établies par le Dreamtime (Temps du Rêve), où existent les matrices qui définissent la terre, les animaux et les humains - but de la vie sociale est de reproduire ces matrices éternelles par le rituel et par limposition de règles strictes et imposées par la force - système et représentations hautement abstraites; «mathématiques», selon Claude Lévi-Strauss - nécessité davoir des codes secondaires qui ne sont pas justifiés selon une interprétation stricte du Dreamtime; ces codes (corporels, généalogiques, territoriales) sont formels, mais ne sont pas nécessairement cohérents avec la base du système de parenté, le principe clanique/totémique

6 Système kariera Modèle simplifié dun système de classification sociale avec deux sections et quatre sous-sections

7 Système aranda Modèle simplifié dun système de classification sociale avec quatre sections et huit sous-sections

8 Les Orokaiva de Papouasie-Nouvelle-Guinée

9 Quelques traits importants - accent sur le vécu, non sur lidéale - cultivateurs; villageois; éleveurs de cochons - doivent prévoir la dissolution éventuelle du village et la formation de nouveaux villages composés de personnes venues dailleurs - clans sont patrilinéaires, mais ne sont pas la base du système social ni des représentations idéologiques - le mariage se base sur un système totémique individualisé (heratu) - totems dominants (totem dominant du père) et secondaires (totem dominant de la mère qui devient secondaire pour lenfant) - les personnes qui partagent des totems dominants ou secondaires ne peuvent se marier (système à base de proscriptions) - cohérent avec la dimension agricole, qui pousse les individus du centre (village) vers les marges du territoire - utilisent également le système Big Man («Grand Homme»), où le statut et linfluence sont basés sur laccumulation de biens, qui sont redistribués pour renforcer et cimenter des liens quils auront besoin dans le futur; les Big Men sont des patrons dans un système clientéliste Big Men contemporains

10 Système dhéritage dheratu, Orokaiva

11 Cultiver le jardin (Terres Hautes)

12 Jardins orokaiva AAAD90/OxvgkIk5N5g/s320/Taro+garden+in+Iruupi,+Western +province,+could+be+an+attraction+for+visitors.+Nationalpic+by+MALUM+NALU.JPG

13 Lagriculture aujourdhui en Nouvelle-Guinée Average daily per capita calorie supply, 1999 (kilocalories) 2,186 Average daily per capita calories from animal products, 1999 (kilocalories) 234 Percent of children that are underweight, %* Agricultural workers as a percentage of the total labor force, % Net Cereal Imports and Food Aid as a Percent of Total Consumption {b}, % Percent of GDP Generated from Agricultural Activities, %** Hectares of cropland per 1,000 population, *** Pesticide use, (kg/ha cropland) 1750 Source: Earthtrends, http://earthtrends.wri.org/pdf_library/country_profiles/agr_cou_598.pdf * monde: 27% ** monde: 5% *** monde: 251 ha Lagriculture sur brûlis («slash and burn») se pratique toujours en Nouvelle-Guinée, jugeant sur le pourcentage élevé de travailleurs agricoles dans le pays (quasiment 80%). La quantité surélevée de pesticide utilisée par hectare suggère que le système agricole sest orienté vers lexportation (bananes, huile de palmier, café, thé, caoutchouc, noix de coco, cacao, etc.).


Télécharger ppt "Kariera, Aranda et Orokaiva Guy Lanoue, Université de Montréal, 2011."

Présentations similaires


Annonces Google