La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Ulysse et lOdyssée Le voyage en questions. Ulysse philosophe et chrétien I. La problématique des « figures » mythiques A. Les philosophes F. BUFFIÈRE,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Ulysse et lOdyssée Le voyage en questions. Ulysse philosophe et chrétien I. La problématique des « figures » mythiques A. Les philosophes F. BUFFIÈRE,"— Transcription de la présentation:

1 Ulysse et lOdyssée Le voyage en questions

2 Ulysse philosophe et chrétien I. La problématique des « figures » mythiques A. Les philosophes F. BUFFIÈRE, Les mythes dHomère et la pensée grecque, Paris, Belles Lettres, le mythe véhicule une théologie mensongère et souvent immorale mais il est un langage allégorique qui accompagne efficacement lenseignement philosophique Mosaïque du Bardo « Tout chez le poète nest quimpiété, si rien nest allégorique » Héraclite le rhéteur (Ier s. A/P CN)

3 Ulysse philosophe et chrétien I. La problématique des « figures » mythiques B. Le christianisme P.-A. DEPROOST, « Ficta et facta ». La condamnation du « mensonge des poètes » dans la poésie latine chrétienne, dans Revue des Études Augustiniennes, t. 44 (1998), p J. PÉPIN, Mythe et allégorie. Les origines grecques et les contestations judéo- chrétiennes, Paris, Études Augustiniennes, H. RAHNER, Mythes grecs et mystère chrétien, Paris, Payot, les dieux sont des démons mais la pratique de lexégèse typologique autorise les chrétiens à parler en « figures » utilisé « en immergence » ou « à rebours » le mythe peut devenir un vocabulaire poétique pour expliquer des mystères de la foi Mosaïque du Bardo « La fable du vol de Dédale ne peut être vraie sil nest pas faux que Dédale ait volé » Saint Augustin

4 Ulysse philosophe et chrétien II. Ulysse A. La tradition philosophique du héros positif B. La tradition littéraire du héros négatif

5 A. La tradition philosophique du héros positif 1. Ulysse, un idéal dhumanité polytropos (+ / -) modèle de vertu Ulysse // Hercule Hermès Hercule / Cerbère

6 A. La tradition philosophique du héros positif 2. LOdyssée, une histoire de lâme humaine Ithaque « autre monde », lieu de confins, au-delà des enfers lieu dau-delà lieu de salut La géographie des voyages dUlysse est une construction symbolique où le héros franchit autant de lieux marqués par une menace contre son cheminement identitaire: le figement et lennui chez les Eoliens, limmortalité dans la grotte de Calypso, loubli chez les Lotophages, la perte didentité chez la magicienne Circé, lappel de la mort au chant des Sirènes, etc. Ces lieux sont des îles, espaces dutopie par excellence, parmi lesquels Ithaque, mais qui est aussi une île bien réelle, où le héros reconquiert son identité: cest lîle où tout commence et tout finit, au centre du monde et de soi-même.

7 A. La tradition philosophique du héros positif 2. LOdyssée, une histoire de lâme humaine Île de Calypso « entre deux flots et couverte de bois » image de lâme battue par les passions et captive dans la matière La mer = la matière « énigmes » de Tirésias « marcher jusquà rencontrer des gens qui ignorent la mer » = mettre un terme à lexil de lâme dans le corps Ulysse mourra « hors de la mer » Circé et Calypso = beauté matérielle Pénélope = beauté de la sagesse

8 A. La tradition philosophique du héros positif 3. LAntre des Nymphes de Porphyre « À la tête du port, un olivier séploie et lon trouve tout près la sainte grotte obscure et charmante des Nymphes, quon appelle Naïades. On y voit leurs cratères, leurs amphores de pierre, où vient rucher labeille, et, sur leurs grands métiers de pierre, les tissus peints en pourpre de mer que fabriquent leurs mains, enchantement des yeux et leurs sources deaux vives. La grotte a deux entrées : par lune, ouverte au nord, descendent les humains ; lautre souvre au midi, mais cest lentrée des dieux ; jamais homme ne prend ce chemin dimmortels (Od. XIII, 102 sq). » monde âmes corps plaisir>< retour étapes des âmes alourdit les âmes allège les âmes Edward John Poynter (1903)

9 A. La tradition philosophique du héros positif 4. Le mythe de Circé ou la roue des réincarnations (Od., X) « La transformation des compagnons dUlysse en porcs et animaux de ce genre signifie que les âmes des hommes insensés passent dans les formes de corps de bêtes » (Ps. Plutarque ) Transmigration des âmes « Devenus pourceaux, ils (= les compagnons dUlysse) avaient échangé pour les glands les nourritures de Cérès » (Boèce) cf. mythe dEr dans la République de Platon: à la mort, lâme rejoint un corps animal correspondant aux vices de sa vie antérieure Étymologies Circé = circus roue et théorie des générations successives Aiaié = île des sanglots « regio gemendi » / « régions de dissemblance »

10 A. La tradition philosophique du héros positif 4. Le mythe de Circé ou la roue des réincarnations Dosso Dossi (1511) P.-A. DEPROOST, Les poisons de lâme ou le mythe de Circé dans un poème de Boèce (Boeth., cons. IV, metr. 3), dans P. Defossé (éd.), Hommages à Carl Deroux. T. 5 : Christianisme et Moyen Âge. Néo-latin et survivance de la latinité, Bruxelles, Latomus, 2003, p (Coll. Latomus, t. 279).

11 A. La tradition philosophique du héros positif Andrea Andreani Pietro Aquila (XVIIe s.) daprès Annibale Carracci Moly: symbole de la raison dans la tradition philosophique: lhomme échappe à lanimalité et au processus de réincarnation symbole du Logos divin dans la tradition chrétienne: rachat de la condition humaine déchue par le mal et le péché 4. Le mythe de Circé ou la roue des réincarnations Mais: Métamorphoses incomplètes dans lOdyssée Intégrité chrétienne de lâme, blessée sans être détruite >< transmigration platonicienne des âmes transformées dans leur nature

12 A. La tradition philosophique du héros positif Personnages positifs: guides des âmes vers la patrie céleste 5. Ulysse et les Sirènes Personnages négatifs: symbolisme funéraire et allégorie chrétienne du salut

13 A. La tradition philosophique du héros positif 5. Ulysse et les Sirènes Symbolisme funéraire Aigrette des Parques, filles de Nécessité Livre du Destin dans les mains dAtropos Triton = aura uelificans Voile de la chair que quitte lâme défunte + voile dIno (aura uelificans)

14 A. La tradition philosophique du héros positif 5. Ulysse et les Sirènes Symbolisme funéraire En répandant leur musique charnelle, les Sirènes y sont les figures néfastes de la génération, double monstrueux des trois Parques, filles de la Nécessité, qui maintiennent lâme humaine sous le poids de la Destinée ; en la détournant de la patrie céleste, elles font obstacle à lapothéose quelle peut conquérir grâce à lascèse ou à la sagesse philosophiques qui laident à se dépouiller des séductions du monde et de la matière pour retourner dans le pays de son Père. Tradition philosophique / saint Augustin (de beata uita) / >< Paulin de Nole

15 A. La tradition philosophique du héros positif 5. Ulysse et les Sirènes Allégorie chrétienne du salut Les Sirènes sont mentionnées dans la Bible et saint Jérôme les représente pourvues dune aigrette Le bateau = figure de l É glise Le mât = figure de la Croix Ulysse = figure du Crucifié La cire = figure des Écritures Les sirènes = figure de la luxure Le rocher = figure du corps

16 « Si le fameux Ulysse, au dire des fables il est vrai que le prophète aussi a dit : Elle sera la demeure des filles des Sirènes (Is., XIII, 21) … si donc Ulysse, après un exil de dix années pendant lesquelles eut lieu la guerre de Troie, et après dix années de voyages, alors qu'il se hâtait vers sa patrie, a pu être retenu par les Lotophages grâce à la douceur de leurs fruits ; si les jardins d'Alcinoüs l'ont retardé ; si enfin les Sirènes, l'attirant par leurs chants, ont failli l'entraîner à ce fameux naufrage dans la volupté, et s'il dut lutter contre l'enchantement de leurs voix mélodieuses en bouchant les oreilles de ses compagnons avec des tampons de cire, combien plus sied-il aux hommes religieux d'être captivés par l'émerveillement des actions célestes ! Et là il ne s'agit plus de savourer la douceur des baies, mais le pain qui est descendu du ciel : ni de contempler les légumes d'Alcinoüs, mais les mystères du Christ : car à celui qui est faible de manger des légumes (Rom., XIV, 2). Il ne s'agit donc pas de se boucher les oreilles, mais de les ouvrir, afin que la voix du Christ puisse se faire entendre ; et quiconque l'entendra n'aura pas de naufrage à craindre : non qu'il faille, comme Ulysse, l'attacher au mât par des liens matériels, mais parce que son âme doit être liée au bois de la Croix par des nœuds spirituels, pour n'être pas ébranlée par l'attrait des plaisirs et ne pas laisser dériver le cours de la nature vers l'écueil de la volupté. Les fictions des poètes ont en effet donné couleur à cette fable d'après laquelle des jeunes filles habitaient un littoral hérissé d'écueils ; et, quand elles avaient, par le charme de leur voix, amené les navigateurs à détourner leur course pour le plaisir de les entendre, elles les attiraient sur des récifs cachés, les décevaient par un abri trompeur, et les faisaient périr dans un lamentable naufrage. Cette invention a été embellie par une présentation et une mise en scène apprêtée : on a décrit la mer, la voix féminine, le littoral et ses fonds. Mais quelle mer moins clémente que le monde, si peu sûr, si mobile, si profond, si agité par le souffle des esprits impurs ? Et que veut dire cette image des jeunes filles, sinon l'appât d'une volupté énervée, sans virilité, qui effémine la fermeté de l'âme séduite ? Et quels sont ces récifs, sinon les écueils de notre salut ? Il n'y a pas de danger plus caché que celui des douceurs du monde : en charmant l'âme, elles tyrannisent la vie et brisent en quelque sorte le sens et l'intelligence sur les écueils des corps. » AMBR., in Luc. IV, 2

17 B. La tradition littéraire du héros négatif Énéide, II, 90: « pellax Vlixes » récit de la dernière nuit de Troie récit doublement en abyme: Énée rapporte les paroles du traître Sinon sacrilège du vol du Palladium et trahison du cheval Ovide, Métamorphoses, XIII Sénèque tradition philosophique (+): modèle stoïcien tradition littéraire (-): Les Troyennes cf. Euripide

18 B. La tradition littéraire du héros négatif « En immergence » chez les poètes chrétiens pour dénoncer laction néfaste du mal et de ses agents 1. PROBAE Cento, = VERG., Aen. II, 167 « Cunctique repente / corripuere sacram effigiem manibusque cruentis… » 2. PRUDENCE, Perist. III: hymne à Eulalie // enfant Astyanax, paradigme du sapiens, malgré son jeune âge, en face de la superbia dUlysse « Héros découronné » dans les romans latins du Satyricon de Pétrone ou de LÂne dor dApulée

19 Dante - La Divine Comédie - Enfer, chant XXVI Tel que celui qui appela deux ours pour le venger, qui contempla le char d'Elie que deux chevaux emportaient au ciel, et peu à ne distingua plus qu'une flamme légère sous la forme d'un nuage lumineux, tels je vis ces feux brillants s'agiter dans la sombre vallée ; ils renfermaient chacun un pécheur qu'ils rendaient invisible… Là, me répondit le sage, sont tourmentés Ulysse et Diomède : ils subissent la même vengeance, parce qu'ils se sont livrés à la même colère. Dans cette flamme, ils pleurent l'embûche frauduleuse du cheval de bois qui amena la ruine d'Ilion, dont un descendant fut l'honorable tige des Romains. Ces deux ombres y pleurent aussi la ruse employée contre Déidamie, qui, dans le tombeau, se plaint encore d'Achille : elles gémissent encore de l'enlèvement de la statue de Pallas… «Quand je parvins à me soustraire à la puissance de Circé, qui me tint éloigné des hommes pendant plus d'un an, auprès de ce lieu qu'Enée a cru, depuis, devoir nommer Gaète, ni les embrassements d'un fils, ni la douleur d'un vieux père, ni l'amour de mon épouse Pénélope, qui aurait dû assurer son bonheur, ne purent vaincre en moi le désir de connaître le monde, ses vices et ses vertus. Je m'abandonnai, dans la haute mer, sur un vaisseau avec le peu de compagnons qui s'étaient attachés à mon sort : je vis l'un et l'autre rivage jusqu'à l'Espagne, la Sardaigne, les îles voisines, et la partie du royaume des Maures que la mer baigne de ses flots. Moi et mes compagnons nous étions atteints par la vieillesse qui affaiblissait nos forces, lorsque nous arrivâmes à ce détroit où Hercule plaça les deux signaux qui avertissaient l'homme de ne pas pénétrer plus avant. Je laissai Séville à ma droite, comme j'avais laissé Ceuta à ma gauche. «0 mes compagnons, dis-je alors, qui êtes arrivés dans les mers de l'Occident, après avoir bravé tant de dangers, et qui n'avez, comme moi, que peu de temps à survivre, ne vous refusez pas, en marchant contre le cours du soleil, la noble satisfaction de voir l'hémisphère privé d'habitants ; considérez votre dignité d'homme : vous n'avez pas été appelés à vivre comme la brute, mais vous devez acquérir de la gloire et de sublimes connaissances». Ulysse est lhomme dIthaque qui « noublie pas qui il est » ; il incarne « lâme présente à elle-même » (saint Augustin)


Télécharger ppt "Ulysse et lOdyssée Le voyage en questions. Ulysse philosophe et chrétien I. La problématique des « figures » mythiques A. Les philosophes F. BUFFIÈRE,"

Présentations similaires


Annonces Google