La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Daniel récite deux lettres damour de Marcel Schowb à Marguerite Moreno Cliquez pour avancer.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Daniel récite deux lettres damour de Marcel Schowb à Marguerite Moreno Cliquez pour avancer."— Transcription de la présentation:

1

2 Daniel récite deux lettres damour de Marcel Schowb à Marguerite Moreno Cliquez pour avancer

3 Marcel Schwob ( ) fut la figure centrale du monde littéraire au tournant du XIXe et du XXe siècle. Il était admiré tant pour son œuvre de fiction (Cœur double, Le Roi au masque dor, Mimes, Le Livre de Monelle, Vies imaginaires, La Croisade des enfants) que pour son rôle de traducteur et de « passeur » des littératures étrangères, ainsi que pour son érudition devenue légendaire. Le cercle de ses amitiés (Stéphane Mallarmé, Jules Renard, Paul et Camille Claudel, Oscar Wilde, Robert Louis Stevenson, Alfred Jarry, Paul Valéry, André Gide, Colette, Paul Léautaud...) manifeste limportance de ce créateur. En septembre 1900, âgé de 33 ans, il épouse la grande actrice Marguerite Moreno rencontrée en 1895, qui lui donne une raison de survivre à sa maladie et despérer, en particulier par la façon quelle a disoler les êtres quelle aime dans un tête-à-tête ( Marguerite Moreno avait été auparavant la compagne de Blaise Cendrars qui s'en inspira pour écrire :« Emmène-moi au bout du monde »). Voici deux lettres damour quil écrivit à Marguerite Moreno…

4 Première lettre

5 Je mennuie, je mennuie, Marguerite, sitôt que je ne suis plus avec toi.

6 Que faire - cest affreux - je sens que je ne dormirai pas cette nuit. Jai ta fièvre.

7 Je te parle pendant que je ne dors pas je te dis que je taime, que je taime. Oui, je taime éperdument.

8 Jai parlé de lamour avant toi, mais je ne savais pas ce que cest. Je sens que je pourrais être assassin, voleur et incendiaire.

9 Et jai peur, jaie peur, parce que je ne me sens pas digne de toi. Tu es si jolie. Tous les jours tu es plus jolie, et autrement. Voila ce qui me fait peur.

10 Je suis toujours le même et je voudrais inventer de nouveaux mots pour te plaire, des mots transparents de cristal, chérie, des mots sanglants, words of spring, words with like stones.

11 Je vois tes lèvres qui buvaient hier soir (pour moi, chérie) - jentends ta voix qui dit doucement (tu sais être si douce sous ta pluie de cheveux): I am so thirsty this afternoon...

12 Et aujourdhui jétais si fier et si jaloux dêtre avec toi dans la rue et jaurais voulu rester si longtemps agenouillé devant ton miroir avec toi. pendant que tu me donnais à becqueter des miettes de ta vie.

13 Je taime tant, beaucoup à cause de cela... Je voudrais tentourer damour pour que tu reposes mollement.

14 Mon adorée, je ne sais pas ce que je técris, jai la fièvre damour. Pardonne-moi si ce que je te dis est mal. Je te jure que je ne sais pas ce que je fais. Je voudrais être plus intelligent pour mieux te comprendre. pour savoir tout.

15 Et je voudrais que tu memmènes loin, très loin, dans le Midi que tu aimes, pour voir sépanouir ta jolie bouche rouge, pour te voir te dorer.

16 A Venise, chérie - un peu fiévreux il me semble que je te vois là. Tu serais comme la Renée de George Meredith, like a delicate cup of crystal brimming full of the beauty of the place.

17 Sil y a encore là des palais obscurs qui tremblent dans leau immobile, je veux te voir contre leurs murailles. Laisse- moi te regarder là.

18 Et puis, mourir de toi, car je ne veux plus rien. I shall drain beauty out of my fair cup of crystal, out of the trembling curve of the red mouth of my love. I am yours unto death. MARCEL

19 Deuxième lettre

20 Marguerite, je suis fou de toi. C est affreux, je suis égaré, je tremble et je ne pense quà toi, quà ton nom.

21 Sitôt que tu nes plus là, je técris. Et tes lettres sont si courtes, elles me font si peu vivre avec toi pendant que tu nes pas là.

22 Ma petite Marguerite chérie, je ten supplie, aie pitié de moi. Crois que je suis dans un état qui ne parait pas possible.

23 Tu sais que Sapho disait à celle quelle aimait : « Quand je te vois, mes yeux se couvrent de nuit, ma langue se glace, je tremble. » Chérie, comment faire, jéprouve tout cela quand je suis seul de toi.

24 Ma vie est en toi ; je taime, je taime. Je ne peux pas te dire ce que cest que cet amour. Il me tient partout, et au cœur et à la pensée.

25 Je tadmire, ma chérie, et je tappartiens. Cest si extraordinaire que tu veuilles me prendre...

26 0, chérie, je pense que je suis sous tes cheveux, et que ta bouche est prés de mon oreille, et que tu me dis tout ce que tu veux.

27 Jamais je ne me guérirai de toi ; ne me force jamais à me guérir de toi, je ny résisterai pas...

28 Dieu que tu étais jolie! moi qui navais pas envie de vivre, comme jai peur dêtre malade et de ne pas te voir.

29 -Crois-tu quon aime vraiment? Que tout ce qui est dans les livres que nous faisons est faux, vilain et bête!

30 Ma chérie, il ny a que toi, que toi. Je ne sais pas ce que je técris : il me semble que je te parle. Si tu savais comme il faut que je taime, Marguerite, pour técrire tout ce qui me vient au cœur.

31 Aime-moi, je ten supplie. Ma chérie, je ten conjure, aie pitié de moi je tappartiens, fais de moi ce que tu voudras. Je tremble encore en técrivant.

32 Tu te rends compte de ce que tu as fait? Tu mas tué ; je nexiste plus quen toi. Ah! chérie, que tu es terrible!

33 Cest ton âme qui ma parlé à loreille, et elle est différente de toi. Je ne peux lentendre quen fermant les yeux et elle me fera toujours pleurer.

34 Cest la mort qui ma parlé aussi. Maintenant, je sais assurément que je mourrai de toi. Je ris de toutes les grandes amantes et des femmes dangereuses; tu es la seule.

35 Quelle puissance as~tu pour avoir deviné lirréel de ma vie et ce qui ma fait sangloter de joie ? Comment sais-tu être divinement douce pour entraîner vers ce qui nest pas ?

36 Promets-moi que tu me donneras la plus haute volupté qui puisse exister, que tu me tueras dans notre rêve.

37 Notre rêve – toi au soleil, avec ta bouche rouge sous une voilette blanche,

38 toi dans les bois neigeux, prés de létang qui ne reflète pas le ciel,

39 marchant sur des feuilles mortes qui sont de petites ailes rousses doiseau.

40 Pitié! pitié! Car je ne sais plus dire avec des mots comment tu mas fait frissonner. Jai le cœur vide : toute ma tendresse est en toi – et jen avais tant! Je ne pourrai plus avoir pitié de personne au monde.

41 Ne me laisse pas ainsi seul. Tu as vu mon âme, vraiment mon âme, celle que personne ne connaissait, celle dont javais honte et qui ne coulait même pas sous les larmes.

42 Crois que je ne suis pas faible - mais tu es trop forte pour moi tu mas terrassé. Que ce ne soit pas un jeu ou que toi- même, tu me joues contre la mort.

43 Entends-tu? Tes petites paroles sous tes cheveux sont les degrés tendres de lescalier par où je descendrai sous la terre.

44 Je ne veux pas te dire que je t aime. - Ce nest pas assez fort ; je meurs de toi, et tu me fais mourir de toi. Ecrase-moi sous tes pieds. MARCEL

45 Musique, extrait de Chagrin d amour de Kreisler Daniel octobre 2006 Ce diaporama (14) est strictement privé. Il est à usage non commercial. Photos : Internet


Télécharger ppt "Daniel récite deux lettres damour de Marcel Schowb à Marguerite Moreno Cliquez pour avancer."

Présentations similaires


Annonces Google