La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Jean Ferrat Jentends, jentends … Par Nanou et Stan.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Jean Ferrat Jentends, jentends … Par Nanou et Stan."— Transcription de la présentation:

1

2 Jean Ferrat Jentends, jentends … Par Nanou et Stan

3 J´en ai tant vu qui s´en allèrent Ils ne demandaient que du feu Ils se contentaient de si peu Ils avaient si peu de colère

4 J´entends leurs pas j´entends leurs voix Qui disent des choses banales Comme on en lit sur le journal Comme on en dit le soir chez soi

5 Ce qu´on fait de vous hommes femmes O pierre tendre tôt usée Et vos apparences brisées Vous regarder m´arrache l´âme

6 Les choses vont comme elles vont De temps en temps la terre tremble Le malheur au malheur ressemble Il est profond, profond, profond

7 Vous voudriez au ciel bleu croire Je le connais ce sentiment J´y crois aussi moi par moments Comme l´alouette au miroir

8 J´y crois parfois je vous l´avoue À n´ en pas croire mes oreilles Ah je suis bien votre pareil Ah je suis bien pareil à vous

9 À vous comme les grains de sable Comme le sang toujours versé Comme les doigts toujours blessés Ah je suis bien votre semblable

10 J´aurais tant voulu vous aider Vous qui semblez autres moi-même Mais les mots qu´au vent noir je sème Qui sait si vous les entendez

11 Tout se perd et rien ne vous touche Ni mes paroles ni mes mains Et vous passez votre chemin Sans savoir que ce que dit ma bouche

12 Votre enfer est pourtant le mien Nous vivons sous le même règne Et lorsque vous saignez je saigne Et je meurs dans vos mêmes liens

13 Quelle heure est-il quel temps fait-il J´aurais tant aimé cependant Gagner pour vous pour moi perdant Avoir été peut-être utile

14 C´est un rêve modeste et fou Il aurait mieux valu le taire Vous me mettrez avec en terre Comme une étoile au fond d´un trou

15 Jentends, jentends est un magnifique poème de Louis Aragon, quon trouve dans le recueil Les Poètes, et qui a été mis en musique par Jean Ferrat. Il exprime dune manière très belle les raisons de lengagement politique et humain dAragon. Et je pense aussi dun grand nombre de celles et ceux qui ont lutté surtout depuis deux siècles pour que le monde change vraiment. Pour les gens qui appartiennent encore à une gauche despoir, la voix dAragon est comme un écho qui représente ce quils ressentent avec la beauté propre à la poésie. Chacun-e entendra le poème à sa façon et les quelques remarques qui suivent sen voudraient de gâcher les sentiments personnels des lecteurs. Une partie du poème évoque la solidarité éprouvée par le poète (et le militant) face à la souffrance que tant dhommes vivent et que dune manière ou dune autre il partage: Ce quon fait de vous hommes femmes/O pierres tendres tôt usées/Et vos apparences brisées/Vous regarder marrache lâme, Votre enfer est pourtant le mien/Nous vivons sous le même règne. Quelques vers parlent du désir de tout transfigurer mais aussi du côté trompeur de ce désir, qui sil est immodéré peut conduire aux trahisons du but quon a pu voir dans les pays dits socialistes: Vous voudriez au ciel bleu croire/Je le connais ce sentiment/Jy crois aussi moi par moments/Comme lalouette au miroir. Quelques vers commentent lécart entre le poète (le militant) et beaucoup dautres hommes, qui ne vont pas au même rythme, nont pas le même espoir de voir les choses changer, et dont il faut respecter lesprit différent; Jen ai tant vu qui sen allèrent/Ils se contentaient de si peu/…/Ils avaient si peu de colère, Tout se perd et rien ne vous touche/Ni mes paroles ni mes mains… Mais la fin du poème rappelle quau-delà des illusions et des erreurs, lattente dun monde différent na pas quitté le poète, comme elle na pas quitté le coeur et lesprit de nombreux militant-e-s: Cest un rêve modeste et fou/Il aurait mieux valu le taire/Vous me mettrez avec en terre/Comme une étoile au fond dun trou. Il est à noter quAragon parle dun rêve, donc au-delà de la réalité, fou, qui dune certaine façon est déraisonnable, mais aussi modeste, donc à la portée de tous et comme naturel. Ce rêve est une étoile, donnant la lumière, au fond du trou que constituent les tristesses et les fatigues de la vie quotidienne. Et qui na pas besoin de lumière pour sélever au-dessus de lobscurité du temps qui passe ? Nanou et Stan le 16/06/2014


Télécharger ppt "Jean Ferrat Jentends, jentends … Par Nanou et Stan."

Présentations similaires


Annonces Google