La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Camp Chamois 2012 4 e Camp international d'exploration de la grotte des Chamois (Castellet-lès-Sausses, Alpes-de-Haute-Provence, France) 4 au 15 août 2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Camp Chamois 2012 4 e Camp international d'exploration de la grotte des Chamois (Castellet-lès-Sausses, Alpes-de-Haute-Provence, France) 4 au 15 août 2012."— Transcription de la présentation:

1 Camp Chamois e Camp international d'exploration de la grotte des Chamois (Castellet-lès-Sausses, Alpes-de-Haute-Provence, France) 4 au 15 août 2012 Organisation Association CRESPE : Philippe Audra, Jean-Claude Nobécourt & Jean-Yves Bigot EuroSpeleo Projects FSE

2 2 – L'équipe 2012 Olivier Sausse Barbara Wielander Dider Cailhol Marjan Temovski José Leroy Donald Accorsi Bruno Arfib Alain Staebler Peter Zentay Mateja Centa Bernhard Köppen Jean-Yves Bigot Philippe Audra Cathy Frison Matija Perne Philippe Mauzet Alexey Kopchinskiy Agnes Hajnal Jean-Claude Nobécourt Philippe Bertochio Johan Jouves

3 3 – Le planning

4 4 – Situation Avec ses m de développement, c'est maintenant la plus importante grotte des Alpes du Sud. La grotte des Chamois est située en France dans la partie méridionale des Alpes. Grotte des Chamois

5 Désobstruction à la perte des Pasqueirets : Alain Staebler creuse, soutenu par le courant d'air froid qui le motive. Au fond du canyon des Pasqueirets, une perte a fait l'objet d'un traçage et a montré qu'elle rejoignait le cours souterrain du Coulomp. 5 – Perte des Pasqueirets

6 Agnes Hajnal tire les bacs de gravas lorsqu'on lui crie : « Pull ! ». 6 – Trou des Fantasmes Il faut dire que la distance et le bruit du groupe électrogène (marteau piqueur) gêne considérablement la communication entre les différents intervenants

7 7 – Trou des Fantasmes Peter Zentay tire le bac, tandis que Philippe Audra le guide dans les passages les plus étroits. La désobstruction du trou des Fantasmes, découvert en 2010 à l'aide d'un fumigène, continue. L'aspect du trou ressemble plus à une mine du XIXe siècle qu'à un conduit karstique Les bacs, tirés depuis l'entrée, permettent d'évacuer les déblais.

8 A la source du Coulomp, Philippe Audra relève les niveaux sur une échelle limnimétrique. 8 – Relevé des niveaux Des sondes de type Reefnet enregistrent en permanence les variations du niveau de l'eau, mais aussi de sa température. Les informations sont restituées sont la forme de diagrammes qui permettent de faire des corrélations avec les évènements climatiques

9 Jean-Claude Nobécourt effectue de nombreux allers-retours pour acheminer le matériel depuis les voitures jusqu'au refuge d'Aurent. Les hommes et le matériel souffrent. C'est reparti, on aura du pain frais demain. 9 – Panne de Quad Une roue du Quad est crevée, il faut la remplacer rapidement dans un délai d'un à deux jours...

10 10 – Plongée du siphon aval Philippe Bertochio plonge le siphon aval reconnu en 2011, le but étant de réaliser une topographie précise des lieux.

11 Le siphon aval du Coulomp souterrain a une longueur d'environ 100 m pour une profondeur de 14 m. La topographie du siphon montrera que le terminus est situé très près de la source du Coulomp dont il est seulement séparé par un énorme éboulis. Dernières vérifications avant l'immersion totale. 11 – Siphon aval

12 La plongée doit durer environ 3 heures ; Peter Zentay, Agnes Hajnal, Philippe Audra et Jean- Yves Bigot ont donc le temps de visiter la galerie Thénardier qui s'ouvre en rive gauche de la rivière souterraine. 12 – Vers la galerie Thénardier Thénardite de la galerie Thénardier. La rivière et son puits d'accès dit K&K.

13 Thénardite de la galerie Thénardier. Les conditions sont favorables à la formation de minéraux particuliers comme la Mirabilite : un sulfate de sodium hydraté. La galerie Thénardier est située au-dessus de la rivière dans une zone très sèche et peu ventilée : température : 7,8°C et humidité : 97%. 13 – Galerie Thénardier

14 La galerie Thénardier livre accès à une galerie en roche de taille humaine. Elle se poursuit par un petit canyon sculpté par les eaux provenant de la galerie des Hormones. 14 – Galerie Thénardier

15 Le lit du petit canyon est encombré de galets de grès. 15 – Galerie Thénardier

16 16 – Galerie Thénardier Un petit canyon aux eaux claires, mais toujours fraîches...

17 Le petit canyon de la galerie Thénardier : on aperçoit au fond le siphon amont. 17 – Galerie Thénardier

18 – Galerie Thénardier Le petit canyon de la galerie Thénardier se termine à l'amont par un siphon qui correspond à celui de la galerie des Hormones.

19 19 – La bestiole du siphon Philippe Bertochio a capturé une des bestioles qui lui tenait compagnie dans le siphon : c'est un Proasellus, probablement une nouvelle espèce en cours de détermination

20 Alain Staebler, Alexey Kopchinskij, Johan Jouves et Bruno Arfib partent reconnaître d'éventuelles pertes sur le plan des Mouches et des sources temporaires dans le vallon de la Valette. 20 – Plan des Mouches Le sentier débute dans un ravin d'apparence confortable et se termine rapidement dans des pentes déboisées bien exposées au soleil...

21 21 – Plan des Mouches Le plan des Mouches offre une zone de pâturages relativement plane occupée par des bergers. Sur ce plan désolé, les pertes sont rares, voire inexistantes

22 L'eau est rare, mais les bergers en ont trouvé pour leurs animaux. 22 – Plan des Mouches

23 Matija décide d'élargir le méandre d'où vient le courant d'air, mais il fait très chaud pour casser du caillou à cette heure de la journée. 23 – Perte des Pasqueirets Une équipe, composée de Didier Cailhol, Matija Perne, Barbara Wielander, Marjan Temovski et Mateja Centa, décide de continuer la désobstruction dans le canyon des Pasqueirets.

24 Après 4 à 5 heures de marche, l'équipe atteint enfin les lacs de Lignin. Matija et Mateja décident de faire l'ascension du Grand Coyer (2693 m), tandis que Marjan et Jean-Yves repèrent des pertes dans les dépressions glaciaires Marjan Temovski, Mateja Centa, Matija Perne et Jean-Yves Bigot montent aux lacs de Lignin pour la journée. 24 – Lacs de Lignin

25 Marjan Temovski et Jean-Yves Bigot s'assurent auprès du berger que les traceurs sont toujours à l'endroit où on les a déposés, puis commencent à prospecter dans les dépressions glaciaires situées au pied du Grand Coyer. 25 – Lacs de Lignin

26 Un lit de ruisseau à sec indique les pertes des lacs de Lignin. Au fond à droite, on aperçoit le Grand Coyer qui domine la dépression. 26 – Pertes des lacs de Lignin Grand Coyer

27 La dépression du Grand Coyer se divise en deux parties séparées par un alignement de blocs (moraine centrale) – Dépressions du Grand Coyer Les pertes de Lignin ne sont pas actives en été, alors que celle du ravin du Carton est encore alimentée. L'eau disparaît dans les alluvions lorsqu'elle atteint les calcaires nummulitiques. Moraine centrale Dépression du Carton Dépression de Lignin Perte active du Carton Perte fossile de la dépression du Carton Grand Coyer Perte active Moraine centrale

28 28 – Les cirques glaciaires du Grand Coyer Le drainage superficiel des cirques et dépressions glaciaires du Grand Coyer est orienté vers le nord. Perte active du Carton

29 Carte du bassin d'alimentation de la source du Coulomp (d'après Ph. Audra). 29 – Le bassin du Coulomp Cirques et dépressions glaciaires du Grand Coyer Une coloration dans les dépressions d'altitude du Grand Coyer permettrait de confirmer l'extension du bassin du Coulomp vers le nord.

30 Une petite terrasse nous permet de vivre dehors et de profiter de la lumière et du grand air. Le refuge d'Aurent est notre QG. Nous disposons de l'eau des WC, mais pas de l'électricité. 30 – Un refuge confortable

31 Les nombreux contre- temps, un porteur malade, des sacs lourds, l'eau froide, la nage dans les lacs, retardent la plongée. Philippe plonge le siphon sur 200 à 300 m, mais sans sortir. A suivre. C'est le grand jour pour Philippe Bertochio qui doit plonger le siphon le amont. Il est assisté d'une équipe de porteurs composée de Matija Perne, Peter Zentay, Agnes Hajnal, Donald Accorsi, Mateja Centa, Marjan Temovski et Alexey Kopchinskiy. 31 – Plongée du siphon amont

32 Philippe, engoncé dans son équipement pourra résister au froid pendant les paliers de décompression. La plongée « fond en trou » en combinaison étanche et au recycleur reste une affaire sérieuse. 32 – Plongée du siphon amont

33 Tout est prêt pour la plongée du siphon amont. C'est parti ! 33 – Plongée du siphon amont

34 L'équipe de porteurs qui a soutenu Philippe lors de sa plongée dans le siphon amont. 34 – L'équipe plongée du siphon amont

35 Coupe de la rivière souterraine du Coulomp (mise à jour 2012) 35 – Profils en long de la grotte des Chamois Coupe de la grotte des Chamois sans la rivière du Coulomp (mise à jour 2011)

36 Plan de la grotte des Chamois (mise à jour 2011). 36 – Plan de la grotte des Chamois

37 Une équipe photo, composée de Bernard Köppen, Alexey Kopchinskiy, Philippe Mauzet, Didier Cailhol et Jean-Yves Bigot, participe à l'évacuation des bouteilles de la plongée du siphon amont. Nous avons pour mission d'aller chercher deux sacs à la rivière. 37 – Mission : sortir les bouteilles du trou Halte au bivouac des Hormones

38 Le passage de la Marmite est toujours très photogénique grâce à la présence de l'eau. 38 – Galerie des Hormones aval

39 Galerie des Hormones aval, juste avant le ressaut de 5 m. 39 – Galerie des Hormones aval

40 La salle des Slovènes et le passage qui mène à la galerie des Pingouins – Salle des Slovènes Nous ne trouverons aucun sac dans la salle des Slovènes, en fait les sacs sont près de la rivière dans la galerie des Pingouins...

41 – Radiestésie à Baussebérard Philipe Audra, Donald Accorsi, Olivier Sausse et Cathy Frison ont rendez-vous avec Marcel Jacquomet d'Argenton au sommet de Baussebérard pour y effectuer quelques expériences. Le but est de localiser la présence d'eau et les réseaux souterrains... A l'aide de baguettes, Marcel ausculte la montagne... Olivier relève les points GPS Marcel sonde la montagne

42 42 – La vie au refuge d'Aurent Corvée de pluches pour ceux qui ne sont pas sous terre En retrait, Philippe Bertochio peaufine la topographie du siphon amont.

43 Jean-Yves Bigot scie du bois pour les grillades mais aussi pour le poêle à bois du refuge quand viendra l'hiver. Puis, Philippe Bertochio au merlin transforme les bûches en bûchettes. 43 – La vie au refuge d'Aurent « Hiver rude : Bigot couper beaucoup de bois. »

44 « Bon ! Ben, ce sera saucisses ou saucisses. » La fontaine du village sert de frigo pour conserver le fromage et la charcuterie que va nous préparer José. 44 – La vie au refuge d'Aurent

45 Les cascades de la source du Coulomp sont spectaculaires, il est prudent d'éviter les bains forcés, car l'eau est vraiment très froide – Les cascades du Coulomp

46 Les navettes entre la grotte et le refuge se font parfois par le lit du Coulomp, un itinéraire aquatique qui n'est plus guère pratiqué depuis que nous avons ouvert un sentier dans les vires qui dominent la rivière. 46 – L'itinéraire aquatique du Coulomp Mais une fois n'est pas coutume.

47 Les seuls véhicules que l'on voit circuler dans les rues d'Aurent sont des Quads. La plupart des habitants en sont équipés. C'est la fin du camp, il faut transporter tout notre matériel jusqu'aux voitures. Jean-Claude Nobécourt nous prend nos sacs, nous pouvons maintenant remonter tranquillement sans rien sur le dos. 47 – Le Quad n'est pas un jouet

48 FIN 48 – Fin La passerelle d'Aurent


Télécharger ppt "Camp Chamois 2012 4 e Camp international d'exploration de la grotte des Chamois (Castellet-lès-Sausses, Alpes-de-Haute-Provence, France) 4 au 15 août 2012."

Présentations similaires


Annonces Google