La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Rebondissements dans lhistoire dR (quelques nouvelles données sur la surdité ou labsence de surdité phonologique des Japonais pour le contraste /r/-/l/)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Rebondissements dans lhistoire dR (quelques nouvelles données sur la surdité ou labsence de surdité phonologique des Japonais pour le contraste /r/-/l/)"— Transcription de la présentation:

1

2 Rebondissements dans lhistoire dR (quelques nouvelles données sur la surdité ou labsence de surdité phonologique des Japonais pour le contraste /r/-/l/) Pierre A. Hallé RPP 2008, 5/12/08

3 2 Travaux pionniers Goto 1971: stimuli naturels 1. lead and lead 2. right and light 3. glass and grass 4. breed and breed 5. pray and play 6. collect and collect 7. fresh and fresh 8. splint and sprint réponses ex: R L, d L R, d... (scores de 0 à 8) conclusions performances faibles, il faut avoir été exposé depuis lenfance... à lécrit: summaly pour summary

4 3 Travaux pionniers Miyawaki et al. 1975: stimuli synthétisés continuum [ra]-[la] (transition F3 montante à descendante) test de discrimination (oddity) Americans & Japanese et identification (Americans only). => pic discrimination inter-catégorielle pour Am, pas Jap. (et predicted observed) continuum nonspeech (F3 tout seul) test discrimination => Jap. Am. conclusions: importance de lexpérience linguistique (sujets japonais testés : at least 10 years of formal English language training)

5 4 Travaux pionniers Mochizuki 1981: stimuli naturels vs. synthétiques reprend Goto 71 (trouve capacité à discriminer ra de la) identification de mots avec /l, r/ en diverses positions: initial/final, dans cluster, intervocalique => difficultés variables (e.g., intervocalic /l/ difficult) identification continuum [ra]-[la] plus problématique, /w/ perçu au milieu si choix (l, r, w)... des centaines dautres études confirment la difficulté des Japonais avec /r/-/l/. Mais toujours avec /r/-/l/ de langlais.

6 5 Ce quont montré ces études différences entre Japonais : importance de la pratique (orale...) de langlais, durée de séjour en pays anglophone, âge auquel langlais a été étudié... ex. (Hallé, Best, &Levitt, 99): Japonais experienced () et unexperienced (x) (from Best & Strange, 1992)

7 6 W R L Yamada, R. & Tohkura, Y. (1992). Perception and Psychophysics, 52, catégorisation discrimination RL

8 7 Ce quont montré ces études Effets de lentraînement (e.g., Lively, Logan, & Pisoni, 1993 ) Un entraînement intensif améliore performances. Suggère que le problème est lié à une habileté auditive plutôt que dordre structurel. Mais controversé. Par ex., surdité persistante des bilingues castillan- catalan (même parfaits) aux contrastex catalans de voyelle moyenne / o /-/ ç / et / e /-/ E / ( Pallier et al., 1997 ). Rôle du contexte ( Lively et al., 1993; Mochizuki, 1981; Sheldon & Strange, 1982; Takagi & Mann, 1995 ) Cluster, position médiale => Difficulté

9 8 Ce quont (aussi) montré ces études même surdité pour les sujets dont la langue na pas de contraste /r/- /l/ (Korean: Gillette, 1980; Ingram & Park, 1998; Cantonese: Henly & Sheldon, 1986) pas de surdité pour ceux dont la langue a /r/-/l/. Peu documenté. Mais cf. Iverson et al. ( 2003 ), avec technique MDS : même profils pour allemands et américains sur /ra/-/la/ stimuli (échelle Mel)identification, solution MDS (jap): pas de regroupement en 2 clusters wr

10 9 wr

11 10 Explications classiques les contrastes non-natifs qui nont pas déquivalent dans la langue ne sont pas ou sont mal perçus. => surdité phonologique ( Polivanov, 1931; Trubetzkoy, 1939 ). les enfants japonais < 8 mois discriminent /r/-/l/ (AE). Après 10 baisse de la discrimination. (Kuhl et al., 2006, Dev. Science) Effects of age on discrimination of AE /ra-la/ by American and Japanese infants at 6–8 and 10–12 months (percent correct scores) amélioration pour américains déclin pour japonais

12 11 Explications classiques létat adulte reflète une réorganisation perceptive motivée par le système phonologique de L1 ce que suggèrent les données de Iverson et al. ( 2003 ) : lexistence dun contraste natif dans la classe des liquides permet la discrimination dun contraste non-natif parallèle, même si les réalisations phonétiques sont assez différentes. corollaire : un contraste non-natif qui na pas de parallèle natif est mal ou pas perçu. cependant, cas des contrastes de clics du Zulu... suggère que des facteurs non-phonologiques influencent la perception.

13 12 Retour au R une façon de tester limportance relative des facteurs phonologiques et phonétiques : AE /r/-/l/ --> sujets français. – hypothèse: le /r/ anglais est un mauvais /r/ français, avec un air de famille avec un son [w] => mauvaise discrimination de (AE) /w/-/r/ même si performance correcte pour /r/-/l/. autre façon : tester des Japonais sur dautres /r/-/l/ que le /r/-/l/ anglais. => première façon

14 13 Hallé, Best, & Levitt (1999). J. of Phonetics, 27, /w-j//r-w//r-l/ Am/Fr Jp

15 14 => seconde façon : contrastes /r/-/l/ anglais et français, sujets Japonais et contrôles ( Yamasaki, Hallé, & Best, 1999 ) => la surdité des Japonais à /r/-/l/ dépend de la langue cible

16 15 Problèmes de létude de sujets japonais exposés au français plus quà langlais : – en France depuis 2 à 108 (!) mois, moyenne 41 mois – ont suivi des cours de français depuis 0 à 84 mois, moyenne 17 mois. – origines régionales hétérogènes. (ont étudié langlais pendant 0 à 120 mois, moyenne 72 mois, mais sans doute peu de pratique parlée) analyse détaillée des performances de discrimination : – pas de corrélation avec durée de séjour – pas de corrélation avec durée des cours de français – (ni des études danglais)

17 16

18 17 données RT : corrélées aux % correct de discrimination

19 18 deux groupes de Japonais: à Paris et à Chiba % de transcriptions autres que R pour français /r/ (pour /l/, ~100% de transcriptions R contexte)

20 19 transcriptions R pour anglais /r/ (100% de R pour /l/) => presque tjrs R pour /r/ en position non finale. => pour /r/ en finale, 40-80% de transcriptions comme /a, u/ avec allongement final. Ex: /ir/ > (/ia:/) Cohérent avec meilleure discrimination de /r/-/l/ en position finale.

21 20 Réplication en sujets japonais testés à Nagoya. Aucune exposition au français ; tous ont étudié langlais au collège-lycée depuis lâge de ans (mais réserves sur niveau oral) même matériel de parole quen 98, contrôlé pour équilibre en énergie, contour F0 et durées. discrimination AXB (RTs mesurés depuis X, pas de B) identification : transcription libre en katakanas et goodness rating sur 1-5

22 21

23 22

24 23 données RT : corrélées aux % correct de discrimination – par ex., en médiale, /i/ le plus facile pour AE, le plus difficile pour le français. – AE : 2058 ms – Fr :1766 ms ( ~ 300 ms)

25 24 ~100% des /l/ français transcrits avec série R En moyenne 47% de G pour /r/, 30% de H, 30% allongement pour /r/ en finale. % R => discri. coherent w/ Chibas data stimuli français

26 25 stimuli AE dark /l/s perçus comme allongement : ~13% – tendance à notations de /w/ pour /a/ – seuls les /r/s en finale notés allongement (~87%). – cohérent avec discri.

27 26 FrançaisAm. English L–3.6 –L– –L R– –R– –R goodness variations for R-series transcriptions le /l/ en finale est un moins bon R japonais les /r/ sont de moins bons R que les /l/ (AE)

28 27 conclusions données de 2008 celles de 98 : lexposition au français de 3-4 ans nétait donc pas pertinente pour expliquer le différentiel Fr > AE. la substance phonétique est importante pour expliquer la perception que les Japonais ont de /r/ et /l/. les données suggèrent que les distances perceptives entre /l/ et /r/ sont plus grandes pour le français que langlais, du point de vue des sujets japonais. ceci ne veut pas dire que les d(l, r) sont objectivement plus grandes en français quen anglais, mais que les indices acoustiques différenciant /l/ de /r/ sont pour les Japonais phonétiquement plus saillants en français quen anglais. => à suivre: différences acoustiques

29 28 (américains) (thai) (Abramson & Lisker 1970) La substance sonore nexplique pas tout ! VOT>

30 29 des pistes... ( Ooigawa 2007, MA dissertation ) AE : /l/ et /r/ diffèrent surtout par F3

31 30 français : /l/ et /r/ diffèrent par F1 (faible pour /r/), F2 (fort pour /r/), friction pour /r/; idées bienvenues...

32 31 /la/ /ra/ French

33 32 /la/ /ra/ AE

34 33 /ili/ /iri/ French

35 34 /ala/ /ara/ French


Télécharger ppt "Rebondissements dans lhistoire dR (quelques nouvelles données sur la surdité ou labsence de surdité phonologique des Japonais pour le contraste /r/-/l/)"

Présentations similaires


Annonces Google