La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Solesmes Mille ans comme un jour Mille ans comme un jour.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Solesmes Mille ans comme un jour Mille ans comme un jour."— Transcription de la présentation:

1

2 Solesmes Mille ans comme un jour Mille ans comme un jour

3 Ou espérer contre toute espérance

4 Aux moines et moniales de la congrégation de Solesmes, témoins de cette force divine quest lEspérance, et à tous les chercheurs despérance qui trouvent dans les monastères un lieu de Présence, de paix, despérance, le lieu du Cœur.

5

6 Solesmes ! U UU Un nom qui chante, clair comme une envolée de cloches, sobre et paisible comme un chant grégorien. Solesmes, un monastère ! Depuis mille ans, presque sans discontinuer, des moines lhabitent sans faire parler deux ; ils prient en chantant, lisent la Parole venue de Dieu, travaillent en priant.

7 Quelle histoire merveilleuse que celle des moines de Solesmes et de la Congrégation de Solesmes ! Y a-t-il quelquun, en France, qui nait jamais entendu Y a-t-il quelquun, en France, qui nait jamais entendu parler deSolesmes parler de Solesmes, quelqu'un, au Canada, qui ne connaisse pas Saint-Benoît-du-Lac ? Qui na jamais entendu parler des moines de Keur Moussa, au Sénégal, de leur chant accompagné à la kora ? pour ne nommer que quelques abbayes parmi la trentaine de monastères de la Congrégation de Solesmes…

8 Solesmes, cest lhistoire merveilleuse que nous allons vous raconter. cest lhistoire merveilleuse que nous allons vous raconter.

9 Hi hi voyez ce que jai fait à droite !| Première partie Des origines Des origines à la révolution française

10 Mais cela fait lobjet dune autre présentation… Prenons aujourdhui comme point de départ lhéritage de saint Benoît : sa Règle et la vie des moines de son monastère du Mont-Cassin, en Italie. Mais cela fait lobjet dune autre présentation… Prenons aujourdhui comme point de départ lhéritage de saint Benoît : sa Règle et la vie des moines de son monastère du Mont-Cassin, en Italie. Il faudrait dabord raconter lhistoire et la vie de prière des moines, depuis saint Antoine et les pères du désert, désert, jusquà saint Benoît de Nursie, notre Père. ( ) ( )

11 Entre le VIe et le IXe siècle : dItalie en France… dItalie en France… La Règle de saint Benoît pénètre en France ; graduellement, les monastère ladoptent. Des moines de Fleury-sur-Loire envoient chercher au Mont-Cassin les reliques de saint Benoît : La France devient sa nouvelle patrie.

12 Quelques moines partent du Mont-Cassin Quelques moines partent du Mont-Cassin pour fonder l'abbaye Saint-Pierre de la Couture pour fonder l'abbaye Saint-Pierre de la Couture au Mans, en France.

13 LAbbaye Saint-Pierre de la Couture Croquis du porche de l'église de la Couture, datant de 1695 (avec l'église paroissiale sur la gauche) L'abbaye bénédictine Saint-Pierre de la Couture fut fondée entre 587 et 605 par saint Bertrand, évêque du Mans.

14 Vue du chœur de léglise de la Couture Couture ? Cultura ! Le nom de COUTURE mérite une explication : ce mot vient du mot latin CULTURA, en rapport avec les champs cultivés qui entouraient le monastère (comme par exemple à Saint-Germain des Prés). Le nom de COUTURE mérite une explication : ce mot vient du mot latin CULTURA, en rapport avec les champs cultivés qui entouraient le monastère (comme par exemple à Saint-Germain des Prés). Mais par la suite, le mot CULTURA prit un sens plus spirituel et devint CULTURA DEI : le culte rendu à Dieu.

15 Les moines de lAbbaye de la Couture, comme tous les moines bénédictins, chantent la gloire de Dieu : Gloria in excelsis Deo ! En grégorien déjà…

16 Environ 200 ans plus tard… Xe-XIe siècles LAbbaye Saint-Pierre de la Couture végète depuis le passage ravageur des Normands, ces redoutables pillards… Le renouveau vient, le père abbé de Saint-Julien de Tours. GAUZBERT envoie des moines refonder le monastère de " La Couture ".

17 Au Moyen Âge, on pense à Dieu, à la vie éternelle. Plaçons-nous en lan 1010 : en plein Moyen Âge. Dans les contes, les chevaliers parcourent les forêts à la recherche du mystérieux Graal. Dans la vie réelle, ils partiront bientôt en pèlerinage vers le Tombeau du Christ Jésus à Jérusalem.

18 Or il arriva, le 12 octobre 1010, que Geoffroy, seigneur de Sablé, donna aux moines de labbaye Saint-Pierre de la Couture, au Mans, la petite église de Solesmes, avec son territoire situé sur le bord de la vallée de la Sarthe. Les premiers moines fondateurs du prieuré Saint-Pierre de Solesmes viennent donc de " la Couture ", dont Solesmes devient une dépendance.

19 Tandis que nous sommes dans cette vie, et que, possédant encore un corps, nous avons le moyen de faire de bonnes œuvres, il est nécessaire que nous nous privions pour Dieu dune partie de nos biens, afin quavec joie nous la recevions à nouveau de sa main, dans la vie future. Cest pourquoi, au nom de Dieu, moi, Geoffroy de Sablé, pour la rédemption de mon âme et celle de tous mes parents, je donne à Dieu, au monastère de Saint-Pierre de la Couture et aux moines qui y servent le Seigneur, léglise de Solesmes proche du château de Sablé, située sur le bord de la vallée de la Sarthe, avec toutes ses dépendances, terres en cultures et terres en friches, prés, vignes et moulins. Le jour de la dédicace de cette église de Saint-Pierre de Solesmes, moi Geoffroy de Sablé, jai présenté la présente charte… Geoffroy

20 La charte de fondation du monastère

21 Cet idéal, la petite communauté allait commencer à le vivre… …dans le nouveau prieuré fondé à Solesmes*, sur la rive gauche de la Sarthe. Il y avait déjà comme une marque de la prédilection du Seigneur Il y avait déjà comme une marque de la prédilection du Seigneur dans la beauté dont il sest plu à parer ce coin de terre. dans la beauté dont il sest plu à parer ce coin de terre. Tout est riant, fertile, harmonieux dans la vallée de Solesmes, Tout est riant, fertile, harmonieux dans la vallée de Solesmes, et rien ne peut lui être comparé dans toute la contrée, et rien ne peut lui être comparé dans toute la contrée, que la Sarthe arrose de ses eaux tranquilles. que la Sarthe arrose de ses eaux tranquilles. (* Solesmes, nom gallo-romain, dorigine latine ; il y avait là depuis le VIe ou le VIIe siècle une paroisse dont les habitants étaient chrétiens.) (* Solesmes, nom gallo-romain, dorigine latine ; il y avait là depuis le VIe ou le VIIe siècle une paroisse dont les habitants étaient chrétiens.)

22 Cinq ou six fois au cours de ce millénaire, le monastère a failli périr ; la communauté, séteindre. Quelle leçon de vie ! Dans le Christ Jésus, on ne meurt pas vraiment, on ressuscite ! Ces moines, Ces moines, pour quoi vivent-ils ? Que font-ils ? Depuis ce 12 octobre 1010, mille ans se sont écoulés, mille ans comme en un jour devant Dieu.

23 Pour quoi vivent-ils ? Une profusion de joie sur la terre ! Aux yeux du père abbé Gauzbert (" grand-père " spirituel des monastères du Mans et de Solesmes), la communauté des moines nest ni plus ni moins que la reproduction de la première communauté chrétienne de Jérusalem, une cellule de cette Église primitive demeurée vivante au cours des siècles. La ferveur de la vie monastique doit ainsi se déverser en une profusion de joie sur terre, dissipant le nuage de tristesse qui vient souvent assombrir la vie de lÉglise et des fidèles. La haute vocation des moines implique quils soient vraiment MOINES, quils suivent au plus près la Règle de saint Benoît et militent sous la conduite du Roi des rois, le Christ Seigneur. (Lidéal monastique du père abbé Gauzbert)

24 Saint Pierre de Solesmes Pourquoi saint Pierre ? En choisissant le patronage du prince des Apôtres, les moines se plaçaient au cœur de la chrétienté. « -Tu es le Christ le Fils du Dieu vivant, avait dit Pierre à Jésus. -Et toi tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église. Je te donnerai les clés du Royaume des Cieux… » ( Mt 16, 16-17) Demander la protection de saint Pierre, cétait aussi demander la protection du Pape…

25 Du Xe au XIIIe siècle L'abbaye de la Couture c cc connut un développement très rapide. À son apogée, au XIIIe siècle, elle patronnait 80 églises paroissiales ; 50 prieurés en dépendaient, dont S SS Saint-Pierre de Solesmes.

26

27 XIIe siècle La relique de la Sainte Épine À ces moines cachés dans ladoration et le travail, le Seigneur allait faire un présent digne de Lui : une relique rapportée de Terre Sainte par lun des seigneurs de Sablé revenant de Croisade. Rien de moins quune ÉPINE de la COURONNE DÉPINES de JÉSUS ! Les moines sont comblés de bonheur et damour. Jésus couronné dépines, Jésus ressuscité en gloire, leur manifeste ainsi son amour et sa présence !

28 XIIIe-XIVe siècles À lépoque de saint Louis, le monastère continue à se développer. Les moines chantent toujours… « Salve Regina, Mater misericordiae, vita, dulcedo, et spes nostra, Salve ! » « Salut, ô Reine, Mère de miséricorde, notre vie, notre douceur, notre espérance ! »

29 1425 : destruction du monastère de Solesmes Aux XIVe et XVe siècles, la guerre de cent ans ne pouvait que laisser des ravages. Voici le siècle de sainte Jeanne dArc, brûlée vive sur le bûcher, à Rouen. Voici le temps de lépreuve pour les moines de Solesmes (et dailleurs…) dont le monastère est détruit par les Anglais, en Ils chantent toujours : « In te speravi, Domine, in manibus tuis tempora mea. » « En toi jai mis mon espérance, Seigneur, entre tes mains le temps de ma vie. » (Ps 31/30)

30 De douze moines quils étaient ils ne sont plus que cinq… Mais… de nouvelles vocations viennent. Les moines reconstruisent léglise du monastère. Ils chantent : « Alleluia ! Pascha nostrum immolatus est Christus ! » « Alléluia ! Le Christ, notre Agneau pascal, a été immolé, alléluia ! »

31 Après la guerre de 100 ans et la Peste noire qui ont causé tant de deuils dans les familles, se développe une dévotion marquée envers la Passion et la sépulture du Christ, envers la Compassion de Notre Dame, et aussi envers sa " dormition " et son assomption au ciel. Ces " Tombeaux " sont des lieux de résurrection. En reconstruisant leur église, les moines y font sculpter deux ensembles de statues si belles (les " Saints " de Solesmes) quelles feront la célébrité du monastère.

32 La mise au tombeau du Seigneur En 1496, En 1496, dom Guillaume Cheminard, prieur, voit lachèvement du tombeau du Christ, Chef-dœuvre remarquable par la tendresse de la Vierge Marie, de saint Jean et Vierge Marie, de saint Jean et de sainte Marie-Madeleine. de sainte Marie-Madeleine.

33 La mise au tombeau du Seigneur

34

35 Marie-Madeleine La sérénité de ses traits et la ferveur de sa prière tendent surtout à exprimer la foi en la résurrection prochaine de Jésus.

36 Le tombeau de Notre Seigneur a été conçu comme reliquaire de la Sainte Épine.

37 Le Tombeau de Notre-Dame " La belle chapelle " " La belle chapelle " Après le Tombeau de Notre Seigneur, celui de sa Mère. Placé dans le transept gauche, face au Tombeau du Christ, un nouveau groupe de statues est achevé en 1533, sous le priorat dun grand moine, dom Jean Bougler.

38

39 Le calme et la sérénité exprimés par le visage de la Vierge chassent toute idée de douleur et insistent sur le caractère surnaturel de sa mort. Son expression est la même que celle de Jésus : on reconnaît le sourire. Les deux visages manifestent une semblable confiance absolue.

40

41 Façade de labbaye Saint-Pierre de la Couture Saint-Pierre de la Couture Lère de la Renaissance est aussi pour plusieurs celle dun renouveau de la sainteté et de lintelligence. Lère de la Renaissance est aussi pour plusieurs celle dun renouveau de la sainteté et de lintelligence. Du milieu du XVe à la mi-XVIe siècle, deux noms méritent (entre autres) dêtre retenus : ceux de dom Michel Bureau, père abbé de Saint-Pierre de la Couture au Mans, et de dom Jean Bougler, prieur de Solesmes déjà mentionné. Tous deux sont docteurs en théologie, tous deux cherchent la plénitude de la vie contemplative, si bien illustrée par la Marie-Madeleine du Tombeau de Notre Seigneur.

42 Vie monastique au XVIe siècle Comme le demande la Règle de Saint Benoît, lOffice divin demeure la grande occupation du moine, sept fois par jour et une fois la nuit. Il prend au minimum six heures de temps. Il doit être célébré avec soin et dignité. Le reste de la journée est consacré à la lecture et à la prière individuelle, et au travail dun chacun, avec une attention particulière à létude. Comme le demande la Règle de Saint Benoît, lOffice divin demeure la grande occupation du moine, sept fois par jour et une fois la nuit. Il prend au minimum six heures de temps. Il doit être célébré avec soin et dignité. Le reste de la journée est consacré à la lecture et à la prière individuelle, et au travail dun chacun, avec une attention particulière à létude. Lidéal est celui de la vie contemplative. Dom Thierry Barbeau (" Sub titulo Petri ", p )

43 1518 : lÉtat sempare des revenus du monastère, cest ce quon a appelé la commende : les abbés n'étaient plus élus parmi les moines, mais désignés par le Roi de France. Il s'agissait de grands aristocrates qui ne résidaient plus dans l'abbaye : lÉtat sempare des revenus du monastère, cest ce quon a appelé la commende : les abbés n'étaient plus élus parmi les moines, mais désignés par le Roi de France. Il s'agissait de grands aristocrates qui ne résidaient plus dans l'abbaye. Cent années difficiles suivront, la vie monastique pourra-t-elle encore exister librement ? : Les guerres de religion sévissent… Est-ce de nouveau la fin ? : Les guerres de religion sévissent… Est-ce de nouveau la fin ? 1567 : Le monastère de Solesmes est attaqué par les protestants, il est en partie ravagé : Le monastère de Solesmes est attaqué par les protestants, il est en partie ravagé.

44 la vie reprend… la vie reprend… La Congrégation de Saint-Maur amène un nouveau rebondissement. Au début du XVIIe siècle, la vie bénédictine est renouvelée par cette congrégation nouvelle placée sous le patronage de saint Maur, le disciple de saint Benoît, qui, croyait-on alors, avait autrefois apporté en Gaule la Règle de son Maître. Pleine de ferveur, la nouvelle Congrégation prit de lexpansion ; en son sein, le prieuré de Solesmes reprit vie. Saint Benoît Saint Maur Saint Benoît Saint Maur XVIIe siècle

45 Daprès dom Claude Martin, bénédictin, fils de la bienheureuse Marie de lIncarnation, religieuse française fondatrice des Ursulines de Québec, « la fin propre et particulière de la Règle et de lOrdre de saint Benoît nest autre que la contemplation, puisque tous les moyens qui y sont en usage sont dans la pratique de la vie contemplative, comme sont léloignement du monde, la solitude, le silence, la psalmodie, la prière, la méditation, la lecture, le travail des mains et autres semblables… » (Dom T. Barbeau, p.52) (Dom T. Barbeau, p.52) Le but propre des Bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur de la Congrégation de Saint-Maur

46 XVIIe-XVIIIe siècles L'arrivée des Mauristes insuffla un certain renouveau dans l'abbaye, et lui redonna une grandeur spirituelle qu'elle avait perdue. À cette époque, les bâtiments furent entièrement rénovés et l'on peut encore les admirer de nos jours.

47 La Grande Révolution de 1789 sest avérée une offensive violente contre lÉglise. Des prêtres, des religieux, des religieuses furent emprisonnés, tués, ou déportés en grand nombre.

48 Fin XVIIIe siècle Que deviendra le petit prieuré sous la tourmente révolutionnaire ? Les quelques moines qui sy trouvent sont dispersés, trois dentre eux subissent la prison…

49 Allait-il rester de la Congrégation de Saint-Maur uniquement le portrait de dom Chevreux, le sceau de la Congrégation et un antiphonaire, objets gardés précieusement par la dame qui avait hébergé dom Chevreux ? M A RTYRS… M A RTYRS… II y eut des bénédictins et des bénédictines martyrs. Parmi eux, le supérieur général de la Congrégation de Saint-Maur, dom Ambroise Augustin Chevreux. Lorsquil fut considéré comme suspect par les révolutionnaires, dom Chevreux se cacha quelque temps chez une dame pieuse. Découvert, il fut conduit à la prison dite " des Carmes " à Paris. (Les révolutionnaires avaient fait une prison du Couvent des Carmes). Dans laprès- midi du 2 septembre 1792, les 191 prêtres enfermés dans cette prison furent massacrés, dont le père Chevreux et deux autres moines bénédictins. Découvert, il fut conduit à la prison dite " des Carmes " à Paris. (Les révolutionnaires avaient fait une prison du Couvent des Carmes). Dans laprès- midi du 2 septembre 1792, les 191 prêtres enfermés dans cette prison furent massacrés, dont le père Chevreux et deux autres moines bénédictins.

50 A suivre…

51 Montage : Les moniales bénédictines de labbaye Sainte-Marie des Deux-Montagnes Canada Chant : les moines de Solesmes


Télécharger ppt "Solesmes Mille ans comme un jour Mille ans comme un jour."

Présentations similaires


Annonces Google